Contemporain

Trois jours

Trois jours de Muriel Andurand

  • Auteur : Muriel Andurand
  • Titre : Trois jours
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Plon
  • Nombre de pages : 192
  • Parution : 20 avril 2023
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

On dit que, face à la mort, notre vie tout entière défile, mais ce ne sont que des fragments qui apparaissent à Muriel : sa mère appuyant sur le bouton rouge qui mettra fin à ses jours, son mari claquant la porte sans se retourner, sa relation tendre et éphémère avec un jeune inconnu… La vie n’est à l’évidence que ça, une suite d’heureux et malheureux événements.
Au milieu du chaos ambiant, tous les crashs émotionnels de son existence ressurgissent, pour le meilleur et pour le pire…

Dans ce premier roman, Muriel Andurand aborde des thèmes graves et universels avec justesse et authenticité. Un livre sur la perte, la désillusion, la reconstruction, mais surtout sur l’amour, des autres et de soi.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Plon pour leur confiance.

Vol Paris-Montpellier. Alors que Muriel se trouve à bord, de grosses perturbations angoissent terriblement les passagers. Pendant ce moment de grande détresse, Muriel va faire le bilan, allant des pertes bouleversantes qui ont jalonné sa vie, aux rencontres qui l’ont inspirée et refait croire à la notion d’espoir.

C’est un premier roman intimiste que nous propose ici Muriel. J’aime énormément ce genre de récits dans lesquels les auteurs réussissent au mieux à retranscrire leurs émotions. Ici, c’est une franche réussite. Muriel m’a fait passer par un carrousel d’émotions.

Avec beaucoup de pudeur mais également énormément de générosité, elle retranscrit les faits marquants de sa vie. C’est souvent dur à lire et le lecteur sent un profond bouleversement tout au fil des pages.

Mais Muriel va également garder une place importante à l’espoir, nous narrant ainsi les différentes rencontres amoureuses qu’elle fera, qui, même si elles sont de courte durée, lui permettront de se reconstruire peu à peu.

La plume de l’auteure est élégante. J’ai beaucoup aimé le style si généreux et authentique de Muriel. En peu de mots, elle a réussi à me toucher profondément. Je suivrai de près ses prochains écrits.

Un roman intimiste et d’une grande sensibilité dans lequel l’auteure se livre avec beaucoup d’authenticité. À découvrir.

Ma note : 17/20

Publicité
Thriller

Promets-moi d’avoir peur

Promets-moi d’avoir peur de Frédéric Lepage

  • Auteur : Frédéric Lepage
  • Titre : Promets-moi d’avoir peur
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Robert Laffont
  • Nombre de pages : 400
  • Parution : 2 mars 2023
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Soudain, Luna se demande qui est cette femme qui évalue, analyse, calcule… plutôt que de laisser la panique s’emparer d’elle et mourir de frousse ! Elle devrait hurler, blêmir, voir défiler sur sa rétine le film accéléré de sa vie. Au lieu de quoi elle n’est en proie ni à la peur ni à l’angoisse. Luna se sent déconnectée, séparée du reste de l’humanité – il lui semble qu’une partie de son cerveau n’assure plus l’une de ses fonctions fondamentales, faisant d’elle un monstre froid, indifférent à son propre destin.
La rarissime maladie d’Urbach-Wiethe provoque chez le sujet l’abolition du sentiment de peur. De quoi couler des jours paisibles… ou se mettre en danger de mort.
Dans un appartement de Chinatown, à New York, une jeune femme est victime de ce syndrome. Elle s’appelle Luna Ritter. Et elle va disparaître. Pourquoi ?

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Robert Lafont pour leur confiance.

Luna n’a peur de rien. Se posant des questions sur son état de santé, elle va alors consulter le médecin Jasmine Coleman, qui ne va pas tarder à identifier sa maladie. En effet, la jeune femme serait atteinte du syndrome d’Urbach-Wiethe, qui inhibe totalement la sensation de peur chez les personnes en soufrant. Alors que le corps sans vie de Luna est découvert sur le toit d’un immeuble à New-York, la police va avoir du mal à découvrir ce qu’il s’est passé.

