Thriller

Une saison pour les ombres

Une saison pour les ombres de R. J. Ellory

  • Auteur : R. J. Ellory
  • Titre : Une saison pour les ombres
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Sonatine
  • Nombre de pages : 408
  • Parution : 5 janvier 2023
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Nord-est du Canada, 1972. Dans cette région glaciale, balayée par les vents, où l’hiver dure huit mois, la petite communauté de Jasperville survit grâce au travail dans les mines d’acier. Les conditions de vie y sont difficiles. Au-delà du village, il n’y a rien. Juste une nature hostile, quelques ours, des loups. Aussi quand le corps d’une adolescente du village est découvert aux abords de la forêt, la gravité des blessures laisse supposer qu’elle a été victime d’une bête sauvage. Ce sera en tout cas la version officielle. Et tout le monde prie pour qu’elle soit vraie. Mais, quelques temps plus tard, le corps d’une autre jeune fille est retrouvé.

Montréal, 2011. Le passé que Jack Deveraux croyait avoir laissé derrière lui le frappe de plein fouet lorsqu’il reçoit un appel de Jasperville. Son jeune frère, Calvis, est en garde-à-vue pour tentative de meurtre. De retour sur les lieux de cette enfance, qu’il a tout fait pour oublier, Jack découvre qu’au fil des années, l’assassin a continué à frapper. L’aîné des Deveraux comprend alors que la seule façon de mettre fin à cette histoire tragique est de se répondre à certaines questions, parfois très personnelles. Mais beaucoup, à Jasperville, préfèrent voir durer le mensonge qu’affronter la vérité.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Sonatine pour leur confiance.

Montréal. Jack semble heureux. Il est voué à son travail et son collègue Ludo est l’un de ses meilleurs amis. Pourtant, tout son quotidien va basculer, lorsque Nadeau, un policier de Jasperville, l’appelle. En effet, son petit frère Calvis a été arrêté suite à l’agression d’un homme. Cela fait vingt-six ans que Jack a quitté cette localité où plusieurs drames se sont succédé. Il va ainsi devoir retourner auprès de son frère qu’il avait abandonné, mais également de Carine, son grand amour.

Ellory nous offre un opus brillant et d’une grande tension psychologique. Cet auteur n’a pas son pareil pour créer des romans d’ambiance, et ici, une fois de plus, il y excelle à merveille. C’est une excellente découverte.

D’emblée, j’ai accroché au personnage de Jack, qui va porter l’histoire à lui seul. L’auteur a su le dépeindre avec beaucoup de finesse. Ce personnage est à la fois assuré et d’une grande sensibilité.

L’intrigue prend le temps de se mettre en place. J’ai retrouvé dans ce nouveau roman d’Ellory tous les éléments qui composent son talent d’écrivain. Il ne faut surtout pas s’attendre à un rythme effréné sous peine de se retrouver déçu. Ici, au contraire, tout passe par la psychologie des personnages.

La plume de l’auteur est très fluide. Ellory réussit à merveille à décortiquer les émotions de ses personnages. J’ai beaucoup aimé les retours en arrière qui permettent de découvrir les événements passés.

Un excellent roman noir à l’atmosphère pesante. Un récit d’ambiance tres prenant. À découvrir.

Ma note : 18/20

Publicité
Contemporain

Les Grands Espaces

Les Grands Espaces d’Annie Perreault

  • Auteur : Annie Perreault
  • Titre : Les Grands Espaces
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Héloïse d’Ormesson
  • Nombre de pages : 240
  • Parution : 12 janvier 2023
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Quatre femmes. Quatre époques. Quatre lieux. Chacune porte une boussole cassée dans le coeur. Toutes sont traversées par un irrésistible élan de liberté. Anna, hypnotisée par le lac Baïkal, immensité gelée millénaire, prête à l’avaler à tout instant ; Eleonore, jeune Californienne des années 1960, amoureuse contrariée de Youri Gagarine ; Gaby, sa nièce, photographe aux semelles de vent ; et Celle qu’on ne voit pas, qui s’infiltre dans ces histoires en recollant les fragments d’une vie.

Exploratrice de la géographie et du style, Annie Perreault signe un roman polyphonique d’une rare intensité. Porté par une plume charnelle, Les Grands Espaces embrasse la nature, le froid et les silences, et déploie une sublime variation du courage.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Héloïse d’Ormesson pour leur confiance.

Il y a Anna, qui aimerait traverser le lac Baïkal. Il y a l’Ours, un homme qui lui vient en aide. C’est l’occasion pour ces deux blessés par des amitiés perdues de se raconter l’un à l’autre. Anna va ainsi narrer sa rencontre avec Gaby, pendant un trajet de train. Et puis, il y a celle que l’on ne voit pas, et qui tisse et défait les liens d’une histoire dont elle veut garder le contrôle.

Quel roman surprenant. Je ressors étonnée et bluffée par l’originalité de ce récit qui sort vraiment des sentiers battus, de par une construction narrative unique et une plume au service des sentiments et de la nature.

D’emblée, j’ai accroché, et je ressors conquise par ces petites tranches du quotidien de chacun des personnages qui sont ici proposées. Un quotidien blessé par un passé très présent et par quelques déconvenues amicales.

L’auteure nous offre de beaux portraits, notamment en ce qui concerne les personnages féminins. Avec beaucoup de délicatesse et de pudeur, l’auteure égrène l’histoire de chacun d’entre eux.

Mais ce roman, c’est également un magnifique hommage à une nature parfois hostile mais qui aidera les personnages à les mener à une sorte de résilience.

La plume de l’auteure est somptueuse. Le schéma narratif est parfait. Les personnages oscillent entre les divers points cardinaux. Je ressors conquise par le talent de l’auteure afin de restituer au mieux les émotions de tout un chacun. Les chapitres sont très courts et cela rythme l’histoire.

Un roman surprenant, très original, servi par une trame narrative excellente et des personnages tout en sensibilité. La plume est élégante et d’une grande délicatesse. À découvrir.

Ma note : 17/20

Thriller

Bois-Aux-Renards

Bois-Aux-Renards d’Antoine Chainas

  • Auteur : Antoine Chainas
  • Titre : Bois-Aux-Renards
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Gallimard
  • Nombre de pages : 528
  • Parution : 5 janvier 2023
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Un accident de voiture au beau milieu de nulle part laisse une fillette orpheline et estropiée, Chloé, sauvée in extremis par trois hommes et une guérisseuse.
Trente-cinq ans plus tard, Yves et Bernadette, un couple de tueurs en série, sillonnent les routes dans un camping-car Transporter T3 Joker Westfalia en quête d’auto-stoppeuses.
Anna, une gamine témoin de leur premier meurtre de l’été, réussit à leur échapper et se réfugie au cœur d’un bois où une étrange femme boiteuse, entourée de renards, prend soin d’elle.
Dans ce bois vit une communauté coupée du monde moderne, au plus près de la nature et des mythologies du lieu tout en veillant à préserver quoi qu’il en coûte sa tranquillité et sa pérennité.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Gallimard pour leur confiance.

1986. Yves et Bernadette sont un couple de vacanciers sur les routes pour leur mois de repos. Pourtant, ce couple va s’avérer un dangereux duo de tueurs. En effet, à l’aide de leur caravane, ils recueillent des femmes faisant de l’auto-stop, pour ensuite les assassiner. Un jour, ils vont se faire surprendre par la petit Anna, de onze ans. Yves va alors la pourchasser. Tous ces personnages vont alors se retrouver enfouis dans le Bois-Aux-Renards, dans lequel d’autres personnages feront leur apparition.

Quel roman. Compliqué, certes, mais remarquablement écrit. Je ressors bluffée par le talent de conteur de l’auteur, mais surtout par sa plume somptueuse et exigeante. L’auteur nous prouve que roman noir et écriture profonde peuvent très bien s’allier pour proposer ainsi un roman dense et très intrigant.

J’avoue avoir été particulièrement déroutée au début de ma lecture. L’auteur a une plume très particulière et je la découvre avec ce roman. Pourtant, peu à peu, je me suis habituée à ce style, et j’ai pu apprécier cette lecture.

Tout au fil de la lecture, on oscille entre réalisme et légendes, et l’auteur réussit un subtil mélange littéraire qui tiendra son lecteur en haleine. C’est en quelque sorte un roman d’ambiance qui nous est proposé ici, et l’on sort vraiment des sentiers battus avec cette lecture.

La plume est raffinée et très particulière. J’ai rarement lu un roman noir aussi dense au niveau de l’écriture. Si cela peut dérouter, il ne faut pas hésiter à persévérer dans cette découverte littéraire.

Un roman sombre, porté par une plume qui sort de l’ordinaire. Une lecture pas toujours aisée mais qui m’a intriguée tout au fil des pages. À découvrir.

Historique

V2

V2 de Robert Harris

  • Auteur : Robert Harris
  • Titre : V2
  • Genre : Historique
  • Genre : Belfond
  • Nombre de pages : 368
  • Parution : 10 novembre 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Automne 1944. Rudi Graf, ingénieur allemand, voit son rêve de conquête spatiale virer au cauchemar. La fusée qui devait lui permettre d’aller sur la Lune a été détournée par le Reich pour donner naissance à un missile balistique ultraperformant : le V2.
Détruire l’Angleterre, vite ; reprendre la main sur cette guerre qui s’enlise. Pour ce faire, dix mille missiles viennent d’être créés et c’est Rudi et son ami Wernher von Braun, ingénieur aérospatial devenu officier SS, qui sont chargés de mener à bien ce projet.

Le Blitz sous les V2, la Londonienne Kay Caton-Walsh le côtoie de près. Officier de la WAAF, la Women’s Auxiliary Air Force, Kay est envoyée en Belgique pour trouver le site de lancement de ces missiles et l’anéantir.
La mission est périlleuse. Mais, au cœur de ce territoire ravagé, Kay va pouvoir compter sur un allié inattendu…

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Belfond pour leur confiance.

Alors que la Seconde Guerre Mondiale fait encore rage et que l’Allemagne est sur le point de perdre, les fusées que les ingénieurs Graf et Von Braun destinaient à la conquête de l’espace, sont détournées afin de les convertir en missiles et bombarder ainsi Londres. Kay, qui est officier de la WAAF, sera chargée de la mission de trouver le site de lancement de ces fusées.

Si j’ai trouvé ce roman particulièrement intéressant, je dois tout de même avouer avoir ressenti un manque d’allant au niveau de la facette romanesque de ce récit. Malgré tout, au final, il s’agit d’une lecture très prenante, sur une thématique que je n’avais pas encore croisée dans mes lectures.

En effet, ici, l’auteur va centrer son récit sur les missiles V2. On ressent tout le travail de recherches qu’il a dû effectuer pour en parler avec tant de précision. Je ne vous cache pas que certains passages sont très techniques et m’ont parfois perdue.

Le roman tourne autour de deux personnages principaux, à savoir Graf et Kay. L’auteur alterne les divers ressentis de chacun d’entre eux. Malgré les quelques passages parfois un peu compliqués, l’histoire n’en demeure pas moins très intéressante.

Là plume de l’auteur m’a beaucoup plu. Je l’ai trouvée très fluide malgré tous les pans techniques abordés et pas toujours aisés à la compréhension. J’ai beaucoup aimé l’alternance des passages entre Graf et Kay.

Un roman dans lequel l’auteur aborde une thématique peu abordée. Je me suis parfois sentie perdue. Malgré tout, j’ai trouvé cette lecture très intéressante.

Ma note : 16/20

Contemporain

Madjik ou l’incertitude

Madjik ou l’incertitude de Julien Cabocel

  • Auteur : Julien Cabocel
  • Titre : Madjik ou l’incertitude
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Grasset
  • Nombre de pages : 180
  • Parution : 18 janvier 2023
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Livreurs à vélo, Diesel, Madjik et Lo sillonnent la ville à un rythme effréné, prêts à tout risquer pour quelques points sur l’appli, quelques courses supplémentaires, quelques euros gagnés. L’un a failli devenir cycliste professionnel, l’autre est un étudiant en rupture de ban, le troisième a le flow dans le sang… Trois surnoms, trois copains qui tentent de conjurer leur précarité en jouant chaque jour un peu plus avec la vitesse, tandis que se tisse entre eux une amitié improbable et profonde.
Leurs courses inlassables dessinent un étrange ballet urbain où d’autres personnages évoluent selon leur propre urgence. Kristell, quadragénaire empêtrée entre ses sentiments amoureux et l’ombre pesante de son père, descend d’avion et passe commande sur l’appli avant de sauter dans un taxi pour rejoindre la ville. A l’aéroport, son chemin croise celui d’un autre éclopé, Bassem, homme de ménage écrasé par la désolation laissée au pays. Lui attrape le RER où un individu inquiétant le ramène aux souvenirs qui le hantent.
Tous tournent, tournent et tournent à travers la ville. Si différents soient-ils, tous sont fragiles, partagent une profonde incertitude sur eux-mêmes et sur le monde comme il va. Tous étouffent et aspirent à se libérer. La mécanique de la cité toujours plus folle va-t-elle les rapprocher ou les broyer ?
Une ronde urbaine pleine d’humanité qui nous entraîne dans un vertige étourdissant.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Grasset pour leur confiance.

Édouard, de son surnom Diesel, est livreur. Auprès de ses compagnons de profession Madjik et Lo, il sillonne les rues de Paris. Quant à Bassem, il a quitté son pays natal suite aux terribles drames vécus. Kristell est de retour à Paris après un voyage d’affaires.

Quel beau roman j’ai découvert ici. Je ressors très émue par cette lecture tout en sensibilité. D’emblée, j’ai accroché à ce court récit d’une grande intensité.

À la manière d’un kaléidoscope, l’auteur nous présente chacun des personnages principaux qui vont faire partie de cette histoire. Au gré des pages, ces personnages finiront par se rencontrer et c’est d’une grande intensité émotionnelle.

Chacun d’entre eux a ses blessures, son histoire et je ressors très touchée et souvent bouleversée. Avec beaucoup de délicatesse, l’auteur brosse des personnages authentiques et sensibles.

La plume de l’auteur m’a beaucoup plu. Avec un style généreux et tout en sensibilité, l’histoire défile. L’alternance des chapitres concernant chacun un personnage m’a paru particulièrement judicieuse. Cela permet au lecteur d’en apprendre plus sur eux au fur et mesure de la lecture.

Un court roman très touchant, servi par des personnages très bien dépeints. À découvrir.

Ma note : 17/20

Historique

La dernière ville sur terre

La dernière ville sur terre de Thomas Mullen

  • Auteur : Thomas Mullen
  • Titre : La dernière ville sur terre
  • Genre : Historique
  • Éditions : Rivages
  • Nombre de pages : 560
  • Parution : 4 janvier 2023
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Durant l’épidémie de grippe espagnole, une petite ville industrielle située au cœur des forêts brumeuses du Nord-Ouest Pacifique décide de se mettre en quarantaine, mais l’arrivée d’un soldat affamé et malade aura des répercussions terribles sur la communauté.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Rivages pour leur confiance.

Alors que la Première Guerre Mondiale fait rage et que l’épidémie de grippe espagnole commence à se propager, il existe une petite ville récente nommée Commonwealth, et fondée par Charles, dans laquelle les habitants semblent isolés de tout. Et pour cause, Charles a décidé d’instaurer une quarantaine, empêchant ainsi quiconque de pénétrer dans cette localité, mais empêchant également ses habitants de quitter la ville pour qupi que ce soit. Son fils adoptif philip se porte alors volontaire pour monter la garde avec l’un de ses amis, Graham. Lorsque un soldat affamé et réclamant le gîte va se présenter, les deux jeunes hommes vont se retrouver confrontés à un véritable dilemme.

Quel roman époustouflant. Si au départ, je n’ai pas su dans quelle direction l’auteur voulait m’emmener, je me suis finalement laissée porter par une intrigue puissante et très subtile, dans laquelle tout passe par la psychologie aboutie des personnages.

En effet, ici, ne vous attendez pas à de l’action, sinon vous risqueriez de vous retrouver déçus. Ce roman prend le temps de s’installer et si au début de ma lecture, j’ai pu ressentir quelques petites longueurs, je me suis aperçue qu’elles étaient nécessaires afin de faire croître ce climat de tension présent à chaque page du roman.

L’auteur va proposer en quelque sorte un huis clos très particulier, et montrer comment les habitants vont perdre pied peu à peu, de par les épreuves auxquelles ils sont soumis. J’ai craint à chaque page des débordements de cette population éprouvée par les événements.

Ce récit est puissant, et une fois commencé, il m’a été très difficile à lâcher. L’auteur réussit un habile mélange entre suspense et contexte historique. Je suis bluffée par la qualité de son intrigue, et j’ai ressenti un attachement très grand pour certains personnages, notamment Philip et Elsie.

La plume de l’auteur m’a conquise. Avec un style très fluide et puissant, il arrive à décortiquer les émotions de chacun de ses personnages, et à les faire ressentir au lecteur. Le roman est long, mais je ne me suis jamais ennuyée, bien au contraire.

Un roman puissant, dans lequel l’auteur fait passer toutes les émotions au travers de personnages remarquablement dépeints, le tout dans un contexte historique très bien décrit. À découvrir.

Ma note : 17/20

Historique, Non classé

Ce pays qu’on appelle vivre

Ce pays qu’on appelle vivre d’Ariane Bois

  • Auteur : Ariane Bois
  • Titre : Ce pays qu’on appelle vivre
  • Genre : Historique
  • Éditions : Plon
  • Nombre de pages : 288
  • Parution : 12 janvier 2023
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Jeune caricaturiste de presse juif allemand, Leonard Stein voit sa vie basculer quand Hitler arrive au pouvoir. Réfugié sur la Côte d’Azur après avoir combattu pour la liberté en Espagne, la guerre le rattrape. À l’été 40, il est envoyé aux Milles, camp d’internement situé à sept kilomètres d’Aix-en-Provence.

Leo n’a qu’une idée en tête : s’échapper par tous les moyens. D’échecs en vaines tentatives, il finit par rencontrer une volontaire marseillaise d’un réseau de sauvetage, juive elle aussi, Margot Keller. Alors que leurs efforts conjugués paraissent porter leurs fruits et annoncer la liberté, l’été 42 arrive, meurtrier et cruel, faisant vaciller leurs espoirs. Mais les deux amants semblent croire à l’impossible…

L’usine de tuiles des Milles verra passer 10 000 étrangers, en majorité juifs. Un lieu de détention effroyable mais aussi un centre de culture, de création, peuplé par des intellectuels et des artistes opposés au nazisme, dont Max Ernst et Franz Hessel. Une histoire encore très peu connue, l’ouverture au public du site-mémorial datant de 2012 seulement.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Plon pour leur confiance.

