Thriller

Parasites

Parasites de Ben H. Winters

  • Auteur : Ben H. Winters
  • Titre : Parasites
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Sonatine
  • Nombre de pages : 272
  • Parution : 10 juin 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

À Brooklyn Heights, quartier prisé de New York, Susan et Alex Wendt ont enfin trouvé l’appartement de leurs rêves ! Certes, la propriétaire, qui vit au rez-de-chaussée, paraît un peu excentrique, mais quelle importance ? Susan, qui s’était arrêtée de peindre à la naissance de leur fille, Emma, va enfin pouvoir reprendre ses toiles. Pour le jeune couple, un nouveau
départ s’annonce…
Sauf que. Un redoutable fléau s’est invité dans le home sweet home des Wendt. Des punaises de lit. Envahissantes, assoiffées de sang, et apparemment indestructibles. Invisibles, également, sauf pour Susan. Inexorablement, la petite mécanique du bonheur domestique se détraque. Est-ce le fruit de son imagination ou une véritable invasion ? A moins que la jeune femme au bord de la crise de nerfs soit, tout simplement, en train de perdre la raison ?

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Sonatine pour leur confiance.

Susan et Alex forment un couple heureux. Mariés depuis plusieurs années, et parents d’une petite Emma, ils se sentent épanouis. Pourtant, ils commencent à se sentir un peu à l’étroit dans leur petit appartement. Lorsque Susan trouve une petite annonce qui promet un logement plus ample et à prix raisonnable, elle saisit l’occasion. Elle contacte alors Andrea, la propriétaire, pour visiter les lieux. Séduits, la petite famille ne tarde pas à emménager. Pourtant, dès lors, tout commence à changer pour Susan. Que se passe-t-il dans ce logement ?

Quel excellent moment de lecture. Je me suis laissée porter par cette intrigue dès le départ, et le suspense a tenu ses promesses jusqu’à un dénouement inattendu et surprenant. Il est vrai que la mise en place peut sembler longue, mais tous les éléments qui arrivent avec parcimonie vont permettre à l’auteur de faire monter le suspense peu à peu.

Le personnage de Susan est complexe et bien esquissé. L’auteur a réussi à me faire douter d’elle très souvent. Susan va se convaincre qu’elle est peu à peu envahie par des insectes très particuliers. Cela met du temps à se mettre en place, mais ainsi, le lecteur peut appréhender le quotidien de la jeune femme et se familiariser avec son caractère. C’est ce qui permet au suspense de monter crescendo.

J’ai soupçonné à peu près tous les personnages d’être à l’origine des peurs de Susan. C’est ce qui fait la force de ce thriller. Jusqu’au dénouement, je me suis questionnée, et je n’arrivais pas à deviner où cette histoire allait aboutir.

La plume de l’auteur est addictive. Avec un style fluide, les pages défilent. Même si au début, il ne se passe pas forcément grand chose, je n’ai jamais ressenti d’ennui lors de cette lecture. Les chapitres sont courts et cela rythme beaucoup l’histoire. Le récit est presque entièrement porté par le personnage de Susan.

Un thriller domestique haletant, qui met quelques pages à se mettre en place, afin d’installer peu à peu une ambiance pesante, jusqu’au dénouement inattendu et surprenant. Une très bonne lecture.

Ma note : 18/20

Thriller

L’œil du chaos

L’œil du chaos de Jean-Marc Dhainaut

  • Auteur : Jean-Marc Dhainaut
  • Titre : L’œil du chaos
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Taurnada
  • Nombre de pages : 242
  • Parution : 8 juillet 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est

Résumé

Tandis qu’une canicule sans précédent frappe l’Europe, Théo, un jeune lycéen de 17 ans, est terrifié quand il réalise que les photos qu’il vient de faire dévoilent l’horreur et le chaos 21 jours à l’avance… Mais personne ne le croit. Et lorsque, partout dans le monde, le courant disparaît, les avions s’écrasent et que toutes les cloches des chapelles et des églises se mettent à sonner inexplicablement, il est déjà trop tard. Théo est alors loin d’imaginer l’incroyable mission de survie et d’espoir que le destin lui réserve.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Taurnada pour leur confiance.

Théo est un adolescent passionné par la photographie. Un jour, alors qu’il crée un nouvel appareil photographique par ses propres moyens, il va faire une découverte étrange. En effet, les photos prises avec ce nouvel appareil vont lui montrer l’avenir, et ce que Théo va apercevoir va le laisser sans voix. Une tempête solaire menace de s’abattre. Comment Théo pourra-t-il convaincre les gens de l’écouter ?

J’ai passé un très bon moment de lecture avec ce thriller d’anticipation. L’auteur propose une véritable réflexion sur plusieurs thématiques et même si parfois j’ai trouvé que tout allait un peu trop vite, j’ai malgré tout trouvé cette intrigue originale et très intéressante.

D’emblée, je me suis attachée à Théo qui devra beaucoup se battre pour se faire entendre. J’ai trouvé ce personnage courageux et très bien esquissé. L’histoire est portée par ce personnage, et vers le milieu de l’aventure va apparaitre un autre personnage, Drazic. Ce dernier est également touchant au possible et j’ai beaucoup aimé l’équipe que vont créer ensemble Théo et Drazic. Bien évidemment, je ne vous en dirai pas davantage quant aux circonstances de leur rencontre afin de ne rien vous spoiler.

Le scénario tient le suspense jusqu’au dénouement. S’il est vrai que j’aurais aimé plus de détails, et qu’il m’a semblé que l’auteur allait parfois trop vite, j’ai tout de même trouvé cette intrigue très intéressante. Le récit va à toute vitesse et le côté thriller est bien amené. Beaucoup de mystères parsèment l’histoire. Une fois la lecture débutée, il m’a été difficile de lâcher ce roman.

La plume de l’auteur est fluide. Sous un style clair, l’ennui ne se fait jamais ressentir. Les chapitres sont de taille moyenne, ce qui permet de rythmer l’histoire. J’aime beaucoup la manière d’écrire de l’auteur, trouvant qu’il va toujours à l’essentiel et n’use jamais de longueurs.

Un thriller d’anticipation original et captivant, servi par un personnage principal courageux et attachant. À découvrir sans hésiter.