Je ne vais pas en dire plus sur le résumé, puisque ce thriller très prenant possède une multitude de ramifications que je préfère que vous découvriez tout au fil des pages. C’est une lecture très intrigante que j’ai decouverte ici, mais également très exigeante à bien des égards.

Je ne connaissais pas la plume de l’auteur, mais je vais suivre ses autres écrits avec grande curiosité désormais. J’ai trouvé ce thriller particulièrement bien ficelé et de plus, il porte à une réflexion.

L’auteur va ici aborder une maladie que je ne connaissais pas, et l’on constate tout au fil des pages le travail de recherche immense qu’il a dû fournir. Cela se ressent tout au fil des pages, puisque Frédéric Lepage propose un roman hautement qualitatif.

Dès les départ, je me suis beaucoup attachée à Luna. J’ai cherché tout au fil des pages ce qu’il s’était passé. Je dois dire que l’auteure m’a bluffée avec un dénouement assez inattendu. La deuxième partie gagne en rythme et il est difficile de lâcher ce roman.

La plume de l’auteur est hautement qualitative. Je n’ai pas retrouvé le style propre aux thrillers, bien au contraire, et je dois avouer que cela m’a quelque peu déroutée au début. En effet, l’auteur est très minutieux dans ses descriptions. Parfois, je dois avouer que çela cassait quelque peu mon rythme de lecture. Mais une fois que je me suis adaptée, j’ai été particulièrement bluffée par le style de l’auteur.

Un thriller différent et au suspense maintenu jusqu’au dénouement final. À découvrir.

Contemporain

Opéra des oiseaux

Opéra des oiseaux de Laurence Nobécourt

  • Auteur : Laurence Nobécourt
  • Titre : Opéra des oiseaux
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Grasset
  • Nombre de pages : 512
  • Parution : 24 août 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

À New York, Laïal tente de se détacher des siens. Au Portugal, Perla apprend à mourir, et sa fille Wanda à devenir mère. À Venise, le Cardinal Luigi de Condotti parle aux abeilles. Le jeune Kola, en Afrique, découvre ce qu’il en est de l’amour qui unit Mado, sa mère, à Youli. Dans l’hôpital de Sakhalin en Russie où un Indien se prend pour le patron de la CIA, Jozef ne fera peut-être jamais le deuil de sa femme… Voici quelques-unes des voix qui peuplent ce roman hors du commun : elles communiquent furtivement par élans charnels, émotionnels ou spirituels. Est-ce par hasard que toutes partagent la lecture des livres de Yazuki, cet écrivain japonais qui cherche son point final et dont tout le monde quête l’opus mythique, Opéra des oiseaux ?
Ainsi se déploie le grand roman de Laurence Nobécourt, tel une partition, de pays en cultures différentes, de langages en paysages inattendus, parfois ressemblants. Les destins s’entrelacent, à l’insu souvent des protagonistes : chacun poursuivant l’équilibre de sa vie, et déséquilibrant peut-être celle d’une autre. Chaque personnage est comme un passage vers un monde, une famille, une psyché ou un trouble. Parfois c’est un enfant, parfois une femme très âgée, parfois un homme dont la voix semble changer, traverser le temps et l’amour.
Entrer dans ce livre magnifique, en 365 jours vastes comme le monde et le temps, c’est accepter de ne plus maîtriser tout à fait le cours des choses, et de s’abandonner à l’énergie déconcertante de la littérature.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Grasset pour leur confiance.

Divers personnages vont se livrer ici. Il y a Laïal à New York, Mado et Kola qui sont mère et fils, Jozef qui est interné et ne pense qu’à Rachel, Wanda qui sert dans une famille, et bien d’autres. Ils ont tous en commun l’admiration pour l’écrivain japonais Yazuki. Au fil d’une année, leurs destins s’écrit, change, et évolue.

Pour une fois, et à dessein, je ne vous livre qu’un résumé très succinct de ce que nous propose ici l’auteure. Il me serait très difficile de vous faire une synthèse de chacun des personnages qui peuplent cette histoire et je préfère que les découvriez par vous-même, d’autant plus que suivre leur évolution est particulièrement intéressant.