Leo est un caricaturiste allemand. Lorsque Hitler prend le pouvoir, le jeune homme va d’abord être enfermé par le régime nazi au camp de Dachau. Lors de sa libération, il va prendre la décision de partir à Sanary, en France. Là, le jeune homme se croit enfin en sécurité. Pourtant, il va bientôt se retrouver enfermé au camps des Milles. Commence alors pour Leo une période d’incertitude et de désarroi.

C’est un coup de cœur que j’ai eu pour ce roman tout en émotions. Impossible de ne pas être bouleversée suite à cette lecture. Je ressors réellement chamboulée et si je regrette la fin quelque peu abrupte, je n’en reste pas moins conquise par ce récit.

D’emblée, je me suis attachée a Leo et j’ai craint pour lui à toutes les pages de ce roman. Le jeune homme m’a terriblement touchée. Avec ses compagnons d’infortune, ils vont faire de l’art un véritable exutoire afin de s’en sortir.

J’ai été révoltée de constater à quel point une grande partie de la population n’a rien fait pour venir en aide à ces pauvres gens. J’ai également été très touchée de voir que beaucoup d’entre eux ont tout mis en œuvre pour aider ces malheureux et ce, parfois au péril de leurs vies. C’est ce qui fait la force de ce roman, cette dualité entre désespoir et lumière.

J’ai été très émue par Margot, personnage qui fait son apparition un peu plus tard dans l’intrigue. Cette jeune femme charismatique et solaire au possible m’a terriblement émue. Elle apporte une véritable lueur d’espoir au milieu de tous ces événements tragiques.

La plume de l’auteure est tout en délicatesse et d’une grande fluidité. Les chapitres sont courts, et l’auteure veille bien à nous fournir les explications nécessaires à certains termes.

Un roman bouleversant, dans lequel l’espoir garde une place importante malgré le contexte tragique. À découvrir sans hésiter.

Contemporain

Gonzalo et les autres de Bénédicte Belpois

Gonzalo et les autres de Bénédicte Belpois

  • Auteur : Bénédicte Belpois
  • Titre : Gonzalo et les autres
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Gallimard
  • Nombre de pages : 208
  • Parution : 5 janvier 2023
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Gonzalo, fils d’un viticulteur d’un petit village d’Estrémadure, s’enfuit pour éviter le service militaire instauré par les franquistes et le destin médiocre auquel il se croit promis. Mais, après des années passées en France et un amour malheureux, il embrasse de nouveau ses racines et l’immuabilité de la vie rurale.
Il devient alors pour les autres le confident, celui à qui chacun peut livrer les grandeurs et les misères de son existence. Car c’est le portrait d’un village qui se dessine au travers des récits de ces personnages si attachants, un lieu clos où tous se connaissent et où chacun conserve ses secrets. Avec ce roman, Bénédicte Belpois continue de tracer une œuvre singulière au prisme d’une écriture très haute en couleur, sincère et émouvante.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Gallimard pour leur confiance.

Estrémadure, en Espagne. Gonzalo est de retour dans son village après un exil de plusieurs années. En effet, le jeune homme avait fui la dictature et l’obligation du service militaire. Il s’est alors retrouvé sur les routes d’Allemagne, mais également celles de France, où il est tombé amoureux, avant de décider qu’il était temps de retourner chez lui, pour y retrouver son père, mais également les autres habitants.

Je ressors conquise par ce court roman, empli de couleurs, généreux, et dans lequel l’auteure laisse parler son franc-parler et sa prose tout en nuances.

J’ai tout aimé dans ce récit. Bénédicte Belpois a réussi à retranscrire l’ambiance particulière des petits villages à la perfection. Effectivement, tout le monde se connaît, tout le monde a quelque chose à dire sur son voisin et les bruits circulent avec une aisance déconcertante. Pourtant, chacun des habitants a bien des secrets enfouis.

Tout au fil des pages, j’ai ainsi fait la connaissance de ce microcosme particulier, et j’en ai appris davantage sur chacun des personnages importants qui contribuent à l’équilibre de Gonzalo, ou qui gravitent autour de lui au quotidien.

Beaucoup d’entre eux m’ont terriblement touchée de par leur histoire personnelle souvent très compliquée. Chacun des personnages va profiter de l’occasion du retour de Gonzalo pour s’ouvrir à lui. Cela donne droit à un récit généreux et authentique.

Ce roman, c’est aussi une invitation au voyage. En effet, les références à l’Espagne sont très nombreuses et c’est une véritable promenade littéraire é que propose ici l’auteure.

La plume de l’auteure m’a totalement conquise. Avec un style généreux, franc et sans détour, elle aborde une multitude de thématiques difficiles. Dès les premières pages, j’ai su que ce roman me plairait, notamment grâce à la manière d’écrire de Bénédicte Belpois. Chaque chapitre est consacré à l’un des personnages qui tient une place importante dans le quotidien de Gonzalo ou dans le village.

Un roman dans lequel l’auteure réussit à la perfection à retranscrire l’ambiance d’un village dans lequel évolue une galerie de personnages très bien dépeints. À découvrir.

Contemporain

Assemblage

Assemblage de Natasha Brown

  • Auteur : Natasha Brown
  • Titre : Assemblage
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Grasset
  • Nombre de pages : 160
  • Parution : 11 janvier 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Découvrir l’âge adulte en pleine crise économique. Rester serviable dans un monde brutal et hostile. Sortir, étudier à « Oxbridge », débuter une carrière. Faire tout ce qu’il faut, comme il faut. Acheter un appartement. Acheter des œuvres d’art. Acheter du bonheur. Et surtout, baisser les yeux. Rester discrète. Continuer comme si de rien n’était.La narratrice d’Assemblage est une femme britannique noire. Elle se prépare à assister à une somptueuse garden-party dans la propriété familiale de son petit ami, située au cœur de la campagne anglaise. C’est l’occasion pour elle d’examiner toutes les facettes de sa personnalité qu’elle a soigneusement assemblées pour passer inaperçue. Mais alors que les minutes défilent et que son avenir semble se dessiner malgré elle, une question la saisit : est-il encore temps de tout recommencer ?

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Grasset pour leur confiance.

La narratrice travaille dans une banque. Elle est invitée à une fête donnée en l’honneur de l’anniversaire de mariage des parents de son compagnon. C’est l’occasion pour elle de refaire le point sur ce qu’elle est devenue, sur ce que le monde attend d’elle et sur les difficultés qui l’assaillent au quotidien, notamment dues à sa couleur de peau.

Une chose est certaine, c’est un roman dense et original. Pourtant, je dois bien avouer que je me suis souvent sentie perdue, ne saisissant pas toujours dans quelle direction voulait m’emmener l’auteure. Il y a eu certains passages que j’ai difficilement compris.

Le début m’a conquise. Je me suis attachée à cette narratrice et j’ai suivi avec beaucoup d’intérêt ses questionnements intérieurs et les événements qui la bouleversent. Mais vers la moitié du roman, il y a eu un passage un peu plus compliqué pour moi, et j’ai failli décrocher.

Ce roman est très court mais il est également très dense. C’est pourquoi il ne faudra pas se déconcentrer au fil des pages, au risque de sortir complètement de l’histoire narrée.

La plume est franche et sans détour. Le tout se lit très facilement, malgré cette impression de densité de laquelle je vous parle. Le roman a une construction particulière, à certains moments.

Un roman qui sort de l’ordinaire, avec de grandes réflexions. Si la lecture n’a pas toujours été aisée, c’est malgré tout un découverte intéressante.

Romance

À l’ombre du grand saule

À l’ombre du grand saule de Marie-Chloé Bernard

  • Auteur : Marie-Chloé Bernard
  • Titre : À l’ombre du grand saule
  • Genre : Romance
  • Éditions : Baudelaire
  • Nombre de pages : 182
  • Parution : 7 mars 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

« Aimer ceux que l’on aime, être ce que l’on est.
Face à nos détracteurs et à l’hostilité,
Je veux te serrer fort, te choyer, t’embrasser,
Je veux que l’on fasse bloc, je veux te protéger.
Malgré tous ces moments de crises et de tristesse,
Il n’est pas un instant ou je veux que ça cesse.
Car je veux ton sourire, et quand je vois ma vie,
Je ne changerais rien : c’est celle que j’ai choisie. »

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Baudelaire ainsi que l’auteure Marie-Chloé Bernard pour leur confiance.

Mike et Will sont amis depuis toujours. Alors que Will enchaîne les relations avec les filles, Mike essaie de construire une relation solide avec Lucas. Mike est régulièrement victime de brimades dues à son homosexualité. Will ne va jamais hésiter à le défendre. Pourtant, un jour, ce dernier va s’apercevoir que ses sentiments pourraient bien avoir changé. En effet, il ressent de l’amour pour Mike.

Quel beau roman nous propose ici l’auteure. J’ai été terriblement touchée mais également ulcérée et bouleversée par les épreuves que doit traverser Mike. J’ai été également très touchée par Will, par les beaux sentiments d’amitié qui l’unissent à Mike, et par la transformation de ses ressentis au fil des pages. Je ne veux pas en dire trop, certains évènement n’arrivant pas tout de suite, et préférant que vous les découvriez au fur et à mesure.

L’auteure aborde ici de belles thématiques, telles que l’amour, l’acceptation de soi, le cheminement intérieur afin de grandir. Je fais ici référence à Mike, personnage qui m’a beuacpip touchée. J’ai été très émue par les bouleversements qu’il ressent.

C’est une histoire d’amour magnifique que propose ici l’auteure, de celles qui touchent. Beaucoup d’émotions seront présentes tout au fil des pages.

L’auteure a su créer des personnages forts malgré leur sensibilité. Il est impossible de ne pas s’attacher aux deux jeunes hommes. J’ai été ulcérée à plusieurs reprises également. Les deux amis devront subir une multitude d’épreuves.

La plume de l’auteure est tout en douceur. J’ai beaucoup aimé le schéma narratif, alternant ainsi les deux points de vue entre Mike et Will. Cela permet d’en savoir plus sur eux. Les pages défilent.

Un roman tendre, beau et lumineux, dans lequel l’auteure aborde des thématiques très importantes. À découvrir.

Contemporain

Une semaine avec mes frères

Une semaine avec mes frères d’Agathe Colombier Hochberg

  • Auteur : Agathe Colombier Hochberg
  • Titre : Une semaine avec mes frères
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Plon
  • Nombre de pages : 256
  • Parution : 27 octobre 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

En cette fin de mois de juin, Philippe, Romain et Stan se retrouvent dans la maison où ils ont tant aimé, enfants, passer leurs vacances, à Blonville-sur-Mer. Romain, qui a racheté la propriété familiale sur un coup de tête, les invite au débotté alors qu’aucun d’entre eux n’était jamais revenu dans la région normande depuis le décès précoce de leur mère sur la plage. La fratrie reformée va devoir cohabiter durant une semaine avec des souvenirs fragiles, des blessures encore présentes et les sensations oubliées d’une enfance commune mais que chacun a vécue selon sa place au sein du trio. Dans cette maison, ils vont tenter de se parler, de s’écouter, de s’accepter. Ne pas fuir, cette fois.

D’une écriture ciselée, Agathe Colombier Hochberg signe un roman subtil et profond où se croisent nostalgie, pudeur et réconciliation.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Plon pour leur confiance.

Romain entretient une relation forte avec ses deux frères Philippe et Stan. Il va alors décider d’acquérir la maison de leur enfance, et de leur faire une surprise. Il les invitera pendant une semaine dans ce lieu empreint de nostalgie. C’est l’occasion pour les trois frères de se retrouver. Mais il semblerait que malgré cette union forte, certaines rancunes passées sont lourdes. Romain est également bouleversé, voyant que sa relation avec sa compagne Laura est sur le point de se rompre.

En voilà un très beau roman sur les liens familiaux. L’auteure propose ici une petite parenthèse littéraire, empreinte de délicatesse et de beaux sentiments fraternels.

J’ai été terriblement touchée par le lien unique qui lie cette fratrie, de par les bons moments vécus ensemble mais également de par les drames qu’ils ont subis. La fratrie reste soudée et même si au fil des pages, on apprend que tout n’est pas forcément aussi idyllique qu’il n’y parait, on ne peut qu’être ému de constater à quel point ces trois frères s’aiment.

J’ai beaucoup aimé les caractères différents de cette fratrie. Si Romain est plus excentrique, ce ne sera pas le cas de Philippe, qui est bien plus réservé ni celui de Stan, davantage solitaire. L’auteure a su faire des personnages réalistes et très bien dépeints.

Le lecteur se sentira spectateur privilégié des dialogues des trois frères, qui pendant cette semaine, égrèneront leurs souvenirs. Ce sera aussi l’occasion de beaucoup de remises en question, notamment pour Romain, qui tentera à tout prix de reconstruire son histoire d’amour auprès de Laura.

La plume de l’auteure est tout en délicatesse. J’ai accroché au style dès les premières pages. Avec beaucoup de simplicité, les événements sont relatés et les pages défilent.

Un roman qui explore les liens fraternels avec beaucoup de sensibilité, de délicatesse et d’authenticité. Un récit très émouvant à découvrir.

Ma note : 16/20

Contemporain

Immortelle(s)

Immortelle(s) de Bertrand Touzet

  • Auteur : Bertrand Touzet
  • Titre : Immortelle(s)
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Presses de la Cité
  • Nombre de pages : 256
  • Parution : 29 septembre 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Anna revient vivre dans sa région natale, près de Toulouse, pour tourner définitivement une page de sa vie : oublier une relation amoureuse toxique, se reconvertir… Mais une nouvelle épreuve l’attend : une tumeur au sein. La voilà quelques mois plus tard face à son corps meurtri, persuadée d’avoir perdu une part de sa féminité et de ne plus avoir droit à l’amour.
Camille, tatoueuse, se remet douloureusement d’un accident terrible. Une rencontre lui fait comprendre qu’elle peut embellir ce qui a été détruit chez les autres, chez elle. Elle met ainsi tout son art au service des femmes maltraitées par la vie avec des tatouages destinés à masquer leurs cicatrices.
Un jour, Anna pousse la porte de son salon…

L’histoire de deux renaissances. Un roman vrai et bouleversant qui redonne espoir et foi en l’humain.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Presses de la Cité pour leur confiance.

Anna est une jeune femme entreprenante. Elle décide de tout quitter pour devenir boulangère. Volontaire et courageuse, Anna se sent épanouie à nouveau. Pourtant, suite à un contrôle médical, elle va apprendre qu’elle est atteinte d’un cancer du sein. Camille, de son côté, tente doucement de se reconstruire, suite à un drame familial. Elle va alors ouvrir un salon de tatouages.

En voilà un très beau roman. Avec beaucoup de délicatesse et de pudeur, l’auteur va aborder des thématiques difficiles, et j’ai été très touchée par les deux protagonistes et par la force et le courage dont elles feront preuve tout au fil des pages.

Il s’agit d’un récit abordant la capacité de résilience et la force nécessaire pour se reconstruire suite à un drame. Ces femmes blessées m’ont beaucoup émue.

L’auteur a su créer deux personnages féminins principaux forts et charismatiques. Chacune a sa manière doit composer avec les drames vécus. C’est très riche en émotions.

La plume est tout en douceur et en poésie. J’ai beaucoup aimé le schéma narratif, consistant à alterner les points de vue entre Anna et Camille. Cela permet au mieux de comprendre leurs émotions.

Un roman lumineux et tendre abordant la résilience sous le prisme de deux femmes blessées chacune à sa manière. À découvrir.

Historique

Fièvres rouges

Fièvres rouges de Judith Rocheman

  • Auteur : Judith Rocheman
  • Titre : Fièvres rouges
  • Genre : Historique
  • Éditions : Plon
  • Nombre de pages : 384
  • Parution : 27 octobre 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Julia Guzmán, fille d’un républicain espagnol mort pendant la guerre civile, agit avec la même ferveur qui habitait son père autrefois. Il lui a légué la mission de ne jamais faiblir dans la lutte contre le fascisme. C’est donc avec détermination qu’ elle s’ engage au lendemain de la guerre dans la cellule communiste de la place d’ Italie pour porter les idées du camarade Staline. Elle est accueillie par un certain Sergueï
Dimitrov, membre très actif du Parti, mais malgré les tentatives de ce dernier pour la séduire, c’ est de sa femme, Émilie, que Julia se sent proche. Une idylle secrète naît dans ce monde d’hommes où les femmes n’ont pas leur place.
Dans l’intimité de ce trio sous haute tension, une autre guerre froide se joue. Un combat secret et sans arme qui pourrait bien ébranler les convictions les plus fortes de Julia…

Un premier roman qui livre une vision féminine, juste et poignante du militantisme des années 50, annonciateur du réveil du deuxième sexe.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Plon pour leur confiance.

Julia est la fille d’un républicain, Arturo, mort lors de la Guerre Civile espagnole en 1937. Avant de mourir, le jeune homme demandera à Sacha, son compagnon d’armes, de prendre soin de sa femme et de sa fille Julia. Plusieurs années plus tard, en 1951, nous retrouvons Julia dans un appartement de l’avenue d’Italie, à Paris. La jeune femme a embrassé la cause communiste et participe ainsi à une cellule qui organise ses réunions dans ce logis. Elle y fera alors la rencontre de Sergueï et de son épouse Émilie. Entre les deux femmes va se se créer un amour fort.

Quel roman passionnant je découvre ici. J’ai très peu croisé cette thématique et cette période historique dans mes lectures, et je dois dire que j’en ai beaucoup appris. Il faut reconnaître que Judith Rocheman livre ici un roman très bien documenté mais toujours aidé par un souffle romanesque très fort.

Je ne me suis ainsi pas ennuyée, même si je dois bien avouer que la lecture n’a pas toujours été aisée pour moi. Beaucoup d’éléments sont livrés en vrac, et il faut rester concentré. Mais quelle belle histoire de femmes nous livre ici l’auteure.

Judith nous parle de thématiques très belles, telles que l’amour entre ces deux femmes et leur courage. Cet événement arrive assez tôt dans le roman, je ne vous spoile donc rien. C’est beau et d’une tendresse infinie. Les deux femmes m’ont beaucoup touchée, et l’auteure a su créer deux personnages féminins qui vont porter l’histoire à elles seules.

Elles sont fortes et charismatiques. Tout au long de ce roman, j’ai souvent craint pour elles, en partie à cause de la sournoiserie de Sergueï, personnage fourbe au possible.

La plume de l’auteure est très fluide. Bien documenté et avec un style élégant, l’auteure livre ici un roman qui ne laisse aucun répit à son lecteur. Les indications spatio-temporelles sont présentes régulièrement, afin de ne pas perdre le lecteur.

Un roman historique riche et foisonnant, servi par deux héroïnes très bien dépeintes. Tous les ingrédients d’une intrigue haletante sont présents. Une réussite.

