Contemporain

L’horizon à mains nues

L’horizon à mains nues de Christophe Paviot

  • Auteur : Christophe Paviot
  • Titre : L’horizon à mains nues
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : J. C. Lattès
  • Nombre de pages : 300
  • Parution : 5 février 2020
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Howard et Gary vivent à Sweetwater, au Texas. Les deux frères sont inséparables. Solitaires, ils n’aiment qu’une chose, les crotales, ces serpents venimeux qu’ils chassent à l’aide d’une pince, comme leur a appris leur père. Ils ont onze et douze ans quand leur père meurt. Ils ignorent que leur monde a pris fin, que leurs proches ne parleront plus ni de l’accident ni de leur père, que leur mère se taira, elle aussi. Dans ce bout de pays paumé, au milieu de rien, la blessure ne cessera d’enfler. Alors ils deviendront les frères Shelby.

L’horizon à mains nues est l’histoire de deux frères qui s’élèvent seuls, obéissent à leurs propres lois et deviennent libres, sans jamais oublier leur père. Un livre comme un coup de poing, une odyssée américaine.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions J. C. Lattès pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Sweetwater, Texas. Howard et Gary viennent de perdre leur père. Ces deux frères, de onze et douze ans, vont devoir apprendre à vivre avec ce drame. Ils voueront un amour indéfectible à leur mère. Ils éprouveront également une admiration sans bornes aux crotales, serpents que leur père leur avait appris à chasser. Dès lors, les deux garçons vont devenir les frères Shelby.

Ce roman m’a beaucoup touchée, de par la dualité évoquée tout au long du récit. Je peux dire que c’est une histoire éprouvante. Si je me suis laissée entraîner dans ces pages, je dois tout de même avouer que par moments, je me suis sentie également très mal à l’aise.

L’auteur a su créer une dualité unique dans le caractère de ces deux frères. Certains passages m’ont ulcérée de par leur cruauté, et d’autres m’ont touchée de par l’amour et le respect que Gary et Howard vouent à leur mère.

L’auteur a su dépeindre des personnages principaux totalement torturés, et a su retranscrire les émotions à la perfection. Il s’est compliqué la tâche, puisqu’il n’y a aucun moment où il soit resté en surface. Il a instauré beaucoup de densité aux caractères et cela, sans aucun manichéisme.

J’ai également fortement apprécié le décor choisi par l’auteur. Les descriptions sont parfaitement réalistes. L’auteur nous parle également de cette passion des crotales que partagent les deux frères. Cette passion apparaît en filigrane pendant tout le récit, du début à la fin.

La plume de l’auteur est très dense. Christophe Paviot a le souci du détail, et fait preuve de beaucoup de réalisme lors de ses descriptions. C’est intéressant, mais j’avoue que parfois cela a freiné ma lecture. Malgré tout, je dois bien admettre que cela est remarquablement bien écrit.

Un roman dense, à l’écriture tout en détails, qui mettra en exergue le quotidien de deux frères face au drame auquel il vont se voir confrontés. La dualité des deux personnages principaux est bien décrite. Une belle découverte.

Ma note : 16/20

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s