Contemporain

Les gens de Bilbao naissent où ils veulent – Rentrée littéraire

Les gens de Bilbao naissent où ils veulent de Maria Larrea

  • Auteur : Maria Larrea
  • Titre : Les gens de Bilbao naissent où ils veulent
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Grasset
  • Nombre de pages : 224
  • Parution : 17 août 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

L’histoire commence en Espagne, par deux naissances et deux abandons. En juin 1943, une prostituée obèse de Bilbao donne vie à un garçon qu’elle confie aux jésuites. Un peu plus tard, en Galice, une femme accouche d’une fille et la laisse aux sœurs d’un couvent. Elle revient la chercher dix ans après. L’enfant est belle comme le diable, jamais elle ne l’aimera.
Le garçon, c’est Julian. La fille, Victoria. Ce sont le père et la mère de Maria, notre narratrice.
Dans la première partie du roman, celle-ci déroule en parallèle l’enfance de ses parents et la sienne. Dans un montage serré champ contre champ, elle fait défiler les scènes et les années : Victoria et ses dix frères et sœurs, l’équipe de foot du malheur ; Julian fuyant l’orphelinat pour s’embarquer en mer. Puis leur rencontre, leur amour et leur départ vers la France. La galicienne y sera femme de ménage, le fils de pute, gardien du théâtre de la Michodière. Maria grandit là, parmi les acteurs, les décors, les armes à feu de son père, basque et révolutionnaire, buveur souvent violent, les silences de sa mère et les moqueries de ses amies. Mais la fille d’immigrés coude son destin. Elle devient réalisatrice, tombe amoureuse, fonde un foyer, s’extirpe de ses origines. Jusqu’à ce que le sort l’y ramène brutalement. A vingt-sept ans, une tarologue prétend qu’elle ne serait pas la fille de ses parents. Pour trouver la vérité, il lui faudra retourner à Bilbao, la ville où elle est née. C’est la seconde partie du livre, où se révèle le versant secret de la vie des protagonistes au fil de l’enquête de la narratrice.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Grasset pour leur confiance.

Maria Larrea est à la recherche de ses origines. Apprenant tardivement qu’elle a été en réalité adoptée, cette fille de parents immigrés voit son quotidien profondément chamboulé. Dès lors, elle va décider de partir à la recherche de sa famille biologique, en Espagne. La jeune femme tentera de reconstruire le puzzle de sa famille.

En voilà un roman autobiographique qui m’a réellement conquise. Maria possède un talent de conteuse incontestable, et j’ai beaucoup aimé son schéma narratif, puisqu’elle nous parlera tout d’abord de la vie de ses deux parents adoptifs avant de partir à la recherche de ses origines. J’ai trouvé cela terriblement touchant et d’une belle authenticité.

Maria commence donc par raconter l’enfance et la jeunesse de ses deux parents adoptif. Le texte oscille ainsi entre la Galice et Bilbao. Cette partie est racontée d’une manière très romancée.

La deuxième partie va donc davantage raconter les recherches de Maria, et ici, j’y ai retrouvé beaucoup de sincérité de sa part, puisqu’elle nous livre tous ses états d’âme, et tous les chamboulements que la nouvelle de l’adoption cause en elle.

La plume de l’auteure m’a beaucoup plu. Avec un style direct et sans fioriture, l’auteure nous livre son histoire. Les références à l’Espagne sont très nombreuses, avec quelques phrases en espagnol qui se glissent dans le texte, et j’ai trouvé cela très authentique. J’en ressors conquise.

Une recherche de ses origines menée par l’auteure, et qui à travers ce roman, nous montre tous les chamboulements qu’elle a subi depuis qu’elle a appris tardivement son adoption. Le talent indéniable de conteuse de l’auteure est présent à chaque page et c’est une véritable réussite.

Ma note : 17/20

Contemporain

Un jeune homme si tranquille – Rentrée littéraire

Un jeune si tranquille de Yves Viollier

  • Auteur : Yves Viollier
  • Titre : Un jeune homme si tranquille
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Presses de la Cité
  • Nombre de pages : 272
  • Parution : 18 août 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

J’ai posé la question à mon oncle, la dernière fois que nous nous sommes vus, il y a plus d’un an, il était encore en pleine forme. « Est-ce que tu as parlé à tes amis ? » Il m’a répondu : « Je n’ai pas encore osé… »

Roger Martin les a séduits. Il a été accueilli dans ce bourg dont le narrateur est le maire, comme un ami de toujours. Veuf, à plus de soixante-dix ans, il avait besoin d’une famille. Et tous lui ont ouvert les bras. Il est devenu le père, le grand-père, le vieil homme que les jeunes aiment bien.
La déception a été aussi violente que l’amour et l’amitié avaient été doux. Le fil du temps s’est tendu. Roger, en jeune homme, est alors apparu dans sa vérité. L’Occupation avait été ce théâtre où il a joué un rôle funeste.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Presses de la Cité pour leur confiance.

Roger les a tous conquis. Vieil homme veuf, dès que le narrateur et sa femme, ainsi que leurs deux filles, lui proposent de vivre auprès d’eux, il accepte. Lorsque Roger décède, son neveu Pierre contacte le narrateur. Est-ce que Roger a eu le courage de raconter sa jeunesse pendant l’Occupation à ses amis ? Non, Roger n’a rien raconté, et lorsque le narrateur apprend la vérité, c’est le choc pour lui et sa famille.

En voilà un roman très original, qui soulève une thématique intéressante. J’ai eu tant d’empathie pour la famille qui accueille Roger et qui va finalement se sentir terriblement trompée, ayant l’impression de n’avoir jamais réellement connu leur ami.

Ils se retrouvent tous face à un dilemme. Faut-il rester avec l’image de leur ami qu’ils ont tant aimé, ou au contraire tout oublier, lorsqu’ils sont confrontés aux horreurs de Roger ? La thématique est très intéressante. Et j’ai trouvé ce roman particulièrement glaçant.

Peu à peu, l’histoire de Roger prend forme et le lecteur ainsi que les protagonistes découvrent les crimes du vieil homme pendant l’Occupation. Ce sont des passages éprouvants à lire.

La plume de l’auteur est épurée et directe. Avec un style très fluide, les pages défilent. Le roman alterne entre passé et présent, mais ne perd jamais son lecteur.

Un roman glaçant, de par les thématiques abordées. À découvrir.

Ma note : 17/20

Historique

Le pays au-delà des mers

Le pays au-delà des mers de Christina Baker Kline

  • Auteur : Christina Baker Kline
  • Titre : Le pays au-delà des mers
  • Genre : Historique
  • Éditions : Belfond
  • Nombre de pages : 336
  • Parution : 8 septembre 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Pour avoir naïvement cru aux promesses d’amour de son employeur, Evangeline, jeune gouvernante anglaise, a été accusée de vol et condamnée à la déportation. Sur le navire qui l’emmène en terre australe, elle pense à ce que sera sa vie dans le « pays au-delà des mers », qu’on dit si inhospitalier, peuplé d’indigènes et de renégats. Elle pense aussi à l’enfant qu’elle porte : saura-t-elle le protéger ? Pourra-t-elle s’appuyer sur la débrouillarde Hazel avec qui elle a noué une forte amitié lors de la traversée ?

Au même moment, sur l’île Flinders, au large de l’Australie, Mathinna, une orpheline aborigène, est elle aussi retenue prisonnière. Arrachée à sa tribu, la petite a été adoptée par le gouverneur et son épouse, qui entendent bien la civiliser à tout prix.

Ces trois femmes l’ignorent encore, mais leur sort est inextricablement lié. Sur ces terres soumises à la folie des hommes, elles auront besoin de toutes leurs forces, de tout leur courage pour survivre et se frayer un chemin vers la liberté.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Belfond pour leur confiance.

1840, Londres. Evangeline est gouvernante chez les Whitstone. Elle va alors tomber éperdument amoureuse de Cecil, l’un des fils de monsieur Whitstone. Le jeune homme offrira une bague à Evangline, mais la jeune femme va vite être accusée de l’avoir volée. Elle sera alors transférée à la prison, et le verdict ne tarde pas à tomber. Elle est condamnée à la transportation et devra demeurer 14 ans en Australie. Dès lors, aidée par Olive et Hazel, ses compagnes d’infortune, les jeunes femmes feront tout pour survivre.

Ce roman a été un énorme coup de cœur pour ma part, tant au niveau de l’histoire qu’au niveau des personnages féminins qui sont très bien dépeints, avec beaucoup de nuances et surtout, énormément de réalisme. L’auteure part d’événements historiques réels et autour de cela, elle réussit à tissser une histoire qui m’a bouleversée à plusieurs reprises.

Le lecteur suivra également en filigrane l’histoire de la petite Mathinna, petite fille indigène, arrachée à ses racines par les gouverneurs. Ce roman m’a profondément émue à plusieurs reprises et une palette d’émotions m’a accompagnée lors cette lecture.

D’emblée, je me suis attachée à Evangeline, mais la galerie de personnages qui l’accompagnent sont également très touchants. Je ne veux pas en dire beaucoup plus, afin de ne rien vous spoiler et que vous puissiez découvrir les éléments qui constituent cette histoire.

La plume de l’auteure est très fluide. Avec un style clair et sans fioriture, les pages défilent. Je dois dire que j’ai particulièrement aimé la manière de raconter de l’auteure. Elle a alterné les chapitres, consacrés chacun à l’un des personnages féminins de cette histoire.

Un roman terriblement émouvant qui témoigne d’une réalité historique. À partir de véritables événements historiques, l’auteure a su tisser une histoire tout en émotions. À découvrir.

Ma note : 19/20

Policier

La mort est parfois préférable

La mort est parfois préférable de Sacha Erbel

  • Auteur : Sacha Erbel
  • Titre : La mort est parfois préférable
  • Genre : Policier
  • Éditions : Taurnada
  • Nombre de pages : 256
  • Parution : 8 septembre 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Yan est flic à la police judiciaire de Lille.
Depuis quelque temps, un « passager clandestin » s’est invité dans sa vie : « l’Araignée », c’est le surnom qu’elle lui a donné.
Alors que Yan traque l’auteur du meurtre d’un journaliste connu pour ses reportages à sensation, elle n’a pas d’autre choix que de composer avec son « invisible ennemie » : insidieuse, omniprésente, l’Araignée tisse sa toile, cuisante morsure dans ses chairs survenant n’importe où, n’importe quand…
En parallèle, Brath, son collègue, enquête sur la mort étrange d’un homme retrouvé décapité, assis au volant de sa voiture, la tête reposant sur la banquette arrière.
En équilibre sur un fil, Yan ne baisse pas les bras, avance sur son chemin de douleurs au risque de se perdre… définitivement.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Taurnada pour leur confiance.

Lille. Yan et son équipe travaillent pour la police judiciaire. Ils vont devoir enquêter sur l’assassinat d’un homme, mais également sur deux suicides qui ne vont pas tarder à leur sembler suspects. Yan va devoir faire montre d’un courage indicible, d’autant plus qu’elle est sous l’emprise de « l’Araignée », qui l’empêche à plus d’une reprise d’effectuer son travail.

J’ai passé un excellent moment de lecture avec ce roman policier aux allures de thriller. L’auteure a su me tenir en haleine jusqu’au dénouement des deux enquêtes. Mais ce qui fait incontestablement la force de ce roman, c’est son personnage féminin des plus aboutis.

Yan est attachante et ce, dès les premières pages. J’ai été terriblement touchée par les épreuves qu’elle doit surmonter, notamment face à « l’Araignée ». Je préfère ne pas vous dire de quoi il s’agit, afin que vous puissiez le découvrir au fur et mesure, mais à travers cet élément, l’auteure abordera une thématique sensible.

J’ai aimé l’équipe qui gravite autour de Yan. Les personnages secondaires sont très bien dépeints également, et la belle unité qui règne au sein de cette équipe policière est touchante.

L’auteure nous propose ici deux enquêtes différentes et je dois dire que les deux sont très bien menées, jusqu’au dénouement surprenant. Le suspense est maintenu tout au fil des pages.

La plume de l’auteure est véloce et très fluide. Avec un style totalement approprié à ce genre littéraire, l’auteure a su rendre son intrigue addictive. Les chapitres sont courts et cela rythme l’histoire.

Un roman policier qui m’a tenue en haleine et servi par un personnage féminin atypique et fort. A découvrir.

Ma note : 17/20

Historique

D’où vient l’amour – Rentrée littéraire

D’où vient l’amour de Yann Queffélec

  • Auteur : Yann Queffélec
  • Titre : D’où vient l’amour
  • Genre : Historique
  • Éditions : Calmann-Lévy
  • Nombre de pages : 288
  • Parution : 17 août 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

« Sûr qu’il m’a tapé dans l’oeil, se disait Maud en attendant l’autocar du volcan.Sûr qu’on s’aime et qu’il sera content, lui aussi, drôlement content… »

«Lui», c’est Samuel Poujol, vingt-deux ans, fils unique du puissant patron des Ateliers Poujol, une fabrique de sous-vêtements de luxe au début des années quarante, dans le Gard.
Est-ce qu’il sera content?

Maud, dix-sept ans, travaille aux Ateliers depuis quelques mois. Ça ne se voit pas qu’elle est enceinte, une grossesse de poupée. Le fruit d’un grand amour secret.
Ça ne se voit pas non plus que Samuel a pour ambition d’égaler son père – ce chef de l’Armée des ombres, cet ami des Juifs pourchassés.

Va-t-il épouser Maud le moment venu? Gâcher son avenir par un scandale?
Maud se pose la question dans l’autocar qui la ramène chez ses parents, la pose à l’enfant qui va naître d’un moment à l’autre: Est-ce qu’il sera content?

On se donne à l’amour trop jeune et la fatalité vous tend les bras. Et que devient la quête du bonheur?

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Calmann-Lévy pour leur confiance.

Fabregues. Maud retourne voir ses parents. La jeune fille est enceinte de Samuel, le fils du propriétaire des ateliers Poujol, où elle y travaille. Elle ne le lui a pas encore annoncé, mais elle est convaincue que le jeune homme accueillera cette nouvelle avec bonheur. En plein conflit mondial, la Résistance se met peu à peu en place, et Samuel a dans l’idée de suivre les pas de son père.

C’est un résumé très succinct que je vous livre ici, ayant trop peur de vous dévoiler trop d’événements qu’il vaut mieux que vous découvriez au fur et à mesure de votre lecture. Si au départ, j’ai pensé lire un roman tournant autour d’une histoire d’amour, je me suis vite aperçue que ce récit, c’est bien plus que cela.

En pleine Seconde Guerre Mondiale, les personnages vont évoluer. Le récit est divisé en deux grandes parties, la première étant davantage centrée sur Maud et Samuel et la deuxième, plutôt sur le mouvement de Résistance.

J’ai été conquise par la première partie, que j’ai trouvée très émouvante et qui est servie par une héroïne touchante et inspirante. Maud est une jeune femme affirmée, qui se bat pour ceux qu’elle aime. Durant ces quelques pages, le lecteur pourra voir comment les deux jeunes gens se sont rencontrés.

La deuxième partie mettra davantage en exergue le courage des personnages. J’ai été extrêmement touchée par eux et par tout ce qu’ils mettent en place afin de survivre pendant la période d’Occupation et les risques qu’ils prennent pour aider ceux qui en ont besoin. Le roman prend donc une tout autre tournure en deuxième partie.

La plume de l’auteur m’a beaucoup plu. J’aime autant vous prévenir, dans ce roman le style de l’auteur sera très particulier. Avec un langage fait d’images et un ton alternant entre légèreté et gravité, le roman a une véritable touche d’originalité.

Un roman qui débute comme une romance, mais qui prend une multitude d’autres directions jalonnées d’émotions et de bouleversements. À découvrir.

Ma note : 16/20

Contemporain

Le cabaret des mémoires – Rentrée littéraire

Le cabaret des mémoires de Joachim Schnerf

  • Auteur : Joachim Schnerf
  • Titre : Le cabaret des mémoires
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Grasset
  • Nombre de pages : 140
  • Parution : 24 août 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Demain matin, Samuel ira chercher sa femme et leur premier né à la maternité. Alors, en cette dernière nuit de solitude, à l’aube d’une vie qui ne sera plus jamais la même, Samuel veille. Partagé entre exaltation et angoisse, il se souvient du passé, songe à l’avenir, tente d’endosser son nouveau rôle de père.

Cette nuit est hantée par de nombreuses histoires. Celle de ses aînés, et d’abord celle de sa grand-tante, la fabuleuse Rosa, installée après la Seconde Guerre mondiale au Texas où elle a monté un cabaret extraordinaire. Celles que Samuel se racontait enfant, lorsqu’avec ses cousins il se déguisait en cow-boy et jouait à chercher sa grand-tante dans le désert d’une Amérique fantasmée, face à des ennemis imaginaires. Celles que Rosa, désormais ultime survivante d’Auschwitz, raconte chaque soir sur les planches. Toutes ces histoires, Samuel les partagera avec son fils, l’enfant de la quatrième génération qui naît alors que Rosa fait ses adieux à la scène.

Il n’y aura bientôt plus aucun témoin pour transmettre, mais il restera le récit, la fiction, capables de dévoiler ce qu’on croyait disparu, d’évoquer l’indicible,  d’empêcher les falsificateurs de dénaturer le passé. Au Cabaret des mémoires, il s’agit de ne pas oublier, jamais. Et pour Samuel, de comprendre que l’enfant qu’il a été doit passer le relais à celui qu’il s’apprête à accueillir. Roman intimiste, conte moderne, Le cabaret des mémoires entrelace les fils de la transmission au cours d’une bouleversante nuit initiatique à la puissance universelle.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Grasset pour leur confiance.

Samuel et Léna viennent d’être parents d’un petit garçon. Alors que le jeune homme passe la dernière nuit seul chez lui en attendant la sortie de sa femme et de son fils de la maternité, il va beaucoup s’interroger. Il se souvient de sa grande-tante Rosa, dernière survivante du camp d’Auschwitz. Elle a ouvert un cabaret en plein désert texan, et chaque soir, elle raconte son enfance jusqu’au moment de la déportation, où là, elle ne peut plus en parler. Comment Samuel pourra dès lors raconter l’indicible à son fils qui vient de naître et qui ne se souviendra pas de Rosa ? Et Rosa, est-elle obligée de témoigner, étant la dernière survivante ?

C’est un roman empli de sensibilité et très délicat que je découvre ici. Au travers du personnage principal, l’auteur aborde des questionnements et des thématiques importantes. J’ai trouvé qu’il a réussi en très peu de pages à donner beaucoup de profondeur à son récit.

En filigrane, nous suivrons l’enfance de Samuel, et sa fascination pour cette grande-tante dont il connaît si peu de choses, finalement. J’ai tourné les pages avec beaucoup d’émotions et j’ai trouvé ce court récit remarquablement construit.

La plume est tout en douceur. Les pages défilent, et même si le texte est très court, j’y ai retrouvé une énorme sensibilité. Je ressors chamboulée par ce roman.

Un récit abordant des thématiques très difficiles, servi par une construction très originale, mêlant les temporalités et l’histoire personnelle des personnages.