Ma note : 17/20

Thriller

Le carnaval des ombres

Le carnaval des ombres de R. J. Ellory

  • Auteur : R. J. Ellory
  • Titre : Le carnaval des ombres
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Sonatine
  • Nombre de pages : 648
  • Parution : 3 juin 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

1958. Un cirque ambulant, avec son lot de freaks, d’attractions et de bizarreries, vient de planter son chapiteau dans la petite ville de Seneca Falls, au Kansas. Sous les regards émerveillés des enfants et des adultes, la troupe déploie un spectacle fait d’enchantements et d’illusions. Mais l’atmosphère magique est troublée par une découverte macabre : sous le carrousel gît le corps d’un inconnu, présentant d’étranges tatouages.
Dépêché sur les lieux, l’agent spécial Michael Travis se heurte à une énigme qui tient en échec ses talents d’enquêteur. Les membres du cirque, dirigés par le mystérieux Edgar Doyle, ne sont guère enclins à livrer leurs secrets. On parle de magie, de conspiration. Mais l’affaire va bientôt prendre un tour tout à fait inattendu.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Sonatine pour leur confiance.

1958, Kansas. L’agent spécial senior Michael Travis doit se rendre à Seneca Falls pour sa première affaire en solitaire. En effet, alors qu’un cirque ambulant a prit ses quartiers dans cette petite localité, le corps d’un homme va être retrouvé sous l’un des manèges. Travis va alors devoir interroger le personnel qui semble cacher de nombreux secrets. Comment va-t-il réussir à les faire parler ?

Une fois de plus, Ellory m’a tout simplement captivée. Cet auteur est un véritable virtuose du roman noir et n’a pas son pareil pour créer des ambiances particulières et instaurer une profondeur à ses personnages. Ici, j’ai retrouvé tous les ingrédients qui composent le talent de cet écrivain.

Il ne faut pas partir avec l’idée d’un thriller frénétique sous peine de vous retrouver déçus. Au contraire, Ellory prend le temps d’installer une intrigue, une atmosphère et de bien brosser des personnages forts qui se dévoilent peu à peu tout au fil de l’intrigue.

Le personnage de Travis va en quelque sorte porter l’intrigue à lui seul. De nombreux retours en arrière permettent au lecteur de connaître le passé du personnage. Ellory sait doser ces passages avec brio, n’en faisant jamais trop, et comme s’ils constituaient une continuation dans l’intrigue. Je n’ai pas ressenti de coupure dans ma lecture.

L’intrigue est captivante. De faux-semblants en complots, de fausses pistes en révélations surprenantes, Ellory a su maintenir mon intérêt tout au fil des pages. Je n’ai ressenti aucune longueur, bien au contraire. Je ne veux pas vous en dire trop sur les mystères qui composent cette intrigue, sous peine de vous spoiler. L’auteur a su se rénover au fil des pages et proposer quelque chose d’original. L’affaire prend plusieurs directions étonnantes.

La galerie de personnages secondaires tient également une place importante au fil de l’intrigue. Les caractères sont divers et chacun a un passé qui se dévoile peu à peu au lecteur.

La plume de l’auteur est fluide. Les chapitres sont de taille moyenne et il y a une alternance entre ceux faisant référence à l’enquête actuelle et ceux faisant référence au passé de Travis. Une fois la lecture commencée , il devient très difficile de lâcher ce roman.

Un roman captivant dans lequel j’ai retrouvé tous les ingrédients qui font le talent de l’auteur. Les personnages sont emplis de profondeur et le suspense monte peu à peu. À découvrir sans hésiter.

Ma note : 19/20

Jeunesse

Fonteclose : Le trésor de Charette

Fonteclose : Le trésor de Charette de Vanessa Pontet

  • Auteur : Vanessa Pontet
  • Titre : Fonteclose : Le trésor de Charette
  • Genre : Jeunesse
  • Éditions : Slalom
  • Nombre de pages : 304
  • Parution : 7 novembre 2019
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

BONDéménager dans un château perdu en Vendée ? Voilà bien une idée grotesque comme peuvent en avoir les parents… Lucie et Victor quittent leurs copains, le cœur lourd, mais vont bientôt rencontrer de mystérieux colocataires et chercher à découvrir en leur compagnie un secret farouchement gardé depuis plusieurs siècles.

Au XXIe siècle, Fonteclose, le manoir du Général Charette, est racheté par un couple de restaurateurs parisiens et leurs enfants. Mais la demeure est déjà  » habitée « .
Depuis la Révolution française et la révolte des Vendéens, le Comte Erwan de Parenssay et sa famille sont prisonniers du domaine. Trois siècles pendant lesquels ils ont veillé sur le trésor de Charette, le plus célèbre de Vendée. Des caisses d’or que beaucoup cherchent encore.
Mais cette fois, impossible pour le vieux Comte de faire fuir les nouveaux propriétaires du manoir !
Le pouvoir des ondes a changé la donne…  » Éternels  » et  » Intrus  » doivent vivre ensemble et mener l’enquête sous l’œil vigilant du Général !

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Slalom pour leur confiance.

Vendée. Luc, Marie et leurs enfants Victor et Lucie vont emménager dans un château afin de concrétiser un projet laboral. Ils sont loin d’imaginer que cette nouvelle demeure est occupée depuis très longtemps par de gentils fantômes, la famille de Parenssay qui ont pour but de protéger un mystérieux trésor et de chasser tout intrus qui s’installerait au château. Comment les deux familles pourront-elles réussir à s’entendre ?

Voilà un bon roman jeunesse qui allie mystère, enquête, humour et un soupçon d’histoire. J’ai passé un très bon moment de lecture en compagnie de ces personnages tous plus attachants les uns que les autres et j’ai pu apprendre un pan historique que je ne connaissais pas.

En effet, ce roman plonge son lecteur dans la découverte du général Charette. J’ai trouvé que l’auteure avait réussi à intégrer le pan historique de manière subtile et ce roman conviendra à tous. Ce n’est jamais compliqué à suivre.

Les personnages sont attachants et très bien esquissés. J’ai beaucoup aimé leur évolution respective les uns par rapport aux autres. Certaines situations sont cocasses et l’humour reste présent tout au fil des pages.