Thriller

Identités croisées

Identités croisées d’Harlan Coben

  • Auteur : Harlan Coben
  • Titre : Identités croisées
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Belfond
  • Nombre de pages : 400
  • Parution : 6 octobre 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

WILDE.
Il vit loin du monde, dans une forêt du New Jersey. C’est un enquêteur aux méthodes très spéciales. Nul ne sait d’où il vient, pas même lui.
Un site internet, une recherche ADN et soudain une piste.
Le secret de ses origines ? Enfin ?
Un lointain cousin, star de téléréalité. Un homme suivi par une nation entière.
Wilde touche au but mais le cousin disparaît.
De lui ne reste qu’une photo énigmatique postée sur les réseaux sociaux.
Mise en scène ? Conspiration ? Pire encore ?
Wilde est sur ses traces.
Et il n’est pas le seul.
AU CŒUR DE CES IDENTITÉS CROISÉES SE CACHE UN PIEGE MORTEL…

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Belfond pour leur confiance.

Wilde a enfin retrouvé son père biologique. Il se rend alors à Las Vegas pour faire sa connaissance. Wilde a fait appel aux nouvelles technologies pour retrouver des membres de sa famille, et c’est ainsi que quelques temps plus tard, il va recevoir un message énigmatique d’un homme qui se dit être son cousin et qui lui demande de l’aider. Cet homme, c’est Peter Bennett, une star de la télé-réalité, qui a mystérieusement disparu. Wilde va alors tout faire pour élucider cela.

Il s’agit ici d’une suite presque directe du roman « L’inconnu de la forêt ». Même si cet opus pourrait presque se lire indépendamment, je vous conseille malgré tout de découvrir cette saga dans l’ordre, puisque beaucoup d’éléments refont surface et vous risqueriez de vous perdre parfois.

Nous retrouvons donc ici Wilde et Hester, et une fois de plus, Harlan Coben nous sert une intrigue brillante avec laquelle j’ai passé un excellent moment de lecture. Décidément, l’auteur a un talent incroyable pour se renouveler intrigue après intrigue. Lorsque j’ouvre l’un de ses romans, je sais que je ne vais pas être déçue.

J’ai eu un peu de mal à démarrer, trouvant que l’auteur prenait un peu de temps à bien placer son intrigue, mais une fois que cela a été chose faite, je n’ai plus pu lâcher ce roman. Cette intrigue comporte une multitude de ramifications qui n’ont en apparence rien à voir les unes avec les autres, mais qui bien évidemment finiront par se recouper au dénouement.

J’ai beaucoup aimé en savoir plus sur ce personnage énigmatique qu’est Wilde. L’auteur choisit de nous révéler enfin ses origines, et j’ai trouvé cela judicieux, d’autant plus que je pense que l’on retrouvera bientôt ce personnage dans un autre opus.

L’intrigue est haletante. J’ai établi une multitude d’hypothèses, mais je me suis trompée. L’auteur a donc réussi à maintenir mon intérêt tout au fil des pages, et le dénouement est surprenant.

La plume de l’auteur est toujours aussi addictive. Avec un style simple et véloce, les pages défilent. C’est une véritable réussite.

Un excellent thriller dans lequel Wilde refait son apparition pour une enquête très bien réalisée et haletante. À découvrir.

Ma note : 18/20

Historique

Nick

Nick de Michael Farris Smith

  • Auteur : Michael Farris Smith
  • Titre : Nick
  • Genre : Historique
  • Éditions : Sonatine
  • Nombre de pages : 368
  • Parution : 17 novembre 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Avant de se retrouver dans l’entourage de Daisy Buchanan et Jay Gatsby, Nick Carraway, comme nombre de ses compatriotes américains, s’est engagé pour défendre le territoire français durement frappé par la Première Guerre mondiale. Sur place, la désillusion est de taille : prisonnier d’un combat qui n’est pas le sien, errant seul à travers la violence des assauts et les spectres d’un passé qui ne le quitte jamais, il cherche désespérément une échappatoire à sa condition. Jusqu’au jour où, en permission à Paris, il rencontre Ella, une jeune fille excentrique, qui habite un grenier, au-dessus d’un théâtre. Troublé, Nick espère avoir trouvé le chemin de la rédemption. Il ignore encore que celle-ci ne s’offre qu’à ceux qui ont vraiment touché le fond.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Sonatine pour leur confiance.

Pendant une permission alors qu’il est en France sur le front lors de la Première Guerre Mondiale, Nick, un jeune homme américain, va alors rencontrer Ella, une femme qui va le fasciner. Ils se promettent de se retrouver. Pourtant, la route de Nick va suivre d’autres détours. Le jeune homme reviendra détruit après tout ce qu’il a vu pendant ce conflit.

Que d’originalité dans ce roman puissant et empreint d’une grande poésie littéraire. L’auteur va ici choisir de nous narrer l’histoire de Nick, personnage de Gatsby le Magnifique. Tout va tourner autour de lui, et le lecteur va découvrir ainsi son histoire personnelle. J’ai trouvé ce procédé très original et innovateur.

Il faut dire que l’auteur possède un talent indéniable pour conter les aventures de son personnage. Avec un souffle romanesque inouï, l’histoire de Nick nous est ainsi dévoilée, sans fioritures.

J’ai accroché dès les premières pages, et j’ai ressenti une profonde empathie pour Nick, qui a subi des événements terribles pendant le conflit et qui est revenu plein de traumatismes. L’auteur a su explorer la psychologie de Nick à merveille et ainsi à rendre un personnage tout en nuances et très bien dépeint.

La plume de l’auteur est d’une grande élégance. Son style m’a totalement conquise. Les chapitres sont de taille moyenne et le tout se lit d’une manière très fluide.

Un roman touchant, d’une grande originalité, dans lequel l’auteur nous narre l’histoire d’un personnage défait suite à ce qu’il a vu pendant la guerre. L’amour et l’amitié tiennent toute leur place dans ce roman à découvrir sans hesiter.

Ma note : 18/20

Historique

Loin de Margaux

Loin de Margaux de Karine Lebert

  • Auteur : Karine Lebert
  • Titre : Loin de Margaux
  • Genre : Historique
  • Éditions : de Borée
  • Nombre de pages : 288
  • Parution : Novembre 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

En 1940, durant l’Exode, Margaux échappe à la vigilance des siens. Kidnappée par Clémence, elle se retrouve à fuir sur les routes avec une inconnue qui la chérit comme sa propre fille. Tout d’abord terrorisée, elle finit par accepter son sort, sans pour autant oublier sa vraie famille. Cette dernière est à la recherche de la petite
disparue mais la France de l’Occupation recèle bien des zones d’ombre qui pèseront sur le destin des uns et des autres…

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions de Borée pour leur confiance.

1940, Cayeux-sur-Mer. Antoine et Éliane sont sur les routes de France en compagnie de leurs enfants, Adrien, Joachim et Margaux, afin d’échapper à la guerre. Alors qu’un bombardement les surprend en plein exode, la petite Margaux s’échappe de la vigilance des siens pour aller aider sa chienne. C’est alors que Clémence, en mal d’enfants, en profite pour enlever la fillette.

C’est un coup de cœur que j’ai eu à la découverte de ce très beau roman qui m’a terriblement émue, et qui m’a fait passer par une palette d’émotions diverses. J’ai ressenti une profonde empathie pour la petite Margaux et sa famille. J’ai été bouleversée, et je voulais tant que la famille se retrouve enfin.

L’auteure place son intrigue en pleine Seconde Guerre Mondiale, et les événements relatés m’ont profondément chamboulée. J’ai assisté ainsi au courage indicible de la famille de Margaux, afin de la retrouver mais également afin d’échapper au conflit.

L’auteure a su créer des personnages tout en nuances. J’ai été ulcérée par le comportement de Clémence et j’ai eu peur pendant tout le roman pour la petite Margaux.

J’ai été très touchée par Éliane et Antoine, par leur chagrin et par leur force afin de ne pas perdre l’espoir de retrouver leur fille, mais également par leur volonte de protéger au mieux leurs deux autres enfants. J’avoue avoir été émue à beaucoup de reprises pendant ma lecture.

La plume de l’auteure est très fluide. Les pages se tournent avec beaucoup d’entrain, les chapitres sont de taille moyenne. Il y a, à chaque amorce de partie, une indication temporelle pour ne pas se perdre.

Un roman qui a été un coup de cœur pour ma part. L’auteure offre une intrigue particulièrement bouleversante, le tout servi par une plume très agréable à lire.

Ma note : 18/20

Contemporain

L’Héritière des sables fauves

L’Héritière des sables fauves de Jean-Paul Malaval

  • Auteur : Jean-Paul Malaval
  • Titre : L’Héritière des Sables Fauves
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Calmann-Lévy
  • Nombre de pages : 384
  • Parution : 5 octobre 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

À soixante et onze ans, Lissandre Seyverac n’a plus le choix : il va devoir passer la main et confier la direction de sa maison d’armagnac à un autre. Labarrère, c’est toute sa vie : hors de question de céder le domaine à un étranger. Mais vers qui se tourner ?

Son fils, Thibault, qui a pourtant passé sa vie dans les vignes, est de l’avis de tous un incapable et sa fille, Raphaëlle, a rompu avec les siens pour créer un cabinet d’expertise d’oeuvres d’art à Bordeaux. Et son temps est compté : les vautours planent au-dessus de Labarrère…

Seule Raphaëlle serait en mesure de prendre sa suite, Lissandre en est persuadé, mais il est responsable de la désaffection de sa fille. Brillante, orgueilleuse, autoritaire aussi, Raphaëlle ressemble à son père et ne lui a jamais pardonné ses frasques sentimentales. Il faut dire que la famille Seyverac garde de nombreux secrets.

Lissandre ravale son amour-propre et frappe à la porte de sa fille. Mais, à supposer qu’elle daigne l’écouter, comment une jeune femme, qui ne connaît rien à l’art subtil de l’assemblage, pourrait-elle s’imposer dans le monde impitoyable des grandes maisons d’armagnac ?

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Calmann-Lévy pour leur confiance.

Lissandre s’occupe depuis toujours de son domaine viticole. Labarrère, c’est tout pour lui. Mais lorsque le vieil homme s’aperçoit qu’il n’est plus en mesure d’en prendre la charge, il doit alors réfléchir auquel de ses enfants il a envie de confier les clés de ce domaine. Il va vite se rendre compte que son fils Thibault n’est pas le plus indiqué. Il ne lui reste plus qu’à appeler sa fille Raphaëlle pour l’aider. Pourtant, voilà un moment que le père et la fille sont en froid.

En voilà un roman très intéressant, notamment pour toutes ses références au domaine viticole, dont j’ai appris beaucoup de choses. On voit que l’auteur est réellement passionné par ce domaine, et j’ai suivi avec grand intérêt beaucoup de ses explications.

L’intrigue principale m’a plu. J’ai beaucoup aimé cette histoire familiale que l’on découvre par petites touches, même s’il me faut reconnaître que certains des personnages m’ont paru particulièrement antipathiques. Beaucoup de non-dits et de secrets parsèment le récit, et j’ai tourné les pages avec beaucoup de curiosité afin d’en savoir plus sur les raisons qui ont poussé cette famille à avoir des relations si froides.

Raphaëlle est un personnage féminin intéressant, qui doit constamment se battre pour faire entendre sa voix dans un univers résolument masculin. J’ai beaucoup aimé la manière dont elle réussit à s’affirmer.

La plume de l’auteur est très abordable, et il nous explique au mieux les termes relatifs au vin. Les chapitres sont de taille moyenne et le style est fluide.

Un roman de terroir très plaisant à lire, et très intéressant à découvrir.

Ma note : 16/20

Contemporain

Un chien à ma table – Rentrée littéraire

Un chien à ma table de Claudie Hunzinger

  • Auteur : Claudie Hunzinger
  • Titre : Un chien à ma table
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Grasset
  • Nombre de pages : 288
  • Parution : 24 août 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Un soir, une jeune chienne, traînant une sale histoire avec sa chaîne brisée, surgit à la porte d’un vieux couple : Sophie, romancière, qui aime la nature et les marches en forêt et son compagnon Grieg, déjà sorti du monde, dormant le jour et lisant la nuit, survivant grâce à la littérature.

D’où vient cette bête blessée ? Qu’a-t-elle vécu ? Est-on à sa poursuite ?

Son irruption va transformer la vieillesse du monde, celle d’un couple, celle d’une femme, en ode à la vie, nous montrant qu’un autre chemin est possible.

Un chien à ma table relie le féminin révolté et la nature saccagée : si notre époque inquiétante semble menacer notre avenir et celui des livres, les poètes des temps de détresse sauvent ce qu’il nous reste d’humanité.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Grasset pour leur confiance.

Sophie et Grieg sont un couple de retraités qui habitent aux Bois-Bannis. Leur quotidien est jalonné par leurs petites habitudes. Mais tout cela se voit chamboulé lorsque une petite chienne maltraitée arrive à la porte du couple.

Je dois dire que ce roman n’a pas été une lecture aisée pour ma part, et que je n’ai pas enchaîné les chapitres sans pauses. Je dois reconnaître une qualité d’écriture inouïe de la part de l’auteure, mais je dois aussi dire que je ne m’attendais pas forcément à cela en ouvrant ce roman.

La rencontre avec la chienne sert en fait davantage de prétexte à l’auteure pour ainsi partir en digressions constantes et il faut s’accrocher. J’ai trouvé ce texte très érudit mais pas toujours simple à suivre, il faut le dire.

L’auteure nous livre une réflexion intéressante au sujet de plusieurs thématiques et cela sous le prisme de son personnage principal, Sophie, qui va quasiment porter à elle seule l’histoire.

Il reste au final une lecture très intéressante et qui pousse à la réflexion constante. Même si parfois j’ai eu quelques difficultés à m’immerger pleinement dans ce texte, je ne peux que reconnaître sa qualité.

En toile de fond, la nature tiendra une place primordiale. J’ai beaucoup aimé cette promenade colorée et emplie de sensibilité que nous propose l’auteure.

La plume de l’auteure est d’une grande élégance. Avec beaucoup de minutie et de détails, elle nous permet d’imaginer au mieux les lieux qu’elle dépeint. Les chapitres sont de taille moyenne.

Un roman d’une grande qualité stylistique et empli de réflexions intéressantes. Même si la lecture n’a pas toujours été aisée pour ma part, je suis contente d’avoir pu découvrir ce récit.

Thriller

Sans un bruit

Sans un bruit de Paul Cleave

  • Auteur : Paul Cleave
  • Titre : Sans un bruit
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Sonatine
  • Nombre de pages : 496
  • Parution : 10 novembre 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Auteurs de thrillers écrits à quatre mains, Cameron et Lisa Murdoch jouissent d’une confortable notoriété à Christchurch, où ils mènent une existence paisible et heureuse. Certes Zach, leur fils de sept ans, peut être difficile à vivre, mais Cameron et Lisa font face, s’arment de patience. Jusqu’au jour où Zach disparaît en pleine nuit. Fugue ? Enlèvement ? Les Murdoch sont bouleversés, prêts à tout pour retrouver leur fils. Mais lorsque les médias s’emparent de l’affaire, une vidéo fait surface : Cameron, visiblement excédé par une crise de Zach, emportant son fils sous son bras pour le jeter dans la voiture. Et le doute, lentement, s’insinue dans les esprits : après tout, qui mieux qu’un auteur de romans policiers peut commettre le crime parfait ?

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Sonatine pour leur leur confiance.

Lisa et Cameron sont un couple d’écrivains à succès. Ils sont parents du petit Zach. Un jour, alors que Cameron sort avec son fils à une fête foraine, cela va mal se passer. Le petit menace alors de fuguer. Lorsque le lendemain matin, les parents de Zach découvrent que leur fils est introuvable, ils paniquent. Est-ce que Zach a réellement fugué, ou s’est-il passé autre chose ?

Décidément, je suis admirative par le talent de Paul Cleave pour se renouveler roman après roman. Même si la thématique principale peut sembler avoir été maintes fois revisitée dans les thrillers, l’auteur arrive à tenir en haleine son lecteur, et à le surprendre avec un final inattendu.

Il faut dire que je pensais avoir le fin mot de l’histoire vers la moitié du livre. C’était sans compter sur les retournements de situation que nous a concocté l’auteur. Je n’ai jamais ressenti de longueurs et la fin est une véritable surprise.

Les personnages sont très bien dépeints. Le roman tourne davantage autour de Cameron et de ses ressentis, et j’ai trouvé cela très intéressant tant l’auteur avait su brosser un caractère complexe.

La plume de l’auteur est addictive au possible. Une fois commencé ce thriller, il est très difficile de le lâcher. Les courts chapitres donnent une grande intensité au récit. Les chapitres alternent entre le point de vue de Cameron, narrés au la première personne, et les actions de l’inspectrice Kent afin de percer les mystères de cette enquête complexe.

Un thriller qui est une véritable réussite, tant au niveau de la narration qui tient en haleine le lecteur, comme au niveau de l’intrigue complexe et qui réserve beaucoup de rebondissements. À découvrir sans hésiter.

Ma note : 18/20

Historique

La fille du pêcheur de perles

La fille du pêcheur de perles de Lizzie Pook

  • Auteur : Lizzie Pook
  • Titre : La fille du pêcheur de perles
  • Genre : Historique
  • Éditions : Gallmeister
  • Nombre de pages : 416
  • Parution : 6 octobre 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Australie occidentale, 1886. Un bateau à vapeur en provenance de Londres fait son entrée à Bannin Bay. Depuis le pont, la petite Eliza Brightwell, dix ans, observe ce monde nouveau avec ses volutes de poussière rouge et ses inimaginables richesses tapies au fond de l’océan. Car c’est ici que sa famille espère faire fortune grâce à la pêche à la perle. Dix ans plus tard, son père Charles Brightwell, devenu le perlier le plus prolifique de la baie, disparaît subitement de son bateau en pleine mer. Qu’est-il devenu ? Le mystère est entier. Personne ne sait rien, personne ne semble vouloir parler. Seule Eliza s’entête à découvrir ce qui s’est passé. Et dans une ville où règnent la corruption, le racisme et le chantage, la vérité coûte bien plus cher que des perles. Eliza devra décider si elle est prête à en payer le prix. Le premier roman de Lizzie Pook, teinté d’un exotisme fascinant, raconte avec fougue la quête de liberté d’une jeune femme guidée par l’amour filial.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Gallmeister pour leur confiance.

1886, Bannin Bay, Australie. La petite Eliza débarque sur l’île en compagnie de ses parents, de son frère, de son oncle et de sa tante, afin de se lancer dans le commerce perlier. En effet, le père pense faire fortune en pêchant les huîtres perlières. Dix ans plus tard, le père d’Eliza disparaît en pleine traversée. Il n’y a que son frère qui revient. Personne ne sait ce qu’il est advenu de son père. La jeune femme qui a déjà subi un drame familial terrible fera tout pour retrouver son père.

