Policier

Son espionne royale mène l’enquête

Son espionne royale mène l’enquête de Rhys Bowen

  • Auteur : Rhys Bowen
  • Titre : Son espionne royale mène l’enquête
  • Genre : Policier
  • Éditions : Robert Laffont
  • Nombre de pages : 360
  • Parution : 6 juin 2019

Résumé

Londres, 1932. Lady Victoria Georgiana Charlotte Eugenie, fille du duc de Glen Garry et Rannoch, trente-quatrième héritière du trône britannique, est complètement fauchée depuis que son demi-frère lui a coupé les vivres. Et voilà qu’en plus ce dernier veut la marier à un prince roumain ! Georgie, qui refuse qu’on lui dicte sa vie, s’enfuit à Londres pour échapper à cette funeste promesse de mariage : elle va devoir apprendre à se débrouiller par elle-même. Mais le lendemain de son arrivée dans la capitale, la reine la convoque à Buckingham pour la charger d’une mission pour le moins insolite : espionner son fils, le prince de Galles, qui fricote avec une certaine Américaine… Entre Downton Abbey et The Crown, une série d’enquêtes royales so British ! 

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Robert Laffont pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce titre.

Nous sommes ici avec Georgie, trente-quatrième héritière du trône britannique et qui va pourtant se retrouver sans un sou. Effectivement, son demi-frère décide de lui couper les vivres et veut en plus contrôler sa vie, en lui suggérant fortement de se trouver un bon parti. Georgie décide alors de se débrouiller toute seule et se rendra à Londres. La reine la convoquera pour une mission : espionner son fils, qui a apparemment de mauvaises fréquentations féminines.

Avant toute chose, il faut savoir que cette quatrième de couverture peut se révéler trompeuse. J’ai pensé, lorsque je l’ai débuté, que tout tournerait autour de la mission que la reine confie à Georgie. Il n’en est rien. Ce n’est absolument pas là où réside le fort de l’intrigue. Bien évidemment, je n’en dirai pas plus, pour ne rien spoiler, mais ce fut une belle découverte.

J’ai été séduite par ce premier volet des aventures de Georgie, et je pense que le caractère de l’héroïne y est pour beaucoup. D’emblée, j’ai accroché à ce personnage principal qui n’a pas froid aux yeux, qui est très courageuse et très débrouillarde. Je l’ai trouvée très bien dépeinte, et c’est indéniablement le point fort de ce roman.

Quant à l’intrigue, j’ai finalement été prise dans l’engrenage. Lorsque j’ai compris que l’auteure partait dans une toute autre direction que celle que j’attendais, j’avoue avoir été quelque peu déçue. Et pourtant, cette déception s’est rapidement estompée, puisque je me suis laissée prendre au jeu du mystère présent dans ce roman. Certes, l’intrigue peut paraître classique de prime abord, mais pour ma part, j’ai tourné les pages avec avidité et la fin m’a surprise.

Une grande place est faite aussi aux personnages secondaires. Une véritable galerie de caractères, truculents à souhait et originaux, viendront servir l’intrigue. La plume de l’auteure est simple mais entraînante.

Un véritable roman policier d’ambiance, avec pour toile de fond la royauté britannique, qui aura su me convaincre. Je serais vraiment curieuse de découvrir la suite. Je vous recommande de découvrir ce livre.

Ma note : 17/20

Publicités
Jeunesse

Lilo

Lilo de Sylvie Baud-Stef

  • Auteur : Sylvie Baud-Stef
  • Titre : Lilo
  • Genre : Jeunesse
  • Éditions : Au Loup
  • Parution : 23 avril 2019

Résumé

Ce séjour en colonie de vacances était plein de promesses…

Mais Lilo se retrouve en butte à l’hostilité d’un groupe de jeunes. Harcelée, de plus en plus isolée, elle a du mal à leur résister.

Malgré ces débuts difficiles, Lilo réussira-t-elle à surmonter les obstacles qui l’empêchent de rester ?

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Au Loup pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Nous sommes ici avec Lilo, jeune adolescente, envoyée en colonie de vacances par ses parents. Le séjour avait tout pour faire rêver, et pourtant Lilo va se retrouver victime de harcèlement de la part des autres jeunes filles du camp.

Cette courte nouvelle est très bien réalisée. L’auteure va ici aborder un sujet très délicat, mais de manière toujours optimiste. C’est un roman à mettre entre toutes les mains.

L’histoire en elle-même est très simple, certes. Mais ce qui compte ici, c’est davantage le message qu’elle délivre. Au travers de Lilo, un personnage attachant, l’auteure va essayer d’aborder le sujet du harcèlement scolaire, mais toujours avec beaucoup de délicatesse.

La plume est soignée. L’histoire est légère, malgré le lourd sujet et garde toujours cette pointe de bonne humeur et d’optimisme.

Ma note : 18/20

Romance

Il suffit parfois d’un rien… et d’une fraise Tagada !

Il suffit parfois d’un rien… et d’une fraise Tagada ! de Tiphaine Hadet

  • Auteur : Tiphaine Hadet
  • Titre : Ul suffit parfois d’un rien… et d’une fraise Tagada !
  • Genre : Romance
  • Éditions : Librinova
  • Nombre de pages : 58
  • Parution : 20 février 2019

Résumé

Du haut de ses 24 ans, Caroline a grandi avec sa mère, gouvernante des Freunberger, richissime famille parisienne qui vit dans un immeuble cossu en plein cœur de Paris. Lorsqu’elles sont invitées au mariage de Victoire, petite-fille du clan, dans un immense château en banlieue, Caroline y va à reculons pour faire plaisir à sa mère. Sur les conseils d’Hervé, son meilleur ami, la jeune femme va tenter d’enfouir ses rancœurs afin de ne pas mettre de désordre au milieu des festivités. Mais c’est sans compter sur une rafale de quiproquos qui va mettre à mal la sérénité de Caroline… et sa solitude d’éternelle célibataire, a priori bien dans ses baskets…

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Librinova pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Nous sommes ici avec Caroline, jeune femme modeste, qui a grandi auprès de sa mère, Luisa. Cette dernière est la gouvernante des Freunberger, une famille très riche et prétentieuse. Lorsque Victoire, jeune fille du clan des Freunberger les invite à assister à son mariage, c’est à reculons que Caroline accepte.

Ce court roman, que l’on pourrait qualifier de nouvelle, est une véritable réussite. C’est frais, léger et pétillant. Tous les ressorts propres à ce genre littéraire sont présents, mais pourtant, je n’y ai pas forcément retrouvé tous les clichés qui m’agacent généralement. Bien au contraire, j’ai passé un excellent moment de lecture.

J’ai adoré le personnage de Caroline. J’ai souvent ri de ses aventures rocambolesques, et je me suis laissée entraîner par ses déboires. L’auteure a su créer un personnage très attachant et haut en couleurs. Aucun ennui n’est possible pendant cette lecture.

Je dois accorder une mention spéciale pour la couverture et le titre. J’ai totalement craqué, j’avoue. Il faut dire qu’ils sont en adéquation totale avec ce que l’on va découvrir au travers des pages, à savoir une histoire aussi sucrée qu’une fraise Tagada et un moment de lecture tout en douceur.

La plume de l’auteure est très soignée et précise. Je n’ai finalement qu’un seul bémol à ce récit : il est trop court et j’en aurais bien lu quelques pages de plus. Ce n’est bien évidemment pas un véritable bémol, mais plutôt une preuve d’à quel point cette lecture m’a plu.

Ma note : 18/20

Contemporain, Non classé

La couleur du lait

La couleur du lait de Nell Leyshon

  • Auteur : Nell Leyshon
  • La couleur du lait
  • Genre : Historique
  • Éditions : 10/18
  • Nombre de pages : 192
  • Parution : 3 septembre 2015

Résumé

En cette année 1831, Mary, une fille de 15 ans entame le tragique récit de sa courte existence : un père brutal, une mère insensible et sévère, en bref, une vie de misère dans la campagne anglaise du Dorset.
Simple et franche, lucide et impitoyable, elle raconte comment, un été, sa vie a basculé lorsqu’on l’a envoyée travailler chez le pasteur Graham, afin de servir et tenir compagnie à son épouse, femme fragile et pleine de douceur.
Elle apprend avec elle la bienveillance, et découvre avec le pasteur les richesses de la lecture et de l’écriture.. mais aussi l’obéissance, l’avilissement et l’humiliation. Finalement, l’apprentissage prodigué ne lui servira qu’à écrire noir sur blanc sa fatale destinée. Et son implacable confession.

Mon avis

Nous sommes ici avec Mary, jeune fille de quatorze ans. Partagée entre un père brutal, une mère insensible et trois sœurs auprès desquelles elle doit accomplir toutes les tâches propres à la ferme où elle habite, sa vie n’est pas toujours facile. Bientôt, elle sera appelée chez le pasteur Graham pour s’occuper de sa femme.

Il faut savoir que cette histoire est relatée par Mary sous forme de confession. Cette dernière n’apprend à lire et à écrire qu’à l’âge de quatorze ans. L’auteure, ayant voulu rendre ce récit le plus réaliste possible, prend donc le parti d’en faire un texte très basique. Effectivement, ici, pas de majuscules, une ponctuation pas toujours maîtrisée et un vocabulaire très basique seront de mise. Au début, j’ai été totalement déroutée. Une fois que l’on s’habitue, cela permet au lecteur de réellement s’attacher à Mary.

J’avoue avoir trouvé l’histoire bouleversante. Je l’ai lu à reculons, et lorsque la fin est arrivée, je suis passée par un carrousel d’émotions. Il est impossible de ne pas s’attacher à Mary, et j’ai trouvé que l’auteure l’a dépeinte à la perfection et a su créer un personnage tout en nuances, avec un caractère fort et un franc-parler à toute épreuve.

Ce roman est très court mais très fort en émotion. Il ne faudra pas se laisser décourager par le vocabulaire et la syntaxe qui ne ressemble en rien à ce que l’on peut attendre d’un roman. Je ne peux que vous conseiller de le découvrir.

Ma note : 17/20

Thriller

Studio 6

Studio 6 de Liza Marklund

  • Auteur : Liza Marklund
  • Titre : Studio 6
  • Genre : Thriller
  • Éditions : HLAB
  • Nombre de pages : 444
  • Parution : 23 janvier 2019

Résumé

Annika Bengtzon est chargée de répondre aux appels de la Hot Line de La Presse du soir, quotidien suédois à sensation où elle est stagiaire. Un jour, un anonyme lui livre un scoop : le corps nu d’une jeune fille a été découvert dans un cimetière de Stockholm. Elle a visiblement été étranglée. C’est le meurtre de l’été ! Le rédacteur en chef met Annika sur le coup. La victime s’appelait Josefin, elle n’avait que dix-neuf ans et travaillait au Studio Sex, une boîte de nuit porno.
Contre toute attente, son enquête la conduit à un ministre. Comment s’est-il retrouvé impliqué dans cette affaire sulfureuse ? Quels secrets cache-t-il ? Pour devenir journaliste, Annika va devoir le découvrir. Mais à quel prix ?

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions HLAB pour leur confiance et grâce à qui j’ai ou découvrir ce roman.

Nous sommes ici avec Annika, qui travaille à la rédaction d’un journal à sensation et est chargée de répondre à la Hot Line, pour ainsi faire le tri dans les informations qu’elle reçoit. Un jour, elle va recevoir un appel paniqué, lui affirmant qu’un cadavre a été retrouvé. Dès lors, Annika n’aura de cesse d’essayer de résoudre cette enquête et de monter ainsi les échelons pour évoluer professionnellement.

Sachez qu’il s’agit ici, chronologiquement parlant, du deuxième tome des aventures de la protagoniste Annika. Malgré tout, rassurez-vous, celui-ci peut se lire sans en avoir découvert le premier et ne devrait poser aucun souci à la compréhension.

Bien que j’aie assez apprécié cette enquête, je l’ai trouvée trop étirée en longueurs à certains moments. Malgré tout, et s’agissant d’un polar nordique, de Suède, en l’occurrence, je n’y ai pas forcément retrouvé cette torpeur et cette langueur qui leur sont si propres. Les pages défilent très rapidement, et le rythme est soutenu. J’aurais cependant préféré que ce thriller fasse quelques pages de moins.

J’ai d’emblée accroché au personnage de Annika. Je l’ai trouvée très bien décrite, bien campée. Elle ne se laisse pas faire face à l’adversité et se battra pour découvrir la vérité. Les personnages secondaires m’ont peut-être un peu moins plu, de par certains stéréotypes dont ils font preuve, mais j’ai tout de même beaucoup aimé suivre leurs aventures.

L’enquête reste très classique, mais avec une certaine complexité. Le suspense n’est pas forcément insoutenable, mais le tout reste cohérent, et c’est avec curiosité que j’ai tourné les pages.

Je serais bien tentée de découvrir un autre tome de cette saga. Comme je vous l’ai dit précédemment, si vous souhaitez commencer par ce deuxième tome, il n’y a aucun inconvénient, cela ne va pas altérer la compréhension du texte.

Ma note : 15/20

Fantastique auto-édité

Que vienne le soleil

Que vienne le soleil de Gwladys Viscardi

  • Auteur : Gwladys Viscardi
  • Titre : Que vienne le soleil
  • Genre : Fantastique
  • Éditions : Auto-édité

Résumé

Les vacances, un soleil presque aveuglant, et cette sensation étrange de vide. Alors que Rebecca prévoyait de passer l’été avec ses amis, la disparition de l’un d’entre eux soulève d’inquiétantes questions…

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier l’auteure Gwladys Viscardi pour sa confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Nous sommes ici avec Rebecca, qui en période de vacances scolaires, va passer son temps avec ses amis les plus proches. Pourtant, l’un d’eux manque à l’appel, et le petit groupe décidera de partir à sa recherche.

Ce court roman, que je qualifierai même de nouvelle de par son format, a su me captiver dès le début. L’exercice de la nouvelle est pour le moins compliqué, puisque l’auteur doit capter l’attention du lecteur dès le départ, et ne pas créer des zones d’ennui, sinon ce format peut être considéré comme raté. Et bien ici, Gwladys a réussi ce pari à merveille.

J’ai lu ce récit d’une traite. Je n’ai absolument pas ressenti d’ennui. J’ai été très curieuse de comprendre ce qu’il se passait pour notre petit groupe et pour leur ami disparu. La touche de fantastique est présente, mais minime et surtout mise en avant à la fin de l’intrigue.

La plume de Gwladys est idéale pour ce format, étant très fluide et entraînante. Si certaines phrases sont parfois tournées un peu de manière maladroite et que quelques soucis de ponctuation pourraient être résorbés, cela n’a en rien émaillé mon plaisir de lecture.

Plus les pages défilaient, et plus je me demandais comment Gwladys réussirait à conclure son récit, puisque je ne voyais pas du tout où elle voulait en venir. Et lorsque le dénouement arrive, j’ai dû reconnaître son talent pour surprendre son lecteur. J’ai même été émue à la toute fin.

En me renseignant, je constate que Gwladys a un autre roman. Nul doute que je serai très curieuse de découvrir son talent dans une histoire plus longue et plus aboutie. En attendant, et si vous voulez vous faire une idée de la plume de l’auteure, n’hésitez pas à découvrir ce court récit.

Ma note : 18/20

Policier

Il suffit d’une balle (mais tout s’explique…)

Il suffit d’une balle (mais tout s’explique) de Grégoire Lacroix

  • Auteur : Grégoire Lacroix
  • Titre : Il suffit d’une balle (mais tout s’explique)
  • Genre : Policier / Humoristique
  • Éditions : Flamant Noir
  • Nombre de pages : 144
  • Parution : 29 juillet 2019

Résumé

Ce polar philosophique renferme le troublant témoignage d’un homme qui découvre, par hasard, qu’il est surdoué.

Dopé, voire grisé par son imposant Q.I, il s’autorise alors à donner son avis sur tout. Y compris sur la vie privée de son voisin, Édouard de Padirac (rez-de-chaussée; porte de gauche.) Gentil voisin, mais un peu inquiétant tout de même… surtout lorsqu’il l’implique dans un meurtre.

En effet, un individu est retrouvé inanimé chez de Padirac, une balle entre les deux yeux. En tant qu’agent du SORG, notre « surdoué » croit pouvoir gérer rapidement la situation, mais il se trompe. Cette fois, il éprouvera beaucoup de difficultés à éclaircir l’affaire.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Flamant Noir pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Nous sommes ici avec Grégoire, qui suite à un test de QI sur internet, se découvre être un surdoué, puisque son score atteint 170. Dès lors, grisé par cette découverte, il va se permettre de donner son avis sur absolument tout. Il va également s’immiscer dans la vie de son voisin, Édouard. Mais ce dernier va l’impliquer dans un meurtre, et Grégoire se retrouve totalement perdu.

Mais quelle originalité dans ce polar. Dès les premières lignes, j’ai accroché au style déluré, drôle, sarcastique et même parfois caustique et je n’ai plus su lâcher mon roman. C’est bien la première fois que je lis un polar philosophique et c’est cette caractéristique qui m’a attirée de prime abord pour découvrir ce roman. J’ai eu raison puisque j’ai passé un excellent moment.

Le narrateur, Grégoire, est drôle et ses aventures sont totalement délurées. Mais sous couvert de cet humour, il y a de réelles réflexions qui nous poussent en tant que lecteur à réfléchir et à se questionner. Le ton est tellement enjoué que ce roman se lit tout seul.

Ici, il ne faut pas s’attendre à une enquête au suspense insoutenable. Il faut rechercher autre chose dans cette lecture, sinon vous risqueriez d’être déçus. Effectivement, l’intrigue est somme toute assez simple, mais rassurez-vous, elle réserve tout de même quelques surprises. Ce roman est à découvrir surtout pour son côté original, philosophique, drôle et déjanté.

Un excellent polar qui se démarque du genre, en nous proposant beaucoup d’originalité. Il se lit d’une traite et j’ai passé un excellent moment de lecture.