C’est un roman particulièrement ambitieux que propose ici l’auteure, avec un style érudit et pas toujours facile à aborder, mais je dois dire que j’en ressors bluffée. Quelle qualité dans la plume. Par contre, je ne peux que vous conseiller de prendre des notes au fur et à mesure de votre lecture, sous risque de vous retrouver réellement perdus. Cela m’est arrivé à maintes reprises, puisqu’il faut un véritable temps d’adaptation afin d’intégrer tous ces caractères.

Les personnages évoluent au fil d’une année, avec pour point d’orgue leur amour pour l’écrivain japonais qu’ils admirent. J’ai trouvé ce roman très original, n’ayant jamais été confrontée à une pareille lecture. Cela n’a pas toujours été facile de pleinement rentrer dans ce livre, de par une écriture parois compliquée, mais cela vaut la peine de persévérer. Je peux affirmer qu’au final, cette lecture est particulièrement touchante et pareille a nulle autre.

La plume est particulièrement élégante, mais pas toujours facile d’accès. C’est un roman qu’il faut prendrez le temps de découvrir sous risque de passer à côté. Les chapitres sont les jours de l’année et à chacun d’entre eux, on quitte l’un des personnages principaux pour en retrouver un autre. Pas toujours facile de s’y retrouver. J’ai eu parfois la sensation que l’auteure passait peut-être trop vite d’un personnage à l’autre ne me laissant pas tout à fait le temps de m’accoutumer. Mais c’est un petit détail qui ne plus dérangée au fil des pages.

Un roman ambitieux d’une grande qualité à découvrir.

Contemporain, Non classé

À la fin tout commence

À la fin tout commence de Georgina Tuna Sorin

  • Auteur : Georgina Tuna Sorin
  • Titre : À la fin tout commence
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Librinova
  • Nombre de pages : 330
  • Parution : 6 octobre 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

À trente ans, Mathilde voit son monde s’effondrer et ses repères s’effacer. Lasse de courir après un bonheur qui s’acharne à la fuir, elle est sur le point de baisser les bras et glisse vers la dépression qui lui tend les siens.

Une subite envie d’ailleurs l’amène à dépoussiérer la vieille valise qui trône au-dessus de l’armoire ; elle y découvre un trésor inestimable.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Librinova pour leur confiance.

La vie de Mathilde n’est pas simple. Martyrisée par son patron Thomas, le jour où elle se rebelle enfin va être son dernier dans le cabinet où elle travaille comme juriste. Son compagnon Greg l’a tout juste quittée par simple message au bout de deux ans de relation. Mais surtout, la jeune femme ne se remet pas du décès de sa maman survenu un an auparavant. Elle a besoin d’un nouveau départ et elle va alors prendre la valise de sa maman, celle-là même que cette dernière a prise des années auparavant pour fuir avec sa fille un mari violent. Cette valise va lui permettre de se reconstruire grâce aux messages laissés par sa maman.

Décidément, Georgina a un talent fou afin de créer des histoires bouleversantes et riches en émotions. Cet opus ne fait pas exception. Je le qualifierai de récit initiatique. Le lecteur va suivre la reconstruction de Mathilde et c’est très émouvant.

D’emblée, je me suis attachée à la jeune femme. En effet, ce personnage est généreux et d’une grande sensibilité. L’auteure a su parfaitement brosser son caractère tout en nuances. J’ai trouvé qu’elle n’était jamais statique, au contraire, et qu’elle réussissait à évoluer et à se remettre en question.

La jeune femme, bien qu’assez solitaire, va pouvoir compter sur l’aide et le soutien inconditionnels de sa meilleur amie Clara. Leur amitié m’a beaucoup touchée.

La plume de l’auteure est d’une grande fluidité. Je tiens à mettre en avant la qualité du texte, que ce soit au niveau de l’orthographe comme de la syntaxe. C’est si agréable de retrouver cela dans les textes auto-édités. Je sais que lorsque je vais découvrir un roman de l’auteure, cela va être synonyme de qualité.

Un roman d’apprentissage dans lequel le personnage principal va tenter de se reconstruire peu à peu. C’est touchant et émouvant. Une auteure à lire sans hésiter.