Ce roman a été pour ma part un véritable coup de cœur. Tout m’a plu dans ce récit élégant et captivant. Les parts de mystère sont présentes tout au fil des pages, et j’ai été très surprise par ce dénouement inattendu.

Mais ce roman, c’est davantage qu’une histoire de mystère. Que j’ai aimé cette immersion totale que propose l’auteure, grâce à des descriptions très réalistes et effectuées avec beaucoup de minutie. Elle a su manier habilement descriptions et intrigue. Cela a été une franche réussite.

Le personnage d’Eliza est terriblement touchant. Avec une force mêlée à beaucoup de sensibilité, je demeure admirative par le courage dont elle fait preuve. J’ai été très touchée par le lien familial qui est décrit pendant toute l’intrigue. Je ne peux en dire plus, mais la jeune femme subit des épreuves terribles. L’auteure explore avec beaucoup d’acuité les liens familiaux.

La plume de l’auteure est élégante et particulièrement immersive. Je n’ai jamais ressenti de longueurs, bien au contraire. Je voudrais accorder deux mentions spéciales à ce roman. Tout d’abord, la couverture est tout simplement somptueuse. Ensuite, j’ai beaucoup apprécié les notes personnelles du père d’Eliza, qui permettent d’en apprendre beaucoup sur la faune locale.

Un véritable coup de cœur pour ce roman tout en finesse, avec pour toile de fond mystères et enquêtes, le tout servi par un personnage féminin charismatique et courageux. N’hésitez pas à découvrir ce récit.

Ma note : 18/20

Thriller

Le chalet

Le chalet de Catherine Cooper

  • Auteur : Catherine Cooper
  • Titre : Le chalet
  • Genre : Thriller
  • Éditions : L’Archipel
  • Nombre de pages : 320
  • Parution : 24 novembre 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

1998. Deux frères, Will et Adam, emmènent leurs petites amies dans une station de ski huppée des Alpes. Un jour, au retour d‘une longue descente hors-piste, l’un d’eux manque à l’appel…
2020. Deux couples ont loué dans la même station un chalet de luxe. Quatre personnes liées, d’une façon ou d’une autre, au drame du passé. Dans l’ombre, quelqu’un connaît la vérité. Et attend son heure pour frapper…
Dans ces montagnes battues par la tempête, jamais « cold case » n’aura aussi bien porté son nom…

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions de l’Archipel pour leur confiance.

1998, la Madière, station de ski française. Deux frères s’y retrouvent pour passer des vacances avec leurs fiancées. Tout s’assombrit lorsque l’un des deux frères demeure introuvable suite à une grande tempête et une sortie de ski en hors-piste. Plus de deux décennies après ce tragique accident, ce sont deux couples différents qui se retrouvent, mais pourtant, il semblerait que les événements du passé ne vont pas tarder à refaire surface.

Quel excellent moment de lecture que ce thriller remarquablement ficelé et haletant. Je ne veux vraiment pas en dire plus sur le synopsis, j’ai bien trop peur de vous spoiler les surprises que j’ai eues en découvrant ce roman tout au fil des pages.

Dès les premières pages, l’auteure a réussi à me captiver. On rentre d’emblée dans cette histoire, et j’ai beaucoup aimé lorsque l’histoire passée et présente se télescopent dans un jeu de faux-semblants, de suspicion et de mystères.

Je n’ai pas arrêté de me poser une multitude de question tout au fil de ma lecture, et je dois bien avouer que je n’ai rien vu venir. L’auteure a pris le temps de créer un réel suspense qui se maintient jusqu’au dénouement inattendu.

La plume de l’auteure est très fluide. Le schéma narratif est parfait et convient parfaitement à ce genre de thriller. En effet, l’auteure va alterner entre le passé et le présent, mais également entre les divers personnages. Ce roman n’est jamais monotone, au contraire. L’atmosphère est également très bien rendue.

Un thriller captivant que j’ai trouvé particulièrement réussi. Je ne peux que vous conseiller cette lecture.

Ma note : 18/20

Historique

La juive de Shanghai

La juive de Shanghai de Marek Halter

  • Auteur : Marek Halter
  • Titre : La juive de Shanghai
  • Genre : Historique
  • Éditions : XO
  • Nombre de pages : 374
  • Parution : 3 novembre 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Berlin, 1937. Ruth, juive et talentueuse couturière de 22 ans, se lie d’amitié avec Clara, jeune résistante allemande. Pourchassées, elles décident de rejoindre une destination inattendue : Shanghai, où des milliers de juifs se sont réfugiés.

Clara est la première à partir pour la Chine. Ruth, elle, doit traverser l’Europe entière… jusqu’en Sibérie. Grâce au consul japonais de Lituanie, elle obtient un visa pour Kōbe, le grand port du pays du soleil‑levant. Parvenue enfin à Shanghai – ville bouillonnante où se côtoie un monde interlope d’espions, de trafiquants d’opium et de résistants –, elle y retrouve miraculeusement Clara, devenue agente des communistes.

La suite ? C’est Bo Xiao Nao, la fille de Ruth, qui la raconte. orpheline, elle tombe sur un carnet tenu par sa mère. En le feuilletant, elle découvre, bouleversée, le destin fascinant de celle qu’on appellera à jamais la Juive de Shanghai…

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions XO pour leur confiance.

Berlin, 1937. Ruth est une jeune femme juive promise à un bel avenir de couturière. Pourtant, la montée du nazisme est de plus en plus présente et Ruth va devoir faire preuve d’un courage indicible pour poursuivre son rêve. Bientôt, elle fera la connaissance de Clara, une jeune résistante allemande, à laquelle elle sauvera la vie. Entre les deux jeunes femmes, une amitié indéfectible naîtra. Il leur faudra fuir, et vite. Clara ne tardera pas à proposer de la rejoindre à Shanghai, afin d’être en sécurité.

C’est un roman lumineux malgré toutes les parts d’ombre, et bouleversant que nous propose ici l’auteur. De ces romans qui une fois refermés laissent en nous une émotion forte. De plus, ce roman aborde une thématique que j’ai rarement croisée dans mes lectures, à savoir l’exil des juifs à Shanghai afin de fuir le régime nazi.

J’ai tout aimé dans ce récit résolument féminin, et porté par deux personnages principaux terriblement charismatiques, inspirantes, et fortes. L’auteur a su brosser des personnages inoubliables. Ruth et Clara m’ont bouleversée à plusieurs reprises.

J’ai ressenti une palette infinie d’émotions. Avec une sensibilité rare, l’auteur égrène le destin de ces deux jeunes femmes. J’ai eu si souvent peur pour elles, je voulais tant qu’elle puissent se retrouver, s’en sortir.

J’ai beaucoup aimé l’idée du carnet que Ruth tient, afin de se sentir au plus proche de son amie Clara, et ainsi pouvoir lui raconter son quotidien. Le dénouement de ce roman m’a tout simplement bouleversée, mais une touche d’espoir est néanmoins présente tout au fil des pages, grâce à de belles valeurs qui parsèment l’intrigue, comme par exemple la loyauté, les liens forts d’amitié, de famille.

La plume de l’auteur m’a conquise. Tout en douceur et en sensibilité, j’y a retrouvé tout ce que j’apprécie dans un style d’écriture. Les pages ont défilé.

Un roman bouleversant, vibrant, lumineux, où l’espoir est présent malgré toutes les parts d’ombres qui parsèment les pages. Ce récit est porté par deux héroïnes inspirantes et terriblement touchantes. À découvrir sans hésiter.

Contemporain

Le spleen du pop-corn qui voulait exploser de joie

Le spleen du pop-corn qui voulait exploser de joie de Raphaëlle Giordano

  • Auteur : Raphaëlle Girodano
  • Titre : Le spleen du pop-corn qui voulait exploser de joie
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Plon
  • Nombre de pages : 312
  • Parution : 6 octobre 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Joy travaille dans une agence de celebrity marketing qui connecte des talents VIP avec de grandes marques. Dans ce monde d’image et de luxe, mieux vaut être brillant. Mais Joy ne se sent pas vraiment de talents particuliers et afin de compenser, elle se met toujours plus de pression. Elle, que son père surnommait enfant son « p’tit pop-corn » tant elle irradiait de gaieté, se retrouve aujourd’hui au bord de l’implosion jusqu’à en développer un toc digital qui lui donne l’illusion de garder le contrôle.

Pour couronner le tout, à la veille de Noël, voilà qu’on lui confie la délicate mission d’organiser l’événement des dix ans de l’agence. C’est là que le destin intervient pour la mettre sur le chemin de Benjamin, jeune entrepreneur plein de vie et d’optimisme. Lui et sa petite troupe ont la joie contagieuse, et cette rencontre va bouleverser Joy dans ses certitudes. Le temps de la « désapplication » serait-il venu ?

Mais attention, car un pop-corn qui éclate, ça fait du bruit. Beaucoup de bruit…

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Plon pour leur confiance.

Joy est une jeune femme qui a oublié d’être heureuse. Elle travaille dans une agence de marketing. Débordée constamment, elle n’a pas une minute à elle. Lorsque ses deux patrons vont lui demander d’organiser un évènement spécial pour le dixième anniversaire de la boîte, elle va faire appel à Benjamin, un jeune homme dont elle fera la rencontre et qui l’aidera pour cet événement majeur mais qui bouleversera également son quotidien.

J’ai passé un excellent moment de lecture avec ce roman frais et pétillant, qui conserve malgré tout une bonne dose de sérieux. Les émotions ont été très diverses lors de cette lecture, mais indubitablement, ce roman est à classer dans la catégorie des feel good qui prêtent à réfléchir.

Le personnage de Joy m’a énormément plu. Quelle évolution. En effet, la jeune femme semble totalement effacée et perdue au début du roman et peu à peu, elle va réussir à s’affirmer grâce à Benjamin. J’ai trouvé les caractères très bien dépeints et j’ai été très touchée à plusieurs reprises.

L’auteure a su aborder des thématiques importantes, telles que l’affirmation de soi, le surmenage et les relations humaines. Elle a réussi à le faire avec brio, en gardant toujours cette touche humoristique, et poussant toujours son lecteur à réfléchir pendant sa lecture.

Je ressors conquise par ce roman sensible, tout doux, et qui donne le sourire plus d’une fois. Les personnages secondaires sont très bien décrits également. Joy doit faire face à beaucoup d’adversités.

La plume de l’auteure est tout en douceur. J’ai trouvé une multitude de réflexions intéressantes tout au fil des pages, et elle les a remarquablement retranscrites au travers du prisme de Joy. Les chapitres sont courts et cela rythme beaucoup l’histoire. Les passages concernant Joy sont écrits à la première personne et j’ai trouvé ce choix particulièrement judicieux.

Un roman tout en sensibilité, avec une bonne dose d’optimisme, un soupçon de fraîcheur et beaucoup d’humour, mais qui malgré tout prêtera à la réflexion de par les thématiques soulevées. À découvrir.

Ma note : 17/20

Contemporain

Débarquer – Rentrée littéraire

Débarquer de Hugo Boris

  • Auteur : Hugo Boris
  • Titre : Débarquer
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Grasset
  • Nombre de pages : 198
  • Parution : 17 août 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Andrew, vétéran américain du 6 juin 1944, trouve la force de revenir en Normandie à la fin de ses jours pour revoir la terre qui l’a si profondément marqué. Une guide des plages du débarquement doit l’accueillir, Magali, âgée d’une trentaine d’années.

Dans sa profession, accompagner un vétéran d’Omaha Beach, c’est le Saint-Graal. Mais ce matin, lorsqu’on lui annonce l’arrivée d’Andrew, Magali se sent dépassée. Il y a neuf mois, son mari a disparu et depuis l’enquête piétine, personne ne sait s’il est mort ou vivant. Seule avec ses deux enfants, elle est morte d’inquiétude. La visite de ce vieil Américain, alors qu’elle musèle sa douleur avec des médicaments depuis des semaines, c’est trop.

Les vétérans se déplacent toujours en famille, souvent accompagnés d’une association, toujours accueillis comme des demi-dieux, presque des stars du rock. Pourtant à la gare de Bayeux, Andrew est seul. Magali n’en revient pas. Ce vieillard qui peine à marcher a fait le voyage depuis le Connecticut sans l’aide de personne. Qui est-il ? Que cache cette détermination solitaire ?

Construit comme un singulier jeu de miroir, sur une journée associant rythme implacable et temps suspendu de la vie intérieure, Débarquer est un roman de désapprentissage. Magali et Andrew ont déjà parcouru un rude chemin de vie, et les voilà confrontés à un passé qui ne passe pas. Comme les échos d’une guerre destructrice marquent à jamais les territoires et les êtres, Hugo Boris livre un roman fort et magnétique, une traversée vers l’aube qui ne se laisse pas oublier.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Grasset pour leur confiance.

Magali est guide sur les plages de Normandie, pour les touristes qui viennent découvrir les lieux du débarquement. La jeune femme élève seule ses deux enfants, depuis que son mari a disparu sans aucune explication. Un jour, elle doit guider Andrew, un vétéran américain.

En voilà un roman empli de douceur que j’ai découvert ici. J’ai beaucoup aimé découvrir ces deux caractères forts mais à la fois sensibles. L’auteur a su brosser des personnages très profonds et qui ensemble vont pouvoir aller de l’avant, chacun à sa manière.

Magali et Andrew m’ont touchée. Il est vrai que l’auteur prendra un peu de temps à réunir ces deux personnages, mais c’est ce qui permet d’appréhender les deux caractères. Je ne me suis jamais ennuyée.

La plume est poétique et le style de l’auteur est très fluide. Les émotions sont parfaitement retranscrites. Les chapitres courts rythment l’histoire.

Un roman dans lequel deux personnages vont s’aider mutuellement à aller mieux. J’ai été très émue par cette histoire sensible.

Ma note : 17/20

Contemporain

Ellie et Dan

Ellie et Dan de Hazel Prior

  • Auteur : Hazel Prior
  • Titre : Ellie et Dan
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : L’Archipel
  • Nombre de pages : 416
  • Parution : 17 novembre 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Dan a besoin de paix et d’ordre. Il aime sa vie calme, prévisible, à l’abri des dangers et des surprises. Il a perdu confiance en lui et a choisi de vivre en reclus, dans sa grange-atelier, où il fabrique des harpes.
Ellie est une rêveuse. Ou plutôt, elle l’était, avant que son existence ne rétrécisse aux dimensions d’une vie de couple banale et étriquée. Ses journées, elle les passe à tenir une maison parfaite pour son mari, Clive, et à s’efforcer de le rendre heureux.
Un jour, le hasard conduit Ellie dans l’atelier de Dan. Ils ne peuvent se douter que leur vie est sur le point de changer à tout jamais…

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions de l’Archipel pour leur confiance.

Exmoor, Angleterre. Dan est facteur de harpes. Ellie, quant à elle, est femme au foyer. Lorsqu’au détour d’une promenade, la jeune femme tombe par hasard sur la grange dans laquelle Dan fabrique ses harpes, elle est loin de se douter du chamboulement que cela va représenter dans son quotidien.

Quelle belle histoire. Je dois malgré tout admettre avoir eu un démarrage très compliqué avec ce roman, mais peu à peu, j’ai fini par m’attacher aux deux personnages principaux et je finis conquise par ce beau récit empli de sensibilité et de douceur.

Les deux protagonistes sont très bien dépeints et vont se soutenir mutuellement face aux épreuves qu’ils subissent. La place à la musique est importante, et le monde des harpes est bien décrit. J’ai été très touchée de voir l’évolution des personnages, notamment en ce qui concerne Ellie.

Dan est terriblement touchant et Ellie est tout en sensibilité. Ce roman a des allures de récit feel good mais est également profond. J’ai suivi avec intérêt l’évolution de la relation entre les deux personnages.

La plume est très fluide. Le schéma narratif est particulièrement judicieux, puisque l’auteure va alterner les chapitres concernant Ellie et Dan. Malgré ce début compliqué, l’auteure a réussit à finalement beaucoup m’émouvoir avec cette belle histoire.

Un roman tendre, doux et empli de sensibilité dans lequel les personnages se soutiendront et apprendront à se connaître. Je ressors très émue par cette belle lecture que je conseille.

Ma note : 17/20

Contemporain

Les Mares-Noires

Les Mares-Noires de Jonathan Gaudet

  • Auteur : Jonathan Gaudet
  • Titre : Les Mares-Noires
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Belfond
  • Nombre de pages : 176
  • Parution : 13 octobre 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Sous la douce lumière d’un matin d’été aux Mares-Noires, au beau milieu du Québec, une femme berce son bébé près d’une fenêtre, en fixant le coyote qui s’approche trop près de leur petite maison. Soudain, à la radio, un flash spécial : une explosion est survenue à la centrale nucléaire. Un bâtiment est en flammes, sept employés sont coincés à l’intérieur. Parmi eux, le mari de cette femme. Le cri qu’elle pousse alors ébranle toute la forêt. Les autorités se veulent rassurantes, mais la femme sait que le pire va arriver. Qu’il est trop tard.

Treize ans ont passé, la femme a refait sa vie et son bébé est devenue une adolescente rebelle. Si le drame qui les a touchées semble derrière elles, les fantômes ne sont pas loin. Encombrée de tensions, de silences, d’indicibles secrets, leur relation est une bombe à retardement aussi imprévisible que menaçante…

Avec ce roman d’une profonde noirceur, Jonathan Gaudet nous entraîne dans une danse macabre, tendue, d’une férocité radioactive.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Belfond pour leur confiance.

Les Mares-Noires, au Québec. Catherine attend avec son bébé Émilie le retour de son époux David, qui travaille dans la centrale nucléaire à proximité de son logement. Lorsque plusieurs explosions se font entendre, c’est la panique. Catherine contacte la centrale, et là, on lui dit que son mari et plusieurs autres collègues demeurent introuvables.

Quel roman. Je ressors bluffée par ce que propose ici l’auteur, et pourtant, je dois dire que le début de lecture a été pour ma part plus que laborieux, ayant eu beaucoup de mal à rentrer pleinement dans l’histoire. Pourtant, une fois que je me suis habituée à une telle densité dans le récit, j’avoue en ressortir bouleversée.

Ce roman n’est pas réellement un thriller a proprement parler, et ne vous attendez donc pas à un rythme effréné. C’est peut-être de là qu’est venue ma déconvenue initiale, m’attendant à autre chose. Pourtant, j’ai été totalement bluffée par la suite, trouvant que l’écriture de Jonathan Gaudet convenait parfaitement à l’atmosphère noire de ce récit.

Ici, tout passe par la psychologie personnages. Au milieu du roman, un retournement de situation arrive et j’ai été très surprise. Le dénouement est glaçant, et l’auteur a su créer une véritable montée du suspense.

