Contemporain

Un jour – Rentrée littéraire

Un jour de Maurice Genevoix

  • Auteur : Maurice Genevoix
  • Titre : Un jour
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Plon
  • Nombre de pages : 208
  • Parution : 16 septembre 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé


« Une évidence s’impose : Un jour est un livre parfait. A la fois magistral et délicat, voué à la pénombre peuplée des forêts et des mémoires. Si Maupassant ne s’était pas déjà approprié le titre, Maurice Genevoix eût pu dire : Une vie. Ou : Un homme. Ce sont des titres difficiles à mériter. » François Nourissier Un jour a pour thème la simplicité dans la fraternité : le vieux Fernand d’Aubel, qui est à l’évidence une partie de Genevoix lui-même, se confie à ce dernier le temps d’une journée pendant laquelle les deux hommes parcourent le domaine forestier de d’Aubel. Un jour a la beauté de la simplicité. Une oeuvre intemporelle, un hommage du quotidien à la vie. Un éloge de la poésie. Une ode à la nature.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Plon pour leur confiance.

C’est lors d’une promenade que Maurice va arriver dans la propriété des Vieux-Gués et y faire une rencontre marquante avec d’Aubel. Quelques années plus tard, lorsqu’ils se retrouvent, d’Aubel va proposer à Maurice de passer toute une journée ensemble. Maurice va accepter.

Voilà un très beau roman qui constitue une véritable parenthèse littéraire. Le tout reste très contemplatif, mais l’écriture de Maurice Genevoix est somptueuse et d’une grande élégance.

Je ressors conquise par les descriptions magnifiques de la nature et j’ai apprécié de suivre la journée de Maurice passée aux côtés de d’Aubel. Peu à peu, une relation de confiance va s’instaurer et d’Aubel va se dévoiler par petites touches à son interlocuteur.

C’est très touchant de suivre tout cela. J’ai retrouvé beaucoup d’émotions dans ce petit récit que j’ai trouvé sobre mais très authentique.

Je ressors conquise par la plume de l’auteur. Le lecteur se retrouve en immersion dans cette nature que Maurice a su sublimer avec des descriptions et des mots tout en simplicité.

Un roman qui constitue une véritable parenthèse littéraire. Les descriptions de la nature sont très belles.

Ma note : 18/20

Thriller

Les eaux noires

Les eaux noires d’Estelle Tharreau

  • Auteur : Estelle Tharreau
  • Titre : Les eaux noires
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Taurnada
  • Nombre de pages : 252
  • Parution : 7 octobre 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Lorsque les eaux noires recrachent le corps de la fille de Joséfa, personne ne peut imaginer la descente aux enfers qui attend les habitants de la Baie des Naufragés.
L’assassin restant introuvable, à l’abri des petits secrets et des grands vices, une mécanique de malheur va alors tout balayer sur son passage…
Les révélations d’un corbeau, la détresse d’une mère et le cynisme d’un flic alimenteront l’engrenage de la rumeur, de la suspicion et de la haine.
Joséfa réussira-t-elle à survivre à la vérité ?

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Taurnada pour leur confiance.

Joséfa vit seule avec sa fille Suzy, depuis le décès de son mari. Elles habitent dans une maison isolée, située dans la baie des naufragés. Là, seuls quelques voisins y résident. Lorsque le corps de Suzy est découvert, personne ne semble avoir rien vu. Dès lors, c’est un combat sans fin qui va débuter pour Joséfa et pour retrouver le coupable.

C’est un excellent roman que je viens de découvrir. La plume d’Estelle Tharreau gagne à chaque fois plus de densité au fil de ses publications. Ici, l’atmosphère de son récit gagne en densité au fur et à mesure.

Tout au fil des pages, j’ai ressenti toute la détresse de cette mère qui fera tout pour retrouver le coupable. Le personnage de Joséfa est remarquablement construit. L’auteure a su en faire un personnage profond.

Estelle a su me surprendre et je n’ai pas vu venir le dénouement. Il faut dire que les personnages semblent tous avoir quelque chose à cacher et que tous peuvent paraître suspects. Les histoires personnelles de tous les personnages secondaires se dévoilent avec parcimonie, pour faire monter le suspense.

Ce récit est un véritable roman d’atmosphère. Estelle a su retranscrire une ambiance particulièrement pesante tout au fil des pages. Elle a réussi cela avec brio.

La plume de l’auteure est d’une grande fluidité. Les petits chapitres permettent de rythmer l’histoire et les pages défilent. Le style est addictif.

Un roman à l’atmosphère pesante et très réussi. Chaque personnage est bien construit, et le suspense monte au fur et à mesure, jusqu’au dénouement surprenant et inattendu. À découvrir.

Ma note : 18/20

Contemporain

La grande aventure

La grande aventure de Victor Pouchet

  • Auteur : Victor Pouchet
  • Titre : La grande aventure
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Grasset
  • Nombre de pages : 160
  • Parution : 6 octobre 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

« Le fil c’est peut-être une histoire très simple : tragi-comédie en cinq actes et deux personnages. L’un régulièrement menace de partir. L’autre se contente d’écrire des poèmes, dans l’espoir absurde de l’en empêcher. »

Dans ce roman-poème, Victor Pouchet déroule en vers une histoire d’amour et d’amitié à la fois bouleversante et légère. Celle d’un homme et d’une femme qui se rencontrent, se quittent et se retrouvent. Et des petites et grandes aventures que la vie leur offre – réservoir de joies et batailles inédites.
Avec humour, grâce et musique, Victor Pouchet nous emporte dans un livre plein de trésors et de simplicité. Une grande aventure.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Grasset pour leur confiance.

Un homme, une femme. Tandis qu’elle menace sans cesse de s’en aller, il lui promet un poème par jour dans l’espoir de la garder auprès de lui. Ils se séparent, se retrouvent, se comprennent.

Il s’agit ici d’un roman-poème, et c’est une première pour ma part. Je n’ai jamais découvert un tel genre littéraire, et je dois avouer que cela m’a bien plu. Divisé en cinq actes, presque comme une pièce de théâtre, ce récit décrit une relation entre un homme et une femme.

Le lecteur aura la perspective de l’homme, principalement. Malgré tout, la femme tient sa place également, puisque l’on saura ce qu’elle pense, l’homme insérant dans ses poèmes des dialogues maintenus avec elle.

La plume de l’auteur est tout en douceur. Les poèmes sont très aisés à suivre. Le tout est tendre. Cela se lit d’une traite. La préface signée Hervé le Tellier m’a beaucoup plu également.

Un roman-poème qui m’a conquise. Sous forme de poème, il y a une véritable intrigue, tout en douceur et en poésie. À découvrir.

Ma note : 17/20

Contemporain

Je suis venue te dire

Je suis venue te dire de Cynthia Kafka

  • Auteur : Cynthia Kafka
  • Titre : Je suis venue te dire
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : L’Archipel
  • Nombre de pages : 304
  • Parution : 7 octobre 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Après dix ans d’absence, dans une ultime tentative de s’affranchir de son passé, Rose revient à Chantilly.
Cette fois ci, son géniteur ne pourra pas fuir.
Hospitalisé en soins palliatifs, il devra s’expliquer et vite : ses jours sont comptés.

Mais la situation échappe à la jeune femme lorsqu’elle découvre qu’il ne pourra pas lui répondre, seulement l’écouter. Ses souvenirs de petite fille ainsi que ses choix d’adulte l’aideront-ils à se livrer, à se découvrir, et à enfin se trouver ? 

Et si elle était plus forte qu’elle ne veut bien l’admettre par peur de se décevoir elle-même ?

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions de l’Archipel pour leur confiance.

Chantilly. Après dix ans d’absence, Rose, vingt-huit ans, revient dans cette ville et quitte Bordeaux, où elle y travaillait dans l’épicerie de son compagnon et patron, Éric. Son père est en soins palliatifs et elle veut revenir lui dire ce qu’elle a sur le cœur depuis tant de temps. Son papa ne pourra plus lui répondre, mais elle, de son côté, elle pourra tenter de lui expliquer son silence pendant tout ce temps et tenter de lui pardonner ses absences à lui pendant son enfance. En effet, à l’âge de quatre ans, Rose a perdu sa maman dans un accident de voiture, et son père a été bouleversé au point de laisser sa fille de côté.

Quel roman. Bouleversant, tendre, et empli d’émotions fortes. Cynthia a su me toucher avec une histoire tout en simplicité. Plusieurs thématiques telles que le pardon, la résilience et les remises en question sont présentes.

D’emblée, je me suis attachée à Rose. L’auteure a su en faire un personnage profond. Elle est très bien dépeinte. J’ai ressenti une grande empathie pour elle et pour ses blessures cachées, qu’elle nous dévoile au fil des pages. Les rencontres qu’elle fera vont la changer. J’ai beaucoup aimé le personnage d’Amélia et de son frère, qui m’ont également beaucoup touchée.

La plume de l’auteure est tout en simplicité. J’ai été conquise par le schéma narratif. Rose va raconter ses souvenir d’enfance à son père. À chaque tranche d’âge, elle explique ses peines. Le lecteur pourra donc suivre le parcours de Rose au plus près. Les petits chapitres rythment l’histoire.

Un magnifique roman sur le pardon, la résilience. J’ai été bouleversée à plusieurs reprises. C’est à découvrir sans hésiter.

Ma note : 18/20

Thriller

Proie

Proie de Rachel Abbott

  • Auteur : Rachel Abbott
  • Titre : Proie
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Belfond
  • Nombre de pages : 454
  • Parution : 6 mai 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Quelques mois après la disparition brutale de son mari, Natalie a retrouvé l’amour dans les bras d’Ed, le meilleur ami du défunt. Mais aux effusions des débuts succèdent bien vite les tensions et la conviction que ce dernier cache une personnalité troublée, sombre et inquiétante. Pour protéger Scarlett, sa fille de quinze ans, Natalie décide de fuir Ed pour s’installer dans un immeuble de la banlieue de Manchester. Mais l’endroit est-il réellement sûr ? Alors que mère et fille tentent de se reconstruire dans cette nouvelle vie, des phénomènes étranges surviennent dans l’immeuble ; des bruits que seule Scarlett semble entendre et qui la terrorise… Natalie et sa fille auraient-elles quitté une menace pour une autre, plus terrible et insidieuse encore ?
L’inspecteur Tom Douglas est sur le coup. Mais arrivera-t-il à temps pour les sauver du danger qui se rapproche ?

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Belfond pour leur confiance.

Lorsqu’un matin, Bernie, un sergent de police, sort promener son labrador, un chien qu’il a offert à sa fille Scarlett, il va se faire percuter mortellement par une automobile. Sa femme Natalie, esseulée, va refaire sa vie avec Ed, le meilleur ami de Bernie. Pourtant, elle va découvrir des choses sur lui qui vont l’inciter à prendre la fuite. Elle retrouvera un autre appartement avec sa fille. Bientôt, elles vont s’apercevoir d’évènements étranges. De son côté, l’inspecteur Tom Douglas et sa collègue Becky Robinson vont enquêter sur la mort mystérieuse d’une jeune fille.

En voilà un excellent thriller que je n’ai pas réussi à lâcher et pour cause, je l’ai lu très rapidement. Il faut dire que l’auteure allie tous les ingrédients nécessaires pour en faire un véritable page-turner, et cela a très bien fonctionné pour ma part.

Dès le départ, j’ai été intriguée par tous ces mystères qui surviennent et l’auteure a su doser son suspense, qui monte crescendo au fil des pages. J’ai beau me dire que les apparences sont trompeuses lorsque je lis ce genre littéraire, il me faut reconnaître que l’auteure m’a totalement surprise avec son dénouement.

La plume de l’auteure est addictive. À tel point qu’une fois lancé dans cette lecture, vous aurez énormément de mal à la lâcher. Les petits chapitres rythment l’histoire.

Un véritable page-turner, dans lequel les apparences sont trompeuses et avec un dénouement surprenant. Tous les ingrédients d’un excellent thriller sont présents. À découvrir.

Ma note : 18/20

Contemporain

Les chiens de faïence – Rentree littéraire

Les chien de faïence de Louis Thomas

  • Auteur : Louis Thomas
  • Titre : Les chiens de faïence
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : La Martinière
  • Nombre de pages : 304
  • Parution : 26 août 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Au sein de la famille Dugast, la vie est régie par les habitudes et… les suicides. Depuis plusieurs années les Dugast se donnent la mort les uns après les autres. Coïncidence ? Peu probable. Tradition farfelue ? Peut-être. Art de mourir ? Certainement.
Il y a d’abord le grand-père retrouvé pendu dans la grange, puis la grand-mère qui a foncé dans un arbre en voiture, et ainsi de suite. Tous passent à l’acte, du plus vieux au plus jeune, avec en bout de file : Christophe, le fils de dix-huit ans. Contrairement à sa famille, lui a choisi de vivre. Il rêve d’échapper à ce déterminisme. Mais où aller lorsque l’on ne connaît que le giron familial ? Faut-il vraiment fuir son milieu pour réussir à exister ?

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions La Martinière pour cette lecture.

Dans un village un peu perdu, trois maisons, trois groupes de gens issus tous de la même famille, les Dugast. Au centre, la maison des parents et de leurs enfants, Christophe et Emma. À droite et à gauche, les grands-parents maternels et paternels. Tous semblent vivre tranquillement, jusqu’au jour où le grand-père maternel apparaît mort. Il s’est suicidé. Lorsque la grand-mère en fait de même, Christophe se retrouve bouleversé. Il semblerait que le suicide soit présent partout dans la famille. Christophe se remet en question.

Voilà un roman que j’ai lu d’une traite. Il est assez court, et l’écriture permet de tourner les pages sans s’en apercevoir. Malgré quelques petits bémols, pour ma part, j’ai accroché à cette histoire de non-dits et d’atavisme dans cette famille Dugast. Il n’en demeure pas moins que le tout demeure très contemplatif et il ne faut pas attendre une action trépidante, sous peine de se retrouver déçu.

L’auteur a su créer une famille particulière, vue sous les yeux de Christophe. Dans ce noyau familial, personne ne se parle et chacun souffre de son côté. Suite aux suicides des grands-parents maternels, c’est au tour des grands-parents paternels de décéder des mêmes causes. Christophe, au milieu de tout ces drames, se sent perdu et esseulé. C’est alors qu’il décidera de partir à Paris, chez Suzelle, une vieille amie de sa maman, afin d’échapper à ces drames.

La deuxième partie du roman bascule davantage dans l’absurde avec l’entrée en jeu de Suzelle, personnage totalement fantasque. J’ai trouvé le personnage de Christophe très bien construit, fort et puissant. Je n’arrive pas à classer ce roman, tant il est particulier.

La plume de l’auteur m’a beaucoup plu. Sobre mais directe, j’ai trouvé le style en totale adéquation avec le roman. Les dialogues sont très bien rendus. Le roman est divisé en deux grandes parties, sans une délimitation de chapitres. Ce procédé me dérange a l’accoutumée. Ici, il n’en a rien été.

Un roman très particulier, qui m’a déroutée au départ, mais qui par la suite m’a bien plu. Le récit est porté par un personnage principal très bien dépeint. À découvrir.

Ma note : 17/20

Contemporain

Le sel de la Bretagne

Le sel de la Retagne de Collectif

  • Auteur : Collectif
  • Titre : Le sel de la Bretagne
  • Genre : Nouvelles
  • Éditions : Presses de la Cité
  • Nombre de pages : 304
  • Parution : 3 juin 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Presses de la Cité pour leur confiance.

Dans ce recueil, ce sont plusieurs auteurs qui se sont donnés rendez-vous pour mettre la Bretagne en avant. Au travers de ces textes, la Bretagne y sera tour à tour décrite, aimée.

J’ai beaucoup aimé ce recueil de récits très variés, dans lequel j’ai retrouver quelques auteurs que j’avais déjà lus, et d’autres auteurs que je n’ai encore jamais découvert. Grâce à ces textes, j’ai eu envie de découvrir plus en avant la plume de certains d’entre eux.

Au travers de ces textes, beaucoup d’amour pour cette région y transparaît. C’est vraiment beau, d’une grande tendresse. Les auteurs se livrent pour honorer cette région.

Les plumes sont très variées. Il y en a pour tous les goûts. Je n’ai jamais ressenti de monotonie, bien au contraire.

Un très beau recueil, qui met en avant la Bretagne. Au travers de plumes variées, j’y a ressenti toutes le charme de cette belle région.

Ma note : 17/20

Contemporain

La grande vallée – Rentrée littéraire

La grande vallée d’Édouard Bureau

  • Auteur : Édouard Bureau
  • Titre : La grande vallée
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Cherche Midi
  • Nombre de pages : 448
  • Parution : 19 août 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Quelque part dans les Alpes, la Grande Vallée bat au rythme des saisons. Dans les mois chauds de transhumance, accompagnant leurs bêtes sur les flancs de la montagne, les bergers savourent leurs joies pastorales au milieu de la nature intacte. Le tour d’horizon est somptueux, entre les neiges éternelles qui éblouissent le regard et le vert qui, plus bas, inonde les vallons.

Mais l’arrivée du Grand Batave trouble les cœurs : avec cet homme venu du Nord, c’est le village des Cent-Maisons qui s’industrialise, c’est la nature qu’on transforme. Tous ces bouleversements annoncent-ils vraiment, comme le croit Arno, le petit berger qu’on appelle le Merle, la mort des étoiles et la fin des chansons ?

Alors, il lui faudra lutter, même seul, même contre tous ses amis, même contre ses propres peurs, pour sauver l’âme de ce lieu, pour encore fredonner les mélodies anciennes et pour aimer plus fort la belle Jelena, la tisserande que sa machine a dévorée. S’ensuivront une fuite dans les sommets enneigés, une traque acharnée et surtout l’espérance qu’existe ailleurs un monde meilleur.

La Grande Vallée est un roman initiatique, une fable enracinée, une course folle pour la liberté, un cri d’amour à la nature et surtout, un appel à la vie intérieure.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Cherche Midi pour leur confiance.

Dans les Alpes, la grande vallée. Arno, surnommé Le Merle, et Belej, quant à lui surnommé La Barbe, sont deux jeunes bergers qui emmènent leurs troupeaux en transhumance. Arno est un rêveur invétéré, Belej est plus réaliste. Lorsque le grand Batave s’installe au village, des idées de modernisation plein la tête, pour Arno, c’est synonyme d’un véritable danger.

