Contemporain

Conservez comme vous aimez

Conservez comme vous aimez de Martine Roffinella

  • Auteur : Martine Roffinella
  • Titre : Conservez comme vous aimez
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : François Bourin
  • Nombre de pages : 105
  • Parution : 6 février 2020
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Sibylle guette le carillonnement des cloches pour rythmer les moments où elle doit prendre ses cachets blancs. Il n’y a pas si longtemps, elle était encore – ainsi sacrée par son boss Sa Sainteté P.Y. – la «Reine de la pub ». N’a-t-elle pas reçu un grand prix pour son slogan: «Conservez comme vous aimez», destiné à promouvoir des boîtes en plastique?…
Un temps portée aux nues par toute l’agence, elle est un jour supplantée par la jeune et Belle Capucine, alias «Princesse Commerciale», aux dents longues et affûtées. Placardisée puis licenciée, Sibylle vacille, devenant la proie des TOCS. But the show must go on. Éjectée du système, entre irrépressible besoin de vengeance et négation de soi, elle est aspirée par la violence exercée contre elle et commet l’irréparable.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions François Bourin pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Sibylle a été licenciée. Et pourtant, elle était considérée comme la reine du slogan, dans l’agence de publicité pour laquelle elle travaillait. Mais tout cela, c’était avant l’arrivée de Capucine, mieux connue comme la « Princesse Commerciale ». Dès lors, Sybille se retrouve totalement perdue et va tomber peu à peu dans la spirale sans fin des TOCS.

C’est avec déception que j’ai refermé ce court roman dont j’attendais peut-être trop. Le sujet m’intéressait fortement, et j’ai trouvé que l’auteure n’a pas su en parler avec justesse. Ici, c’est presque un roman qui pourrait être qualifié de nouvelle, de par le peu de pages dont il est composé. C’était peut-être bien trop peu pour pouvoir aborder tous les sujets qu’elle évoque, d’où un manque de profondeur certain.

L’auteure a choisi de parler des troubles obsessionnels compulsifs de Sybille et de la manière dont elle va partir à la dérive suite à son licenciement. Le postulat de départ était fort intéressant, mais de par la narration choisie par Martine Roffinella, j’ai eu la sensation de tomber à la limite de la caricature. J’ai vu peu de justesse dans la douleur de Sybille, mais plutôt vu ses TOCS étalés aux yeux du lecteur, sans aucune sensibilité et avec peu d’égard pour sa souffrance. En tant que lectrice, j’ai eu beaucoup de mal à appréhender les émotions de Sybille, ayant plutôt la sensation de lire une énumération sans fin des problèmes de Sybille.

Ce qui a fait défaut, c’est principalement le schéma narratif auquel je n’ai absolument pas adhéré, je dois bien l’avouer. L’auteure va intégrer dans son récit une multitude d’anglicismes et de phrases en anglais. Le problème, c’est que Martine Roffinella va user a outrance de ce procédé, et si au début, j’ai trouvé cela original, cela a fini par me lasser considérablement.

Malgré tout, j’ai fortement apprécié le côté satyrique évoqué à l’encontre de la société de consommation. Il y a donc tout de même un fond intéressant et un fil rouge intriguant et qui fera réfléchir le lecteur à coup sûr. À ce niveau, c’est réussi, et c’est pour cette raison que ma déception n’est pas entière.

La plume de l’auteure est fluide. C’est vrai que les pages défilent. Ce sont toutes les expressions autour de la narration qui ont perturbé considérablement mon avancée dans ces pages.

Un court roman pour lequel j’ai l’impression d’être passée totalement à côté. Il m’a manqué de l’émotion. J’ai été détachée tout au long de cette lecture, submergée par une narration à laquelle je n’ai pas franchement adhéré. C’est une déception pour ma part.

Ma note : 12/20

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s