Ma note : 18/20

Contemporain

Les chairs impatientes – Rentrée littéraire

Les chairs impatientes de Marion Roucheux

  • Auteur : Marion Roucheux
  • Titre : Les chairs impatientes
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Belfond
  • Nombre de pages : 192
  • Parution : 18 août 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Six mois après la naissance de son deuxième enfant, une jeune femme est admise en maison de repos au bord d’un lac de montagne. En retournant skier seule pour la première fois depuis longtemps, elle rencontre un homme qui va réveiller son corps.
Dans une langue poétique et crue, Les chairs impatientes raconte un désir féminin dévorant qui ne veut plus renoncer à rien et peut tout renverser sur son passage.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Belfond pour leur confiance.

Suite à la naissance de son deuxième enfant, la narratrice va souffrir une sévère dépression. La décision est alors prise, elle tentera de s’en remettre dans un centre spécialisé. Là-bas, la jeune femme va faire la rencontre d’un homme qui va à nouveau éveiller la femme en elle.

Si j’ai su apprécier ce roman, il n’en reste pas moins que j’ai été déroutée à plusieurs reprises, notamment de par une écriture qui m’a parfois perdue et à laquelle j’ai eu parfois quelques difficultés à accrocher.

Mais avant de parler de la forme, je préfère vous parler du fond, et là, c’est pour ma part un roman intéressant, qui explore le désir féminin de manière directe et sans fioriture. J’ai rarement croisé cela dans mes lectures.

La narratrice va expérimenter une évolution, et ne plus se cantonner à son simple rôle d’épouse ou de maman, mais davantage à celui de femme. J’ai été touchée par les épreuves passées par la protagoniste suite à la naissance de son deuxième enfant.

L’auteure nous raconte le parcours de cette jeune femme qui s’éveille de nouveau à un désir impatient. Sans aucun détour, et avec un langage direct et qui peut parfois paraître cru, la narratrice nous fait part de ses ressentis.

La plume de l’auteure m’a souvent déroutée, et c’est pour ma part mon seul petit bémol. J’ai trouvé les phrases souvent très longues, avec trop de digressions dans le texte et parfois quelques redites. J’ai eu du mal à m’immerger pleinement dans ce court récit, perdant parfois le fil.

Un roman qui explore le désir féminin sans détour et avec beaucoup de sincérité. Malgré une plume à laquelle je n’ai pas toujours accroché, cela n’en reste pas moins une bonne lecture que je conseille pour cette thématique.

Ma note : 16/20

Science-fiction

Les reines – Rentrée littéraire

Les reines d’Emmanuelle Pirotte

  • Auteur : Emmanuelle Pirotte
  • Titre : Les reines
  • Genre : Science-fiction
  • Éditions : Le cherche midi
  • Nombre de pages : 528
  • Parution : 25 août 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Sur les ruines de nos civilisations, un nouveau monde s’est bâti. L’humanité a renoncé au progrès matériel et retiré au sexe masculin ses anciens privilèges. Les royaumes sont désormais gouvernés par des femmes, autant de Reines que l’épreuve du pouvoir révèle parfois autoritaires et souvent rivales.

Dans ce monde aux immenses espaces sauvages, des groupes de nomades, artisans, chasseurs et comédiens se croisent sur les vestiges des routes d’autrefois. Parmi ces communautés, celle des Britannia, où les jeunes Milo et Faith brûlent d’un désir réciproque et néanmoins interdit. Leur attirance va provoquer le bannissement de Milo. Commence alors pour le jeune homme une longue errance à travers les terres du Nord ; mais si Milo espère retrouver Faith, il n’imagine pas combien son voyage obéit aux lois de la destinée – ce grand compas qui, toujours, nous entraîne vers nos origines.

Sous la surface agitée de l’épopée, Emmanuelle Pirotte installe le décor et les enjeux de la tragédie antique. Jalousies, tensions amoureuses, filiations cachées, prophéties et vœux de vengeance électrisent les personnages qui se donnent à toutes les passions. Et l’on retrouve enfin, loin des potions prudentes et morales, la plus aberrante et la plus formidable des littératures.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions du cherche midi pour leur confiance.

Sur les ruines du Vieux Monde se construit le Nouveau Monde, jalonné de nouveaux paysages, et davantage régi par les femmes, qui ont désormais les pleins pouvoirs. L’homme est relégué au second plan. Milo fait partie de l’une des tribus nomades qui vont de terres en terres au gré des saisons. Éperdument amoureux de Faith, leur amour est pourtant impossible. Lorsque Milo est banni de la tribu, va alors débuter une longue errance pour le jeune homme, tandis que Faith ne réussira jamais à l’oublier. Pourront-ils se retrouver ?

Je ressors bluffée par la qualité de ce roman, tant par l’écriture somptueuse que par l’intrigue qui ne m’a totalement captivée. Il s’agit de mon premier roman d’Emmanuelle Pirotte et j’ai trouvé cette lecture excellente à tous les niveaux.

L’auteure a un véritable talent de conteuse. Si au début, je me suis quelque peu sentie perdue dans cet univers dystopique, peu à peu, les éléments nous sont dévoilés et on en comprend davantage. Je ne me suis jamais ennuyée lors de ma lecture, bien au contraire.

Il faut dire que tous les ingrédients d’une intrigue captivante sont habilement réunis. Entre amours contrariées, jeux de pouvoir, trahisons, le lecteur est pris dans une aventure unique et très originale.

Les personnages de Milo et de Faith vont porter l’histoire, mais bien évidemment, une galerie de personnages secondaires vont s’unir à l’intrigue. J’ai trouvé que l’auteure a su leur donner l’épaisseur nécessaire.

La plume de l’auteure est élégante, somptueuse. J’ai totalement accroché à l’écriture très particulière d’Emmanuelle Pirotte, et je ressors bluffée par son talent de conteuse. Le style est exigent par moments, malgré tout, je ne m’en suis jamais lassée au fil des pages. Les descriptions sont retranscrites avec minutie. L’histoire prend peu à peu forme.

Un roman d’une grande qualité stylistique. Sous une plume élégante, l’auteure dévoile une intrigue foisonnante dans laquelle tous les éléments sont réunis pour passer un excellent moment de lecture. Une petite pépite que je vous recommande.

Ma note : 18/20

Contemporain

La fille aux plumes de poussière – Rentrée littéraire

La fille aux plumes de poussière de Nicolas Garma-Berman

  • Auteur : Nicolas Garma-Berman
  • Titre : La fille aux plumes de poussière
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Belfond
  • Nombre de pages : 272
  • Parution : 18 août 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Dans son atelier des bords de Seine, Eva, une taxidermiste, doit honorer une commande un peu spéciale: un hamster-lion. C’est une chose rassurante, les problèmes sans solution. On sait ce qu’il faut en faire : les remettre à plus tard. Même si Eva se doute bien que cela va lui causer un déluge d’ennuis. Doit-elle abandonner lâchement et affronter les remontrances de sa cliente ? La lâcheté l’attire, mais elle implique un courage dans l’affrontement dont Eva ne saurait faire preuve. La jeune femme qui a passé sa vie à enfouir ses souvenirs va ainsi se lancer dans une drôle de quête. Entourée d’une ronde de personnages particulièrement attachants, dont Voisin, son voisin, et Nathalie, l’épicière fan de Buddy Guy, la voilà partie pour remonter le temps et, peut-être, trouver sa place.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Belfond pour leur confiance.

Éva est une taxidermiste. Souvent sujette à des accès de mélancolie, elle semble attirer les déboires. Lorsque une femme et son enfant viennent lui demander de naturaliser le hamster du jeune garçon, Éva accepte cette demande. Pourtant, la requête va s’avérer être quelque peu étrange, puisque la petite famille va lui demander d’ajouter une crinière de lion au hamster. C’est le début des ennuis pour la jeune femme. Heureusement, elle pourra compter sur la complicité et le soutien de Mimile, de Voisin et de son fils et d’autres personnages qui feront leur apparition tout au fil des pages.

En voilà un roman extrêmement original, servi par une héroïne à l’opposé de ce que j’ai l’habitude de retrouver dans mes lectures. Ce roman est drôle, empli d’effets comiques, frais et pétillant, mais bien plus profond qu’il peut paraître, et c’est ce qui m’a réellement conquise.

J’avoue avoir souvent souri de par la manière dont notre héroïne a le chic pour se retrouver dans des situations parfois inconfortables. Éva est terriblement attachante, et ses aventures rocambolesques promettent au lecteur un véritable bon moment de lecture.

J’ai trouvé que l’auteur a su créer un personnage féminin empli de profondeur et jamais lisse ou linéaire. Beaucoup de questionnements assaillent cette héroïne haute en couleurs. La galerie de personnages secondaires qui gravitent autour d’elle sont nécessaires et ont toute leur importance.

Si l’auteur a su créer un véritable climat de légèreté dans ce récit qui sort des sentiers battus, il n’en demeure pas moins beaucoup de profondeur dans ce roman. En effet, sous couvert d’humour, l’auteur aborde des thématiques importantes. Je ne veux pas en dire plus afin de ne pas spoiler.

La plume de l’auteur m’a beaucoup plu. Avec les mots justes et une style très fluide, le roman se lit très rapidement. Beaucoup d’émotions transparaissent dans ce récit, et s’il y a beaucoup de situations rocambolesques, il y a également beaucoup de sensibilité dans ce récit.

Un premier roman touchant, qui sous couvert d’humour, n’en demeure pas moins profond et empli de sensibilité. Un premier roman particulièrement réussi. À découvrir.

Ma note : 17/20

Historique

Valse fauve – Rentrée littéraire

Valse fauve de Pénélope Rose

  • Auteur : Pénélope Rose
  • Titre : Valse fauve
  • Genre : Historique
  • Éditions : Plon
  • Nombre de pages : 272
  • Parution : 25 août 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Rose a dix-neuf ans et refuse d’être une cocotte, de celles qui attendent qu’on les épouse. Son village est trop petit pour elle, qui rêve d’une ferme rien qu’à elle dans le Sud. Peu lui importe que la plupart des hommes soient partis faire la guerre contre les Salauds.
Un soir, Rose fait la rencontre d’un accordéoniste venu de la ville, un original qui semble avoir échappé à l’appel. Tandis qu’elle tombe amoureuse, l’ennemi s’empare de son pays. L’homme ne tarde pas rejoindre les Insurgés, laissant Rose avec une petite fille.
Comment se protéger, seule avec une gamine, quand l’ennemi est dans vos murs et que le danger frappe à la porte chaque matin ? Comment préserver ses rêves quand les mois défilent et que les repères s’effondrent ? Mais, surtout, quel combat mener ?

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Plon pour leur confiance.

En plein conflit mondial, Rose est une jeune femme de dix-neuf ans affirmée et sûre d’elle. Elle refuse de devenir une cocotte, de faire comme toutes les femmes, se marier, fonder une famille. Elle veut se sentir libre. Pourtant, la rencontre avec un accordéoniste prénommé André va faire vaciller ses certitudes. Pour lui, elle va accepter le mariage, pour lui, elle sera la maman adoptive de la petite Michèle. Lorsque son mari va décider de rejoindre les Insurgés, la jeune femme devra faire montre d’un courage indicible pour protéger sa fille des dangers extérieurs,

Ce roman a été un coup de cœur absolu. L’auteure m’a profondément bouleversée, et malgré l’horreur ambiante, l’espoir garde une place très importante dans ce récit.

L’histoire est portée par Rose, et ce personnage va me rester en tête pendant longtemps. L’auteure a su remarquablement brosser son caractère, avec toutes les nuances qui en découlent. Cela donne ainsi un personnage inspirant, charismatique. Je me suis totalement attachée à elle, et ce dès les premières pages. J’ai été admirative devant tant de courage, et tant d’authenticité.

L’auteure livre ici un roman terriblement émouvant, mais également lumineux malgré toute la part d’ombre qui parsème les pages. Pénélope Rose ne va nous donner aucune temporalité, ne va jamais nommer cette Guerre. Si cela peut perturber au début, on s’y retrouve très vite, ne vous inquiétez pas. Au contraire, ici ce sont les personnages qui participent à l’évolution de l’intrigue et tout est centré sur leurs émotions.

Je ressors bouleversée et chamboulée. Avec beaucoup de réalisme et de sensibilité, l’auteure aborde plusieurs thématiques, notamment celle de la maternité, de l’amour marital. Rose, bien qu’éprise de liberté, saura prendre ses responsabilités.

Plusieurs passages de ce roman m’ont paru d’une intensité émotionnelle rarement vue dans mes lectures. Je n’ai pas de mots pour vous exprimer cela. Il faut vraiment découvrir ce roman.

La plume de l’auteure m’a tout simplement conquise. Avec un style généreux et authentique, les pensées de Rose nous sont retranscrites avec beaucoup de réalisme. Le récit est narré à la première personne.

Un roman vibrant, douloureux mais où l’espoir demeure très présent. J’ai été bouleversée par ce roman historique fort, servi par une héroïne charismatique.

Ma note : 19/20

Historique

Sous les feux d’artifice – Rentrée littéraire

Sous les feux d’artifice de Gwenaële Robert

  • Auteur : Gwenaële Robert
  • Titre : Sous les feux d’artifice
  • Genre : Historique
  • Éditions : Le cherche midi
  • Nombre de pages : 256
  • Parution : 25 août 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Lorsqu’un navire yankee entre en rade de Cherbourg un matin de juin 1864 pour provoquer l’Alabama, corvette confédérée que la guerre de Sécession condamne à errer loin des côtes américaines, les Français n’en croient pas leurs yeux.

Au même moment, Charlotte de Habsbourg, fraîchement couronnée impératrice du Mexique, découvre éberluée un pays à feu et à sang.

Le monde tremble. Mais le bruit des guerres du Nouveau Continent ne doit pas empêcher la France de s’amuser. Encore moins de s’enrichir. Théodore Coupet, journaliste parisien, l’a bien compris. Envoyé à Cherbourg pour couvrir l’inauguration du casino, il rencontre Mathilde des Ramures, dont le mari s’est ruiné au jeu avant de partir combattre au Mexique. Ensemble, ils décident de transformer la bataille navale en un gigantesque pari dont ils seront les bénéficiaires. À condition d’être les seuls à en connaître le vainqueur…

Pendant cette semaine brûlante, des feux d’artifice éclatent de chaque côté de l’Atlantique. Dans le ciel de Mexico comme dans celui de Cherbourg, ils couvrent les craquements d’un vieux monde qui se fissure et menace d’engloutir dans sa chute ceux qui l’ont cru éternel.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions du cherche midi pour leur confiance.

1864. Alors que la guerre de Sécession fait rage aux États-Unis, un navire sudiste, l’Alabama, va accoster à Cherbourg. Le commandant Semmes doit faire quelques arrangements avant de partir. Pourtant, un navire nordiste, le Kearsarge, va à son tour faire son apparition sur les côtes. Un combat se prépare, pendant que de l’autre côté de l’océan, les empereurs Maximilien et Charlotte s’apprêtent à prendre possession de leur nouveau royaume, au Mexique.

Ce roman a été pour moi un véritable coup de cœur. L’auteure a un vrai talent de conteuse, et en mélangeant grande Histoire à la petite histoire, elle nous livre ici un roman passionnant de bout en bout, et abordant un événement historique peu rencontré en littérature.

En effet, ici, l’auteure nous propose de découvrir cette naumachie qui a eu lieu sur les côtes de Cherbourg. Je ne connaissais pas ce passage historique. L’auteure nous en donne tous les détails, mais sans jamais donner une sensation de lourdeur. Elle a très bien réussi à romancer son histoire.

J’ai pu ainsi suivre l’histoire de Théodore, journaliste mondain, qui aspire à bien plus. Il fera la rencontre de Mathilde. Ce sont deux personnages très bien esquissés, et l’auteure a su intégrer leur histoire personnelle dans le contexte historique.

La plume de l’auteure est d’une grande douceur. Avec un style clair et élégant, elle a réussit à me captiver tout au fil du roman. Les chapitres alternent entre l’histoire de Théodore et Mathilde et celle des empereurs Maximilien et Charlotte. Je ne me suis jamais ennuyée.

Un roman historique passionnant dans lequel l’auteure mêle habilement les genres. J’ai été captivée par ce récit et par une plume tout en finesse. Je recommande cette lecture sans hésiter.

Ma note : 18/20

Thriller

Un profond sommeil

Un profond sommeil de Tiffany Quay Tyson

  • Auteur : Tiffany Quay Tyson
  • Titre : Un profond sommeil
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Sonatine
  • Nombre de pages : 400
  • Parution : 25 août 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

White Forest, Mississippi. Cachée au milieu de la forêt, la carrière fascine autant qu’elle inquiète. On murmure que des esprits malveillants se dissimulent dans ses eaux profondes. Par une chaude journée d’été, Roberta et Willet bravent toutes les superstitions pour aller s’y baigner avec leur petite soeur, Pansy. En quête de baies, ils s’éloignent de la carrière. Quand ils reviennent, Pansy a disparu.
Quelques années plus tard, Roberta et Willet, qui n’ont jamais renoncé à retrouver leur soeur, suivent un indice qui les mène dans le sud de la Floride. C’est là, dans les troubles profondeurs des Everglades, qu’ils espèrent trouver la réponse à toutes leurs questions.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Sonatine pour leur confiance.

White Forest, Mississippi, 1976. Willet, seize ans, Bert, quatorze ans et leur petite sœur Pansy, six ans, décident de se rendre à la carrière proche de chez eux pour se rafraîchir et nager un peu. Willet et Bert vont cueillir des mûres, pendant que Pansy reste dans l’eau. Ils s’éloignent de leur sœur et un orage éclate alors. Lorsque la pluie cesse, et qu’ils retournent récupérer Pansy, cette dernière demeure introuvable. Que s’est-il passé ?

Ce roman a été un coup de cœur monumental. J’ai été bouleversée par ce récit qui apporte son lot de surprises, que ce soit au niveau de l’intrigue comme au niveau de l’écriture. J’ai été captivée de bout en bout et je n’ai pas vu défiler les pages.

Je dois dire que je ne m’attendais pas forcément à ce genre d’intrigue. J’ai pensé que tout tournerait autour de la recherche de Pansy et q’une enquête en découlerait, mais en fait, ce roman, c’est davantage un récit d’atmosphère, servi par des personnages particulièrement bien dépeints et par une acuité rare de la part de l’auteure afin d’analyser les diverses émotions des personnages.

En filigrane, nous suivons l’histoire de la carrière. S’il est vrai que ces passages peuvent paraître déroutants de prime abord, ils sont néanmoins nécessaires pour comprendre cette histoire familiale dans son ensemble.

Même si ce n’est pas un roman d’enquête à proprement parler, rassurez-vous, l’auteure fournira toutes les explications aux divers mystères qui jalonnent ce récit. J’ai trouvé que toute l’intrigue reposait sur la force des personnages, en particulier Bert, puisque toute l’histoire est vue sous son point de vue.

La plume de l’auteure m’a beaucoup plu. Je l’ai trouvée tout en sensibilité. Le récit est narré à la première personne, procédé très judicieux. L’histoire actuelle est entrecoupée de passages dans le passé à chaque chapitre.

Un roman qui a été un coup de cœur pour ma part, tant les personnages sont bien dépeints et portent l’histoire. Il s’agit davantage d’un roman d’atmosphère que d’un thriller et l’histoire avance peu à peu. À découvrir.

Ma note : 19 /20

Contemporain

Le salon – Rentrée littéraire

Le salon d’Oscar Lalo

  • Auteur : Oscar Lalo
  • Titre : Le salon
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Plon
  • Nombre de pages : 160
  • Parution : 18 août 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

L’histoire inclassable d’un homme qui, en découvrant la littérature à trente-neuf ans, fait connaissance avec la vie.

