Non classé

La boîte à musique, tome 1

Bienvenue à Pandorient de Carbone et Gijé

  • Auteur : Carbone et Gijê
  • Titre : La boîte à musique, tome 1 : Bienvenue à Pandorient
  • Genre : Bande-dessinée
  • Éditions : Dupuis
  • Nombre de pages : 56
  • Parution : 26 janvier 2018
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Pour son huitième anniversaire, Nola, petite fille espiègle, reçoit de la part de son père Martin la boîte à musique de sa mère, Annah, récemment décédée. Cette boîte est un symbole pour la petite fille, mais très vite, la fillette croit voir des signes de vie à l’intérieur. Oui, elle ne rêve pas : quelqu’un lui fait signe et lui demande de l’aide. Dès lors, en suivant les instructions d’Andréa, la fille de la boîte à musique, Nola rapetisse, entre dans la boîte et découvre le monde de Pandorient, un monde incroyable… Le temps presse cependant, car Mathilda, la mère d’Andréa et de son frère Igor, est gravement malade… Que lui arrive-t-il ? Aurait-elle été empoisonnée ? L’eau serait-elle contaminée ? Rapidement, les soupçons se confirment. En urgence, les enfants vont s’occuper de Mathilda puis remonter la piste du pollueur sans vergogne… avant que Nola ne regagne sa vie dans son monde, aux côtés de son père.

À moins que tout cela ne fût qu’un rêve… ou pas !

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Dupuis pour cette lecture.

Nola a perdu sa maman Annah il y a quelques mois. Pour son huitième anniversaire, son père lui offre la boîte à musique qui appartenait à sa maman. En y regardant de plus près, elle y aperçoit une fille qui s’appelle Andrea et qui lui demande de lui venir en aide. En suivant ses instructions, Nola pourra rentrer dans un nouveau monde, Pandorient.

Quelle belle bande-dessinée. Dès la première vignette, j’ai su que cette histoire avait tout pour me plaire, et je n’ai pas été déçue. Il s’agit d’un premier tome, qui servira davantage à poser le contexte et les bases de l’univers créé.

C’est un monde féerique dans lequel arrive Nola. Pandorient est totalement différent de ce qu’elle connaît. Mais si l’ambiance paraît séduisante de prime abord, on se rend vite compte que les dangers sont également présents. Dans ce tome, Nola rencontrera Andrea et Igor qui lui demanderont de venir en aide à leur maman. Dès lors, en entrant dans ce monde, elle se retrouve la gardienne d’un secret qu’elle ne devra pas divulguer.

Les graphismes sont très beaux, avec de très jolies couleurs. Les expressions faciales des personnages sont très bien rendues, et le scénario, s’il peut paraître simple de prime abord, tiendra pourtant toutes ses promesses.

Un tome qui servira d’introduction à un univers féerique. Le lecteur découvrira des personnages attachants et les aventures sont très prometteuses. Je lirai la suite avec grand plaisir.

Ma note : 18/20

Non classé

Éclats, tome 1

Éclats d’Erik de Graaf

  • Auteur : Erik de Graaf
  • Titre : Éclats
  • Genre : Bande-dessinée
  • Éditions : Dupuis
  • Nombre de pages : 264
  • Parution : 21 août 2020
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Un an après la fin de la Seconde Guerre mondiale, Esther et Victor, anciens amants, se retrouvent dans un cimetière. Ils ne se sont plus revus depuis l’invasion des Pays-Bas par les troupes hitlériennes. Tous deux sont marqués par les années de guerre qu’ils tentent, vaille que vaille, de se transmettre en mots. Leurs récits, chargés en émotion, portent sur les choix – souvent impossibles – qu’ils ont dû faire, les êtres chers qu’ils ont perdus et, surtout, la bataille qu’ils ont menée avec leur conscience. Des amis proches ont en effet opté pour la résistance, d’autres pour le Front de l’Est. Sans oublier qu’Esther est Juive.

Éclats est la première partie de cette histoire sur la perte. Perte de l’innocence, des rêves, de la jeunesse et, bien sûr, de la liberté.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Dupuis pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman graphique.

1946. Un an après la fin de la Seconde Guerre Mondiale, Victor et Esther se retrouvent dans un cimetière. Les deux jeunes gens furent amants et au travers d’une longue conversation, ils vont se raconter. Victor abordera notamment son parcours et les drames qu’il a dû subir.