La plume de l’auteure est fluide. Avec un style simple, elle fournit toutes les explications historiques nécessaires. Les petits chapitres rythment l’histoire. Les illustrations qui parsèment le texte sont judicieuses.

Un roman qui mêle aventures et humour et qui tourne autour d’un pan historique. Une très bonne lecture. À découvrir.

Ma note : 16/20

Thriller

Sélia

Sélia de Laëtitia Milot

  • Auteur : Laëtitia Milot
  • Titre : Sélia
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Plon
  • Nombre de pages : 384
  • Parution : 12 mai 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Sélia, chanteuse trentenaire sur le retour, discrète et solitaire, renoue avec le milieu en postulant à la plus grande comédie musicale de Paris. Mais rien ne se passera comme prévu pour la star de la chanson qu’un secret de famille expose à tous les dangers…Sélia, star de la chanson, souhaite relancer sa carrière après plusieurs albums à succès et postule à la plus grande comédie musicale jamais montée à Paris : Les Mille et Une Nuits. Très vite, elle se rêve en Shéhérazade…Alors que Sélia est harcelée par un mystérieux fan obsessionnel et que des accidents inexpliqués surviennent lors du casting, la vie de la chanteuse tourne au cauchemar. Intrigues, coups bas, admiration fanatique et machinations s’entremêlent. Les cartes se brouillent et se redistribuent…Derrière les strass et les paillettes, qui manipule qui ? Jusqu’où peut-on aller par amour ?Un roman au rythme haletant et aux nombreux rebondissements jusqu’à un étonnant final…

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Plon pour leur confiance.

Sélia est une chanteuse, gagnante du télé-crochet Star Academy il y a de cela plusieurs années. Depuis, la jeune femme peine à revenir sur le devant de la scène. Lorsque la nouvelle comédie musicale Les Mille et Une Nuits fait son apparition, Sélia y voit l’occasion rêvée de refaire parler d’elle et de réaliser son rêve de faire partie de ce nouveau projet. Pour cela, elle sera en lice avec deux autres chanteuses talentueuses, Pénélope et Elisabeth. Pendant les auditions, Sélia va se faire harceler par un fan mystérieux. Qui est cette personne ?

J’ai passé un excellent moment de lecture en compagnie d’une héroïne que j’ai trouvée complexe. Si j’ai eu peur à plusieurs reprises d’avoir trouvé la clé du mystère bien avant le dénouement, il n’en est rien, bien au contraire. Je dois dire que Laëtitia a su me balader de bout en bout et, même si j’avais découvert quelques éléments, j’étais loin de me douter des révélations finales que réservait l’auteure à ses lecteurs.

L’histoire est bien plus complexe qu’il n’y parait. L’auteure a su brosser un personnage principal profond, avec ses secrets et ses traumatismes. J’ai tout de suite compris que Sélia cachait des secrets très lourds. Son histoire est révélée par petites touches, ce qui permet au suspense de monter au fil des pages.

J’ai particulièrement apprécié le fait que ce thriller prenne place dans le domaine musical. Laëtitia permet une immersion totale dans ce monde. Tout est décrit avec une grande précision. Le lecteur suit ainsi le parcours de Sélia afin de devenir la nouvelle star d’une comédie musicale à succès.

L’intrigue est très réussie et le suspense est présent jusqu’au dénouement complexe et inattendu. Si j’avais pensé trouver une partie du mystère, je dois dire que j’étais très loin d’imaginer un tel dénouement. Même si les explications peuvent paraître rapides, il ne reste aucun mystère à la fin.

La plume de l’auteure est addictive. J’ai beaucoup aimé le savant mélange entre narration et dialogues que Laëtitia a su très bien doser. Les pages ont défilé et une fois commencé, il devient très difficile de lâcher ce livre.

Un excellent thriller qui propose une incursion dans le monde musical, servi par une héroïne complexe. L’intrigue est réussie et le suspense reste intact jusqu’au dénouement surprenant. À découvrir.

Ma note : 18/20

Thriller

Les femmes qui craignaient les hommes

Les femmes qui craignaient les hommes de Jessica Moor

  • Auteur : Jessica Moor
  • Titre : Les femmes qui craignaient les hommes
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Belfond
  • Nombre de pages : 352
  • Parution : 6 mai 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

La banlieue de Manchester abrite une maison pas comme les autres : une résidence sécurisée réservée aux femmes. Ici, elles sont nombreuses à vivre loin de ceux qui ont fait de leur quotidien un cauchemar. Alors, quand le corps de Katie, leur conseillère et amie dévouée, est retrouvé dans la rivière et que l’inspecteur Whitworth entreprend de les interroger, leur réflexe est de se cacher, de se taire.

Pourtant, elles vont devoir parler. Si elles ne le font pas, la police classera l’affaire en suicide. Comment ces femmes terrorisées pourront-elles jamais se confier à un homme ? Et comment livrer ce qu’elles savent sans risquer de faire tomber l’une d’entre elles ? Car chacune détient une pièce de ce puzzle macabre, et révéler la clé du secret pourrait mettre à l’épreuve leur solidarité, ce dernier lien qui les protège dans une société qui semble les avoir oubliées…
Que vaut la vie d’une femme ?

Mon avis

Je remercie les Édituois Belfond pour leur confiance.

Manchester. Le corps de Katy est retrouvé dans la rivière. La police ne tarde pas à conclure à un suicide. Pourtant, en enquêtant davantage, il semblerait que cette première piste pourrait s’avérer fausse. La police va rechercher davantage dans le quotidien de la jeune femme pour savoir si quelqu’un lui voulait du mal. Katy travaillait dans un foyer accueillant des femmes victimes de violences conjugales. Pour en savoir plus sur elle, la police va devoir interroger les résidentes de ce foyer.

J’ai trouvé ce thriller très intéressant de par la thématique abordée. Je l’ai trouvé bien mené et l’auteure a maintenu mon intérêt jusqu’au dénouement. Si je lui ai trouvé quelques petits défauts au niveau d’une construction un peu emmêlée, j’ai malgré tout trouvé ce récit qualitatif.