Ma note : 18/20

Jeunesse

Veggie tendance vegan

Veggie tendance vegan de Charlotte Bousquet

  • Auteur : Charlotte Bousquet
  • Titre : Veggie tendance vegan
  • Genre : Jeunesse
  • Éditions : Rageot
  • Nombre de pages : 288
  • Parution : 12 juin 2019

Résumé

Quand Mallory débarque dans sa classe de terminale, Chris tombe vite sous son charme. Mais il se sent maladroit et balourd face au charisme de la jeune fille, végétarienne, slameuse et youtubeuse, engagée dans la lutte contre les violences faites aux animaux. Challengé par son amie Nadia, il décide de devenir végétarien lui aussi pour se rapprocher de Mallory. Progressivement, il se prend au jeu, lit les livres que lui conseille sa camarade et décide de parler à ses parents de ses nouvelles convictions. Quand le prof de philo annonce un exposé en commun, Chris propose à Mallory et Nadia de travailler sur le thème de l’animal. Trouvera-t-il le courage de dévoiler ses sentiments ?

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Rageot pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Nous sommes ici avec Mallory, qui arrive dans sa nouvelle classe où elle ne connaît encore personne. Chris et Nadia vont la prendre sous leur aile, et peu à peu, Chris va développer des sentiments amoureux pour Mallory. Cette dernière est végétarienne, slameuse et youtoubeuse, et pour lui plaire, Nadia va convaincre Chris de devenir végétarien à son tour.

J’ai beaucoup apprécié ce roman de par les thématiques qu’il aborde. Il est idéal pour faire prendre conscience aux jeunes de certaines vérités. J’ai trouvé chaque personnage si particulier, qu’il m’a semblé que ce roman était une véritable ode à la diversité et à la tolérance.

Au travers de personnages décalés et attachants, l’auteure a su créer une histoire engagée. J’ai particulièrement apprécié le personnage de Chris, que j’ai trouvé tendre et sensible. Mais l’auteure ne se cantonne pas à ses personnages principaux. Les secondaires ont également un rôle dans l’histoire.

La plume est très fluide et le schéma narratif est très plaisant, alternant les points de vue de Mallory et ceux de Chris. Les textes des slams de Mallory sont intégrés dans l’histoire et j’ai trouvé ce procédé très original.

Ce roman jeunesse se lit très facilement et est idéal pour sensibiliser les consciences à certaines causes. Un roman engagé et réussi.

Ma note : 17/20

Romance auto-édité

Le journal de Lorelei

Le journal de Lorelei de Isabelle Morot-Sir

  • Auteur : Isabelle Morot-Sir
  • Titre : Le journal de Lorelei
  • Genre : Romance
  • Éditions : Auto-édité
  • Nombre de pages : 156
  • Parution : 21 février 2019

Résumé

Chacune de nos actions a son importance, même un acte aussi anodin que louper sa station de métro peut bouleverser toute une vie, nous conduisant ainsi à des rencontres improbables mais cependant fondamentales. C’est ce que Lorelei nous dévoile au travers de son journal intime, elle qui n’est ni nixe ni sirène, seulement une jeune fille un peu trop timide et éprise de liberté…
Isabelle Morot-Sir entraîne le lecteur dans une nouvelle aventure, depuis les rues de Paris et les ranchs d’Andalousie jusqu’aux plages dorées et aux montagnes remplies de plantes et de fleurs exotiques de la Nouvelle-Calédonie. Sous ses airs de récit initiatique, une belle romance au charme dépaysant.

Mon avis

Tout d’abord, je souhaite remercier l’auteure Isabelle Morot-Sir pour sa confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Nous sommes ici avec Lorelei, jeune femme qui va se raconter au travers de son journal intime. Lorsqu’elle était encore une adolescente et en se rendant au collège, après avoir raté son arrêt de métro, elle s’est retrouvée face à un agent et son cheval. Dès lors, elle sera obnubilée tant par le monde équestre, que par cet inconnu. Plus tard, elle fera la rencontre de Miguel, qui partage sa même passion pour les chevaux.

Ce roman a été un véritable dépaysement, puisqu’il nous fait voyager au travers de la France, de l’Espagne, en l’occurrence l’Andalousie, et de la Nouvelle-Calédonie. L’auteure a su rendre à merveille l’essence même de ces belles contrées et c’est un véritable périple qu’elle nous propose au fil des pages.

J’ai été séduite d’avoir pour point d’orgue de ce roman, le monde équestre décrit à la perfection. Pour ma part, je ne m’y connais pas spécialement en la matière et Isabelle a su susciter chez moi de l’intérêt et de la curiosité. On ressent à quel point elle est passionnée et nous le rend à merveille au travers de son récit.

D’emblée, j’ai apprécié le personnage de Lorelei, que j’ai trouvée très attachante et touchante, tout en sensibilité. J’ai aimé suivre son évolution et ses passions, tant sur le plan amoureux que sur le plan quotidien. L’auteure a su créer un personnage fort, mais avec ses failles.

Je me suis laissée bercer par la plume de l’auteure, que j’ai trouvée très douce et en adéquation au contexte du roman qu’elle nous propose. J’aurais cependant un tout petit bémol à émettre, et il s’agit de la ponctuation. En effet, elle ne m’a pas toujours parue être utilisée à bon escient, et cela m’a quelques fois perturbée. Mais au vu de la qualité de l’histoire, cela reste un détail.

Voilà donc un roman tout en douceur, dépaysant et sensible, avec pour toile de fond des contrées magnifiques, et de l’amour à toutes les pages. À découvrir.

Ma note : 17/20

Thriller

De fric et d’eau fraîche

De Fric et d’Eau fraîche de F. P. A. Upellini

  • Auteur : F. P. A. Upellini
  • Titre : De Fric et d’Eau fraîche
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Librinova
  • Nombre de pages : 269
  • Parution : 4 avril 2019

Résumé

Qui n’a jamais eu besoin des siens pour s’en sortir ? Dans cette famille, il n’y en a pas un pour tenir la route : Fabio n’a pas l’argent pour se marier et Lino en doit à des maffieux Kosovars. Alors, pourquoi ne pas inviter leurs deux autres frères Rico et Nello et leur sœur Sofia à trouver la solution qui se trouve peut-être dans un road trip ? Pourquoi pas les États-Unis ? Un voyage sentimental et littéraire palpitant, à l’horizon duquel se trouve une tentative de percer le secret de ce qui nous lie vraiment, malgré les soucis, au-delà de la fratrie et de la volonté d’être heureux. De Fric et d’Eau Fraîche, ou comment amour et fraternité font et défont le roman de la vie.
Les frères écorchés de De Fric et d’Eau Fraîche vous toucheront par leur solidarité sans failles au fil de leurs nombreuses aventures. Un roman au rythme effréné qui ravira les amateurs d’adrénaline !

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier les Éditions Librinova pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Nous sommes ici avec quatre frères et une sœur, qui vont se retrouver en cavale à travers les États-Unis. La troupe sera menée par son aîné, Fabio, qui est sur le point d’épouser Sabine. Pendant que Sabine reste à la maison, Fabio va donc partir avec ses frères et sa sœur pour une folle aventure et pour essayer d’échapper à toutes sortes de dangers. Je ne veux pas en dire plus, il faut vraiment découvrir les raisons de cette cavale et effectuer ce road trip tout au fil des pages.

J’ai beaucoup aimé ce roman. C’est drôle, frais, pétillant mais à la fois sensible et tendre. Une véritable fratrie déjantée va accompagner le lecteur tout au fil des pages, et c’est avec grand plaisir que j’ai suivi leurs aventures rocambolesques. J’aime beaucoup les romans ayant pour toile de fond les road trip, et ici, j’ai été servie, puisque chaque page est véritable dépaysement.

J’ai été très touchée par le message sous-jacent que nous fait passer l’auteur, à savoir l’importance de la famille, les liens indéfectibles qui se créent entre frères et sœurs. Mais l’auteur aborde également l’amour, dans toute sa pureté et sa sincérité. J’ai trouvé très belle l’histoire d’amour entre Fabio et sa femme Sabine. Sous couvert d’humour et de situations totalement déjantées, l’auteur aborde donc des thématiques essentielles et qui ne peuvent que nous toucher en tant que lecteur.

Malheureusement, il va me falloir aborder un bémol qui m’a gênée lors de ma lecture. J’ai eu un réel problème avec la ponctuation tout au long du récit. Je l’ai trouvée utilisée à mauvais escient à plusieurs reprises. Cela m’a quelques fois bloquée et j’ai même parfois dû relire une même phrase deux fois, pour être sûre d’en saisir le sens. C’est dommage, parce que la plume de l’auteur est parfaite pour cette histoire. Elle est fluide, délurée, drôle et cinglante et va parfaitement au ton de ce roman.

Ce roman est une ode à la famille, à l’amour. Le tout est servi par une flopée de personnages très attachants et désopilants. À découvrir sans modération.

Ma note : 16/20

Thriller

Mémoire brisée

Mémoire brisée de E. O. Chirovici

  • Auteur : E. O. Chrirovici
  • Titre : Mémoire brisée
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Les Escales
  • Nombre de pages : 320
  • Parution : 7 mars 2019

Résumé

New York, de nos jours. Par une nuit pluvieuse, le docteur James Cobb, un psychologue renommé, donne une conférence sur les souvenirs enfouis et l’hypnose. À la sortie, il est abordé par un inconnu, un homme gravement malade qui, quarante ans auparavant, s’est réveillé dans une chambre d’hôtel à côté du corps sans vie d’une femme, sans pouvoir se rappeler de la
soirée. À l’heure de sa mort, il a besoin de comprendre : est-il un meurtrier ou un simple témoin ?
Intrigué, James Cobb plonge dans ce mystère vieux de plusieurs décennies. Mais autour de lui, les récits divergent, les interprétations se multiplient et l’enquête vire à l’obsession.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Les Escales pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Nous sommes ici avec James Cobb, psychologue renommé, qui suite à une conférence à New York, va se voir abordé par Joshua. Ce dernier, gravement malade, va réclamer l’aide de James. En effet, il y a très longtemps, Joshua s’est réveillé dans une chambre d’hôtel, avec à ses côtés le corps sans vie d’une femme. Depuis, le doute le ronge. Il ne se souvient de rien, et par l’hypnose, il aimerait reconstituer les événements de cette nuit tragique, et savoir ainsi ce qu’il s’est réellement passé et s’il y est pour quelque chose dans ce drame.

Je suis assez mitigée à la suite de cette lecture. C’était long, beaucoup trop long à démarrer. Durant plus ou moins les cent premières pages, je n’arrivais pas à comprendre où l’auteur voulait m’emmener. La mise en place de l’intrigue souffre de trop de longueurs, de beaucoup de redites et surtout d’un grand manque de rythme, ce qui pour un thriller ne pardonne pas.

Pourtant, une fois que cette intrigue se met en place, j’avoue avoir été conquise par tous les mystères, toutes les interrogations que l’auteur a su disséminer tout au long des pages. Beaucoup de fausses pistes sont présentes, les rebondissements redonnent du rythme au roman, et cette seconde partie m’aura davantage convaincue.

L’auteur a su créer une bonne intrigue psychologique, qui entraine son lecteur dans les méandres de la mémoire de nos protagonistes. Il va vous falloir rester vigilant pour éviter de vous perdre. Il y a beaucoup de retours en arrière, c’est très complexe. Pour ma part, j’ai été baladée et lorsque je pensais avoir compris, je me suis rendue compte qu’il n’en était rien.

La narration est bien menée. Cependant, je trouve qu’elle manquait de rythme à plusieurs reprises. Malgré tout, la plume est fluide et les pages défilent.

C’est donc quelque peu mitigée que je referme mon livre. Une histoire bien menée, c’est un fait, mais trop longue à se mettre en place et trop souvent enfouie sous un manque de rythme. Malgré tout, l’intrigue en elle-même vaut la peine d’être découverte.

Ma note : 15/20

Thriller auto-édité

Regards de Vitre

Regards de Vitre de William Emmanuel

  • Auteur : William Emmanuel
  • Titre : Regards de Vitre
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Auto-édité
  • Nombre de pages : 119
  • Parution : 25 mai 2019

Résumé

NOVEMBRE 2018 : Une étrange série de disparitions survient à la ville d’Haie, tirant son origine du sombre passé de la municipalité… Henriette Tempérance, Éva Hugo et Nadine Magny finiront-elles par faire lumière sur ces évènements, et découvrir ce qui se trame dans l’ombre ? »Un livre glaçant et poignant, poursuivant l’enquête à propos des horreurs perpétrées par les Tueurs aux Jupons. Quelles surprises nous attendent encore, lors de la lecture de cette noire histoire ? À nous désormais de découvrir la vérité sur cette affaire… Mais qui sait ce que cette dernière peut bien receler ?

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier l’auteur William Emmanuel pour sa confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Il faut avant tout savoir qu’il s’agit du deuxième tome de la saga « Jupons longs » et qu’il est indispensable d’avoir lu le premier tome pour avoir tous les éléments en main qui permettront une bonne compréhension de l’intrigue. C’est pourquoi je préfère ne pas effectuer de résumé sous peine de vous spoiler certains éléments.

Ce fut un réel plaisir de retrouver notre trio de choc, à savoir Nadine, Eva et Henriette. Je m’étais beaucoup attachée à elles lors du premier volet de leurs aventures et ce second tome a créé un plus grand sentiment de sympathie envers elles. Elles sont toujours aussi attachantes et n’ont vraiment pas froid aux yeux pour résoudre les mystères auxquels elles vont se voir confrontées.

J’ai trouvé ce second tome bien plus abouti que le premier. L’intrigue était plus maîtrisée et toujours aussi complexe. Il y a une réelle évolution, et cela se ressent tant dans l’écriture que dans le fond de l’intrigue. Tout comme dans le premier tome, celui-ci fera frissonner son lecteur.

J’ai pour ma part accroché avec cette intrigue complexe et rondement menée, et je peux dire que je l’ai légèrement préférée à celle proposée lors du premier tome. William Emmanuel a une plume très fluide et entraînante et les pages défilent. Une bonne découverte.

Ma note : 17/20

Contemporain

Dans les pas de Valeria

Dans les pas de Valeria de Elisabet Benavent

  • Auteur : Elisabet Benavent
  • Titre : Dans les pas de Valeria
  • Genre : Chick-lit
  • Éditions : L’Archipel
  • Nombre de pages : 500
  • Parution : 18 septembre 2019

Résumé

Quand Bridget Jones s’invite dans Sex and the City

Elles sont quatre amies de toujours qui vivent à Madrid. Complices et inséparables, elles se connaissent sur le bout des doigts et se racontent tout. Vraiment tout. Surtout leurs histoires de cœur…

Valeria, 27 ans à peine, commence à s’encroûter avec son compagnon de toujours – elle déprime ;
Lola s’est entichée d’un super coup – mais il est fiancé ;
Carmen est amoureuse d’un collègue, mais elle n’ose pas se lancer – elle est un peu complexée ;
Nerea, la sainte- nitouche du groupe, vient enfin de rencontrer un homme à sa hauteur – mais…

Tout bouge lorsque Valeria rencontre Victor, un homme ô combien séduisant ;
lorsque Lola décide de réagir ;
lorsque Carmen parvient à séduire son collègue et découvre que le nouveau petit ami de Nerea n’est autre que… son propre boss – qu’elle déteste !

Leur amitié survivra-t-elle à ce drame ?

C’est drôle, c’est vif, ça pétille et ça passe aussi vite qu’une soirée entre filles. On s’est à peine embrassées qu’il est déjà l’heure de se quitter. À regret.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions de L’Archipel pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman en avant-première.

Nous sommes ici en Espagne, avec un groupe de quatre jeunes femmes, amies depuis toujours. Il y a Valeria, qui a quitté son travail pour pouvoir s’adonner à l’écriture. Elle trime pour réussir à écrire son deuxième roman et elle est mariée à Adrian, mais malheureusement son couple bat de l’aile. Il y a Lola, amoureuse de l’un de ses collègues de bureau qui est déjà pris. Il y a Carmen, qui elle est amoureuse de l’un de ses collègues également, mais qui par contre n’ose pas déclarer sa flamme. Et finalement, il y a Nerea, qui quant à elle a trouvé le grand amour.

Sous un postulat de départ simple mais efficace, l’auteure nous déroule son intrigue et crée d’emblée une proximité de la part du lecteur envers ces personnages drôles et profondément humains. Je me suis attachée aux quatre personnages et j’ai suivi leurs aventures avec plaisir et curiosité.

Cependant, je dois émettre un petit bémol. J’ai trouvé parfois certains clichés qui sont propres à ce genre littéraire et à certains moments, j’ai eu du mal à passer outre. Il m’a semblé que certains dialogues pouvaient être un peu artificiels. Mais cela n’entame en rien le plaisir de lecture. Il faut garder en tête que c’est une chick-lit, et il suffit juste de se laisser porter par les pages pour passer un bon moment.

J’accorde une mention spéciale à la couverture. Elle m’a vraiment plu. C’est une lecture idéale pour passer un bon moment de lecture, sans prise de tête. Ce roman se lit comme on passe une soirée entre copines. Je serais plus que curieuse de découvrir le second tome des aventures de Valeria et de ses amies.

Ma note : 16/20

Jeunesse

Si seulement, Lucie

Si seulement, Lucie de Vincent Engel

  • Auteur : Vincent Engel
  • Titre : Si seulement, Lucie
  • Genre : Jeunesse
  • Éditions : Hachette Romans
  • Nombre de pages : 240
  • Parution : 3 juillet 2019

Résumé

Depuis l’enfance, Lucie porte un secret. Sa tête est pleine de « si » qui l’empêchent parfois de faire des choix. Lorsqu’elle rencontre Jim, elle voit en lui une sorte d’extraterrestre. Elle le déteste tout de suite car elle sait qu’elle pourrait tomber amoureuse de lui.

Jim vit dans ses rêveries. Il s’intéresse à des sujets qui n’intéressent personne et vice-versa. Lorsqu’il croise le regard de Lucie, il sait qu’elle est différente des autres filles. Il sait aussi, à ce moment-là, que sa vie va changer.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Hachette Romans pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Nous sommes ici avec Lucie, jeune adolescente qui, suite aux choix de ses parents, va devoir quitter sa campagne où elle a grandi, pour s’installer en ville. Dans son nouveau lycée, elle y fera la rencontre de Jim, qui de plus va s’avérer être son voisin. D’emblée, l’attirance entre les deux jeunes surgit. Pourtant, Lucie va se voir dans l’incapacité de laisser parler ses sentiments. Quel est donc ce secret qui l’empêche d’être pleinement heureuse ?