Quel beau roman, mais quel dommage. Je dis dommage parce que pour ma part, je l’ai trouvé parfois un peu trop long. Ce sera mon seul bémol, et à mon sens le seul élément qui aura fait que ce récit reste une belle lecture mais pas un coup de cœur.

Il faut dire que j’ai beaucoup aimé l’idée de départ de l’auteur. D’emblée, je me suis attachée à Arno, qui est un véritable idéaliste. J’ai trouvé beaucoup d’originalité dans ce livre, c’est le moins que l’on puisse dire. Je n’avais jamais lu un roman de cette dimension. Et si je reconnais un véritable talent à l’auteur, je dois tout de même avouer que parfois, j’ai eu du mal à me concentrer pleinement.

Ce roman est comme une fable, un conte. Beaucoup de thématiques intéressantes y sont soulevées, notamment la nostalgie, les remises en question, et la nature, surtout. Cette nature somptueuse que l’auteur réussit à retranscrire sans peine.

La plume est de toute beauté, c’est indéniable. Pour ma part, j’ai trouvé le rythme trop lent, et l’histoire trop longue. C’est dommage. Si le récit avait été juste un peu plus court, je pense que j’aurais été en mesure de totalement m’imprégner de cette atmosphère créée tout au fil des pages.

Un roman à découvrir, ne serait-ce que pour la plume magnifique de l’auteur et pour cette mise en avant de la nature et des paysages.

Ma note : 15/20

Contemporain

Un tesson d’éternité – Rentrée littéraire

Un tesson d’éternité de Valérie Tong Cuong

  • Auteur : Valérie Tong Cuong
  • Titre : Un tesson d’éternité
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : J. C. Lattès
  • Nombre de pages : 272
  • Parution : 18 août 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Anna Gauthier mène une existence à l’abri des tourments entre sa pharmacie, sa villa surplombant la mer et sa famille soudée.
Dans un climat social inflammable, un incident survient et son fils Léo, lycéen sans histoire, se retrouve aux prises avec la justice. Anna assiste impuissante à l’écroulement de son monde, bâti brique après brique, après avoir mesuré chacun de ses actes pour en garder le contrôle.
Qu’advient-il lorsqu’un grain de sable vient enrayer la machine et fait voler en éclats les apparences le temps d’un été ?

À travers un portrait de femme foudroyant d’intensité et d’émotion, Un tesson d’éternité remonte le fil de la vie d’Anna et interroge en un souffle la part emmurée d’une enfance sacrifiée qui ne devait jamais rejaillir.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions J. C. Lattès pour leur confiance.

Anna est une femme heureuse, mariée à Hugues, et mère de Léo, un adolescent sans problèmes, qui s’apprête à passer son baccalauréat. Pourtant, tout va partir en éclat, lorsque la police sonne un jour chez cette famille honorable. Ils viennent chercher Léo, qui aurait agressé un policier lors d’une manifestation à laquelle il participait. Pour Anna et Hugues, c’est l’incompréhension. Comment leur enfant a-t-il pu dériver à ce point ?

Inutile de tergiverser, ce roman a été un véritable coup de cœur, de ceux qui bousculent et qui bouleversent. Je reste admirative par le talent de l’auteure à analyser les sentiments des personnages avec une acuité remarquable et à retranscrire toutes leurs émotions et leurs questionnements, à l’aide d’une écriture sobre et directe.

D’emblée, je me suis attachée à cette famille, et en particulier à Anna. Il faut dire que cette femme expérimente un véritable bouleversement suite à l’arrestation de son fils, puisque c’est tout son passé qui va ressurgir. Effectivement, Anna va retracer son enfance et son adolescence, et tous les traumatismes qu’elle a subi vont refaire surface suite à la grande épreuve qu’endure sa famille.

Tout au fil des pages, j’ai ressenti la détresse de cette mère de famille, qui désirait avant tout faire table rase de son passé. Elle se retrouve submergée par les mauvais souvenirs et se confronte aux blessures d’un passé qu’elle a cherché à tout prix à oublier.

L’histoire est portée par Anna. Ses états d’âme nous sont décrits et retranscrits de manière remarquable. Ce personnage est très complexe et l’auteure a su créer un caractère fort mais à la fois très fragile. Le lecteur assiste aux chamboulent de cette famille pour laquelle Anna a tout donné.

La plume de l’auteure est à la fois sobre et d’une grande puissance. Elle réussit à évoquer tous les bouleversements avec beaucoup de justesse. J’ai été souvent chamboulée. Pas de chapitres ici. Mais rassurez-vous, je n’en ai pas ressenti la nécessité, ce n’est pas du tout gênant.

Un roman fort et puissant. Au travers d’un personnage féminin tout en nuance, et d’une écriture tout en finesse, j’ai été bouleversée par ce récit. À découvrir sans hésiter.

Ma note : 19/20

Thriller auto-édité

Les sept chapitres

Les sept chapitres de Katell Curcio

  • Auteur : Katell Curcio
  • Tire : Les sept chapitres
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Librinova
  • Nombre de pages : 217
  • Parution : 30 septembre 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Arrivé sur l’île d’Oléron vingt ans plus tôt, Vincent Paune mène une vie paisible et sans histoire. Mais sa vie bascule un soir d’octobre : il se réveille mal en point et désorienté. L’affolement s’empare de lui lorsqu’il découvre son buste recouvert de tatouages ; ces derniers représentent différents lieux et monuments de l’île.

Il se lance alors dans une quête de vérité et se confronte à un ennemi invisible. Au cœur d’une intrigue qui le dépasse, il devra apprendre à regarder au-delà des apparences.

Mon avis

Je remercie chaleureusement l’auteure Katell Curcio pour sa confiance.

Île d’Oléron. Vincent y habite depuis très longtemps et y semble très heureux, notamment grâce à un groupe d’amis soudé, duquel fait également partie son meilleur ami Greg. La routine semble installée. Pourtant, un matin, Vincent va se réveiller quelque peu vaseux et sans se souvenir de la journée et de la soirée précédente. Soudain, il découvre que son corps a été tatoué à son insu et il va y découvrir des sites emblématiques de l’île d’Oléron. Dès lors, il décidera de résoudre ce mystère aux côtés de Greg.

Décidément, Katell a un vrai talent pour créer des intrigues addictives et ce n’est pas avec cet opus qu’elle va déroger à la règle. J’ai passé un excellent moment de lecture et je me suis laissée entraîner par tous ces mystères, jusqu’au dénouement final totalement inattendu. Du coup, pour ma part, ce thriller est complètement réussi, puisqu’il se compose de tous les ingrédients nécessaires à ce genre littéraire.

Pourtant, je dois avouer avoir été quelque peu déroutée au départ, ne sachant pas où l’auteure voulait m’amener. Beaucoup de personnages sans aucun lien apparent entrent en scène, mais rassurez-vous, lors du dénouement final, toutes les révélations sont claires. Cela est très appréciable, puisque Katell ne laisse aucun élément sans son explication.

J’ai trouvé ce thriller rondement mené. Le suspense monte crescendo et dans les dernières pages, il devient très difficile d’arrêter sa lecture. Les révélations s’enchaînent et le dénouement m’a réellement surprise, ne m’attendant pas du tout à cela.

D’autre part, j’ai fortement apprécié le cadre géographique dans lequel l’auteure décide de placer son intrigue. En effet, Katell offre à son lecteur une véritable visite guidée sur l’île d’Oléron. Les sites sont très bien décrits.

La plume de l’auteure est addictive. Avec un style clair et concis, les pages ont défilé. Les chapitres sont courts, ce qui permet de bien rythmer l’histoire.

Un thriller qui offre une véritable promenade sur l’île d’Oléron. L’intrigue est très bien menée et j’ai été très surprise par ce dénouement totalement inattendu. Une réussite.

Ma note : 17/20

Contemporain

La riposte – Rentrée littéraire

La riposte de Jean-François Hardy

  • Auteur : Jean-François Hardy
  • Titre : La riposte
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Plon
  • Nombre de pages : 208
  • Parution : 26 août 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

« Tu sais, Jonas, je ne vais pas passer mon existence à baiser tandis que le monde tombe en morceaux. Il est temps d’arrêter le carnage et de riposter. »

Dans un Paris désagrégé par la crise écologique, la misère a définitivement pris ses quartiers. Au rationnement alimentaire s’ajoutent la violence de l’appareil d’État, la canicule et la maladie. Un mystérieux mouvement, Absolum, placarde ses affiches dans toute la ville et gagne du terrain. Son slogan : « Révolution pour la Terre ».

Dans ce chaos, Jonas est infirmier à domicile. Quand il ne s’occupe pas de ses patients, il se réfugie dans les bras de la jeune Khadija, déterminée à sauver le monde. À 37 ans, Jonas est au contraire désabusé et s’apprête à fuir comme tant d’autres vers le Nord, en quête d’une vie meilleure. Mais peut-il partir si facilement sans se retourner ? Qu’est devenue sa sœur Natalia, sa seule famille, dans la campagne aride privée d’électricité ? Et s’il parvenait à convaincre Khadija de le suivre ?

Perdu entre deux âges, incapable de s’engager comme de rester loyal à un système dont il a su pourtant profiter, Jonas va devoir faire face au murmure d’une grande révolte. Alors qu’il a oublié la dignité de mourir, au cœur de son serment, d’autres, par leurs combats, vont lui réapprendre celle de vivre.

La Riposte nous plonge dans ce qui pourrait ressembler à 2030 avec une grande inventivité et une lucidité féroce. Une invitation littéraire saisissante au monde de demain.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Plon pour leur confiance.

Dans un Paris apocalyptique, où les saisons n’existent plus, où les températures atteignent des records même en plein hiver, où règne le chaos, Jonas, un jeune infirmier, tente de survivre tant bien que mal. L’envie de tout quitter se fait de plus en plus pressante. Même l’amour de Khadija ne semble plus le combler totalement. De nouveaux mouvements voient le jour, la riposte est en marche.

Voilà un roman profond et rondement mené. L’auteur a su créer une ambiance pesante qui m’a touchée tout au fil des pages. Il faut dire que l’espoir a très peu de place dans ce récit et que la noirceur est très présente. Jean-Francois Hardy a su rendre cette atmosphère, notamment au travers d’un personnage principal très bien dépeint.

Au travers de Jonas, toutes les désillusions de cette jeunesse bloquée dans un nouvel ordre, se font ressentir. Ce personnage est complexe, parfois un peu trop même. Je l’ai trouvé si blasé. J’ai également apprécié le personnage de Khadija, qui saura se rebeller et se battra.

L’auteur nous décrit un univers sombre, en proie aux crises écologiques et à la misère. Le seul bémol que je pourrais émettre, c’est que j’aurais aimé en savoir davantage sur les raisons qui ont amené à cette situation. J’aurais apprécié un contexte bien expliqué, pour mieux me plonger dans cette atmosphère. Malgré tout, rassurez-vous, les événements sont clairs.

La plume de l’auteur m’a conquise. Avec un style incisif et véloce, en totale adéquation avec la teneur du récit, les pages ont défilé. Les chapitres sont de taille moyenne. Le roman est assez court, et pourtant, je l’ai trouvé très dense.

Un récit sombre, dans lequel l’espoir n’a presque pas de place. Aux côtés du personnage principal, le lecteur découvrira un Paris apocalyptique. Un roman qui prête à réflexion. À découvrir.

Ma note : 17/20

Non classé

Magic, tome 1

La fillette aux cheveux violets d’Audrey Molinatti et Lylian

  • Auteur : Audrey Molinatti et Lylian
  • Titre : Magic, tome 1 : La fillette aux cheveux violets
  • Genre : Bande-dessinée
  • Éditions : Dargaud
  • Nombre de pages : 49
  • Parution : 20 août 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Evelÿne est une fillette turbulente aux cheveux violets. Abandonnée à la naissance, elle a été élevée par des sœurs dans un couvent. Et du haut de ses 7 ans, on peut dire qu’elle leur mène la vie dure ! Chaque jour, elle fait les quatre cent coups aux côtés de Benedict, le chat adopté en même temps qu’elle. Finalement, rien de vraiment anormal pour une enfant. À un détail près : elle fait également parler les statues et voit des fantômes !
Cette particularité rend son éducation plus compliquée, d’autant qu’Evelÿne ne maitrise pas encore ses pouvoirs. Les sœurs décident alors de la confier, ainsi que Benedict, au mystérieux Neil Farfadet, un chapelier londonien qui aidera la fillette à découvrir qui elle est vraiment.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Dargaud pour leur confiance.

Evelyn est une fillette aux cheveux violets abandonnée à la naissance. Recueillie au couvent, avec son chat Benedict, la petite fille semble avoir une énergie débordante et les événements étranges ne vont pas tarder à subvenir. Et si Evelyn n’était pas une fille comme les autres ?

Il s’agit ici d’un tome qui permet une incursion dans un univers enchanteur et empli de couleurs. Si les événements mettent du temps à se mettre en place, cela semble pourtant logique, puisque le monde d’Evelyn doit être présenté au lectorat.

J’ai beaucoup aimé ce premier tome, aux couleurs très marquées. Cette bande-dessinée est très réussie. Evelyn est très attachante et les situations s’enchaînent.

Les planches sont très belles. Les dialogues sont simples. Les pages défilent.

Un premier tome qui sert d’introduction à un monde original. Les dessins sont très réussis. À découvrir.

Ma note : 17/20

Thriller

Le journal de ma disparition

Le journal de ma disparition de Camilla Grebe

  • Auteur : Camilla Grebe
  • Titre : Le journal de ma disparition
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Audiolib
  • Lu par : Audrey Sourdive
  • Nombre de minutes : 692
  • Parution : 7 juillet 2021
  • Pour vous procurer cet audio-livre, c’est ici

Résumé

lI y a huit ans, la jeune Malin, alors adolescente, a découvert une fillette enterrée dans la forêt de Ormberg, une ville suédoise isolée. On n’a jamais pu identifier la petite victime.

Devenue une jeune flic ambitieuse, Malin est affectée auprès de Hanne, la célèbre profileuse, et de l’inspecteur Peter Lindgren, qui reprennent l’affaire. Mais Peter disparaît du jour au lendemain, et Hanne est retrouvée blessée et hagarde dans la forêt.

Le seul témoin est un adolescent qui aime errer dans les bois enneigés, la nuit. Sans le dire à personne, il récupère le journal que Hanne a laissé tomber et se met à le lire, fasciné…

Désormais seule dans son enquête, Malin est appelée sur les lieux du tout premier rime : une nouvelle victime a été découverte. Et si tous ces faits étaient tragiquement liés ?

De sa plume fluide et au gré de rebondissements imprévisibles, Camilla Grebe nous offre, après Un cri sous la glace, un second opus étourdissant des enquêtes du trio Malin-Peter-Hanne, où les secrets enfouis et les différentes intrigues s’entrelacent magistralement. La lecture d’Audrey Sourdive est à couper le souffle.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Audiolib pour leur confiance.

J’ai découvert ce roman sous format audio chez Audiolib, et lu par Audrey Sourdive.

Ormberg, 2009. Alors qu’elle est de sortie, la jeune Malin va faire une terrible découverte. Elle va apercevoir le corps d’une petite fille qui n’a jamais pu être identifiée.

Ormberg, 2017. Malin est maintenant entrée dans la police. Elle travaille sur cette affaire non élucidée auprès de Hanne et Peter. Pourtant, Peter va disparaître alors qu’il se trouvait en compagnie de Hanne, et lorsque cette dernière apparaît à nouveau, elle n’arrive pas à se souvenir de ce qu’il s’est passé. Un jeune adolescent va venir en aide à Hanne et récupérer son journal intime à son insu. À l’aide des ses écrits, pourra-t-il reconstituer ces mystères ? Malin, de son côté, est appelée à enquêter sur un nouveau crime qui pourrait être relié à celui survenu huit ans plus tôt.

Narration

Audrey Sourdive a un véritable talent de conteuse, c’est indeniable. Si j’ai tant apprécié cet audio-livre, c’est incontestablement grâce à sa narration.

Le ton est sobre, mais ce que j’ai particulièrement apprécié, ce sont les changements de tonalité qu’adopte Audrey en fonction du personnage qui s’exprime. Je ne me suis jamais sentie perdue dans les dialogues, puisque la narratrice veille bien à effectuer les changements appropriés.

La diction est claire, et la voix est posée. Je n’ai ressenti aucune monotonie pendant mon écoute. C’est une véritable réussite à ce niveau.

Intrigue

Si j’ai eu un peu de mal au début de cette histoire, trouvant que la mise en place était un peu longue, j’ai été par la suite totalement conquise par ce thriller, que j’ai trouvé rondement mené.

L’auteure sait instaurer une ambiance pesante qui monte crescendo au fil des pages. Le suspense est très bien dosé, et la fin m’a totalement surprise, puisque je ne m’en doutais pas.

Les personnages sont complexes et bien construits. J’ai trouvé que l’auteure avait réussi à brosser des caractères profonds et qu’elle avait bien esquissé ses personnages.

La plume de l’auteure est fluide. Les changements de point de vue entre divers personnages sont très judicieux, puisque cela permet suivre au mieux leur évolution. Les chapitres sont de taille moyenne.

Vue d’ensemble

Appuyé par une narration réalisée avec brio par Audrey Sourdive, ce livre audio est une réussite.

Une intrigue prenante. Malgré une mise en place un peu longue, le suspense reste entier jusqu’au dénouement inattendu.

Ma note : 17/20

Thriller

Transaction

Transaction de Christian Guillerme

  • Auteur : Christian Guillerme
  • Titre : Transaction
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Taurnada
  • Nombre de pages : 250
  • Parution : 9 septembre 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Un site de petites annonces en ligne comme il en existe des dizaines.
L’arnaque de trois amis, noyée parmi des milliers de bonnes affaires.
Un individu dangereux qui sommeille au milieu des acheteurs potentiels.
Quelle était la probabilité qu’ils se croisent ?
Transaction… l’engrenage fatal est enclenché !

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Taurnada pour leur confiance.