L’auteure va aborder la thématique des violences conjugales et les témoignages des femmes tout au fil de l’intrigue sont bouleversants. Peu à peu, chacune dévoile son histoire et le lecteur comprend comment elles se sont retrouvées dans ce foyer.

J’ai trouvé l’intrigue principale bien menée et le mystère reste entier jusqu’au dénouement totalement bluffant. L’enquête peut parfois sembler très confuse de par les nombreux retours en arrière et par le nombre important de personnages. Il faut donc rester concentré tout au fil de cette lecture.

La plume de l’auteure est fluide. Le schéma narratif m’a paru judicieux, alternant les moments au passé et les moments de l’enquête menée par les policiers. Dans les moments passés, l’histoire de Katy est dévoilée peu à peu. Les chapitres sont de taille moyenne et le rythme ne faiblit pas au fil des pages.

Un thriller bouleversant de par la thématique abordée. Le suspense reste intact jusqu’au dénouement totalement inattendu. Malgré quelques petits bémols de par une construction narrative qui peut paraître emmêlée, c’est un bon thriller.

Ma note : 16/20

Thriller

1794

1794 de Niklas Natt och Dag

  • Auteur : Niklas Natt och Dag
  • Titre : 1794
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Sonatine
  • Nombre de pages : 544
  • Parution : 6 mai 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Stockholm, 1794. Une nouvelle année commence sous le régime autoritaire du baron Reuterholm, conseiller du roi. À l’hôpital de Danviken, un jeune noble se morfond, tourmenté par le crime horrible dont on l’accuse. Dans une métairie de l’intérieur du pays, une mère pleure sa fille, assassinée lors de sa nuit de noces. L’affaire ne suscitant que peu d’intérêt, elle décide de faire appel à Jean Michael Cardell, un invalide de guerre qui, traumatisé par sa dernière enquête, n’a plus guère de raisons de vivre. Alors que ses investigations le mènent vers un mystérieux orphelinat, Cardell va bientôt se retrouver aux prises avec une étrange société secrète, les Euménides.

Après 1793, Niklas Natt och Dag nous plonge à nouveau dans le monde grouillant et pourrissant d’une fin de règne suédoise que la Révolution terrifie. D’une écriture toujours aussi évocatrice, noire et puissante, il captive le lecteur dès la première page, pour ne plus le lâcher. Mieux qu’un roman : une expérience fascinante.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Sonatine pour leur confiance.

Stockholm, 1794. Cardell s’apprête à s’aventurer dans une nouvelle enquête. Il sera appelé par une mère qui a perdu sa fille le soir de ses noces. Le jeune mari est d’emblée soupçonné. Alors qu’il est enfermé à l’asile, la mère de la jeune fille demande à Cardell de tirer cette affaire au clair. Que s’est-il réellement passé ?

Je ressors tout simplement conquise par ce thriller historique. J’ai été captivée dès le début et j’ai eu énormément de mal à lâcher ce livre. Je vous ai fourni un résumé très succinct, puisque l’intrigue est très complexe, mais je ne voulais pas vous spoiler quoi que ce soit. Je pense qu’il est mieux de découvrir ce récit peu à peu.

Tous les ingrédients propres au thriller historique sont réunis ici. Entre trahisons, mystères, enquêtes, amour et amitié, je suis passée par une multitude d’émotions. J’ai trouvé que l’auteur savait manier son suspense avec grand brio.

L’ambiance de ce roman est très bien rendue. Avec des descriptions réalistes, l’auteur nous montre toute la misère et la pauvreté qui règnent dans les rues. Il propose une immersion totale à son lecteur.

La plume de l’auteur est fluide. Avec un style très visuel, il a su rendre toute l’atmosphère de l’époque. J’ai particulièrement apprécié les petits chapitres qui permettent de rythmer l’histoire. Je n’ai ressenti aucune longueur. Les descriptions des paysages et des villes sont très bien rendues.

Un deuxième tome captivant, bouleversant et où l’auteur manie le suspense avec brio. Une aventure littéraire à découvrir sans hésiter.

Ma note : 19/20

Romance auto-édité

Malgré tout

Malgré tout de Magali Santos

  • Auteur : Magali Santos
  • Titre : Malgré tout
  • Genre : Romance
  • Éditions : Auto-édité
  • Nombre de pages : 159
  • Parution : 2 juin 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Une enfance heureuse et un premier amour passionnel gâchés par une erreur de jeunesse impardonnable.

Un lourd secret gardé des années. Le poids de la culpabilité enfoui à jamais. Quand l’amour s’oppose à la morale, Léane suit son coeur au lieu de la raison. Est-ce le bon choix ? La déception et la trahison laissent l’amertume dans le présent. Léane réussira-t-elle à renouer avec son premier amour, Oliver, afin d’adoucir son avenir ? Malgré tout ce qu’il s’est passé, Léane ne perd pas espoir et devra peut-être même apprendre à pardonner.

Le bonheur existe : il est dans l’amour. Il ne reste plus qu’à le trouver.

Mon avis

Je remercie chaleureusement l’auteure Magali Santos pour sa confiance.

Léane est de retour pour quelques jours chez ses parents. En plein dîner chez leurs voisins, elle prend la décision d’annoncer à tout le monde qu’elle décide de divorcer de Valentin. Oliver, le fils des voisins va alors faire son apparition à son tour. La jeune femme a eu une histoire d’amour avec lui à l’époque et toute cette attirance va refaire surface. Pourtant, il semble que beaucoup de choses restent à éclaircir entre eux.

J’ai beaucoup apprécié cette romance, que j’ai trouvée très douce et qui a une bonne part de mystère. Si au départ, je n’ai rien su des tenants et aboutissants de cette relation, peu à peu l’auteure va dévoiler les mystères par petites touches et la part de suspense est bien dosée.

D’emblée, j’ai accroché aux personnages, en particulier à celui de Léane. Je l’ai trouvée forte et avec un caractère affirmé. Malgré les épreuves à laquelle la jeune femme est confrontée, elle saura y faire face. Elle m’a beaucoup touchée et j’ai trouvé que l’auteure a su donner beaucoup de relief aux personnages.