Ma note : 17/20

Contemporain

Le mur de l’Atlantique

Le mur de l’Atlantique d’Olivia Resenterra

  • Auteur : Olivia Resenterra
  • Titre : Le mur de l’Atlantique
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : du Rocher
  • Nombre de pages : 176
  • Parution : 11 janvier 2023
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

La narratrice, qui vit à Londres, passe une semaine de vacances chez ses parents en Charente-Maritime. Une dernière fois, elle veut se rendre dans la maison, tout juste vendue, de sa grand-mère. Cette ultime visite et ce bref séjour au bord de l’Atlantique la ramènent sur les chemins de l’enfance. Elle tourne les pages des albums photos de famille, se souvient de son grand-père Valentino, immigré italien, maçon et ouvrier agricole ; de la quête d’un vieux fort réputé impénétrable ; de l’estuaire du fleuve tout au bout des marais… Sans oublier cet horizon sauvage : l’île Madame.

Le récit, d’une infinie élégance, a le charme d’une balade balnéaire. Les époques se mêlent avec délicatesse, reprennent vie et nous restituent le plus précieux des parfums, celui d’un temps suspendu.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions du Rocher pour leur confiance.

Charentes-Maritimes. La narratrice va se rendre une dernière fois dans la maison de sa grand-mère qui vient tout juste d’être vendue. C’est l’occasion pour elle de faire appel à ses souvenirs au travers de la contemplation des lieux, des albums photos et de l’environnement de son enfance.

C’est un roman contemplatif et initiatique que propose ici l’auteure. Avec une délicatesse et une sensibilité à fleur de peau, elle va faire preuve d’introspection et une dernière fois dire adieu à la maison de sa grand-mère.

Ce genre de roman intimiste me plait particulièrement puisque l’auteure se livre en quelque sorte à son lecteur et c’est de toute beauté. Avec beaucoup de générosité, elle va nous faire part de ses ressentis. On se sent presque privilégié par rapport à toutes les émotions qu’elle nous confie.

Ce court roman est une parenthèse littéraire entre deux lectures plus lourdes. J’ai ressenti une belle palette d’émotions de par un récit qui a su me toucher profondément sans jamais tomber dans la sensiblerie facile.

La plume de l’auteure est d’une grande élégance. Sincère, authentique et généreuse, elle permet au lecteur de comprendre au mieux les ressentis de la narratrice.

Un récit intimiste et empli d’émotions à découvrir.

Contemporain

Quand pique ton cœur

Quand pique ton cœur de Sarah Crossan

  • Auteur : Sarah Crossan
  • Titre : Quand pique ton cœur
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Mazarine
  • Nombre de pages : 306
  • Parution : 5 octobre 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Ana Kelly est habituée à la mort. En tant qu’avocate spécialisée dans le droit de succession, elle est souvent contactée par les proches de ses clients pour l’informer du décès de l’un d’eux.
Mais rien n’avait préparé Ana à l’appel de Rebecca Taylor qui lui annonce la mort de son mari Connor dans un accident.
Cela fait trois ans qu’Ana et Connor avaient une liaison – se retrouvant dans des chambres d’hôtel, partant pour des week-ends en amoureux à la campagne et effaçant hâtivement des sms à peine envoyés. Ils cachaient bien leur amour, et personne n’était au courant.
Seule et désemparée, Ana recherche l’amitié de celle qu’elle considérait jusqu’alors comme sa rivale, mais qui, maintenant, est la seule à comprendre sa douleur : Rebecca.
Tandis qu’Ana se rapproche de la veuve de son amant, elle est obligée de reconnaître de douloureuses vérités sur leur liaison – et sur la volatilité de l’amour et du désir.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Mazarine pour leur confiance.

Ana est avocate spécialisée dans les droits de succession. Mariée et mère de famille, elle semble en apparence mener une vie tranquille. Pourtant, un jour, elle reçoit l’appel téléphonique de Rebecca, qui l’informe que son mari Connor est tragiquement décédé. Ana connaissait très bien cet homme, et pour cause. En plus d’être son avocate, elle était également son amante. Peu à peu, Ana va se rapprocher de Rebecca et perdre pied dans une situation très étrange.

Tout d’abord, et une fois n’est pas coutume, je voudrais vous parler de cette magnifique couverture qui laisse présager un roman lumineux. Je peux vous assurer qu’il n’en est rien, bien au contraire. Ce récit est malaisant et assez glauque. L’auteure propose un roman fort, traitant de thématiques percutantes, telles que l’adultère, les secrets, et les mensonges.