Alphonse, Manal et Johan sont trois amis de longue date. Lorsque Alphonse achète un appareil photo défectueux sur un site de petites annonces en ligne, ses deux amis lui conseillent tout simplement de tenter de le revendre à quelqu’un d’autre. C’est là où le cauchemar va commencer pour ces trois amis.

Il s’agit ici de mon deuxième roman de Christian Guillerme, et je dois dire que c’est une réussite totale. Tous les ingrédients d’un excellent thriller sont réunis. En effet, l’auteur a construit une trame haletante et a su manier le suspense avec beaucoup de brio, sans aucune longueur et avec une plume très rythmée.

Pourtant, le début m’avait quelque peu déroutée. Et pour cause, on commence en quelque sorte avec le dénouement. J’ai trouvé ce procédé original. Bien évidemment, cela ne prend que quelques pages. L’auteur revient ensuite aux débuts de cette histoire et nous explique ce qu’il en est.

J’ai craint pour les trois amis pendant tout le récit. J’ai vraiment trouvé que Christian avait réussi a bien camper ce petit groupe et les relations qu’ils entretiennent entre eux sont très complexes. Chacun a son histoire et en peu de pages, l’auteur réussit à approfondir leurs caractères.

La plume de l’auteur est d’une grande fluidité. La tension monte au fil des pages et le rythme devient de plus en plus soutenu. Une fois ce roman débuté, il devient très difficile de le lâcher. Les petits chapitres rythment le récit.

Un thriller au rythme soutenu et au suspense implacable. À découvrir sans hésiter.

Ma note : 18/20

Contemporain

Le Chat, le Général et la Corneille – Rentrée litteraire

Le Chat, le Général et la Corneille de Nino Haratischwili

  • Auteur : Nino Haratischwili
  • Titre : Le Chat, le Général et la Corneille
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Belfond
  • Nombre de pages : 592
  • Parution : 19 août 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Décembre 1994, une troupe des forces armées de la Fédération de Russie est cantonnée dans un petit village musulman du Caucase pour réprimer les séparatistes tchétchènes.
Parmi les soldats se trouve Malisch, jeune homme épris de littérature, qui s’est enrôlé par désespoir amoureux. Très vite, il fait la connaissance de Nura, une adolescente du village dont la beauté et la fierté le fascinent. Mais la jeune fille ne tarde pas à être arrêtée par d’autres soldats, pour un motif fallacieux. Malisch se retrouve alors témoin, et peut-être même complice, des violences commises par ses camarades. Au cours de cette nuit, Nura sera violée et tuée – mais quelle est précisément la part de responsabilité de Malisch ?
Bouleversé par cet événement, le jeune soldat est devenu « le Général », un homme au cœur dur et à la poigne de fer, prêt à tout pour dominer les autres. À force d’extorsion et de chantage, il parvient à s’enrichir et à gravir les échelons de la société russe jusqu’à devenir un oligarque multimillionnaire. Son seul objectif à présent est de protéger sa fille, Ada. Mais depuis vingt ans, et malgré ses efforts pour étouffer l’affaire, les rumeurs les plus sombres continuent de courir au sujet du Général, alimentées par la Corneille, un journaliste tenace et bien décidé à faire la lumière sur cette histoire. Lorsqu’il rencontre le Chat, une jeune comédienne qui, sans le savoir, est le sosie de Nura, le Général voit là l’occasion de se venger de ses anciens complices… Et peut-être de soulager sa conscience ?

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Belfond pour leur confiance.

Sesili, surnommée affectueusement Chat, est une actrice de théâtre renommée. Un jour, un mystérieux général va lui proposer un travail étrange. Il prétend qu’elle ressemble énormément à Nura, une jeune fille rencontrée pendant qu’il était sur le front lors de la guerre de Tchétchénie. Il lui demandera alors de faire une vidéo avec un message bien particulier, à envoyer à d’autres personnes mystérieuses. Que cache le Général ? Chat acceptera-t-elle cette étrange mission ?

Si les premières pages laissaient présager un coup de cœur, il n’en fut rien, malheureusement. Bien sûr, il s’agit d’une très belle lecture, mais je ne peux m’empêcher de ressortir un peu déçue après ce début qui m’avait totalement happée. La faute revient notamment aux trop nombreuses longueurs. L’auteure a le sens du détail et c’est le moins que l’on puisse dire.

Je vous ai livré un résumé très succinct de ce roman qui allie pan historique et côté contemporain. L’histoire est complexe et ce qui m’a dérangée, c’est la profusion de détails que nous donne l’auteure. Ce n’est pas forcément nécessaire à la compréhension de l’intrigue et cela a beaucoup freiné ma lecture.

Chaque personnage nous est présenté de manière exhaustive. Finalement, le lecteur n’a pas besoin de tout cela pour bien comprendre leurs caracteres. J’ai trouvé cela très long par moments. Et pourtant, je reconnais un énorme potentiel à ce roman, puisque j’en suis ressortie chamboulée et que je n’ai jamais eu envie d’en abandonner la lecture.

J’ai ressenti beaucoup d’émotions lors de cette lecture. J’ai trouvé les personnages très bien construits et complexes. L’auteure a su mêler habilement présent et passé, même si ce sont davantage les moments présents qui ont la place dans ce récit. L’histoire est bien campée. Je le redis, ce qui m’a dérangée, ce sont les trop nombreuses longueurs et c’est vraiment dommage, parce que je pense que sans cela, ce roman aurait pu être un vrai coup de cœur.

La plume de l’auteure est fluide, mais parfois un peu alambiquée. Malgré tout, le style est clair et entraînant. J’ai beaucoup aimé le schéma narratif, qui alterne les divers points de vue des personnages. Les chapitres sont de taille moyenne.

Un roman bouleversant, mais qui m’a paru trop long par moments, l’auteure se perdant parfois dans des détails. Malgré tout, j’ai beaucoup apprécié cette trame complexe et ce schéma narratif très réussi.

Ma note : 16/20

Thriller

La dernière balade de Jean Townsend

La dernière balade de Jean Townsend de Fred Vermorel

  • Auteur : Fred Vermorel
  • Titre : La balade de Jean Townsend
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Sonatine
  • Nombre de pages : 528
  • Parution : 19 août 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Londres, 1954. Jean Mary Townsend, une jeune styliste travaillant dans le monde du spectacle, est retrouvée étranglée. Les circonstances du meurtre restent obscures, tout autant que l’identité de l’assassin. Le jeune Fred Vermorel lit en une de l’Evening Standard un compte rendu de ce fait divers qui, toute sa vie, va l’obséder. Sept décennies plus tard, il nous livre les clés et, peut-être, la solution de cette incroyable affaire.
Son enquête acharnée nous mène dans les milieux de la nuit londonienne, que Jean fréquentait assidûment. Là où se croisaient grand banditisme, show-biz, politique, de Joan Collins à la princesse Margaret en passant par Rock Hudson, Profumo, les frères Krays ou encore Sarah, la fille de Winston Churchill. Des clubs généralement clandestins, des bars gay, des lieux transgressifs, ouverts à tous les délires sexuels, où la drogue circulait à foison. Des endroits de perdition pour des jeunes filles souvent trop naïves.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Sonatine pour leur confiance.

Fred Vermorel va revenir sur le crime de la styliste Jean Townsend qui a choqué la population londonienne en 1954. À l’époque, l’auteur n’est qu’un enfant lorsqu’il découvre cet événement tragique en Une d’un célèbre journal. Maintenant adulte, il décide de revenir sur ce fait tragique et va nous livrer une enquête acharnée, tentant de reconstituer ce qui s’est passé.

C’est la première fois que je découvre un roman sous ce format. En effet, l’auteur revient sur un vrai crime et nous narre ses investigations. Je ne suis pas habituée à ce genre de lecture et si cela a été intéressant à suivre, il y a eu parfois des moments qui m’ont semblé très longs.

L’auteur va nous livrer ses impressions et une enquête exhaustive sur ce meurtre. Pour cela, il s’appuiera sur le parcours de la jeune femme. Cela le mènera à plusieurs endroits et sur diverses pistes.

Je me suis parfois sentie un peu perdue, de par le format choisi par l’auteur. Ce sont réellement des impressions et des réflexions sur son enquête qu’il nous livre ici. Mais il faut dire que parfois, j’ai trouvé cela très exhaustif et j’ai un peu perdu le fil rouge. Malgré tout, j’ai trouvé cela intéressant à suivre.

La plume est intéressante. J’ai trouvé très pertinent que l’auteur étaye ses propos avec divers documents. Cela permet davantage de clarté dans le récit.

Un format que je n’avais encore jamais découvert. Le récit est étayé par beaucoup de documents, et malgré quelques longueurs, cela demeure une lecture intéressante.

Ma note : 16/20

Contemporain

Ouvre ton aile au vent – Rentrée littéraire

Ouvre ton aile au vent d’Éloi Audoin-Rouzeau

  • Auteur : Éloi Audoin-Rouzeau
  • Titre : Ouvre ton aile au vent
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Phébus
  • Nombre de pages : 141
  • Parution : 19 août 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Un futur proche, pas si loin, qui pourrait être le nôtre.

Depuis qu’un virus aviaire a frappé la planète, les oiseaux de basse-cour sont interdits. La société française souffre de restrictions draconiennes. Dans un Paris déchu, la conscience collective cède place à l’instinct populaire.
Une fois l’an, la foule a droit à son charivari : du haut d’un célèbre restaurant, un canard spécialement élevé pour l’occasion est lâché. Le peuple exulte et laisse libre cours à ses pulsions : celui qui capturera le canard échappera à la misère. Les jeux sont ouverts ; la chasse commence, perdue d’avance pour l’infortuné volatile.
Sauf que cette année, et avec l’aide de quelques rêveurs, le canard est bien décidé à jouer crânement sa chance…

Dans ce premier roman aux allures de course poursuite, Eloi Audoin-Rouzeau joue de sa plume poétique pour interroger la violence sociale. Face à la bestialité tapie, il convoque notre humanité, en appelle à l’individu et à son libre-arbitre.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Phébus pour leur confiance.

Paris. Chaque année, un événement qui rassemble la foule est organisé par le président. En effet, un canard sera lâché dans le ciel de la capitale, et le premier qui l’attrape vivant se verra accorder une grande somme d’argent et le privilège de manger ce canard dans le plus grand restaurant de la ville, et ce, en compagnie du président.

Voilà un court roman aux allures de fable qui m’a réellement conquise. C’est un récit que je vous conseille de lire d’une traite. Les thématiques abordées sont diverses et l’auteur a su créer un livre très original.

Sous la forme d’un kaléidoscope, les scènes se succèdent et le lecteur suivra les pérégrinations de ce pauvre canard qui tentera à tout prix d’échapper à ses poursuivants. De cette manière, divers personnages formant part à cet événement nous seront présentés. L’auteure place son intrigue dans un futur hypothétique, où suite aux événements, la population est devenue méfiante. Je ne vous dirai rien de ces événements en question. Je préfère que vous les découvriez au fur et à mesure de votre lecture.

J’ai trouvé que l’auteur a vraiment réussi à dépeindre une galerie de personnages tous torturés et en proie aux doutes. J’ai suivi avec appréhension leurs réactions, m’apercevant que cette chasse organisée les rendait cruels.

La plume de l’auteur est emplie de poésie. J’ai été conquise par son style léger mais fort à la fois. Le tout est divisé en petits chapitres qui rythment l’histoire. Les descriptions sont très réussies. Le postulat de départ peut laisser présager d’une certaine monotonie, puisque nous suivons l’histoire de ce canard. Il n’en est rien, bien au contraire. Je n’ai ressenti aucun ennui et j’ai été très touchée par ce récit.

Un roman aux allures de fable, servi par une plume poétique. Beaucoup d’originalité dans ce court récit. À découvrir.

Ma note : 17/20

Contemporain

Revenir à toi – Rentrée littéraire

Revenir à toi de Léonor de Récondo

  • Auteur : Léonor de Récondo
  • Titre : Revenir à toi
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Grasset
  • Nombre de pages : 18 août 2021
  • Parution : 180
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Lorsqu’elle reçoit un message lui annonçant qu’on a retrouvé sa mère, disparue trente ans plus tôt, Magdalena n’hésite pas. Elle prend la route pour le Sud-Ouest, vers la maison éclusière dont on lui a donné l’adresse, en bordure de canal.
Comédienne réputée, elle a vécu toutes ces années sans rien savoir d’Apollonia. Magdalena a incarné des personnages afin de ne pas sombrer, de survivre à l’absence. Dès lors que les retrouvailles avec sa mère approchent, elle est à nu, dépouillée, ouverte à tous les possibles.
Revenir à toi, c’est son voyage vers Apollonia. Un voyage intérieur aussi, vers son enfance, son père, ses grands-parents, ses amours. Un voyage charnel, parenthèse furtive et tendre avec un jeune homme de la région. Lentement se dévoile un secret ancien et douloureux, une omission tacitement transmise.
Revenir à toi, c’est aussi un hommage à Antigone et aux grands mythes littéraires qui nous façonnent. Magdalena a donné vie à des personnages, elle est devenue leur porte-voix. Devant Apollonia, si lointaine et si fragile, sa voix intérieure se fait enfin entendre, inquiète mais déterminée à percer l’énigme de son existence.
En l’espace de quelques jours, dans cette maison délaissée, Magdalena suit un magnifique chemin de réconciliation avec l’autre et avec elle-même. Vie rêvée et vie vécue ne font désormais qu’une.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Grasset pour leur confiance.

Magdalena est une actrice renommée. Elle semble en apparence heureuse. Pourtant, une grande blessure la malmène. En effet, Apollonia, sa mère, l’a abandonnée alors qu’elle n’était qu’une enfant. Elle n’a jamais compris les raisons de ce départ. Un jour, on lui apprend qu’on a retrouvé sa maman. Magdalena décide alors de partir à sa rencontre.

Voilà un très beau roman, court mais dans lequel l’auteure a pourtant réussi à faire passer toutes les émotions nécessaires. Je ressors séduite par ce récit, et je n’aurais pas été contre quelques pages de plus, pour approfondir notamment l’histoire d’Apollonia, qui reste finalement en filigrane. Malgre tout, cela demeure un petit bémol qui n’a pas émaillé ce très bon moment de lecture.

D’emblée, je me suis attachée à Magdalena, dont l’histoire personnelle est dévoilée par petites touches. Sa situation m’a beaucoup touchée. On sent que la blessure causée par l’abandon de sa mère a déterminé beaucoup de ses choix. Elle se réfugie notamment dans les rôles de théâtre.

L’auteure aborde avec beaucoup de justesse une situation qui semble perdue, mais où pourtant, Magdalena fera preuve de résilience et saura pardonner. J’ai ressenti les fêlures d’Apollonia, qui viennent principalement de son passé et de son histoire personnelle. C’est là où j’aurais aimé avoir davantage d’explications. Même si le lecteur comprend bien les événements, j’ai trouvé que l’auteure ne s’y attardait pas et ne faisait que les suggérer.

La plume de l’auteure est très belle. Les mots sonnent juste et Léonor sait sonder les sentiments avec beaucoup d’acuité. Portée par une plume fluide et élégante, l’histoire défile. Les chapitres courts rythment le récit. J’ai beaucoup aimé la façon d’écrire de l’auteure.

Un très beau récit abordant des thématiques délicates. Je ressors conquise par cette histoire forte et emplie de sensibilité. À découvrir sans hésiter.

Ma note : 17/20

Contemporain

Le cerf-volant

Le cerf-volant de Laetitia Colombani

  • Auteur : Laetitia Colombani
  • Titre : Le cerf-volant
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Grasset
  • Nombre de pages : 208
  • Parution : 9 juin 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Après le drame qui a fait basculer sa vie, Léna décide de tout quitter. Elle entreprend un voyage en Inde, au bord du Golfe du Bengale, pour tenter de se reconstruire. Hantée par les fantômes du passé, elle ne connait de répit qu’à l’aube, lorsqu’elle descend nager dans l’océan indien. Sur la plage encore déserte, elle aperçoit chaque matin une petite fille, seule, qui joue au cerf-volant. Un jour, emportée par le courant, Léna manque de se noyer.
La voyant sombrer, la fillette donne l’alerte. Léna est miraculeusement secourue par la Red Brigade, un groupe d’autodéfense féminine, qui s’entraînait tout près. Léna veut remercier l’enfant. Elle découvre que la petite travaille sans relâche dans le restaurant d’un cousin, qui l’a recueillie et l’exploite. Elle n’a jamais été à l’école et s’est murée dans un mutisme complet. Que cache donc son silence ? Et quelle est son histoire ? …
Aidée de Preeti, la jeune cheffe de brigade au caractère explosif, Léna va tenter de percer son secret. Jadis enseignante, elle se met en tête de lui apprendre à lire et à écrire. Au coeur de ce monde dont elle ignore tout, commence alors une incroyable aventure où se mêlent l’espoir et la colère, la volonté face aux traditions, et le rêve de changer la vie par l’éducation… La rencontre inoubliable et réparatrice entre une femme, une jeune fille et une enfant au milieu d’une Inde tourmentée.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Grasset pour leur confiance.

Suite à un terrible drame, Léna décide de tout quitter et de partir en Inde. Là-bas, elle va faire la rencontre de plusieurs personnes qui vont bouleverser ses certitudes et son quotidien. Léna va alors se mettre en tête de réaliser un projet important pour elle. En effet, elle aimerait que les enfants puissent avoir droit à l’éducation. Ce sera pourtant un chemin empli d’embûches auquel devra se confronter la jeune femme. Réussira-t-elle à venir en aide à ces personnes ?

Ce roman est pour ma part un coup de cœur. J’ai tout aimé dans ce récit, qui, narré de manière très sobre, n’en reste pas moins puissant de par l’émotion qui s’en dégage. Laetitia ne part pas dans de grands effets de style mais se concentre plutôt sur les sentiments.

Au travers de ce récit, je me suis confrontée à la dure réalité que subissent certaines personnes. J’ai été très touchée et l’auteure ne nous épargne pas de tristes faits. D’emblée, je me suis attachée à Léna et à tous les personnages qui vont porter l’histoire. Je préfère ne rien vous dire par rapport à eux, afin que vous découvriez au fur et à mesure les circonstances dans lesquelles Léna fait leur connaissance.