J’ai été séduite de la première à la dernière ligne de ce roman. L’histoire est douce au possible, tendre, magnifique et ma sensibilité s’est laissée bercer tout au fil des pages. Partant d’un postulat simple, avec des personnages tout en simplicité également, l’auteur nous propose une réelle profondeur dans ce récit.

Je me suis attachée aux deux personnages principaux, Lucie et Jim. J’ai trouvé le personnage de Lucie particulièrement bien brossé, avec ses failles et tout ce qui l’empêche d’être réellement heureuse. J’ai eu beaucoup d’empathie pour elle.

J’ai également été conquise par la romance présente dans cette histoire entre les deux jeunes. Je l’ai trouvée belle, emplie de sensibilité, sans jamais tomber dans la mièvrerie et tous les clichés que je retrouve parfois dans ce genre littéraire. Ici, elle est très joliment décrite.

La plume de l’auteur est idéale. C’est bien écrit, avec un style très fluide et les pages ont défilé pour ma part.

Une véritable petite pépite que je ne peux que vous conseiller. Au travers de personnages simples et attachants, l’auteur a tissé une magnifique romance. À découvrir.

Ma note : 18/20

Policier auto-édité

Présomptions brumeuses

Présomptions brumeuses de Jérémy Kole

  • Auteur : Jérémy Kole
  • Titre : Présomptions brumeuses
  • Genre : Policier
  • Éditions : auto-édité
  • Nombre de pages : 284
  • Parution : 19 mars 2019

Résumé

Kloos Mehrchles est un gendarme expérimenté dans la police judiciaire, une nouvelle affaire lui tombe dessus, le meurtre d’une adolescente, Émilie Arles.
Avec son équipe, ils vont tout mettre en œuvre pour découvrir la vérité. L’homme déjà en proie à des doutes sur son métier, place en garde à vue un suspect. Un face à face haletant va s’opérer entre les deux hommes, mais l’homme est-il le coupable ?
Kloos Mehrchles va puiser dans ses ressources pour résoudre cette enquête, mais n’est-ce pas l’affaire de trop pour l’homme usé…

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier l’auteur Jérémy Kole pour sa confiance et grâce qui j’ai pu découvrir ce roman.

Nous sommes ici avec Kloos, gendarme désabusé et usé dans la police judiciaire, qui va se voir confier l’enquête pour le meurtre de la jeune Émilie Arles. Il va placer un suspect en garde à vue et va alors débuter un interrogatoire musclé, qui aura pour but de faire éclater la vérité.

J’ai été d’emblée conquise par le schéma narratif qui m’a plu tout particulièrement. Jérémy Kole va alterner les passages entre la garde à vue et les enquêtes sur le terrain. Cela a créé un rythme très dynamique et je ne me suis pas ennuyée.

L’auteur a su travailler à la perfection son personnage principal, Kloos. Il a su créer un être désabusé, blasé et surtout usé par cette profession dans laquelle il a assisté à beaucoup de drames, qui ont fini par le miner. Il est extrêmement attachant.

L’intrigue est quant à elle très bien construite, je n’ai absolument pas vu venir le dénouement final. Tous les ingrédients pour un bon polar sont réunis ici. Le suspense est rondement mené et distillé tout au fil des pages.

Le travail qu’a effectué Jérémy sur la gendarmerie pour nous rendre un récit crédible et réaliste transparaît tout au long de ce polar et cela est appréciable. Il y a de véritables recherches qui lui ont permis de peaufiner son texte.

C’est donc une très belle découverte, avec une intrigue complexe et bien menée, un personnage principal très bien brossé et un très bon dénouement.

Ma note : 17/20

Thriller

Je sais que tu sais

Je sais que tu sais de Gilly MacMillan

  • Auteur : Gilly MacMillan
  • Titre : Je sais que tu sais
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Les Escales
  • Nombre de pages : 368
  • Parution : 29 mai 2019

Résumé


À Bristol, deux affaires de meurtres se retrouvent mystérieusement liées à plus de vingt d’écart. Un thriller électrisant.

Bristol, 19 août 1996. Les corps de deux enfants assassinés sont retrouvés au petit matin dans un terrain vague. Lorsqu’un nouveau cadavre est découvert sur le même lieu vingt ans plus tard, l’inspecteur Fletcher se voit obligé de replonger dans ses anciens dossiers. Les deux affaires pourraient-elles être liées ? L’enquête a pourtant été résolue par Fletcher lui-même. À moins qu’une erreur n’ait été commise ?

Pour Cody Swift, jeune homme encore hanté par la mort de ses deux meilleurs amis d’enfance, d’évidentes zones d’ombre persistent. Il lance alors un podcast dans lequel il diffuse les avancées de sa propre enquête, quitte à réveiller chez certains des traumatismes enfouis et des blessures encore vives…

Que s’est-il réellement passé en 1996 lors de cette nuit étouffante ? L’homme qui a été envoyé derrière les barreaux à l’époque était-il innocent ? Et si oui, où se trouve le meurtrier aujourd’hui ?

Mon avis

Tout d’abord, je souhaite remercier Netgalley et les Éditions Les Escales pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Nous sommes ici à Bristol, où le corps d’un homme va être retrouvé à l’endroit même où vingt ans auparavant, les corps de Scott et Charlie, deux enfants de dix et onze ans, ont été retrouvés. Ces deux affaires ont-elles un lien ? C’est ce que va tenter de découvrir Cody Swift, qui était le meilleur ami de Scott et Charlie. Il va donc réétudier toute l’affaire, puisqu’il pense que la personne inculpée à l’époque pour le meurtre de ses deux meilleurs amis est en fait innocente.

Je ne connaissais pas la plume de Gilly MacMillan, et j’avoue avoir été agréablement surprise, tant par sa fluidité que par la qualité du schéma narratif. En effet, Cody décidera de lancer un podcast dans lequel il fera part à ses auditeurs de toutes ses avancées dans l’enquête. J’ai trouvé ce procédé très original et très maîtrisé de la part de l’auteure. Cela donne beaucoup de crédibilité au récit et happe le lecteur dès les premières pages.

Par contre, il faut impérativement rester concentré. Ce podcast s’accompagne de beaucoup de retours en arrière et d’évènements présents. L’auteure prend le parti de ne pas nous donner d’indication temporelle et c’est donc quelque peu déroutant au début. En effet, chaque chapitre commence donc avec le compte rendu du podcast de Cody, et ensuite se déroule l’intrigue au présent et qui va s’entremêler avec les événements passés. Il m’aura fallu quelques pages pour m’y habituer. Une fois que c’est chose faire, la lecture se fait naturellement.

J’ai été conquise par cette intrigue qui peut paraître simple de prime abord, mais qui est en fait vraiment complexe. J’ai eu des doutes sur à peu près tout le monde, et à la fin du roman, je me suis rendue compte qu’en fait, l’auteure m’avait tout simplement baladée et que j’étais loin d’avoir deviné le dénouement. J’ai donc été très surprise.

Les personnages sont bien construits, en particulier celui de Jess, la mère de Charlie, qui est très nuancée et complexe. Le tout se lit très bien, même si j’avoue malgré tout y avoir décelé quelques petites longueurs en milieu de récit. Malgré tout, c’est un thriller de qualité.

Sous une forme narrative originale et avec pour fond une intrigue complexe et au dénouement surprenant, c’est un très bon thriller que nous propose ici cette auteure. Nul doute que je tenterai la lecture de l’un de ses précédents romans.

Ma note : 17/20

Contemporain

Soyons lucides !

Soyons lucides ! de Nicolas Émilien

  • Auteur : Nicolas Émilien
  • Titre : Soyons lucides !
  • Genre : Contemporain/Humorisitique
  • Éditions : Librinova
  • Nombre de pages : 253
  • Parution : 17 mai 2019

Résumé

Prendre de la hauteur, changer de perspective, regarder les choses autrement, adopter un angle différent, voilà ce que permet cet éloge décalé de la lucidité. Invitation au sourire, à la détente, à l’introspection, à l’ouverture, à la liberté de penser… Refus des dictats, des carcans, des manipulations, des compromissions, de l’hypocrisie… Allez, sautez ! Et laissez-vous porter sur les ailes de cette réflexion littéraire joyeuse et spirituelle sur notre humanité.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Librinova pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Soyons lucides ! est un écrit divisé en sept grands axes ayant trait à la société et à notre monde actuel. Chacun de ces grands axes est composé d’un abécédaire et d’une réflexion fournie par l’auteur pour chaque lettre. Un procédé des plus originaux et maîtrisé à la perfection.

J’ai été conquise par le ton de cet abécédaire. Je le qualifie de drôle, ironique, voire même parfois caustique. L’auteur s’exprime bien et le fait toujours avec beaucoup d’humour pour attirer l’attention de son lecteur.

Mais sous couvert d’humour, il y a une réelle réflexion sur notre société et sur l’actualité. Ces définitions sont faites pour interpeller et faire réfléchir le lecteur. L’auteur a su capter mon attention à chacune d’entre elles, à me faire rire, mais à me faire réfléchir également.

Ce livre ne se lit pas d’une traite, il faut en lire un peu chaque jour pour mieux apprécier cet abécédaire. C’est également un livre que je relirai probablement avec plaisir.

J’ai donc beaucoup apprécié ce roman, qui sur fond d’humour apporte une réelle réflexion intéressante sur divers thèmes de notre société. Une bonne lecture que je recommande.

Ma note : 17/20

Policier

Du danger de se mêler des affaires des autres

Du danger de se mêler des affaires des autres de Alexander McCall Smith

  • Auteur : Alexander McCall Smith
  • Titre : Du danger de se mêler des affaires des autres
  • Genre : Policier
  • Éditions : J.C Lattès
  • Nombre de pages : 380
  • Parution : 5 juin 2019

Résumé

C’est l’été à Édinbourg et Isabel Dalhousie est débordée. Non seulement il faut boucler le prochain numéro de La Revue d’éthique appliquée, dont elle est l’éditrice, mais elle doit absolument remettre un peu d’ordre dans sa maison tout en donnant un coup de main à sa nièce, Cat. Heureusement, l’arrivée d’Antonia, son exubérante fille au pair italienne, la débarrasse des corvées les plus urgentes. Et lorsqu’elle embauche Claire, nouvelle assistante à la Revue, redoutablement diligente mais d’une beauté troublante, Isabel se dit qu’elle pourra enfin souffler un peu.  
Mais son sens de l’observation affûté et son rôle d’éternelle confidente pousse Isabel à remettre en cause toutes ses décisions récentes. Qui plus est, l’instinct qui la pousse à secourir son entourage lui fait peut-être courir, cette fois, un véritable danger. En tentant de mener de front une vie domestique bien ordonnée et une carrière professionnelle, aurait-elle simplement créé une situation plus chaotique ? Et si, au fond, les plus belles passions étaient les passions tranquilles ?

Mon avis

Tout d’abord, je souhaite remercier Netgalley et les Éditions J.C Lattès pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Nous sommes ici avec Isabel, jeune femme totalement débordée, et pour cause : elle jongle entre son travail d’éditrice de la Revue d’éthique appliquée, elle donne un coup de main à sa nièce pour l’épicerie où elle travaille, elle tient les tâches ménagères de son foyer et s’occupe de son mari et de ses deux enfants. Elle va donc décider de déléguer toutes ces tâches, et faire appel à une fille au pair ainsi qu’une collaboratrice pour la revue. Mais finalement, n’a-t-elle pas plutôt invité le danger dans son foyer ?

J’ai beaucoup apprécié ce roman, même si je lui ai trouvé quelques petits griefs, qui malgré tout n’ont pas entamé mon plaisir de lecture. On est ici dans une intrigue domestique et l’on suit les aventures d’Isabel avec plaisir. Le lecteur peut facilement s’identifier à cette femme complètement débordée par son quotidien et cela crée une proximité avec ce personnage.

Pourtant, j’ai trouvé une espèce de langueur dans la narration. Tout se déroule lentement, l’intrigue prend assez de temps à se mettre en place. Mais cela ne m’a pas empêchée de tourner les pages avec avidité, puisque le tout se lit très bien. Sans m’en rendre compte, j’ai dévoré ce roman, c’est pourquoi je pense que lesdites longueurs n’affectent pas outre mesure le récit. Mais il ne faut pas s’attendre à un rythme effréné sous peine d’être déçu.

L’intrigue est classique. Je dirai que le tout réside dans la tension psychologique que l’auteur a su créer. Il ne faut pas s’attendre à un suspense insoutenable et à des révélations incroyables. C’est beaucoup plus psychologique, tout se met en place lentement, pour que la tension monte doucement. Le tout reste cohérent et crédible.

Le style est plaisant, simple et entraînant. Le texte est parsemé de petites réflexions philosophiques intéressantes et qui ont su retenir mon attention à maintes reprises.

J’ai donc beaucoup aimé ce roman, avec une héroïne lambda, ce qui fait que le lecteur s’identifie facilement à elle, et une intrigue plutôt psychologique qui se met en place doucement, de manière à ce que la tension monte peu à peu.

Ma note : 16/20

Contemporain

Demain le jour se lèvera

Demain le jour se lèvera de Georgina Tuna Sorin

  • Auteur : Georgina Tuna Sorin
  • Titre : Demain le jour se lèvera
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Librinova
  • Nombre de pages : 248
  • Parution : 4 mars 2019

Résumé

Décembre 2018. Anna, Nico et Mathis, trois jeunes pleins de vie, préparent ensemble les fêtes du Nouvel An. Inséparables, ils partagent leur quotidien entre les amis, les amours, et les études.Pourtant, l’année suivante débute au rythme des machines de l’hôpital où Anna s’accroche à la vie. Au fil des pages, l’auteure nous transporte dans un futur proche et inquiétant, et laisse deviner qu’une menace pèse sur la petite bande : pour eux, tout semble devoir changer.Quel drame va donc les frapper ?Demain le jour se lèvera met en scène des personnages touchants dont le courage et l’envie de vivre surpassent toutes les épreuves qu’ils ont à affronter. Un récit intense et émouvant !

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier l’auteure Georgina Tuna Sorin pour sa confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Nous sommes ici avec une bande d’amis très proches les uns des autres. Anna, Nico, Mathis et Sophie vont décider de fêter le réveillon du jour de l’An tous ensemble. Malheureusement, le drame va s’inviter dans leur quotidien et c’est alors un combat pour vivre qui va commencer pour ces jeunes.

Dès les toutes premières pages, j’ai su que j’allais aimer ce roman. J’ai su également que je n’en ressortirai pas totalement indemne et je ne me suis pas trompée. J’ai tout simplement été conquise par la simplicité, la douceur, mais tout à la fois la force du récit proposé par l’auteure. Si le sujet a été maintes fois revisité, ici l’émotion est le véritable point d’orgue tout au fil des pages, et en fait un roman différent.

Je me suis attachée à tous les personnages. Je les ai trouvé tellement forts dans l’adversité d’un quotidien qui ne les épargne pas. L’auteure a su créer des personnages forts, qui ne se laisseront pas abattre dans l’épreuve. Une grande empathie de la part du lecteur se crée au fil des pages. J’avais juste envie de les aider, de les consoler et de leur insuffler la force de se battre.

La plume est simple et fluide et les pages ont défilé. L’auteure a su rendre à la perfection les émotions, et ce n’est pas toujours facile. Ici, elle a réussi ce pari à merveille. J’ai été émue et je n’avais pas envie de quitter les personnages.

C’est donc un roman émouvant, très bien construit dans la narration, avec des personnages forts. Je ne peux que vous conseiller de le découvrir.

Ma note : 18/20

Thriller

Il était une fois mon meurtre

Il était une fois mon meurtre d’Emily Koch

  • Titre : Il était une fois mon meurtre
  • Auteur : Emily Koch
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Calmann-Lévy
  • Nombre de pages : 416
  • Parution : 29 mai 2019

Résumé

Comment élucider son propre meurtre ?

Alex est dans le coma depuis deux ans, à la suite d’un accident d’escalade. Sa petite amie Bea, ses parents et sa sœur envisagent l’arrêt des soins comme il ne réagit à rien autour de lui. Mais en réalité, Alex est parfaitement conscient : son corps est certes inerte, mais son esprit est vif et il entend tout ce qui se passe autour de lui.

Quand un jour, Alex surprend deux policiers dans sa chambre, puis Bea se plaindre de se sentir suivie dans la rue, il comprend que le danger les menace tous deux. En se replongeant dans ses souvenirs fragmentés, et au fil de phrases perçues ici et là, Alex commence à douter que sa chute n’ait été qu’un accident. Mais comment faire pour sauver sa peau, et celle de sa petite amie, en étant cloué à son lit d’hôpital ?

Un thriller d’une grande intensité qui se lit comme un puzzle que l’on recompose, aidé d’un narrateur bouleversant, et unique en son genre.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Calmann-Lévy pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Nous sommes ici avec Alex, qui suite à un accident d’escalade, se retrouve dans un lit d’hôpital. Alors que tout son entourage et le personnel médical le croient dans un coma irréversible, celui-ci souffre en fait du syndrome locked-in ou syndrome d’enfermement. En effet, même si Alex ne peut plus réagir ni parler, il entend tout et est en fait parfaitement conscient. C’est ainsi qu’au fil de certaines bribes de conversations perçues, il va commencer à douter. Son accident en était-il vraiment un, ou quelqu’un lui en voulait-Il au point de provoquer sa chute ?

J’ai d’emblée été séduite par l’originalité proposée par l’auteure. Effectivement, je n’ai jamais rencontré un tel postulat de départ dans les thrillers que j’ai lu auparavant. L’histoire va être entièrement portée par Alex. Le choix de narration à la première personne est très judicieux, puisqu’il permet au lecteur de réellement naviguer dans la tête du protagoniste. Ce récit est très immersif.