Mais elle va également aborder la thématique du deuil au travers du personnage d’Ana, qui va peu à peu sombrer, et faire à mon sens une succession de mauvais choix.

Elle va tenter de se rapprocher de Mark, qui était un ami très proche de Connor, mais également de Rebecca, la veuve de Connor. J’ai vu à quel point la jeune femme perd pied au fur et à mesure que je tournais les pages. Le roman est très troublant.

La plume de l’auteure est un véritable plus pour cette histoire. En effet, la narration se fait en vers libres, et j’ai ainsi trouvé que le style était encore plus percutant. C’est d’une grande originalité et je ne m’attendais pas à cela.

Un roman percutant, très singulier dans sa forme et dans son fond. Je suivrai les écrits de cette auteure avec beaucoup d’attention. À découvrir.

Ma note : 16/20

Thriller

Rien que nous deux

Rien que nous deux de Laure Van Rensburg

  • Auteur : Laure Van Resburg
  • Titre : Rien que nous deux
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Presses de la Cité
  • Nombre de pages : 336
  • Parution : 20 avril 2023
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Steven Harding est un séduisant professeur promis à un brillant avenir. C’est aussi un don Juan avec un penchant pour les très jeunes femmes. Quand, malgré sa prédilection pour les aventures sans lendemain, il entame une relation avec Ellie, il se dit qu’elle pourrait enfin être « celle qui reste ». Belle, intelligente, sexy, l’étudiante le touche par sa fragilité. Et lorsqu’elle organise un week-end en amoureux dans une maison de rêve isolée, Steven est comblé.

Une tempête de neige plus tard, leur tête-à-tête passionné prend une tournure inattendue et se transforme en un funeste jeu du chat et de la souris. Mais qui est le chasseur, et qui est la proie ?

Un huis clos haletant mettant en scène une vengeance machiavélique.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Presses de la Cité pour leur confiance.

Ellie et Steven forment un couple que tout oppose, à commencer par la grande différence d’âge. Ce n’est pourtant pas un obstacle à leur amour. Ils vont alors décider de partir en week-end dans une maison isolée et en pleine tempête. Alors que tout semble aller pour le mieux, un jeu de traque va commencer.

Je préfère ne pas vous en dire plus quant à la nature de cette traque afin de rien spoiler et que vous découvriez tout par vous-même. L’auteure propose une huis clos haletant, surtout dans sa deuxième partie que j’ai trouvée plus rythmée.

En effet, le premier quart peut sembler répétitif par certains moments, du fait que j’ai trouvé que l’intrigue semblait tourner en rond. J’ai malgré tout persévérer et il faut dire que rien n’est superflu puisque tout permet de comprendre comment les choses en sont arrivées à ce point.

Ce huis clos est réellement oppressant, et je ne peux vous en dire plus sur les tenants et aboutissants sous risque de vous dévoiler une grosse partie du mystère. Le suspense est distillé par petites touches et le résultat est glaçant.

La plume est addictive. J’ai beaucoup aimé le schéma narratif qui alterne entre les points de vue de Steven et de Ellie, mais également avec certains passages au passé. Cela peut paraître flou au premier abord et c’est ce qui ajoute à la montée du suspense.

Un thriller glaçant, mené tambour battant malgré un premier quart qui met en peu de temps pour se mettre en place. L’auteure a su maintenir son suspense tout au fil des pages. À découvrir.

Ma note : 16/20

Thriller

Les moissons

Les moissons d’Erin Young

  • Auteur : Erin Young
  • Titre : Les moissons
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Belfond
  • Nombre de pages : 464
  • Parution : 2 mars 2023
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Iowa. Des champs, des silos et des fermes à perte de vue. Mais derrière l’image bucolique d’une Amérique éternelle se cache la misère d’une population paysanne rendue exsangue par l’agrobusiness ; un taux de misère et de violence qui grimpe aussi vite que celui des pesticides dans le sol.
Habituée aux difficultés locales, la sergente Riley Fisher se retrouve à enquêter sur une vague de crimes hors normes. Un premier corps découvert dans un champ de maïs. Puis d’autres. Tous porteurs de stigmates dignes d’un film d’horreur. Là, derrière les épis, un serial-killer guette ses proies.
À mesure que l’enquête avance, d’autres liens apparaissent : l’implication d’un géant de l’agriculture, des ramifications politiques et financières qui dépassent largement le Midwest. Comment Riley pourrait-elle lutter contre un scandale d’État ? Comment faire éclater une vérité que personne ne veut entendre ?