La plume de l’auteur est très qualitative. Je ressors conquise par ce style, qui, si au début m’a quelque peu déroutée, a malgré tout fini par me convaincre. J’ai beaucoup aimé les changements d’époque dans lesquels évoluent Catherine et sa fille. Je ne me suis jamais sentie perdue, même s’il m’a fallu un peu de temps au début chaque chapitre afin de ne pas me perdre.

Un roman d’une densité inouïe qui pourrait vous dérouter un peu au début. Mais si vous persévérez dans votre lecture, vous découvrirez une plume élégante et et un roman glaçant. À découvrir.

Ma note : 17/20

Thriller

Les trois meurtres de William Drever

Les trois meurtres de William Drever de John Wainwright

  • Auteur : John Wainwright
  • Titre : Les trois meurtres de William Drever
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Sonatine
  • Nombre de pages : 240
  • Parution : 13 octobre 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

William Drever, un comptable sans histoires, vient d’être condamné pour le meurtre de trois femmes. Après plus de vingt ans de mariage, son épouse Carol est sous le choc. William est coupable, cela ne fait de doute pour personne. Il s’est défendu sans conviction, il n’a pas fait appel. Pour sa famille, désormais, c’est comme s’il avait cessé d’exister. L’homme qu’ils ont connu n’est plus. Alors que Carol essaie tant bien que mal de reprendre une vie normale, une certaine Ruth Linley cherche à la contacter. Avec une nouvelle stupéfiante à propos de William. Qui va conduire les siens à reprendre l’enquête pas à pas, à la recherche des pièces manquantes.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Sonatine pour leur confiance.

William Drever est condamné. Toutes les preuves sont contre lui et tout semble indiquer qu’il est le meurtrier de trois femmes. Sa femme Carol est sous le choc. Ses enfants Robert et Anne ne veulent pas y croire. Liz, sa belle-sœur, est là pour soutenir la famille. Pourtant, bientôt, de nouvelles preuves vont faire leur apparition. Et si tout n’était pas aussi clair qu’il n’y paraissait de prime abord ?

Voilà un excellent roman psychologique qui se doit d’être découvert. J’ai vraiment passé un excellent moment de lecture, grâce à cette enquête tarabiscotée et aux personnages remarquablement campés. L’auteur a su rester sur une ligne plutôt classique mais c’est très efficace.

Dès le début, j’ai été intriguée et je voulais savoir comment finirait cette histoire. Les révélations arrivent très doucement, l’auteur prenant son temps pour nous présenter les divers personnages de cette intrigue. Du coup, j’ai soupçonné presque tout le monde, et bien évidemment, je n’ai rien deviné du dénouement.

L’auteur a donc réussi à me surprendre jusqu’au bout. Tout passe ici par la psychologie des personnages. Il ne faut donc surtout pas s’attendre à une histoire qui va à toute vitesse, sous peine de vous retrouver très déçus. Bien au contraire, le rythme est très lent. Pourtant, je ne me suis jamais ennuyée.

La plume est tout en finesse. J’ai beaucoup aimé les changements constants de personnages tout au fil de l’intrigue. Cela octroie énormément de rythme à l’histoire. Je n’ai pas ressenti de longueurs et les pages se tournent très facilement.

Un roman qui prendra le temps de se mettre en place, dans lequel les personnages sont très bien dépeints et qui vous surprendra avec un dénouement totalement inattendu.

Ma note : 17/20

Contemporain

Quand l’arbre tombe – Rentrée littéraire

Quand l’arbre tombe d’Oriane Jeancourt Galignani

  • Auteur : Oriane Jeancourt Galignani
  • Titre : Quand l’arbre tombe
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Grasset
  • Nombre de pages : 200
  • Parution : 24 août 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Une maison du Val de Loire. Un grand parc. Les arbres y tombent. Le maître de maison, un vieil homme, s’inquiète et écrit à sa fille. Elle vient aussitôt le rejoindre, sans oser se formuler que cet appel au secours sera peut-être le dernier. Ce père a été si puissant, si actif, si authentiquement admirable ! Et maintenant, en retraite, déparé de tous ses attributs sociaux, Paul va tenter de parler à Zélie, comme Zélie va tenter de parler à Paul. Demeure entre eux ce sentiment difficile à élucider, l’amour d’un père et d’une fille. Un face à face pudique, candide, parfois douloureux, se développe. De jour en jour, la faiblesse de Paul se révèle. De jour en jour, Zélie supporte avec peine de le voir faillir.
Dans le parc qui s’effondre, le vieil homme et la jeune femme tentent de se dire ce qu’ils n’ont jamais osé se dire, retournant ensemble sous les frondaisons où, quinze ans plus tôt, ils n’ont pas pu empêcher leur fils et frère de mourir. Arrive un troisième personnage, Luc, qui bouleverse leurs retrouvailles. Il va mener Paul et Zélie à se confronter à leur histoire tragique.
Qu’est-ce que l’amour d’une fille pour un père ? Qu’est-ce qu’un secret de famille enfoui ? Qu’est-ce qu’un homme une fois que sa vie touche à sa fin, est dépouillée du pouvoir, de l’aura sociale et de tout compte moral ? Une vie qui exprime son sens dans une ultime métamorphose ? Un roman d’une beauté simple et tragique, qui révèle toute la maturité littéraire d’Oriane Jeancourt Galignani. Une histoire universelle.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Grasset pour leur confiance.

Zélie est pianiste. Lorsque la jeune femme reçoit un appel de Paul, son père, elle décide de le rejoindre rapidement. L’homme semble très inquiet. En effet, depuis quelques temps, il se rend compte que les arbres du parc de sa propriété tombent sans raison. C’est l’occasion pour Zélie et son père de renouer des liens qui semblent s’être délités au fil du temps.

C’est un beau roman que propose ici l’auteure, même si j’avoue avoir eu parfois un peu de mal à rentrer pleinement dans l’histoire, notamment dû aux trop nombreuses descriptions qui m’ont parfois perdue.

Malgré ce petit bémol, j’ai suivi avec beaucoup d’émotions l’histoire de cette famille, qui a vécu de véritables drames. L’histoire nous est dévoilée par petites touches et le lecteur découvrira peu à peu les liens qui unissaient chaque membre de la famille.

Ainsi, l’histoire personnelle de Paul nous sera livrée mais également l’histoire du frère de Zélie. Beaucoup d’émotions parsèment ce texte fort.

La plume de l’auteure est élégante et tout en poésie. Les chapitres sont courts et cela rythme la lecture. Malgré les très nombreuses descriptions qui y sont faites, le texte se lit de manière très fluide.

Un beau roman qui explore les liens familiaux. Beaucoup d’émotions sont présentes.

Ma note : 16/20

Contemporain

De femmes et de sel – Rentrée littéraire

De femmes et de sel de Gabriela Garcia

  • Auteur : Gabriela Garcia
  • Titre : De femmes et de sel
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Presses de la Cité
  • Nombre de pages : 304
  • Parution : 18 août 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

En 1866, à Cuba, María Isabel s’ouvre au monde grâce au lecteur de la manufacture de tabac qui l’emploie. Bouleversée par une lettre de Victor Hugo adressée aux femmes de son île, elle griffonne ses mots sur une page des Misérables : « Nous sommes la force. » Elle y puisera le courage d’affronter les épreuves qui l’attendent, sans imagi­ner que cette phrase trouvera un écho chez l’une de ses descendantes.
En 2015, Jeanette, toxicomane américaine à la dérive, se rend à Cuba en quête de réponses. Elle rencontre une famille qu’elle n’a jamais connue et met la main sur l’exemplaire des Misérables de son aïeule. Suffira-t-il à la sauver de ses démons ?
Ana, une adolescente salvadorienne expulsée des États-Unis, est déterminée à regagner coûte que coûte le pays dans lequel elle a grandi…

De La Havane à Miami, De femmes et de sel est une histoire de faux pas, de regrets, de pardon et de rédemption, qui dénonce les violences intimes et sociales faites aux femmes, génération après génération.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Presses de la Cité pour leur confiance.

Camagüey, 1866. Maria Isabel travaille dans une fabrique de cigares. Dans l’usine, Antonio s’occupe de faire la lecture aux ouvriers. Lorsque vient la lecture des Misérables de Victor Hugo, la jeune femme se sent profondément émue. Miami, 2015. Jeanette est sous l’emprise de la drogue. Elle décide de se rendre à Cuba afin de découvrir plus d’éléments sur ses origines. Elle va alors découvrir un roman des Misérables dans la maison de sa grand-mère.

Voilà un très beau roman qui a su me toucher et beaucoup m’émouvoir. L’auteure dresse de très beaux portraits féminins, vibrants et terriblement sensibles. À travers ces caractères, la force que chacune d’entre elles détient va transparaître tout au fil des pages.

Il s’agit d’une saga familiale à travers plus d’un siècle et l’auteure va alterner entre les divers personnages féminins. Ainsi, l’histoire familiale va peu à peu se tisser. Il vous faudra rester concentrés pour ne pas vous perdre au milieu de tous ces allers et retours dans le temps.

J’avoue avoir eu un petit peu du mal à m’y retrouver au début, mais une fois les personnages bien présentés, je suis ressortie conquise par le talent de conteuse de l’auteure, qui mettra en exergue des femmes fortes malgré leurs problèmes.

La plume de l’auteure m’a conquise. Gabriela possède un véritable talent de conteuse qui rend la lecture très fluide. À chaque début de chapitre, une indication spatio-temporelle sera présente, ce qui est appréciable afin de ne pas se perdre.

Un roman fort, vibrant, résolument féminin, dans lequel l’auteure déploie ses talents de conteuse pour nous dresser le portrait de femmes incroyablement fortes et sensibles.

Ma note : 17/20

Thriller

Comme une image

Comme une image de Magali Collet

  • Auteur : Magali Collet
  • Titre : Comme une image
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Taurnada
  • Nombre de pages : 256
  • Parution : 6 octobre 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Lalie a 9 ans, un teint de pêche et des joues roses. Elle a aussi deux frères et des chatons, une belle-mère et deux maisons.
C’est une enfant intelligente et vive, une grande sœur attentionnée et une amie fidèle.
C’est la petite fille que chacun aimerait avoir.
D’ailleurs, tout le monde aime Lalie.
Tout le monde doit aimer Lalie.
C’est une évidence.
Il le faut.

Mon avis

Je remercie les Éditions Taurnada pour leur confiance.

Lalie a neuf ans. La petite fille semble être parfaite. Pourtant, lorsque ses parents se séparent, il semblerait que Lalie commence à changer de comportement.

Je ne veux vraiment pas en dire plus sur le synopsis de ce roman, puisque je risquerais de vous spoiler des événements. Tout ce que je peux vous dire, c’est que Magali Collet nous offre un roman véritablement glaçant, et que je n’ai pas su lâcher une fois commencé.

L’auteure a réussi à faire monter le suspense avec beaucoup de parcimonie. Elle nous présente d’abord Lalie et son entourage familial. La mise en place se fait très rapidement, et le lecteur soupçonne dès le départ que de terribles événements vont s’ensuivre.

Après avoir débuté ce roman, il m’a été très compliqué de le lâcher. Les pages défilent. Par contre, j’ai trouvé le dénouement un peu abrupt et c’est un petit bémol que j’émets.

La plume de l’auteure est très fluide. Les petits chapitres offrent beaucoup de rythme à la lecture. J’aime beaucoup la manière d’écrire de Magali, le roman se lit très rapidement.

Un roman glaçant à découvrir sans hésiter.

Ma note : 18/20

Contemporain

Cavales – Rentrée littéraire

Cavales d’Aude Walker

  • Auteur : Aude Walker
  • Titre : Cavales
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Fayard
  • Nombre de pages : 360
  • Parution : 17 août 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Camille roule sur les routes montagneuses de Californie. À l’arrière de sa voiture, un enfant mutique. À chaque pause, Camille tape frénétiquement sur le clavier de son téléphone pour envoyer de longs mails. À qui ?
Jack a fait l’acquisition d’un mobil-home, est descendu dans le canyon, puis est remonté sur l’autre versant. Là, il s’est installé avec une longue-vue pour observer sa propre maison.
Et comme entre les deux, à l’autre bout de la longue-vue, il y a Ella. Désormais seule dans la maison où elle cohabitait naguère avec Jack.
Trois destins comme seule l’âpreté de la Californie semble capable d’en produire.
Enfin, bien sûr – c’était écrit –, leur rencontre. Leur collision, plutôt ?

Mêlant plusieurs gammes littéraires, à la fois roman de l’attente, road movie et livre de mémoire, Cavales mêle aussi plusieurs registres de langue et de narration pour mieux faire apparaître le paradoxe de nos solitudes où les autres tiennent tant de place, la douleur de l’arrachement et l’impossibilité du deuil.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Fayard pour leur confiance.

Camille, en compagnie du petit Shimon, part en vadrouille. Jack habite dans une petite habitation depuis qu’il s’est séparé de sa femme Ella. Il l’espionne régulièrement avec une longue-vue. Ella, quant à elle, est restée dans la demeure qu’elle partageait avec Jack, et elle passe son temps à s’occuper des animaux que Jack et elle avaient en commun. Ces personnages vont se croiser et chacun d’entre eux, à sa façon, est en cavale.

Je ne vais pas vous en dire plus, pour que vous découvriez les histoires personnelles de ces personnages particuliers. En débutant ce roman, je ne m’attendais pas à un récit si vibrant et si touchant. Je peux dire que j’ai eu un coup de cœur inattendu pour ce récit qui offre une parenthèse littéraire des plus originales.

Chaque personnage a son histoire, et chacun d’entre eux expérimente en quelque sorte une fuite en avant. Leur histoire respective est dévoilée avec parcimonie, par petites touches, et le lecteur s’attache à tous ces caractères sensibles.

L’auteure a su dépeindre des personnages vibrants et très réalistes. Tout passe par la psychologie dans ce récit. Ce n’est pas vraiment l’action qui prime, mais plutôt l’évolution des protagonistes.

La plume m’a totalement conquise. Avec un style très fluide et franc, l’auteure a su disséquer les émotions de chacun. Les pages ont défilé. J’ai beaucoup apprécié le schéma narratif, donnant la place à chacune des histoires respectives des protagonistes.

Un roman délicat, un coup de cœur qui m’a beaucoup émue. Beaucoup de sensibilité émane de ce beau récit. À découvrir.

Ma note : 18/20

Contemporain

Le monde après nous – Rentrée littéraire

Le monde après nous de Rumaan Alam

  • Auteur : Rumaan Alam
  • Titre : Le monde après nous
  • Éditions : Seuil
  • Genre : Contemporain
  • Nombre de pages : 304
  • Parution : 19 août 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Amanda et Clay, des Blancs newyorkais, partent en vacances avec leurs deux enfants à Long Island. Amanda a loué une jolie villa récemment rénovée. Le temps est superbe, la piscine immense, la nature accueillante. Mais lors de la deuxième nuit, un bruit sourd résonne dans le lointain et peu de temps après, on frappe à la porte. Les propriétaires, un couple d’Afro-Américains plus âgés, surpris sur la route par une soudaine panne d’électricité et de réseau demandent l’hospitalité. Inquiets et agacés par cette intrusion, Amanda et Clay n’ont d’autre choix que d’accepter. Leur séjour de rêve prend fin brutalement.

Désormais sans lien avec le monde extérieur, loin de la ville, sont-ils en sécurité ? Peuvent-ils se fier les uns aux autres ? Hypocrisie, peur de l’autre, panique, chacun affronte l’inconcevable à sa façon dans ce huis clos oppressant et sans concession.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions du Seuil pour leur confiance.

Amanda et Clay passent leurs vacances dans une demeure perdue au milieu de la forêt, avec leurs deux enfants Archie et Rose. Lorsque le couple a aperçu l’annonce sur un site de location de maisons, ils n’ont pas hésité. Et effectivement, le cadre semble tout simplement idyllique. Pourtant, un soir, G. H. et Ruth, le couple qui leur a loué la demeure, viennent sonner à leur porte. Ils semblent effrayés. Il y aurait un black-out et ils demandent alors à Amanda et Clay de les accueillir.

J’aime autant vous prévenir d’emblée. Si vous recherchez un roman qui suit les codes du genre, avec beaucoup d’action, passez votre chemin, au risque de vous retrouver fortement déçus. Je ne lis pas souvent de romans de ce style, mais les fois où cela m’est arrivé, je dois dire que les auteurs se focalisaient davantage sur les actions que sur les personnages.

Ici, c’est tout le contraire. L’auteur va se centrer sur les ressentis des personnages. Il n’y aura pas de surenchère dans l’action. L’auteur va créer un huis clos des plus réussis, dans lequel les personnages devront faire preuve d’empathie et d’entraide pour survivre à cette catastrophe.

Durant tout le roman, nous comprenons que c’est d’un black-out dont il est question, mais tout est suggéré. L’auteur n’a pas voulu mettre au premier plan le scénario catastrophe qu’il établit, mais plutôt les relations entre les personnages.

Cela donne un roman très intéressant et très fouillé au niveau de la psychologie des protagonistes. La tension monte avec parcimonie, créant peu à peu une atmosphère pesante et sombre. L’auteur a réussi cela avec grand brio.

La plume de l’auteur est particulière. Maniant descriptions et pensées des personnages, les pages défilent toutes seules, et pourtant j’ai eu une sensation d’exigence durant toute ma lecture, devant rester bien concentrée pour ne pas me perdre.

Un roman différent, davantage centré sur les personnages et non sur les événements qui jalonnent le récit. Une lecture très intéressante.

Ma note : 16/20

Contemporain

Nous, les allemands – Rentrée littéraire

Nous, les allemands d’Alexander Starritt

  • Auteur : Alexander Starritt
  • Titre : Nous, les allemands
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Belfond
  • Nombre de pages : 208
  • Parution : 25 août 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Longtemps, les questions posées par Callum à son grand-père allemand sur la guerre sont restées sans réponse. Et puis, un jour, Meissner s’est décidé à raconter.

Sa vie de soldat sur le front de l’Est, les débuts triomphants, l’esprit de corps, l’ivresse des batailles, et puis le froid, la faim, la misère. Et surtout l’année 1944 quand lui et ses camarades ont compris que la guerre était perdue ; que tout ce en quoi ils avaient cru, tout ce qui les faisait tenir, l’appartenance à une nation, l’espoir d’une guerre rapide, les rêves de retour, tout était en train de s’écrouler ; que dans la déroute, les hommes ne sont plus des hommes ; que le désespoir vous fait accomplir le pire et que rien, jamais, ne permettra d’expier la faute de tout un peuple.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Belfond pour leur confiance.