J’ai été très émue tout au fil de ma lecture et le combat de Léna m’a beaucoup touchée. J’ai trouvé ce personnage fort malgré ses faiblesses. Malgré les difficultés, elle ne lâche rien et fait son possible pour aider tout le monde.

S’il est vrai que le roman peut paraître un peu court et très rapide dans son intrigue, il n’en reste pas moins percutant. Laetitia a su faire passer l’essentiel en peu de pages.

La plume de l’auteure est tout en sobriété et très fluide. Les pages ont défilé. Les chapitres courts permettent de donner du rythme au récit. Avec une économie de mots, tout est dit, et ce, avec une grande sensibilité.

Un roman bouleversant, abordant des thématiques très difficiles. Avec un style simple et grâce à des personnages charismatiques, l’auteure a su donner toute l’émotion nécessaire à ce récit. À découvrir.

Ma note : 18/20

Contemporain

Les confluents – Rentrée littéraire

Les confluents d’Anne-Lise Avril

  • Auteur : Anne-Lise Avril
  • Titre : Les confluents
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Julliard
  • Nombre de pages : 208
  • Parution : 19 août 2021
  • Pour vous procurer ce roman, c’est ici

Résumé

notezTels deux cours d’eau donnant naissance à un fleuve, un confluent est un point de rencontre entre deux êtres qui se trouvent, s’attachent et apprennent à s’aimer.

Porté par une écriture d’une poésie rare, ce premier roman est à la fois une ode à la nature et un appel au réveil des consciences.

Liouba est une jeune journaliste qui parcourt le monde à la recherche de reportages sur le changement climatique. En Jordanie, elle croise la route de Talal, un photographe qui suit les populations réfugiées. Entre eux, une amitié se noue qui se transforme vite en attirance. D’année en année, le destin ne cessera de les ramener l’un vers l’autre, puis de les séparer, au gré de rencontres d’hommes et de femmes engagés pour la sauvegarde de la planète, et de passages par des théâtres de guerre où triomphe la barbarie. Liouba et Talal accepteront-ils de poser enfin leurs bagages dans un même lieu ?

Ce premier roman, grave et mélancolique, a pour fil conducteur l’amour lancinant entre deux êtres que les enjeux du monde contemporain éloignent, déchirent et réunissent tour à tour. Avec cet éloge de la lenteur et du regard, Anne-Lise Avril donne à la nature une place de personnage à part entière, et au fragile équilibre des écosystèmes la valeur d’un trésor à reconquérir.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Julliard pour leur confiance.

Liouba est journaliste, sensibilisée à la cause écologique. Elle parcourt le monde afin de réaliser ses reportages. C’est lors d’un voyage à Aqaba, en Jordanie, qu’elle va faire la rencontre de Talal. Le jeune homme est photographe et suit les populations réfugiées. Dès lors, leurs chemins ne vont cesser de se séparer et de confluer, au gré de leurs expéditions. Réussiront-ils à trouver ensemble un point d’ancrage ?

Je ressors bluffée par ce premier roman. Quelle histoire bouleversante a su dépeindre Anne-Lise, tout cela grâce à une plume sublime et lumineuse, mais empreinte tout à la fois de mélancolie et de tristesse.

Si au départ, j’ai eu quelques difficultés à m’habituer au schéma narratif, je l’ai par la suite trouvé brillant. Le lecteur suivra en parallèle l’histoire d’Aslam et de Jaya, un frère et une sœur. Celle-ci se déroule bien plus tard dans le temps, que celle de Liouba et de Talal. Bien évidemment, je ne vous en dirai pas davantage, afin de maintenir l’effet de surprise jusqu’au dénouement, que j’ai trouvé très réussi.

J’ai beaucoup aimé les personnages et en particulier celui de Liouba, qui est une jeune femme charismatique et une véritable battante. En effet, afin de sensibiliser le monde à la cause écologique, elle se mettra en danger à plusieurs reprises. J’ai beaucoup craint pour elle tout au fil des pages. Au travers de sa lutte, des questionnements très intéressants sont soulevés.

L’histoire entre Talal et Liouba est une succession d’allers-retours mais finalement, tels des confluents, il finissent toujours par se retrouver. J’ai été très touchée par leur relation, qui se construit petit à petit.

La plume de l’auteure est d’une grande élégance. Je suis ressortie bluffée par ce style empreint de douceur, de poésie, mais également de nostalgie. Anne-Lise décrit les paysages d’une manière visuelle et elle sait donner à son écriture les nuances nécessaires afin de la sublimer. Je suis totalement conquise par la manière d’écrire de l’auteure. Le récit est divisé en grandes parties, chacune consacrées à tour de rôle à Liouba et Talal et à Aslam et Jaya.

Un roman avec lequel l’auteure nous offre un écrin littéraire au travers de sa plume élégante et emplie de sensibilité. Avec beaucoup de poésie, elle aborde des thématiques intéressantes. Je ressors conquise par ce roman. À découvrir sans hésiter.

Ma note : 18/20

Essai

Sororité

Sororité de collectif

  • Auteur : Collectif
  • Titre : Sororité
  • Genre : Essai
  • Éditions : Points
  • Nombre de pages : 224
  • Parution : 8 avril 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Longtemps laissé en sommeil, le concept de sororité a refait surface avec le mouvement #Metoo : être soeurs, c’est être, ensemble, plus fortes. Envisagée comme outil de pouvoir féminin, la sororité nous invite à repenser ce que signifie être une femme aujourd’hui, à questionner les rapports de domination et à imaginer le monde de demain. Sous forme de récits, fictions, textes réflexifs, poèmes et chansons, ce collectif, dirigé par la romancière Chloé Delaume, appelle à une solidarité qui ne nie pas les différences mais embrasse la diversité. Car c’est grâce à la sororité, véritable parole en acte, que la révolution féministe adviendra.

Sous la direction de : Chloé Delaume

Avec les textes de : Juliette Armanet, Lauren Bastide, Iris Brey, Estelle-Sarah Bulle, Rébecca Chaillon, Jeanne Cherhal, Alice Coffin, Camille Froidevaux-Metterie, Kiyémis, Lola Lafon, Fatima Ouassak, Ovidie, Lydie Salvayre et Maboula Soumahoro

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Points pour leur confiance.

Qu’elles soient romancières, réalisatrices, journalistes, ou encore chanteuses, les femmes de ce recueil ont toutes accepté d’écrire autour de la notion de la sororité, et ce, sous la direction de Chloé Delaume. Ainsi, quatorze textes sont présentés au lecteur.

Quel recueil original. Si on entend beaucoup la notion de féminisme, il faut dire que l’on entend bien moins celle de sororité. Autour de cette notion, les femmes de cet ouvrage vont nous permettre une véritable remise en question et quelques pistes de réflexion.

S’il est vrai que certains textes m’ont davantage plu que d’autres, je dois dire qu’aucun ne m’a laissée indifférente. Toutes ces auteures m’ont fourni matière à réfléchir et m’ont amenée à me poser des questions.

Les plumes sont variées. Il y en a pour tous les goûts. Chacune des auteures a su me captiver. J’ai tour à tour été bouleversée, touchée, intriguée. m’a bouleversée. Certaines réflexions sont très intéressantes et bien amenées. Aucun texte ne m’a déçue.

Un recueil mettant en avant la sororité et amenant à de véritables pistes de réflexions. À découvrir.

Ma note : 17/20

Contemporain

Trois

Trois de Valérie Perrin

  • Auteur : Valérie Perrin
  • Titre : Trois
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Audiolib
  • Lu par : Tess Lauvergne
  • Nombre de minutes : 1092
  • Parution : 19 mai 2021
  • Pour vous procurer cet audio-livre, c’est

Résumé

« Je m’appelle Virginie. Aujourd’hui, de Nina, Adrien et Étienne, seul Adrien me parle encore. Nina me méprise. Quant à Étienne, c’est moi qui ne veux plus de lui. Pourtant, ils me fascinent depuis l’enfance. Je ne me suis jamais attachée qu’à ces trois-là. »

1986. Adrien, Étienne et Nina se rencontrent en CM2. Très vite, ils deviennent fusionnels et une promesse les unit : quitter leur province pour vivre à Paris et ne jamais se séparer.

2017. Une voiture est découverte au fond d’un lac dans le hameau où ils ont grandi.

Virginie, journaliste au passé énigmatique, couvre l’événement. Peu à peu, elle dévoile les liens extraordinaires qui unissent ces trois amis d’enfance. Que sont-ils devenus ? Quel rapport entre cette épave et leur histoire d’amitié ?

Valérie Perrin a ce don de saisir la profondeur insoupçonnée des choses de la vie. Au fil d’une intrigue poignante et implacable, elle nous plonge au cœur de l’adolescence, du temps qui passe et nous sépare.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Audiolib pour leur confiance.

J’ai découvert ce roman sous format audio, et lu par Tess Lauvergne.

1986. Ils sont trois. Nina, Adrien et Étienne. Amis depuis l’école, inséparables. Leur amitié est faite pour durer et pour traverser toutes les difficultés. 2017. Lorsqu’une voiture est retrouvée dans le lac, Virginie, qui est une journaliste, va tenter de comprendre ce qu’il s’est passé. Tout cela va la mener à sonder l’amitié indéfectible de ce trio.

Narration

Pour être complètement honnête, j’ai eu beaucoup de mal à m’adapter au ton de la lectrice, Tess Lauvergne. En effet, je l’ai trouvé peu nuancé et peut-être un peu monocorde.

Pourtant, au fur et à mesure de mon écoute, j’ai trouvé cette tonalité de voix de plus en plus appropriée. La narration sobre permet de mieux se concentrer sur l’histoire est finalement en totale adéquation avec la teneur du récit.

Je ne peux qu’être admirative du travail fournit par Tess Lauvergne pour un roman si long. Je pense qu’il faut juste un petit temps d’adaptation pour s’habituer à sa façon de nous conter cette histoire.

Intrigue

J’ai beaucoup aimé ce roman, sans que ce soit un coup de cœur. J’y ai dénoté quelques longueurs qui parfois apportaient peu de renouveau à l’intrigue.

Malgré tout, le point fort de ce roman, c’est indéniablement cette belle amitié qui prend forme entre ces trois personnages. Si Nina semble être le socle de ce groupe, les deux garçons n’en demeurent pas moins un pilier essentiel.

J’ai apprécié de pouvoir suivre leur évolution au fil des pages. Je me suis beaucoup attachée à eux. L’auteure a su dépeindre trois caractères totalement différents, et elle l’a fait avec beaucoup de réalisme.

Beaucoup de rebondissements et de révélations parsèment ce texte. Valérie a su manier son suspense sans trop en faire. Malgré les longueurs mentionnées, j’ai tout de même beaucoup aimé ce récit.

La plume de l’auteure est sobre. Les chapitres sont de taille moyenne et les espaces spatio-temporels sont bien mentionnés afin de ne pas nous perdre. Il faut cependant rester concentré, puisque cela change beaucoup au fur et à mesure.

Vue d’ensemble

Malgré un petit temps d’adaptation nécessaire à la voix de la narratrice, j’ai trouvé cet audio-livre réussi. Finalement, la voix sobre de Tess se fond bien avec l’histoire narrée.

Un roman mettant en avant une très belle amitié, empli de rebondissements et très émouvant. À découvrir.

Ma note : 16/20

Non classé

Les beaux étés, tome 6

Les Genêts de Zidrou et Jordi Lafebre

  • Auteur : Zidrou et Jordi Lafebre
  • Titre : Les beaux étés, tome 6 : Les Genêts
  • Genre : Bande-dessinée
  • Éditions : Dargaud
  • Nombre de pages : 56
  • Parution : 18 juin 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

BONYoupi, c’est les vacances ! Adieu Mons, bonjour le soleil ! Comme tous les ans, la tribu des Faldérault prend la direction du Sud à bord de Mam’Zelle Estérel, la 4L familiale. Pierre n’a pas terminé son album ? Pas grave, il bouclera les dernières planches au bord de la Méditerranée. Les voilà tous les cinq partis pour ne rien faire. Enfin, cinq et demi plutôt, puisque Mado est enceinte. Mais sur la route, patatras. Un camion les double, il perd son chargement et voilà le pare-brise d’Estérel qui vole en éclats. Plus de peur que de mal, mais impossible de continuer. Pendant que le garagiste répare la 4L, la famille est hébergée par Esther et Estelle, deux femmes charmantes qui tiennent la ferme « Les Genêts ». Tandis que Pierre se prend pour Cézanne et que Mado regarde le bébé pousser, les enfants aident à sortir les chèvres et découvrent les charmes de la campagne. Mais ils apprennent aussi les secrets de la vie…

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Dargaud pour leur confiance.

La petite famille Faldérault part en vacances. Pour l’occasion, les parents et leurs trois enfants, Julie, Nicole et Louis prennent la direction du Sud. Lorsque la famille a un accident et que le pare-brise de leur voiture se brise, ils se voient obligés de s’arrêter dans la ferme des Genêts, où ils sont chaleureusement accueillis par Esther et Estelle. La petite famille va alors devoir s’adapter.

C’est le sixième tome des aventures de cette famille totalement pittoresque. Il y a une évolution dans les personnages puisque par exemple, dans cet opus, nous retrouvons Mado, la mère de famille, qui attend un quatrième enfant.

Je suis ressortie conquise par cette bande-dessinée avec laquelle j’ai passé un très bon moment de lecture. Humour et excellent scénario sont associés ici et c’est une totale réussite.

Les moments passés à la ferme sont vraiment emplis d’humour et les personnages sont hauts en couleurs. J’ai beaucoup aimé le message de tolérance qui émane des planches. C’était très beau et touchant. Je ne peux pas en dire plus, afin de ne rien spoiler, mais j’ai trouvé cela riche en émotions.

Les graphismes sont vraiment d’une grande qualité. Les expressions des personnages sont très bien rendues et l’humour tiendra une grande place. Les dialogues sont très bien amenés.

Une bande-dessinée qui est un véritable concentré de bonne humeur et un scénario touchant. À découvrir.

Ma note : 18/20

Thriller auto-édité

Ce n’est qu’un visage

Ce n’est qu’un visage d’Éléanore Ly

  • Auteur : Éléanore Ly
  • Titre : Ce n’est qu’un visage
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Auto-éditē
  • Nombre de pages : 240
  • Parution : 1 mai 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Katya, dix-sept ans, emménage avec ses parents dans une ville qu’elle ne connaît pas. Renfermée sur elle-même, elle attire néanmoins l’attention de Lucie, Arnaud et Alexandre, des camarades de son nouveau lycée. Très vite, le comportement des garçons l’intrigue : pourquoi Arnaud se montre-t-il étrangement bienveillant, alors qu’Alexandre choisit de l’ignorer ?

Alexandre a dix-neuf ans, il est toujours au lycée, et passe l’essentiel de son temps avec ses amis de toujours, Lucie et Arnaud. Ensemble, ils forment un trio solide, une « famille » soudée. Cependant, l’arrivée de Katya dans leur classe va profondément modifier leurs relations. Pourquoi le jeune homme est-il persuadé que fréquenter cette fille est une grave erreur ? Que sait-il des véritables intentions d’Arnaud ?

Ce n’est qu’un visage explore une adolescence tourmentée, dans un genre proche du thriller psychologique, avec, en toile de fond, un terrible et inavouable secret.

Mon avis

Je remercie chaleureusement Éléanore Ly pour sa confiance.

Katya, une jeune adolescente, déménage avec ses parents dans une nouvelle ville. Elle se sent seule dans son nouvel établissement scolaire. Pourtant, lorsqu’elle fait la rencontre d’un groupe soudé de trois jeunes, son quotidien va en être bouleversé. En effet, Alexandre, Lucie et Arnaud vont accueillir Katya avec beaucoup de spontanéité. Pourtant, cet acceuil ne va pas être pareil pour tous. Alors que Lucie et Arnaud semblent particulièrement heureux de faire la connaissance de Katya, Alexandre est quant à lui sur la défensive. Que se passe-t-il ? Quels secrets cachent ces jeunes ?

Voilà un roman très fin dans la psychologie des personnages. Ici, le côté thriller est mis de côté pour davantage livrer la facette psychologique des personnages et en faire un roman où les éléments se mettent en place peu à peu, afin de créer un climat de tension qui gagne en épaisseur au fil des pages.

Plusieurs thématiques sont abordées et je préfère ne rien vous dire afin de ne pas spoiler l’intrigue. Ce roman se découvre peu à peu. Tout au fil de ma lecture, je me suis posée une multitude de questions quant aux relations qu’entretiennent entre eux ce groupe d’adolescents. Les réticences d’Alexandre et la sollicitude d’Arnaud envers Katya m’ont beaucoup interpellée.

Éléanore a su manier son suspense pour livrer un roman qui gagne en mystère de pages en pages. Les personnages sont très bien construits et chacun a ses zones d’ombre et ses secrets. Les informations sont dévoilées avec beaucoup de parcimonie, et c’est ce qui permet au suspense de prendre de l’ampleur.

La plume de l’auteure est fluide. J’ai beaucoup aimé le schéma narratif proposé par l’auteure, donnant la parole à tour de rôle à Katya et à Alexandre, ce qui permet de réellement voir ce qu’ils pensent. J’ai trouvé ce procédé très judicieux. L’orthographe et la syntaxe sont très bonnes.

Un roman psychologique dans lequel l’auteure effectue une mise en place lente et qui gagne en intensité au fil des pages. À découvrir sans hésiter.

Ma note : 17/20

Historique

Le vallon des lucioles

Le vallon des lucioles d’Isla Morley

  • Auteur : Isla Morley
  • Titre : Le vallon des lucioles
  • Genre : Historique
  • Éditions : Seuil
  • Nombre de pages : 480
  • Parution : 4 mars 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

1937, Kentucky.Ckay Havens et Ulys Massey, deux jeunes photographe et journaliste, sont envoyés dans le cadre du New Deal réaliser un reportage sur un coin reculé des Appalaches.
Dès leur arrivée, les habitants du village les mettent en garde sur une étrange famille qui vit au coeur de la forêt. Il n en faut pas plus pour qu’ils partent à leur rencontre, dans l’espoir de trouver un sujet passionnant. Ce qu’ils découvrent va transformer à jamais la vie de Clay et stupéfier le pays entier. À travers l’objectif de son appareil, se dévoile une jeune femme splendide, Jubilee Buford, dont la peau teintée d un bleu prononcé le fascine et le trouble.
Leur histoire sera émaillée de passion, de violence, de discorde dans une société américaine en proie au racisme et aux préjugés.