J’aurais malgré tout un petit bémol. J’y ai décelé quelques longueurs, du fait que c’est quasiment un récit en huis clos, puisqu’il se déroule presque entièrement dans une chambre d’hôpital. C’est donc parfois un peu répétitif et le roman aurait gagné avec quelques pages en moins. Le démarrage de l’histoire se fait très lentement, mais une fois toutes les bases posées, je me suis laissée prendre dans ce récit, pour ne plus le lâcher.

Cette enquête ressemble fortement à un puzzle, où chaque pièce va s’assembler peu à peu. Je n’ai rien vu venir, mais ne vous attendez pas malgré tout à un rebondissement incroyable. Cela reste classique, même si j’avoue que pour ma part, l’auteure m’a bien eue. Le tout est cohérent et prenant.

La force de ce récit repose sans aucun doute sur le personnage principal, Alex. L’auteure a su créer un personnage des plus attachants. Je me suis sentie frustrée et angoissée à maintes reprises pendant ma lecture, tant j’avais envie de l’aider. Il est impossible de ne pas ressentir d’empathie pour ce personnage fort.

La plume de l’auteure est fluide et très immersive. Le lecteur est vraiment dans les pensées d’Alex, tout au long des pages. Le roman est prenant et, malgré quelques longueurs, les pages défilent.

Voilà donc un thriller très original de par le postulat de départ et par le choix de narration. Je vous recommande de le découvrir.

Ma note : 16/20

Thriller

L’inconnue de l’équation

L’inconnue de l’équation de Xavier Massé

  • Auteur : Xavier Massé
  • Titre : L’inconnue de l’équation
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Taurnada
  • Nombre de pages : 260
  • Parution : 16 mai 2019

Résumé

Quatre heures. La police n’a que quatre heures pour démêler ce qui ne semblait être au départ qu’un simple drame familial : un couple, Juliette et François, retrouvé carbonisé, leur fils, Julien, gisant au sol.
Deux salles d’interrogatoires, deux témoins de la tragédie : la mère de François et une flic déjà présente sur les lieux. Deux versions, deux visions différentes.
Accident, meurtre, ou vengeance ?
Une toile d’araignée va se tisser peu à peu et d’une simple énigme va surgir une équation… aux multiples inconnues.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Joël des Éditions Taurnada pour sa confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Nous sommes ici avec Dida et Migue, deux inspecteurs de police qui vont devoir mener l’enquête sur un fait des plus tragiques. En effet, François et Juliette, un couple heureux et sans histoires, sont retrouvés carbonisés et leur fils, Julien, est retrouvé inconscient et dans un état critique. Que s’est-il passé ? Au travers de l’interrogatoire des deux témoins de la scène, à savoir la maman de François et le lieutenant de police, Amandine Binger, la vérité va peu à peu éclater.

J’ai été totalement séduite par ce thriller que j’ai trouvé surprenant et intelligent. Tous les ingrédients sont réunis ici, à savoir révélations, rythme effréné, rebondissements et surprises. L’auteur a su me happer de la première ligne à la dernière. Dès que j’ai commencé ce roman, il m’a été très difficile à lâcher tant il m’a plu.

Le schéma narratif m’a conquise. Au travers des interrogatoires des deux témoins, de nombreux retours en arrière vont être effectués, l’histoire va se reconstituer peu à peu, et les fils de cette enquête vont se démêler au fur et à mesure. Il faut rester bien concentré au tout début, pour ne pas se perdre dans la temporalité du récit. Mais c’est l’affaire de quelques pages, puisque l’auteur a veillé à bien nous indiquer les dates à chaque fois.

Les personnages sont bien brossés. Ils ne sont pas manichéens et ont chacun leurs nuances. Je me suis posée des questions sur tout le monde, à un moment. J’ai fini par douter de tous , par me méfier. Pour moi, cela est un point fort dans un thriller.

Quant à l’intrigue, l’auteur m’a totalement bluffée. Je n’ai absolument pas vu venir le dénouement, j’en étais même à mille lieues de l’imaginer. Les pièces du puzzle s’assemblent peu à peu, et lorsque j’ai cru comprendre, je n’étais pas encore au bout de mes surprises. L’intrigue est vraiment bien menée, avec son lot de révélations surprenantes.

La plume est très plaisante et les pages ont défilé. On peut presque parler d’un style cinématographique, avec peu de descriptions et beaucoup de dialogues, ce qui insuffle énormément de rythme à cette histoire et rend le livre très difficile à poser.

Si vous recherchez un thriller original, surprenant et prenant, n’hésitez pas à découvrir ce roman. Une excellente découverte que je ne peux que vous recommander.

Ma note : 18/20

Thriller

HS 7244

HS 7244 de Lorraine Letournel Laloue

  • Auteur : Lorraine Letournel Laloue
  • Titre : HS 7244
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Belfond
  • Nombre de pages : 288
  • Parution : 27 juin 2019

Résumé

Lorsque Marius se réveille dans cette cellule froide et puante, ses derniers souvenirs sont ceux d’une soirée arrosée et joyeuse avec Camille, l’amour de sa vie. Après Saint-Pétersbourg et Moscou, leur voyage à travers la Russie les avait conduits dans un petit bar de Grozny. Des vacances en amoureux, cela avait commencé comme ça… Aujourd’hui, Marius est enfermé, il a tout perdu, à commencer par ses droits. Il entend des hurlements, des hommes sont torturés. On les accuse d’être malades, contagieux. Dans cette prison non officielle, ils font l’objet d’expériences médicales, menées par ceux qui veulent trouver l’origine de leur mal et surtout un remède à ce fléau. Avec l’histoire de Marius, inspirée d’un drame qui a choqué le monde entier, Lorraine Letournel Laloue embarque le lecteur pour un aller simple en enfer.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Belfond pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Nous sommes ici avec Marius, qui va se réveiller dans une cellule, prisonnier. Il se souvient simplement qu’il était avec Camille, l’amour de sa vie, en plein voyage à travers la Russie. Pourquoi s’est-il retrouvé enfermé ? Pourquoi est-il entouré d’autres captifs qui hurlent sous les tortures ? Où est Camille ?

En partant d’un fait réel, et sous forme de roman choc et engagé, l’auteure va dérouler son intrigue tout au fil des pages. Une thématique sera ici abordée, mais je vais faire le choix de ne pas en parler, puisque toute la mise en place des premiers chapitres va y aboutir, et le lecteur comprend peu à peu ce qu’il se passe réellement.

Je n’ai pas de mots pour vous décrire toute l’indignation, toute la colère, toute la tristesse que j’ai pu ressentir au travers de ces pages. C’est l’une des premières fois que cela m’arrive. L’auteure ose, dénonce et va parfois très loin pour nous faire prendre conscience de toutes ces horreurs.

Je n’ai pu retenir des larmes et je suis restée en apnée tout au long des pages tournées. C’est tellement violent, tellement cruel, que j’ai préféré faire une pause dans ma lecture plusieurs fois, pour pouvoir reprendre mon souffle, pour sortir un peu la tête de cette chape de plomb que l’auteure a su créer.

Cette histoire m’a tout simplement bouleversée. Je sais que je vais y repenser souvent et je peux vous garantir que cette histoire ne peut pas laisser indemne son lecteur. La plume est sans fioriture, le tout est divisé en petits chapitres, ce n’est pas très long, mais c’est d’une énorme intensité émotionnelle.

Je tiens à prévenir que les âmes sensibles doivent s’abstenir. Ce roman est très dur, violent, cruel. C’est tout du long ainsi, et il y a très peu de place pour les moments où le lecteur souffle.

C’est un roman choc et engagé, un véritable carrousel d’émotions, très dur à lire mais qu’il faut découvrir.

Ma note : 19/20

Romance auto-édité

Happy road trip to you

Happy road trip to you de Sophie Rouzier

  • Auteur : Sophie Rouzier
  • Titre : Happy road trip to you
  • Genre : Chick lit
  • Éditions : auto-édité
  • Nombre de pages : 107
  • Parution : Juin 2019

Résumé

Qui n’a jamais espéré recevoir un voyage en cadeau d’anniversaire ? Si on demandait aux Français leur destination rêvée pour un tel présent, ils répondraient sans ciller les États-Unis. Tout le monde à une exception près : Louis. Ce grand gaillard au vocabulaire de jeune châtelain, geek sur les bords, préférant les chiffres et son appartement à ses congénères se réjouit certes mais avec retenue. 
Sa petite amie Chantal, d’origine népalaise, est une fille bien rangée, timide et toujours dans l’ombre. Elle pensait lui faire une joie en leur planifiant un road trip. En point d’orgue ? La Silicon Valley puis San Diego et un événement tout particulier : le Comic-Con. Si chaque croyant a son lieu de pèlerinage, eh bien les fans de super héros possèdent également le leur. Là-bas, les stars de films et séries rencontrent leurs fans costumés du monde entier. 
Enfin ça, c’était sans compter une erreur dans les réservations, n’est-ce pas Chantal ? Contraints de changer leur plan, nos tourtereaux vont découvrir tous les lieux emblématiques de l’Ouest américain et par la même occasion se retrouver propulsés loin de leur zone de confort. Au gré de rencontres inattendues et bien surprenantes, nos héros découvrent tout un pan de la culture américaine, cassant certains clichés, en confirmant bien d’autres.
Deux choses sont sûres : pendant ce voyage Chantal et Louis feront bon usage de leurs costumes de super-héros et ils ne réitèreront jamais l’expérience road trip. On ne les y reprendra plus ! Trop d’aventure tue l’aventure.

Mon avis

Nous sommes ici avec Chantal et Louis, jeune couple qui s’entend à merveille. Chantal décidera de faire une surprise à Louis, et l’emmènera en voyage aux États-Unis, notamment à San Diego pour assister au comic-con. Mais tout ne va pas se passer comme prévu.

J’ai été totalement séduite par cette courte novella que j’ai trouvé très réussie. J’ai adoré les caractères de Louis et de Chantal qui sont totalement à l’opposé, et qui nous octroient donc des scènes très drôles. Si Louis est plutôt cartésien, Chantal est plutôt rêveuse et assez réservée. Ce voyage organisé par cette dernière sera un excellent prétexte pour sortir de leur routine.

Sous forme de road trip et d’aléas dans le planning du voyage organisé par Chantal, l’auteure crée des situations cocasses et très drôles. Je n’ai pas retrouvé les clichés qui sont propres à ce genre littéraire. Bien au contraire, j’y ai retrouvé de l’originalité et un vent de fraîcheur qui a su me ravir au fil des pages.

C’est un véritable moment d’évasion que nous propose l’auteure, puisque pendant que j’ai tourné les pages, j’ai visité avec Chantal et Louis des lieux insolites. En lisant quelques renseignements sur l’auteure au début de ce court roman, j’ai appris que c’était une véritable globe trotteuse et cela s’est forcément ressenti, puisqu’elle nous décrit les lieux avec énormément de réalisme, ce qui est appréciable.

En allant me renseigner, j’ai constaté que cette courte novella est un préquel du roman « Tremblement de cœur : Chantal au Népal ». Je ne connaissais pas du tout les écrits de Sophie Rouzier mais nul doute que je vais m’essayer à leur lecture prochainement.

Je tiens à mettre en avant la plume de l’auteure. Elle est fluide, entraînante, et l’orthographe et la syntaxe sont limpides.

Ce court roman est un véritable bonbon au goût d’évasion et de dépaysement, le tout accompagné d’une grosse pincée d’humour aux côtés de deux personnages attachants et hauts en couleurs. À découvrir.

Ma note : 18/20

Fantastique auto-édité

Ethan

Ethan de Sylvain Silvestro

  • Auteur : Sylvain Silvestro
  • Titre : Ethan
  • Genre : Horreur et Fantastique
  • Éditions : Auto-édité
  • Nombre de pages : 220
  • Parution : 8 juin 2019

Résumé

Emma et James emménagent enfin dans l’appartement de leur rêve. La jeune femme est sur le point d’accoucher de leur premier enfant et le couple nage dans le bonheur. Rapidement, des bruits étranges vont commencer à se faire entendre presque toutes les nuits. Pas de doute possible : ils proviennent de l’appartement juste au-dessus. Mais il y a un problème, car ce dernier est inoccupé depuis des années…
Pour couronner le tout, une terrible tragédie qui va tout changer s’abat sur nos deux protagonistes…

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier l’auteur Sylvain Silvestro pour sa confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Nous sommes ici avec James et Emma, jeune couple attendant un bébé, et qui va emménager dans un nouvel appartement. Toutes les nuits, le couple va entendre des bruits bizarres à l’étage juste au-dessus de leur appartement. Pourtant, ce logement est vide. Que se passe-t-il ? D’où provient donc ce bruit ?

J’ai été conquise par ce roman que j’ai trouvé trop court, et c’est loin d’être un reproche, bien au contraire. Je l’ai lu d’une traite et j’aurais continué à tourner les pages avec plaisir tant ce récit m’a plu. L’auteur a su me happer dès les les premières lignes, et ce jusqu’à la dernière. Je ne me suis ennuyée à aucun moment.

J’ai d’emblée accroché au personnage d’Emma. L’auteur a su créer un personnage très bien campé, et suite au drame qui va lui arriver et dont je ne vous dirai rien pour ne rien spoiler de l’histoire, j’ai trouvé le personnage encore plus abouti. Elle va peu à peu perdre pied et sombrer dans une espèce de folie. J’ai eu tant d’empathie pour elle. Ses réactions m’ont paru tellement désespérées par moments, tant elle est dans l’avidité de se reconstruire après ce drame.

Mais ce récit est avant tout un roman d’horreur. Et une fois de plus, l’auteur réussit son pari. Il a su distiller de l’angoisse tout au fil des pages. Lorsque l’on pense que l’atmosphère anxiogène est atténuée, il n’en est rien, elle reprend de plus belle quelques pages plus loin. J’ai frisonné à plusieurs reprises, c’est donc pour ma part une réussite pour un roman de ce genre.

La plume est fluide et je tiens à mettre en avant le fait que l’orthographe et la syntaxe sont parfaites. L’écriture est entraînante, rythmée par des chapitres courts, ce qui a rendu la lecture difficile à stopper, pour ma part.

Si vous voulez un roman d’horreur pour frissonner, mais aussi une certaine profondeur dans le personnage principal, ce roman est un bon choix. Il se lit d’une traite. J’ai été conquise.

Ma note : 18/20

Romance

Le temps d’un cupcake

Le temps d’un cupcake de Sessy Fernandez

  • Auteur : Sessy Fernandez
  • Titre : Le temps de cupcake
  • Genre : Romance
  • Éditions : Something Else éditions
  • Nombre de pages : 144
  • Parution : 31 mai 2019

Résumé

1/2 sachet de souvenirs
125 g de sexy attitude
75 g de larmes
80 g d’intensité
6 cl d’amour 
2 âmes sœurs

Hannah et Tyler aimeraient une deuxième chance. Mais à cause de leur passé respectif, ils s’interdisent de retomber amoureux. 

Et si la vie s’en mêlait pour les guider vers une histoire gourmande et sincère ?

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier Netgalley et les Éditions Something Else éditions pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Nous sommes ici avec Hannah, qui suite à la perte de l’amour de sa vie dans un accident, va devoir se reconstruire. Elle va faire la rencontre de Tyler, mais le passé émotionnel du jeune homme va les empêcher de se donner une deuxième chance en amour.

Je ne m’attendais à apprécier autant ce court roman. L’auteure aborde ici une thématique très difficile et elle rend bien les émotions de Hannah, créant un énorme sentiment d’empathie envers elle de la part du lecteur. Effectivement, l’héroïne est très attachante, et l’on ressent beaucoup d’émotions à ses côtés.

Par contre, il faut avouer que l’histoire a une grande vocation de légèreté, malgré tout. J’aurais apprécié avoir des personnages plus nuancés et ne pas me voir confrontée au nombreux poncifs de ce genre littéraire. Le personnage de Tyler était vraiment beaucoup trop stéréotypé. Il n’y a pas vraiment de profondeur dans cette histoire.

Autre bémol qui a eu tendance à me gêner, ce sont les nombreuses incohérences que j’ai pu relever pendant ma lecture. Je ne peux malheureusement pas en parler, sous peine de spoiler l’histoire, mais elles m’ont parfois gênée.

Malgré tout, je ne vais pas être sévère avec ce roman, puisque lorsque je l’ai commencé, je n’avais pas d’autre but que de me laisser porter et de lire une romance toute douce. En cela, je peux dire que l’auteure a réussi à me faire passer un excellent moment de lecture.

Si vous voulez une romance toute simple, belle et touchante, je vous conseille ce court roman qui se lit d’une traite.

Ma note : 15/20

Thriller auto-édité

Souvenirs introuvables

Souvenirs introuvables de Laura Wilhelm

  • Auteur : Laura Wilhelm
  • Titre : Souvenirs introuvables
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Auto-édité
  • Nombre de pages : 73
  • Parution : 7 décembre 2018

Résumé

Jade est une brillante étudiante en journalisme, elle a 25 ans et ne veut aucun homme dans sa vie. Sauf que … elle ne se souvient de rien ! Totalement amnésique suite à un accident de parapente qui aurait pu la tuer, elle décide de réintégrer son ancienne vie. Elle va découvrir des facettes d’elle-même qu’elle va détester et fera tout pour retrouver ses souvenirs. À ses risques et périls…

Mon avis

Tout d’abord, je souhaite remercier l’auteure Laura Wilhelm pour sa confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Nous sommes ici avec Jade, jeune femme brillante, qui subit un accident de parapente. Cet accident va lui provoquer une amnésie sévère, et pour se reconstruire, elle va devoir faire confiance à ses amis, qui sont pour elle, de parfaits inconnus.

Il s’agit ici du tout premier tome d’une saga. Je l’ai trouvé très prometteur et il m’a donné envie d’en découvrir un peu plus. J’avoue avoir trouvé ce roman beaucoup trop court, et j’aurais aimé une histoire encore plus étoffée, pour créer du suspense à foison au fil des pages. Je suis un peu restée sur ma faim à ce niveau.