« Vous connaissez une personne, vous, qui a lu La Tentation de saint Antoine ? »

Le malentendu commence devant le bac à un euro d’une librairie de quartier. Le narrateur de cette histoire ne saurait expliquer pourquoi ce livre l’appelle, mais il tend une pièce au libraire pour que Gustave Flaubert ne fasse plus le trottoir.
Le malentendu se poursuit chez un styliste visagiste où notre héros, à la faveur d’un mauvais coup de tondeuse, se retrouve dans l’obligation de rembourser une dette colossale. Sans un sou dans le portefeuille, mais persuadé du trésor que contient son livre de poche, il propose de faire salon littéraire dans ledit salon de coiffure.

Le Salon est l’histoire inclassable et enchanteresse d’un éveil à la vie par le biais de la littérature, sur fond de relation triangulaire entre un coiffeur autodidacte, un libraire au grand cœur, et un adolescent… de trente-neuf ans.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Plon pour leur confiance.

Le narrateur, dont on ne connaîtra pas le nom, est un homme de trente-neuf ans, peu affirmé et timide. Depuis le décès de sa maman alors qu’il n’était âgé que de quatorze ans, il vit chez son père, sort à peine, et est un grand consommateur de séries télévisées. Un jour, alors qu’il doit se rendre chez son coiffeur, il s’arrête devant le bac à 1 euro d’une petite librairie. Là, il y découvre un roman de Flaubert. Il est loin de se douter que cette découverte littéraire va le changer.

Je ne veux surtout pas en dire davantage sur cette intrigue afin de vous préserver les surprises qui découlent de la découverte du narrateur. Quel beau récit j’ai découvert ici. L’auteur change de ton par rapport à son précédent roman, et nous offre un livre qui peut paraître quelque peu plus léger. Pourtant, sous couvert d’humour et de quiproquos, ce roman n’en demeure pas moins profond et empli de sensibilité.

Ce récit, c’est avant tout un hommage à la littérature et à ses vertus apaisantes. Le narrateur va s’affirmer peu à peu au gré des découvertes littéraires qu’il va effectuer, mais surtout grâce aux rencontres emplies de tendresse qui vont jalonner son parcours. Je pense notamment à la relation privilégiée qu’il va réussir à tisser avec le libraire, les deux hommes réussissant à s’entendre et à se soutenir.

L’auteur a su créer des personnages forts et en peu de pages, j’ai trouvé que leur caractère était décrit avec minutie. Le personnage principal est à la fois quelque peu perdu, drôle et tendre. J’ai beaucoup aimé le personnage du libraire qui va aider le personnage principal à se reconstruire.

La plume est très fluide. J’aime énormément le style de l’auteur, empli de sensibilité. Le récit est parsemé d’une multitude de références littéraires qui m’ont donné envie de découvrir certains romans.

Un roman tendre qui est un véritable hommage à la littérature. Servi par un personnage principal des plus atypiques, cette lecture est une véritable parenthèse de douceur. À lire.

Ma note : 17/20

Thriller

L’inconnue de Vienne

L’inconnue de Vienne de Robert Goddard

  • Auteur : Robert Goddard
  • Titre : L’inconnue de Vienne
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Sonatine
  • Nombre de pages : 448
  • Parution : 25 août 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Prisonnier d’un mariage malheureux, Ian Jarrett est persuadé que plus jamais il ne connaîtra l’amour. Et pourtant… Lorsqu’il rencontre Marian Esguard dans un parc enneigé de Vienne, où il est venu prendre des photos pour un magazine, le coup de foudre est immédiat. De retour à Londres, Ian n’a plus qu’une idée en tête : se séparer de sa femme et rejoindre comme promis
l’élue de son coeur. Mais lorsqu’il arrive enfin au rendez-vous tant attendu, sur la côte anglaise, Marian n’est pas là. Obsédé par cet amour qui a bouleversé sa vie, Ian décide alors de retrouver sa trace. Ce qu’il apprend le déconcerte davantage.
Qui est vraiment cette femme insaisissable ? Une manipulatrice ou la victime d’un passé que quelqu’un souhaite garder secret, à n’importe quel prix ?

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Sonatine pour leur confiance.

Ian est un photographe de renommée. Un magazine va alors lui proposer de s’occuper de la partie londonienne pour un beau livre tournant autour des quatre saisons et de quatre capitales européennes. Lorsque son collègue pour la partie viennoise décide d’abandonner le projet, Ian va alors accepter de le remplacer. Il se rend donc à Vienne afin de réaliser ses photos. Là, il y fera la connaissance de Marian. Entre eux, c’est une évidence, bien que les deux soient déjà mariés. Malgré tout, ils m’ont aucun doute, ils se retrouveront à Londres. Pourtant, Marian va brusquement disparaître après avoir demandé à Ian de ne plus la chercher ni la contacter. Qui est donc cette femme mystérieuse ?

Robert Goddard réalise ici un véritable tour de force littéraire, de par une intrigue des plus mystérieuses et un suspense intact jusqu’au dénouement. J’ai énormément apprécié cette histoire qui m’a baladée de fausses pistes en rebondissements inattendus.

Je vous ai livré un résumé assez succinct, afin que vous découvriez au fur et mesure les tenants et aboutissants de cette intrigue à la mécanique parfaitement huilée. J’aime autant vous prevenir, il vous faudra rester concentré lors de cette lecture.

En effet, l’auteur nous amène d’une piste à l’autre, et les indices s’imbriquent les uns dans les autres. Chaque révélation nous mène à un autre mystère, et ensuite à une nouvelle révélation. C’est captivant à suivre, et cela rend le roman très dynamique. Je ne me suis jamais ennuyée.

Une multitude de personnages secondaires feront leur apparition, ainsi qu’une enquête tirée du passé. Je ne veux vraiment pas vous en dire plus, sous peine de vous spoiler. Il y a certaines révélations qui m’ont réellement surprise.

La plume de l’auteur est fluide et riche en détails. Avec beaucoup de minutie, l’auteur nous expose une intrigue captivante. Les chapitres sont plutôt longs mais cela ne casse jamais le rythme.

Une enquête captivante, dans laquelle les révélations sont surprenantes. Je ressors conquise par ce roman très complexe, mais dans lequel le jeu de pistes conçu par l’auteur est captivant. À découvrir.

Ma note : 17/20

Contemporain

Ce que nous confions au vent

Ce que nous confions au vent de Laura Imai Messina

  • Auteur : Laura Imai Messina
  • Titre : Ce que nous confions au vent
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Audiolib
  • Lu par : Clara Brajtman
  • Nombre de minutes : 301
  • Parution : 15 septembre 2001
  • Pour vous procurer cet audio-livre, c’est ici

Résumé

Sur les pentes abruptes du mont Kujira-yama, au milieu d’un immense jardin, on aperçoit une cabine téléphonique : le Téléphone du vent. Chaque année, des milliers de personnes décrochent le combiné pour confier au vent des messages à destination de leurs proches disparus. En perdant sa mère et sa fille, emportées par le tsunami de 2011, Yui a perdu le sens de sa vie. C’est pour leur exprimer sa peine qu’elle se rend au mont Kujira-yama, où elle rencontre Takeshi et sa petite fille, également en deuil. Mais une fois sur place, Yui ne trouve plus ses mots…

C’est un endroit réel qui a inspiré à Laura Imai Messina ce magnifique roman. Ode à la délicatesse des sentiments, Ce que nous confions au vent est une puissante histoire de résilience autour de la perte et la force rédemptrice de l’amour.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Audiolib pour leur confiance.

J’ai découvert ce roman sous format audio chez Audiolib, et lu par Clara Brajtman.

Yui a perdu sa mère et sa fille lors du tsunami survenu au Japon en 2011. La jeune femme n’arrive pas à faire son deuil. Animatrice d’une radio, c’est lors de l’appel d’un auditeur qu’elle va apprendre l’existence de la cabine téléphonique du vent. L’appareil n’est pas branché mais il est présent afin que les personnes puissent parler avec leurs êtres chers disparus. C’est en quelque sorte le vent qui recueille ces mots. Seulement, une fois décidée à se rendre dans cet endroit, la jeune femme se demande ce qu’elle pourrait bien dire à sa mère et à sa fille. Elle fait alors la rencontre de Takeshi, qui élève seul sa fille, suite au décès de sa femme lors de ce tsunami.

Narration

Si j’ai tant apprécié ce roman audio, c’est principalement dû à la narration de Clara Brajtman, qui m’a totalement conquise.

Avec une voix posée et tout en délicatesse, Clara a su retranscrire les émotions qui assaillent les personnages de ce roman terriblement touchant.

J’ai trouvé le ton juste. Avec beaucoup de douceur, Clara nous fait entrer dans cette histoire. Je n’ai ressenti aucune monotonie lors de mon écoute. C’est une franche réussite.

Intrigue

Ce roman est très touchant. Il aborde avec délicatesse des thematiques très difficiles, telles que le deuil et la reconstruction. J’ai été très émue par la rencontre entre les deux protagonistes.

Tout se déroule en douceur lors de cette intrigue. J’ai été bouleversée par le chagrin des personnages principaux. Peu à peu, et avec l’aide mutuelle qu’ils se portent, ils vont se reconstruire.

Il y a beaucoup de sensibilité dans ce récit, et l’on pourra suivre l’évolution des personnages. Avec beaucoup de simplicité, l’auteure déroule une intrigue des plus bouleversantes.

Vue d’ensemble

Un roman très émouvant, lu avec brio par la narratrice, qui a su donner le ton juste pour faire passer les émotions. Je recommande cette écoute sans hésiter.

Ma note : 17/20

Thriller

Ne faites confiance à personne

Ne faites confiance à personne de T. M. Logan

  • Auteur : T. M. Logan
  • Titre : Ne faites confiance à personne
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Hugo Publishing
  • Nombre de pages : 441
  • Parution : 2 juin 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Alors qu’Ellen est dans un train pour rentrer à Londres, une jeune femme qui porte un adorable bébé de trois mois s’assoit en face d’elle. Elles font brièvement connaissance et Kathryn confie le bébé à Ellen, le temps de répondre à un appel urgent sur la plateforme entre deux wagons. Alors qu’elle prend le bébé, Mia, dans ses bras, le cœur d’Ellen se serre à l’idée qu’elle-même ne pourra jamais devenir mère. Les minutes passent, le train s’arrête à une station, puis redémarre lorsqu’Ellen voit avec stupéfaction sur le quai Kathryn qui se dirige d’un pas décidé vers la sortie… Elle se retrouve seule avec le bébé et, à ses pieds, le petit sac avec les quelques affaires du nourrisson. Lorsqu’elle l’ouvre, elle tombe sur les quelques lignes griffonnées à la vite par la jeune femme quelques minutes plus tôt : Protégez Mia Méfiez-vous des flics Ne faites confiance à personne Ellen va découvrir que le bébé qu’elle tient dans ses bras est la clé d’un crime épouvantable et que des personnes sont prêtes à tout pour le récupérer. Ellen sait que les choix qu’elle s’apprête à faire pourraient lui coûter… tout

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Hugo Publishing pour leur confiance.

Ellen est de retour à Londres après un rendez-vous médical. Dans le train, une jeune femme avec un bébé va s’asseoir en face d’elle. Cela éveille en elle des souvenirs douloureux, puisqu’elle n’a jamais réussi à tomber enceinte. Lorsque Kathryn demande à Ellen de bien vouloir tenir Mia, le bébé, pendant qu’elle passe un coup de fil, Ellen va accepter. Pourtant, à l’arrêt suivant, elle voit Kathryn descendre du train, en lui laissant Mia. Ellen commence à paniquer, et elle aperçoit dans les affaires du bébé laissées par Kathryn un mot qui lui est adressé par cette dernière, et lui demandant de protéger Mia et de ne faire confiance à personne.

C’est mon premier roman de cet auteur, et après cette découverte, j’ai très envie de découvrir un autre de ses récits. J’ai passé un excellent moment de lecture et j’ai soupçonné tous les personnages lors de cette intrigue qui va à toute vitesse.

D’emblée, je me suis attachée à Ellen. J’ai trouvé ce personnage très bien dépeint, avec toutes ses failles et ses faiblesses, mais également son courage et sa ténacité. La jeune femme bravera tous les dangers afin de protéger Mia.

L’intrigue est très bien menée et j’ai été tenue en haleine tout au fil des pages. Le dénouement est inattendu et je dois dire que l’auteur a su maintenir son suspense jusqu’aux dernières pages. Je n’ai jamais ressenti d’ennui lors de ma lecture.

La plume est d’une grande fluidité. Le récit est partagé en journées et les chapitres sont plutôt courts, ce qui permet d’octroyer un rythme soutenu tout au fil des pages.

Un thriller qui m’a tenue en haleine, au rythme soutenu et sans aucun moment d’ennui pour ma part. Je recommande cette lecture sans hésiter.

Ma note : 18/20

Thriller

Brocélia

Brocélia de Jean-Marc Dhainaut

  • Auteur : Jean-Marc Dhainaut
  • Titre : Brocélia
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Taurnada
  • Nombre de pages : 250
  • Parution : 7 juillet 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Meghan Grayford, une jeune journaliste passionnée par l’exploration de lieux abandonnés, a localisé un vieux manoir dans la forêt de Brocéliande : ses occupants semblent avoir fui précipitamment…
En se faufilant dans cette bâtisse isolée, Meghan ignore encore que son histoire n’est pas peuplée de magie et de fées, mais d’horreur et de sang…
La nuit, quand tout est calme, le Manoir Brocélia se réveille…
La nuit, quand tout est calme, les atrocités de son passé reprennent vie…
La curiosité est un vilain défaut… Meghan aurait mieux fait de s’en souvenir…

Un thriller aussi terrifiant que captivant, dans la lignée des investigations paranormales d’Alan Lambin.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Taurnada pour leur confiance.

Bretagne. Meghan est journaliste pour un petit magazine traitant de sujets insolites. Devant rendre impérativement un papier au chef au plus vite, la jeune fille décide de se rendre à nouveau dans un manoir perdu dans la forêt de Brocéliande. En effet, il y a un an, elle avait déjà tenté l’expérience, mais les événements étranges qu’elle avait aperçus l’avaient tant effrayée, qu’elle s’était enfuie en courant. Pourtant, la jeune fille va décider de tirer cette affaire au clair, avec l’aide d’Alan.

Quelle excellente découverte que ce roman paranormal. J’ai vraiment passé un très bon moment de lecture, et quel plaisir que de retrouver le personnage d’Alan, même s’il est vrai que dans cet opus, il demeurera davantage en retrait, puisque le personnage de Meghan sera davantage présent.

Je reste admirative devant le talent de l’auteur qui réussit au travers des mots à faire passer une ambiance pesante et horrifique. J’ai frissonné à plusieurs reprises et j’ai trouvé cette histoire plus qu’intrigante. Dès les premières pages, j’ai été happée dans ce récit.

L’auteur a su créer une intrigue qui m’a tenue en haleine tout au fil des pages. J’ai beaucoup aimé le personnage de Meghan, courageuse et opiniâtre à souhait. J’ai beaucoup apprécié de retrouver le personnage d’Alan également.

La plume de l’auteur est d’une grande fluidité. Une fois commencé, ce roman est très difficile à lâcher. Les petits chapitres rythment l’histoire. Jean-Marc Dhainaut a un style très cinématographique, ce qui permet de tourner les pages avec avidité et de frissonner tout au fil du récit.

Un roman paranormal très bien construit, au suspense intact jusqu’au dénouement inattendu. C’est une excellente découverte que je vous recommande sans hésiter.

Ma note : 18/20

Thriller

Si tu étais là

Si tu étais là d’Alafair Burke

  • Auteur : Alafair Burke
  • Titre : Si tu étais là
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Les Presses de la Cité
  • Nombre de pages : 432
  • Parution : 9 juin 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Lorsqu’une mystérieuse superwoman sauve in extremis un adolescent tombé sur les voies du métro new-yorkais, McKenna Jordan pense tenir une histoire en or.

En tentant d’identifier l’héroïne, volatilisée comme par magie, la journaliste – et ancienne procureure adjointe – met la main sur une vidéo de l’incident. Contre toute attente, elle croit y reconnaître une amie chère disparue dix ans plus tôt sans laisser de traces. Ébranlée dans ses certitudes, McKenna va replonger dans cet épisode douloureux de son passé. Persuadée que ce fantôme veut être retrouvé, elle enclenche alors malgré elle les rouages d’une affaire aux ramifications obscures, mettant à vif d’intimes blessures…

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Presses de la Cité pour leur confiance.

McKenna est journaliste pour un petit magazine. Lorsqu’une femme sauve un jeune homme tombé sur les rails du métro, elle croit tenir une idée de départ pour un nouveau papier. Elle n’a alors qu’une chose en tête. Elle tient absolument à retrouver l’identité de cette femme mystérieuse. C’est alors qu’un témoin de la scène qui a eu le temps de tout filmer avec son portable la contacte. Lorsque McKenna a accès à cette vidéo, c’est le choc. Elle pense reconnaître Susan, l’une de ses meilleures amies, disparue sans laisser de traces voilà maintenant dix ans.

J’ai passé un bon moment de lecture avec ce thriller qui m’a tenue en haleine, mais je dois bien avouer que parfois, l’auteure a réussi à me perdre à plusieurs reprises, et cela est notamment dû à une intrigue très complexe et aux diverses directions prises dans ce récit.

Pourtant, dès le départ, je dois dire avoir bien accroché au postulat initial proposé par l’auteure. Je me suis vite posée une multitude de questions et pensé à beaucoup d’hypothèses. J’ai trouvé le départ tonitruant, et l’auteure m’a accrochée, mais au fur et à mesure de ma lecture, j’ai retrouvé beaucoup de complexité, et il faudra rester bien concentré pour ne pas se perdre.

En effet, l’auteure part dans diverses directions et beaucoup de personnages secondaires viennent étayer son intrigue. J’ai soupçonné beaucoup des personnages, mais j’ai été incapable d’imaginer ce dénouement.

La fin nous livre toutes les explications nécessaires. L’auteure a su créer des personnages très denses, et elle a eu un véritable talent pour maintenir le suspense jusqu’au dénouement. Malgré ces petits moments où je me suis parfois sentie un peu perdue, j’ai trouvé ce roman réussi.

La plume de l’auteure est très fluide. Les pages défilent et les chapitres sont courts, ce qui rythme l’histoire. Je n’ai pas ressenti de longueurs lors de ma lecture, même si par moments, il peut sembler que l’intrigue s’éparpille quelque peu.

Un thriller complexe, qui maintien le suspense jusqu’au dénouement.

Ma note : 16/20

Contemporain

Les ricochets de la vie

Les ricochets de la vie de Dany Rousson

  • Auteur : Dany Rousson
  • Titre : Les ricochets de la vie
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Les Presses de la Cité
  • Nombre de pages : 240
  • Parution : 23 juin 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Été 1986. Fanny et Nans doivent passer un mois de vacances improvisées à L’Isle-sur-la-Sorgue chez leurs grands-parents, Jacquotte et Max. Les enfants les connaissent à peine car leur mère s’est éloignée de ses parents depuis longtemps, en particulier de son père. Si la généreuse Jacquotte veut donner le meilleur d’elle-même, elle use les petits par son énergie ; Max, lui, est distant, taiseux. Seul l’oncle Christophe égaye leurs journées en les emmenant voguer sur sa barque provençale.
Un jour, les enfants font une découverte qui va tout changer : dans un placard interdit, un magnifique portrait peint signé Max. Nans, passionné de dessin, va vouloir se rapprocher de ce grand-père artiste. Mais pour décadenasser son cœur, celui-ci acceptera-t-il de s’ouvrir et de révéler ses secrets, qui ont bouleversé la vie des siens ?