Mon avis

Je remercie les Éditions Seuil pour leur confiance.

1937, Kentucky. Havens et Massey sont dépêchés dans cette ville afin de faire un reportage-photo pour la Farm Security Administration afin de mettre en avant les problèmes des habitants et ainsi sensibiliser la population pour leur venir en aide. C’est là qu’ils feront la rencontre de la famille Buford, composée du couple et de leur enfants. Havens va d’emblée tomber sous le charme de Jubilee, la fille de la famille Buford. Cette jeune femme a la peau bleue, tout comme son frère Levi. Le jeune homme va vite s’apercevoir que Jubilee et Levi sont en proie aux persécutions des habitants de leur ville à cause de cette différence.

Voilà un roman bouleversant et qui m’a profondément touchée. Ce récit est d’une grande sensibilité et aborde des thématiques très dures, comme les réactions des personnages face aux différences. C’est souvent révoltant et j’ai craint tout au fil des pages pour Jubilee et sa famille.

Au travers de personnages forts et bien construits, l’auteure nous livre un beau message de tolérance, notamment grâce au personnage de Havens qui m’a beaucoup marquée. Le jeune homme luttera et fera tout son possible pour protéger Jubilee des assauts de divers personnages qui n’arrivent pas à accepter la différence de la jeune femme et de son frère.

Certains passages m’ont bouleversée. C’est parfois très difficile à lire et j’ai trouvé certains moments très anxiogènes. Malgré tout, l’auteure nous offre une lueur d’espoir, notamment au travers d’une histoire d’amour lumineuse entre Havens et Jubilee. Elle ne tombe jamais dans les clichés et j’ai été très émue de découvrir cette belle romance qui surgit peu à peu.

La plume de l’auteure est très fluide. J’ai particulièrement apprécié le schéma narratif, consistant à alterner les passages parlant de Havens et ceux parlant de Jubilee. Cela permet de mieux comprendre cette histoire et de s’attacher davantage à ces deux personnages, qui portent l’histoire. Les chapitres sont de taille moyenne. Je n’ai ressenti aucune longueur, les pages ont défilé.

Un très beau roman, abordant des thématiques très difficiles mais dans lequel subsiste une part de luminosité au travers d’une romance touchante et bouleversante. À découvrir sans hésiter.

Ma note : 18/20

Thriller

Qu’à jamais j’oublie

Qu’à jamais j’oublie de Valentin Musso

  • Auteur : Valentin Musso
  • Titre : Qu’à jamais j’oublie
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Seuil
  • Nombre de pages : 320
  • Parution : 6 mai 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

BONEt si votre famille n’était pas celle qu’elle prétendait être ?

Nina Kircher, une sexagénaire, veuve d’un photographe mondialement célèbre, passe quelques jours dans un hôtel de luxe dans le sud de la France. Soudain, elle quitte la piscine où elle vient de se baigner pour suivre un homme jusqu’à son bungalow puis, sans raisons apparentes, elle le poignarde dans un enchaînement inouï de violence, avant de s’enfermer dans un mutisme complet.

Pour tenter de comprendre cet acte insensé, son fi ls Théo, avec lequel elle a toujours entretenu des relations difficiles, n’a d’autre choix que de plonger dans le passé d’une mère dont il ne sait presque rien. De Paris à la Suisse en passant par la Côte d’Azur, il va mener sa propre enquête, jusqu’à découvrir des secrets inavouables et voir toute sa vie remise en question…

L’histoire bouleversante d’une femme décidée à prendre en main son destin.
Un suspense redoutable qui vous manipule jusqu’à la dernière page.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Seuil pour leur confiance.

Paris, 2008. Théo s’occupe de l’exposition d’une série de photos de son père, en hommage à ce dernier, disparu il y a plusieurs années. Lorsqu’il rentre chez lui, la police le contacte. En effet, Nina, sa mère, de voyage dans le Sud de la France, a tenté d’assassiner un homme. Théo est sous le choc. Dès lors, il va faire son possible pour découvrir ce qui s’est passé, et pour cela, il devra se plonger dans le passé de sa mère. Cette dernière s’est toujours montrée très discrète à ce sujet et ce que Théo va découvrir le bouleversera.

Ce roman a été un énorme coup de cœur pour ma part. Je suis bluffée par le talent de l’auteur à mêler suspense et faits historiques qui témoignent d’une réalité très peu abordée en littérature. Ce roman m’a bouleversée et profondément touchée.

Ici, Valentin Musso base son intrigue sur une thématique très dure. Même si cette dernière apparaît assez rapidement dans le roman, à savoir en début de deuxième partie, je préfère tout de même ne pas vous en parler afin que vous découvriez peu à peu le passé de Nina, au fur et à mesure des découvertes effectuées par son fils.

Le personnage de Théo est très bien construit et je l’ai trouvé touchant. L’histoire tourne autour de son enquête et du passé de Nina, et les éléments se dévoilent avec parcimonie. Il est vrai que la mise en place peut sembler longue mais elle est nécessaire afin de bien poser les bases.

Le suspense est maîtrisé jusqu’au dénouement. Plusieurs rebondissements, ainsi que plusieurs révélations octroient au récit un grand dynamisme. Lorsque j’ai pensé avoir toutes les explications, Valentin Musso a encore réussi à me surprendre avec un rebondissement final supplémentaire.

La plume de l’auteur est fluide. J’ai beaucoup aimé le schéma narratif, alternant les moments présents avec l’enquête de Théo, et les moments passés avec l’histoire de Nina. Les chapitres sont courts permettant ainsi de rythmer l’histoire.

Un thriller bouleversant, mêlant une thématique difficile et une enquête captivante. Je ressors chamboulée par cette lecture. À découvrir sans hésiter.

Ma note : 18/20

Thriller

Parasites

Parasites de Ben H. Winters

  • Auteur : Ben H. Winters
  • Titre : Parasites
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Sonatine
  • Nombre de pages : 272
  • Parution : 10 juin 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

À Brooklyn Heights, quartier prisé de New York, Susan et Alex Wendt ont enfin trouvé l’appartement de leurs rêves ! Certes, la propriétaire, qui vit au rez-de-chaussée, paraît un peu excentrique, mais quelle importance ? Susan, qui s’était arrêtée de peindre à la naissance de leur fille, Emma, va enfin pouvoir reprendre ses toiles. Pour le jeune couple, un nouveau
départ s’annonce…
Sauf que. Un redoutable fléau s’est invité dans le home sweet home des Wendt. Des punaises de lit. Envahissantes, assoiffées de sang, et apparemment indestructibles. Invisibles, également, sauf pour Susan. Inexorablement, la petite mécanique du bonheur domestique se détraque. Est-ce le fruit de son imagination ou une véritable invasion ? A moins que la jeune femme au bord de la crise de nerfs soit, tout simplement, en train de perdre la raison ?

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Sonatine pour leur confiance.

Susan et Alex forment un couple heureux. Mariés depuis plusieurs années, et parents d’une petite Emma, ils se sentent épanouis. Pourtant, ils commencent à se sentir un peu à l’étroit dans leur petit appartement. Lorsque Susan trouve une petite annonce qui promet un logement plus ample et à prix raisonnable, elle saisit l’occasion. Elle contacte alors Andrea, la propriétaire, pour visiter les lieux. Séduits, la petite famille ne tarde pas à emménager. Pourtant, dès lors, tout commence à changer pour Susan. Que se passe-t-il dans ce logement ?

Quel excellent moment de lecture. Je me suis laissée porter par cette intrigue dès le départ, et le suspense a tenu ses promesses jusqu’à un dénouement inattendu et surprenant. Il est vrai que la mise en place peut sembler longue, mais tous les éléments qui arrivent avec parcimonie vont permettre à l’auteur de faire monter le suspense peu à peu.

Le personnage de Susan est complexe et bien esquissé. L’auteur a réussi à me faire douter d’elle très souvent. Susan va se convaincre qu’elle est peu à peu envahie par des insectes très particuliers. Cela met du temps à se mettre en place, mais ainsi, le lecteur peut appréhender le quotidien de la jeune femme et se familiariser avec son caractère. C’est ce qui permet au suspense de monter crescendo.

J’ai soupçonné à peu près tous les personnages d’être à l’origine des peurs de Susan. C’est ce qui fait la force de ce thriller. Jusqu’au dénouement, je me suis questionnée, et je n’arrivais pas à deviner où cette histoire allait aboutir.

La plume de l’auteur est addictive. Avec un style fluide, les pages défilent. Même si au début, il ne se passe pas forcément grand chose, je n’ai jamais ressenti d’ennui lors de cette lecture. Les chapitres sont courts et cela rythme beaucoup l’histoire. Le récit est presque entièrement porté par le personnage de Susan.

Un thriller domestique haletant, qui met quelques pages à se mettre en place, afin d’installer peu à peu une ambiance pesante, jusqu’au dénouement inattendu et surprenant. Une très bonne lecture.

Ma note : 18/20

Thriller

L’œil du chaos

L’œil du chaos de Jean-Marc Dhainaut

  • Auteur : Jean-Marc Dhainaut
  • Titre : L’œil du chaos
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Taurnada
  • Nombre de pages : 242
  • Parution : 8 juillet 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est

Résumé

Tandis qu’une canicule sans précédent frappe l’Europe, Théo, un jeune lycéen de 17 ans, est terrifié quand il réalise que les photos qu’il vient de faire dévoilent l’horreur et le chaos 21 jours à l’avance… Mais personne ne le croit. Et lorsque, partout dans le monde, le courant disparaît, les avions s’écrasent et que toutes les cloches des chapelles et des églises se mettent à sonner inexplicablement, il est déjà trop tard. Théo est alors loin d’imaginer l’incroyable mission de survie et d’espoir que le destin lui réserve.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Taurnada pour leur confiance.

Théo est un adolescent passionné par la photographie. Un jour, alors qu’il crée un nouvel appareil photographique par ses propres moyens, il va faire une découverte étrange. En effet, les photos prises avec ce nouvel appareil vont lui montrer l’avenir, et ce que Théo va apercevoir va le laisser sans voix. Une tempête solaire menace de s’abattre. Comment Théo pourra-t-il convaincre les gens de l’écouter ?

J’ai passé un très bon moment de lecture avec ce thriller d’anticipation. L’auteur propose une véritable réflexion sur plusieurs thématiques et même si parfois j’ai trouvé que tout allait un peu trop vite, j’ai malgré tout trouvé cette intrigue originale et très intéressante.

D’emblée, je me suis attachée à Théo qui devra beaucoup se battre pour se faire entendre. J’ai trouvé ce personnage courageux et très bien esquissé. L’histoire est portée par ce personnage, et vers le milieu de l’aventure va apparaitre un autre personnage, Drazic. Ce dernier est également touchant au possible et j’ai beaucoup aimé l’équipe que vont créer ensemble Théo et Drazic. Bien évidemment, je ne vous en dirai pas davantage quant aux circonstances de leur rencontre afin de ne rien vous spoiler.

Le scénario tient le suspense jusqu’au dénouement. S’il est vrai que j’aurais aimé plus de détails, et qu’il m’a semblé que l’auteur allait parfois trop vite, j’ai tout de même trouvé cette intrigue très intéressante. Le récit va à toute vitesse et le côté thriller est bien amené. Beaucoup de mystères parsèment l’histoire. Une fois la lecture débutée, il m’a été difficile de lâcher ce roman.

La plume de l’auteur est fluide. Sous un style clair, l’ennui ne se fait jamais ressentir. Les chapitres sont de taille moyenne, ce qui permet de rythmer l’histoire. J’aime beaucoup la manière d’écrire de l’auteur, trouvant qu’il va toujours à l’essentiel et n’use jamais de longueurs.

Un thriller d’anticipation original et captivant, servi par un personnage principal courageux et attachant. À découvrir sans hésiter.

Ma note : 17/20

Thriller

Le carnaval des ombres

Le carnaval des ombres de R. J. Ellory

  • Auteur : R. J. Ellory
  • Titre : Le carnaval des ombres
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Sonatine
  • Nombre de pages : 648
  • Parution : 3 juin 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

1958. Un cirque ambulant, avec son lot de freaks, d’attractions et de bizarreries, vient de planter son chapiteau dans la petite ville de Seneca Falls, au Kansas. Sous les regards émerveillés des enfants et des adultes, la troupe déploie un spectacle fait d’enchantements et d’illusions. Mais l’atmosphère magique est troublée par une découverte macabre : sous le carrousel gît le corps d’un inconnu, présentant d’étranges tatouages.
Dépêché sur les lieux, l’agent spécial Michael Travis se heurte à une énigme qui tient en échec ses talents d’enquêteur. Les membres du cirque, dirigés par le mystérieux Edgar Doyle, ne sont guère enclins à livrer leurs secrets. On parle de magie, de conspiration. Mais l’affaire va bientôt prendre un tour tout à fait inattendu.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Sonatine pour leur confiance.

1958, Kansas. L’agent spécial senior Michael Travis doit se rendre à Seneca Falls pour sa première affaire en solitaire. En effet, alors qu’un cirque ambulant a prit ses quartiers dans cette petite localité, le corps d’un homme va être retrouvé sous l’un des manèges. Travis va alors devoir interroger le personnel qui semble cacher de nombreux secrets. Comment va-t-il réussir à les faire parler ?

Une fois de plus, Ellory m’a tout simplement captivée. Cet auteur est un véritable virtuose du roman noir et n’a pas son pareil pour créer des ambiances particulières et instaurer une profondeur à ses personnages. Ici, j’ai retrouvé tous les ingrédients qui composent le talent de cet écrivain.

Il ne faut pas partir avec l’idée d’un thriller frénétique sous peine de vous retrouver déçus. Au contraire, Ellory prend le temps d’installer une intrigue, une atmosphère et de bien brosser des personnages forts qui se dévoilent peu à peu tout au fil de l’intrigue.

Le personnage de Travis va en quelque sorte porter l’intrigue à lui seul. De nombreux retours en arrière permettent au lecteur de connaître le passé du personnage. Ellory sait doser ces passages avec brio, n’en faisant jamais trop, et comme s’ils constituaient une continuation dans l’intrigue. Je n’ai pas ressenti de coupure dans ma lecture.

L’intrigue est captivante. De faux-semblants en complots, de fausses pistes en révélations surprenantes, Ellory a su maintenir mon intérêt tout au fil des pages. Je n’ai ressenti aucune longueur, bien au contraire. Je ne veux pas vous en dire trop sur les mystères qui composent cette intrigue, sous peine de vous spoiler. L’auteur a su se rénover au fil des pages et proposer quelque chose d’original. L’affaire prend plusieurs directions étonnantes.

La galerie de personnages secondaires tient également une place importante au fil de l’intrigue. Les caractères sont divers et chacun a un passé qui se dévoile peu à peu au lecteur.

La plume de l’auteur est fluide. Les chapitres sont de taille moyenne et il y a une alternance entre ceux faisant référence à l’enquête actuelle et ceux faisant référence au passé de Travis. Une fois la lecture commencée , il devient très difficile de lâcher ce roman.

Un roman captivant dans lequel j’ai retrouvé tous les ingrédients qui font le talent de l’auteur. Les personnages sont emplis de profondeur et le suspense monte peu à peu. À découvrir sans hésiter.

Ma note : 19/20

Jeunesse

Fonteclose : Le trésor de Charette

Fonteclose : Le trésor de Charette de Vanessa Pontet

  • Auteur : Vanessa Pontet
  • Titre : Fonteclose : Le trésor de Charette
  • Genre : Jeunesse
  • Éditions : Slalom
  • Nombre de pages : 304
  • Parution : 7 novembre 2019
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

BONDéménager dans un château perdu en Vendée ? Voilà bien une idée grotesque comme peuvent en avoir les parents… Lucie et Victor quittent leurs copains, le cœur lourd, mais vont bientôt rencontrer de mystérieux colocataires et chercher à découvrir en leur compagnie un secret farouchement gardé depuis plusieurs siècles.

Au XXIe siècle, Fonteclose, le manoir du Général Charette, est racheté par un couple de restaurateurs parisiens et leurs enfants. Mais la demeure est déjà  » habitée « .
Depuis la Révolution française et la révolte des Vendéens, le Comte Erwan de Parenssay et sa famille sont prisonniers du domaine. Trois siècles pendant lesquels ils ont veillé sur le trésor de Charette, le plus célèbre de Vendée. Des caisses d’or que beaucoup cherchent encore.
Mais cette fois, impossible pour le vieux Comte de faire fuir les nouveaux propriétaires du manoir !
Le pouvoir des ondes a changé la donne…  » Éternels  » et  » Intrus  » doivent vivre ensemble et mener l’enquête sous l’œil vigilant du Général !

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Slalom pour leur confiance.

Vendée. Luc, Marie et leurs enfants Victor et Lucie vont emménager dans un château afin de concrétiser un projet laboral. Ils sont loin d’imaginer que cette nouvelle demeure est occupée depuis très longtemps par de gentils fantômes, la famille de Parenssay qui ont pour but de protéger un mystérieux trésor et de chasser tout intrus qui s’installerait au château. Comment les deux familles pourront-elles réussir à s’entendre ?

Voilà un bon roman jeunesse qui allie mystère, enquête, humour et un soupçon d’histoire. J’ai passé un très bon moment de lecture en compagnie de ces personnages tous plus attachants les uns que les autres et j’ai pu apprendre un pan historique que je ne connaissais pas.

En effet, ce roman plonge son lecteur dans la découverte du général Charette. J’ai trouvé que l’auteure avait réussi à intégrer le pan historique de manière subtile et ce roman conviendra à tous. Ce n’est jamais compliqué à suivre.

Les personnages sont attachants et très bien esquissés. J’ai beaucoup aimé leur évolution respective les uns par rapport aux autres. Certaines situations sont cocasses et l’humour reste présent tout au fil des pages.

La plume de l’auteure est fluide. Avec un style simple, elle fournit toutes les explications historiques nécessaires. Les petits chapitres rythment l’histoire. Les illustrations qui parsèment le texte sont judicieuses.