Si le postulat de départ, à savoir une héroïne amnésique à la recherche de son passé, a été maintes fois revisité dans la littérature, j’avoue m’être tout de même laissée entraîner par ce thriller. Il est vrai que l’histoire est simple, sans prétention, mais l’auteure a su garder mon attention du début à la fin, grâce au personnage de Jade, qui est très attachante. L’histoire est racontée à la première personne, ce qui crée une espèce de lien et d’implication du lecteur, avec cette envie d’aider Jade à retrouver la mémoire.

Le style est très fluide et ce court roman se lit d’une traite. Les pages ont défilé pour ma part, et cela est un très bon point. Même si j’y ai décelé quelques petites incohérences, cela n’a pas gêné ma lecture et j’ai passé un excellent moment au fil des pages.

C’est donc un thriller simple, mais efficace. Il manque peut-être un peu de profondeur aux personnages et une intrigue encore plus étoffée. Malgré tout, j’ai envie de découvrir la suite, et je peux donc qualifier ce roman de très prometteur.

Ma note : 14/20

Thriller

Les yeux rouges du caïman

Les yeux rouges du caïman de Jo Mével

  • Auteur : Jo Mével
  • Titre : Les yeux rouges du caïman
  • Genre : Thriller
  • Éditions : L’Arlésienne
  • Nombre de pages : 49
  • Parution : 6 avril 2019

Résumé

À Loguivy-de-la-mer, près de Paimpol, l’ex-flic Pogam lance une page facebook, à la recherche d’une affaire trouble à laquelle se mêler. Et pour ça, il va être servi ! Son pote, Harteau,le branche sur un trafic de diamants. Tout s’enchaîne coup sur coup : une blonde mystérieuse roucoule avec qui faudrait pas, un type se fait descendre et Baudouin, son pote Baudouin, qui ne trouve rien de mieux qu’à les lui casser avec son caïman empaillé ! Un vrai sac de noeuds.

Mon avis

Tout d’abord, je souhaite remercier les Éditions L’Arlésienne pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Nous sommes ici avec Pogam, ex-flic, qui va se retrouver bien malgré lui impliqué par son ami, Harteau, sur une enquête de trafic de diamants.

Il s’agit ici d’une nouvelle. J’avoue trouver ce genre littéraire très peu aisé. Effectivement, l’auteur se voit obligé de happer son lecteur dès les premières lignes, de l’intriguer pendant tout le développement, et de le surprendre avec une fin soignée. Je peux dire qu’ici, l’exercice a été réussi à merveille et avec brio.

J’ai été conquise par l’originalité du texte proposé. Ce récit est raconté par Pogam, le tout sous forme de posts Facebook, pour que ses amis puissent suivre ses aventures. Voilà un concept que je n’avais pas encore croisé dans une nouvelle, et je me suis laissée prendre au jeu. Grâce à ce procédé, la lecture est très rythmée et les pages ont défilé.

L’auteur a su créer un personnage principal très bien campé. En effet, Pogam est débonnaire, drôle, caustique, cynique. Ce n’est donc pas un personnage manichéen et il est vraiment tout en nuances. Les personnages secondaires ne sont pas en reste et sont hauts en couleurs.

Quant à l’intrigue, elle est très riche pour une nouvelle. L’auteur a su planter un décor et une enquête complexe, qui, si de prime abord peut paraître emmêlée, n’en reste pas moins captivante. Jo Mével a su me tenir pendant toute ma lecture. L’intrigue va à toute vitesse, impossible de ressentir de l’ennui. Le seul petit bémol est que justement, elle était peut-être trop complexe pour tenir en si peu de pages et aurait gagné sous la forme de roman un peu plus long. Malgré tout, cela n’enlève rien à la qualité du texte.

Le style est à l’image du personnage principal qui raconte l’histoire. Il est vrai qu’au début, pendant les premières lignes, j’ai été quelque peu déroutée par toute cette utilisation de l’argot, mais c’est un parti pris réussi de la part de l’auteur, puisque cela convient parfaitement au personnage de Pogam.

C’est donc pour ma part une nouvelle réussie, caustique et originale que je vous conseille de découvrir.

Ma note : 17/20

Policier

La maison des mensonges

La maison des mensonges de Ian Rankin

  • Auteur : Ian Rankin
  • Titre : La maison des mensonges
  • Genre : Policier
  • Éditions : J.C. Lattès / Le Masque
  • Nombre de pages : 384
  • Parution : 29 mai 2019

Résumé

Le corps d’un détective privé, porté disparu en 2006, est découvert dans une voiture cachée dans la forêt près d’Édimbourg. Un comble pour sa famille et pour la police locale car cette région avait à priori déjà été fouillée par les officiers à l’époque. L’inspecteur Siobhan Clarke reprend l’enquête et se voit obligée d’examiner les nombreuses erreurs commises par ses prédécesseurs. Les rumeurs d’incompétence et de corruption courent depuis toujours et à présent, plus de dix ans après, il est temps de découvrir la vérité. Tous les officiers en poste à l’époque sont interrogés et il s’avère que tout le monde a quelque chose à cacher. Même John Rebus…

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions J.C Lattès/Le Masque pour leur confiance et grace à qui j’ai eu la possibilité de découvrir ce roman.

Nous retrouvons ici John Rebus, inspecteur phare de la saga de Ian Rankin. Le corps d’un détective privé disparu depuis plusieurs années va être retrouvé au fond d’un ravin. Que s’est-il passé ? C’est ce que va devoir élucider l’inspecteur Siobhan Clarke, qui se voit confier cette enquête après l’échec cuisant de ses compagnons de profession des années auparavant pour résoudre cette enquête.

Il s’agit ici du tout dernier tome paru des aventures de Rebus, personnage fétiche de Ian Rankin. Si j’ai été contente de le retrouver, je suis tout de même restée sur ma faim, puisque Rebus est très en retrait dans ce volet, principalement dû à ses problèmes de santé. Si suivre l’enquête avec Siobhan m’a beaucoup plu, j’aurais aimé voir jouer un rôle plus prépondérant de la part de Rebus.

Ici, l’enquête policière est très complexe et Ian Rankin a tissé un réseau de fils à démêler qui peuvent avoir tendance à partir un peu dans tous les sens. Et pourtant, que c’est accrocheur, une fois les cinquante premières pages tournées. Par contre, il faut vraiment rester concentré. Les personnages sont très nombreux, nous en retrouvons certains des volets précédents, et il faut suivre, quitte à noter les personnages et leur fonction sur une feuille pendant votre lecture.

Quant à l’intrigue, je l’ai trouvée bien menée. Elle a tenu mon intérêt et j’ai eu envie de savoir le fin mot de l’histoire tout au long du récit. La plume est très fluide, les dialogues sont très présents et cela m’a fait tourner les pages sans même m’en rendre compte.

Un enquête complexe et des personnages bien décrits font de ce roman policier une très bonne lecture.

Ma note : 16/20

Contemporain

Le chemin de la mer

Le chemin de la mer de Patrice Franceschi

  • Auteur : Patrice Franceschi
  • Titre : Le chemin de la mer
  • Genre : Contemporain / Nouvelles
  • Éditions : Grasset
  • Nombre de pages : 128
  • Parution : 29 mai 2019

Résumé

Quand on quitte la plaine côtière du Terriden en direction du nord et que l’on grimpe à travers les montagnes vers le grand plateau du Chapa, on laisse sur sa gauche une piste sinueuse qui semble se perdre dans de singulières vallées. Les étrangers s’y engagent rarement…

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Grasset pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Il s’agit ici d’un recueil de nouvelles, ayant pour la plupart d’entre elles, le même point d’orgue, à savoir cette nécessité d’évasion et de liberté. Au travers de six nouvelles très variées, l’auteur va tour à tour nous surprendre, nous émouvoir, nous faire peur et nous questionner à plusieurs reprises.

Les recueils de nouvelles sont souvent réputés pour être assez inégaux. Effectivement, en général, toutes ne se valent et s’il y en a qui sortent de lot, il y en a d’autres qui peuvent paraître ennuyantes. Ici, j’avoue que l’auteur a su retenir mon attention à chacune d’entre elles. Il a su me happer dès les premières lignes, ce qui est essentiel dans un court récit, et a ainsi su attiser ma curiosité au fil des pages.

J’ai donc trouvé ce recueil particulièrement réussi et très varié. La plume est impeccable et entraînante. Elle va droit à l’essentiel, elle est très fluide et les pages défilent. L’auteur a su retranscrire beaucoup d’émotions diverses au travers de personnages très forts et très bien campés à chaque fois.

J’ai donc été conquise par ce petit recueil, où chaque nouvelle a retenu mon attention. Je n’avais encore rien lu de cet auteur, mais nul doute que je découvrirai avec plaisir un autre de ses récits.

Ma note : 17/20

Romance

Pour un selfie avec lui

Pour un selfie avec lui de Sam Riversag

  • Auteur : Sam Riversag
  • Titre : Pour un selfie avec lui
  • Genre : Romance
  • Éditions : AFNIL
  • Nombre de pages : 231
  • Parution : 25 août 2017

Résumé

En découvrant l’infidélité de mon compagnon, je me suis retrouvée brutalement dans une autre dimension. Ma réaction intersidérale m’a sidérée moi-même : Je serai une femme libre, sans contrainte ni belle-mère. Mais voilà que le félon demande son pardon. Et puis quoi encore ? Que feriez-vous à ma place ?

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier l’auteure Sam Riversag pour sa confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Nous sommes ici avec Mary, jeune fille truculente à souhait, qui un matin, en revenant chez elle en coup de vent pour récupérer son ordinateur avant de retourner au travail, découvre son compagnon Simon avec une autre femme. Mary se retrouvera donc confrontée à cette tromperie et pour s’en sortir, elle pourra compter sur l’aide précieuse de Lola, sa meilleure amie.

Lorsque l’auteure m’a proposé de découvrir son roman, elle m’a fait mention d’un humour à prendre au second degré. Et si effectivement tel est le cas, le roman n’en garde pas moins une certaine forme de profondeur sous fond d’humour, et cela, je l’ai fortement apprécié.

Tout d’abord, j’ai beaucoup ri avec les aventures de Mary. Mais je dois dire que sa meilleure amie, Lola, n’est pas en reste. Elle est encore plus désopilante que Mary. J’ai beaucoup aimé ce choc culturel entre les deux amies. Mary, étant anglaise, est plutôt réservée et plus réfléchie. Lola, étant espagnole, est plus vive et plus impulsive. Cela donne des situations très cocasses et des moments rocambolesques, pour le plus grand plaisir du lecteur.

Il s’agit ici du véritable roman feel good par excellence, où il faut juste se laisser porter par les pages pour passer un bon moment de lecture. Malgré tout, et comme je le disais précédemment, j’y ai trouvé une certaine profondeur sous couvert d’humour. Effectivement, on assistera ici à la reconstruction de Mary, après cette trahison de la part de son fiancé. De plus, elle rencontrera des soucis dans sa vie professionnelle, mais elle ne se laissera pas abattre et se battra sans relâche pour s’en sortir et donc il y a de la part de l’auteure un joli message sous-jacent que j’ai beaucoup apprécié.

La plume de l’auteure est très soignée et très fluide. L’emploi de la première personne dans le schéma narratif est un choix judicieux, d’autant plus que Mary s’adresse souvent au lecteur, l’impliquant encore plus à ses déboires et ses aventures. Le tout se lit très facilement.

Je vous conseille donc ce roman à l’humour très bristish, idéal pour cette période estivale qui arrive.

Ma note : 17/20

Thriller

Les sept morts d’Evelyn Hardcastle

Les sept morts d’Evelyn Hardcastle de Stuart Turton

  • Auteur : Stuart Turton
  • Titre : Les sept morts d’Evelyn Hardcastle
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Sonatine
  • Nombre de pages : 544
  • Parution : 16 mai 2019

Résumé

Ce soir à 11 heures, Evelyn Hardcastle va être assassinée.
Qui, dans cette luxueuse demeure anglaise, a intérêt à la tuer ?
Aiden Bishop a quelques heures pour trouver l’identité de l’assassin et empêcher le meurtre.
Tant qu’il n’est pas parvenu à ses fins, il est condamné à revivre sans cesse la même journée.
Celle de la mort d’Evelyn Hardcastle.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Sonatine pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Nous sommes ici avec Aiden Bishop, qui va devoir élucider le meurtre d’Evelyn Hardcastle, survenu dans son manoir et lors d’une soirée. Aiden va revivre sans cesse la même journée, tant qu’il n’aura pas trouvé l’assassin.

Si la boucle temporelle a maintes fois été l’objet d’intrigues, celle-ci sort indubitablement du lot. En effet, en plus de revivre la même journée, Aiden va à chaque fois se réveiller dans le corps d’un personnage différent et aura ainsi diverses perspectives, afin d’élucider ce meurtre. C’est un procédé pour le moins atypique et que je n’avais pas encore croisé dans mes lectures. Je l’ai trouvé pour le coup très original et prenant. À chaque journée, nous découvrons avec Aiden et le nouveau personnage qu’il incarne, une nouvelle palette d’indices, qui nous permettent à nous, en tant que lecteur, de rester actif afin de résoudre cette enquête.

Il faut tout de même avouer que les débuts de ce roman ont été compliqués pour moi. En effet, j’avais une sensation de fouillis, comme s’il manquait un fil rouge à cette enquête. Beaucoup de retours en arrière sont effectués. Ici, ce n’est pas journée après journée que l’auteur nous expose, mais plutôt un bout de la première journée, suivie d’un bout de la deuxième, et de nouveau de la première, par exemple. Cela m’a quelque peu perturbée au début, mais arrivée vers à peu près la page 200, l’histoire gagne en rythme.

Les personnages sont profonds et l’intrigue est bien menée. C’est vraiment l’originalité qui va primer dans ce thriller. Il faut juste s’accrocher au début et rester bien concentré pour bien intégrer les divers personnages incarnés par Aiden et les retours en arrière effectués par l’auteur.

C’est donc un très bon thriller, original et atypique, même si par moments il peut sembler manquer de rythme à certains égards. Il aurait peut-être gagner encore plus à faire cent pages de moins. Si vous voulez une intrigue qui sort du lot, n’hésitez pas à découvrir ce thriller.

Ma note : 16/20

Thriller auto-édité

La belle assise

La belle assise de Brice Milan

  • Auteur : Brice Milan
  • Titre : La belle assise
  • Genre : Thriller
  • Éditions : auto-édité
  • Nombre de pages : 166

Résumé

Jean-Yves tombe amoureux d’une jeune fille paraplégique, Emma, chaperonnée par sa tante. La mère de Jean-Yves, veuve, s’oppose à sa liaison… À tort ou à raison ?

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier l’auteur Brice Milan pour sa confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Nous sommes ici avec Jean-Yves, jeune homme aisé. Il va faire la rencontre inopinée de Emma, jeune fille handicapée, et dont il va d’emblée tomber amoureux. Le coup de foudre semble être réciproque, mais très tôt, Jean-Yves va se rendre compte que les apparences peuvent être trompeuses.

L’auteur a choisi ici de faire un roman choral. Effectivement, à tour de rôle, chaque personnage prendra la parole pendant tout un chapitre, et nous suivrons donc son point de vue. C’est un procédé schématique qui me plaît tout particulièrement, puisqu’il permet au lecteur d’appréhender le personnage d’une manière plus personnelle, de suivre au mieux ses pensées. Ici, c’est réussi et savamment dosé. Chaque chapitre apporte des éclaircissements en fonction du personnage qui prend la parole.

J’ai apprécié ce thriller. L’intrigue est bien pensée et avec son lot de mystères et de révélations. Il est vrai que j’avais pour ma part deviné certains pans de l’histoire, et que j’en ai été déçue. Mais l’auteur a su proposer jusqu’au bout des révélations et ainsi ne pas émailler toute la part de mystère. En ce qui concerne certains autres rebondissements, j’avoue ne pas les avoir deviné, et j’ai beaucoup apprécié cela.

La plume est vraiment soignée, malgré quelques petites coquilles. Mais elle reste recherchée et très prometteuse. Le tout est fluide et entraînant et le rythme est soutenu.

Les personnages sont bien décrits, mais j’aurais apprécié avoir plus de profondeur chez certains d’entre eux. Le suspense est bon, tout est centré sur la psychologie. J’ai donc su apprécier ce roman, avec lequel j’ai passé un bon moment de lecture.

Ma note : 16/20

Jeunesse

Get out of town

Riverdale, tome 2 : Get out of town de Micol Ostow

  • Auteur : Micol Ostow
  • Titre : Get out of town
  • Genre : Jeunesse
  • Éditions : Hachette Romans
  • Nombre de pages : 252
  • Parution : 29 mai 2019

Résumé

Archie est accusé de meurtre. Betty, Veronica et Jughead savent qu’il est victime d’un coup monté par Hiram Lodge, mais comment faire éclater la vérité ? La bande d’amis élabore un ultime plan pour prouver l’innocence d’Archie. Ils doivent retourner sur la scène de crime. Shadow Lake. Mais de nombreux dangers rôdent dans la forêt aux abords du chalet des Lodge. Trouveront-ils les preuves qui blanchiront Archie ? Et, surtout, en sortiront-ils vivants ?

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Hachette Romans pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Nous retrouvons dans ce tome notre groupe de quatre protagonistes. Archie se voit accusé de meurtre, et ses amis, convaincus qu’il est innocent, vont tout mettre en œuvre pour le blanchir. Pour cela, ils vont se rendre dans le chalet où a eu lieu le meurtre, et ainsi trouver des indices qui permettraient à Archie de défendre son innocence. Ce sera sans compter avec tous les dangers qui guettent le petit groupe d’amis.

Je n’ai toujours pas visionné la série, me contentant pour l’instant de la lecture des deux tomes. J’avoue que suite à la lecture de ce tome-ci, je vais me décider à découvrir enfin la série télévisée.

Si le premier tome constituait vraiment un prequel, une sorte d’introduction, celui-ci est nettement plus abouti, et le suspense est présent tout au long des pages. Le rythme est effréné et l’histoire réserve son lot d’intrigues et de surprises.

Le schéma narratif est très intéressant, puisque l’on va alterner entre le point de vue des divers personnages, chaque chapitre étant donc consacré à l’un d’eux. Le tout est entrecoupé de conversations par messages. L’ensemble est donc très rythmé et une fois commencé, le roman devient très difficile à lâcher. Les pages ont défilé pour ma part. J’ai été totalement prise dans cette histoire, et ces personnages très attachants.