J’ai assez rapidement compris qu’il y avait une grosse part de mystère. J’ai trouvé que Magali avait su parfaitement doser cette part du récit, sans trop en faire. L’histoire de Léane et Oliver nous est dévoilée peu à peu, et j’ai pu constater une véritable évolution dans leurs caractères respectifs.

La plume de l’auteure est très agréable à lire. Avec un style fluide et simple, elle a su me convaincre. Par contre, je dois tout de même mentionner qu’il reste quelques coquilles dans le texte, notamment au niveau des fautes d’accord. J’ai beaucoup aimé le schéma narratif qui alterne entre le point de vue de Léane à une tranche d’âge en particulier. Cela permet de suivre ce qu’il s’est réellement passé enntre la jeune femme et le jeune homme.

Un très belle romance, avec beaucoup d’émotions et une part de mystère. Les personnages sont bien construits et le récit est très prenant. À découvrir.

Ma note : 17/20

Non classé

Jours de sable

Jours de sable d’Aimée de Jongh

  • Auteur : Aimée de Jongh
  • Titre : Jours de sable
  • Genre : Bande-dessinée
  • Éditions : Dargaud
  • Nombre de pages : 288
  • Parution : 21 mai 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Washington, 1937. John Clark, journaliste photoreporter de 22 ans, est engagé par la Farm Security Administration, l’organisme gouvernemental chargé d’aider les fermiers victimes de la Grande Dépression. Sa mission : témoigner de la situation dramatique des agriculteurs du Dust Bowl. Située à cheval sur l’Oklahoma, le Kansas et le Texas, cette région est frappée par la sécheresse et les tempêtes de sable plongent les habitants dans la misère.

En Oklahoma, John tente de se faire accepter par la population. Au cours de son séjour, qui prend la forme d’un voyage initiatique, il devient ami avec une jeune femme, Betty. Grâce à elle, il prend conscience du drame humain provoqué par la crise économique. Mais il remet en question son rôle social et son travail de photographe…

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Dargaud pour leur confiance.

Washington, 1937. John est un jeune photographe engagé pour la Farm Security Administration. Pour sa nouvelle mission, il va devoir se rendre en Oklahoma, afin de dénoncer au travers de ses photos la pauvreté qui y règne. En effet, en pleine Grande Dépression, cette zone géographique connue sous le nom de Dust Bowl est de plus en plus touchée par une sécheresse sans précédent et par des phénomènes météorologiques qui chambouleront tout. Sur place, John fera de grandes rencontres.

Ce roman graphique est un véritable bijou. J’ai été bouleversée tout au long de ma lecture. C’est une réussite totale, que ce soit au niveau scénaristique, tout comme au niveau historique. L’auteure va aborder une thématique que je méconnaissais, à savoir le Dust Bowl. Elle va mêler fiction avec la grande Histoire et tout cela avec une sensibilité et une acuité qui toucheront le lecteur.

D’emblée, je me suis attachée à John et au gré de ses rencontres en Oklahoma, ce personnage va évoluer. Il n’est jamais statique. John va réellement prendre conscience des problemes auxquels sont confrontées les familles que le protagoniste rencontrera au fur et à mesure.

J’ai beaucoup aimé la densité que l’auteure a réussi instaurer à ses personnages. Je les ai trouvés marquants et chacun a son histoire à raconter. De vrais liens vont se créer entre John et ces familles.

Les graphismes sont de toute beauté. Avec beaucoup de réalisme dans les dessins, chaque planche découverte est une réussite. Les dialogues sont épurés mais sonnent juste à chaque fois. J’ai été très émue tout au fil de ce récit.

Un roman graphique qui est une véritable pépite. L’auteure mêle pans historiques et émotions avec brio. C’est à découvrir sans hésiter.

Ma note : 19/20

Jeunesse

Le chameau de la bibliothèque

Le chameau de la bibliothèque de Karine Guiton

  • Auteur : Karine Guiton
  • Titre : Le chameau de la bibliothèque
  • Genre : Jeunesse
  • Éditions : Didier Jeunesse
  • Nombre de pages : 96
  • Parution : 7 juillet 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Monsieur Mache n’est pas un chameau comme les autres. Grand amateur de littérature, il passe son temps à emprunter des livres à la bibliothèque.
Oui, mais voilà, il ne rend jamais les ouvrages empruntés !

Le chameau est-il seulement tête ou l’air, ou cache-t-il un véritable secret ?

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Didier Jeunesse pour leur confiance.

Monsieur Mache est un chameau qui est un lecteur invétéré. Il se rend régulièrement à la bibliothèque où travaille madame Floris, une girafe intransigeante. Et pour cause, elle ne va tarder à reprocher à monsieur Chameau de ne pas rendre tous les livres qu’il emprunte. Elle finira par lui interdire l’accès à la bibliothèque.

Avec ce petit roman jeunesse, une multitude de thématiques intéressantes seront abordées. Notamment l’amour des livres, le respect des règles et l’amitié. J’ai vraiment trouvé ce petit récit très intelligent.

Les plus jeunes pourront également se familiariser avec le monde animal, puisque le roman est empli de références sur les espèces. Ainsi, girafe, chameau, paresseux entre autres se côtoieront dans cette histoire emplie de tendresse.

L’histoire tourne autour des livres et monsieur Mache cache un secret que le lecteur découvrira tout au fil des pages. Les personnages sont tous attachants.

La plume de l’auteure est facile à suivre et conviendra à tous les publics. Avec un style simple et concis, l’auteure rend la lecture fluide. Les illustrations qui parsèment les chapitres sont bienvenues.

Un roman jeunesse qui tourne autour des livres et qui conviendra à tous les lecteurs. À découvrir.

Ma note : 17/20

Essai

Le Paris de mes amours

Le Paris de mes amours de Régine Deforges

  • Auteur : Régine Deforges
  • Titre : Le Paris de mes amours
  • Genre : Essai
  • Éditions : Plon
  • Nombre de pages : 528
  • Parution : 17 juin 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

-Promenade poétique, littéraire et historique dans le temps et l’espace, ce livre est aussi celui des amitiés et des admirations de l’auteur : une galerie de portraits où les vivants et les morts ont forgé la personnalité de la plus belle ville du monde.