Solaire et généreux, un roman sur la force des liens familiaux à l’épreuve du passé.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Presses de la Cité pour leur confiance.

Juillet 1986. Nelly et Bertrand, qui résident à Lille, ont énormément de travail. Ne pouvant s’occuper de leurs deux enfants Nans et Fanny pendant l’été, ils décident de les envoyer chez leurs grands-parents maternels à L’Isle-sur-la-Sorgue. Si Jacquotte semble plus que ravie d’accueillir leurs petits-enfants, il semblerait que Max soit plus réticent. Et pour cause, la relation avec sa fille Nelly est en froid depuis plusieurs années.

Si en débutant ce roman, j’ai d’emblée su que j’allais accrocher à ce que proposait l’auteure, je dois pourtant avouer ne pas avoir imaginé que ce récit me plairait tant. C’est un coup de cœur que j’ai eu pour cette histoire tout en tendresse et en sensibilité. L’auteure propose un roman terriblement touchant et aborde des thématiques très variées.

Dès le départ, je me suis interrogée quant aux raisons du caractère un peu bougon de Max. Bien évidemment, la réponse arrive assez rapidement et le lecteur pourra comprendre ce qu’il s’est passé des années auparavant, et pour quelles raisons Max et sa fille se parlent à peine.

Je ne peux pas vous parler ici de certaines des thématiques abordées par l’auteure sous peine de vous spoiler. Mais ce que j’ai particulièrement apprécié, c’est la place aux liens familiaux qu’elle a su mettre en avant dans cette histoire. Peu à peu, les liens se tissent entre les générations et c’est très émouvant.

Certains passages m’ont profondément bouleversée. J’ai trouvé que l’auteure avait réussi à faire passer les diverses émotions, et à bien brosser ses personnages, avec beaucoup de relief.

La plume de l’auteure m’a plu énormément. Allant à l’essentiel, Dany Rousson sait explorer les sentiments avec acuité. Les chapitres sont de taille moyenne et à l’aide de beaucoup de retours en arrière, l’histoire prend forme, le lecteur découvre les éléments du passé.

Un roman d’une grande tendresse, qui m’a bouleversée à maintes reprises. L’auteure propose ici un roman empli de sensibilité et très émouvant. C’est à découvrir sans hésiter.

Ma note : 18/20

Science-fiction

Digital way of life

Digital way of life d’Estelle Tharreau

  • Auteur : Estelle Tharreau
  • Titre : Digital way of life
  • Genre : Science-fiction
  • Éditions : Taurnada
  • Nombre de pages : 153
  • Parution : 9 juin 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Serons-nous l’esclave de notre assistante de vie connectée ?
Nos traces sur le Net constitueront-elles des preuves à charge ?
La parole et la pensée deviendront-elles pathologiques à l’heure de la communication concise et fonctionnelle ?
Qu’arrivera-t-il si les algorithmes des moteurs de recherche effaçaient des pans entiers de notre mémoire collective ?

Autant de questions parmi d’autres, qu’Estelle Tharreau soulève dans Digital Way of Life, ce nouvel « art » de vivre numérique qui place l’homme face au progrès et à ses dérives.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Taurnada pour leur confiance.

Dans ce recueil de nouvelles, Estelle Tharreau va imaginer un monde futur régi par les nouvelles technologies, mais surtout, elle va mettre en exergue les diverses dérives qui pourraient en découler.

Estelle Tharreau s’essaie dans un tout nouveau genre, et je peux dire que c’est une véritable réussite. L’exercice des nouvelles n’est pas aisé, puisque l’auteur doit, en très peu de pages, poser un décor et offrir un dénouement rapide. Ici, Estelle réussit cela avec brio.

Toutes les nouvelles m’ont intéressée. Bien évidemment, certaines davantage que d’autres. Mais elles ont toutes en commun un postulat de départ en rapport avec les nouvelles technologies et les dérives qu’elles pourraient entraîner. Cela peut parfois donner des récits très effrayant, et Estelle a réussit en très peu de pages à poser son décor et à proposer un univers très riche.

Mais surtout, ce qui m’a beaucoup plu, et que je ne retrouve pas toujours dans les recueils de nouvelles, ce sont les dénouements que propose Estelle. Ils sont très bien travaillés.

La plume de l’auteure est addictive. Les nouvelles sont assez courtes mais très denses. J’ai retrouvé beaucoup d’originalité dans ce que propose l’auteure.

Un recueil de nouvelles qui paraît effrayant à bien des égards. Grâce à une plume fluide, tous les récits m’ont paru très bien réalisés. À découvrir.

Ma note : 16/20

Contemporain

Le jeu des si

Le jeu des si d’Isabelle Carré

  • Auteur : Isabelle Carré
  • Titre : Le jeu des si
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Grasset
  • Nombre de pages : 288
  • Parution : 18 mai 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Il y a ceux qu’on vient toujours chercher dans les gares, les aéroports, et puis ceux qui plongent seuls dans les souterrains du RER ou partent en trainant leurs valises à la recherche d’un bus, d’une voiture… A l’aéroport où son fiancé était censé l’accueillir, Elisabeth ne voit personne. Désemparée, elle hésite, puis avise le dernier taxi en vue. Le chauffeur tient une pancarte au nom de la cliente qui décidément n’arrive pas  : Emma Auster.

Ce nom si romanesque est un déclic : Que se passerait-il si Elisabeth prenait sa place ? Et si c’était enfin l’occasion de réaliser un vieux songe : changer vraiment de vie, au lieu de n’en donner l’illusion en jouant mille personnages… Qui d’entre nous n’a pas pensé, quitter la ville pour se fondre dans le paysage, disparaître pour se réinventer. Et la voilà partie pour vivre une vie qui n’était pas la sienne.

Peut-on devenir l’autrice de sa propre existence, ou le réel nous rattrape-t-il inéluctablement ? Un vertigineux jeu de miroir où les strates de la fiction se déplient et se répondent, dessinant un portrait de femme multifacettes. Une femme singulière et universelle, celle qui au fond de nous n’en finit pas de se chercher et d’imaginer un ailleurs…

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Grasset pour leur confiance.

Elisabeth arrive à l’aéroport où elle attend que Martin, son fiancé, vienne la chercher. Pourtant, l’homme n’est pas au rendez-vous. Elle aperçoit alors un chauffeur avec une pancarte sur laquelle est inscrit le nom d’Emma Auster. Elisabeth décide alors de prendre la place d’Emma et voir où cela pourrait la mener. Elle arrive donc dans une famille pour être la nounou des enfants et s’adonner à sa passion, qui est la photographie.

Ce roman m’a laissé un petit passage à vide vers le milieu, mais dans l’ensemble, j’ai su l’apprécier. Effectivement, si j’ai été conquise par la première partie, dans laquelle l’auteure nous raconte le nouveau quotidien du personnage principal, je ne peux pas en dire autant de la deuxième partie du roman, dans laquelle je dois bien avouer que l’auteure m’a perdue à maintes reprises. La dernière partie a de nouveau su capter mon intérêt et au final, je reste sur une bonne impression.

J’ai trouvé le postulat de départ original et la fuite en avant d’Elisabeth m’a beaucoup intriguée. J’ai découvert peu à peu les raisons qui l’ont poussée à prendre la décision de changer totalement de perspective. Elle s’accommode finalement assez rapidement à son nouvel environnement. S’il est vrai que j’ai parfois trouvé ce personnage un peu linéaire, j’ai tout de même trouvé que l’auteure avait su très bien la dépeindre.

Ce sera la deuxième partie qui m’aura quelque peu perdue. Sans trop en dire pour ne rien spoiler, je me suis sentie déroutée. Malgré tout, la plume de l’auteure fait que les pages défilent.

Dans la troisième partie, j’ai beaucoup apprécié le dénouement, que j’ai trouvé tout en sensibilité. Finalement, dans l’ensemble, ce roman m’a bien plu.

La plume de l’auteure est tout en sensibilité. J’aime énormément sa façon de nous raconter des histoires. Elle sait capter mon intérêt et je ne vois pas les pages défiler. Le roman est donc divisé en trois grandes parties et les chapitres sont de taille moyenne.

Un roman original, mais qui m’a un peu perdue dans sa deuxième partie. Malgré tout, grâce à la plume élégante de l’auteure, je n’ai jamais ressenti d’ennui.

Ma note : 16/20

Thriller

La preuve des contraires

La preuve des contraires de Caitlin Wahrer

  • Auteur : Caitlin Wahrer
  • Titre : La preuve des contraires
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Sonatine
  • Nombre de pages : 464
  • Parution : 16 juin 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Octobre 2015. Le téléphone sonne chez Julia et Tony Hall, qui vivent une existence paisible dans leur grande maison du Maine. Tony répond puis se rue au chevet de son frère, Nick. Celui-ci vient d’être admis aux urgences après avoir été violemment agressé la veille par un inconnu rencontré dans un bar. Le monde de Tony s’effondre. Et plus encore lorsque l’inspecteur Rice, chargé de l’enquête, commence à douter du témoignage de Nick. Si Tony est prêt à tout pour sauver son frère, Julia, elle, est prête à tout pour sauver son mari à la dérive.

Février 2019. Le téléphone sonne à nouveau chez les Hall. Au bout du fil, l’inspecteur Rice, à qui Julia n’a pas parlé depuis des années. À la retraite, malade, celui-ci demande à la voir. Il a des révélations à lui faire sur cette affaire qui n’a cessé de l’obséder, des révélations qui vont remettre en question toutes les apparences.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Sonatine pour leur confiance.

Octobre 2015. Tony et Julia vivent paisiblement auprès de leurs deux enfants. Pourtant, un jour, tout bascule. Tony est appelé en urgence pour rejoindre son petit frère à l’hôpital. Ce dernier a été violemment agressé. Il va alors s’ensuivre une enquête et un long procédé juridique pour faire justice. C’est l’inspecteur John Rice qui va s’occuper de cette affaire. Quatre ans plus tard, ce même inspecteur va demander à s’entretenir avec Julia. Tout semble remis en question et il semblerait y avoir une autre vérité.

C’est un roman psychologique très réussi que nous propose ici l’auteure. Je l’ai trouvé très abouti, notamment grâce à des personnages très denses et réalistes, ainsi qu’une montée de tension très maîtrisée.

Il est vrai que l’intrigue de ce thriller est très lente à se mettre en place. Il ne faut surtout pas vous attendre à un rythme trépidant, sous peine de vous retrouver déçus. Ici, ce qui va primer, c’est le talent de l’auteure à approfondir le caractère des personnages. Tout passe par le côté psychologique.

C’est peu à peu que l’on découvre cette famille, les liens qui unissent chacun d’entre eux. J’ai été particulièrement émue par la relation des des deux frères, Tony exerçant un véritable sentiment de protection envers Nick.

L’intrigue va tout en douceur, mais l’auteure a amené son histoire là où je ne m’y attendais pas. Elle a donc réussi à me surprendre avec sa révélation finale. Les personnages sont d’une rare densité, et il faut bien dire que tous les ingrédients d’un excellent thriller psychologique sont réunis.

La plume de l’auteure est très fluide. J’ai particulièrement apprécié le schéma narratif, consistant à alterner les points de vue entre Nick, Tony, Julia et John. D’autre part, c’est un récit à double temporalité que propose ici l’auteure, avec la partie au passé et la partie au présent, ce qui permet au lecteur de découvrir peu à peu ce qu’il s’est réellement passé.

Un thriller psychologique qui prend le temps de se mettre en place et dans lequel les personnages sont d’une grande densité. Malgré un rythme qui peut paraître un peu lent, l’auteure a réussi à me surprendre et j’ai trouvé ce roman très abouti. À découvrir.

Ma note : 17/20

Thriller

Omerta

Omerta de R. J. Ellory

  • Auteur : R. J. Ellory
  • Titre : Omerta
  • Genre : Sonatine
  • Éditions : Sonatine
  • Nombre de pages : 600
  • Parution : 2 juin 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Écrivain à la dérive, John Harper vient d’apprendre une nouvelle qui le bouleverse : son père, qu’il n’a jamais connu et croyait mort depuis longtemps, est bel et bien en vie. Il se trouve dans un hôpital de Manhattan où l’on vient de le transporter, à la suite de graves blessures par balles. John n’est cependant pas au bout de ses surprises : son père n’est pas n’importe qui, puisqu’il s’agit de Lenny Bernstein, l’un des pontes de la mafia new-yorkaise. Bien vite, John va découvrir que si son passé a été bâti sur des mensonges, son présent l’est tout autant. Pour démêler le vrai du faux, il va devoir se confronter à une énigme insoluble : quel genre d’homme est vraiment son père ?

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Sonatine pour leur confiance.

John Harper réside à Miami, où il mène un quotidien paisible en tant que rédacteur pour un magazine. Auteur d’un roman, il peine à renouveler ce succès. Lorsque sa tante le contacte depuis New-York, pour le jeune homme, c’est un choc. En effet, son père, qu’il croyait décédé depuis des années, est victime de graves blessures par balles. John va devoir alors apprendre à connaître ce père dont il ignore tout, et ce qu’il va découvrir va le faire rentrer dans un engrenage terrifiant.

Lorsque j’ouvre un roman de Ellory, je sais que je vais y retrouver une grande profondeur dans les personnages, notamment, et une intrigue palpitante qui va me tenir en haleine tout au fil des pages. Ici, cet opus ne va pas déroger à la règle. Je me suis totalement attachée à John, qui va porter l’histoire à lui-seul. Il est impossible de ne pas ressentir d’empathie pour ce personnage à la recherche désespérée de ses origines.

L’auteur crée une intrigue glaçante, dans laquelle les personnages secondaires ont tous bien des secrets à cacher. Tout au fil des pages, j’ai craint pour John, qui va se retrouver bien malgré lui prit dans un engrenage duquel il aura bien du mal à s’extirper.

Ellory va prendre son temps pour nous présenter les personnages, ce qui les relie entre eux. Le rythme est lent et il ne faut pas s’attendre à un thriller qui va à toute vitesse, bien au contraire. Cela ne m’a pas du tout gênée dans ma lecture. J’ai trouvé que l’auteur avait un réel talent afin de faire monter la tension.

La plume de l’auteur est très fluide. John porte l’histoire et Ellory a su en faire un personnage principal profond, avec ses failles et ses doutes. Les chapitres sont de taille moyenne, et ce roman est un petit pavé de 600 pages. Pourtant, je n’ai pas vu défiler les pages, et je n’ai jamais ressenti un quelconque ennui.

Un roman qui prend le temps de se mettre en place, dans lequel la tension monte peu à peu, pour un final où tout s’accélère. Une excellente lecture que je vous recommande.

Ma note : 17/20

Thriller

L’homme du grand hôtel

L’homme du grand hôtel de Valentin Musso

  • Auteur : Valentin Musso
  • Titre : L’homme du grand hôtel
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Seuil
  • Nombre de pages : 368
  • Parution : 3 juin 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Cape Cod, Massachusetts.Écrivain mondialement célèbre, Randall Hamilton se réveille dans la chambre d’un hôtel luxueux avec vue sur l’océan. Le problème, c’est qu’il ignore totalement pourquoi il s’y trouve et comment même il est arrivé là. Pire, il semble avoir tout oublié de sa propre existence, y compris le fait qu’il est l’auteur de plus de quarante romans.

Boston, Massachusetts. Vivant de petits boulots, le jeune Andy Marzano passe tout son temps libre à écrire des romans dans son studio. La tête pleine de rêves de gloire et de reconnaissance, il collectionne surtout les lettres de refus des agents littéraires. Conscient de son cruel manque d’inspiration, Andy s’ingénie à piller la vie de son entourage. Mais un jour il franchit la ligne rouge en séduisant une jeune comédienne, Abigaël, dans le seul but de se nourrir de leur relation et de servir son ambition. En voulant diriger les autres comme de simples personnages, il s’apprête à provoquer des drames irréparables…

Un auteur couronné de succès, un apprenti écrivain miné par les échecs : les deux hommes ignorent tout l’un de l’autre. Pourtant, leurs destins sont inexorablement liés et leurs routes ne tarderont pas à se croiser. Pour le meilleur, et surtout pour le pire.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions du Seuil pour leur confiance.

Cape Cod. Randall est un écrivain à succès qui va se réveiller dans une chambre du Grand Hôtel. Le problème, c’est qu’il ne se souvient de rien. Il est incapable de se souvenir de ses succès littéraires ni de comment il s’est retrouvé dans cette chambre. Andy, quant à lui, réside à Boston et est un auteur en manque d’inspiration. Il rêve de devenir un grand écrivain. Pour essayer d’écrire une histoire originale et authentique, il va décider de s’inspirer des évènement qui jalonnent son quotidien. Il va ainsi connaître Abigaël, une jeune femme avec qui il va débuter une histoire d’amour, et ensuite s’en inspirer pour créer un roman.

Inutile de tergiverser, cette lecture a été une réussite totale, que ce soit au niveau de l’intrigue comme au niveau du suspense, rondement menés tous deux par l’auteur. J’ai été baladée de page en page, et je n’ai pas imaginé cette révélation finale et ce dénouement totalement inattendu.

Il est vrai que Valentin Musso va prendre son temps pour poser les bases de son histoire et nous présenter le quotidien des deux personnages que le lecteur suivra tout au fil des pages. Mais ces bases sont nécessaires et ce sont elles qui permettent de se retrouver totalement bluffé par la fin.

J’ai suivi avec beaucoup de curiosité le quotidien de Randall, pour qui j’ai ressenti beaucoup d’empathie. L’homme ne se souvenant de rien, il se retrouvera totalement perdu. D’autre part, l’histoire d’Andy m’a tenue en haleine et je me suis demandée tout au long de l’intrigue si les deux histoires finiraient par se rejoindre.

Je ne peux bien évidemment ne pas en dévoiler davantage sous peine de vous spoiler, mais je dois dire que le dénouement m’a complètement bluffée. J’ai eu les réponses à tous les mystères et je n’ai pu que constater le talent véritable de l’auteur à créer une intrigue qui tiendra en haleine ses lecteurs.

La plume de l’auteur est addictive. Le style est fluide et la construction du roman est judicieuse. En effet, les chapitres alternent entre le quotidien de Randall et celui d’Andy. Pour ma part, je n’ai ressenti aucun ennui, aucune longueur.

Un roman qui m’a bluffée, de par un dénouement très inattendu et par une montée du suspense très bien gérée. À découvrir sans hésiter.