Dès que j’ai lu le synopsis, j’ai su que je voudrais lire ce roman graphique. En effet, la thématique abordée m’intéresse fortement et je dois dire que Erik réussit à bien mettre en scène les drames de cette Guerre.

J’ai été très déroutée au début de cette lecture, me perdant parfois dans la temporalité, puisque les retours en arrière sont très nombreux. Malgré tout, l’auteur veille bien à indiquer les dates afin de ne pas perdre son lecteur. Après une petite période d’adaptation, je me suis laissée porter par cette histoire.

L’auteur a fait le choix de la sobriété tout à au fil des vignettes, que ce soit dans les dialogues qui ne sont pas forcément présents constamment, comme dans le graphisme épuré. Les passages au passé sont en noir et blanc, et ceux du présent sont en couleurs. Je peux simplement reprocher de ne pas avoir eu des dessins plus distinctifs, confondant ainsi parfois certains personnages entre eux.

Un roman graphique qui, au travers d’un couple qui se retrouve, va retracer les heures sombres de l’Histoire. Beaucoup d’émotion transparaît dans ces vignettes, et l’histoire est bouleversante à suivre.

Ma note : 16/20

Non classé

Mots français méconnus de la langue anglaise

Mots français méconnus de la langue anglaise de Gilbert Laporte

  • Auteur : Gilbert Laporte
  • Titre : Mots français méconnus de la langue anglaise
  • Genre : Essai
  • Éditions : Librinova
  • Nombre de pages : 117
  • Parution : 20 mai 2020
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Beaucoup de gens se désespèrent parce qu’ils pensent que la langue française est envahie de mots anglais.
Mais en fait, c’est l’inverse !
Savez-vous que spoiler, mail, suspens, flirt, basket, very, screen, stuff sont des mots français ? Vous a-t-on appris que shop est une déformation d’échoppe et que knife est tout simplement un canif ? Et que ce qu’on appelle les « faux amis » étaient des mots qui avaient dans le passé la même signification des deux côtés de la Manche ?
Quant à tous ces termes actuels tels que : challenge, manager, coach, budget, retail, ne viendraient-ils pas tout droit de notre bonne vieille France médiévale ?
Alors, abandonnez vos complexes sur les anglicismes : les envahisseurs, c’est nous.
Et de loin !

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier les Éditions Librinova pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce livre.

Si l’on peut parfois avoir tendance à s’agacer de trouver de plus en plus d’anglicismes dans la langue française, nous sommes pourtant peu nombreux à savoir que c’est souvent la langue anglaise qui retrouve beaucoup de mots français dans son vocabulaire. J’ai trouvé le postulat de départ de ce petit ouvrage très intéressant et surtout, au fil des pages, très instructif.

Gilbert va parler de l’influence du français dans la langue anglaise sous un point de vue historique d’abord, et lexical pour continuer. J’ai appris énormément de choses dont j’ignorais tout, pour ainsi dire. De manière succincte, Gilbert explore les origines de cette influence linguistique, en partant notamment de Guillaume le Conquérant, afin de permettre au lecteur de mieux comprendre les tenants et aboutissants.

Gilbert accordera ensuite un espace important dans son ouvrage quant à l’explication de certaines expressions anglaises directement dérivées du français. C’est très intéressant et empli d’anecdotes passionnantes. L’auteur découpera certains mots afin de mettre en exergue le fait que l’on retrouve certains de leurs préfixes et de leurs suffixes dans les mots anglais.

La plume de l’auteur est très didactique et accessible à tous. Gilbert restera en surface, ce qui fait que ce petit ouvrage n’est pas pesant à lire. Les chapitres sont découpés de manière très cohérente et l’auteur a tenu à suivre un ordre, afin de ne pas perdre en lecteur sous une foule d’informations livrées pêle-mêle.

Un ouvrage très intéressant, destiné aux amoureux de l’origine des langues et de leurs influences. C’est très instructif et empli d’anecdotes curieuses. Une très belle découverte.

Ma note : 16/20

Non classé

Smartphone : incivilités et inepties

Smartphone : incivilités et inepties de Pierre Massot

  • Auteur : Pierre Massot
  • Titre : Smartphone : incivilités et inepties
  • Genre : Essai
  • Éditions : Librinova
  • Nombre de pages : 2 mars 2020
  • Parution : 137
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Comme le souhaitait l’un des fondateurs de Google, nous avons désormais à la main notre troisième hémisphère cérébral : un smartphone. Ça change le monde. Mais jusqu’où ? L’auteur a choisi 21 comportements qui se banalisent alors qu’ils ne devraient pas l’être. Le gênant, l’inacceptable deviennent ordinaires. Ce n’est pas une fatalité. C’est notre responsabilité. Ce petit livre est une alerte adressée aux utilisateurs/trices de smartphones. Nous sommes aspirés par un rapt gigantesque. Mais nous pouvons choisir de faire autrement. C’est de nous dont il s’agit. Mais aussi de nos enfants et de nos jeunes.