Callum veut connaître la jeunesse de son grand-père. Il veut que le vieil homme lui raconte sa vie de soldat sur le front de l’Est. Pourtant, ce dernier a bien du mal à raconter tout cela à son petit-fils. Malgré tout, un jour, il décide qu’il est temps de tout expliquer, et pour cela, il écrira une longue lettre à Callum.

C’est un roman exigeant et pas toujours aisé à lire que j’ai découvert ici. Le récit est bien mené et très profond, mais j’avoue que je ne m’attendais pas à y retrouver tant de densité. En effet, ici, le schéma narratif, bien que judicieux, ne m’a pas toujours permis d’avancer avec une certaine fluidité.

Mais une fois lancée dans ce roman, il m’a été très difficile de le lâcher. Le grand-père va tout raconter sous forme épistolaire à son petit-fils. Le procédé convient parfaitement, puisque de cette manière, les sentiments et les faits sont mieux retranscrits.

Ainsi, le grand-père va expliquer à son petit-fils la débâcle subie sur le front de l’Est. Ceci est important pour Callum, puisque le jeune homme a demandé à plusieurs reprises à son grand-père de lui raconter sa vie de soldat.

Ainsi, plusieurs thématiques seront abordées. Comment Callum réagira lorsqu’il découvrira tous les faits de son grand-père lors de la Seconde Guerre Mondiale. Le grand-père se livre entièrement à son petit-fils et raconte tous les événements qu’il a vécu.

La plume de l’auteur est exigeante. Le texte est très peu aéré, et au départ, j’ai eu quelques difficultés à m’y habituer. Pourtant, après quelques pages, le récit prend forme, et le lecteur suivra ainsi la jeunesse de ce grand-père. Bien que le roman soit court, l’auteur a su y instaurer beaucoup de densité. L’auteur donne une place importante à l’amitié établie entre le grand-père et son unité. Les scènes de guerre sont très présentes, et le roman prend souvent une tournure bouleversante et glaçante.

Un récit exigeant et à la thématique complexe que je vous recommande.

Ma note : 16/20

Contemporain

Les gens de Bilbao naissent où ils veulent – Rentrée littéraire

Les gens de Bilbao naissent où ils veulent de Maria Larrea

  • Auteur : Maria Larrea
  • Titre : Les gens de Bilbao naissent où ils veulent
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Grasset
  • Nombre de pages : 224
  • Parution : 17 août 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

L’histoire commence en Espagne, par deux naissances et deux abandons. En juin 1943, une prostituée obèse de Bilbao donne vie à un garçon qu’elle confie aux jésuites. Un peu plus tard, en Galice, une femme accouche d’une fille et la laisse aux sœurs d’un couvent. Elle revient la chercher dix ans après. L’enfant est belle comme le diable, jamais elle ne l’aimera.
Le garçon, c’est Julian. La fille, Victoria. Ce sont le père et la mère de Maria, notre narratrice.
Dans la première partie du roman, celle-ci déroule en parallèle l’enfance de ses parents et la sienne. Dans un montage serré champ contre champ, elle fait défiler les scènes et les années : Victoria et ses dix frères et sœurs, l’équipe de foot du malheur ; Julian fuyant l’orphelinat pour s’embarquer en mer. Puis leur rencontre, leur amour et leur départ vers la France. La galicienne y sera femme de ménage, le fils de pute, gardien du théâtre de la Michodière. Maria grandit là, parmi les acteurs, les décors, les armes à feu de son père, basque et révolutionnaire, buveur souvent violent, les silences de sa mère et les moqueries de ses amies. Mais la fille d’immigrés coude son destin. Elle devient réalisatrice, tombe amoureuse, fonde un foyer, s’extirpe de ses origines. Jusqu’à ce que le sort l’y ramène brutalement. A vingt-sept ans, une tarologue prétend qu’elle ne serait pas la fille de ses parents. Pour trouver la vérité, il lui faudra retourner à Bilbao, la ville où elle est née. C’est la seconde partie du livre, où se révèle le versant secret de la vie des protagonistes au fil de l’enquête de la narratrice.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Grasset pour leur confiance.

Maria Larrea est à la recherche de ses origines. Apprenant tardivement qu’elle a été en réalité adoptée, cette fille de parents immigrés voit son quotidien profondément chamboulé. Dès lors, elle va décider de partir à la recherche de sa famille biologique, en Espagne. La jeune femme tentera de reconstruire le puzzle de sa famille.

En voilà un roman autobiographique qui m’a réellement conquise. Maria possède un talent de conteuse incontestable, et j’ai beaucoup aimé son schéma narratif, puisqu’elle nous parlera tout d’abord de la vie de ses deux parents adoptifs avant de partir à la recherche de ses origines. J’ai trouvé cela terriblement touchant et d’une belle authenticité.

Maria commence donc par raconter l’enfance et la jeunesse de ses deux parents adoptif. Le texte oscille ainsi entre la Galice et Bilbao. Cette partie est racontée d’une manière très romancée.

La deuxième partie va donc davantage raconter les recherches de Maria, et ici, j’y ai retrouvé beaucoup de sincérité de sa part, puisqu’elle nous livre tous ses états d’âme, et tous les chamboulements que la nouvelle de l’adoption cause en elle.

La plume de l’auteure m’a beaucoup plu. Avec un style direct et sans fioriture, l’auteure nous livre son histoire. Les références à l’Espagne sont très nombreuses, avec quelques phrases en espagnol qui se glissent dans le texte, et j’ai trouvé cela très authentique. J’en ressors conquise.

Une recherche de ses origines menée par l’auteure, et qui à travers ce roman, nous montre tous les chamboulements qu’elle a subi depuis qu’elle a appris tardivement son adoption. Le talent indéniable de conteuse de l’auteure est présent à chaque page et c’est une véritable réussite.

Ma note : 17/20

Contemporain

Un jeune homme si tranquille – Rentrée littéraire

Un jeune si tranquille de Yves Viollier

  • Auteur : Yves Viollier
  • Titre : Un jeune homme si tranquille
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Presses de la Cité
  • Nombre de pages : 272
  • Parution : 18 août 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

J’ai posé la question à mon oncle, la dernière fois que nous nous sommes vus, il y a plus d’un an, il était encore en pleine forme. « Est-ce que tu as parlé à tes amis ? » Il m’a répondu : « Je n’ai pas encore osé… »

Roger Martin les a séduits. Il a été accueilli dans ce bourg dont le narrateur est le maire, comme un ami de toujours. Veuf, à plus de soixante-dix ans, il avait besoin d’une famille. Et tous lui ont ouvert les bras. Il est devenu le père, le grand-père, le vieil homme que les jeunes aiment bien.
La déception a été aussi violente que l’amour et l’amitié avaient été doux. Le fil du temps s’est tendu. Roger, en jeune homme, est alors apparu dans sa vérité. L’Occupation avait été ce théâtre où il a joué un rôle funeste.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Presses de la Cité pour leur confiance.

Roger les a tous conquis. Vieil homme veuf, dès que le narrateur et sa femme, ainsi que leurs deux filles, lui proposent de vivre auprès d’eux, il accepte. Lorsque Roger décède, son neveu Pierre contacte le narrateur. Est-ce que Roger a eu le courage de raconter sa jeunesse pendant l’Occupation à ses amis ? Non, Roger n’a rien raconté, et lorsque le narrateur apprend la vérité, c’est le choc pour lui et sa famille.

En voilà un roman très original, qui soulève une thématique intéressante. J’ai eu tant d’empathie pour la famille qui accueille Roger et qui va finalement se sentir terriblement trompée, ayant l’impression de n’avoir jamais réellement connu leur ami.

Ils se retrouvent tous face à un dilemme. Faut-il rester avec l’image de leur ami qu’ils ont tant aimé, ou au contraire tout oublier, lorsqu’ils sont confrontés aux horreurs de Roger ? La thématique est très intéressante. Et j’ai trouvé ce roman particulièrement glaçant.

Peu à peu, l’histoire de Roger prend forme et le lecteur ainsi que les protagonistes découvrent les crimes du vieil homme pendant l’Occupation. Ce sont des passages éprouvants à lire.

La plume de l’auteur est épurée et directe. Avec un style très fluide, les pages défilent. Le roman alterne entre passé et présent, mais ne perd jamais son lecteur.

Un roman glaçant, de par les thématiques abordées. À découvrir.

Ma note : 17/20

Historique

Le pays au-delà des mers

Le pays au-delà des mers de Christina Baker Kline

  • Auteur : Christina Baker Kline
  • Titre : Le pays au-delà des mers
  • Genre : Historique
  • Éditions : Belfond
  • Nombre de pages : 336
  • Parution : 8 septembre 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Pour avoir naïvement cru aux promesses d’amour de son employeur, Evangeline, jeune gouvernante anglaise, a été accusée de vol et condamnée à la déportation. Sur le navire qui l’emmène en terre australe, elle pense à ce que sera sa vie dans le « pays au-delà des mers », qu’on dit si inhospitalier, peuplé d’indigènes et de renégats. Elle pense aussi à l’enfant qu’elle porte : saura-t-elle le protéger ? Pourra-t-elle s’appuyer sur la débrouillarde Hazel avec qui elle a noué une forte amitié lors de la traversée ?

Au même moment, sur l’île Flinders, au large de l’Australie, Mathinna, une orpheline aborigène, est elle aussi retenue prisonnière. Arrachée à sa tribu, la petite a été adoptée par le gouverneur et son épouse, qui entendent bien la civiliser à tout prix.

Ces trois femmes l’ignorent encore, mais leur sort est inextricablement lié. Sur ces terres soumises à la folie des hommes, elles auront besoin de toutes leurs forces, de tout leur courage pour survivre et se frayer un chemin vers la liberté.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Belfond pour leur confiance.

1840, Londres. Evangeline est gouvernante chez les Whitstone. Elle va alors tomber éperdument amoureuse de Cecil, l’un des fils de monsieur Whitstone. Le jeune homme offrira une bague à Evangline, mais la jeune femme va vite être accusée de l’avoir volée. Elle sera alors transférée à la prison, et le verdict ne tarde pas à tomber. Elle est condamnée à la transportation et devra demeurer 14 ans en Australie. Dès lors, aidée par Olive et Hazel, ses compagnes d’infortune, les jeunes femmes feront tout pour survivre.

Ce roman a été un énorme coup de cœur pour ma part, tant au niveau de l’histoire qu’au niveau des personnages féminins qui sont très bien dépeints, avec beaucoup de nuances et surtout, énormément de réalisme. L’auteure part d’événements historiques réels et autour de cela, elle réussit à tissser une histoire qui m’a bouleversée à plusieurs reprises.

Le lecteur suivra également en filigrane l’histoire de la petite Mathinna, petite fille indigène, arrachée à ses racines par les gouverneurs. Ce roman m’a profondément émue à plusieurs reprises et une palette d’émotions m’a accompagnée lors cette lecture.

D’emblée, je me suis attachée à Evangeline, mais la galerie de personnages qui l’accompagnent sont également très touchants. Je ne veux pas en dire beaucoup plus, afin de ne rien vous spoiler et que vous puissiez découvrir les éléments qui constituent cette histoire.

La plume de l’auteure est très fluide. Avec un style clair et sans fioriture, les pages défilent. Je dois dire que j’ai particulièrement aimé la manière de raconter de l’auteure. Elle a alterné les chapitres, consacrés chacun à l’un des personnages féminins de cette histoire.

Un roman terriblement émouvant qui témoigne d’une réalité historique. À partir de véritables événements historiques, l’auteure a su tisser une histoire tout en émotions. À découvrir.

Ma note : 19/20

Policier

La mort est parfois préférable

La mort est parfois préférable de Sacha Erbel

  • Auteur : Sacha Erbel
  • Titre : La mort est parfois préférable
  • Genre : Policier
  • Éditions : Taurnada
  • Nombre de pages : 256
  • Parution : 8 septembre 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Yan est flic à la police judiciaire de Lille.
Depuis quelque temps, un « passager clandestin » s’est invité dans sa vie : « l’Araignée », c’est le surnom qu’elle lui a donné.
Alors que Yan traque l’auteur du meurtre d’un journaliste connu pour ses reportages à sensation, elle n’a pas d’autre choix que de composer avec son « invisible ennemie » : insidieuse, omniprésente, l’Araignée tisse sa toile, cuisante morsure dans ses chairs survenant n’importe où, n’importe quand…
En parallèle, Brath, son collègue, enquête sur la mort étrange d’un homme retrouvé décapité, assis au volant de sa voiture, la tête reposant sur la banquette arrière.
En équilibre sur un fil, Yan ne baisse pas les bras, avance sur son chemin de douleurs au risque de se perdre… définitivement.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Taurnada pour leur confiance.

Lille. Yan et son équipe travaillent pour la police judiciaire. Ils vont devoir enquêter sur l’assassinat d’un homme, mais également sur deux suicides qui ne vont pas tarder à leur sembler suspects. Yan va devoir faire montre d’un courage indicible, d’autant plus qu’elle est sous l’emprise de « l’Araignée », qui l’empêche à plus d’une reprise d’effectuer son travail.

J’ai passé un excellent moment de lecture avec ce roman policier aux allures de thriller. L’auteure a su me tenir en haleine jusqu’au dénouement des deux enquêtes. Mais ce qui fait incontestablement la force de ce roman, c’est son personnage féminin des plus aboutis.

Yan est attachante et ce, dès les premières pages. J’ai été terriblement touchée par les épreuves qu’elle doit surmonter, notamment face à « l’Araignée ». Je préfère ne pas vous dire de quoi il s’agit, afin que vous puissiez le découvrir au fur et mesure, mais à travers cet élément, l’auteure abordera une thématique sensible.

J’ai aimé l’équipe qui gravite autour de Yan. Les personnages secondaires sont très bien dépeints également, et la belle unité qui règne au sein de cette équipe policière est touchante.

L’auteure nous propose ici deux enquêtes différentes et je dois dire que les deux sont très bien menées, jusqu’au dénouement surprenant. Le suspense est maintenu tout au fil des pages.

La plume de l’auteure est véloce et très fluide. Avec un style totalement approprié à ce genre littéraire, l’auteure a su rendre son intrigue addictive. Les chapitres sont courts et cela rythme l’histoire.

Un roman policier qui m’a tenue en haleine et servi par un personnage féminin atypique et fort. A découvrir.

Ma note : 17/20

Historique

D’où vient l’amour – Rentrée littéraire

D’où vient l’amour de Yann Queffélec

  • Auteur : Yann Queffélec
  • Titre : D’où vient l’amour
  • Genre : Historique
  • Éditions : Calmann-Lévy
  • Nombre de pages : 288
  • Parution : 17 août 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

« Sûr qu’il m’a tapé dans l’oeil, se disait Maud en attendant l’autocar du volcan.Sûr qu’on s’aime et qu’il sera content, lui aussi, drôlement content… »

«Lui», c’est Samuel Poujol, vingt-deux ans, fils unique du puissant patron des Ateliers Poujol, une fabrique de sous-vêtements de luxe au début des années quarante, dans le Gard.
Est-ce qu’il sera content?

Maud, dix-sept ans, travaille aux Ateliers depuis quelques mois. Ça ne se voit pas qu’elle est enceinte, une grossesse de poupée. Le fruit d’un grand amour secret.
Ça ne se voit pas non plus que Samuel a pour ambition d’égaler son père – ce chef de l’Armée des ombres, cet ami des Juifs pourchassés.

Va-t-il épouser Maud le moment venu? Gâcher son avenir par un scandale?
Maud se pose la question dans l’autocar qui la ramène chez ses parents, la pose à l’enfant qui va naître d’un moment à l’autre: Est-ce qu’il sera content?

On se donne à l’amour trop jeune et la fatalité vous tend les bras. Et que devient la quête du bonheur?

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Calmann-Lévy pour leur confiance.

Fabregues. Maud retourne voir ses parents. La jeune fille est enceinte de Samuel, le fils du propriétaire des ateliers Poujol, où elle y travaille. Elle ne le lui a pas encore annoncé, mais elle est convaincue que le jeune homme accueillera cette nouvelle avec bonheur. En plein conflit mondial, la Résistance se met peu à peu en place, et Samuel a dans l’idée de suivre les pas de son père.

C’est un résumé très succinct que je vous livre ici, ayant trop peur de vous dévoiler trop d’événements qu’il vaut mieux que vous découvriez au fur et à mesure de votre lecture. Si au départ, j’ai pensé lire un roman tournant autour d’une histoire d’amour, je me suis vite aperçue que ce récit, c’est bien plus que cela.

En pleine Seconde Guerre Mondiale, les personnages vont évoluer. Le récit est divisé en deux grandes parties, la première étant davantage centrée sur Maud et Samuel et la deuxième, plutôt sur le mouvement de Résistance.

J’ai été conquise par la première partie, que j’ai trouvée très émouvante et qui est servie par une héroïne touchante et inspirante. Maud est une jeune femme affirmée, qui se bat pour ceux qu’elle aime. Durant ces quelques pages, le lecteur pourra voir comment les deux jeunes gens se sont rencontrés.

La deuxième partie mettra davantage en exergue le courage des personnages. J’ai été extrêmement touchée par eux et par tout ce qu’ils mettent en place afin de survivre pendant la période d’Occupation et les risques qu’ils prennent pour aider ceux qui en ont besoin. Le roman prend donc une tout autre tournure en deuxième partie.

La plume de l’auteur m’a beaucoup plu. J’aime autant vous prévenir, dans ce roman le style de l’auteur sera très particulier. Avec un langage fait d’images et un ton alternant entre légèreté et gravité, le roman a une véritable touche d’originalité.

Un roman qui débute comme une romance, mais qui prend une multitude d’autres directions jalonnées d’émotions et de bouleversements. À découvrir.

Ma note : 16/20

Contemporain

Le cabaret des mémoires – Rentrée littéraire

Le cabaret des mémoires de Joachim Schnerf

  • Auteur : Joachim Schnerf
  • Titre : Le cabaret des mémoires
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Grasset
  • Nombre de pages : 140
  • Parution : 24 août 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Demain matin, Samuel ira chercher sa femme et leur premier né à la maternité. Alors, en cette dernière nuit de solitude, à l’aube d’une vie qui ne sera plus jamais la même, Samuel veille. Partagé entre exaltation et angoisse, il se souvient du passé, songe à l’avenir, tente d’endosser son nouveau rôle de père.

Cette nuit est hantée par de nombreuses histoires. Celle de ses aînés, et d’abord celle de sa grand-tante, la fabuleuse Rosa, installée après la Seconde Guerre mondiale au Texas où elle a monté un cabaret extraordinaire. Celles que Samuel se racontait enfant, lorsqu’avec ses cousins il se déguisait en cow-boy et jouait à chercher sa grand-tante dans le désert d’une Amérique fantasmée, face à des ennemis imaginaires. Celles que Rosa, désormais ultime survivante d’Auschwitz, raconte chaque soir sur les planches. Toutes ces histoires, Samuel les partagera avec son fils, l’enfant de la quatrième génération qui naît alors que Rosa fait ses adieux à la scène.