J’aime me balader dans Paris, vagabonder le nez en l’air en compagnie de mes chers fantômes : poètes, romanciers, peintres, photographes, piétons de Paris ou mauvais garçons. Les uns m’entraînent dans telle ou telle rue, tel bistrot, les autres dans l’ombre d’une église ou celle d’un pont. Flâner est une occupation qui m’est familière, et Paris est le lieu idéal où s’entremêlent l’histoire et les anecdotes populaires, les émotions de la vie du passé et de celle qui nous occupe. Musarder dans Paris, c’est savoir regarder en souriant un couple d’amoureux, un vol de canards au-dessus de la Seine, s’arrêter pour écouter le vieil accordéoniste qui joue en fredonnant : « Paris je t’aime, je t’aime, je t’aime avec ivresse, comme une maîtresse… »

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Plon pour leur confiance.

Régine Deforges propose au travers de cet ouvrage une promenade unique dans Paris, et ce au moyen d’un abécédaire riche en émotions. Ainsi, les lieux les plus emblématiques seront mis en avant et l’auteure se livre de manière très personnelle.

Quelle belle lecture. Bien évidemment, je vous conseille de lire cet ouvrage par petites touches afin d’apprécier au mieux votre lecture. Régine va totalement se livrer et offrir un récit très intimiste à son lecteur, au travers de ses souvenirs dans cette ville. Tout ce récit est riche en émotions.

J’apprécie énormément ce concept lexical. La place est ainsi donnée aussi bien aux lieux emblématiques, à l’histoire de Paris et à sa géographie. Au travers de chaque entrée transparaît l’amour de Régine pour cette ville. J’ai appris énormément de choses en parcourant les lettres de l’alphabet.

La plume de l’auteure est très belle. Tout en simplicité, Régine a su se livrer à son lecteur. Alternant des moments personnels avec des notions plus générales, le tout reste très intéressant. Il ne s’agit pas d’une série de faits impersonnels mis en avant, bien au contraire. Avec ce concept lexical, la lecture est facile.

Partez à la découverte de Paris, vu sous l’œil attendri de l’auteure. Avec ce lexique amoureux, les lieux emblématiques, la géographie et l’histoire de la ville sont abordés. À découvrir.

Ma note : 17/20

Essai

Merci qui ? Merci mon chien

Merci qui ? Merci mon chien de Jean-Louis Fournier

  • Auteur : Jean-Louis Fournier
  • Titre : Merci qui ? Merci mon chien
  • Genre : Essai
  • Éditions : Buchet Chastel
  • Nombre de pages : 216
  • Parution : 8 octobre 2020
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

On ne dit jamais « merci » aux animaux. Pourtant, on devrait. Ils enchantent le ciel, la mer et la terre. Sans les animaux, il n’y aurait pas de paradis terrestre. Ils ne méritent pas l’ingratitude des hommes. Ils méritent leur reconnaissance. Alors, comme ils ne le demandent jamais, on va leur dire « merci ».

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Buchet Chastel pour leur confiance.

Jean-Louis Fournier va s’interroger. Apprécions-nous réellement toutes les bonnes choses que nous apportent les animaux ? À savoir affection, compagnie et fidélité, par exemple. Il va nous livrer ici une réflexion sur toutes ces idées. Il le fera avec tous les éléments qui le caractérisent. Humour, tendresse et parfois une petite dose d’autodérision composeront ce court livre.

À l’aide de Artdéco, sa minette, l’auteur nous livre une vision d’ensemble sur le monde animal et c’est fait avec une grande dose de tendresse, mais surtout d’originalité. Avec l’aide d’une multitude de jeux de mots intelligents et de citations à l’appui, Jean-Louis livre une véritable analyse qui prête à réfléchir.

La plume de l’auteur est emplie de finesse et il sait manier les mots à la perfection. Les chapitres sont très courts, et chacun d’entre eux aborde un pan en particulier. Je me suis laissée porter par ce récit qui se lit vraiment rapidement, mais qui n’en reste pas moins empli de finesse.

Un court récit qui met en avant les animaux. C’est doux, tendre et empli d’une bonne dose d’humour. À découvrir sans hésiter.

Ma note : 17/20

Thriller

Grand calme

Grand calme de Giles Blunt

  • Auteur : Giles Blunt
  • Titre : Grand calme
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Sonatine
  • Nombre de pages : 336
  • Parution : 12 mai 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Base dérivante Arcosaur, Arctique. Depuis des mois, une équipe de scientifiques affronte les conditions de vie les plus extrêmes pour mener à bien ses recherches. Mais dans la solitude polaire, les nerfs sont à vif et le moindre incident peut entraîner des conséquences désastreuses. Jusqu’à l’irréparable.

Ontario, Canada. Alors que l’hiver s’annonce particulièrement rude à Algonquin Bay, le corps d’un homme est retrouvé dans un motel de la région. Sa maîtresse, dernière personne à l’avoir vu vivant, a disparu. Bientôt, c’est le corps d’une autre femme qui est retrouvé dans un hôtel désaffecté. Dépêchés sur les lieux, les inspecteurs John Cardinal et Lise Delorme sont loin d’imaginer l’ampleur des ramifications qui sous-tendent leur enquête.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Sonatine pour leur confiance.

Algonquin Bay, Canada. Lorsque Laura disparaît mystérieusement, John Cardinal et Lise Delorme sont chargés de l’affaire. Pendant ce temps, ils vont également devoir enquêter sur des femmes retrouvées mortes par hypothermie. Ces affaires sont-elles reliées ?

Voilà un très bon thriller, construit de manière remarquable, et qui fait augmenter la tension tout au fil des pages. En parallèle, nous suivrons le journal d’un jeune homme qui, au milieu de l’océan arctique, fait des recherches auprès d’une équipe de scientifiques. Si au début, je me suis retrouvée quelque peu perdue avec ces passages, je peux vous dire qu’au dénouement, tout se relie. Il vous faudra donc rester attentifs. Ces passages m’ont paru un peu longs au début, mais au fil et à mesure, j’ai été de plus en plus intriguée par cette équipe et le drame couve.