Pour chacun des 21 comportements dénoncés, on trouvera une illustration qui croque notre vie quotidienne, un auto-test et son analyse qui suggère des façons de faire différentes, un article approfondissant le sujet et ses enjeux.

Ce petit ouvrage documenté informe sur notre actualité avec le smartphone autant qu’il interroge, provoque, dérange, suscite réflexion voire polémique pour un public très large qui va des jeunes ados à tous les adultes. Plus d’un être humain sur deux réseaute sur smartphone : la cible est large … 

Un ouvrage à lire comme une revue de presse, à partager, à discuter, pour une meilleure écologie de vie avec nos smartphones.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Librinova pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu décevoir ce roman.

De nos jours, la mondialisation des nouvelles technologies n’est plus à démontrer. Et pourtant, il semblerait que personne n’établit certaines règles afin de ne pas vite tomber dans des comportements absurdes. Pierre va analyser dans ce petit ouvrage pas moins de 21 comportements qui frôlent avec l’incivilité, lorsque nous utilisons un smartphone.

En effet, certains comportements, comme par exemple entendre un utilisateur crier pendant un appel téléphonique, passent parfois inaperçus et comme naturels, alors que cela peut déranger beaucoup de personnes. Grâce à ces 21 cas de figure, l’auteur fera prendre conscience au lecteur que même s’en rendre compte, il fait également preuve de beaucoup d’inepties lors de l’utilisation de leur smartphone.

La plume de l’auteur est conviviale et le ton n’est pas moralisateur. Pierre va se contenter de fournir quelques pistes afin de rectifier certains comportements excessifs dont chaque utilisateur de smartphone peut faire preuve. Pour chacun des cas, une question est posée et plusieurs options sont présentées au lecteur. Suivant un code de couleur que Pierre expliquera en début d’ouvrage, les explications fournies sont intéressantes et prêtent à la réflexion.

Un petit livre très intéressant où l’auteur fournira des pistes afin de faire une utilisation plus responsable et plus civile de son smartphone. Sans fournir des idées forcément innovantes, cela prête à la réflexion et c’est une bonne découverte.

Ma note : 16/20

Non classé

Frnck, tome 1

Le début du commencement de Brice Cossu et Olivier Bocquet

  • Auteur : Brice Cossu et Olivier Bocquet
  • Titre : Frnck
  • Genre : Bande-dessinée
  • Éditions : Dupuis
  • Nombre de pages : 56
  • Parution : 17 mars 2017
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Franck est un gamin de 13 ans qui vit dans un orphelinat depuis sa plus tendre enfance. Un jour, alors qu’une énième famille est prête à l’adopter, la directrice laisse échapper que personne ne sait ce que sont devenus ses parents. Abasourdi par cette révélation, alors qu’il les croyait morts, Franck décide de fuguer et de retrouver sa famille. Il commence sa quête à l’endroit précis où il a été trouvé. À l’époque une forêt, aujourd’hui un chantier pour un futur parc d’attractions préhistoriques sur le thème de la préhistoire. Sur place, Franck échappe de justesse aux crocs d’un molosse mais chute dans un étang, échappe de peu à la noyade et reprend conscience dans une grotte. Après avoir été pourchassé par un smilodon, fait prisonnier par une tribu d’Homo sapiens et servi d’appât pour un poisson géant, Franck se rend compte qu’il n’a pas atterri dans un parc aux effets spéciaux ultra-réalistes… Il est tombé dans une faille spatiotemporelle et est remonté jusqu’à la vraie préhistoire !

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Dupuis pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman graphique.

Franck est un un jeune adolescent orphelin. Lorsqu’on lui trouve une nouvelle famille prête à l’adopter après trois échecs consécutifs, Franck va décider de s’enfuir et de partir à la recherche de ses parents biologiques. Durant ses aventures, il va se retrouver attrapé dans une faille spatio-temporelle qui l’amènera en plein dans la préhistoire.

Si je n’ai pas forcément trouvé ce premier tome très captivant, je garde malgré tout en tête qu’il s’agit d’une introduction à un univers vaste et original. Je n’ai pas été spécialement conquise ni par le scénario, ni par Franck mais j’ai tout de même trouvé un bon potentiel à cette bande-dessinée.