Quant à l’intrigue, elle est loin d’être statique et réserve son lot de surprises et de rebondissements. J’avais réellement envie de savoir, et je suis donc restée sur ma faim, mais dans le bon sens du terme, puisque maintenant, j’ai très envie de découvrir le troisième tome. En effet, le fait de ne pas avoir eu le fin mot de l’histoire dans ce tome, ainsi que cette fin ouverte me donnent envie de me précipiter pour visionner la série. Bien évidemment, lorsque le troisième tome sortira, je le lirai également.

C’est donc pour ma part une réussite avec cet univers si particulier de Riverdale. Les pages ont défilé, et je le conseille donc.

Ma note : 17/20

Thriller

Je fus un mauvais homme

Je fus un mauvais homme de Pierre Faupoint

  • Auteur : Pierre Faupoint
  • Titre : Je fus un mauvais homme
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Librinova
  • Nombre de pages : 183
  • Parution : 11 février 2019

Résumé

Ismaël a tout juste 18 ans lorsqu’il est condamné pour trafic de stupéfiants. À sa sortie de prison, à défaut de pouvoir se venger sur ceux qui l’ont condamné, il déverse sa haine sur la gent féminine. En 2005, il commet l’irréparable et le double meurtre sanguinaire dont il est l’auteur fait la une des journaux : quelles sont les raisons qui ont poussé L’assassin poétique à recueillir une enfant ? Où se trouve la petite Lélia ? Quelques années plus tard, oscillant entre pulsions meurtrières et son rôle de père, Ismaël rencontre Nahima. Enfin heureux, il tombe de haut quand celle-ci le quitte sans un mot, et reprend ses massacres… Parviendra-t-il à échapper aux mains de la police et à garantir l’éducation de sa fille ? Découvrez un thriller psychologique haletant qui nous entraîne aux côtés d’un personnage sombre et complexe !

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier les Éditions Librinova pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Nous sommes ici avec Ismaël, jeune homme de 18 ans, qui se voit purger une peine de prison pour trafic de stupéfiants. À sa sortie, il en veut à tout le monde et son désir de vengeance est extrême. Il va donc s’en prendre à la gent féminine. Mais il va pousser cette vengeance toujours plus loin, jusqu’à assassiner un couple. Lorsque Ismaël se rend compte que ce couple avait une petite fille, il décide de la recueillir, de s’en occuper et commence alors un long chemin de rédemption pour Ismaël auprès de sa fille adoptive.

Quel roman ! Je peux affirmer que la noirceur suinte à toutes les pages, et qu’il y a très peu de place pour l’espoir. L’auteur a réussi à créer l’un des personnages les plus complexes que j’aie pu rencontrer dernièrement dans mes lectures. Il va vraiment se créer un paradoxe entre l’abomination des actes d’Ismaël, et la grande tendresse de cet amour indéfectible qui se crée entre lui et sa fille adoptive, Lélia. Tout au long des pages, cette dualité sera présente.

Cette histoire est entièrement portée par Ismaël et Lélia. L’auteur a très bien travaillé ces deux personnages, en les nuançant et en les rendant très complexes. L’intrigue est d’une grande noirceur, menée tambour battant par une plume percutante mais surtout très belle. Ce roman est remarquablement bien écrit, avec un vocabulaire recherché mais facile d’accès, pourtant.

Quant à la fin, je ne l’ai absolument pas vue venir et j’ai été surprise. J’aurais toutefois apprécié qu’elle soit un petit plus étayée, plus approfondie. J’ai eu l’impression qu’elle arrivait de manière trop abrupte. Malgré tout, ce fut une excellente lecture, avec des pages qui défilent.

Si vous voulez un thriller très complexe, je vous conseille fortement de découvrir ce roman.

Ma note : 18/20

Thriller

L’heure bleue

L’heure bleue de Celia Fremlin

  • Auteur : Celia Fremlin
  • Titre : L’heure bleue
  • Genre : Thriller
  • Éditions : JC Lattès / Le Masque
  • Nombre de pages : 300
  • Parution : 5 juin 2019

Résumé

Louise Henderson donnerait n’importe quoi – absolument n’importe quoi – pour une bonne nuit de sommeil. Depuis l’arrivée de Michael, son nouveau-né, elle enchaîne des nuits blanches tout en gérant la maison et ses filles. Quand Louise et son mari décident de louer la chambre d’amis, miss Brandon semble être la candidate parfaite ; elle est célibataire, discrète et enseigne au lycée du coin. Pourtant, Louise éprouve un curieux malaise lorsque miss Brandon s’installe et ses doutes deviennent une obsession. D’où vient-elle ? Qui est-elle vraiment ? Jusqu’à cette nuit où Michael disparaît et le monde de Louise s’effondre…

Un roman de suspense psychologique haletant et intelligent qui rivalise avec les meilleurs romans du genre plus de soixante ans après sa première publication.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions JC Lattès/Le Masque pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Nous sommes ici avec Louise, mariée et trois enfants. Elle va vite se retrouver débordée et épuisée, et pour cause : son petit dernier, Michael, ne fait jamais ses nuits, et Louise peine de plus en plus à assurer le quotidien et les tâches de mère au foyer qui lui incombent. D’autre part, afin de faire face aux difficultés économiques, Louise et son mari vont décider de louer l’une de leur chambre à Vera Brandon. Mais dès l’arrivée de cette dernière dans la demeure, il va commencer à s’installer une grande tension au sein de la famille.

Tout d’abord, il faut savoir que ce roman a été édité pour la première fois il y a plus de soixante ans. Les Éditions JC Lattès/Le Masque ont donc décidé de le remettre au goût du jour. D’autre part, sachez que la préface de ce roman est très instructive, et l’auteure va nous expliquer comment lui est venu une telle idée pour son roman. Vous pouvez la lire tranquillement, puisqu’il n’y a aucun risque de spoil, comme parfois avec certaines préfaces.

J’ai été très agréablement surprise par le ton incroyablement moderne de ce récit. La plume est très fluide. L’auteure a su décortiquer à la perfection les ressentis d’une mère débordée par ses responsabilités et de la solitude et l’incompréhension que cela génère dans son entourage. C’est elle qui doit tout assurer, et personne n’a l’air de se rendre compte qu’elle perd peu à peu pied, puisqu’elle est tout simplement débordée. J’ai trouvé ce pan du récit très bien amené et décrit de manière très juste.

L’intrigue est vraiment centrée sur le côté psychologique. Il ne faut donc pas s’attendre à énormément d’action. J’y ai même décelé parfois quelques longueurs. Mais j’ai été en immersion avec cette histoire, me demandant à maintes reprises que pouvait cacher Vera, ou si c’était Louise qui se faisait des idées dues à son surmenage. Je me suis donc posée énormément de questions et j’ai trouvé le dénouement haletant. Lorsque les pièces du puzzle s’assemblent, la tension est à son comble.

Ce thriller très traditionnel n’en est pas moins très bien réalisé, est très moderne à bien des égards, et il a sûrement servi de précurseur à bon nombre de romans d’aujourd’hui. Malgré les quelques longueurs qui font que parfois, le rythme s’est retrouvé un peu cassé, cela reste une très bonne lecture que je vous conseille de découvrir.

Ma note : 16/20

Thriller

Seul avec la nuit

Seul avec la nuit de Christian Blanchard

  • Auteur : Christian Blanchard
  • Titre : Seul avec la nuit
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Belfond
  • Nombre de pages : 336
  • Parution : 16 mai 2019

Résumé

Que sommes-nous réellement prêts à faire pour sauver nos proches ?

Cette question, Éric de la Boissière se la pose tous les jours. Sa fille, Élodie, est atteinte d’une grave maladie rénale. Du fait de son groupe sanguin, ses chances de recevoir une greffe sont quasi nulles. Mais avec beaucoup d’argent… Élodie doit pouvoir être soignée, pense Éric. Dirigeant d’un établissement financier, il a entendu parler de réseaux parallèles permettant d’obtenir un organe sain de donneurs volontaires.

Que sommes-nous prêts à sacrifier pour sauver nos proches ?

Cette question, Gilles Patrick ne se l’était jamais posée. Mais depuis quelques semaines, ce grand chirurgien ne dort plus. Tandis qu’un revolver est braqué sur la tempe de son épouse et de sa fille, un groupe d’hommes le contraint à pratiquer de lourdes opérations sur de jeunes patients pourtant en pleine santé. Les circonstances ont beau être différentes, la raison qui a fait basculer ces deux hommes dans un autre monde est la même. Et si la volonté de sauver un proche n’était pas une raison suffisante ? D’une noirceur abyssale, le nouveau roman de Christian Blanchard explore les âmes compromises et pousse ses personnages, comme le lecteur, dans leurs pires retranchements.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Belfond pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Nous allons suivre ici plusieurs personnages en parallèle, dont je ne veux rien vous révéler. Ces histoires n’ont en apparence aucune corrélation les unes avec les autres, et pourtant, elles vont finir par se recouper. Il faut vraiment les découvrir au fur et à mesure pour s’en imprégner et ressentir toutes les émotions que l’auteur nous propose.

Ici, la force de ce roman réside réellement dans ce schéma narratif qui est maîtrisé à la perfection par l’auteur. Les personnages sont très travaillés et nuancés. Leur histoire fait que l’on ne peut faire autrement que de s’attacher à eux. L’auteur alterne tour à tour les histoires. Les personnages portent à eux seuls un roman noir, très noir, où il reste très peu de place pour l’espoir.

Ce roman m’a tout simplement bouleversée. L’auteur aborde ici des thématiques très difficiles, et le fait au travers de personnages forts. Je suis passée par toute une palette d’émotions. J’ai été à tour de rôle émue, ulcérée, bouleversée. C’est un véritable carrousel d’émotions. Je sais que cette histoire va me rester en tête pendant longtemps.

Si de prime abord, on peut penser que l’on a souvent croisé la route de ce genre de thriller, celui-ci sort indubitablement du lot, grâce à une plume sans fioriture et fluide, des personnages forts, et un concentré d’émotions.

Lorsque roman noir peut aussi rimer avec émotion, cela donne cette petite pépite à découvrir. Je ne peux que vous le conseiller.

Ma note : 19/20

Contemporain

Tout est beau et lumineux

Tout est beau et lumineux de Anbara Salam

  • Auteur : Anbara Salam
  • Titre : Tout est beau et lumineux
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Calman-Lévy
  • Nombre de pages : 336
  • Parution : 24 avril 2019

Résumé

Années 50. Pour suivre Max, un missionnaire qu’elle vient tout juste d’épouser, Bea s’installe dans un petit village au cœur de la jungle, Bambayot, sur une île des Nouvelles-Hébrides perdue dans le Pacifique. L’endroit, à ses yeux, a tout du paradis : une vie simple et la possibilité de laisser derrière elle les erreurs du passé. Pour Max comme pour Bea, ce nouveau départ s’annonce doux et merveilleux. Lui veut sauver les habitants de Bambayot de pratiques païennes et hors du temps, elle se lance gaiement dans l’entretien du petit potager qui leur permettra de se nourrir durant les longs mois à venir. 

La réalité va cependant très vite les rattraper : insectes, pluie incessante, conditions de vie spartiates et incompréhension mutuelle avec les autochtones vont petit à petit transformer le paradis attendu en enfer quotidien, d’autant plus que la forêt qui entoure le village, oppressante, quasi vivante, semble dissimuler des créatures tout droit sorties des pires cauchemars du folklore local. Rien ne se passe comme prévu et quand Marietta, la missionnaire en poste à Bambayot avant leur arrivée et supposée disparue, surgit des ombres de la jungle pour revenir s’installer avec eux, Bea et Max voient leur vie de jeunes mariés sérieusement mise à mal. 

À mesure que la pluie isole de plus en plus le village et alors que Max semble petit à petit touché par la folie d’habitants qui s’approprient ses enseignements pour mieux les modeler à leurs propres croyances, Bea comprend qu’elle est seule, et qu’elle va devoir lutter pour sa survie. 

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Calmann-Lévy pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Nous sommes ici avec Beatriz et Max, couple de missionnaires fraîchement mariés, qui décident de se rendre dans une île des Nouvelles-Hébrides, dans l’océan Pacifique. Le village est juché au milieu de la jungle. Leur sérénité va vite se voir troublée par l’arrivée de l’ancienne missionnaire, Marietta, qui décidera de s’installer avec eux. Entre les dangers de la jungle, le trouble semé par Marietta et l’hostilité de certains villageois, une tension va peu à peu s’instaurer.

Après la lecture de ce magnifique roman, une chose est certaine, ce récit va me rester longtemps en tête. J’y ai retrouvé beaucoup d’originalité et une intrigue d’une grande tension psychologique qui m’a séduite tout au fil des pages.

Le cadre est somptueux et j’ai fait une expérience d’évasion pendant toute ma lecture. Le dépaysement est total, et l’auteure a su rendre à la perfection l’environnement à la fois magique et hostile de cette jungle. J’ai été en immersion totale. La plume fluide y a été pour beaucoup.

Quant à l’intrigue, tout est vraiment dans la psychologie. Une tension va s’installer dès les premières pages, pour atteindre son paroxysme à la toute fin. L’auteure a su créer deux personnages très bien construits, remarquablement travaillés, qui vont évoluer à tour de rôle tout au long du récit. Ils ne sont pas lisses ni statiques, et cela est appréciable dans ce genre de romans.

Les personnages secondaires sont essentiels à l’histoire et sont bien brossés. Le choc culturel est très bien rendu également. On ressent à quel point il est difficile pour ce couple de s’adapter à des conditions austères dans une jungle hostile, entre les croyances des habitants et leur méfiance constante envers Max et Beatriz.

Un roman lumineux, mais avec malgré tout avec une grande part de noirceur, qui m’aura séduite et que je vous recommande.

Ma note : 17/20

Thriller auto-édité

Jupons longs

Jupons longs de William Emmanuel

Auteur : William Emmanuel
Titre : Jupons longs
Genre :Thriller
Éditions : Auto-édité
Nombre de pages : 140
Parution : 1 avril 2019



Résumé

-NOVEMBRE 2018… Une étrange série de disparitions survient à la ville d’Haie, tirant son origine du sombre passé de la municipalité. Tous sont concernés : personne ne peut échapper à son sort, ou à la mort… Henriette Tempérance, Éva Hugo et Nadine Magny finiront-elles par faire lumière sur ces évènements, et découvrir ce qui se trame dans l’ombre ?

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier l’auteur William Emmanuel pour sa confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Nous sommes ici dans la ville d’Haie, où plusieurs disparitions pour le moins inquiétantes se produisent. Lorsque c’est son oncle qui disparaît, Nadine va décider de faire équipe avec Eva et Henriette et ainsi trouver la clé du mystère. Bien évidemment, leur chemin sera truffé d’embûches.

J’ai d’emblée accroché aux trois personnages féminins que nous propose ici l’auteur. Elles sont bien décrites et très attachante. Elles n’ont pas froid aux yeux, puisque ce sont elles qui vont mener cette enquête de front, envers et contre tout. Impossible de ne pas voir une analogie de la part de l’auteur entre Henriette et Miss Marple. Une véritable clin d’œil de sa part qui m’aura enchantée puisque Agatha Christie est pour moi une référence et je suis friande de ses romans.

L’intrigue est menée tambour battant, et en peu de pages, l’auteur a su créer une intrigue bien plus complexe qu’il n’y paraissait au premier abord. Rien n’est simple et plusieurs pistes vont faire leur apparition, pour le grand plaisir du lecteur puisqu’il est impossible de s’ennuyer pendant cette lecture. J’ai apprécié les nombreuses références de l’auteur, tant sur le domaine historique, que sur le domaine littéraire. Voilà un récit bien documenté.

Le seul petit bémol serait que cette enquête part parfois dans tous les sens, il m’a semblé que les idées pouvaient être quelque peu éparpillées. Mais le potentiel de l’intrigue est bien présent et donc, cela n’a pas émaillé le bon moment que j’ai passé avec ce livre.

Une plume fluide, des personnages attachants et une intrigue complexe. Tout est réuni pour en faire un bon thriller.

Ma note : 17/20

Thriller

Fantômes de papier

Fantômes de papier de Julia Heaberlin

Auteur : Julia Heaberlin
Titre : Fantômes de papier
Genre : Thriller
Éditions : Presses de la Cité
Nombre de pages : 432
Parution : 16 mai 2019



Résumé

Elle a passé la moitié de sa vie à attendre ce moment. À s’y préparer. Aujourd’hui, elle est certaine que l’homme assis côté passager est l’assassin de sa sœur. 

Depuis des années, elle ne pense qu’à ça. Elle avait douze ans lorsque sa grande soeur a disparu. Pour elle, ça ne fait pas de doute : Rachel a été enlevée, puis assassinée. Grâce à une photo retrouvée sous l’escalier du grenier familial, elle connaît même le coupable : Carl Feldman, un photographe aussi célèbre pour ses clichés que pour les accusations de meurtre dont il est ressorti blanchi. Aujourd’hui sénile, Carl Feldman vit dans un établissement adapté. Mais l’heure de la vengeance a bientôt sonné : la jeune femme est prête à tout pour le forcer à recouvrer la mémoire et faire éclater la vérité. Même à prendre l’identité de sa fille illégitime et à entraîner l’homme qui l’a privée de sa soeur dans un road-trip texan sur les traces d’affaires de disparition non résolues. Mais de la jeune femme sans nom au plan millimétré et du vieil homme à la mémoire peut-être pas si morcelée, qui est le plus dangereux ? Une fois de plus, Julia Heaberlin frappe fort sans quitter la veine qui lui est propre – celle du thriller incarné par des personnages féminins déterminés – et propose un jeu du chat et de la souris haletant au fi nale aussi inattendu qu’ébouriffant.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Presses de la Cité pour leur confiance et grâce à qui j’ai eu la possibilité de découvrir ce roman.

