Essai

Le voyageur

Le voyageur d’Ulrich Alexander Boschwitz

  • Auteur : Ulrich Alexander Boschwitz
  • Titre : Le voyageur
  • Genre : Historique
  • Éditions : Grasset
  • Nombre de pages : 336
  • Parution : 16 octobre 2019
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

En novembre 1938, Otto Silbermann devient un homme traqué du jour au lendemain. Il a beau être un industriel respecté et ancien combattant de la Grande Guerre, rien n’arrête désormais ceux qui s’en prennent aux citoyens juifs allemands. Quand il se retrouve chassé de son appartement – son épouse aryenne est déjà partie se cacher à la campagne – il envisage d’abord de rejoindre son fils, en exil à Paris. Mais comment faire pour quitter le territoire quand les frontières sont bouclées et le pays en état d’urgence ? Il se résout à brader les parts qu’il possède dans sa société, puis, avec une serviette remplie de tout l’argent qui lui reste comme seul bagage, il tente de disparaître. De train en train, de gare en gare, son voyage se transforme en fuite effrénée. Il rencontre d’autres Juifs en danger comme lui, mais aussi des Allemands ordinaires et des Nazis convaincus.
Le voyageur est un témoignage littéraire unique de la situation en Allemagne au moment de cet événement que les manuels d’Histoire appellent aujourd’hui la « Nuit de cristal ». L’indifférence ou la haine d’un côté, la peur panique et la volonté de survivre de l’autre – aucun roman de l’époque n’a su capter avec autant de justesse et de force ce jour qui marquera pour toujours un point de basculement collectif dans l’Histoire européenne.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Grasset pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Allemagne, novembre 1938. Suite à la nuit de Cristal, Otto Silbermann, un Juif allemand, est obligé de prendre la fuite. Alors qu’il se trouve chez lui avec sa femme et un homme qui veut conclure une affaire avec lui, la police arrive pour effectuer une rafle. Silbermann a tout juste le temps de s’enfuir. Il va alors débuter une longue cavale pour tenter d’échapper désespérément à ceux qui désormais le traquent. De train en train, il déambulera sans but précis, si ce n’est celui de se sauver.

Je pense pouvoir affirmer que je n’ai jamais ressenti un tel sentiment d’angoisse pendant toute ma lecture. Ce roman m’a essoufflée, et j’ai eu cette peur intense tout au fil des pages. J’ai craint pour Silbermann, puisque je dois avouer que je me suis totalement attachée à lui. Voir comment peu à peu il se retrouvait spoilé de ses biens, mais surtout voir comment le regard des gens autour de lui changeait, m’a bouleversée. Silbermann m’a entraînée avec lui dans une fuite effrénée où j’ai peur à chaque instant qu’elle se termine par une arrestation.

C’est un récit d’une grande intensité que nous livre ici l’auteur. Mais c’est aussi une véritable dénonciation à laquelle il va se livrer. Silbermann va se convertir en un véritable symbole, celui de tous les opprimés qui luttent pour leur intégrité. Il est impossible de ne pas ressortir de ce roman avec un énorme sentiment de tristesse. Je sais que c’est un récit que je vais garder en tête.

Ce roman constitue presque un document exceptionnel sur cette terrible période. Je vous conseille fortement de lire la notice éditoriale et la postface de l’éditeur. En effet, ce récit a eu bien des difficultés à être publié, et est à bien des égards inspiré de faits que l’auteur a subis. Ce livre est un témoignage inestimable et au travers d’Otto, ce sont toutes les personnes ayant subi l’innommable qui sont représentées.

La plume de l’auteur est d’une fluidité énorme. Le texte défile à toute allure, et c’est vraiment un style plaisant à lire. C’est Silbermann qui va porter toute l’histoire. Les chapitres sont assez longs, mais cela se lit vraiment de manière fluide.

Un roman d’une valeur inestimable avec lequel j’ai eu des moments d’angoisse. Le personnage principal est touchant et c’est le symbole de tous les opprimés. J’ai totalement été prise dans cette histoire bouleversante qui ne peut laisser indifférent. Je ne peux que vous recommander de découvrir ce récit.

Ma note : 18/20

6 réflexions au sujet de “Le voyageur”

Répondre à Eve-Yeshé Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s