J’ai eu la sensation que cela partait un peu dans tous les sens, ayant parfois du mal à suivre les diverses actions de Franck et des autres personnages. Pourtant, c’est une bonne incursion dans un univers qui se veut riche et je suis très curieuse de savoir comment Franck va réussir à s’adapter dans une période historique qui est bien loin de ce qu’il connaît.

Les graphismes sont assez percutants. Certains passages sont frais et relatés avec beaucoup d’humour. Le tout reste très visuel, avec parfois très peu de dialogues. Les situations sont souvent cocasses et c’est vraiment pétillant. Cependant, j’aurais apprécié davantage de densité quant à l’effet humoristique recherché. Cela reste en surface par moments.

Un premier tome qui sert davantage d’introduction à un univers riche et varié. Si je ne ressors pas forcément séduite par cette première aventure de Franck, je serai tout de même très curieuse d’en découvrir la suite.

Ma note : 14/20

Non classé

Les sœurs Gremillet, tome 1

Le rêve de Sarah de Di Gregorio et Barbucci

  • Auteur : Di Gregorio et Barbucci
  • Titre : Les soeurs Gremillet, tome 1 : Le rêve de Sarah
  • Genre : Bande-dessinée
  • Éditions : Dupuis
  • Nombre de pages : 72
  • Parution : 12 juin 2020
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Plonger dans l’histoire comme dans un rêve… Dans un turquoise lumineux et mélancolique apparaissent pour la première fois les trois soeurs Grémillet, guidées par des méduses qui flottent, jusqu’au grand arbre et son palais de verre. À l’intérieur, une petite méduse lévite au-dessus d’un lit. Sarah, l’aînée, ne s’explique pas ce rêve étrange. Obsédée par ce mystère, elle parviendra à l’élucider avec l’aide de ses deux soeurs.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Dupuis pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman graphique.

La famille Gremillet est résolument féminine. En effet, elle est composée de Magda, la mère, de Sarah, l’aînée, de Cassiopée, la cadette et de Lucille, la benjamine. L’harmonie est parfaite. Pourtant, Sarah est perturbée par un rêve étrange et récurrent qu’elle fait et ayant visiblement un rapport avec le passé de sa maman. Se rendant compte qu’elle en sait bien peu à ce sujet, elle va se décider à enquêter auprès de ses sœurs et de découvrir ainsi ce que pourrait bien leur cacher leur maman.

Voilà un roman graphique féminin dans sa totalité, très facile à suivre, et vraiment bien réalisé. J’ai passé un excellent moment de lecture en compagnie de ces trois sœurs. Chacune a un caractère bien à elle, et elles sont toutes les trois très attachantes. Sarah est la plus sérieuse des trois, et elle a pour devoir de prendre soin de ses deux sœurs. Cassiopée est une véritable rêveuse et finalement, Lucille est une amoureuse des chats, leur prêtant ainsi parfois plus d’attention qu’aux personnes.

D’emblée, j’ai réussi à m’attacher aux trois sœurs, que j’ai trouvées pétillantes et très gentilles. L’histoire est toute simple, et peut-être que le dénouement va trop vite, mais malgré tout les auteurs ont su instaurer toute l’émotion nécessaire.

Les graphismes sont de toute beauté. Très colorées et harmonieuses, les planches plongeront le lecteur dans un univers féerique et somptueux. Les expressions des visages sont bien rendues et je dois dire que les auteurs ont réellement le sens du détail.

Une bande-dessinée très réussie, avec beaucoup de couleurs et des dessins très beaux. C’est une incursion dans l’univers des sœurs Gremillet et cela annonce une série très prometteuse. Je lirai les prochains tomes avec plaisir. À découvrir.

Ma note : 18/20

Non classé

L’élève Ducobu, tome 25

L’idole des écoles ! de Godi et Zidrou

  • Auteur : Godi et Zidrou
  • Titre : L’élève Ducobu, tome 25 : L’idole des écoles !
  • Genre : Bande-dessinée
  • Éditions : Le Lombard
  • Nombre de pages : 64
  • Parution : 7 février 2020
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Puisque la musique adoucit les mœurs, Ducobu pourrait bien en user pour amadouer sa célèbre voisine de classe… Encore un nouveau moyen imparable de tricher ! Même si cela ne plaira certainement pas à Mademoiselle Rateau qui prodigue ses cours de musique avec entrain.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Le Lombard pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman graphique.