Le plus de cette intrigue réside indubitablement dans les personnages qui mènent l’enquête, forts et hauts en couleurs. J’ai beaucoup aimé le personnage de Lise qui est totalement spontanée et qui ne se laisse pas faire. John a l’air d’être un personnage éraflé, avec ses failles, mais il est également très attachant. Les deux forment un duo d’enquêteurs très particulier.

L’intrigue est bien menée et l’auteur maintient son suspense jusqu’au bout. Je n’avais pas vu où cette histoire allait aboutir et j’ai été très déroutée. Il faudra être patient, puisque les éléments sont dévoilés par petites touches et l’auteur nous balade pendant ce roman.

La plume de l’auteur est fluide mais tout à la fois très soignée. Sous un style percutant, Giles sait maintenir l’attention de son lecteur. Les chapitres se succèdent, l’un consacré aux affaires présentes, et l’autre à cette équipe de scientifiques perdue en plein arctique. Cela dynamise beaucoup le récit.

Un très bon thriller, au suspense maîtrisé jusqu’au dénouement surprenant. Le début prend un peu de temps à se mettre en place, mais par la suite, il devient très difficile de lâcher ce livre. À découvrir.

Ma note : 16/20

Thriller

Seule la haine

Seule la haine de David Ruiz Martin

  • Auteur : David Ruiz Martin
  • Titre : Seule la haine
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Taurnada
  • Nombre de pages : 252
  • Parution : 10 juin 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Persuadé que Larry Barney, psychanalyste spécialisé dans les troubles de l’adolescence, est responsable du suicide de son frère, Elliot, quinze ans, se présente armé dans son cabinet.
Séquestré, Larry n’a d’autre choix que de laisser le jeune homme lui relater les derniers mois. Mais très vite, c’est l’escalade de l’horreur: Larry est jeté dans un monde qui le dépasse, aux frontières de l’abject et de l’inhumanité.
Au fil du récit, tandis que les détails se succèdent, une seule idée l’obsède: celle de s’en sortir, à tout prix…

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Taurnada pour leur confiance.

Neuchâtel. Dans le cabinet du psychanalyste Larry, le drame couve. Le jeune Elliot, quinze ans, vient de se présenter armé et menace Larry. Pour lui, le psychanalyste est le responsable du suicide de son frère. Larry n’a pas le choix, il se voit dans l’obligation d’écouter le jeune homme raconter son histoire.

Il s’agit ici d’un thriller purement psychologique, dans lequel l’auteur, à l’aide d’un huis clos, déroule une intrigue qui montera en tension tout au fil des pages. Cela a été une très bonne lecture, emplie de rebondissements.

Si au début, j’ai un peu craint que l’intrigue ne tourne en rond, puisque c’est souvent ce qui caractérise les huis clos, je dois dire que je me suis vite aperçue qu’il n’en serait rien. David a su maîtriser son récit avec brio et renouveler son intrigue tout au fil des pages afin de ne jamais créer une monotonie ou un quelconque scénario répétitif.

Au fil de l’histoire racontée par Elliot, la tension va monter peu à peu. Les questionnements sont nombreux et il devient très difficile de lâcher le livre. La confrontation entre Elliot et Larry est forte. L’auteur a réussit à brosser des personnages profonds. La tension est bien dosée. L’auteur ne nous sert pas tous les mystères dès le départ.

La plume de l’auteur est très fluide. Avec un style direct, l’histoire se lit très vite. Les petits chapitres rythment l’histoire. Les dialogues sont nombreux. Si au début, l’intrigue est un peu lente à se mettre en place, je dois dire que par la suite, la tension monte crescendo.

Un très bon thriller psychologique. L’auteur nous offre un huis clos angoissant et parfaitement dosé dans le suspense. À découvrir.

Ma note : 17/20

Contemporain

Maritimes

Maritimes de Sylvie Tanette

  • Auteur : Sylvie Tanette
  • Titre : Maritimes
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Grasset
  • Nombre de pages : 120
  • Parution : 12 mai 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Une île perdue en Méditerranée. Des collines, des oliveraies et, au fond d’une crique rocheuse, un village paisible avec son port minuscule. Depuis toujours, sa poignée d’habitants se tient à distance du continent… Ils racontent que de mystérieuses créatures marines veillent sur eux.
Assis sur un banc face à la mer, un vieillard se souvient. C’était l’époque de la dictature. Un jour, un jeune inconnu à l’allure de dieu grec, Benjamin, avait débarqué sur l’île. Il était en fuite, tous s’en doutaient mais nul, jamais, ne lui a demandé de comptes. Benjamin s’est installé dans une maison en ruine, sur un promontoire isolé où bientôt le rejoint Michaëla, fille de l’île et de la mer. Mais la haine qui ravage un continent peut frapper un bout de terre qui se croit à l’abri du monde.
Une puissante histoire de résistance et d’indocilité qui est aussi un appel à l’attention envers la nature et à la force de la fraternité. L’évocation poétique et solaire d’une mythologie méditerranéenne éternelle et celle d’une mémoire chargée de chagrin. On n’oubliera pas la vision de Michaëla et Benjamin, de leur amour éperdu, fracassé par l’horreur de la dictature.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Grasset pour leur confiance.

Une île, dans la Méditerranée. Les habitants y résident comme dans une bulle, à l’écart de la dictature qui sévit sur le continent. Ils semblent êtres écartés et séparés de tout. Lorsque Benjamin, un mystérieux jeune homme, débarque sur l’île pour s’y installer, les habitants l’accueillent sans lui poser de questions.

Je dois dire que je ressors conquise par ce récit. J’ai été surprise par ce magnifique roman aux allures de conte, et c’est un coup de cœur pour ma part. J’ai apprécié le décor de l’histoire et surtout, j’ai eu la sensation d’une véritable parenthèse littéraire, emplie d’émotions.

C’est un vieil homme qui narre l’histoire de cette île et qui, au gré de ses souvenirs, nous raconte le quotidien de ces habitants. Ils vivent vraiment à l’écart de tout, et sont très secrets avec toute nouvelle personne arrivant sur l’île. La solidarité est également de mise entre ces habitants. C’est souvent touchant à suivre, le texte est de toute beauté.

Peu à peu, l’histoire de Benjamin est dévoilée, par petites touches. Ce récit est empreint de beaucoup d’émotions. Tout le récit est vu au travers du regard du vieil homme qui se souvient.