Ma note : 19/20

Contemporain

Le café suspendu

Le café suspendu d’Amanda Sthers

  • Auteur : Amanda Sthers
  • Titre : Le café suspendu
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Grasset
  • Nombre de pages : 234
  • Parution : 4 mai 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

«  Lorsqu’on commande un café à Naples, on peut en régler un second qui sera offert à qui n’aura pas les moyens de s’en payer une tasse. Il est indiqué sur l’ardoise du bar comme un café sospeso  : un café suspendu. Voici un récit composé de sept histoires que j’ai recueillies par bribes au café Nube pendant les quarante dernières années. Toutes sont liées par ce fil invisible qu’est le café suspendu.  Du côté de celui qui offre comme de celui qui reçoit, la vie passe dans cette tasse…  »

Le narrateur, Jacques Madelin, un Français installé à Naples après une déception amoureuse, passe le plus clair de son temps installé au café, juste en bas de chez lui, à prendre des notes en observant les personnes qui se croisent, se cachent ou se cherchent, les rencontres amoureuses ou amicales qui se tissent. La peau d’un crocodile de légende transformée en un étrange sac, une femme trompée qui s’arrange avec la maîtresse de son mari pour garder ce dernier, une jeune femme qui doit se débarrasser du foulard légué par sa grand-mère pour retrouver le goût de vivre, un écrivain aux mille visages, un homme qui a peur de dormir, et même un médecin chinois qui veut soigner les gens en bonne santé…

Tout en racontant des histoires pleines d’humanité, de fantaisie, de souvenirs, de récits historiques, légendaires ou imprégnés de psychanalyse, Jacques dessine au fil des pages un bouleversant autoportrait. C’est aussi un livre sur la charité, sur la manière dont la prodigalité se répercute sur nos destins.

Le talent de conteuse d’Amanda Sthers fait merveille, alliant grâce poétique, peinture des sentiments et évocation d’une ville à l’atmosphère unique.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Grasset pour leur confiance.

À Naples, dans certains cafés, lorsque l’on commande un café, on peut en laisser un payé à l’ardoise, pour que quelqu’un qui n’a pas les moyens de s’en offrir un puisse profiter de la générosité des autres. C’est ce que l’on appelle la tradition du café suspendu. Jacques Madelin réside à Naples depuis des années, suite à une déception amoureuse. Caricaturiste de son métier, il s’assoit toujours au café Nube et observe les autres avec son regard affûté. Il va ainsi nous offrir quelques tranches de vies.

Ce petit roman, qui s’apparente à un recueil de nouvelles, suit pourtant constamment un fil rouge, à savoir le décor et la tradition du café suspendu. Jacques va observer ce qu’il se passe autour de lui et au travers des yeux de ce personnage touchant, l’auteure va nous livrer des textes d’une grande qualité.

Je dois avouer avoir été quelque peu déroutée par le ton des premières nouvelles, parfois étrange mais toujours poétique. Les histoires livrées sont d’une grande originalité. Et pourtant, une fois ma surprise passée, je n’ai pu que me laisser porter par ces récits.

Amanda Sthers possède un talent certain de conteuse, et elle a su m’embarquer dans l’univers des personnages qui gravitent autour de ce café. Avec beaucoup d’acuité et énormément de tendresse, elle a su brosser des caractères atypiques et particuliers et j’ai retrouvé une part énorme d’originalité.

Ce qui m’a totalement conquise, ce sont les dénouements soignés que l’auteure propose pour ces courts récits. Chaque petite histoire se termine d’une manière très réussie et ce n’est pas facile avec ce genre littéraire.

La plume de l’auteure est d’une grande qualité. Amanda Sthers possède un style bien à elle et je ressors conquise de par sa manière de raconter. Le recueil est divisé entres les nouvelles qui les composent mais également entre des passages plus personnels sur Jacques.

Un court roman, composé de plusieurs nouvelles de qualité, qui offre une véritable parenthèse de douceur autour de la tradition du café suspendu. C’est une excellente découverte que je vous conseille sans hésiter.

Ma note : 17/20

Historique

Aliénor d’Aquitaine

Aliénor d’Aquitaine de Marie-Noëlle Demay

  • Auteur : Marie-Noëlle Demay
  • Titre : Aliénor d’Aquitaine
  • Genre : Historique
  • Éditions : Les Presses de la Cité
  • Nombre de pages : 224
  • Parution : 5 mai 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Janvier 1200. Aliénor d’Aquitaine, deux fois reine et mère de deux rois, fait son entrée dans la cité de Palencia. Elle vient quérir, au lointain royaume de Castille, l’héritière du trône de France. Un mariage censé sceller une trêve dans la guerre que se livrent Capétiens et Plantagenêts : Urraca, l’aînée de ses petites-filles, épousera Louis le Capétien, fils du roi Philippe Auguste. Mais, défiant l’évidence, Aliénor porte son choix sur la cadette, la rêveuse et profonde Blanca.

Bravant l’hiver finissant, Aliénor va ramener avec elle la jeune fille. Ensemble, elles traversent les Pyrénées pour rejoindre Bordeaux : un aventureux périple de deux mois, durant lequel la grande reine et la jeune infante apprendront peu à peu à se connaître. Un voyage qui accordera une dernière étincelle d’espérance à la vieille reine, et forgera les convictions et le caractère de celle qui deviendra Blanche de Castille, mère de Louis IX, futur Saint Louis…

Suivant le fil de l’Histoire et rebrodant, avec une grande sensibilité, ce que la tapisserie du temps a estompé, Marie-Noëlle Demay raconte, d’avril 1199 à avril 1200, cette année cruciale dans la vie d’Aliénor d’Aquitaine. Mère, amoureuse, stratège, guerrière, visionnaire : une femme hors du commun, magnifiquement contemporaine.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Presses de la Cité pour leur confiance.

An 1200. Aliénor d’Aquitaine, deux fois reine, vient quérir en Castille la future reine de France, promise à Louis VIII. Si au départ, il semble que ce soit Urraca qui est pressentie pour ce mariage, Aliénor va lui préférer sa sœur Blanche. Commence alors un long voyage pour arriver en France, durant lequel Aliénor va s’ouvrir peu à peu à Blanche et se remémorer ainsi les grands événements qui ont jalonné son quotidien.

Marie-Noëlle propose ici un roman qui se déroule en une année, et pourtant, grâce aux nombreux retours en arrière, elle tissera l’histoire d’Aliénor d’Aquitaine. C’est donc un petit roman historique très intéressant, qui permet de revenir sur beaucoup d’événements historiques.

J’ai beaucoup aimé cette lecture et j’ai apprécié le lien qui se tisse entre Aliénor et Blanche. L’auteure réussit à créer un roman historique qui revient sur beaucoup d’événements, mais sans jamais créer d’ennui.

Je n’ai pas vu défiler les pages. Il faut dire que le roman est très court, mais malgré tout, beaucoup de densité apparaît tout au fil des pages.

La plume de l’auteure est d’une grande élégance. J’ai beaucoup aimé le style recherché. Les chapitres sont courts, et chacun débute par une indication spatio-temporelle qui permet au lecteur de situer les endroits par lesquels passent Aliénor et Blanche.

Un roman historique très intéressant, retraçant l’histoire d’Aliénor d’Aquitaine et servi par une plume délicate et très élégante. À découvrir.

Historique

Le cirque des merveilles

Le cirque des merveilles d’Elizabeth Macneal

  • Auteur : Elizabeth Macneal
  • Titre : Le cirque des merveilles
  • Genre : Historique
  • Éditions : Les Presses de la Cité
  • Nombre de pages : 464
  • Parution : 12 mai 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Angleterre, 1866. Nell vit rejetée de tous à cause des taches de naissance qui constellent son corps. Lorsque le Cirque des Merveilles de Jasper Jupiter plante son chapiteau non loin de chez elle, son existence bascule : son père la vend au propriétaire comme nouveau phénomène de foire.

Contre toute attente, la jeune fille voit son horizon s’élargir. Elle se lie d’amitié avec les autres artistes et se prend d’affection pour Toby, le « photographiste ». Elle qui n’a connu que l’obscurité entre enfin dans la lumière et c’est un véritable triomphe. Mais que lui arrivera-t-il le jour où son succès menacera d’éclipser celui de l’homme qui l’a achetée ?

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Presses de la Cité pour leur confiance.

Angleterre, 1866. Nell est une jeune fille qui vit dans l’ombre, complexée par les taches de naissance qui constellent son corps. Lorsque la troupe du cirque de Jasper Jupiter arrive dans son village, son père va décider de la vendre. La jeune fille va alors perdre tous ses repères et elle se verra contrainte à apprendre à connaître ceux qui feront désormais partie de son quotidien.

C’est émue que je referme ce roman fort et abordant une thématique que j’ai peu croisée dans mes lectures. Si j’ai beaucoup aimé cette histoire, je dois tout de même avouer avoir ressenti quelques longueurs durant cette intrigue, peu riche en rebondissements.

En effet, le rythme est très lent. Ne vous attendez surtout pas à une intrigue qui va à toute vitesse sous peine de vous retrouver déçus. Ici, l’auteure instaure une forme de langueur dans son intrigue, en prenant le temps de poser son décor et de nous présenter les personnages qui en font partie.

L’auteure a le sens du détail, et je dois dire que l’univers est décrit avec beaucoup de minutie et de détails. Elle a su créer une galerie foisonnante de personnages, et a su remarquablement les brosser. Si j’ai été déroutée au départ par le rythme très lent de l’intrigue, j’ai finalement su apprécier cette manière si particulière de raconter et ce talent de conteuse que détient l’auteure.

J’ai été très touchée par Nell. L’auteure a su créer un personnage fort et empli de nuances. Elle a su soigner la galerie de personnages qui forment part de cette histoire. La relation de Jasper et de son frère est très complexe, et à l’aide de plusieurs retours en arrière, le lecteur prendra connaissance du passé de ces deux personnages.

La plume de l’auteure est élégante. Les descriptions sont très bien rendues. J’ai beaucoup aimé le schéma narratif, alternant entre les points de vue de Nell, Toby et Jasper. C’est un roman choral que propose ici l’auteure et j’ai trouvé ce procédé très judicieux.m

Un roman très emouvant, servi par une plume minutieuse. Je ressors très touchée par ce roman. À découvrir.

Ma note : 16/20

Historique

Un petit coin de paradis

Un petit coin de paradis de Céline Lemonnier

  • Auteur : Céline Lemonnier
  • Titre : Un petit coin de paradis
  • Genre : Historique
  • Éditions : Librinova
  • Nombre de pages : 139
  • Parution : 7 février 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

En 1941, à l’invitation de son professeur de médecine, Violette pénètre dans le dispensaire de la rue Saint-Louis, à Paris. Malgré les risques qu’elle encoure en exerçant son métier alors qu’elle est juive, la jeune interne s’investit corps et âme auprès des enfants qu’elle soigne.

Alors que Paris s’enfonce dans la violence de l’Occupation, Violette lie son destin à celui d’Alexandre, un maître d’école catholique. Un seul but anime les quelques Résistants qui les entourent : sauver les enfants de la déportation. Violette parviendra-t-elle à préserver sa propre famille ? L’amour suffira-t-il à défier la mort ?

Dans Un petit coin de paradis, Céline Lemonnier fait naître un amour passionné dans les flammes de l’horreur nazie. Bouleversant !

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Librinova pour leur confiance.

Suite au décès de son mari Alexandre, Violette va refaire appel à ses souvenirs afin d’écrire ses mémoires. La vieille femme va se rappeler de l’année 1941, pendant laquelle elle a lutté pour exercer dans la médecine et où elle a fait la rencontre avec Alexandre. À l’époque, Violette et Alexandre firent montre d’un courage hors norme afin de protéger les enfants menacés par la Seconde Guerre Mondiale.

Si j’ai beaucoup aimé cette histoire, je ressors malgré tout déçue par la plume. Ce n’est pas le style qui m’a posée problème, mais les trop nombreuses fautes qui parsèment les pages. Cela m’a souvent gênée et c’est vraiment dommage.

En ce qui concerne l’histoire, j’ai été très touchée par ce court roman qui offre une petite note d’espoir malgré le contexte historique terrible. En effet, grâce au courage de Violette et d’Alexandre, beaucoup d’émotions transparaissent dans ce récit bouleversant.

Je me suis d’emblée attachée à Violette, que j’ai trouvée forte et courageuse. L’auteure a su en faire un personnage charismatique et tout en finesse.

Mais quel dommage. J’ai aperçu beaucoup trop de fautes qui m’ont souvent gênée lors de ma lecture, notamment au niveau des accords et de la conjugaison. La ponctuation m’a également souvent posée problème. C’est vraiment le seul bémol que je trouve à ce court récit, puissant et émouvant.

La plume de l’auteure est malgré tout très agréable à suivre. Avec un style fluide, les pages défilent. Le roman est divisé en deux parties, dans lesquelles le lecteur suit Violette au présent, et Violette pendant le conflit. Bien évidemment, c’est la deuxième partie qui est au centre de cette histoire et le lecteur découvrira peu à peu l’histoire de Violette et d’Alexandre.

Un roman très émouvant, dont j’ai beaucoup aimé l’histoire. Par contre, de trop nombreuses fautes ont ralenti ma lecture.

Contemporain

Un amour

Un amour de Sara Mesa

  • Auteur : Sara Mesa
  • Titre : Un amour
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Grasset
  • Nombre de pages : 208
  • Parution : 4 mai 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Natalia a décidé de changer de vie en emménageant dans un petit village, La Escapa. Traductrice, elle a quitté son quotidien de citadine pour trouver le calme nécessaire à son prochain projet littéraire – et fuir certains fantômes du passé. Dès son arrivée, les relations avec son nouveau propriétaire se tendent. Comme convenu, il lui a trouvé un chien pour lui tenir compagnie, un animal qu’elle décide de nommer Chienlit, mais cela ne compense pas l’état déplorable du taudis qu’il lui loue. D’autant qu’en plus des fissures et des fuites, le malaise de Natalia grandit à mesure qu’elle fait connaissance avec les autres habitants du village.
Il y a tout d’abord Piter, toujours aimable mais étrangement envahissant ; la fille de la supérette qui s’ennuie à mourir à La Escapa ; l’étrange couple de personnes âgées qui habite la maisonnette jouxtant le jardin de Natalia ; et puis Andreas, surnommé « l’Allemand », avec qui la jeune femme va passer un accord ambigu mêlant petits services et rapports sexuels. Alors qu’à La Escapa les rumeurs circulent en silence, c’est tout le village qui est prêt à s’enflammer lorsque survient un terrible accident causé par Chienlit.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Grasset pour leur confiance.

La Escapa. C’est dans ce petit village espagnol, isolé de tout, que se réfugie Nat. La jeune femme a décidé de tout quitter et elle tente de se consacrer pleinement à son travail de traductrice. Elle loue alors une maison à un propriétaire très antipathique. Il lui laissera néanmoins un chien pour lui tenir compagnie. La jeune femme fera la connaissance des autres habitants et ne tardera pas à se rendre compte que tout n’est pas aussi idyllique qu’elle aurait pu l’imaginer.

En voilà un roman particulier, de ceux qui laissent une sensation très âpre une fois la dernière page tournée. Il faut dire que l’auteure n’a rien fait pour rendre les personnages attachants, bien au contraire. Même le comportement de la protagoniste peut paraître exaspérant, de par sa passivité lors des conflits qu’engendre sa venue dans ce village.

L’auteure va livrer une longue réflexion sur la solitude de la protagoniste. Au fil des pages, le lecteur suivra à quel point cet isolement la pousse à faire des choix, qui ne sont pas toujours judicieux. Nat n’a personne à qui demander conseil et se sentira perdue à plusieurs reprises.

Ce que l’auteure a particulièrement réussi à retranscrire dans ce roman, c’est l’ambiance pesante qui règne à La Escapa. Elle a su créer une atmosphère particulière et j’ai ressenti cela pendant toute ma lecture.

J’ai suivi le quotidien de Nat, et je dois dire que l’auteure en a fait un personnage profond et avec beaucoup de relief. Les pensées de Nat sont retranscrites dans le détail et le lecteur suit ainsi l’évolution du personnage tout au fil des pages.

La plume de l’auteure est élégante et tout en finesse. J’ai beaucoup aimé le style, qui m’a permis de ne jamais ressentir un quelconque ennui lors de ma lecture, bien au contraire. Le roman est divisé en trois grandes parties mais le tout reste très fluide.

Un roman original, dans lequel l’auteure a su créer une atmosphère particulière. A découvrir.

Ma note : 17/20

Historique

L’antre des louves

L’antre des louves d’Élodie Harper

  • Auteur : Élodie Harper
  • Titre : L’antre des louves
  • Genre : Historique
  • Éditions : Calmann-Lévy
  • Nombre de pages : 443
  • Parution : 11 mai 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Bienvenue à Pompéi, en l’an 74 avant notre ère. Amara, jeune grecque instruite mais réduite en esclavage après la mort de son père, est vendue à bas prix à un lupanar sordide, l’Antre des Louves, dirigé par Félix, un homme violent et imprévisible.
L’impétueuse Amara comprend vite que la cité a beaucoup d’opportunités à offrir à celles qui savent les saisir. Avec les autres prostituées, qui deviennent sa famille de coeur, elle gravit les échelons d’une société où les hommes détiennent le pouvoir, forçant les femmes à constamment s’adapter pour survivre.
Des ruelles animées de Pompéi aux recoins les plus sombres de l’Antre des Louves, nul n’imagine une seconde que les prostituées connaissent les règles du jeu mieux que quiconque.
Amara va apprendre à utiliser et à contourner les codes de ce monde impitoyable afin de regagner sa liberté.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Calmann-Lévy pour leur confiance.

Pompéi, en 74 avant notre ère. Amara est fille d’un médecin. Instruite, elle vit paisiblement auprès des siens. Lorsque son père décède, sa mère va se retrouver dans la misère et contrainte de vendre Amara. Finalement, la jeune fille sera vendue à Félix, le propriétaire de l’antre des louves, un lupanar sordide. Elle y fera la rencontre d’autres femmes dans sa même situation et pour survivre, elle devra compter sur elles mais également sur sa capacité à s’en sortir.

Ce roman est une véritable pépite, riche en émotions, en aventures et en suspense. Je ne me suis pas ennuyée un seul instant lors de cette lecture bouleversante. Pourtant, au début, j’ai pris un peu peur devant le nombre de personnages qui font leur apparition en début d’intrigue. J’ai pensé que j’allais me perdre, et finalement, il n’en fut rien.

Il faut dire que l’auteure a un véritable talent de conteuse. Si Amara est plus au moins au centre de l’intrigue, ses compagnes d’infortune n’en tiennent pas moins une place très importante.

J’ai trouvé que l’auteure avait su brosser des caractères très différents et chacune des protagonistes devient très attachante. J’ai été bouleversée à maintes reprises.

L’intrigue se renouvelle de page en page. L’auteure a eu une véritable capacité à créer un réel suspense et j’ai eu beaucoup de mal à lâcher ce roman. Les pages ont défilé.

L’amitié entre les protagonistes est très touchante. Elles devront s’unir afin de pouvoir s’en sortir. Elles devront compter les unes sur les autres.

La plume de l’auteure est très fluide. Les chapitres sont de taille moyenne. Je n’ai ressenti aucune longueur, bien au contraire. J’aurais aimé quelques pages de plus.

Un roman bouleversant, servi par des personnages féminins forts et dans lequel l’auteure déroule une intrigue qui maintient le suspense tout au fil des pages. Une véritable réussite.

Ma note : 18/20

Thriller

Les hommes ont peur de la lumière

Les hommes ont peur de la lumière de Douglas Kennedy

  • Auteur : Douglas Kennedy
  • Titre : Les hommes ont peur de la lumière
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Belfond
  • Nombre de pages : 264
  • Parution : 5 mai 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Dans un Los Angeles crépusculaire, le grand retour de Douglas Kennedy au roman noir !