Nous sommes ici avec Grace, une jeune femme qui est persuadée d’avoir retrouvé l’assassin de sa sœur et d’autres femmes. Ce dernier, Carl, un photographe renommé, étant atteint de démence, et n’ayant pas assez de preuves contre lui, sera finalement acquitté. Il vit aujourd’hui dans un établissement adapté. Grace ira à sa recherche et tout en se faisant passer pour sa fille, elle emmènera Carl avec elle pendant une semaine, à travers tout le Texas, pour retourner dans les endroits où ces femmes ont disparu, et lui rafraîchir ainsi la mémoire.

J’ai été totalement subjuguée par l’un des thrillers les plus originaux que j’aie pu lire dernièrement. Malgré un postulat de départ peu crédible, puisque Grace part tout de même en road trip avec un potentiel tueur en série, le déroulé du récit est impeccable et cela rend l’intrigue cohérente et haletante du début à la fin.

Cette histoire est entièrement portée par ces deux personnages. L’auteure a pris ici un pari risqué, qu’elle a su relever avec brio. Effectivement, tant Grace que Carl sont extrêmement bien travaillés, profonds, avec des failles et des blessures à fleur de peau.

L’intrigue est haletante. Impossible de ne pas avoir d’empathie pour Grace, qui cherche désespérément à savoir ce qui est arrivé à sa sœur. Je me suis totalement attachée à elle, j’ai été très sensible à toutes ses angoisses et à son combat. Si à certains moments, l’intrigue peut paraître embrouillée, puisque Carl a des problèmes de mémoire, cela n’émaille en rien le suspense de ce livre. Bien au contraire, j’ai été avide de savoir ce qu’il en était vraiment.

Sous forme d’intrigue très originale, l’auteure m’a séduite avec sa plume fluide et ce road trip au beau milieu du Texas, à la recherche de la vérité. Je vous conseille fortement ce roman.

Ma note : 17/20

Policier

En quête d’Elena

En quête d’Elena de Lise Pradère

Auteur : Lise Pradère
Titre : En quête d’Elena
Genre : Policier
Éditions : Flamant Noir
Nombre de pages : 280
Parution : 29 avril 2019

Résumé

Elena Vassiliev, jeune et brillante géologue, est retrouvée morte dans son appartement, le visage couvert d’ecchymoses, la tête dans une flaque de sang.

Le commandant Gignac du SRPJ, policier solitaire et bourru, arrive sur place. Aucune trace d’effraction n’est relevée, mais une fouille rapide lui permet de trouver un carnet contenant des photos et des pages manuscrites, certaines écrites en langue étrangère, mélangées à des croquis et autres éléments ; un objet suspect qu’il va devoir décrypter. 

Des bureaux feutrés de la Défense, aux vallées oubliées de l’Isère, en passant par une plateforme pétrolière norvégienne, le commandant Gignac tentera d’en savoir davantage sur la victime et ses relations. Mais l’histoire de cette femme, qui fait écho à sa vie personnelle, risque de troubler sa vigilance. 

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Flamant Noir pour leur confiance et grâce à qui j’ai eu la possibilité de découvrir ce roman.

Nous retrouvons ici Gignac, inspecteur de la SRPJ, qui se voit confier une enquête compliquée, où la victime, Elena, est retrouvée assassinée.

Suite aux divers avis très enthousiastes que j’ai pu croiser au sujet de ce roman, j’étais plus que curieuse de me lancer moi aussi à sa découverte. De mon côté, j’ai été très mitigée. J’en attendais probablement beaucoup. Si cela ne s’est pas soldé avec une complète déception, j’avoue que cela ne m’a pas totalement convaincue non plus.

L’auteure maîtrise incontestablement son intrigue et toutes les thématiques qu’elle décide d’aborder pour cette enquête. En effet, nous effectuons une plongée dans divers corps de métier, et bien évidemment, cela devient très technique. J’avoue m’être égarée à plusieurs reprises et ne pas avoir réussi à tout comprendre. L’auteure a fourni un énorme travail de documentation et cela est appréciable, mais pour ma part, me retrouvant submergée de termes très techniques, je me suis plus d’une fois retrouvée perdue et ai eu du mal à suivre tous les enjeux. Cela a donc créé une distance avec cette enquête, et je n’étais pas participative par rapport à ce que je lisais. Je ne cherchais effectivement plus à savoir, ni à démêler les fils de ce mystère.

Pourtant, je dois dire que Lise Pradère prend ici le pari risqué de nous livrer une enquête très complexe, avec diverses pistes et un final inattendu. Les pistes sont toutes très différentes les unes des autres. Je ne peux que reconnaître son ingéniosité. Sa plume fluide et claire m’a séduite, et j’ai eu envie malgré tout de connaître le fin mot de l’histoire.

Quant aux personnages, j’ai pour ma part apprécié le commandant Gignac, qui sous ses airs de rustre, est en fait très sensible. J’ai beaucoup aimé suivre son quotidien en dehors de son métier, avec sa famille. J’ai réussi à m’attacher à lui. Les quelques traits d’humour présents sont très appréciables. J’aimerais beaucoup le retrouver dans un prochain roman.

Ma note : 14/20

Thriller

Le chant de l’assassin

Le chant de l’assassin de R. J. Ellory

Auteur : R. J. Ellory
Titre : Le chant de l’assassin
Genre : Thriller
Éditions : Sonatine
Nombre de pages : 496
Parution : 23 mai 2019

Résumé

Tout le monde a un secret.

Condamné pour meurtre, derrière les barreaux depuis plus de vingt ans, Evan Riggs n’a jamais connu sa fille, Sarah, confiée dès sa naissance à une famille adoptive. Le jour où son compagnon de cellule, Henry Quinn, un jeune musicien, sort de prison, il lui demande de la retrouver pour lui donner une lettre. Lorsqu’Henry arrive à Calvary, au Texas, le frère de Riggs, shérif de la ville, lui affirme que la jeune femme a quitté la région depuis longtemps, et que personne ne sait ce qu’elle est devenue. Mais Henry s’entête. Il a fait une promesse, il ira jusqu’au bout. Il ignore qu’en réveillant ainsi les fantômes du passé, il va découvrir un secret que les habitants de Calvary sont prêts à tout pour ne pas voir divulguer.
Avec ce retour aux sources qui évoque par bien des aspects Seul le silence, R. J. Ellory nous livre un roman magistral, d’une puissance émotionnelle rare. Un de ses plus humains, un de ses plus sombres aussi.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Sonatine pour leur confiance et grâce à qui j’ai eu la possibilité de découvrir ce roman.

Nous sommes ici avec Henry, qui suite à une incarcération de trois ans, se retrouve en liberté. Son codétenu, Evan, qui pour sa part est condamné à perpétuité, va demander à Henry de remettre une lettre à sa fille qu’il n’a jamais connue. Henry lui en fera la promesse et se retrouvera ainsi, bien malgré lui, pris dans une impasse dangereuse.

À chaque fois que j’ouvre un roman d’Ellory, je sais que ma lecture va rimer avec des mots tels que profondeur, noirceur, émotion. Cet opus ne déroge pas à la règle et est tout simplement une petite pépite du genre, destinée à faire passer son lecteur par toutes les émotions et à le remuer.

Ellory a su planter son décor à la perfection, dans cette petite ville de Calvary, au Texas. J’y ai été en immersion totale tout au long des pages, et j’ai ressenti cette atmosphère oppressante. Ce roman est parfaitement maîtrisé à tous les niveaux.

Les personnages sont extrêmement bien dépeints. Aucun manichéisme avec Ellory. Ils ont leurs qualités et leurs défauts, et sont très fouillés psychologiquement. L’auteur n’a pas son pareil pour créer des personnages forts.

Si vous recherchez de l’action, il vous faudra passer votre chemin. Nous sommes ici avec un véritable roman d’ambiance où ce qui prime sera la psychologie. Je n’ai pas pu faire autrement que de m’attacher au personnage de Henry, à qui j’ai eu envie de tendre la main dans sa quête.

C’est un roman d’une grande noirceur, où l’espoir a très peu de place, mais Ellory aura su mettre en exergue des valeurs telles que loyauté et amitié. C’est bouleversant, profondément humain, bien plus qu’un simple thriller.

Si vous ne connaissez pas la plume de Ellory, il vous faut la découvrir. Ses romans sont empreints d’une grande beauté, et restent en tête pendant longtemps.

Ma note : 19/20

Contemporain

Mes vacances à Morro Bay

Mes vacances à Morro Bay de Paul Jorion

Auteur : Paul Jorion
Titre : Mes vacances à Morro Bay
Genre : Contemporain
Éditions : Fayard
Nombre de pages : 144
Parution : 15 mai 2019

Résumé

On ne s’attendrait pas, spontanément, sous le soleil du littoral californien, à trouver une crêperie picarde où un spécialiste mondial de Baudelaire serait en charge de préparer la soupe à l’oignon. En Amérique, tout est possible, dit-on. Ou serait-ce que, en vacances plus ou moins forcées, l’esprit libre et l’œil ouvert, Paul Jorion se soit simplement rendu disponible aux rencontres les plus étonnantes, aux situations les plus inattendues ?
Car sans doute jamais le mot « vacances » ne retrouve-t-il un sens plus proche de son origine étymologique que quand on est contraint de les prendre sans les avoir planifiées, dans un pays de rêve, certes, mais sans projet. On s’invente des aventures, on magnifie des conversations sans lendemain, mais on mesure chaque jour un peu mieux le peu de place qu’on occupe dans le vaste monde.
A moins que, bien sûr, au hasard d’une séance chez une dentiste…

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier Netgalley et les Éditions Fayard pour leur confiance et grâce à qui j’ai eu la possibilité de découvrir ce roman.

Nous suivons ici Paul Jorion, lors de ses vacances à Morro Bay en 2003. Ce sont ses premiers pas en tant que romancier, puisqu’à la base, il est surtout réputé pour avoir écrit des essais, notamment sur l’économie.

Dans ce court roman, le lecteur suivra par le menu détail les quelques jours que Paul Jorion aura passé à Morro Bay, le tout décrit avec beaucoup d’humour et d’autodérision. J’ai accroché au franc-parler de l’auteur, qui ne mâche pas ses mots et qui nous dit les choses telles qu’il les ressent.

Le gros plus dans ce roman réside probablement dans toutes les références très intéressantes auxquelles l’auteur fait appel. Un panel très varié concernant tout aussi bien la musique, le cinéma comme la littérature. C’est un récit curieux et intelligent.

Mais avant tout, Paul Jorion est un anthropologue et cela transparaît dans les portraits qu’il trousse et les relations humaines qu’il dépeint avec beaucoup de profondeur. Le récit est parsemé de réflexions qui ne laissent pas indifférent le lecteur et qui portent à réfléchir, que l’on soit d’accord ou pas.

Sous forme de récit intimiste, ce livre a toutes les allures de roman initiatique. L’auteur fait pas mal d’introspection et toujours avec beaucoup d’humour. Cependant, je regrette que le tout ne soit pas davantage romancé. J’ai l’impression d’être plus proche de l’essai, genre dont a plus l’habitude Paul Jorion, au final. Mais cela ne pose pas vraiment de réel problème. Le tout se lit très bien, et la plume est accrocheuse, fluide et emplie de verve.

Ma note : 16/20

Thriller

Alice

Alice de Heidi Perks

Auteur : Heidi Perks
Titre : Alice
Genre : Thriller
Éditions : Préludes
Nombre de pages : 448

Résumé

Une enfant disparaît. Deux versions du drame. Une seule vérité. Harriet avait confié sa fille à sa meilleure amie Charlotte pour un après-midi à la kermesse de l’école. Charlotte est persuadée de n’avoir quitté Alice des yeux qu’une fraction de seconde. Le temps pour la fillette de se volatiliser. Dévastée, Harriet ne peut plus envisager de revoir Charlotte. Elle ne lui fera sans doute jamais plus confiance. Mais elle n’aura pas le choix. Car, deux semaines plus tard, les deux femmes sont convoquées par la police pour être interrogées séparément. Il semblerait que chacune d’elles ait des choses à se reprocher…

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier Netgalley et les Éditions Préludes pour leur confiance et grâce à qui j’ai eu la possibilité de découvrir ce roman.

Nous sommes ici avec Harriet, jeune maman d’une petite Alice de quatre ans, avec qui elle entretient une relation fusionnelle. En effet, elle ne s’en sépare jamais. Mais un jour, alors qu’Harriet souhaite participer à un cours de comptabilité, elle se voit obligée de laisser sa fille à sa meilleure amie, Charlotte. Cette dernière décidera d’emmener Alice et ses propres enfants à la kermesse de l’école, mais Alice va disparaître. Que s’est-il passé ?

Heidi Perks a choisi ici pour son intrigue un postulat de départ maintes fois revisité dans les thrillers d’aujourd’hui. Et pourtant, son talent a réussi à faire démarquer son roman des autres que j’ai pu lire sur le même sujet.

J’ai beaucoup apprécié le schéma narratif. Le lecteur suit ici à tour de rôle les points de vue de Charlotte et Harriet, et cela est très intéressant, dans la mesure où l’on s’attache réellement à ces deux personnages. Il m’a juste fallu les premiers chapitres pour m’adapter, puisque l’auteure décrit tour à tout les événements avant le drame et ceux d’après. Après avoir bien intégré toutes les temporalités, j’ai vraiment accroché avec ce procédé.

Ici, l’angoisse monte crescendo et la tension psychologique est omniprésente. L’auteure distille son suspense d’une main de maître. Elle nous livre les révélations de manière très habile, ce qui permet de tenir le lecteur, et ce, jusqu’à la dernière page.

J’ai été totalement prise au piège vers la moitié du roman, avec un rebondissement auquel je ne m’y attendais pas du tout et qui, pour moi, a vraiment rendu ce livre difficile à poser, tant je voulais savoir où tout cela allait nous mener.

Je ne peux que vous conseiller ce thriller psychologique très réussi, à plus forte raison si vous êtes amateurs du genre. Certes, le sujet a été maintes fois abordé, mais Heidi Perks le fait d’une manière différente.

Ma note : 18/20

Romance

Tous pour elle

Tous pour elle de Laurent Malot

Auteur : Laurent Malot
Titre : Tous pour elle
Genre : Romance
Éditions : French Pulp éditions
Nombre de pages : 276

Résumé

Clémence est une femme moderne, drôle et pétillante, mais elle ne croit plus au romantisme depuis que sa vie amoureuse est au point mort. Jusqu’à ce qu’une rencontre inattendue lui offre le pouvoir de séduire qui elle veut, à condition de trouver l’homme de sa vie avant d’avoir trente ans. Si elle n’y croit pas au début, force est de constater qu’elle attire les regards. Et même plus. Mais si l’open-bar de l’amour lui semble promis, les difficultés ne font que commencer. Elle a trois semaines pour trouver l’homme de sa vie.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier Netgalley et les Éditions French pulp éditions pour leur confiance et grâce à qui j’ai eu la possibilité de découvrir ce roman.

Nous sommes ici avec Clémence, jeune femme à l’aube de ses trente ans et qui désespère de trouver le grand amour. Un soir, en rentrant chez elle et au détour d’une rue, elle va rencontrer une femme qui lui accorde le pouvoir de séduire n’importe qui. Mais attention, ce pouvoir a une durée de péremption et une contrepartie. En effet, d’ici trois semaines, lors de l’anniversaire de ses trente ans, Clémence devra trouver son âme sœur, sous peine de finir vieille fille.

Le postulat de départ est excellent et très original. Des les premières lignes, le ton est donné. J’ai su que j’allais passer un bon moment de lecture et tel a été effectivement le cas. Naturellement, Clémence va profiter de ce pouvoir et ne saura plus s’arrêter. Cela donne des scènes très comiques et notre héroïne va subir tout au fil des pages des situations véritablement rocambolesques.

L’auteur a su créer un personnage auquel il est impossible de ne pas s’attacher. Clémence est haute en couleurs et désopilante. Elle garde sa bonne humeur constamment, et ce, malgré les imprévus subis à cause de son pouvoir inespéré. J’ai beaucoup ri avec elle, mais ce que j’ai fortement apprécié, c’est qu’il y a un message tacite sous cette comédie romantique. Des sujets importants sont abordés, tels que la famille, l’amitié. J’ai même été émue lors du dénouement, par un événement qui surgira pour Clémence.

Le seul petit bémol que je pourrais émettre, c’est peut-être la présence constante de l’humour. Effectivement, il y en a trop et cela peut décrédibiliser l’histoire ou même peut-être lasser le lecteur. Le mélange n’a pas forcément été savamment dosé, et il y a des moments où j’aurais voulu voir une Clémence plus sérieuse, face aux déboires qui surgissent dans son quotidien.

En allant me renseigner sur la bibliographie de Laurent Malot, j’ai constaté qu’il avait écrit également des thrillers. Au vu de sa plume dynamique et fluide, nul doute que je m’y essaierai à la lecture de ceux-là.

En attendant, je vous recommande cette comédie romantique pétillante et pleine de verve. J’ai passé un très bon moment de lecture.

Ma note : 16/20

Romance

Un petit grain de sable

Un petit grain de sable de Petra Hülsmann

Auteur : Petra Hülsmann
Titre : Un petit grain de sable
Genre : Romance
Éditeur : Editions de l’Archipel
Nombre de pages : 400

Résumé

La vie n’est pas un long fleuve tranquille.

Isabelle, 27 ans, aime que chaque chose soit à sa place.

Voilà dix ans qu’elle travaille chez une fleuriste, déjeune chaque jour dans le même restaurant et regarde chaque soir un épisode de son feuilleton favori.

Alors, quand Isabelle rencontre l’homme de ses rêves, Alex, aussi charmant qu’intelligent et attentif, plus rien ne manque au tableau de sa vie rêvée.

Pourtant, il suffit d’un rien pour craqueler ce joli vernis… La boutique pour laquelle elle travaille va fermer pour cause de faillite. Elle se met à douter d’Alex. Et, pire que tout, son restaurant préféré a un nouveau patron – un sale type arrogant… C’en est trop.

Sa vie si parfaite s’écroule et Isabelle devra alors se réinventer. Pour le pire… ou le meilleur ?

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier Netgalley et les Editions de l’Archipel pour leur confiance et grâce à qui j’ai eu la possibilité de découvrir ce roman.