Un roman qui mêle aventures et humour et qui tourne autour d’un pan historique. Une très bonne lecture. À découvrir.

Ma note : 16/20

Thriller

Sélia

Sélia de Laëtitia Milot

  • Auteur : Laëtitia Milot
  • Titre : Sélia
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Plon
  • Nombre de pages : 384
  • Parution : 12 mai 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Sélia, chanteuse trentenaire sur le retour, discrète et solitaire, renoue avec le milieu en postulant à la plus grande comédie musicale de Paris. Mais rien ne se passera comme prévu pour la star de la chanson qu’un secret de famille expose à tous les dangers…Sélia, star de la chanson, souhaite relancer sa carrière après plusieurs albums à succès et postule à la plus grande comédie musicale jamais montée à Paris : Les Mille et Une Nuits. Très vite, elle se rêve en Shéhérazade…Alors que Sélia est harcelée par un mystérieux fan obsessionnel et que des accidents inexpliqués surviennent lors du casting, la vie de la chanteuse tourne au cauchemar. Intrigues, coups bas, admiration fanatique et machinations s’entremêlent. Les cartes se brouillent et se redistribuent…Derrière les strass et les paillettes, qui manipule qui ? Jusqu’où peut-on aller par amour ?Un roman au rythme haletant et aux nombreux rebondissements jusqu’à un étonnant final…

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Plon pour leur confiance.

Sélia est une chanteuse, gagnante du télé-crochet Star Academy il y a de cela plusieurs années. Depuis, la jeune femme peine à revenir sur le devant de la scène. Lorsque la nouvelle comédie musicale Les Mille et Une Nuits fait son apparition, Sélia y voit l’occasion rêvée de refaire parler d’elle et de réaliser son rêve de faire partie de ce nouveau projet. Pour cela, elle sera en lice avec deux autres chanteuses talentueuses, Pénélope et Elisabeth. Pendant les auditions, Sélia va se faire harceler par un fan mystérieux. Qui est cette personne ?

J’ai passé un excellent moment de lecture en compagnie d’une héroïne que j’ai trouvée complexe. Si j’ai eu peur à plusieurs reprises d’avoir trouvé la clé du mystère bien avant le dénouement, il n’en est rien, bien au contraire. Je dois dire que Laëtitia a su me balader de bout en bout et, même si j’avais découvert quelques éléments, j’étais loin de me douter des révélations finales que réservait l’auteure à ses lecteurs.

L’histoire est bien plus complexe qu’il n’y parait. L’auteure a su brosser un personnage principal profond, avec ses secrets et ses traumatismes. J’ai tout de suite compris que Sélia cachait des secrets très lourds. Son histoire est révélée par petites touches, ce qui permet au suspense de monter au fil des pages.

J’ai particulièrement apprécié le fait que ce thriller prenne place dans le domaine musical. Laëtitia permet une immersion totale dans ce monde. Tout est décrit avec une grande précision. Le lecteur suit ainsi le parcours de Sélia afin de devenir la nouvelle star d’une comédie musicale à succès.

L’intrigue est très réussie et le suspense est présent jusqu’au dénouement complexe et inattendu. Si j’avais pensé trouver une partie du mystère, je dois dire que j’étais très loin d’imaginer un tel dénouement. Même si les explications peuvent paraître rapides, il ne reste aucun mystère à la fin.

La plume de l’auteure est addictive. J’ai beaucoup aimé le savant mélange entre narration et dialogues que Laëtitia a su très bien doser. Les pages ont défilé et une fois commencé, il devient très difficile de lâcher ce livre.

Un excellent thriller qui propose une incursion dans le monde musical, servi par une héroïne complexe. L’intrigue est réussie et le suspense reste intact jusqu’au dénouement surprenant. À découvrir.

Ma note : 18/20

Thriller

Les femmes qui craignaient les hommes

Les femmes qui craignaient les hommes de Jessica Moor

  • Auteur : Jessica Moor
  • Titre : Les femmes qui craignaient les hommes
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Belfond
  • Nombre de pages : 352
  • Parution : 6 mai 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

La banlieue de Manchester abrite une maison pas comme les autres : une résidence sécurisée réservée aux femmes. Ici, elles sont nombreuses à vivre loin de ceux qui ont fait de leur quotidien un cauchemar. Alors, quand le corps de Katie, leur conseillère et amie dévouée, est retrouvé dans la rivière et que l’inspecteur Whitworth entreprend de les interroger, leur réflexe est de se cacher, de se taire.

Pourtant, elles vont devoir parler. Si elles ne le font pas, la police classera l’affaire en suicide. Comment ces femmes terrorisées pourront-elles jamais se confier à un homme ? Et comment livrer ce qu’elles savent sans risquer de faire tomber l’une d’entre elles ? Car chacune détient une pièce de ce puzzle macabre, et révéler la clé du secret pourrait mettre à l’épreuve leur solidarité, ce dernier lien qui les protège dans une société qui semble les avoir oubliées…
Que vaut la vie d’une femme ?

Mon avis

Je remercie les Édituois Belfond pour leur confiance.

Manchester. Le corps de Katy est retrouvé dans la rivière. La police ne tarde pas à conclure à un suicide. Pourtant, en enquêtant davantage, il semblerait que cette première piste pourrait s’avérer fausse. La police va rechercher davantage dans le quotidien de la jeune femme pour savoir si quelqu’un lui voulait du mal. Katy travaillait dans un foyer accueillant des femmes victimes de violences conjugales. Pour en savoir plus sur elle, la police va devoir interroger les résidentes de ce foyer.

J’ai trouvé ce thriller très intéressant de par la thématique abordée. Je l’ai trouvé bien mené et l’auteure a maintenu mon intérêt jusqu’au dénouement. Si je lui ai trouvé quelques petits défauts au niveau d’une construction un peu emmêlée, j’ai malgré tout trouvé ce récit qualitatif.

L’auteure va aborder la thématique des violences conjugales et les témoignages des femmes tout au fil de l’intrigue sont bouleversants. Peu à peu, chacune dévoile son histoire et le lecteur comprend comment elles se sont retrouvées dans ce foyer.

J’ai trouvé l’intrigue principale bien menée et le mystère reste entier jusqu’au dénouement totalement bluffant. L’enquête peut parfois sembler très confuse de par les nombreux retours en arrière et par le nombre important de personnages. Il faut donc rester concentré tout au fil de cette lecture.

La plume de l’auteure est fluide. Le schéma narratif m’a paru judicieux, alternant les moments au passé et les moments de l’enquête menée par les policiers. Dans les moments passés, l’histoire de Katy est dévoilée peu à peu. Les chapitres sont de taille moyenne et le rythme ne faiblit pas au fil des pages.

Un thriller bouleversant de par la thématique abordée. Le suspense reste intact jusqu’au dénouement totalement inattendu. Malgré quelques petits bémols de par une construction narrative qui peut paraître emmêlée, c’est un bon thriller.

Ma note : 16/20

Thriller

1794

1794 de Niklas Natt och Dag

  • Auteur : Niklas Natt och Dag
  • Titre : 1794
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Sonatine
  • Nombre de pages : 544
  • Parution : 6 mai 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Stockholm, 1794. Une nouvelle année commence sous le régime autoritaire du baron Reuterholm, conseiller du roi. À l’hôpital de Danviken, un jeune noble se morfond, tourmenté par le crime horrible dont on l’accuse. Dans une métairie de l’intérieur du pays, une mère pleure sa fille, assassinée lors de sa nuit de noces. L’affaire ne suscitant que peu d’intérêt, elle décide de faire appel à Jean Michael Cardell, un invalide de guerre qui, traumatisé par sa dernière enquête, n’a plus guère de raisons de vivre. Alors que ses investigations le mènent vers un mystérieux orphelinat, Cardell va bientôt se retrouver aux prises avec une étrange société secrète, les Euménides.

Après 1793, Niklas Natt och Dag nous plonge à nouveau dans le monde grouillant et pourrissant d’une fin de règne suédoise que la Révolution terrifie. D’une écriture toujours aussi évocatrice, noire et puissante, il captive le lecteur dès la première page, pour ne plus le lâcher. Mieux qu’un roman : une expérience fascinante.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Sonatine pour leur confiance.

Stockholm, 1794. Cardell s’apprête à s’aventurer dans une nouvelle enquête. Il sera appelé par une mère qui a perdu sa fille le soir de ses noces. Le jeune mari est d’emblée soupçonné. Alors qu’il est enfermé à l’asile, la mère de la jeune fille demande à Cardell de tirer cette affaire au clair. Que s’est-il réellement passé ?

Je ressors tout simplement conquise par ce thriller historique. J’ai été captivée dès le début et j’ai eu énormément de mal à lâcher ce livre. Je vous ai fourni un résumé très succinct, puisque l’intrigue est très complexe, mais je ne voulais pas vous spoiler quoi que ce soit. Je pense qu’il est mieux de découvrir ce récit peu à peu.

Tous les ingrédients propres au thriller historique sont réunis ici. Entre trahisons, mystères, enquêtes, amour et amitié, je suis passée par une multitude d’émotions. J’ai trouvé que l’auteur savait manier son suspense avec grand brio.

L’ambiance de ce roman est très bien rendue. Avec des descriptions réalistes, l’auteur nous montre toute la misère et la pauvreté qui règnent dans les rues. Il propose une immersion totale à son lecteur.

La plume de l’auteur est fluide. Avec un style très visuel, il a su rendre toute l’atmosphère de l’époque. J’ai particulièrement apprécié les petits chapitres qui permettent de rythmer l’histoire. Je n’ai ressenti aucune longueur. Les descriptions des paysages et des villes sont très bien rendues.

Un deuxième tome captivant, bouleversant et où l’auteur manie le suspense avec brio. Une aventure littéraire à découvrir sans hésiter.

Ma note : 19/20

Romance auto-édité

Malgré tout

Malgré tout de Magali Santos

  • Auteur : Magali Santos
  • Titre : Malgré tout
  • Genre : Romance
  • Éditions : Auto-édité
  • Nombre de pages : 159
  • Parution : 2 juin 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Une enfance heureuse et un premier amour passionnel gâchés par une erreur de jeunesse impardonnable.

Un lourd secret gardé des années. Le poids de la culpabilité enfoui à jamais. Quand l’amour s’oppose à la morale, Léane suit son coeur au lieu de la raison. Est-ce le bon choix ? La déception et la trahison laissent l’amertume dans le présent. Léane réussira-t-elle à renouer avec son premier amour, Oliver, afin d’adoucir son avenir ? Malgré tout ce qu’il s’est passé, Léane ne perd pas espoir et devra peut-être même apprendre à pardonner.

Le bonheur existe : il est dans l’amour. Il ne reste plus qu’à le trouver.

Mon avis

Je remercie chaleureusement l’auteure Magali Santos pour sa confiance.

Léane est de retour pour quelques jours chez ses parents. En plein dîner chez leurs voisins, elle prend la décision d’annoncer à tout le monde qu’elle décide de divorcer de Valentin. Oliver, le fils des voisins va alors faire son apparition à son tour. La jeune femme a eu une histoire d’amour avec lui à l’époque et toute cette attirance va refaire surface. Pourtant, il semble que beaucoup de choses restent à éclaircir entre eux.

J’ai beaucoup apprécié cette romance, que j’ai trouvée très douce et qui a une bonne part de mystère. Si au départ, je n’ai rien su des tenants et aboutissants de cette relation, peu à peu l’auteure va dévoiler les mystères par petites touches et la part de suspense est bien dosée.

D’emblée, j’ai accroché aux personnages, en particulier à celui de Léane. Je l’ai trouvée forte et avec un caractère affirmé. Malgré les épreuves à laquelle la jeune femme est confrontée, elle saura y faire face. Elle m’a beaucoup touchée et j’ai trouvé que l’auteure a su donner beaucoup de relief aux personnages.

J’ai assez rapidement compris qu’il y avait une grosse part de mystère. J’ai trouvé que Magali avait su parfaitement doser cette part du récit, sans trop en faire. L’histoire de Léane et Oliver nous est dévoilée peu à peu, et j’ai pu constater une véritable évolution dans leurs caractères respectifs.

La plume de l’auteure est très agréable à lire. Avec un style fluide et simple, elle a su me convaincre. Par contre, je dois tout de même mentionner qu’il reste quelques coquilles dans le texte, notamment au niveau des fautes d’accord. J’ai beaucoup aimé le schéma narratif qui alterne entre le point de vue de Léane à une tranche d’âge en particulier. Cela permet de suivre ce qu’il s’est réellement passé enntre la jeune femme et le jeune homme.

Un très belle romance, avec beaucoup d’émotions et une part de mystère. Les personnages sont bien construits et le récit est très prenant. À découvrir.

Ma note : 17/20

Non classé

Jours de sable

Jours de sable d’Aimée de Jongh

  • Auteur : Aimée de Jongh
  • Titre : Jours de sable
  • Genre : Bande-dessinée
  • Éditions : Dargaud
  • Nombre de pages : 288
  • Parution : 21 mai 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Washington, 1937. John Clark, journaliste photoreporter de 22 ans, est engagé par la Farm Security Administration, l’organisme gouvernemental chargé d’aider les fermiers victimes de la Grande Dépression. Sa mission : témoigner de la situation dramatique des agriculteurs du Dust Bowl. Située à cheval sur l’Oklahoma, le Kansas et le Texas, cette région est frappée par la sécheresse et les tempêtes de sable plongent les habitants dans la misère.

En Oklahoma, John tente de se faire accepter par la population. Au cours de son séjour, qui prend la forme d’un voyage initiatique, il devient ami avec une jeune femme, Betty. Grâce à elle, il prend conscience du drame humain provoqué par la crise économique. Mais il remet en question son rôle social et son travail de photographe…

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Dargaud pour leur confiance.

Washington, 1937. John est un jeune photographe engagé pour la Farm Security Administration. Pour sa nouvelle mission, il va devoir se rendre en Oklahoma, afin de dénoncer au travers de ses photos la pauvreté qui y règne. En effet, en pleine Grande Dépression, cette zone géographique connue sous le nom de Dust Bowl est de plus en plus touchée par une sécheresse sans précédent et par des phénomènes météorologiques qui chambouleront tout. Sur place, John fera de grandes rencontres.

Ce roman graphique est un véritable bijou. J’ai été bouleversée tout au long de ma lecture. C’est une réussite totale, que ce soit au niveau scénaristique, tout comme au niveau historique. L’auteure va aborder une thématique que je méconnaissais, à savoir le Dust Bowl. Elle va mêler fiction avec la grande Histoire et tout cela avec une sensibilité et une acuité qui toucheront le lecteur.

D’emblée, je me suis attachée à John et au gré de ses rencontres en Oklahoma, ce personnage va évoluer. Il n’est jamais statique. John va réellement prendre conscience des problemes auxquels sont confrontées les familles que le protagoniste rencontrera au fur et à mesure.

J’ai beaucoup aimé la densité que l’auteure a réussi instaurer à ses personnages. Je les ai trouvés marquants et chacun a son histoire à raconter. De vrais liens vont se créer entre John et ces familles.

Les graphismes sont de toute beauté. Avec beaucoup de réalisme dans les dessins, chaque planche découverte est une réussite. Les dialogues sont épurés mais sonnent juste à chaque fois. J’ai été très émue tout au fil de ce récit.

Un roman graphique qui est une véritable pépite. L’auteure mêle pans historiques et émotions avec brio. C’est à découvrir sans hésiter.

Ma note : 19/20

Jeunesse

Le chameau de la bibliothèque

Le chameau de la bibliothèque de Karine Guiton

  • Auteur : Karine Guiton
  • Titre : Le chameau de la bibliothèque
  • Genre : Jeunesse
  • Éditions : Didier Jeunesse
  • Nombre de pages : 96
  • Parution : 7 juillet 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Monsieur Mache n’est pas un chameau comme les autres. Grand amateur de littérature, il passe son temps à emprunter des livres à la bibliothèque.
Oui, mais voilà, il ne rend jamais les ouvrages empruntés !

Le chameau est-il seulement tête ou l’air, ou cache-t-il un véritable secret ?

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Didier Jeunesse pour leur confiance.

Monsieur Mache est un chameau qui est un lecteur invétéré. Il se rend régulièrement à la bibliothèque où travaille madame Floris, une girafe intransigeante. Et pour cause, elle ne va tarder à reprocher à monsieur Chameau de ne pas rendre tous les livres qu’il emprunte. Elle finira par lui interdire l’accès à la bibliothèque.

Avec ce petit roman jeunesse, une multitude de thématiques intéressantes seront abordées. Notamment l’amour des livres, le respect des règles et l’amitié. J’ai vraiment trouvé ce petit récit très intelligent.

Les plus jeunes pourront également se familiariser avec le monde animal, puisque le roman est empli de références sur les espèces. Ainsi, girafe, chameau, paresseux entre autres se côtoieront dans cette histoire emplie de tendresse.

L’histoire tourne autour des livres et monsieur Mache cache un secret que le lecteur découvrira tout au fil des pages. Les personnages sont tous attachants.

La plume de l’auteure est facile à suivre et conviendra à tous les publics. Avec un style simple et concis, l’auteure rend la lecture fluide. Les illustrations qui parsèment les chapitres sont bienvenues.

Un roman jeunesse qui tourne autour des livres et qui conviendra à tous les lecteurs. À découvrir.

Ma note : 17/20

Essai

Le Paris de mes amours

Le Paris de mes amours de Régine Deforges

  • Auteur : Régine Deforges
  • Titre : Le Paris de mes amours
  • Genre : Essai
  • Éditions : Plon
  • Nombre de pages : 528
  • Parution : 17 juin 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

-Promenade poétique, littéraire et historique dans le temps et l’espace, ce livre est aussi celui des amitiés et des admirations de l’auteur : une galerie de portraits où les vivants et les morts ont forgé la personnalité de la plus belle ville du monde.

J’aime me balader dans Paris, vagabonder le nez en l’air en compagnie de mes chers fantômes : poètes, romanciers, peintres, photographes, piétons de Paris ou mauvais garçons. Les uns m’entraînent dans telle ou telle rue, tel bistrot, les autres dans l’ombre d’une église ou celle d’un pont. Flâner est une occupation qui m’est familière, et Paris est le lieu idéal où s’entremêlent l’histoire et les anecdotes populaires, les émotions de la vie du passé et de celle qui nous occupe. Musarder dans Paris, c’est savoir regarder en souriant un couple d’amoureux, un vol de canards au-dessus de la Seine, s’arrêter pour écouter le vieil accordéoniste qui joue en fredonnant : « Paris je t’aime, je t’aime, je t’aime avec ivresse, comme une maîtresse… »

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Plon pour leur confiance.