Ducobu, l’élève le plus cancre, va user de nouvelles méthodes pour tricher. Comme d’habitude, Léonie, la première de classe ne se trouve pas très loin.

J’ai passé un excellent moment de lecture avec ce roman graphique qui aura su me faire rire à plusieurs reprises. Le scénario tient toutes ses promesses, et les auteurs ont su en tirer le meilleur parti. Je ne me suis pas lassée tout au fil des pages, bien au contraire.

Le personnage de Ducobu est toujours aussi attachant. La thématique étant toujours la même, il faut reconnaître que les auteurs réussissent à ne pas lasser le public, avec des blagues trop vues et prévisibles.

Les dessins sont très soignés et l’effet comique passe beaucoup par le côté visuel, qui est bien restitué. C’est une bande-dessinée de qualité. Les dialogues réussissent leur petit effet comique escompté.

Une excellente bande-dessinée avec laquelle j’ai passé un très bon moment de lecture. À découvrir.

Ma note : 17/20

Non classé

Catharsis Disputatio

Catharsis Disputatio de Patrice Quélard

  • Auteur : Patrice Quélard
  • Titre : Catharsis Disputatio
  • Genre : Historique
  • Éditions : Auto-édité
  • Nombre de pages : 570
  • Parution : 31 mai 2019
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Avant de commencer

Ce roman a été lu dans le cadre du Prix des Auteurs Inconnus 2019. Il fait partie des finalistes de la catégorie littérature blanche, dont je suis jury. Pour être totalement honnête, ce roman ne faisait pas partie de mon choix au moment de voter pour les cinq finalistes. Et pour cause, ici c’est un roman historique, et ce n’est pas vraiment ce que je préfère en matière de lecture. Finalement, ma lecture a été laborieuse et je m’en explique.

Pour retrouver le Prix des Auteurs Inconnus 2019, c’est par ici : 

– Sur leur site web : ici

– Sur Instagram : ici

– Sur Facebook : ici

– Sur Twitter : ici

Résumé

Occitanie, début du XIIIe siècle. L’hérésie cathare gagne du terrain. Est-elle une cause à défendre, ou un fléau à abattre ? Dans un récit choral teinté d’inexorable, les uns affûtent leurs arguments, les autres leurs lames. Et si beaucoup ont déjà choisi leur camp, il n’y aura pas de place pour les indécis.

Mon avis

Occitanie, XIII ème siècle. Alors que l’hérésie cathare gagne peu à peu du terrain, une question se pose. Faut-il se rallier à cette cause ou plutôt se libérer de ce joug ?

En débutant cette lecture, je ne savais pas que c’était en fait le premier tome d’une saga. Lorsque j’ai appréhendé ce pan, j’ai mieux saisi la volonté de Patrice de poser les bases de son roman avec parcimonie et énormément de détails. Mais cela a rendu ma lecture très laborieuse par moments.

Sous un vocabulaire riche, voire soutenu, je peux dire que Patrice a le sens du détail. L’écriture est très détaillée, trop parfois. Cela a constamment freiné mon rythme de lecture et j’ai eu beaucoup de mal à m’immerger dans l’univers proposé par l’auteur. N’étant pas forcément adepte des romans historiques, il est sûr que cela a forcément joué sur mon appréciation. J’ai parfois la sensation d’être passée à côté.

Pourtant, je ne peux qu’admirer le grand travail de documentation qu’a dû effectuer Patrice pour l’écriture du roman. Les coutumes et us de l’époque, ainsi que les décors sont très bien rendus. Mais trop de personnages, trop de descriptions font que j’ai à maintes reprises perdu le fil de l’histoire.

Certains personnages m’ont beaucoup marquée. Beaucoup de caractères s’entremêlent, et on sent bien que l’auteur a pour vocation de tous nous les présenter afin de réellement laisser place à leurs aventures dans les autres tomes.

La plume de l’auteur est vraiment recherchée. D’un rythme soutenu, il essaiera de coller au plus près à l’ambiance de l’époque et cette écriture est très visuelle. Sous forme de récit choral, les histoires se dévoilent avec beaucoup de parcimonie.

Un roman qui sert plutôt à planter le décor. J’ai eu du mal à toujours m’immerger. L’écriture est très réaliste et l’auteur arrive à nous rendre l’ambiance de l’époque.