Nous retrouvons ici Isabelle, jeune femme de 27 ans, dont le quotidien se résume à une routine à la mécanique bien huilée et qui ne saurait souffrir aucun changement, même minime. En effet, voilà plus de dix ans qu’elle travaille chez la même fleuriste, et qu’elle déjeune tous les midis au restaurant d’en face. Pourtant, celui-ci va fermer ses portes et laisser ainsi la place à Jens, qui s’occupera d’un nouveau restaurant. Isabelle devra alors faire face à ce petit grain de sable qui viendra enrayer la machine, et qui sera le premier d’une longue série de contrariétés.

J’ai tout simplement été séduite par ce roman. L’auteure a su créer une héroïne authentique et truculente à souhait. Au travers de toutes les failles d’Isabelle, il y a un personnage attachant et réel. Son quotidien pourrait ressembler à celui de n’importe qui et cela a créé une grande proximité avec elle. J’ai ri avec elle, j’ai été émue par les événements qui se succèdent au fil de son quotidien.

Si c’est Isabelle qui porte le roman au fil des pages, les personnages secondaires ne sont pas en reste. Il y a une grande palette de caractères qui m’ont tour à tour émue, exaspérée, et avec qui j’ai énormément ri.

La plume de l’auteure est simple, sans fioritures et très addictive. Les pages défilent sans même s’en rendre compte, et à la fin, je n’avais pas envie de quitter ces personnages si attachants.

Ce roman feel good est un véritable bonbon, où chaque page tournée est un pur moment de bonheur, un concentré de bonne humeur et un tourbillon d’émotions.

Vous l’aurez compris, je ne peux que vous conseiller ce roman, même si vous pensez que vous n’êtes pas adeptes du genre. Celui-ci a vraiment ce quelque chose de spécial qui le fait sortir du lot.

Ma note : 18/20

.

Policier

Le gang de la Tamise

Le gang de la Tamise de Jessica Fellowes

Auteur : Jessica Fellowes
Titre : Le gang de la Tamise
Genre : Policier historique
Éditeur : J.C. Lattès/Le Masque
Nombre de pages : 400


Résumé

À la fin d’un bal masqué donné à Asthall Manor pour les dix-huit ans de Pamela Mitford, quelques-uns des Bright Young Things, cette jeunesse dorée et débridée dont les journaux commentent avidement les nombreuses frasques, organisent l’une de leurs fameuses chasses au trésor. Mais la partie se termine tragiquement : l’un des invités est poussé du haut du clocher de l’église.

Convaincue de sa culpabilité, la police arrête alors Dulcie, une domestique, qui fait partie du gang des Quarante Voleuses dirigé par Alice Diamond.

Mais Louisa Cannon, chaperon des sœurs Mitford, croit Dulcie innocente. Avec Pamela et Nancy Mitford, elle est bien décidée à disculper la jeune fille….tandis que le véritable assassin rôde peut-être non loin de là.

S’inspirant d’un fait réel – le gang des Quarante voleuses ou les Quarante Éléphantes, qui organisaient des grandes razzias dans les plus grandes enseignes londoniennes – Le Gang de la Tamise est une véritable plongée dans le Londres des années folles et dans des lieux interlopes où se côtoient la pègre et la bourgeoisie anglaise.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier Netgalley et les Éditions J.C. Lattès/Le Masque pour leur confiance et grâce à qui j’ai eu la possibilité de découvrir ce roman.

Nous sommes ici à Londres, avec les sœurs Mitford, issues d’une famille bourgeoise. Pamela, l’une des sœurs, va fêter son entrée dans la société lors de ses dix-huit ans, et à cette occasion, Nancy, sa sœur aînée, a l’idée d’organiser une chasse au trésor qui tournera au drame, puisque l’un des participants se fera assassiner. D’emblée, les soupçons se porteront sur Dulcie, femme de chambre de l’un des invités et qui de surcroît fait partie d’un gang de voleuses. Dès lors, Louisa, femme de chambre des sœurs Mitford, n’aura de cesse à essayer de disculper Dulcie qui selon elle, est accusée à tort, et à trouver le véritable coupable.

J’ai été séduite par cette immersion totale dans le Londres des années folles. L’auteure a su rendre cette ambiance de manière remarquable. Ici, la bourgeoisie et la jeunesse dorée se mêleront avec le monde de la domesticité et le tout est très bien rendu. Nous sommes vraiment dans un roman d’ambiance.

L’intrigue est quant à elle assez classique, mais n’en reste pas moins efficace. Je n’ai effectivement pas appréhendé une seule seconde le coupable lors de ma lecture et l’auteure a réussi à maintenir le suspense. Le seul petit bémol serait que j’ai pensé, tout au long des pages, que les enquêtrices seraient les sœurs Mitford, mais il n’en est rien, puisque ce mystère sera en fait sondé par Louisa, leur femme de chambre. Cela m’a perturbée quelque peu au début au vu du titre de la saga, mais je me suis finalement laissée emporter, d’autant plus que j’ai trouvé Louisa très bien dépeinte par l’auteure. Elle a su en faire un personnage fort, auquel il est impossible de ne pas s’attacher.

Le point fort de ce roman policier réside incontestablement dans le pan historique que l’auteure a su mêler avec brio à son intrigue. Effectivement, il est fait ici référence au gang d’Alice Diamond et les quarante voleuses, gang qui a réellement existé. J’en ai beaucoup appris sur un sujet que je ne connaissais pas du tout, et j’ai vraiment apprécié cela.

Je ne peux que vous conseiller cette lecture, en particulier pour cette plongée dans le Londres des années 20. Un roman d’atmosphère avec une enquête imprévisible.

Ma note : 17/20

Fantastique

Élévation

Élévation de Stephen King

Auteur : Stephen King
Titre : Élévation
Genre : fantastique
Editions : Le Livre de Poche
Nombre de pages : 160

Résumé

À Castle Rock, Scott Carey est affecté par un mal étrange. Il perd rapidement du poids tout en conservant extérieurement la même masse corporelle. Avec l’aide du docteur Bob Ellis, il tente de comprendre cet inquiétant phénomène. Parallèlement à cela, Carey a un litige avec ses voisines concernant le chien de celles-ci. Si l’une de ces voisines, Missy, est très amicale, l’autre, Deirdre, est glaciale. Toutes deux essaient de lancer un restaurant mais le fait qu’elles soient ouvertement mariées provoque l’hostilité d’une bonne partie des habitants de la ville. Apprenant leur problème et confronté au sien, Carey décide de les aider à vaincre les préjugés de la population locale.

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier Netgalley et les Éditions Le Livre de Poche pour leur confiance et grâce à qui j’ai eu la possibilité de découvrir ce roman.

Nous sommes ici à Castle Rock, ville où Stephen King a établi bon nombre de ses intrigues. Nous retrouvons Scott, qui est sujet à un étrange phénomène. Effectivement, jour après jour, à chaque fois qu’il monte sur la balance, il se rend compte qu’il perd inexplicablement du poids. Pourtant, son apparence extérieure reste inchangée.

Ce sont en premier lieu les nombreux bons avis que j’ai pu lire qui m’ont donnée l’envie de découvrir ce roman. Je ne connais pas forcément la bibliographie de King, mais pour avoir lu certains de ses romans, j’avoue avoir un rapport en dent de scie avec ce qu’il nous propose. En effet, si j’avais été conquise par « 22/11/63, tel fut loin d’être le cas avec « Insomnie ». J’ai donc pensé que ce tout petit roman allait me permettre de me réconcilier avec l’auteur et je ne me suis pas trompée.

Comment, en si peu de pages, King réussit-il à faire passer autant d’émotions ? Ce petit roman, aux allures de conte philosophique, est un véritable hymne à la tolérance. Effectivement, l’auteur n’hésitera pas à faire une véritable satire des préjugés lamentables qui subsistent encore dans certaines localités.

Au travers de personnages forts et très bien dépeints, c’est de l’émotion à l’état brut que nous livre ici Stephen King. Impossible de ne pas s’émouvoir en lisant cette histoire et de ne pas s’attacher aux personnages, tant les principaux que les secondaires.

Bien évidemment, si vous recherchez l’horreur qui est si propre à King, passez vite votre chemin. Ici, rien ne fait peur, si ce n’est la bêtise et les préjugés. L’auteur signe ici une petite pépite accessible à tous, même si vous pensez ne pas accrocher avec son style. N’hésitez donc pas à découvrir ce court roman.

Ma note : 19/20

Contemporain

L’insurgé de Montaigu

L’insurgé de Montaigu de Pierre Drochon

Auteur : Pierre Drochon
Titre : L’insurgé de Montaigu
Genre : Contemporain
Éditions : Librinova
Nombre de pages : 255

Résumé

Ce 16 septembre 1984 est pour Louis Gaboriau une date emplie de crainte, celle où le mystérieux syndrome des « mains gelées » le frappe à nouveau. Quoi de plus terrible pour un ébéniste ? Lors de la fête familiale de Noël, il apprend que ce mal se transmet toujours de génération en génération, dans la lignée Gaboriau.

Brûlant de connaître la cause de cet héritage maudit, Louis entame des recherches sur ses ancêtres. Très vite, les de Mortemard, aristocrates de Montaigu, entrent en scène.

Les familles Gaboriau et de Mortemard, que d’apparence tout sépare, seraient liées par un passé commun, vieux de deux siècles. L’enquête de Louis va le précipiter vers des horizons insoupçonnés et la découverte de secrets familiaux dont la révélation pourrait nuire à certains…

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier Netgalley et les Éditions Librinova pour leur confiance et grâce à qui j’ai eu la possibilité de découvrir ce roman.

Nous sommes ici à Montaigu, avec Louis Gaboriau, jeune ébéniste, qui subit depuis plusieurs années de suite, et ce, toujours au mois de septembre, un étrange phénomène qui l’empêche pendant quelques jours d’exercer sa profession. En effet, il se retrouve avec le syndrome des mains gelées. Intrigué, il décidera de mettre en exergue le passé de ses ancêtres. Ses recherches le mèneront à devoir collaborer auprès d’une famille de châtelains, les de Mortemard, qui sont ses voisins et avec qui semble-t-il, il a plus de passé en commun qu’il ne l’aurait cru.

D’emblée, c’est le résumé qui m’a attirée. J’aime énormément les romans avec des secrets de famille et ici, j’ai trouvé que l’intrigue était rondement menée. Le passé de ces deux familles est passionnant et a su me captiver jusqu’au dénouement. Certes, le tout est simple, mais efficace. J’ai vraiment trouvé que cette enquête sur le passé de Louis était intéressante à suivre. Les pièces finissent par s’assembler comme dans un puzzle et l’effet de surprise est réussi.

J’ai énormément apprécié le côté historique de ce roman. Effectivement, Pierre Drochon abordera ici un pan de l’histoire que je connaissais finalement assez mal, à savoir l’insurrection vendéenne. L’auteur le fait avec brio, sans aucune lourdeur et c’est si bien romancé, que sans même m’en rendre compte, j’ai appris plusieurs choses. Il a su savamment doser le côté historique avec le côté enquête.

La plume est très fluide et agréable à lire. Les pages ont défilé et j’ai adoré le personnage de Louis, à qui j’ai eu envie de proposer mon aide à maintes reprises pour démêler les fils du passé et comprendre pourquoi cet étrange phénomène le frappe. L’auteur a parsemé son texte de réflexions très intéressantes. Pour moi, c’est une réussite. J’ai passé un excellent moment de lecture.

Ma note : 17/20

Contemporain

Les fleurs sauvages

Les fleurs sauvages de Holly Ringland

Auteur : Holly Ringland
Titre : Les fleurs sauvages
Genre : Contemporain
Éditions : Fayard/Mazarine
Nombre de pages : 408



Résumé

Lorsqu’une tragédie change à jamais sa vie, la jeune Alice Hart, âgée de neuf ans, part vivre chez sa grand-mère qu’elle ne connaît pas. Quittant le bord de l’océan où elle a grandi, elle trouve refuge dans la ferme horticole de June, où celle-ci cultive des fleurs sauvages d’Australie.

 Mais l’histoire des Hart est hantée par de nombreux secrets que June cache à sa petite-fille. Une sorte de fatalité semble accabler les femmes de leur famille, aussi June préfère-t-elle tenir Alice à l’abri de la vérité, quitte à la tenir à distance de l’amour.

Au fil du temps, Alice oublie les démons du passé et apprend à perpétuer la tradition familiale en utilisant le langage des fleurs pour remplacer les mots lorsqu’ils se font trop douloureux. 

Une fois adulte, révoltée par ce silence et trahie par celles qui lui sont le plus chères, Alice se rend compte qu’il y a des histoires que les fleurs seules ne peuvent raconter. Si elle veut être libre, elle doit partir et inventer l’histoire la plus importante de toutes : la sienne…

Mon avis

Je tiens tout d’abord à remercier Netgalley et les Éditions Fayard/Mazarine pour leur confiance et grâce à qui j’ai eu la possibilité de découvrir ce magnifique roman.

D’emblée, j’ai été séduite par la magnifique couverture, chose qui ne m’arrive pas souvent. Ensuite, la quatrième de couverture m’interpellait tant qu’il ne m’en fallait pas plus pour avoir envie de me plonger dans cette lecture.

Nous sommes ici en Australie avec la petite Alice, neuf ans, qui suite à un terrible drame familial, sera recueillie par June, sa grand-mère. Cette dernière possède un domaine horticole qui se transmet de génération en génération. Si un lien indéfectible entre la petite-fille et la grand-mère se tisse, très tôt nous nous rendons pourtant compte que June cache bien des choses à Alice au sujet de sa famille.

J’ai été totalement dépaysée par les magnifiques descriptions de l’auteure. C’était une profusion de couleurs et des paysages somptueux tout au long de ma lecture. L’auteure a su retranscrire à la perfection au travers de ses mots le bush australien. J’avais l’impression d’y être, de me promener au milieu de cette terre ocre. Certes, j’ai pu malgré tout dénoter quelques petites longueurs, mais cela n’a en rien émaillé le plaisir que j’ai ressenti.

Quant à l’intrigue, elle est rondement menée. Il est impossible de ne pas s’attacher à Alice, avec toutes les épreuves qu’elle subit. Toutefois, en ce qui concerne le secret familial, il ne faut pas s’attendre à une révélation choc. Il s’agira plutôt d’un prétexte dont l’auteure s’est servie pour nous dépeindre un personnage fort, qui ne se laissera pas abattre au fil des années. J’ai été très émue pendant une bonne partie de l’histoire, j’avais envie d’aider Alice à faire les bons choix et j’ai eu peur pour elle à plusieurs reprises.

Pour terminer, je tiens à accorder une petite mention spéciale pour la mise en place des chapitres, que j’ai trouvée très particulière. En effet, chacun d’eux porte le titre d’une fleur sauvage endémique d’Australie, de sa signification, de son nom latin, de ses particularités et enfin de son illustration. J’ai trouvé ce procédé très original et cela m’a énormément plu.

Vous l’aurez compris, je ne peux que vous recommander cette lecture. Alice est un personnage qui me restera sans aucun doute en tête pendant mes prochaines lectures.

Ma note : 18/20

Thriller

American girl

American girl de Jessica Knoll

Auteur : Jessica Knoll
Titre : American Girl
Editions : Babel
Nombre de pages : 480




Résumé

Sa vie parfaite est un parfait mensonge. Adolescente, TifAni FaNelli a connu, à la prestigieuse Bradley School, une terrible humiliation publique qui l’a contrainte à se réinventer totalement. Aujourd’hui, elle a un boulot glamour, une garde-robe hors de prix et un fiancé beau et riche. Elle est à deux doigts de cette vie parfaite qu’elle a tant travaillé à obtenir. Mais TifAni a un secret. Son passé, qui n’a cessé de la hanter, menace de resurgir et de tout détruire sur son passage. Premier roman de Jessica Knoll, American Girl est un page-turner implacable et sexy.

Mon avis

Cette quatrième de couverture avait tout pour me plaire. Lorsque j’ai lu les mots tels que page-turner implacable et secret, j’ai pensé que ce roman avait tous les ingrédients pour me faire passer un très bon moment de lecture. Malheureusement, je dois bien admettre que non seulement j’en suis loin du compte, mais qu’en plus, je me suis plutôt ennuyée tout au long de plus 400 pages.

Le tout commence comme un véritable conte de fées. Nous suivons TifAni, à qui absolument tout réussi, que ce soit au niveau de sa vie amoureuse, au niveau de son travail ou au niveau financier. Pourtant, sous ce vernis de façade, TifAni a subi une rude épreuve plus jeune, au lycée. C’est ce que le lecteur découvrira au fil des pages.

J’ai tout d’abord eu un peu de mal avec le procédé narratif. En effet, l’auteure va alterner les chapitres entre TifAni adulte et TifAni adolescente, pour égrener peu à peu les raisons de son caractère actuel. Je me suis quelque peu perdue au début, puisque l’auteure, en début de chapitre, n’a inséré aucune indication temporelle. Une fois passée la surprise, c’est bien évidemment simple à saisir, mais malgré tout, cette indication aurait été appréciable.

Malheureusement, là où je n’ai absolument pas accroché, c’est avec cette héroïne en tant qu’adulte. Que de superficialité. Je n’ai pas cru une seule seconde en ce personnage très peu profond, à mon goût. Il y avait matière à la dépeindre de manière plus crédible. J’ai eu l’impression de cliché, de poncif propres à la superficialité tout au long de ces pages. Aucun attachement provoque donc un détachement pour l’histoire du personnage. Les personnages secondaires sont tout autant survolés.

J’ai également eu énormément de mal avec les nombreuses longueurs. Je n’ai pas eu cette impression de fluidité, je ne reprenais pas mon roman avec plaisir. C’était long, beaucoup trop long. Les chapitres faisant référence à l’héroïne adulte étaient interminables. J’ai davantage préféré ceux du passé, principalement pour la part de mystère. Malgré tout la plume est agréable à lire.

J’imagine que j’en attendais beaucoup trop de ce roman. J’ai sans doute été lésée par cette quatrième de couverture trop accrocheuse. Cela n’aura pas été un page-turner pour ma part, loin de là. Je ne saurai conseiller ce roman.

Ma note : 8/20