Un après-midi calme et ensoleillé, un bâtiment en apparence anonyme et soudain, l’explosion d’une bombe.

L’immeuble dévasté abritait l’une des rares cliniques pratiquant l’avortement. Une victime est à déplorer et parmi les témoins impuissants, Brendan, un chauffeur Uber d’une cinquantaine d’années, et sa cliente Elise, une ancienne professeure de fac qui aide des femmes en difficulté à se faire avorter.

Au mauvais endroit au mauvais moment, l’intellectuelle bourgeoise et le chic type sans histoires vont se retrouver embarqués malgré eux dans une dangereuse course contre la montre. Car si au départ tout semble prouver qu’il s’agit d’un attentat perpétré par un groupuscule d’intégristes religieux, la réalité est bien plus trouble et inquiétante…

Tout à la fois thriller haletant et chronique d’une Amérique en crise, Les hommes ont peur de la lumière est surtout le puissant portrait d’un homme et d’une femme qui, envers et contre tout, essaient de rester debout.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Belfond pour leur confiance.

Los Angeles. Brendan est chauffeur de taxi pour la plateforme Uber. Il tente tant bien que mal d’ajuster ses finances afin de survivre. Son mariage bat de l’aile et il n’y a que sa fille Klara qui le fait tenir. Un jour, il va prendre pour une course une femme appelée Élise. Lorsqu’il l’a mène à destination, quelques instants plus tard, un homme va commettre un attentat dans ce bâtiment. Brendan va alors apprendre qu’il s’agissait d’une clinique qui pratique l’avortement et qu’Élise assiste les femmes s’y rendant.

Lorsque j’ouvre un roman de Douglas Kennedy, je sais que je vais y retrouver profondeur dans les personnages, ainsi qu’une intrigue captivante. Cet opus ne va pas déroger à la règle, puisque l’auteur a réussi à me maintenir en haleine tout au fil des pages. Il faut dire que Douglas possède un véritable talent à se renouveler à chaque roman. Ici, il signe son retour dans le roman noir.

J’ai été captivée tout au fil des pages, et il est impossible de ne pas s’attacher à Brendan, qui va quasiment porter l’histoire à lui-seul. L’auteur a su en faire personnage très bien dépeint et jamais manichéen. La galerie de personnages secondaires sont très bien décrits eux aussi.

Douglas Kennedy livre ici un roman dans l’air du temps et qui constitue une véritable critique sociétale. L’auteur possède un grand talent de conteur, et j’ai été tenue en haleine tout au fil de cette intrigue, en particulier arrivée vers la moitié de l’intrigue où tout s’accélère.

La plume de l’auteur est addictive. Avec un style simple mais percutant, il a su maintenir mon attention tout au fil des pages. Les chapitres sont de taille moyenne et le récit est narré à la première personne du singulier, sous le point de vue de Brendan.

Un roman noir percutant et captivant, servi par un personnage principal touchant et très bien dépeint. Ce roman est une véritable réussite que je vous recommande.

Ma note : 17/20

Thriller

Requiem des ombres

Requiem des ombres de David Ruiz Martin

  • Auteur : David Ruiz Martin
  • Titre : Requiem des ombres
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Taurnada
  • Nombre de pages : 360
  • Parution : 12 mai 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Hanté depuis l’enfance par la disparition de son frère, Donovan Lorrence, auteur à succès, revient sur les lieux du drame pour trouver des réponses et apaiser son âme.
Aidé par une femme aux dons étranges, il tentera de ressusciter ses souvenirs.
Mais déterrer le passé présente bien des dangers, car certaines blessures devraient parfois rester closes…
… au risque de vous entraîner dans l’abîme, là où le remords et la honte règnent en maîtres.
Où le destin semble se jouer de vous.
Et cette question, qui bousculera sa quête de vérité : peut-on aller à l’encontre de ce qui est déjà écrit ?

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Taurnada pour leur confiance.

Donovan est un écrivain à succès. Il décide rentrer en Suisse pour chercher des réponses sur son passé. En effet, cet homme est hanté par la disparition de son frère survenue lorsqu’ils n’étaient que des adolescents. Les deux frères avaient disparu un soir de brume. Si Donovan a été retrouvé blessé, la police n’a jamais su ce qu’il était advenu de son frère. Donovan va donc décider de retourner sur les lieux de son passé. Aidé par Iris, une jeune femme aux dons très spéciaux, ils vont mener une enquête.

J’ai passé un très bon moment de lecture avec ce nouvel opus de l’auteur, même s’il fait tout de même dire que j’y ai parfois retrouvé quelques petites longueurs et certains passages m’ont paru parfois un peu lents.

En effet, j’ai trouvé que l’histoire tardait un peu à se mettre en place, mais lorsque c’est chose faite, j’ai eu beaucoup de mal à lâcher cette lecture que j’ai trouvée très originale, notamment de par la petite touche de fantastique qu’a apporté l’auteur à son histoire, au travers du personnage d’Iris.

J’ai trouvé que l’auteur avais su créer une véritable atmosphère pesante tout au fil des pages. J’ai soupçonné tous les personnages mais le mystère s’épaississait de plus en plus. Le suspense est très bien maintenu, et ce jusqu’aux toutes dernières pages.

J’ai beaucoup aimé l’amitié particulière entre Donovan et Iris, cette jeune femme étrange, qui est essentielle à l’intrigue et qui aidera cet homme à trouver les réponses qu’il cherche.

La plume de l’auteur est addictive. J’ai beaucoup aimé le style de ce roman, dans lequel l’auteur a eu un véritable talent pour faire monter le suspense au fil des pages. Les chapitres sont de taille moyenne et le tout est narré à la première personne, ce qui donne un meilleur aperçu des ressentis de Donovan.

Un thriller original, de par la petite touche de fantastique présente tout au fil des pages. Si l’intrigue prend un peu de temps à se mettre en place, elle n’en reste pas moins captivante. À découvrir.

Contemporain

Tu seras mon père

Tu seras mon père de Metin Arditi

  • Auteur : Metin Arditi
  • Titre : Tu seras mon père
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Grasset
  • Nombre de pages : 368
  • Parution : 27 avril 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Vérone, 1978. Renato, sept ans, entretient avec son père une relation merveilleuse, que bouleverse l’enlèvement de l’homme d’affaires par un commando des Brigades rouges. Lorsqu’elles le relâchent après paiement d’une rançon, il n’est plus qu’une ombre. Laminé, honteux, il met fin à ses jours. Renato et sa mère s’exilent en Suisse. Le jeune garçon y développe le goût des hautes cimes et celui du théâtre, où il excelle. Mal entendant, il se sent à l’aise dans cet univers où les mots sont connus par avance et où son handicap peut être caché. Dix ans plus tard, pour sa dernière année de scolarité, il est inscrit dans un internat de Lausanne. Il y vit des moments difficiles, croise le professeur Paolo Mantegazza, un Italien, responsable des activités théâtrales, comme lui passionné de haute montagne. Une amitié elle aussi merveilleuse s’établit entre les deux, faite d’admiration réciproque et de grande estime. Renato voit en lui un père de substitution. Très vite, pourtant, on apprend que Paolo Mantegazza n’est nul autre que Paolo Rivolta, un ancien des Brigades rouges dont il était le principal théoricien. Onze ans plus tôt, c’était lui qui avait machiné l’enlèvement du père de Renato.
Que va faire le maître ? Comment va réagir l’élève ? Qu’adviendra-t-il de cette amitié foudroyée ? Quel jeu jouera la belle Josy, maîtresse de l’Italien, qui enseigne le hip-hop à l’Institut ? Une paternité peut-elle se reconstruire ?

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Grasset pour leur confiance.

Vérone, 1978. Alors que Renato n’a que sept ans, son père, un très grand entrepreneur dans le domaine des glaces, va se faire enlever par les Brigades rouges. Francesco sera relâché en échange d’une rançon, mais ce sera un homme défait qui reviendra à la maison. L’homme étant détruit, il va décider de mettre fin à ses jours. Renato ne va jamais s’en remettre. Quelques années plus tard, sa mère décide de l’envoyer en internat en Suisse. Là-bas, il y fera la rencontre de plusieurs amis, mais aussi de deux professeurs, Josy et Paolo. Ce dernier monte des pièces de théâtre chaque trimestre. Peu à peu, Renato va s’attacher à lui, mais lorsque la véritable identité de Paolo apparaît au grand jour, pour le jeune homme, c’est le choc. Pourra-t-il lui pardonner ? En effet, Paolo faisait partie des Brigades rouges, et c’est lui qui avait ordonné l’enlèvement de son père.

Je ressors conquise par ce roman. Je me suis beaucoup attachée à Renato, et c’est avec beaucoup d’émotions que j’ai suivi son parcours, sa reconstruction, mais aussi les trahisons qu’il va subir. J’ai trouvé très intéressante l’évolution du personnage, qui ne reste jamais statique et qui n’hésite pas à se remettre en question.

Les personnages qui évoluent autour de Renato participeront tour à tour à sa reconstruction mais également à le rendre plus fort. Il devra se battre constamment pour se faire accepter par certains élèves de l’internat. Ce personnage est très touchant. Il porte à lui-seul l’histoire, même si la galerie de personnages qui forment également part de cette histoire sont essentiels.

Au travers du personnage de Renato, l’auteur pousse une réflexion sur la capacité de résilience. J’ai été très émue de suivre le parcours du jeune homme et ses divers questionnements suite à la terrible trahison dont il est victime de la part de Paolo.

La plume de l’auteur est très fluide. Je ressors conquise par le schéma narratif proposant des petits chapitres et changeant de décor régulièrement. Les pages ont défilé.

Un très beau roman dans lequel on suit un personnage en reconstruction. Un récit à découvrir sans hésiter.

Ma note : 18/20

Historique

Ce que disent les hirondelles

Ce que disent les hirondelles de Catherine Boissel

  • Auteur : Catherine Boissel
  • Titre : Ce que disent les hirondelles
  • Genre : Historique
  • Éditions : Presses de la Cité
  • Nombre de pages : 444
  • Parution : 7 avril 2022
  • Pour vous procurer ce roman, c’est ici

Résumé

En Normandie, Henri et Pauline forment un couple uni. Mais, en ces années 1930, la vie n’est pas simple. La crise économique a ruiné leur élevage de chevaux, Henri est devenu agriculteur. Un changement qu’il accepte avec philosophie grâce à la tendresse de son épouse. Leurs trois enfants grandissent dans une atmosphère heureuse, et Fanfan, l’aîné, connaît bientôt l’émoi du premier amour.
Mais un événement inattendu vient ébranler leur quotidien. Invité par un ami, Henri part pour Berlin ; dans son journal, il consigne sa découverte horrifiée de l’Allemagne nazie. La déclaration de guerre confirme ses pires appréhensions.
Tandis que sa famille subit l’Occupation, Fanfan, enrôlé le jour de ses vingt ans, est fait prisonnier à Dunkerque. Évadé, résistant, il va tenter de traverser cette période douloureuse en restant fidèle aux valeurs des siens. La guerre les épargnera-t-elle ?
Une chronique familiale passionnante, le destin de héros ordinaires face au souffle de l’Histoire.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Presses de la Cité pour leur confiance.

Brévigny, 1934. C’est dans cette localité du Calvados que résident Pauline, son mari Henri, et leurs trois enfants, François, dit Fanfan affectueusement, Noémie et Simone. À l’heure des premiers émois, Fanfan semble mener un quotidien paisible. Pourtant, lorsqu’il va se heurter au refus de Yolande, son quotidien va se retrouver chamboulé. Quelques temps plus tard, Henri sera invité en Allemagne, chez un ami de longue date. Ce qu’il va y découvrir va profondément le bousculer.

C’est bouleversée que je referme ce roman historique. L’auteure propose ici une chronique familiale à l’aube de la Seconde Guerre Mondiale. Pendant le conflit, les personnages feront preuve d’un courage immense. Je me suis attachée à cette famille et à ses membres et le dénouement m’a chamboulée.

Le début peut paraître un peu long à se mettre en place, puisque l’auteure va prendre le temps de nous présenter le quotidien de la famille avant que n’éclate le conflit. Nous allons ainsi suivre Fanfan et sa déception amoureuse, mais aussi l’évolution de ses deux sœurs. Chacun des personnages a su me toucher et je me suis attachée à chacun d’entre eux.

J’ai retrouvé dans ce récit toute l’émotion que l’auteur a voulu retranscrire. J’ai eu peur à plusieurs reprises pour les personnages. S’il est vrai que le roman peut paraître davantage centré sur Fanfan, l’auteure mettra en avant aussi ses deux sœurs, en particulier Simone.

La plume de l’auteure est d’une grande fluidité. Les chapitres sont de taille moyenne et l’auteure veille à nous fournir une indication spatio-temporelle afin de ne jamais perdre son lecteur.

Un roman où l’émotion est présente à chaque page, avec des personnages vibrants. J’en ressors bouleversée et je vous recommande de découvrir ce roman sans hésiter.

Ma note : 17/20

Thriller

Le siffleur de nuit

Le siffleur de nuit de Greg Woodland

  • Auteur : Greg Woodland
  • Titre : Le siffleur de nuit
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Belfond
  • Nombre de pages : 400
  • Parution : 14 avril 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Ex-super flic de Sydney, Mick Goodenough se retrouve désormais à dresser des P.-V. dans la morne bourgade de Moorabool, en plein bush australien. Mais un jour, l’inspecteur déchu voit ses sens alertés par une série de faits étranges : des animaux qui disparaissent et qu’on retrouve mutilés sauvagement. Des bêtes toujours plus grosses, des sévices toujours plus sophistiqués.

Fraîchement arrivé à Moorabool également, Hal, douze ans, s’inquiète des coups de fil mystérieux que sa mère reçoit le soir. Une voix qui siffle les premières notes d’un tube d’Elvis, avant de raccrocher.

Si la police locale tourne ces appels nocturnes en dérision, Goodenough, lui, prend l’affaire très au sérieux. Avec le jeune Hal, il va se lancer sur les traces d’un danger qui les dépasse et rouvrir les plaies d’un drame non élucidé vieux de vingt ans.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Belfond pour leur confiance.

Moorabool, 1966. Dans cette petite bourgade nichée en plein bush australien, l’agent Mick Goodenough se voit contraint à s’occuper de dresser des P-V, alors qu’il était un policier renommé il y a quelque temps à Sydney. Il semblerait qu’il ne se passe jamais rien dans cette petite localité et pourtant, tout va basculer le jour où il commence à découvrir des animaux sauvagement mutilés. Lorsque Corrie, une jeune femme habitant seule avec ses enfants Hal et Evan, suite aux déplacements professionnels de son mari, vient porter plainte au sujet d’une personne la harcelant, l’agent va prendre cette affaire très au sérieux. En effet, Corrie reçoit régulièrement des appels téléphoniques dans lesquels son interlocuteur siffle une chanson. Que se passe-t-il dans cette bourgade qui semblait si paisible ?

En voilà un excellent roman dans lequel la force réside principalement dans le talent de l’auteur à créer une atmosphère oppressante et pesante. Il ne faut pas s’attendre à une intrigue qui va à toute vitesse, bien au contraire. L’auteur prend le temps de créer une ambiance et d’y plonger son lecteur.

C’est ce rythme assez lent qui m’a posé problème au départ, ne m’attendant pas forcément à cela. Il est vrai qu’à plusieurs reprises j’ai eu la sensation que l’intrigue n’avançait pas. J’ai été quelque peu déroutée au début, mais lorsque le décor est bien installé, j’ai trouvé que le rythme s’accélérait, et au final, cela a été une excellente lecture.

Les personnages sont nombreux et l’auteur prend le temps de nous les présenter afin de savoir ce qui peut les relier les uns aux autres. C’est peut-être ce pan que j’ai trouvé un peu long parfois, mais pourtant, je peux vous dire qu’il est nécessaire. L’auteur a su esquisser des caractères différents et très profonds. Beaucoup ont leurs failles, notamment l’inspecteur Goodenough, que j’ai trouvé très bien dépeint.

Le mystère s’épaissit au cours du roman, et j’ai été surprise par un dénouement que je n’avais pas vu venir. Si le début peut paraître long, une fois dans le roman, il m’est devenu très difficile de lâcher cette lecture.

La plume de l’auteur est très fluide. J’ai trouvé qu’il avait un véritable talent afin de créer une ambiance pesante qui va transparaître à toutes les pages. Les chapitres sont courts, ce qui rythme l’histoire. Malgré le rythme lent que je vous mentionne, je ne peux pas dire m’être ennuyée au cours de ce récit.

Ce roman a été une excellente découverte pour ma part. J’ai trouvé que l’auteur avait su créer une atmosphère pesante tout au fil des pages. À découvrir sans hésiter.

Ma note : 18/20

Thriller

Le dernier des écrivains

Le dernier des écrivains de Gwenaële Robert

  • Auteur : Gwenaële Robert
  • Titre : Le dernier des ecrivains
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Les Presses de la Cité
  • Nombre de pages : 198
  • Parution : 10 mars 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Qu’est-il arrivé à Pierre Le Guellec, nouveau lauréat du prix Nobel de littérature ? Déposé à l’aéroport de Rennes le matin du 8 décembre, il n’est jamais arrivé à Stockholm pour recevoir sa récompense. Enlèvement d’un écrivain devenu soudainement riche et célèbre ? Règlement de comptes entre les derniers terre-neuvas dont il est le descendant ? Disparition volontaire ? Inquiétante ? Définitive ? Marie Rivalain, son attachée de presse, est troublée. Contrainte de rester à Saint-Malo jusqu’au retour hypothétique du romancier, elle découvre la part d’ombre d’un homme qu’elle pensait pourtant bien connaître. Dans un hôtel particulier chargé d’histoire et sur les plages ventées de la cité de granit, Marie part à la recherche de celui que beaucoup considèrent comme « le dernier des écrivains ». Mais chaque nouvel indice ne fait qu’épaissir son mystère.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Presses de la Cité pour leur confiance.

Saint-Malo. L’écrivain local Pierre Le Guellec vient de remporter le prix Nobel de littérature et il doit se rendre en Suède afin de récupérer son prix. Pour cela, il demande de l’aide à Marie, son attachée de presse, qui s’occupe de tout. Pourtant, alors que Pierre devrait être arrivé à destination, il va mystérieusement disparaître. Marie va alors décider de mener l’enquête.

Voilà un roman très immersif et dépaysant. J’ai beaucoup aimé cette promenade littéraire que nous propose l’auteure dans la cité corsaire. Si les mystères du roman sont bien présents, il ne faudra tout de même pas s’attendre à un grand suspense.

Si j’ai eu du mal au début à rentrer dans cette histoire de par les nombreuses descriptions, je me suis laissée par la suite séduire par cette promenade qu’offre l’auteure. Les descriptions des endroits sont faites avec beaucoup de réalisme et sont très précises.

L’auteure ne nous propose pas un suspense insoutenable mais plutôt une intrigue tout en finesse, dans laquelle les éléments se dévoilent au fur et mesure que le lecteur découvre qui était Pierre. J’ai trouvé qu’en peu de pages, l’auteure réussit à maintenir l’intérêt du lecteur. Je dois tout de même dire qu’il y a eu un retournement de situation qui m’a beaucoup surprise.

La force de ce roman réside principalement dans le cadre géographique que l’auteure a choisi pour son intrigue, offrant ainsi de très belles descriptions, mais également dans les personnages, que j’ai trouvés très bien dépeints. Ils vont se dévoiler peu à peu.