Ma note : 12/20

Non classé

Naturel pour le meilleur et pour le reste

Naturel pour le meilleur et pour le reste de Marie Drucker et Sidonie Bonnec

  • Auteur : Marie Drucker et Sidonie Bonnec
  • Naturel pour le meilleur et pour le reste
  • Genre : Essai
  • Éditions : Fayard
  • Nombre de pages : 256
  • Parution : 30 octobre 2020
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Alimentation, beauté, enfants, maison… Nous vous donnons nos conseils et nos coups de cœur pour vous débarrasser autant que possible de la mauvaise chimie et protéger l’environnement (ça va souvent de pair !). Des dix commandements du naturel à nos astuces zéro déchets, vous trouverez à chaque page des conseils et des solutions simples, sûres et peu coûteuses – et les moyens de les appliquer, dans un monde idéal ET dans le monde réel !

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Fayard pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce livre.

Marie Drucker et Sidonie Bonnec s’allient pour nous proposer un guide pratique des plus utiles et des plus enrichissants. Au fil des pages, elles vont nous livrer diverses astuces afin de mieux consommer, pour soi-même et également pour la planète.

Le guide est très complet. Certes, il ne va pas forcément au fond des choses, mais donne des pistes et des bonnes approches, afin d’aider le lecteur. J’y ai dénoté une multitude d’astuces très variées et toutes très intéressantes à découvrir.

Plusieurs thématiques sont abordées, telles que l’alimentation, les produits ménagers. Le guide est très varié et peut se découvrir au gré de ses envies de lectures.

La plume des auteures est accessible à tous. Avec un ton clair et sans détour, les explications sont faciles à suivre. J’ai trouvé original le procédé d’insérer quelques petites illustrations, ce qui rend la lecture plus visuelle.

Un très bon guide pour mieux consommer, afin de prendre soin de soi-même et de la planète. j’ai trouvé cela très intéressant et je recommande ce livre.

Ma note : 17/20

Non classé

Walter Appleduck, tome 1

Cow-boy stagiaire de Fabrice Erre et Fabcaro

  • Auteur : Fabrice Erre et Fabcaro
  • Titre : Walter Appleduck, tome 1 : Cow-boy stagiaire
  • Genre : Bande-dessinée
  • Éditions : Dupuis
  • Nombre de pages : 64
  • Parution : 1 février 2019
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Walter Appleduck est un jeune homme cultivé, poli et bien éduqué qui fait un « master cowboy ». Le shérif de Dirtyoldtown et son adjoint Billy ont accepté de le prendre en stage pour lui apprendre les rudiments du métier.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Dupuis pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman graphique.

Dirty Old Town. Walter Appleduck rencontre le shérif de cette ville afin de lui demander de faire un stage en plein Far-West. Il fera alors équipe avec Monsieur Billy, et y découvrira tout ce dont il a besoin de savoir pour sa formation. À moins que ce ne soit finalement Walter qui ait beaucoup à enseigner à tout le monde.

J’ai passé un excellent moment de lecture avec ce roman graphique qui m’a totalement conquise. Les auteurs ont su m’offrir de belles tranches de rires et j’en aurais volontiers lu davantage.

Ce roman graphique est divisé en plusieurs leçons qui vont constituer la formation de Walter. Si à chaque fois, cela débute avec un semblant de sérieux, cela finit toujours par une situation cocasse totalement délurée.

C’est vraiment un roman graphique que je pourrais qualifier d’intelligent, puisque sous couvert de franche rigolade, il y a des thématiques très actuelles qui sont présentes, et les auteurs ont eu la bonne idée de faire la part belle à certains préjugés qui sont tenaces. Ils vont ainsi aborder l’égalité des sexes, la presse, la politique, et livrer de manière très comique une véritable analyse tout en finesse des travers de notre société.

Le mélange des genres est très réussi et comique. Il ne faut pas oublier que les auteurs placent leur intrigue en plein dans le Far-West, et pourtant une multitude de références actuelles vont parsemer le texte. J’ai trouvé cela très original, mais surtout, c’est fait avec beaucoup d’ingéniosité.

J’ai été conquise par les graphismes que j’ai trouvé très soignés et très visuels. L’effet comique ne passe pas seulement par le dialogue, mais également par les dessins qui sont très représentatifs. Je suis bon public en règle générale, et je dois avouer que pour ma part, les effets comiques ont fonctionné à chaque fois.

Un roman graphique avec lequel j’ai passé un excellent moment de lecture et qui sous couvert de rires, est une véritable réflexion sur les préjugés qui parsèment notre société actuelle.

Ma note : 18/20