Il n’y aura bientôt plus aucun témoin pour transmettre, mais il restera le récit, la fiction, capables de dévoiler ce qu’on croyait disparu, d’évoquer l’indicible,  d’empêcher les falsificateurs de dénaturer le passé. Au Cabaret des mémoires, il s’agit de ne pas oublier, jamais. Et pour Samuel, de comprendre que l’enfant qu’il a été doit passer le relais à celui qu’il s’apprête à accueillir. Roman intimiste, conte moderne, Le cabaret des mémoires entrelace les fils de la transmission au cours d’une bouleversante nuit initiatique à la puissance universelle.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Grasset pour leur confiance.

Samuel et Léna viennent d’être parents d’un petit garçon. Alors que le jeune homme passe la dernière nuit seul chez lui en attendant la sortie de sa femme et de son fils de la maternité, il va beaucoup s’interroger. Il se souvient de sa grande-tante Rosa, dernière survivante du camp d’Auschwitz. Elle a ouvert un cabaret en plein désert texan, et chaque soir, elle raconte son enfance jusqu’au moment de la déportation, où là, elle ne peut plus en parler. Comment Samuel pourra dès lors raconter l’indicible à son fils qui vient de naître et qui ne se souviendra pas de Rosa ? Et Rosa, est-elle obligée de témoigner, étant la dernière survivante ?

C’est un roman empli de sensibilité et très délicat que je découvre ici. Au travers du personnage principal, l’auteur aborde des questionnements et des thématiques importantes. J’ai trouvé qu’il a réussi en très peu de pages à donner beaucoup de profondeur à son récit.

En filigrane, nous suivrons l’enfance de Samuel, et sa fascination pour cette grande-tante dont il connaît si peu de choses, finalement. J’ai tourné les pages avec beaucoup d’émotions et j’ai trouvé ce court récit remarquablement construit.

La plume est tout en douceur. Les pages défilent, et même si le texte est très court, j’y ai retrouvé une énorme sensibilité. Je ressors chamboulée par ce roman.

Un récit abordant des thématiques très difficiles, servi par une construction très originale, mêlant les temporalités et l’histoire personnelle des personnages.

Ma note : 18/20

Contemporain

Les chairs impatientes – Rentrée littéraire

Les chairs impatientes de Marion Roucheux

  • Auteur : Marion Roucheux
  • Titre : Les chairs impatientes
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Belfond
  • Nombre de pages : 192
  • Parution : 18 août 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Six mois après la naissance de son deuxième enfant, une jeune femme est admise en maison de repos au bord d’un lac de montagne. En retournant skier seule pour la première fois depuis longtemps, elle rencontre un homme qui va réveiller son corps.
Dans une langue poétique et crue, Les chairs impatientes raconte un désir féminin dévorant qui ne veut plus renoncer à rien et peut tout renverser sur son passage.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Belfond pour leur confiance.

Suite à la naissance de son deuxième enfant, la narratrice va souffrir une sévère dépression. La décision est alors prise, elle tentera de s’en remettre dans un centre spécialisé. Là-bas, la jeune femme va faire la rencontre d’un homme qui va à nouveau éveiller la femme en elle.

Si j’ai su apprécier ce roman, il n’en reste pas moins que j’ai été déroutée à plusieurs reprises, notamment de par une écriture qui m’a parfois perdue et à laquelle j’ai eu parfois quelques difficultés à accrocher.

Mais avant de parler de la forme, je préfère vous parler du fond, et là, c’est pour ma part un roman intéressant, qui explore le désir féminin de manière directe et sans fioriture. J’ai rarement croisé cela dans mes lectures.

La narratrice va expérimenter une évolution, et ne plus se cantonner à son simple rôle d’épouse ou de maman, mais davantage à celui de femme. J’ai été touchée par les épreuves passées par la protagoniste suite à la naissance de son deuxième enfant.

L’auteure nous raconte le parcours de cette jeune femme qui s’éveille de nouveau à un désir impatient. Sans aucun détour, et avec un langage direct et qui peut parfois paraître cru, la narratrice nous fait part de ses ressentis.

La plume de l’auteure m’a souvent déroutée, et c’est pour ma part mon seul petit bémol. J’ai trouvé les phrases souvent très longues, avec trop de digressions dans le texte et parfois quelques redites. J’ai eu du mal à m’immerger pleinement dans ce court récit, perdant parfois le fil.

Un roman qui explore le désir féminin sans détour et avec beaucoup de sincérité. Malgré une plume à laquelle je n’ai pas toujours accroché, cela n’en reste pas moins une bonne lecture que je conseille pour cette thématique.

Ma note : 16/20

Science-fiction

Les reines – Rentrée littéraire

Les reines d’Emmanuelle Pirotte

  • Auteur : Emmanuelle Pirotte
  • Titre : Les reines
  • Genre : Science-fiction
  • Éditions : Le cherche midi
  • Nombre de pages : 528
  • Parution : 25 août 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Sur les ruines de nos civilisations, un nouveau monde s’est bâti. L’humanité a renoncé au progrès matériel et retiré au sexe masculin ses anciens privilèges. Les royaumes sont désormais gouvernés par des femmes, autant de Reines que l’épreuve du pouvoir révèle parfois autoritaires et souvent rivales.

Dans ce monde aux immenses espaces sauvages, des groupes de nomades, artisans, chasseurs et comédiens se croisent sur les vestiges des routes d’autrefois. Parmi ces communautés, celle des Britannia, où les jeunes Milo et Faith brûlent d’un désir réciproque et néanmoins interdit. Leur attirance va provoquer le bannissement de Milo. Commence alors pour le jeune homme une longue errance à travers les terres du Nord ; mais si Milo espère retrouver Faith, il n’imagine pas combien son voyage obéit aux lois de la destinée – ce grand compas qui, toujours, nous entraîne vers nos origines.

Sous la surface agitée de l’épopée, Emmanuelle Pirotte installe le décor et les enjeux de la tragédie antique. Jalousies, tensions amoureuses, filiations cachées, prophéties et vœux de vengeance électrisent les personnages qui se donnent à toutes les passions. Et l’on retrouve enfin, loin des potions prudentes et morales, la plus aberrante et la plus formidable des littératures.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions du cherche midi pour leur confiance.

Sur les ruines du Vieux Monde se construit le Nouveau Monde, jalonné de nouveaux paysages, et davantage régi par les femmes, qui ont désormais les pleins pouvoirs. L’homme est relégué au second plan. Milo fait partie de l’une des tribus nomades qui vont de terres en terres au gré des saisons. Éperdument amoureux de Faith, leur amour est pourtant impossible. Lorsque Milo est banni de la tribu, va alors débuter une longue errance pour le jeune homme, tandis que Faith ne réussira jamais à l’oublier. Pourront-ils se retrouver ?

Je ressors bluffée par la qualité de ce roman, tant par l’écriture somptueuse que par l’intrigue qui ne m’a totalement captivée. Il s’agit de mon premier roman d’Emmanuelle Pirotte et j’ai trouvé cette lecture excellente à tous les niveaux.

L’auteure a un véritable talent de conteuse. Si au début, je me suis quelque peu sentie perdue dans cet univers dystopique, peu à peu, les éléments nous sont dévoilés et on en comprend davantage. Je ne me suis jamais ennuyée lors de ma lecture, bien au contraire.

Il faut dire que tous les ingrédients d’une intrigue captivante sont habilement réunis. Entre amours contrariées, jeux de pouvoir, trahisons, le lecteur est pris dans une aventure unique et très originale.

Les personnages de Milo et de Faith vont porter l’histoire, mais bien évidemment, une galerie de personnages secondaires vont s’unir à l’intrigue. J’ai trouvé que l’auteure a su leur donner l’épaisseur nécessaire.

La plume de l’auteure est élégante, somptueuse. J’ai totalement accroché à l’écriture très particulière d’Emmanuelle Pirotte, et je ressors bluffée par son talent de conteuse. Le style est exigent par moments, malgré tout, je ne m’en suis jamais lassée au fil des pages. Les descriptions sont retranscrites avec minutie. L’histoire prend peu à peu forme.

Un roman d’une grande qualité stylistique. Sous une plume élégante, l’auteure dévoile une intrigue foisonnante dans laquelle tous les éléments sont réunis pour passer un excellent moment de lecture. Une petite pépite que je vous recommande.

Ma note : 18/20

Contemporain

La fille aux plumes de poussière – Rentrée littéraire

La fille aux plumes de poussière de Nicolas Garma-Berman

  • Auteur : Nicolas Garma-Berman
  • Titre : La fille aux plumes de poussière
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Belfond
  • Nombre de pages : 272
  • Parution : 18 août 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Dans son atelier des bords de Seine, Eva, une taxidermiste, doit honorer une commande un peu spéciale: un hamster-lion. C’est une chose rassurante, les problèmes sans solution. On sait ce qu’il faut en faire : les remettre à plus tard. Même si Eva se doute bien que cela va lui causer un déluge d’ennuis. Doit-elle abandonner lâchement et affronter les remontrances de sa cliente ? La lâcheté l’attire, mais elle implique un courage dans l’affrontement dont Eva ne saurait faire preuve. La jeune femme qui a passé sa vie à enfouir ses souvenirs va ainsi se lancer dans une drôle de quête. Entourée d’une ronde de personnages particulièrement attachants, dont Voisin, son voisin, et Nathalie, l’épicière fan de Buddy Guy, la voilà partie pour remonter le temps et, peut-être, trouver sa place.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Belfond pour leur confiance.

Éva est une taxidermiste. Souvent sujette à des accès de mélancolie, elle semble attirer les déboires. Lorsque une femme et son enfant viennent lui demander de naturaliser le hamster du jeune garçon, Éva accepte cette demande. Pourtant, la requête va s’avérer être quelque peu étrange, puisque la petite famille va lui demander d’ajouter une crinière de lion au hamster. C’est le début des ennuis pour la jeune femme. Heureusement, elle pourra compter sur la complicité et le soutien de Mimile, de Voisin et de son fils et d’autres personnages qui feront leur apparition tout au fil des pages.

En voilà un roman extrêmement original, servi par une héroïne à l’opposé de ce que j’ai l’habitude de retrouver dans mes lectures. Ce roman est drôle, empli d’effets comiques, frais et pétillant, mais bien plus profond qu’il peut paraître, et c’est ce qui m’a réellement conquise.

J’avoue avoir souvent souri de par la manière dont notre héroïne a le chic pour se retrouver dans des situations parfois inconfortables. Éva est terriblement attachante, et ses aventures rocambolesques promettent au lecteur un véritable bon moment de lecture.

J’ai trouvé que l’auteur a su créer un personnage féminin empli de profondeur et jamais lisse ou linéaire. Beaucoup de questionnements assaillent cette héroïne haute en couleurs. La galerie de personnages secondaires qui gravitent autour d’elle sont nécessaires et ont toute leur importance.

Si l’auteur a su créer un véritable climat de légèreté dans ce récit qui sort des sentiers battus, il n’en demeure pas moins beaucoup de profondeur dans ce roman. En effet, sous couvert d’humour, l’auteur aborde des thématiques importantes. Je ne veux pas en dire plus afin de ne pas spoiler.

La plume de l’auteur m’a beaucoup plu. Avec les mots justes et une style très fluide, le roman se lit très rapidement. Beaucoup d’émotions transparaissent dans ce récit, et s’il y a beaucoup de situations rocambolesques, il y a également beaucoup de sensibilité dans ce récit.

Un premier roman touchant, qui sous couvert d’humour, n’en demeure pas moins profond et empli de sensibilité. Un premier roman particulièrement réussi. À découvrir.

Ma note : 17/20

Historique

Valse fauve – Rentrée littéraire

Valse fauve de Pénélope Rose

  • Auteur : Pénélope Rose
  • Titre : Valse fauve
  • Genre : Historique
  • Éditions : Plon
  • Nombre de pages : 272
  • Parution : 25 août 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Rose a dix-neuf ans et refuse d’être une cocotte, de celles qui attendent qu’on les épouse. Son village est trop petit pour elle, qui rêve d’une ferme rien qu’à elle dans le Sud. Peu lui importe que la plupart des hommes soient partis faire la guerre contre les Salauds.
Un soir, Rose fait la rencontre d’un accordéoniste venu de la ville, un original qui semble avoir échappé à l’appel. Tandis qu’elle tombe amoureuse, l’ennemi s’empare de son pays. L’homme ne tarde pas rejoindre les Insurgés, laissant Rose avec une petite fille.
Comment se protéger, seule avec une gamine, quand l’ennemi est dans vos murs et que le danger frappe à la porte chaque matin ? Comment préserver ses rêves quand les mois défilent et que les repères s’effondrent ? Mais, surtout, quel combat mener ?

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Plon pour leur confiance.

En plein conflit mondial, Rose est une jeune femme de dix-neuf ans affirmée et sûre d’elle. Elle refuse de devenir une cocotte, de faire comme toutes les femmes, se marier, fonder une famille. Elle veut se sentir libre. Pourtant, la rencontre avec un accordéoniste prénommé André va faire vaciller ses certitudes. Pour lui, elle va accepter le mariage, pour lui, elle sera la maman adoptive de la petite Michèle. Lorsque son mari va décider de rejoindre les Insurgés, la jeune femme devra faire montre d’un courage indicible pour protéger sa fille des dangers extérieurs,

Ce roman a été un coup de cœur absolu. L’auteure m’a profondément bouleversée, et malgré l’horreur ambiante, l’espoir garde une place très importante dans ce récit.

L’histoire est portée par Rose, et ce personnage va me rester en tête pendant longtemps. L’auteure a su remarquablement brosser son caractère, avec toutes les nuances qui en découlent. Cela donne ainsi un personnage inspirant, charismatique. Je me suis totalement attachée à elle, et ce dès les premières pages. J’ai été admirative devant tant de courage, et tant d’authenticité.

L’auteure livre ici un roman terriblement émouvant, mais également lumineux malgré toute la part d’ombre qui parsème les pages. Pénélope Rose ne va nous donner aucune temporalité, ne va jamais nommer cette Guerre. Si cela peut perturber au début, on s’y retrouve très vite, ne vous inquiétez pas. Au contraire, ici ce sont les personnages qui participent à l’évolution de l’intrigue et tout est centré sur leurs émotions.

Je ressors bouleversée et chamboulée. Avec beaucoup de réalisme et de sensibilité, l’auteure aborde plusieurs thématiques, notamment celle de la maternité, de l’amour marital. Rose, bien qu’éprise de liberté, saura prendre ses responsabilités.

Plusieurs passages de ce roman m’ont paru d’une intensité émotionnelle rarement vue dans mes lectures. Je n’ai pas de mots pour vous exprimer cela. Il faut vraiment découvrir ce roman.

La plume de l’auteure m’a tout simplement conquise. Avec un style généreux et authentique, les pensées de Rose nous sont retranscrites avec beaucoup de réalisme. Le récit est narré à la première personne.

Un roman vibrant, douloureux mais où l’espoir demeure très présent. J’ai été bouleversée par ce roman historique fort, servi par une héroïne charismatique.

Ma note : 19/20

Historique

Sous les feux d’artifice – Rentrée littéraire

Sous les feux d’artifice de Gwenaële Robert

  • Auteur : Gwenaële Robert
  • Titre : Sous les feux d’artifice
  • Genre : Historique
  • Éditions : Le cherche midi
  • Nombre de pages : 256
  • Parution : 25 août 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Lorsqu’un navire yankee entre en rade de Cherbourg un matin de juin 1864 pour provoquer l’Alabama, corvette confédérée que la guerre de Sécession condamne à errer loin des côtes américaines, les Français n’en croient pas leurs yeux.

Au même moment, Charlotte de Habsbourg, fraîchement couronnée impératrice du Mexique, découvre éberluée un pays à feu et à sang.

Le monde tremble. Mais le bruit des guerres du Nouveau Continent ne doit pas empêcher la France de s’amuser. Encore moins de s’enrichir. Théodore Coupet, journaliste parisien, l’a bien compris. Envoyé à Cherbourg pour couvrir l’inauguration du casino, il rencontre Mathilde des Ramures, dont le mari s’est ruiné au jeu avant de partir combattre au Mexique. Ensemble, ils décident de transformer la bataille navale en un gigantesque pari dont ils seront les bénéficiaires. À condition d’être les seuls à en connaître le vainqueur…

Pendant cette semaine brûlante, des feux d’artifice éclatent de chaque côté de l’Atlantique. Dans le ciel de Mexico comme dans celui de Cherbourg, ils couvrent les craquements d’un vieux monde qui se fissure et menace d’engloutir dans sa chute ceux qui l’ont cru éternel.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions du cherche midi pour leur confiance.

1864. Alors que la guerre de Sécession fait rage aux États-Unis, un navire sudiste, l’Alabama, va accoster à Cherbourg. Le commandant Semmes doit faire quelques arrangements avant de partir. Pourtant, un navire nordiste, le Kearsarge, va à son tour faire son apparition sur les côtes. Un combat se prépare, pendant que de l’autre côté de l’océan, les empereurs Maximilien et Charlotte s’apprêtent à prendre possession de leur nouveau royaume, au Mexique.

Ce roman a été pour moi un véritable coup de cœur. L’auteure a un vrai talent de conteuse, et en mélangeant grande Histoire à la petite histoire, elle nous livre ici un roman passionnant de bout en bout, et abordant un événement historique peu rencontré en littérature.

En effet, ici, l’auteure nous propose de découvrir cette naumachie qui a eu lieu sur les côtes de Cherbourg. Je ne connaissais pas ce passage historique. L’auteure nous en donne tous les détails, mais sans jamais donner une sensation de lourdeur. Elle a très bien réussi à romancer son histoire.

J’ai pu ainsi suivre l’histoire de Théodore, journaliste mondain, qui aspire à bien plus. Il fera la rencontre de Mathilde. Ce sont deux personnages très bien esquissés, et l’auteure a su intégrer leur histoire personnelle dans le contexte historique.

La plume de l’auteure est d’une grande douceur. Avec un style clair et élégant, elle a réussit à me captiver tout au fil du roman. Les chapitres alternent entre l’histoire de Théodore et Mathilde et celle des empereurs Maximilien et Charlotte. Je ne me suis jamais ennuyée.

Un roman historique passionnant dans lequel l’auteure mêle habilement les genres. J’ai été captivée par ce récit et par une plume tout en finesse. Je recommande cette lecture sans hésiter.

