Contemporain

L’Enfant de la colère – Rentrée littéraire

L’Enfant de la colère de Michel Serfati

  • Auteur : Michel Serfati
  • Titre : L’Enfant de la colère
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Phebus
  • Nombre de pages : 229
  • Parution : 3 janvier 2020
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Nadia n’a jamais connu son père, mort avant sa naissance. À dix-sept ans, elle apprend que Nâzim, né en Turquie, immigré en France, avait été abattu lors d’une attaque de banque. Comme une frange de la jeunesse révoltée des années 1980, il s’était fourvoyé dans un groupuscule violent, au nom d’une lutte radicale contre l’injustice. Bouleversée, Nadia va chercher à renouer les fils de son histoire, entre Strasbourg où elle a grandi, et Istanbul où s’est réfugiée une ancienne complice de son père. Perdue, elle trouve un peu d’apaisement dans le hang, un instrument de musique dont elle joue bientôt dans les rues, en Alsace et dans la métropole turque. Y trouvera-t-elle de quoi combler l’absence ? Avec ce roman sur l’engagement, l’exil, la violence et la rédemption, Michel Serfati nous offre aussi le récit sensible d’une quête des origines.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Phebus pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Nadia est une jeune fille brillante dans ses études. Elle n’a jamais connu son père, décédé avant sa naissance, abattu par la police lors d’un braquage auquel il participait avec quatre autres complices. Nadia veut en savoir plus sur ce père, et pour cela, elle va se rendre en Turquie, pays de ses origines, et y rencontrer Anne, l’amante de son père et l’une des complices du braquage, en cavale depuis des années dans ce pays.

J’ai lu beaucoup de romans abordant la thématique de la recherche d’identité, certes. Mais je peux affirmer que celui-ci sort indubitablement du lot, et le talent de l’auteur n’y est pas étranger. J’ai tout simplement été séduite par le propos de cette très belle histoire.

La quête effrénée de Nadia m’a captivée et m’a beaucoup touchée. Elle fera tout ce qu’il faut pour marcher sur les traces d’un père qu’elle n’aura jamais connu. Elle cherchera à comprendre bien des éléments du passé de ses parents, et ne se découragera pas.

J’ai beaucoup apprécié d’avoir en filigrane la musique dont se passionne Nadia. Elle va ainsi s’intéresser de près au hang, un instrument de musique de la famille des idiophones. Je dois bien avouer ma méconnaissance totale en ce qui concerne cet objet et cela donne un véritable plus à l’histoire.

La plume de l’auteur est d’une incroyable fluidité. C’est un texte de caractère et non dénué d’une grande élégance que va nous proposer Michel Serfati. Les pages défilent sans même s’en rendre compte.

Une histoire sensible, où la protagoniste marchera sur les pas d’un père qu’elle n’a pas connu, avec pour toile de fond la Turquie et la musique. Je ressors conquise de ce roman abordant des thématiques maintes fois rencontrées lors de mes lectures, mais avec un talent qui le fait indéniablement sortir du lot.

Ma note : 17/20

2 réflexions au sujet de “L’Enfant de la colère – Rentrée littéraire”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s