Contemporain

Rien n’est perdu – Rentrée littéraire

Rien n’est perdu de Pierre-Louis Basse

  • Auteur : Pierre-Louis Basse
  • Titre : Rien n’est perdu
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Cherche Midi
  • Nombre de pages : 160
  • Parution : 20 août 2020
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Le petit garçon ne voulait pas de l’école. L’école ne voulait pas de lui. C’était le temps déraisonnable des terrains vagues, du rêve et de la violence. Nanterre, 1971.
Un jour de décembre, c’est le choc. L’envie d’apprendre revient avec la lumière d’un tableau de Van Gogh, découvert, main dans la main de sa grande sœur, au musée de l’Orangerie. Il reste sidéré devant Les Roulottes. L’échappée belle, la liberté, la fuite, dans une simple toile. Qui lui sauve la mise.
Et le petit garçon a laissé les terrains vagues. La renaissance après l’obscurité.
Ce roman est l’histoire bouleversante de cette renaissance. Parce que rien n’est perdu. Jamais.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Cherche Midi pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

1971, Nanterre. Pierre-Louis a treize ans et n’est pas à sa place. Issu d’une fratrie composée de deux sœurs, médiocre à l’école, il a bien du mal à se sentir bien dans sa peau. Ses parents, traumatisés par la disparition prématurée de l’un de leur fils, fondent sur lui des grands espoirs. Pourtant, l’une des institutrices du jeune garçon est formelle, il ne fera rien de bon. Et un jour, c’est la révélation. Sa grande sœur Jeanne l’emmène voir une exposition à l’Orangerie, dédiée au peintre Van Gogh, et Pierre-Louis va tomber sous le charme du tableau Les Roulottes. C’est un nouveau départ qui prouve que rien n’est perdu.

En débutant ce court roman, je n’avais pas compris qu’il s’agissait en fait d’un récit retraçant réellement l’adolescence de l’auteur. Si j’ai eu un peu de mal au départ, étant quelque peu déroutée, j’avoue ressortir finalement conquise de cette histoire pleine d’espoir et lumineuse.

Ce récit, c’est avant tout une peinture sociale de la France des années 70. Pierre-Louis retracera cette période de manière juste et sincère. Au travers de ses souvenirs, le lecteur aura le privilège de se promener dans les rues de l’adolescence de l’auteur et de suivre au plus près ce visage changeant de la France de l’époque. C’est passionnant à suivre et surtout, Pierre-Louis a eu le talent de réussir à romancer le tout, afin de ne pas juste en faire une énumération monotone.

Avec beaucoup de pudeur, l’auteur va se livrer à l’exercice difficile de se montrer tel qu’il était. Ce récit est empli d’émotions et l’histoire familiale de Pierre-Louis m’a beaucoup touchée. J’ai également admiré son courage pour s’en sortir, et ne pas juste se cantonner aux opinions négatives de la part de ses professeurs. Il a su passer outre, et que cela se soit fait au travers de l’art est une très belle expérience.

La plume de l’auteur est lumineuse et élégante. Sous un style exigeant qui m’a déroutée au départ, je dois avouer avoir finalement été séduite. J’aurais bien lu quelques pages de plus, tant l’écriture est belle. Le mariage des arts est parfaitement réussi. Ainsi, l’écriture servira à décrire les beautés de la peinture.

Un récit de reconstruction, au travers d’un tableau lumineux, servi par la plume élégante de l’auteur. Déroutée au départ, j’ai finalement été conquise par ce roman empli de beauté et de sincérité. Avec beaucoup de pudeur, l’auteur va se livrer d’une manière authentique. À découvrir.

Ma note : 17/20

Publicité

4 réflexions au sujet de “Rien n’est perdu – Rentrée littéraire”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s