Régine Deforges propose au travers de cet ouvrage une promenade unique dans Paris, et ce au moyen d’un abécédaire riche en émotions. Ainsi, les lieux les plus emblématiques seront mis en avant et l’auteure se livre de manière très personnelle.

Quelle belle lecture. Bien évidemment, je vous conseille de lire cet ouvrage par petites touches afin d’apprécier au mieux votre lecture. Régine va totalement se livrer et offrir un récit très intimiste à son lecteur, au travers de ses souvenirs dans cette ville. Tout ce récit est riche en émotions.

J’apprécie énormément ce concept lexical. La place est ainsi donnée aussi bien aux lieux emblématiques, à l’histoire de Paris et à sa géographie. Au travers de chaque entrée transparaît l’amour de Régine pour cette ville. J’ai appris énormément de choses en parcourant les lettres de l’alphabet.

La plume de l’auteure est très belle. Tout en simplicité, Régine a su se livrer à son lecteur. Alternant des moments personnels avec des notions plus générales, le tout reste très intéressant. Il ne s’agit pas d’une série de faits impersonnels mis en avant, bien au contraire. Avec ce concept lexical, la lecture est facile.

Partez à la découverte de Paris, vu sous l’œil attendri de l’auteure. Avec ce lexique amoureux, les lieux emblématiques, la géographie et l’histoire de la ville sont abordés. À découvrir.

Ma note : 17/20

Essai

Merci qui ? Merci mon chien

Merci qui ? Merci mon chien de Jean-Louis Fournier

  • Auteur : Jean-Louis Fournier
  • Titre : Merci qui ? Merci mon chien
  • Genre : Essai
  • Éditions : Buchet Chastel
  • Nombre de pages : 216
  • Parution : 8 octobre 2020
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

On ne dit jamais « merci » aux animaux. Pourtant, on devrait. Ils enchantent le ciel, la mer et la terre. Sans les animaux, il n’y aurait pas de paradis terrestre. Ils ne méritent pas l’ingratitude des hommes. Ils méritent leur reconnaissance. Alors, comme ils ne le demandent jamais, on va leur dire « merci ».

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Buchet Chastel pour leur confiance.

Jean-Louis Fournier va s’interroger. Apprécions-nous réellement toutes les bonnes choses que nous apportent les animaux ? À savoir affection, compagnie et fidélité, par exemple. Il va nous livrer ici une réflexion sur toutes ces idées. Il le fera avec tous les éléments qui le caractérisent. Humour, tendresse et parfois une petite dose d’autodérision composeront ce court livre.

À l’aide de Artdéco, sa minette, l’auteur nous livre une vision d’ensemble sur le monde animal et c’est fait avec une grande dose de tendresse, mais surtout d’originalité. Avec l’aide d’une multitude de jeux de mots intelligents et de citations à l’appui, Jean-Louis livre une véritable analyse qui prête à réfléchir.

La plume de l’auteur est emplie de finesse et il sait manier les mots à la perfection. Les chapitres sont très courts, et chacun d’entre eux aborde un pan en particulier. Je me suis laissée porter par ce récit qui se lit vraiment rapidement, mais qui n’en reste pas moins empli de finesse.

Un court récit qui met en avant les animaux. C’est doux, tendre et empli d’une bonne dose d’humour. À découvrir sans hésiter.

Ma note : 17/20

Thriller

Grand calme

Grand calme de Giles Blunt

  • Auteur : Giles Blunt
  • Titre : Grand calme
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Sonatine
  • Nombre de pages : 336
  • Parution : 12 mai 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Base dérivante Arcosaur, Arctique. Depuis des mois, une équipe de scientifiques affronte les conditions de vie les plus extrêmes pour mener à bien ses recherches. Mais dans la solitude polaire, les nerfs sont à vif et le moindre incident peut entraîner des conséquences désastreuses. Jusqu’à l’irréparable.

Ontario, Canada. Alors que l’hiver s’annonce particulièrement rude à Algonquin Bay, le corps d’un homme est retrouvé dans un motel de la région. Sa maîtresse, dernière personne à l’avoir vu vivant, a disparu. Bientôt, c’est le corps d’une autre femme qui est retrouvé dans un hôtel désaffecté. Dépêchés sur les lieux, les inspecteurs John Cardinal et Lise Delorme sont loin d’imaginer l’ampleur des ramifications qui sous-tendent leur enquête.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Sonatine pour leur confiance.

Algonquin Bay, Canada. Lorsque Laura disparaît mystérieusement, John Cardinal et Lise Delorme sont chargés de l’affaire. Pendant ce temps, ils vont également devoir enquêter sur des femmes retrouvées mortes par hypothermie. Ces affaires sont-elles reliées ?

Voilà un très bon thriller, construit de manière remarquable, et qui fait augmenter la tension tout au fil des pages. En parallèle, nous suivrons le journal d’un jeune homme qui, au milieu de l’océan arctique, fait des recherches auprès d’une équipe de scientifiques. Si au début, je me suis retrouvée quelque peu perdue avec ces passages, je peux vous dire qu’au dénouement, tout se relie. Il vous faudra donc rester attentifs. Ces passages m’ont paru un peu longs au début, mais au fil et à mesure, j’ai été de plus en plus intriguée par cette équipe et le drame couve.

Le plus de cette intrigue réside indubitablement dans les personnages qui mènent l’enquête, forts et hauts en couleurs. J’ai beaucoup aimé le personnage de Lise qui est totalement spontanée et qui ne se laisse pas faire. John a l’air d’être un personnage éraflé, avec ses failles, mais il est également très attachant. Les deux forment un duo d’enquêteurs très particulier.

L’intrigue est bien menée et l’auteur maintient son suspense jusqu’au bout. Je n’avais pas vu où cette histoire allait aboutir et j’ai été très déroutée. Il faudra être patient, puisque les éléments sont dévoilés par petites touches et l’auteur nous balade pendant ce roman.

La plume de l’auteur est fluide mais tout à la fois très soignée. Sous un style percutant, Giles sait maintenir l’attention de son lecteur. Les chapitres se succèdent, l’un consacré aux affaires présentes, et l’autre à cette équipe de scientifiques perdue en plein arctique. Cela dynamise beaucoup le récit.

Un très bon thriller, au suspense maîtrisé jusqu’au dénouement surprenant. Le début prend un peu de temps à se mettre en place, mais par la suite, il devient très difficile de lâcher ce livre. À découvrir.

Ma note : 16/20

Thriller

Seule la haine

Seule la haine de David Ruiz Martin

  • Auteur : David Ruiz Martin
  • Titre : Seule la haine
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Taurnada
  • Nombre de pages : 252
  • Parution : 10 juin 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Persuadé que Larry Barney, psychanalyste spécialisé dans les troubles de l’adolescence, est responsable du suicide de son frère, Elliot, quinze ans, se présente armé dans son cabinet.
Séquestré, Larry n’a d’autre choix que de laisser le jeune homme lui relater les derniers mois. Mais très vite, c’est l’escalade de l’horreur: Larry est jeté dans un monde qui le dépasse, aux frontières de l’abject et de l’inhumanité.
Au fil du récit, tandis que les détails se succèdent, une seule idée l’obsède: celle de s’en sortir, à tout prix…

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Taurnada pour leur confiance.

Neuchâtel. Dans le cabinet du psychanalyste Larry, le drame couve. Le jeune Elliot, quinze ans, vient de se présenter armé et menace Larry. Pour lui, le psychanalyste est le responsable du suicide de son frère. Larry n’a pas le choix, il se voit dans l’obligation d’écouter le jeune homme raconter son histoire.

Il s’agit ici d’un thriller purement psychologique, dans lequel l’auteur, à l’aide d’un huis clos, déroule une intrigue qui montera en tension tout au fil des pages. Cela a été une très bonne lecture, emplie de rebondissements.

Si au début, j’ai un peu craint que l’intrigue ne tourne en rond, puisque c’est souvent ce qui caractérise les huis clos, je dois dire que je me suis vite aperçue qu’il n’en serait rien. David a su maîtriser son récit avec brio et renouveler son intrigue tout au fil des pages afin de ne jamais créer une monotonie ou un quelconque scénario répétitif.

Au fil de l’histoire racontée par Elliot, la tension va monter peu à peu. Les questionnements sont nombreux et il devient très difficile de lâcher le livre. La confrontation entre Elliot et Larry est forte. L’auteur a réussit à brosser des personnages profonds. La tension est bien dosée. L’auteur ne nous sert pas tous les mystères dès le départ.

La plume de l’auteur est très fluide. Avec un style direct, l’histoire se lit très vite. Les petits chapitres rythment l’histoire. Les dialogues sont nombreux. Si au début, l’intrigue est un peu lente à se mettre en place, je dois dire que par la suite, la tension monte crescendo.

Un très bon thriller psychologique. L’auteur nous offre un huis clos angoissant et parfaitement dosé dans le suspense. À découvrir.

Ma note : 17/20

Contemporain

Maritimes

Maritimes de Sylvie Tanette

  • Auteur : Sylvie Tanette
  • Titre : Maritimes
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Grasset
  • Nombre de pages : 120
  • Parution : 12 mai 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Une île perdue en Méditerranée. Des collines, des oliveraies et, au fond d’une crique rocheuse, un village paisible avec son port minuscule. Depuis toujours, sa poignée d’habitants se tient à distance du continent… Ils racontent que de mystérieuses créatures marines veillent sur eux.
Assis sur un banc face à la mer, un vieillard se souvient. C’était l’époque de la dictature. Un jour, un jeune inconnu à l’allure de dieu grec, Benjamin, avait débarqué sur l’île. Il était en fuite, tous s’en doutaient mais nul, jamais, ne lui a demandé de comptes. Benjamin s’est installé dans une maison en ruine, sur un promontoire isolé où bientôt le rejoint Michaëla, fille de l’île et de la mer. Mais la haine qui ravage un continent peut frapper un bout de terre qui se croit à l’abri du monde.
Une puissante histoire de résistance et d’indocilité qui est aussi un appel à l’attention envers la nature et à la force de la fraternité. L’évocation poétique et solaire d’une mythologie méditerranéenne éternelle et celle d’une mémoire chargée de chagrin. On n’oubliera pas la vision de Michaëla et Benjamin, de leur amour éperdu, fracassé par l’horreur de la dictature.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Grasset pour leur confiance.

Une île, dans la Méditerranée. Les habitants y résident comme dans une bulle, à l’écart de la dictature qui sévit sur le continent. Ils semblent êtres écartés et séparés de tout. Lorsque Benjamin, un mystérieux jeune homme, débarque sur l’île pour s’y installer, les habitants l’accueillent sans lui poser de questions.

Je dois dire que je ressors conquise par ce récit. J’ai été surprise par ce magnifique roman aux allures de conte, et c’est un coup de cœur pour ma part. J’ai apprécié le décor de l’histoire et surtout, j’ai eu la sensation d’une véritable parenthèse littéraire, emplie d’émotions.

C’est un vieil homme qui narre l’histoire de cette île et qui, au gré de ses souvenirs, nous raconte le quotidien de ces habitants. Ils vivent vraiment à l’écart de tout, et sont très secrets avec toute nouvelle personne arrivant sur l’île. La solidarité est également de mise entre ces habitants. C’est souvent touchant à suivre, le texte est de toute beauté.

Peu à peu, l’histoire de Benjamin est dévoilée, par petites touches. Ce récit est empreint de beaucoup d’émotions. Tout le récit est vu au travers du regard du vieil homme qui se souvient.

La plume de l’auteure est empreinte de douceur. Ce récit est court mais très puissant, et les descriptions de l’île sont rendues à la perfection. Le texte est narré à la première personne, sous le point de vue du vieil homme.

Un récit aux allures de conte. Une véritable parenthèse littéraire faite d’émotions. Les descriptions sont très réussies. Bien que le roman soit court, il est d’une grande intensité. À découvrir.

Ma note : 18/20

Policier

Rouge

Rouge de Koz

  • Auteur : Koz
  • Titre : Rouge
  • Genre : Policier
  • Éditions : Fleuve
  • Nombre de pages : 320
  • Parution : 1 avril 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

BONTandis qu’une canicule sans précédent s’est abattue sur la France, les départs de feu se multiplient dans la garrigue aux alentours de Marseille, provoquant de véritables scènes de panique. L’intention criminelle ne fait aucun doute. La cellule Vulcain, qui enquête sur les causes d’incendies suspects, est mise à contribution pour identifier et arrêter les responsables de cette catastrophe.

Une mission dont le capitaine Hugo Kezer, en charge de la cellule Nouvelles Menaces, va rapidement prendre le commandement. En effet, celui-ci se trouve justement dans la région pour rendre visite à sa fille, Mila, qui s’est portée volontaire au sein d’une association pour secourir la faune mise en danger par les feux de forêt. Impossible alors, pour lui, de ne pas se lancer à corps perdu dans cette affaire.

Pourtant, sans tarder, ses investigations sur les «mégafeux» en cours vont compromettre son propre enfant…

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Fleuve pour leur confiance.

Marseille. Une canicule sévit dans cette ville. Les départs de feu se propagent à grande vitesse. Il semble évident que ces incendies sont volontaires. Le capitaine Hugo Kezer va alors enquêter auprès de ses collègues de Marseille. Très vite, il va s’apercevoir que sa fille pourrait être en danger.

Ce roman constitue le deuxième tome de la saga proposée par Koz, le premier ayant pour titre « Noir », et qui projetait la ville de Paris dans l’obscurité la plus totale. Ici, de nouvelles menaces sévissent et le capitaine Kezer va devoir tout mettre en œuvre afin de démêler les divers mystères et trouver les coupables de ces incendies.

J’ai encore une fois passé un très bon moment de lecture. Comme au tome précédent, une fois la lecture débutée, il devient très difficile de lâcher son roman. L’auteur n’a pas son pareil pour maintenir son suspense jusqu’au dénouement et faire monter la tension au fil des pages.

J’ai apprécié de retrouver le capitaine Hugo Kezer, et de pouvoir ainsi suivre son évolution. Il va être confronté à une enquête très périlleuse. Je trouve ce personnage très bien construit. À ses côtés, nous retrouverons son collègue qui est également un très bon ami, et Anne, avec qui les conflits sont toujours très présents.

L’intrigue se déroule en quelques jours et l’auteur a su doser le suspense. Je n’ai ressenti aucune longueur. Le schéma narratif est particulièrement réussi, puisque l’auteur change régulièrement de lieu au fil des chapitres. Pour chacun d’entre eux, l’auteur a bien veillé à préciser l’espace spatio-temporel, ce que j’ai trouvé très judicieux.

La plume de l’auteur est addictive. Avec un style véloce et clair, les pages défilent. Ce tome étant le second, je pense qu’il est tout de même mieux de découvrir les romans dans l’ordre, afin de bien comprendre les relations entre les personnages et leur évolution.

Un tome toujours aussi bon dans le suspense. Une fois commencé, il est très difficile de lâcher sa lecture. Une très bonne lecture.

Ma note : 16/20

Contemporain

Pourquoi nous ?

Pourquoi nous ? d’Astrid Veillon

  • Auteur : Astrid Veillon
  • Titre : Pourquoi nous ?
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Plon
  • Nombre de pages : 264
  • Parution : 3 juin 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

-Un lumineux roman d’amour, de tolérance et de résilience sur la fragilité de la vie et l’importance de vivre à fond le moment présent.
Charly, navigateur épris d’aventure et de liberté, et Lucy, célèbre comédienne, ont tout pour être heureux. Chacun a trouvé en l’autre son double et s’autorise enfin à vivre pleinement. Jusqu’au jour où un drame vient briser la bulle de bonheur qu’ils ont construite autour de leur petit Léo…

Une relation mère-fils bouleversante et un lumineux roman d’amour, de tolérance et de résilience sur la fragilité de l’existence et l’importance de vivre le moment présent.

Quand le plus beau des cadeaux à faire à un enfant est de lui apprendre à aimer la vie envers et contre tout…

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Plon pour leur confiance.

Charly est navigateur, Lucy est actrice. Alors que l’un revient d’une compétition et que l’autre revient d’un tournage, le hasard va leur permettre de se rencontrer. Lors de l’anniversaire d’un ami en commun, ils vont se trouver et dès lors, tout semble être une évidence entre eux. Ils ne se quittent plus. Malgré leurs caractères totalement opposés, Charly et Lucy se laissent entraîner dans le tourbillon de l’amour.

J’ai eu un coup de cœur énorme pour cette histoire qui m’a bousculée dans mes émotions tout au fil des pages. Quel magnifique roman nous livre ici Astrid, et quelle acuité dans son analyse des sentiments , que ce soit en ce qui concerne l’amour dans un couple, tout comme l’amour materno-filial. Je suis ressortie profondément émue et chamboulée à la fin de ma lecture.

Sous un postulat de départ simple, Astrid va aborder diverses thématiques. Les deux personnages principaux sont touchants au possible. Je me suis attachée à eux dès le début. D’emblée, j’ai su que Lucy cachait un passé douloureux, qui se traduit par son urgence à profiter des moments présents. La jeune femme est secrète et son histoire sera dévoilée par petites touches.

Cette histoire d’amour m’a parue sublime. Je n’ai pas retrouvé de clichés ni de poncifs qui peuvent être propres aux romances. Bien au contraire, j’y ai juste retrouvé deux personnages qui se livrent peu à peu l’un à l’autre. Astrid a su brosser des caractères très sensibles.

Astrid va également aborder l’amour materno-filial dans ce roman. Les mots sont choisis avec grande justesse et la sensibilité transparaît à chaque page. J’ai été très émue de voir l’épanouissement des personnages.

La plume de l’auteure est tout en simplicité mais sonne juste à tout moment. J’ai fortement apprécié le schéma narratif proposé par Astrid. En effet, l’alternance des points de vue de Charly et de Lucy permet de mieux comprendre comment chacun d’entre eux appréhende les événements. Ces passages sont entrecoupés d’une narration plus neutre, dans laquelle aucun des deux personnages ne prend la parole. Le style est empli de douceur.

