Contemporain

Prosper à l’œuvre

Prosper à l’œuvre d’Éric Chevillard

  • Auteur : Éric Chevillard
  • Titre : Prosper à l’œuvre
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Noir sur Blanc
  • Nombre de pages : 150
  • Parution : 10 octobre 2019
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

« Prosper Brouillon n’écrit pas pour lui. Il ne pense qu’à son lecteur, il pense à lui obsessionnellement, avec passion, à chaque nouveau livre inventer la torture nouvelle qui obligera ce rat cupide à cracher ses vingt euros. »

Prosper est de retour ! L’écrivain le plus insupportable de Saint-Germain-des-Prés est aux prises avec les tourments d’un auteur à succès : il passe à la télé, parle de littérature, dirige une master class et, suite au succès de son premier roman, tente d’écrire un polar. Il attend la visite de l’inspiration en travaillant ses métaphores, il recrute ses personnages, s’outille, plante le décor, remonte les bretelles à ses nègres, essaime des indices de sa plume turgescente… sans oublier de faire monter ses à-valoir.

C’est avec une délectation jouissive qu’on plonge dans cette diatribe féroce contre la littérature industrielle et le monde des écrivains à succès. Un livre satirique et hilarant, toujours illustré par Jean-François Martin.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Noir sur Blanc pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Il s’agit ici du deuxième volet des aventures de Prosper Brouillon. Mais rassurez-vous, cela ne pose aucun problème de ne pas avoir lu le premier, comme cela a été mon cas. Prosper est un écrivain en vogue, pince-sans-rire, truculent, et haut en couleur. Dans ce tome, il va se livrer à l’écriture de son prochain roman et va ainsi partager cette création à son lectorat. Nous suivrons donc tout le travail d’écriture de Prosper.

Que d’originalité dans ce roman, où s’imbriquent à la perfection le récit du quotidien de Prosper, à l’intrigue du récit policier qu’il est en train de créer. Ainsi, pour mon plus grand plaisir, j’ai eu droit à deux histoires superposées. Ce mélange sort carrément des sentiers battus mais a été réussi avec brio de la part de l’auteur.

Que d’humour également dans ce court roman. J’ai adoré le personnage de Prosper, tour à tour sensible et cynique, drôle, ironique parfois, mais toujours de bonne humeur. Un personnage extrêmement bien dessiné par Éric Chevillard, à la limite de l’alter ego de l’auteur qui sommeille en chacun de nous. Il s’agit ici d’un véritable hymne aux auteurs, à ce travail solitaire qu’est l’écriture, mais toujours abordé avec grand humour.

La plume est d’un grand dynamisme et surtout, Éric Chevillard manie le mot pour l’allier à la verve avec beaucoup de talent. Les chapitres sont courts, et ce roman se lit d’une traite. J’ai beaucoup aimé les illustrations de Jean-François Martin qui parsèment le texte.

Une ode au travail d’écriture si solitaire, aux auteurs et à leur travail de création, mais le tout abordé sous forme satirique, emplie d’humour et servi par un personnage des plus pittoresques. À découvrir.

Ma note : 17/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s