La plume de l’auteure m’a beaucoup plu. À la fois élégante et poétique, elle permet au lecteur une véritable immersion à Saint-Malo. Les chapitres sont de taille moyenne.

Un roman d’ambiance, qui offre une belle promenade littéraire. Si les mystères sont bien présents, l’intrigue prend tout de même le temps de se dévoiler par petites touches. Une belle découverte.

Ma note : 16/20

Contemporain

La pie voleuse

La pie voleuse de Elizabeth Day

  • Auteur : Elizabeth Day
  • Titre : La pie voleuse
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Belfond
  • Nombre de pages : 349
  • Parution : 7 avril 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Une rencontre, une maison, un bébé : entre Jake et Marisa, tout va très vite. Mais fonder une famille coûte cher, surtout à Londres, alors les tourtereaux se décident à sous-louer une chambre. Et c’est ainsi que Kate entre dans leur vie.

À première vue, Kate est la locataire rêvée. Mais les jours passent et Marisa commence à ressentir une gêne au contact de cette femme qui prend de plus en plus de place. Sa grossesse la laisse épuisée, et c’est impuissante qu’elle assiste au rapprochement de Jake et de Kate sous son propre toit. La confrontation est inévitable…

Mais qui dit vrai dans cet étrange trio ? Qui est vraiment Marisa ? La rencontre avec Kate était-elle si fortuite ? Et où se situe Jake entre ces deux femmes ? Alors que l’arrivée du bébé est imminente, les passions s’exacerbent et la maison va devenir le théâtre d’un affrontement aussi terrible qu’inattendu.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Belfond pour leur confiance.

Lorsque Marisa rencontre Jake, la jeune femme est comblée. Elle est persuadée de leur amour et tout va alors très vite entre eux. Suite à l’emménagement dans une belle maison, le couple émet rapidement le désir de devenir parents et Marisa tombe enceinte. Malgré tout, cet équilibre va se retrouver quelque peu chamboulé par l’arrivée d’une locataire, Kate. Marisa se sent mal à l’aise en sa présence. Qui est cette jeune femme qui semble s’immiscer un peu trop dans sa relation avec Jake ?

En voilà un roman captivant, et pourtant, le début ne laissait pas présager cela. Effectivement, j’ai eu un peu de mal à rentrer dans cette histoire qui allait un peu lentement. Mais pourtant, un retournement de situation époustouflant va relancer toute l’intrigue.

Le début du roman commence de manière très simple. Un couple qui semble très heureux. Et pourtant, tout va se retrouver chamboulé avec l’arrivée de Kate. J’ai eu une multitude de doutes à son égard, et à la fin de la première partie arrive un retournement de situation incroyable, de ceux qui donnent envie de reprendre le roman depuis le début, pour voir à quel point l’auteure a réussi à nous balader. J’en suis ressortie bluffée.

Évidemment, après cet élément inattendu, l’auteure prend une nouvelle direction pour son intrigue abordant une multitude de thématiques dont je peux rien vous dire sous peine de vous spoiler des éléments importants. Il faut vraiment découvrir cette intrigue.

Les personnages sont remarquablement construits. L’auteure a un vrai talent pour décortiquer les sentiments de chacun. Elle les fait évoluer et il n’y a jamais de linéarité.

La plume de l’auteure est tout en finesse. Le roman est divisé en deux parties bien distinctes, avec entre elles, le retournement de situation bluffant. Les chapitres sont de taille moyenne.

Un roman bluffant, de par l’habileté de l’auteure à créer une intrigue dans laquelle un retournement de situation totalement inattendu fera son apparition. Plusieurs thématiques sont abordées, et je ressors conquise par cette lecture que je vous conseille sans hésiter.

Ma note : 18/20

Contemporain

Le silence des repentis

Le silence des repentis de Kimi Cunningham Grant

  • Auteur : Kimi Cunningham Grant
  • Titre : Le silence des repentis
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Buchet Chastel
  • Nombre de pages : 384
  • Parution : 31 mars 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Cooper et sa fille de huit ans, Finch, vivent coupés du monde dans une cabane dans le nord des Appalaches. La petite fille a grandi au milieu des livres et de la forêt, respectant les dures règles de la vie sauvage. En grandissant, elle cherche à repousser les limites de leur isolement et commence à s’interroger sur le monde extérieur. Hanté par les démons de son passé, Cooper sait qu’il ne peut pas révéler à sa fille les raisons qui ont provoqué leur fuite.
Dans le silence de la forêt, leurs seuls compagnons sont un étrange « voisin » du nom de Scotland, dont l’omniprésence bienveillante ressemble curieusement à une menace, et Jake, un vieil ami de Cooper qui leur apporte des vivres chaque hiver. Sauf que cette année, Jake ne vient pas.

Kimi Cunningham Grant signe un thriller atmosphérique sur le lien familial, les ombres du passé et la rédemption. Elle décrit avec puissance un lieu hors du monde où le moindre son est annonciateur d’un danger, où la nature est aussi bien refuge que prison.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Buchet Chastel pour leur confiance.

Cooper et sa fille Finch, de huit ans, vivent dans une cabane isolée. Le père et la fille sont éloignés de tout et de tous. Aux alentours, il n’y a que Scotland, un homme énigmatique qui semble en savoir long sur les raisons qui ont poussé Cooper à choisir ce mode de vie. Chaque année, Jake, un vieil ami de Cooper, vient livrer des provisions essentielles à leur confort. Pourtant, cette fois, Jake ne sera pas au rendez-vous.

Je ne vais tergiverser bien longtemps, ce roman a tout simplement été un coup de cœur. Je me suis laissée porter par cette histoire emplie de sensibilité mais difficile aussi. L’auteure m’a totalement embarquée dans ce récit que j’ai eu énormément de mal à lâcher.

Il ne faut pas appréhender ce récit comme un thriller, sous peine de se retrouver déçu. Bien sûr, il y a beaucoup de mystères qui parsèment ces pages, notamment la raison du pourquoi Cooper a décidé de vivre isolé de tout auprès de sa fille. Si au début, les raisons semblent floues, on a pourtant peu à peu toutes les réponses aux questions. L’auteure livre les éléments avec beaucoup de parcimonie.

J’ai été très touchée par les personnages, et j’ai été émue par le lien fort entre le père et la fille. Les personnages sont très bien esquissés. J’ai été également très intriguée par Scotland.

Le récit met en exergue toute l’organisation que demande ce quotidien isolé de tout. J’ai trouvé que l’auteure décrivait cela avec beaucoup de réalisme. Je ne me suis jamais ennuyée et pourtant, très peu de personnages forment cette intrigue.

La plume de l’auteure est délicate et très fluide. Le récit est narré à la première personne sous le point de vue de Cooper et le lecteur va ainsi peu à peu découvrir son histoire personnelle au moyen de retours en arrière et à travers ses souvenirs.

Un roman bouleversant, à ne pas manquer, riche en émotions. Les personnages portent ce récit. À découvrir sans hésiter.

Ma note : 18/20

Historique

Les souvenirs et les mensonges aussi…

Les souvenirs et les mensonges aussi… de Karine Lebert

  • Auteur : Karine Lebert
  • Titre : Les souvenirs et les mensonges aussi…
  • Genre : Historique
  • Éditions : Presses de la Cité
  • Nombre de pages : 603
  • Parution : 10 mars 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Honfleur, en 1938, Pauline brave l’opinion publique en épousant Joachim, un réfugié allemand qui a fui la montée du nazisme. Les unions franco-allemandes sont mal acceptées et le couple est mis à l’index. Quand la guerre éclate, Pauline quitte tout pour suivre son mari, entré en clandestinité.

En 1946, dans un Berlin occupé par les Alliés, Hilda, la sœur de Joachim, tombe amoureuse d’un officier français. De cette liaison naît une enfant, Adeline, qui disparaît mystérieusement. Hilda se lance dans une recherche désespérée pour la retrouver.

Soixante-dix ans plus tard, à Cabourg, Valentine et Magda, deux jeunes musiciennes, deviennent inséparables. Valentine est normande et Magda, l’arrière-petite-fille de Pauline, allemande. Intriguée par l’histoire familiale de son amie, Valentine part sur les traces d’Adeline.

Entre passé et présent, souvenirs et mensonges affluent. Commence alors une véritable enquête…

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Presses de la Cité pour leur confiance.

Honfleur, 1937. C’est dans cette localité française que vont arriver Joachim, sa sœur Hilda, et leurs parents, une famille allemande fuyant la montée du nazisme. Pauline, la fille du médecin, va passer de plus en plus de temps avec Joachim, jusqu’à ce que finalement, les deux jeunes gens se rendent compte qu’ils sont tombés amoureux. Suite à leur mariage, la défiance des habitants se fait ressentir.

Je ne livre pas plus de détails sur le synopsis du roman, préférant vous laisser découvrir les événements au fur et à mesure, d’autant plus que l’intrigue est dense et tiendra sur plusieurs générations. L’auteure a su livrer un très beau portrait de femmes, même si parfois il m’a un peu manqué d’émotions, trouvant que le pan historique prenait davantage de place par rapport au pan romanesque.

Pourtant, je dois dire que j’ai trouvé le côté historique de ce roman très abouti et très bien expliqué. Avec beaucoup de détails et de minutie, l’auteure décrit le quotidien de ses personnages. Le roman met un peu de temps à se mettre en place, mais suite à l’histoire d’Hilda, il y a un rebondissement qui rend le livre difficile à lâcher.

La plume de l’auteure est très fluide. J’ai beaucoup aimé le schéma narratif, qui alterne entre plusieurs portraits de femmes, à des époques différentes. Les chapitres sont de taille moyenne. L’auteure veille bien à nous fournir les indications spatio-temporelles en début de chaque chapitre afin de ne pas perdre son lecteur.

Un récit très prenant de par son pan historique décrit avec beaucoup de détails et de minutie. L’auteure livre le portrait de trois femmes courageuses, à des époques différentes. Malgré quelques longueurs, cela a été une bonne lecture.

Ma note : 16/20

Thriller

Le vertige de la peur

Le vertige de la peur de Linwood Barclay

  • Auteur : Linwood Barclay
  • Titre : le vertige de la peur
  • Éditions : Belofnd
  • Genre : Thriller
  • Nombre de pages : 512
  • Parution : 17 février 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Lundi, 8 heures. Plusieurs employés de Cromwell Entertainment empruntent un ascenseur pour rejoindre leurs bureaux situés aux 33e et 37e étages d’un gratte-ciel new-yorkais. Curieusement, la cabine ne s’arrête pas et poursuit sa montée. Avant de lâcher.

Un accident mécanique, tragique et banal. Mais le lendemain, un drame similaire se produit dans un autre building du quartier. Puis un autre le mercredi. La panique s’installe dans Big Apple. Qui peut bien menacer la ville la plus verticale du monde ?

Alors que la population n’ose plus sortir de chez elle, que les services de maintenance sont saturés, que la Bourse dégringole, deux flics désabusés et une journaliste tenace vont s’engager dans une course contre la montre pour résoudre ces affaires avant l’inauguration de la plus grande tour résidentielle de Manhattan, prévue pour la fin de la semaine…

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Belfond pour leur confiance.

New York. Le maire Headley est en alerte, suite à un accident survenu dans un ascenseur de cette ville. Lorsque ces événements tragiques se reproduisent dans d’autres ascenseurs, le maire comprend alors que quelqu’un est forcément impliqué. Que se passe-t-il ?

Voilà un excellent thriller dans lequel le rythme effréné de la narration ne laisse pas de répit à son lecteur. Décidément, l’auteur a un véritable talent pour manier son suspense et le garder intact jusqu’au dénouement, que pour ma part je n’ai pas du tout vu venir.

Plusieurs personnages vont se côtoyer durant ce roman. Notamment Barbara qui est journaliste, ainsi que sa fille Arla, les inspecteurs Bourque et Delgado, qui mèneront une enquête très compliquée à résoudre. Il faut rester attentif au début du roman puisque la sensation que l’intrigue part un peu dans tous les sens est forte. Pourtant, une fois que tous les personnages sont présentés dans l’histoire, les pages défilent.

L’auteur a réussi à créer un suspense efficace et tout au fil des pages, j’ai soupçonné à peu près tout le monde, mais sans jamais trouver qui etait le vrai coupable. Le dénouement est rapide, mais le lecteur a toutes les réponses aux énigmes.

La plume de l’auteur est efficace. Sans digressions et allant à l’essentiel, le rythme est parfait pour un thriller. Pas de répit pendant la lecture. J’ai tourné les pages avec rapidité et je n’ai ressenti aucune longueur. Le schéma narratif est divisé en cinq parties, qui correspondent aux cinq jours de la semaine que dure cette intrigue, jusqu’au dénouement final. Le rythme est donc effréné.

Un thriller très bien mené, et dont le suspense est maintenu jusqu’au dénouement final totalement inattendu. À découvrir sans hésiter.

Historique

Guetter l’aurore

Guetter l’aurore de Julie Printzac

  • Auteur : Julie Printzac
  • Titre : Guetter l’aurore
  • Genre : Historique
  • Éditions : Les Escales
  • Nombre de pages : 329
  • Parution : 10 mars 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Été 1941. Les Brodsky, une famille juive originaire de Russie, ont fui la zone occupée et la menace nazie pour se réfugier dans le sud de la France. Mais, brutalement rattrapés par les nouvelles lois de Vichy, ils se retrouvent en résidence forcée à Saint-Girons, au pied des Pyrénées, dans une grande demeure délabrée.

Peu à peu, la vie s’organise. Esther, l’aînée des enfants de la famille, rencontre Clara. L’heure est à l’adolescence, aux premiers émois et aux grandes amitiés. C’est également le temps de l’engagement dans la Résistance, des luttes pour survivre, mais aussi des rafles… Dans la tourmente, Esther et Clara feront tout pour rester maîtresses de leur destin. Mais c’est compter sans la brutalité de l’Histoire.

Des décennies plus tard, la petite-fille d’Esther, Deborah, surprend sa grand-mère qui, dans un moment d’égarement, crie un prénom : Clara. Mais lorsqu’elle la questionne, Esther se mure dans le silence. Troublée, Deborah va alors tenter par tous les moyens de reconstituer l’histoire de sa famille et de remonter le fil de ce passé si longtemps gardé secret.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Les Escales pour leur confiance.

Meudon. Après plusieurs années passées à Milan, Deborah revient vivre chez Jeanne, sa mère, après une rupture amoureuse. Esther, sa grand-mère, vit également dans cette maison. Lorsqu’elle voit sa petite-fille, Esther va soudainement appeler Clara. Qui est donc Clara, dont ni Deborah ni Jeanne n’ont jamais entendu parler ? C’est ce que va essayer de découvrir Deborah.

Je ressors tout simplement chamboulée et très émue par ce roman profond et bouleversant. Je suis passée par une multitude d’émotions et l’auteure a su, malgré le sujet très difficile qu’elle aborde, garder une touche d’espoir à de nombreuses reprises pendant le récit.

Ici, nous découvrons peu à peu l’histoire d’Esther et de sa famille, en pleine Seconde Guerre Mondiale, alors que la famille se retrouve à Saint-Girons. Le quotidien de la famille est décrit avec beaucoup de réalisme et les relations entre les personnages prend une grande place.

C’est ainsi que l’on suit l’évolution d’Esther, qui est un personnage très fort, mais à la fois fragile. Elle fera la rencontre de Clara et une belle amitié en résultera. On découvre au fil de l’intrigue ce qu’il s’est réellement passé et je dois dire que j’ai été chamboulée tout au fil de ma lecture.

L’auteure mettra en exergue des personnages forts, qui n’hésiteront pas à aider Esther et sa famille. J’ai beaucoup aimé la recherche qu’entreprend Deborah, afin de connaître l’histoire de sa grand-mère pendant cette guerre. Il y a beaucoup de passages qui sont bouleversants.

La plume de l’auteure est tout en délicatesse. J’y ai retrouvé une grande sensibilité et je ressors conquise de par le style de l’auteure. Le roman est divisé en plusieurs parties. Les passages mettant en avant Deborah prennent peu de place dans le roman, mais malgré tout, le lecteur pourra suivre ses recherches.

Un roman bouleversant, servi par une plume d’une grande sensibilité. À découvrir sans hésiter.

Thriller

La quatrième feuille

La quatrième feuille de Christophe Royer

  • Auteur : Christophe Royer
  • Titre : La quatrième feuille
  • Genre : Thriller
  • Nombre de pages : 306
  • Parution : 17 mars 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Aujourd’hui, Sophie a tout pour être heureuse : un mari aimant, une famille attentionnée, une amie fidèle, un travail qu’elle adore et une belle maison sur les rives du lac d’Annecy.
Pourtant, à la veille de sa première exposition photo, plusieurs faits troublants vont faire ressurgir des événements tragiques de son passé…
Un flic détruit par sa première affaire, une bande de copines inséparables, un amour toxique…
Et si le cauchemar recommençait ?

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Taurnada pour leur confiance.

Annecy. Sophie semble être une jeune femme épanouie. Elle est sur le point d’organiser sa première exposition photographique. Pour cela, elle pourra compter sur l’aide de son mari et de sa meilleure amie Carole. Pourtant, lors des préparatifs, Carole va être victime d’une agression. Les événements étranges vont se succéder et Sophie va vite soupçonner une personne de son passé.

J’ai trouvé ce thriller très prenant et très bien réalisé. Pour ma part, j’ai été tenue en haleine pendant toute la durée de l’intrigue. L’auteur ne laisse aucun répit à son lecteur et j’ai particulièrement apprécié le schéma narratif, offrant ainsi deux temporalités, passé et présent, pour l’on puisse comprendre toute l’intrigue.

Je ne veux surtout pas trop en dévoiler sur l’intrigue. Il faut la découvrir au fur et à mesure. Je dois dire que l’auteur a réussit à créer un dénouement surprenant, avec certains éléments inattendus.

La plume de l’auteur est d’une grande fluidité et le suspense est maintenu tout au fil des pages. Je n’ai pas trouvé de longueurs, et surtout, l’auteur prend le temps d’effectuer un dénouement qui permet d’avoir toutes les réponses aux mystères qui parsèment l’intrigue.

Le schéma narratif est particulièrement judicieux, permettant au lecteur de savoir ce qu’il est survenu par le passé. Les indications spatio-temporelles au début de chaque chapitre permettent au lecteur de ne jamais se perdre dans l’intrigue.

Un thriller au rythme effréné, qui maintient le suspense tout au long de l’intrigue. À découvrir.

Ma note : 17/20

Contemporain

On adorait les cow-boys

On adorait les cow-boys de Carol Bensimon

  • Auteur : Carol Bensimon
  • Titre : On adorait les cow-boys
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Belfond
  • Nombre de pages : 187
  • Parution : 17 mars 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

 » Hello, tout va bien ? Ça fait tellement longtemps.  » Lorsqu’elle reçoit cet e-mail de Julia, l’amie et confidente de son adolescence, Cora n’en croit pas ses yeux. Cela fait des années qu’elles ne se sont pas vues, ni parlé. Elle accepte pourtant avec joie l’étonnante proposition de Julia : exaucer une vieille promesse et faire un road-trip dans le Rio Grande do Sul, une région reculée du Brésil. N’est-ce pas là l’occasion idéale de ressusciter leur intimité d’autrefois ?