Un roman bouleversant, de ceux qui touchent profondément et dont on ne ressort pas indemnes. L’auteure aborde les sentiments avec délicatesse et beaucoup de sensibilité. Un roman à ne pas manquer.

Ma note : 19/20

Non classé

Les châteaux de la Loire

Les châteaux de la Loire de Collectif

  • Auteur : Collectif
  • Titre : Les châteaux de la Loire
  • Genre : Guide pratique
  • Éditions : Audiolib
  • Lu par : Philippe Sollier
  • Nombre de minutes : 306
  • Parution : 14 avril 2021
  • Pour vous procurer ce livre audio, c’est ici

Résumé

Un guide culturel audio pour les curieux, les amateurs d’histoire et les voyageurs. Le parfait kit de découverte d’une région et de sa culture, à écouter depuis votre canapé, en voiture ou à l’hôtel !

Plongez dans le passé de la « vallée des rois » et découvrez les châteaux de la Loire, célèbres dans le monde entier : Chambord, Blois ou encore Chenonceau ne sont que les figures de proue d’une constellation d’édifices remarquables dont même les moins connus réservent leur lot de merveilles. Jardins Renaissance, habitations troglodytiques, vignobles, voies vertes : le Val de Loire recèle mille autres richesses naturelles et historiques. Que vous projetiez ou non de vous y rendre, nous vous proposons de partir à la rencontre de cette région aux si beaux paysages, à l’histoire fascinante et aux somptueux monuments.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Audiolib pour leur confiance.

J’ai découvert ce guide sous format audio et lu par Philippe Sollier.

Envie d’une promenade touristique et de découvrir toutes les richesses de la région Val de Loire ? Ce guide sera votre meilleur allié afin de vous familiariser avec les diverses notions et une véritable initiation au voyage.

Narration

La voix dynamique et claire de Philippe Sollier permet de suivre cette écoute sans jamais ressentir de monotonie.

Philippe Sollier sait insuffler beaucoup d’entrain dans sa lecture. Sa diction est parfaite. Les intonations sont énergiques.

Les accompagnements sonores sont particulièrement bien choisis, très en accord avec la thématique.

Contenu du guide

J’ai trouvé ce guide particulièrement intéressant. Il constitue une belle approche afin de se familiariser aux diverses notions et aux paysages qui constituent le Val de Loire.

Les thématiques sont diverses, ce qui est agréable. De manière concise, les principaux points seront abordés. Il est bien entendu un peu compliqué d’approfondir toutes les notions, mais cela donne une très bonne vue d’ensemble.

Ainsi, la géographie, l’histoire, l’architecture, la gastronomie et un tour des châteaux seront abordés. Le tout est facile à suivre, les chapitres ne sont pas trop longs pour éviter d’instaurer une certaine monotonie.

Vue d’ensemble

Un guide lu avec brio par la voix entraînante et dynamique de Philippe Sollier. Les principales notions sont abordées et il s’agit d’une belle amorce pour se familiariser avec cette région. À découvrir.

Ma note : 17/20

Contemporain

Fête et défaites

Fête et défaites d’Antoine Cristau

  • Auteur : Antoine Cristau
  • Titre : Fête et défaites
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Cherche Midi
  • Nombre de pages : 272
  • Parution : 6 mai 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Camille et Laurent s’aiment.

Depuis qu’elle est enfant, Camille rêve d’un grand mariage tandis que Laurent, marqué par le divorce de ses parents, s’est juré de ne jamais s’engager. Par amour, chacun fait un pas en direction de l’autre : ce sera un pacs imaginé en petit comité, avec leurs familles et quelques amis. Mais c’est sans compter l’intrusion zélée des parents de Camille dans l’organisation de cette célébration.

Le jour « J » arrive : la fête tiendra-t-elle toutes ses promesses de bonheur ?

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Cherche Midi pour leur confiance.

Camille et Laurent forment un couple heureux. Pourtant, le jeune homme est réticent au mariage. Camille va alors lui proposer de se pacser, et de faire une fête en petit comité pour célébrer leur union. Ce ne sera pas du goût des parents de la jeune femme, qui ont toujours imaginé un grand mariage pour leur fille. Comment ces deux familles, issues de milieux très différents, vont-elles réussir à trouver un terrain d’entente ?

Voilà un roman rafraîchissant, qui permet un moment de lecture tout en douceur et d’évasion, le tout agrémenté par une belle pointe d’originalité. En effet, celle-ci réside dans la construction narrative particulière et déroutante.

Chaque fin de chapitre est constitué d’une phrase qui clôt celui-ci et ouvre le prochain. Si au début, j’ai été un peu sceptique quant à ce procédé, je dois dire que je me vite prise au jeu. C’est un exercice de style loin d’être aisé, et il faut reconnaître que l’auteur a su maîtriser ce pan du récit.

En ce qui concerne l’histoire, s’il est vrai que l’intrigue ne révolutionnera pas le genre, elle n’en reste pas moins très agréable à suivre. J’ai beaucoup aimé cette galerie de personnages qui ont tous leurs particularités. L’auteur a su créer des caractères forts et il a réussi à bien dépeindre tous les personnages.

Tout au fil des pages, le lecteur suivra l’organisation de la fête prévue par les parents de Camille. Les tensions croissent et les émotions seront à fleur de peau. Il faudra rester concentré pendant l’histoire, les personnages étant très nombreux. Malgré tout, l’auteur nous illustre l’arbre généalogique de Laurent et Camille au début du roman, et j’ai trouvé cela très judicieux.

La plume de l’auteur est fluide et très addictive. Chaque petit chapitre mettra en exergue l’un des personnages qui constitue l’histoire. Les pages défilent et le tout est très addictif. Les dialogues sont très bien construits.

Un récit à la construction originale, véritable feel-good, servi par des personnages hauts en couleurs. Un roman rafraîchissant à découvrir.

Ma note : 16/20

Jeunesse

Extra

Extra de Delphine Pessin

  • Auteur : Delphine Pessin
  • Titre : Extra
  • Genre : Jeunesse
  • Éditions : Didier Jeunesse
  • Nombre de pages : 128
  • Parution : 9 juin 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Élias a été désigné pour héberger un correspondant étranger pendant une semaine… sans se douter qu’il ne vient ni d’Allemagne ni d’Angleterre. Aytac vit sur Alter, une planète bien différente de la Terre ! L’extraterrestre a la peau bleue, il porte des cravates tous les jours et ne mange rien de ce que l’on peut trouver dans les assiettes de la cantine. Même si, au début, Élias est un peu inquiet, il est aussi impatient et curieux de faire sa connaissance.
Mais comment les autres élèves vont-ils accueillir ce drôle de correspondant venu d’ailleurs ?

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Didier Jeunesse pour leur confiance.

Élias s’est endormi en classe. Lorsqu’il se réveille, c’est sans réfléchir qu’il accepte la proposition de son professeur, qui consiste à accueillir un correspondant chez lui. Ce qu’il ignorait, c’est que ce mystérieux correspondant, qui s’appelle Aytac, n’est autre qu’un extra-terrestre, venu de la planète Alter. Élias se demande alors dans quelle aventure il s’est embarqué.

Voilà un roman jeunesse empli de finesse et très intelligent de par une intrigue qui aborde des thématiques qui intéresseront tout le monde. En effet, au travers d’un personnage totalement différent, l’auteure va aborder la tolérance et le respect.

J’ai beaucoup aimé la relation d’amitié qui va peu à peu prendre forme entre Élias et Aytac. J’ai été très touchée par la solidarité dont il feront preuve l’un envers l’autre. J’ai beaucoup aimé le message que veut faire passer l’auteure au travers de cette histoire.

La plume de l’auteure est abordable pour tous les publics. Avec un vocabulaire simple mais soigné, les pages défilent, et la lecture est vraiment facile. Les petites illustrations en début de chapitre sont les bienvenues.

Un roman jeunesse abordant des thématiques importantes, au travers d’une relation amicale qui prend peu à peu forme entre les deux protagonistes. À découvrir.

Ma note : 17/20

Contemporain

Les vents sauvages

Les vents sauvages de Johann Guillaud-Bachet

  • Auteur : Johann Guillaud-Bachet
  • Titre : Les vents sauvages
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Calmann-Lévy
  • Nombre de pages : 352
  • Parution : 7 avril 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Dans une France au bord de la guerre civile, où les ressources se font rares, Étienne décide de tout quitter pour se réfugier avec sa fille Manon dans la ferme familiale, au milieu des forêts d’épineux.
Il y retrouve de vieux amis mais son rêve d’autarcie s’écroule rapidement : la vie est rude dans la vallée cernée d’imposantes montagnes où plus personne n’ose
s’aventurer. Les pouvoirs publics ont déserté la région, au profit de la mystérieuse Fonderie qui semble tenir le village et les alentours sous son joug. Ici aussi,
peur et violence règnent.
Bientôt, Étienne apprend que plusieurs jeunes filles ont disparu et que des corps d’hommes déchiquetés sont régulièrement retrouvés à la fonte des neiges.
Chaque jour, les vents se déchaînent, chaque jour, les habitants se terrent… Et les peurs ancestrales resurgissent.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Calmann-Lévy et l’auteur pour leur confiance.

Dans une France qui se déchire, Étienne décide de partir avec sa fille Manon dans la ferme familiale, au milieu d’un village perdu. Les habitants vont se montrer bien soupçonneux face à ces nouveaux arrivants. Pourtant, tous ne leur réservent pas un accueil hostile. Étienne et Manon trouveront du réconfort auprès de Mathieu, Caro et leurs enfants, ainsi que de Seriane, la voisine d’Étienne. Certains événements étranges vont subvenir. Que se passe-t-il dans cet endroit ?

Quel roman bluffant et déroutant. Je dois dire que Johann n’a pas son pareil pour créer des atmosphères particulières qui servent à chaque fois l’intrigue. La nature tiendra ici un rôle primordial, presque comme un personnage à part entière. Cela favorise à créer un climat de tension perpétuel tout au fil de l’histoire.

Dès les première pages, je me suis laissée embarquer dans une intrigue particulière. S’il est vrai qu’au début, j’aurais aimé que Johann nous en dise un peu plus sur le contexte, je dois reconnaître que par la suite, cela ne m’a plus du tout posé problème. Le récit est rondement menée.

J’y ai retrouvé une thématique récurrente à l’auteur, à savoir la nature, somptueuse, mais aussi parfois sauvage. Tout au fil des pages, l’ambiance devient de plus en plus pesante. Les descriptions sont d’un réalisme surprenant.

Les mystères s’épaississent au fil des pages. J’ai été très intriguée et l’auteur a su maintenir un suspense jusqu’au dénouement, maniant habilement effets de surprise et révélations. Les personnages sont bien construits.

La plume de l’auteur est raffinée et élégante. D’une grande qualité stylistique, les descriptions des paysages sont réalistes et surprenantes. Les chapitres sont plutôt courts, ce qui rythme beaucoup l’histoire. Énormément de dialogues viennent ponctuer le tout. Je ressors conquise par la manière d’écrire de Johann.

Un roman bluffant, servi par une intrigue qui tient en haleine jusqu’au dénouement. À découvrir sans hésiter.

Ma note : 18/20

Contemporain

De feu et d’or

De feu et d’or de Jacqueline Woodson

  • Auteur : Jacqueline Woodson
  • Titre : De feu et d’or
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Stock
  • Nombre de pages : 150
  • Parution : 10 mars 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

notezNous sommes en 2001, le soir d’une fête donnée en l’honneur de Melody et de ses seize ans, dans la maison familiale de Brooklyn. Couvée du regard par ses parents et amis, elle fait son entrée sur une musique de Prince, dans une robe blanche taillée sur mesure. Une tristesse flotte néanmoins dans l’atmosphère. Seize ans plus tôt, cette même robe fut cousue pour une autre jeune fille : Iris, la mère de Melody, pour fêter aussi son entrée dans l’âge adulte. Une célébration qui n’eut finalement jamais lieu. Iris était enceinte.

Déroulant l’histoire de Melody, de son père, d’Iris et de ses parents – du massacre de Tulsa en 1921 au 11 septembre 2001 – pour comprendre comment ils en sont arrivés là, Jacqueline Woodson reconstitue non seulement leurs ambitions et leur fureur de vivre, mais aussi le prix qu’ils ont payé pour échapper à leur destin si profondément façonné par des décennies de racisme. En explorant le désir et l’identité sexuels, la maternité, l’éducation, la classe et le statut social, De feu et d’or décrit de façon magistrale la manière dont les jeunes doivent si souvent prendre des décisions irrévocables pour leur futur – avant même de savoir qui ils sont et ce qu’ils veulent devenir.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Stock pour leur confiance.

2001, Brooklyn. Melody fête ses seize ans. Pour l’occasion, une fête est donnée sous le regard de ses proches. En voyant sa fille apparaître dans une belle robe, Iris, sa mère, se souvient. Cette même robe lui était destinée pour ses seize ans et sa fête. Pourtant, il en sera autrement et elle ne la portera pas. En effet, à ce moment-là, elle apprendra qu’elle est enceinte de Melody. Cette fête est l’occasion pour tous de se livrer à une réflexion personnelle et de faire appel à ses souvenirs.

Ce roman est un coup de cœur pour ma part. Sous un format assez court, j’ai trouvé que l’auteure a su aller à l’essentiel et à aborder beaucoup de thématiques avec profondeur et sensibilité. Si le début de ce roman m’a paru déroutant, je me suis peu à peu laissée convaincre d’une part par l’intrigue et de l’autre par la belle plume de l’auteure.

Ce roman est une véritable réflexion sur la maternité, mais ici, et c’est ce qui m’a particulièrement plu, la paternité tient également un rôle prédominant. Au gré de ses souvenirs, Iris va retracer son histoire avec Aubrey. Le lecteur va ainsi pouvoir comprendre les tenants et aboutissants et les questionnements du couple, qui aborde cette nouvelle étape de manière bien différente.

La voix est tour à tour donnée aux divers personnages qui vont se raconter, se souvenir, se dévoiler. Les parents d’Iris et la maman d’Aubrey tiennent une place importante dans cette intrigue. Chacun dévoile son histoire personnelle et tous les événements mis bout à bout constituent l’histoire de famille de la jeune Melody.

C’est tendre, souvent touchant, mais également triste et parfois émouvant. Beaucoup d’émotions transparaissent dans ce texte simple mais profond. Le tout est restitué avec beaucoup d’authenticité.

La plume de l’auteure est élégante et tout en finesse. J’ai beaucoup aimé le schéma narratif, octroyant à tour de rôle une mise en avant de l’un des personnages. Les pages ont défilé.

Un roman tendre dans lequel l’auteure décortique les émotions et aborde des thématiques intéressantes. Un livre à découvrir sans hésiter.

Ma note : 18/20

Contemporain auto-édité

Avant j’avais des principes, maintenant je suis papa, tome 2

Des premiers pas au Terrible Two

  • Auteur : Pierre-Étienne Bram
  • Titre : Des premiers pas au Terrible Two
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Auto-éditié
  • Nombre de pages : 137
  • Parution :
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé


Mon petit Léon venait de souffler sa première bougie. Je pensais que le plus dur était passé (c’est si beau la naïveté d’un jeune papa).
Après avoir décrit dans le tome 1 les joies de la découverte de la paternité, je vous raconte dans ce livre sa 2e et sa 3e année, incluant l’apprentissage de la marche et de la parole avec toujours autant d’humour, de tendresse et surtout avec une totale franchise. Vous découvrirez également comment on a continué à subir des nuits chaotiques, parfois parsemées de terreurs nocturnes, comment on a survécu à un confinement avec un enfant en bas âge, et enfin, comment on s’est pris de plein fouet son Terrible Two, à savoir quand il se roulait par terre en hurlant pour un oui, et surtout pour un non. Un livre pour parents et grands-parents qui se reconnaîtront (ou pas) à travers les yeux d’un jeune papa qui n’en a pas fini de s’asseoir sur ses principes.

Mon avis

Je remercie chaleureusement l’auteur Pierre-Étienne Bram pour sa confiance.

Pierre-Étienne nous revient avec le deuxième tome de ses aventures comme papa. Le petit Léon a bien grandi et maintenant que les interactions sont plus nombreuses et que les moments plus compliqués semblent résolus, Pierre-Étienne va nous relater l’épanouissement de son petit bout de chou. Pourtant, l’auteur va devoir faire face à de nouveaux défis, notamment au Terrible Two qui guette.

Je dois avouer que j’ignorais tout du Terrible Two. Cela consiste simplement en l’apprentissage de dire non de la part des enfants. Il faut dire qu’une fois que le petit Léon a appris cette nouvelle notion, il n’a pas hésité à s’en servir à loisir. Cela donne des situations cocasses mais aussi des moments de tension qui mettront à rude épreuve la patience des parents du petit Léon.

J’ai trouvé ce tome plus intéressant, dans le sens où les interactions sont plus nombreuses, puisque le petit Léon a bien grandi, et que maintenant qu’il marche et commence à parler, les situations drôles et tendres s’enchaînent. Si l’auteur ne met jamais l’accent sur le fait de nous décrire que ce qui pourrait être idyllique, j’ai tout de même ressenti que les problèmes du début sont maintenant surmontés et que tout est bien plus serein.

Bien évidemment, certains moments dans lesquels la patience fait défaut subsistent et Pierre-Étienne y consacre un chapitre. L’auteur décide de réellement nous raconter ce qu’il ressent sans tenter d’enrober le tout. C’est finalement ce qui rend ce récit si authentique. Les moments sont parfois difficiles. Il revient sur le confinement pendant lequel il s’est occupé à plein-temps du petit Léon. C’est toujours relaté avec beaucoup de réalisme mais aussi avec une grande tendresse.

La plume de Pierre-Étienne est très soignée et de qualité. Toutes les notions sont expliquées. Chaque chapitre est illustré par un petit dessin, tout comme lors du premier, et j’ai trouvé cela très mignon. L’auteur se livre littéralement à son lecteur. J’ai trouvé cela très touchant.

Un deuxième tome toujours aussi authentique et empli de tendresse. L’auteur se dévoile avec beaucoup de sincérité. À découvrir,

Ma note : 17/20