Intense, passionnant et absolument glaçant, un thriller horrifique qui évoque les dérives de l’industrie agroalimentaire, les risques sanitaires et les menaces sans précédent qui pèsent sur le monde du vivant.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Belfond pour leur confiance.

Iowa. Le corps sans vie d’une jeune femme gît dans un champ de maïs. La sergente Riley est sans voix. Elle reconnaît une amie d’enfance. Bientôt, ce sont d’autres cadavres qui vont faire leur apparition. Riley va en faire une affaire personnelle et enquêter sur l’origine de ces meurtres de plus en plus sanglants.

Je ne conaissais pas du tout cette auteure que je vais désormais suivre de très près. Elle nous propose ici une intrigue glaçante et ultra moderne et avec une thématique principale des plus intéressantes.

Si le roman prend un peu de temps à se mettre en place, il va néanmoins falloir persévérer, car une fois dedans, il devient très difficile à lâcher. J’ai beaucoup apprécié l’enquête principale mais également les événements passés qui abordent les divers secrets de Riley.

L’auteure a inséré une multitude de personnages au cours de son intrigue, et je dois avouer que cela était parfois trop. Malgré tout, après le petit moment d’adaptation nécessaire, l’auteure a su les faire évoluer à merveille.

Le contexte politique et agricole est très présent et le roman prend les allures d’un récit ultra moderne. L’auteure aborde des thématiques très intéressantes et d’actualité.

Le suspense est bien maintenu, et même si le roman est de facture assez classique, il n’en demeure pas moins surprenant à plusieurs reprises.

La plume de l’auteure est très fluide. Beaucoup de dialogues parsèment les pages, et le style est addictif. Il faut être très attentif afin de ne pas en perdre le fil.

Un thriller qui peut sembler quelque peu lent à se mettre en place et qui offre une intrigue très moderne abordant des thématiques d’actualité.

Ma note : 16/20

Contemporain

Un jour, j’ai été heureux

Un jour, j’ai été heureux de Frédéric Hermel

  • Auteur : Frédéric Hermel
  • Titre : Un jour, j’ai été heureux
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Fayard
  • Nombre de pages : 216
  • Parution : 3 mars 2023
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

« Juillet 2002, Brooklyn. Première nuit d’amour avec Allison. Je me souviens de la moiteur de la ville, de nos souffles saccadés, du bruit du ventilateur, des chansons de Madonna qui tournaient en boucle, témoins de nos caresses nocturnes, de l’urgence de s’aimer.
Avril 2022, Paris. Je comprends enfin combien, alors, j’ai été heureux. Dix-sept ans que je ne l’ai pas vue, que je n’ai pas entendu son accent américain si troublant me susurrer des mots d’amour. Pourtant, d’elle, je n’ai rien oublié. Et si le vrai bonheur, c’était ça, notre capacité, immédiate ou tardive, à déceler les moments qui comptent ? »

Dans ce roman aux saveurs autobiographiques, Frédéric Hermel raconte une femme et des étés à New York. Un amour puissant et charnel entre deux êtres séparés par l’océan, une expérience universelle dans laquelle chacun pourra se reconnaître.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Fayard pour leur confiance.

Frédéric Hermel va se raconter tout au fil d’un récit autobiographique. Il va ainsi nous parler d’Allison, un amour de jeunesse, retracer les commencements de cette histoire et l’évolution de leur amour malgré la distance. En effet, Allison est américaine et vit a New York.

Inutile de tergiverser bien longtemps, ce récit m’a profondément émue et c’est un véritable coup de cœur. Avec une sensibilité à fleur de peau et une grande acuité dans la description de ses sentiments, Frédéric offre un récit qui touche profondément son lecteur.