Mais alors que les kilomètres défilent, rien ne se passe comme prévu. Les villages qu’elles traversent semblent abandonnés et, au gré de motels miteux, Julia se montre de plus en plus distante, plongeant Cora dans un profond malaise. Pourquoi Julia est-elle revenue au Brésil ? Pourquoi a-t-elle insisté pour qu’elles se retrouvent ?

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Belfond pour leur confiance.

Cora est une jeune étudiante brésilienne qui poursuit ses études à Paris. Lorsqu’elle reçoit un message de Julia, une amie perdue de vue pendant longtemps, elle ne va pas hésiter à effectuer le road-trip au travers du Brésil dont elles avaient tant parlé à l’époque de leur amitié. Au fil des routes, les deux amies vont se retrouver.

Je dois avouer avoir eu une petite déception au début de ma lecture, ne m’attendant pas à cela. En effet, le road-trip des deux jeunes femmes prendra davantage de place que ce que j’ai cru au début. J’ai pensé que l’auteure se focaliserait davantage sur les deux personnages féminins principaux, mais cela n’a pas été trop le cas.

Pourtant, je dois également dire qu’une fois cette petite déconvenue passée, j’ai su apprécier ce roman dépaysant et empli d’originalité. Ce qui m’a particulièrement plu, c’est l’invitation au voyage que propose l’auteure et ce périple au travers de beaucoup de localités du Brésil.

J’ai trouvé que l’auteure décrivait avec minutie chaque endroit par lesquels passaient les deux amies. Avec des descriptions très réalistes et un rythme fluide, elle a su maintenir mon intérêt au fil des pages.

Ce que j’aurais davantage apprécié, c’est que l’auteure se focalise davantage sur le caractère des deux femmes et qu’elle brosse mieux ses personnages. J’ai eu l’impression qu’il manquait parfois un peu de densité au récit à ce niveau.

L’auteure a une plume dense mais très fluide. J’ai beaucoup aimé sa manière d’écrire même si parfois je n’aurais pas été contre le fait qu’elle nous fournisse quelques indications dans la temporalité. Avec de nombreux retours en arrière, je me suis parfois sentie un peu perdue.

Un roman qui est une véritable invitation au voyage. L’auteure a un vrai talent pour fournir des descriptions très réussies. J’aurais aimé plus de densité au niveau des personnages, mais cela n’en reste pas moins une bonne découverte.

Ma note : 16/20

Contemporain

Une nuit sans aube

Une nuit sans aube de Benoit d’Halluin

  • Auteur : Benoit d’Halluin
  • Titre : Une nuit sans aube
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : XO
  • Nombre de pages : 342
  • Parution : 10 mars 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Les montagnes des Catskills, au nord de New York. Dans la douceur de l’été indien, un jeune homme se promène sur un pont lorsqu’une voiture se dirige droit sur lui et le percute.

Une maison cossue de la région nantaise. Au milieu de la nuit, Catherine reçoit l’appel d’un inconnu. Il lui apprend que son fils Alexis, vingt-huit ans, est dans le coma. Il a déjà pris deux billets pour New York et propose de venir la chercher. Qui est cet homme ? Que lui cache-t-il ?

Catherine et lui ne se connaissent pas mais ils n’ont plus le choix. Ils doivent se faire confiance. Le début d’un long voyage sur le chemin de la vérité. Au bout d’une nuit qui semble ne jamais vouloir finir.

Mon avis

Je remercie chaleureusement XO Éditions pour leur confiance.

New York. Alors qu’Alexis se promène et doit traverser un pont, il va se faire percuter par un chauffard. Marc va alors appeler Catherine, la mère d’Alexis, qui se trouve en France, pour la prévenir du drame. Alexis est dans le coma. Pour Catherine, c’est le choc. Qui est Marc , qui a l’air de très bien connaître son fils ? Elle va peu à peu découvrir qu’elle méconnaissait beaucoup de pans personnels d’Alexis.

Je ressors chamboulée par ce roman remarquablement construit et abordant des thématiques importantes. Je tiens tout de même à mentionner que pour ma part, j’ai trouvé que ce roman n’est pas à aborder comme un thriller. Il y a effectivement le mystère de qui a percuté Alexis, et tout s’éclaircit en fin de roman, mais ce n’est pas le centre de l’intrigue. Ne partez donc pas avec cette idée pour ne pas vous retrouver déçus.

Ici, l’auteur va plutôt nous livrer une magnifique histoire d’amour et revenir sur le passé des personnages, pour savoir comment ils ont évolué. Ce roman sera donc centré sur deux personnages principaux, à savoir Marc et Alexis, et leur parcours et les épreuves endurées avant d’arriver à leur rencontre.

Je ne voudrais pas en dire plus, de peur de vous spoiler les éléments importants de ce roman. Il faut les découvrir peu à peu. Je peux simplement dire que l’émotion est très présente. L’auteur a su construire deux personnages forts et à la fois fragiles. Les caractères sont très bien dépeints.

J’ai trouvé la construction de ce roman très pertinente. Peu à peu, le lecteur découvre le passé des personnages. Il faut rester concentré au début, puisqu’il y a beaucoup de changements spatio-temporels dans l’intrigue, mais rassurez-vous, l’auteur a bien veillé à nous donner des indications au début de chaque chapitre, afin de ne pas perdre le lecteur.

La plume de l’auteur est élégante. Avec une grande part de poésie et de très belles descriptions des lieux dans lesquels se déroule l’intrigue, Benoit réussit à happer son lecteur. Le tout reste très fluide et j’ai particulièrement apprécié le schéma narratif, consistant à alterner avec les points de vue de Marc, Alexis et Catherine.

Un roman fort, servi par une plume élégante et poétique et qui met en avant deux personnages très bien construits. Beaucoup d’émotions ressortent de ce récit que je vous recommande sans hésiter.

Ma note : 17/20

Thriller

L’étrange traversée du Saardam

L’étrange traversée du Saardam

  • Auteur : Stuart Turton
  • Titre : L’étrange traversée du Saardam
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Sonatine
  • Nombre de pages : 592
  • Parution : 3 mars 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

1634. Le Saardam quitte les Indes orientales pour Amsterdam. À son bord : le gouverneur de l’île de Batavia, sa femme et sa fille. Au fond de la cale, un prisonnier : le célèbre détective Samuel Pipps, victime d’une sombre affaire.
Alors que la traversée s’avère difficile et périlleuse, les voyageurs doivent faire face à d’étranges événements. Un symbole de cendres apparaît sur la grand-voile, une voix terrifiante se fait entendre dans la nuit, et les phénomènes surnaturels se multiplient. Le bateau serait-il hanté, ses occupants maudits ? Aucune explication rationnelle ne semble possible. Et l’enquête s’avère particulièrement délicate, entre les superstitions des uns et les secrets des autres.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Sonatine pour leur confiance.

1634. Le Saardam, navire prestigieux, est prêt à quitter Batavia en direction d’Amsterdam. À son bord, le gouverneur général Jan Haan, son épouse Sara et leur fille Lia. Ils seront bien évidemment accompagnés par d’autres personnages essentiels au bon déroulement du voyage. Juste avant d’embarquer, un individu les met en garde et les avertit de ne pas initier ce voyage. Que se passe-t-il ? L’enquête devra être menée, et le grand détective Samuel Pipps se trouvera à bord également. Pourtant, il est emprisonné et ne pourra donc pas être d’une grande aide.

Je ressors tout simplement captivée par ce roman qui est un véritable voyage littéraire. Décidément, l’auteur a un vrai talent pour créer des histoires atypiques et embourber ses intrigues sans jamais perdre son lecteur. Ici, les mystères se succèdent et l’auteur a prit son temps d’installer une ambiance pesante.

Je dois tout de même avouer qu’au début il m’a fallu un temps d’adaptation, les personnages étant très nombreux. Rassurez-vous, il y a une liste au début du roman, ce qui m’a permis de ne jamais m’emmêler. Ce roman est brillant dans son intrigue, et je me suis demandée comment Stuart Turton allait aborder son dénouement, tant tout cela semblait compliqué.

Et pourtant, l’auteur effectue un dénouement sans faille. Le lecteur a toutes les explications, et surtout la surprise est totale. Je n’ai rien vu venir. Je ne veux pas en dire plus sur tous les mystères de cette intrigue. Il faut les découvrir au fur et à mesure.

Les personnages sont très bien construits. Les caractères sont bien dépeints et l’auteur a su leur donner l’épaisseur nécessaire. Les relations entre eux se dévoilent au fur et à mesure.

La plume de l’auteur est très fluide. Il faut dire que c’est un gros roman, et pourtant, je ne me suis jamais ennuyée. Je n’ai ressenti aucune longueur. Le style est concis et clair.

Un roman empli d’énigmes, totalement captivant, et dont le dénouement surprendra son lecteur. À découvrir sans hésiter.

Contemporain

Des âmes consolées

Des âmes consolées de Mary Lawson

  • Auteur : Mary Lawson
  • Titre : Des âmes consolées
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Belfond
  • Nombre de pages : 267
  • Parution : 17 février 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Tour à tour captivant et sombrement drôle, un roman poignant sur les chagrins, les remords et l’amour qui nous lient, une œuvre lumineuse qui démontre qu’une nouvelle vie est parfois possible.

Postée comme chaque jour derrière la fenêtre du salon, Clara, sept ans, guette le retour de sa sœur et épie l’inconnu qui a investi la maison de la voisine, Mme Orchard.

En plein divorce, au chômage, récemment arrivé dans cette petite ville de Solace et tout juste installé dans la maison que lui a léguée Mme Orchard dont il se souvient à peine, Liam Kane, la trentaine, reçoit la visite de la police. Il semble qu’il soit soupçonné d’un crime.

En fin de vie, Elizabeth Orchard repense à une faute commise il y a trente ans, aux conséquences tragiques pour deux familles et en particulier pour un petit garçon. Elle veut désespérément faire amende honorable avant de mourir.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Belfond pour leur confiance.

Solace. Clara est une petite fille qui regarde tous les jours par la fenêtre. Elle attend le retour de Rose, sa sœur de seize ans, qui a mystérieusement disparu. Madame Orchard, la résidente de la maison d’en face et qui est hospitalisée, lui a donné pour mission de nourrir son petit chat pendant son absence. Pourtant, un jour, la petite Clara va apercevoir un jeune homme emménager dans cette maison. Que se passe-t-il ?

Voilà un très beau roman. J’en ressors très émue et j’ai trouvé que l’auteure a un vrai talent pour approfondir la psychologie de ses personnages. Je suis passée par une palette d’émotions, et j’ai suivi avec intérêt les divers liens qui unissaient déjà certains personnages, et ceux qui, peu à peu, vont se créer.

Chacun a ses peines et ses chagrins et chacun va trouver du réconfort auprès de l’autre. J’ai été très touchée par les personnages, qui ont chacun leurs failles, mais qui vont accepter de se reposer sur ceux qui vont essayer de les aider.

Tout le roman est ainsi construit, passant d’un personnage à l’autre et de leurs liens qui se tissent au fur et à mesure. L’auteure effectuera des retours dans le passé afin de permettre au lecteur de comprendre certaines situations. Le roman est empli de délicatesse et de sensibilité.

La plume de l’auteure est tout en finesse. J’ai beaucoup aimé son style, qui va à l’essentiel. J’ai fortement apprécié le découpage des chapitres, alternant ainsi les points de vue des trois personnages principaux, à savoir la petite Clara, Liam et Elizabeth Orchard. Je n’ai pas ressenti de longueurs et les pages ont défilé.

Un roman tendre et empli de sensibilité. Je ressors conquise par ce récit fort. À découvrir sans hésiter.

Ma note : 17/20

Historique

Le tourbillon des illusions

Le tourbillon des illusions de Marie-France Desmaray

  • Auteur : Marie -France Desmaray
  • Titre : Le tourbillon des illusions
  • Genre : Historique
  • Éditions : Presses de la Cité
  • Nombre de pages : 385
  • Parution : 13 janvier 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Elle embrasse la vie avec fougue, Rose. L’étudiante infirmière nourrit de belles ambitions, au grand dam de sa mère, Louise, Française émigrée au Canada dans les années 1920.
En septembre 1940, la jeune femme, qui veut participer à l’effort de guerre, défie la colère maternelle en s’engageant au sein d’une organisation paramilitaire à Montréal, puis comme infirmière à Londres.
Deux rencontres vont bouleverser sa vie et malmener son cœur : Andrew, séduisant professeur d’université, et Robert, un Québécois dont elle tombe follement amoureuse.
De Winnipeg aux îles de la Madeleine et jusqu’en Angleterre, Rose traversera de nombreuses épreuves.
Un retour aux sources en Vendée, terre de ses ancêtres, en compagnie de sa mère lui donnerat-il, enfin, les réponses qu’elle attend ?

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Presses de la Cité pour leur confiance.

Manitoba, 1938. Dans cette province du Canada, Rose, jeune fille de dix-sept ans, est éprise de liberté. Elle réalise des études pour devenir infirmière. Pourtant, au fil du temps et des rencontres, la jeune fille va prendre une autre direction.

J’ai beaucoup aimé ce beau roman. J’ignorais qu’il faisait partie d’une duologie, mais rassurez-vous, il n’y a aucun problème à les lire indépendamment. Je ne me suis jamais sentie perdue, et je dois dire qu’après avoir découvert cet opus, j’ai très envie de découvrir le premier tome, qui montrera comme la famille de Rose s’est retrouvée au Canada.

Dans ce roman, l’intrigue sera donc axée sur la jeune femme. J’ai trouvé le personnage de Rose fort et tout en nuances. Très vite, je me suis laissée porter par le récit. Je trouve que Marie-France a un véritable talent de conteuse et sait distiller les émotions avec beaucoup de réalisme.

Le parcours de Rose est détaillé tout au fil des pages. Le lecteur pourra suivre l’évolution de ce personnage. Je ne veux évidemment pas trop en dire pour ne rien révéler de l’intrigue mais les rencontres qu’elle fera vont l’amener à se poser des questions.

La plume de l’auteure est très fluide. J’ai beaucoup aimé le découpage des grandes parties du roman, qui permet de se situer historiquement. J’ai été tour à tour émue, bouleversée et intriguée par cette histoire. Je me suis souvent demandée quelle direction prendrait Rose.

Un roman fort, porté par une héroïne charismatique et une écriture tout en sensibilité. Une véritable réussite à découvrir sans hésiter.

Ma note : 17/20

Thriller

30 secondes

30 secondes de Xavier Massé

  • Auteur : Xavier Massé
  • Titre : 30 secondes
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Taurnada
  • Nombre de pages : 248
  • Parution : 17 février 2022
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

30 secondes…
Les 30 dernières secondes les plus importantes de sa vie.
Les 30 dernières secondes de leur vie.
Les 30 dernières secondes dont il arrive à se souvenir.
30 secondes… c’est le laps de temps qu’il leur a fallu pour avoir cet accident.
30 secondes, c’est le temps dont dispose Billy pour retrouver la femme de sa vie… disparue…

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Taurnada pour leur confiance.

Après avoir souffert un accident de voiture auprès de sa compagne Tina, Billy, qui est un grand joueur de football américain, ne va se souvenir de rien. Pourtant, la police est formelle. Le jeune homme était seul dans le véhicule. Billy, quant à lui, en est certain, Tina l’accompagnait et a, par conséquent, disparu. Que s’est-il réellement passé ?

Quelle excellente lecture. Je vous livre ici un résumé succinct de ce roman, la quatrième de couverture n’en disant pas beaucoup non plus. C’est un roman qui se doit d’être découvert pour que les surprises soient totales. Et je peux vous dire que si vous aimez les retournements de situations dans vos lectures, vous allez êtres servis.

Dès le départ, j’ai eu un petit sentiment de confusion lors de ma lecture. Je me suis posée énormément de questions, ne comprenant pas toujours dans quelle direction l’auteur voulait m’amener. Billy revit sans cesse la même journée, à l’aide d’un docteur qui va l’aider à retrouver ses souvenirs au fil de séances exténuantes. Ce début peut donc paraître confus, mais c’est ici que réside tout le talent de l’auteur, puisque de cette manière, le lecteur se laissera berner et ne verra rien du retournement de situation époustouflant qui s’avoisine.

Le schéma narratif est une grande réussite. Le lecteur pourra ainsi suivre les personnages au présent, et faire des bonds en arrière dans la temporalité afin de savoir ce qu’il s’est passé. Passé un peu plus de la moitié du livre arrive une révélation incroyable, et je peux dire que l’auteur m’a totalement surprise, tant je ne m’y attendais pas. Le suspense est maintenu intact tout au fil des pages.

La plume de l’auteur est addictive. Beaucoup de dialogues parsèment cette histoire, qui donne l’impression d’un scénario cinématographique. Je n’ai pas vu défiler les pages et je n’ai jamais ressenti un ennui quelconque. Je ne veux vraiment pas trop en dévoiler de peur de vous spoiler un élément important.

Un thriller addictif et totalement surprenant, notamment de par une révélation inattendue. C’est une véritable réussite que je vous conseille fortement de découvrir.

Ma note : 17/20

Thriller

Le serment

Le serment d’Arttu Tuominen

  • Auteur : Arttu Tuominen
  • Zitre : Le serment
  • Genre : Thriller
  • Éditions : La Martinière
  • Nombre de pages : 448
  • Parution : 16 septembre 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est

Résumé

Une affaire qui semble tristement banale : lors d’une soirée arrosée, un homme en poignarde un autre.

Pour la police, l’affaire est close. Pas pour le commissaire Jari Paloviita.

Ni la victime ni le coupable ne lui sont inconnus : le premier l’a tyrannisé toute son enfance, le second est son meilleur ami. Celui qui lui a sauvé la vie, celui à qui il a fait une promesse il y a plus de vingt ans. Mais que vaut aujourd’hui ce serment ?

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions La Martinière pour leur confiance.

2018. Lorsque le corps poignardé de Rami est retrouvé dans un chalet, il ne fait aucun doute pour la police quant au coupable. En effet, il s’agirait d’Antti. Pourtant, Jari, chargé de cette affaire, ne va pas tarder à se mettre en tête de chercher d’autres pistes. Pour quelles raisons, alors que tout semble clair dans cette affaire, voudrait-il mener son équipe sur d’autres pistes ?

Pour ma part, j’ai trouvé ce roman excellent. S’il est vrai que l’on a tous les éléments dès le départ, et que le suspense ne va pas résider dans le côté enquête, cela n’en est pas moins resté un excellente lecture à suspense, notamment grâce à des retours en arrière qui permettent au lecteur de comprendre la relation des personnages entre eux.

L’intrigue se déroule lentement et l’auteur va davantage s’axer sur les personnages et leurs caractères. Peu à peu, le lecteur connaîtra le passé et l’enfance des personnages, et les liens qui les unissaient.

Il ne faut surtout pas s’attendre à un rythme trépidant, sous peine de vous retrouver déçus. Ici, le rythme est lent, mais finalement, cela ne m’a pas du tout gênée.

La plume de l’auteur est fluide et très agréable à suivre. J’ai beaucoup aimé le schéma narratif. En effet, à l’aide de nombreux retours en arrière, le lecteur pourra suivre l’évolution des personnages. Pour ma part, je ne me suis jamais ennuyée.

Un roman très bien construit, qui mêlé présent et passé, et où les mystères s’éclaircissent au fil des pages. À découvrir sans hésiter.

Ma note : 18/20