Ma note : 18/20

Thriller

Un profond sommeil

Un profond sommeil de Tiffany Quay Tyson

  • Auteur : Tiffany Quay Tyson
  • Titre : Un profond sommeil
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Sonatine
  • Nombre de pages : 400
  • Parution : 25 août 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

White Forest, Mississippi. Cachée au milieu de la forêt, la carrière fascine autant qu’elle inquiète. On murmure que des esprits malveillants se dissimulent dans ses eaux profondes. Par une chaude journée d’été, Roberta et Willet bravent toutes les superstitions pour aller s’y baigner avec leur petite soeur, Pansy. En quête de baies, ils s’éloignent de la carrière. Quand ils reviennent, Pansy a disparu.
Quelques années plus tard, Roberta et Willet, qui n’ont jamais renoncé à retrouver leur soeur, suivent un indice qui les mène dans le sud de la Floride. C’est là, dans les troubles profondeurs des Everglades, qu’ils espèrent trouver la réponse à toutes leurs questions.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Sonatine pour leur confiance.

White Forest, Mississippi, 1976. Willet, seize ans, Bert, quatorze ans et leur petite sœur Pansy, six ans, décident de se rendre à la carrière proche de chez eux pour se rafraîchir et nager un peu. Willet et Bert vont cueillir des mûres, pendant que Pansy reste dans l’eau. Ils s’éloignent de leur sœur et un orage éclate alors. Lorsque la pluie cesse, et qu’ils retournent récupérer Pansy, cette dernière demeure introuvable. Que s’est-il passé ?

Ce roman a été un coup de cœur monumental. J’ai été bouleversée par ce récit qui apporte son lot de surprises, que ce soit au niveau de l’intrigue comme au niveau de l’écriture. J’ai été captivée de bout en bout et je n’ai pas vu défiler les pages.

Je dois dire que je ne m’attendais pas forcément à ce genre d’intrigue. J’ai pensé que tout tournerait autour de la recherche de Pansy et q’une enquête en découlerait, mais en fait, ce roman, c’est davantage un récit d’atmosphère, servi par des personnages particulièrement bien dépeints et par une acuité rare de la part de l’auteure afin d’analyser les diverses émotions des personnages.

En filigrane, nous suivons l’histoire de la carrière. S’il est vrai que ces passages peuvent paraître déroutants de prime abord, ils sont néanmoins nécessaires pour comprendre cette histoire familiale dans son ensemble.

Même si ce n’est pas un roman d’enquête à proprement parler, rassurez-vous, l’auteure fournira toutes les explications aux divers mystères qui jalonnent ce récit. J’ai trouvé que toute l’intrigue reposait sur la force des personnages, en particulier Bert, puisque toute l’histoire est vue sous son point de vue.

La plume de l’auteure m’a beaucoup plu. Je l’ai trouvée tout en sensibilité. Le récit est narré à la première personne, procédé très judicieux. L’histoire actuelle est entrecoupée de passages dans le passé à chaque chapitre.

Un roman qui a été un coup de cœur pour ma part, tant les personnages sont bien dépeints et portent l’histoire. Il s’agit davantage d’un roman d’atmosphère que d’un thriller et l’histoire avance peu à peu. À découvrir.

Ma note : 19 /20

Contemporain

Le salon – Rentrée littéraire

Le salon d’Oscar Lalo

  • Auteur : Oscar Lalo
  • Titre : Le salon
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Plon
  • Nombre de pages : 160
  • Parution : 18 août 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

L’histoire inclassable d’un homme qui, en découvrant la littérature à trente-neuf ans, fait connaissance avec la vie.

« Vous connaissez une personne, vous, qui a lu La Tentation de saint Antoine ? »

Le malentendu commence devant le bac à un euro d’une librairie de quartier. Le narrateur de cette histoire ne saurait expliquer pourquoi ce livre l’appelle, mais il tend une pièce au libraire pour que Gustave Flaubert ne fasse plus le trottoir.
Le malentendu se poursuit chez un styliste visagiste où notre héros, à la faveur d’un mauvais coup de tondeuse, se retrouve dans l’obligation de rembourser une dette colossale. Sans un sou dans le portefeuille, mais persuadé du trésor que contient son livre de poche, il propose de faire salon littéraire dans ledit salon de coiffure.

Le Salon est l’histoire inclassable et enchanteresse d’un éveil à la vie par le biais de la littérature, sur fond de relation triangulaire entre un coiffeur autodidacte, un libraire au grand cœur, et un adolescent… de trente-neuf ans.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Plon pour leur confiance.

Le narrateur, dont on ne connaîtra pas le nom, est un homme de trente-neuf ans, peu affirmé et timide. Depuis le décès de sa maman alors qu’il n’était âgé que de quatorze ans, il vit chez son père, sort à peine, et est un grand consommateur de séries télévisées. Un jour, alors qu’il doit se rendre chez son coiffeur, il s’arrête devant le bac à 1 euro d’une petite librairie. Là, il y découvre un roman de Flaubert. Il est loin de se douter que cette découverte littéraire va le changer.

Je ne veux surtout pas en dire davantage sur cette intrigue afin de vous préserver les surprises qui découlent de la découverte du narrateur. Quel beau récit j’ai découvert ici. L’auteur change de ton par rapport à son précédent roman, et nous offre un livre qui peut paraître quelque peu plus léger. Pourtant, sous couvert d’humour et de quiproquos, ce roman n’en demeure pas moins profond et empli de sensibilité.

Ce récit, c’est avant tout un hommage à la littérature et à ses vertus apaisantes. Le narrateur va s’affirmer peu à peu au gré des découvertes littéraires qu’il va effectuer, mais surtout grâce aux rencontres emplies de tendresse qui vont jalonner son parcours. Je pense notamment à la relation privilégiée qu’il va réussir à tisser avec le libraire, les deux hommes réussissant à s’entendre et à se soutenir.

L’auteur a su créer des personnages forts et en peu de pages, j’ai trouvé que leur caractère était décrit avec minutie. Le personnage principal est à la fois quelque peu perdu, drôle et tendre. J’ai beaucoup aimé le personnage du libraire qui va aider le personnage principal à se reconstruire.

La plume est très fluide. J’aime énormément le style de l’auteur, empli de sensibilité. Le récit est parsemé d’une multitude de références littéraires qui m’ont donné envie de découvrir certains romans.

Un roman tendre qui est un véritable hommage à la littérature. Servi par un personnage principal des plus atypiques, cette lecture est une véritable parenthèse de douceur. À lire.

Ma note : 17/20

Thriller

L’inconnue de Vienne

L’inconnue de Vienne de Robert Goddard

  • Auteur : Robert Goddard
  • Titre : L’inconnue de Vienne
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Sonatine
  • Nombre de pages : 448
  • Parution : 25 août 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Prisonnier d’un mariage malheureux, Ian Jarrett est persuadé que plus jamais il ne connaîtra l’amour. Et pourtant… Lorsqu’il rencontre Marian Esguard dans un parc enneigé de Vienne, où il est venu prendre des photos pour un magazine, le coup de foudre est immédiat. De retour à Londres, Ian n’a plus qu’une idée en tête : se séparer de sa femme et rejoindre comme promis
l’élue de son coeur. Mais lorsqu’il arrive enfin au rendez-vous tant attendu, sur la côte anglaise, Marian n’est pas là. Obsédé par cet amour qui a bouleversé sa vie, Ian décide alors de retrouver sa trace. Ce qu’il apprend le déconcerte davantage.
Qui est vraiment cette femme insaisissable ? Une manipulatrice ou la victime d’un passé que quelqu’un souhaite garder secret, à n’importe quel prix ?

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Sonatine pour leur confiance.

Ian est un photographe de renommée. Un magazine va alors lui proposer de s’occuper de la partie londonienne pour un beau livre tournant autour des quatre saisons et de quatre capitales européennes. Lorsque son collègue pour la partie viennoise décide d’abandonner le projet, Ian va alors accepter de le remplacer. Il se rend donc à Vienne afin de réaliser ses photos. Là, il y fera la connaissance de Marian. Entre eux, c’est une évidence, bien que les deux soient déjà mariés. Malgré tout, ils m’ont aucun doute, ils se retrouveront à Londres. Pourtant, Marian va brusquement disparaître après avoir demandé à Ian de ne plus la chercher ni la contacter. Qui est donc cette femme mystérieuse ?

Robert Goddard réalise ici un véritable tour de force littéraire, de par une intrigue des plus mystérieuses et un suspense intact jusqu’au dénouement. J’ai énormément apprécié cette histoire qui m’a baladée de fausses pistes en rebondissements inattendus.

Je vous ai livré un résumé assez succinct, afin que vous découvriez au fur et mesure les tenants et aboutissants de cette intrigue à la mécanique parfaitement huilée. J’aime autant vous prevenir, il vous faudra rester concentré lors de cette lecture.

En effet, l’auteur nous amène d’une piste à l’autre, et les indices s’imbriquent les uns dans les autres. Chaque révélation nous mène à un autre mystère, et ensuite à une nouvelle révélation. C’est captivant à suivre, et cela rend le roman très dynamique. Je ne me suis jamais ennuyée.

Une multitude de personnages secondaires feront leur apparition, ainsi qu’une enquête tirée du passé. Je ne veux vraiment pas vous en dire plus, sous peine de vous spoiler. Il y a certaines révélations qui m’ont réellement surprise.

La plume de l’auteur est fluide et riche en détails. Avec beaucoup de minutie, l’auteur nous expose une intrigue captivante. Les chapitres sont plutôt longs mais cela ne casse jamais le rythme.

Une enquête captivante, dans laquelle les révélations sont surprenantes. Je ressors conquise par ce roman très complexe, mais dans lequel le jeu de pistes conçu par l’auteur est captivant. À découvrir.

Ma note : 17/20

Contemporain

Ce que nous confions au vent

Ce que nous confions au vent de Laura Imai Messina

  • Auteur : Laura Imai Messina
  • Titre : Ce que nous confions au vent
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Audiolib
  • Lu par : Clara Brajtman
  • Nombre de minutes : 301
  • Parution : 15 septembre 2001
  • Pour vous procurer cet audio-livre, c’est ici

Résumé

Sur les pentes abruptes du mont Kujira-yama, au milieu d’un immense jardin, on aperçoit une cabine téléphonique : le Téléphone du vent. Chaque année, des milliers de personnes décrochent le combiné pour confier au vent des messages à destination de leurs proches disparus. En perdant sa mère et sa fille, emportées par le tsunami de 2011, Yui a perdu le sens de sa vie. C’est pour leur exprimer sa peine qu’elle se rend au mont Kujira-yama, où elle rencontre Takeshi et sa petite fille, également en deuil. Mais une fois sur place, Yui ne trouve plus ses mots…

C’est un endroit réel qui a inspiré à Laura Imai Messina ce magnifique roman. Ode à la délicatesse des sentiments, Ce que nous confions au vent est une puissante histoire de résilience autour de la perte et la force rédemptrice de l’amour.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Audiolib pour leur confiance.

J’ai découvert ce roman sous format audio chez Audiolib, et lu par Clara Brajtman.

Yui a perdu sa mère et sa fille lors du tsunami survenu au Japon en 2011. La jeune femme n’arrive pas à faire son deuil. Animatrice d’une radio, c’est lors de l’appel d’un auditeur qu’elle va apprendre l’existence de la cabine téléphonique du vent. L’appareil n’est pas branché mais il est présent afin que les personnes puissent parler avec leurs êtres chers disparus. C’est en quelque sorte le vent qui recueille ces mots. Seulement, une fois décidée à se rendre dans cet endroit, la jeune femme se demande ce qu’elle pourrait bien dire à sa mère et à sa fille. Elle fait alors la rencontre de Takeshi, qui élève seul sa fille, suite au décès de sa femme lors de ce tsunami.

Narration

Si j’ai tant apprécié ce roman audio, c’est principalement dû à la narration de Clara Brajtman, qui m’a totalement conquise.

Avec une voix posée et tout en délicatesse, Clara a su retranscrire les émotions qui assaillent les personnages de ce roman terriblement touchant.

J’ai trouvé le ton juste. Avec beaucoup de douceur, Clara nous fait entrer dans cette histoire. Je n’ai ressenti aucune monotonie lors de mon écoute. C’est une franche réussite.

Intrigue

Ce roman est très touchant. Il aborde avec délicatesse des thematiques très difficiles, telles que le deuil et la reconstruction. J’ai été très émue par la rencontre entre les deux protagonistes.

Tout se déroule en douceur lors de cette intrigue. J’ai été bouleversée par le chagrin des personnages principaux. Peu à peu, et avec l’aide mutuelle qu’ils se portent, ils vont se reconstruire.

Il y a beaucoup de sensibilité dans ce récit, et l’on pourra suivre l’évolution des personnages. Avec beaucoup de simplicité, l’auteure déroule une intrigue des plus bouleversantes.

Vue d’ensemble

Un roman très émouvant, lu avec brio par la narratrice, qui a su donner le ton juste pour faire passer les émotions. Je recommande cette écoute sans hésiter.

Ma note : 17/20

Thriller

Ne faites confiance à personne

Ne faites confiance à personne de T. M. Logan

  • Auteur : T. M. Logan
  • Titre : Ne faites confiance à personne
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Hugo Publishing
  • Nombre de pages : 441
  • Parution : 2 juin 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Alors qu’Ellen est dans un train pour rentrer à Londres, une jeune femme qui porte un adorable bébé de trois mois s’assoit en face d’elle. Elles font brièvement connaissance et Kathryn confie le bébé à Ellen, le temps de répondre à un appel urgent sur la plateforme entre deux wagons. Alors qu’elle prend le bébé, Mia, dans ses bras, le cœur d’Ellen se serre à l’idée qu’elle-même ne pourra jamais devenir mère. Les minutes passent, le train s’arrête à une station, puis redémarre lorsqu’Ellen voit avec stupéfaction sur le quai Kathryn qui se dirige d’un pas décidé vers la sortie… Elle se retrouve seule avec le bébé et, à ses pieds, le petit sac avec les quelques affaires du nourrisson. Lorsqu’elle l’ouvre, elle tombe sur les quelques lignes griffonnées à la vite par la jeune femme quelques minutes plus tôt : Protégez Mia Méfiez-vous des flics Ne faites confiance à personne Ellen va découvrir que le bébé qu’elle tient dans ses bras est la clé d’un crime épouvantable et que des personnes sont prêtes à tout pour le récupérer. Ellen sait que les choix qu’elle s’apprête à faire pourraient lui coûter… tout

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Hugo Publishing pour leur confiance.

Ellen est de retour à Londres après un rendez-vous médical. Dans le train, une jeune femme avec un bébé va s’asseoir en face d’elle. Cela éveille en elle des souvenirs douloureux, puisqu’elle n’a jamais réussi à tomber enceinte. Lorsque Kathryn demande à Ellen de bien vouloir tenir Mia, le bébé, pendant qu’elle passe un coup de fil, Ellen va accepter. Pourtant, à l’arrêt suivant, elle voit Kathryn descendre du train, en lui laissant Mia. Ellen commence à paniquer, et elle aperçoit dans les affaires du bébé laissées par Kathryn un mot qui lui est adressé par cette dernière, et lui demandant de protéger Mia et de ne faire confiance à personne.

C’est mon premier roman de cet auteur, et après cette découverte, j’ai très envie de découvrir un autre de ses récits. J’ai passé un excellent moment de lecture et j’ai soupçonné tous les personnages lors de cette intrigue qui va à toute vitesse.

D’emblée, je me suis attachée à Ellen. J’ai trouvé ce personnage très bien dépeint, avec toutes ses failles et ses faiblesses, mais également son courage et sa ténacité. La jeune femme bravera tous les dangers afin de protéger Mia.

L’intrigue est très bien menée et j’ai été tenue en haleine tout au fil des pages. Le dénouement est inattendu et je dois dire que l’auteur a su maintenir son suspense jusqu’aux dernières pages. Je n’ai jamais ressenti d’ennui lors de ma lecture.

La plume est d’une grande fluidité. Le récit est partagé en journées et les chapitres sont plutôt courts, ce qui permet d’octroyer un rythme soutenu tout au fil des pages.

Un thriller qui m’a tenue en haleine, au rythme soutenu et sans aucun moment d’ennui pour ma part. Je recommande cette lecture sans hésiter.

Ma note : 18/20

Thriller

Brocélia

Brocélia de Jean-Marc Dhainaut

  • Auteur : Jean-Marc Dhainaut
  • Titre : Brocélia
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Taurnada
  • Nombre de pages : 250
  • Parution : 7 juillet 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Meghan Grayford, une jeune journaliste passionnée par l’exploration de lieux abandonnés, a localisé un vieux manoir dans la forêt de Brocéliande : ses occupants semblent avoir fui précipitamment…
En se faufilant dans cette bâtisse isolée, Meghan ignore encore que son histoire n’est pas peuplée de magie et de fées, mais d’horreur et de sang…
La nuit, quand tout est calme, le Manoir Brocélia se réveille…
La nuit, quand tout est calme, les atrocités de son passé reprennent vie…
La curiosité est un vilain défaut… Meghan aurait mieux fait de s’en souvenir…

Un thriller aussi terrifiant que captivant, dans la lignée des investigations paranormales d’Alan Lambin.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Taurnada pour leur confiance.

Bretagne. Meghan est journaliste pour un petit magazine traitant de sujets insolites. Devant rendre impérativement un papier au chef au plus vite, la jeune fille décide de se rendre à nouveau dans un manoir perdu dans la forêt de Brocéliande. En effet, il y a un an, elle avait déjà tenté l’expérience, mais les événements étranges qu’elle avait aperçus l’avaient tant effrayée, qu’elle s’était enfuie en courant. Pourtant, la jeune fille va décider de tirer cette affaire au clair, avec l’aide d’Alan.

Quelle excellente découverte que ce roman paranormal. J’ai vraiment passé un très bon moment de lecture, et quel plaisir que de retrouver le personnage d’Alan, même s’il est vrai que dans cet opus, il demeurera davantage en retrait, puisque le personnage de Meghan sera davantage présent.

Je reste admirative devant le talent de l’auteur qui réussit au travers des mots à faire passer une ambiance pesante et horrifique. J’ai frissonné à plusieurs reprises et j’ai trouvé cette histoire plus qu’intrigante. Dès les premières pages, j’ai été happée dans ce récit.

L’auteur a su créer une intrigue qui m’a tenue en haleine tout au fil des pages. J’ai beaucoup aimé le personnage de Meghan, courageuse et opiniâtre à souhait. J’ai beaucoup apprécié de retrouver le personnage d’Alan également.

La plume de l’auteur est d’une grande fluidité. Une fois commencé, ce roman est très difficile à lâcher. Les petits chapitres rythment l’histoire. Jean-Marc Dhainaut a un style très cinématographique, ce qui permet de tourner les pages avec avidité et de frissonner tout au fil du récit.

Un roman paranormal très bien construit, au suspense intact jusqu’au dénouement inattendu. C’est une excellente découverte que je vous recommande sans hésiter.

Ma note : 18/20