Policier

En quête d’Elena

En quête d’Elena de Lise Pradère

Auteur : Lise Pradère
Titre : En quête d’Elena
Genre : Policier
Éditions : Flamant Noir
Nombre de pages : 280
Parution : 29 avril 2019

Résumé

Elena Vassiliev, jeune et brillante géologue, est retrouvée morte dans son appartement, le visage couvert d’ecchymoses, la tête dans une flaque de sang.

Le commandant Gignac du SRPJ, policier solitaire et bourru, arrive sur place. Aucune trace d’effraction n’est relevée, mais une fouille rapide lui permet de trouver un carnet contenant des photos et des pages manuscrites, certaines écrites en langue étrangère, mélangées à des croquis et autres éléments ; un objet suspect qu’il va devoir décrypter. 

Des bureaux feutrés de la Défense, aux vallées oubliées de l’Isère, en passant par une plateforme pétrolière norvégienne, le commandant Gignac tentera d’en savoir davantage sur la victime et ses relations. Mais l’histoire de cette femme, qui fait écho à sa vie personnelle, risque de troubler sa vigilance. 

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Flamant Noir pour leur confiance et grâce à qui j’ai eu la possibilité de découvrir ce roman.

Nous retrouvons ici Gignac, inspecteur de la SRPJ, qui se voit confier une enquête compliquée, où la victime, Elena, est retrouvée assassinée.

Suite aux divers avis très enthousiastes que j’ai pu croiser au sujet de ce roman, j’étais plus que curieuse de me lancer moi aussi à sa découverte. De mon côté, j’ai été très mitigée. J’en attendais probablement beaucoup. Si cela ne s’est pas soldé avec une complète déception, j’avoue que cela ne m’a pas totalement convaincue non plus.

L’auteure maîtrise incontestablement son intrigue et toutes les thématiques qu’elle décide d’aborder pour cette enquête. En effet, nous effectuons une plongée dans divers corps de métier, et bien évidemment, cela devient très technique. J’avoue m’être égarée à plusieurs reprises et ne pas avoir réussi à tout comprendre. L’auteure a fourni un énorme travail de documentation et cela est appréciable, mais pour ma part, me retrouvant submergée de termes très techniques, je me suis plus d’une fois retrouvée perdue et ai eu du mal à suivre tous les enjeux. Cela a donc créé une distance avec cette enquête, et je n’étais pas participative par rapport à ce que je lisais. Je ne cherchais effectivement plus à savoir, ni à démêler les fils de ce mystère.

Pourtant, je dois dire que Lise Pradère prend ici le pari risqué de nous livrer une enquête très complexe, avec diverses pistes et un final inattendu. Les pistes sont toutes très différentes les unes des autres. Je ne peux que reconnaître son ingéniosité. Sa plume fluide et claire m’a séduite, et j’ai eu envie malgré tout de connaître le fin mot de l’histoire.

Quant aux personnages, j’ai pour ma part apprécié le commandant Gignac, qui sous ses airs de rustre, est en fait très sensible. J’ai beaucoup aimé suivre son quotidien en dehors de son métier, avec sa famille. J’ai réussi à m’attacher à lui. Les quelques traits d’humour présents sont très appréciables. J’aimerais beaucoup le retrouver dans un prochain roman.

Ma note : 14/20

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s