Dès le départ, j’ai été passionnée par la manière habile de raconter de l’auteur. Il va littéralement se livrer et ce n’est pas un exercice facile. Grâce au recul dont il peut maintenant faire preuve, il peut ainsi nous faire part de ses ressentis avec une belle générosité et il est impossible de ne pas ressortir très ému par ce beau récit, qui parlera sans doute à beaucoup de ses lecteurs.

En effet, Frédéric abord un sujet universel tel que le souvenir d’un premier amour. Il le fait avec beaucoup de justesse et d’authenticité. Mais Frédéric va également nous livrer d’autres passages personnels qui m’ont profondément touchée. Il se livre à chaque page.

Ce récit est également une invitation au voyage, puisque Frédéric nous retranscrit les endroits visités au gré de ses retrouvailles avec Allison, mais également les voyages personnels effectués au fil des ans.

La plume de l’auteur m’a touchée d’une manière indicible. Il n’est jamais aisé de retranscrire des sentiments personnels, et Frédéric a réussi cela avec beaucoup de brio. En peu de pages, les émotions transparaissent à chaque phrase.

Un roman très personnel dans lequel l’auteur se livre avec une grande générosité et beaucoup d’authenticité. A découvrir sans hésiter.

Contemporain

Une nuit particulière

Une nuit particulière de Grégoire Delacourt

  • Auteur : Grégoire Delacourt
  • Titre : Une nuit particulière
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Grasset
  • Nombre de pages : 200
  • Parution : 1 mars 2023
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Elle s’appelle Aurore. Et pourtant c’est au crépuscule qu’elle rencontre Simeone, un soir d’automne, à Paris, aux abords du local d’un groupe de parole. Elle quitte une réunion, lui arrive pour la suivante. Il attend, l’observe, intrigué, mais c’est elle qui s’adresse à lui. Le temps d’une cigarette, la conversation s’engage.
Après trente ans d’amour fou, Aurore sait qu’elle va être quittée par son mari. Simeone a la gorge mangée par un crabe, il lui reste peu de temps à vivre, il refuse de lutter et sa femme a peur. Alors les deux inconnus s’avancent ensemble dans une nuit qui ne ressemblera à nulle autre, des rues de Paris à un bar de nuit, d’une chambre d’hôtel à un aller-retour en taxi vers Roissy et une évasion vers les rivages de l’aube. Première ou dernière nuit, tous deux l’ignorent. Ils ne sont sûrs que d’une chose : au matin, après cette bouleversante nuit d’amour, rien ne sera plus jamais comme avant. Car l’amour ne s’écrit jamais à l’avance.
Romanesque, poétique, fulgurant : un magnifique roman d’amour.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Grasset pour leur confiance.

Aurore va être quittée par son mari. Après de longues années d’amour inconditionnel, l’homme choisit de l’abandonner. Pendant la nuit où il se prépare à quitter la maison qu’il a partagée avec Aurore, cette dernière va, quant à elle, se promener dans Paris et y rencontrer Simeone. Elle va alors lui demander de l’emmener et de passer cette nuit particulière ensemble.

C’est un roman tout en introspection que propose ici l’auteur. Je découvre sa plume avec ce récit nuancé et émouvant. Et même si je dois reconnaître avoir eu parfois quelques difficultés à pleinement apprécier l’univers de ce livre, cela a attisé ma curiosité et je ne serais pas contre de découvrir d’autres écrits de l’auteur.

Ici, beaucoup d’introspection dans les sentiments personnels des deux protagonistes, en particulier ceux d’Aurore. J’ai nettement préféré la partie consacrée à Simeone qui m’a paru moins décortiquée au niveau des ressentis.

En effet, Aurore est très centrée sur ce qu’elle va ressentir au fil de cette nuit, alors que Simeone offre une vue d’ensemble de tous les éléments qui l’on amené à se retrouver auprès de cette femme le temps d’une nuit.

La plume de l’auteur est tout en douceur. Je dois avouer que certains dialogues ne m’ont pas toujours paru réalistes, mais ils sont vraiment très beaux à lire et beaucoup de poésie émane de ce récit. Le roman est divisé en deux parties, chacune d’entre elles consacrée au point de vue des deux personnages principaux.

Un roman empreint d’une belle poésie. Malgré quelques petits bémols pour ma part, ce récit offre beaucoup d’émotions.

Ma note : 15/20