La plume de l’auteure est empreinte de douceur. Ce récit est court mais très puissant, et les descriptions de l’île sont rendues à la perfection. Le texte est narré à la première personne, sous le point de vue du vieil homme.

Un récit aux allures de conte. Une véritable parenthèse littéraire faite d’émotions. Les descriptions sont très réussies. Bien que le roman soit court, il est d’une grande intensité. À découvrir.

Ma note : 18/20

Policier

Rouge

Rouge de Koz

  • Auteur : Koz
  • Titre : Rouge
  • Genre : Policier
  • Éditions : Fleuve
  • Nombre de pages : 320
  • Parution : 1 avril 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

BONTandis qu’une canicule sans précédent s’est abattue sur la France, les départs de feu se multiplient dans la garrigue aux alentours de Marseille, provoquant de véritables scènes de panique. L’intention criminelle ne fait aucun doute. La cellule Vulcain, qui enquête sur les causes d’incendies suspects, est mise à contribution pour identifier et arrêter les responsables de cette catastrophe.

Une mission dont le capitaine Hugo Kezer, en charge de la cellule Nouvelles Menaces, va rapidement prendre le commandement. En effet, celui-ci se trouve justement dans la région pour rendre visite à sa fille, Mila, qui s’est portée volontaire au sein d’une association pour secourir la faune mise en danger par les feux de forêt. Impossible alors, pour lui, de ne pas se lancer à corps perdu dans cette affaire.

Pourtant, sans tarder, ses investigations sur les «mégafeux» en cours vont compromettre son propre enfant…

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Fleuve pour leur confiance.

Marseille. Une canicule sévit dans cette ville. Les départs de feu se propagent à grande vitesse. Il semble évident que ces incendies sont volontaires. Le capitaine Hugo Kezer va alors enquêter auprès de ses collègues de Marseille. Très vite, il va s’apercevoir que sa fille pourrait être en danger.

Ce roman constitue le deuxième tome de la saga proposée par Koz, le premier ayant pour titre « Noir », et qui projetait la ville de Paris dans l’obscurité la plus totale. Ici, de nouvelles menaces sévissent et le capitaine Kezer va devoir tout mettre en œuvre afin de démêler les divers mystères et trouver les coupables de ces incendies.

J’ai encore une fois passé un très bon moment de lecture. Comme au tome précédent, une fois la lecture débutée, il devient très difficile de lâcher son roman. L’auteur n’a pas son pareil pour maintenir son suspense jusqu’au dénouement et faire monter la tension au fil des pages.

J’ai apprécié de retrouver le capitaine Hugo Kezer, et de pouvoir ainsi suivre son évolution. Il va être confronté à une enquête très périlleuse. Je trouve ce personnage très bien construit. À ses côtés, nous retrouverons son collègue qui est également un très bon ami, et Anne, avec qui les conflits sont toujours très présents.

L’intrigue se déroule en quelques jours et l’auteur a su doser le suspense. Je n’ai ressenti aucune longueur. Le schéma narratif est particulièrement réussi, puisque l’auteur change régulièrement de lieu au fil des chapitres. Pour chacun d’entre eux, l’auteur a bien veillé à préciser l’espace spatio-temporel, ce que j’ai trouvé très judicieux.

La plume de l’auteur est addictive. Avec un style véloce et clair, les pages défilent. Ce tome étant le second, je pense qu’il est tout de même mieux de découvrir les romans dans l’ordre, afin de bien comprendre les relations entre les personnages et leur évolution.

Un tome toujours aussi bon dans le suspense. Une fois commencé, il est très difficile de lâcher sa lecture. Une très bonne lecture.

Ma note : 16/20

Contemporain

Pourquoi nous ?

Pourquoi nous ? d’Astrid Veillon

  • Auteur : Astrid Veillon
  • Titre : Pourquoi nous ?
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Plon
  • Nombre de pages : 264
  • Parution : 3 juin 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

-Un lumineux roman d’amour, de tolérance et de résilience sur la fragilité de la vie et l’importance de vivre à fond le moment présent.
Charly, navigateur épris d’aventure et de liberté, et Lucy, célèbre comédienne, ont tout pour être heureux. Chacun a trouvé en l’autre son double et s’autorise enfin à vivre pleinement. Jusqu’au jour où un drame vient briser la bulle de bonheur qu’ils ont construite autour de leur petit Léo…

Une relation mère-fils bouleversante et un lumineux roman d’amour, de tolérance et de résilience sur la fragilité de l’existence et l’importance de vivre le moment présent.

Quand le plus beau des cadeaux à faire à un enfant est de lui apprendre à aimer la vie envers et contre tout…

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Plon pour leur confiance.

Charly est navigateur, Lucy est actrice. Alors que l’un revient d’une compétition et que l’autre revient d’un tournage, le hasard va leur permettre de se rencontrer. Lors de l’anniversaire d’un ami en commun, ils vont se trouver et dès lors, tout semble être une évidence entre eux. Ils ne se quittent plus. Malgré leurs caractères totalement opposés, Charly et Lucy se laissent entraîner dans le tourbillon de l’amour.

J’ai eu un coup de cœur énorme pour cette histoire qui m’a bousculée dans mes émotions tout au fil des pages. Quel magnifique roman nous livre ici Astrid, et quelle acuité dans son analyse des sentiments , que ce soit en ce qui concerne l’amour dans un couple, tout comme l’amour materno-filial. Je suis ressortie profondément émue et chamboulée à la fin de ma lecture.

Sous un postulat de départ simple, Astrid va aborder diverses thématiques. Les deux personnages principaux sont touchants au possible. Je me suis attachée à eux dès le début. D’emblée, j’ai su que Lucy cachait un passé douloureux, qui se traduit par son urgence à profiter des moments présents. La jeune femme est secrète et son histoire sera dévoilée par petites touches.

Cette histoire d’amour m’a parue sublime. Je n’ai pas retrouvé de clichés ni de poncifs qui peuvent être propres aux romances. Bien au contraire, j’y ai juste retrouvé deux personnages qui se livrent peu à peu l’un à l’autre. Astrid a su brosser des caractères très sensibles.

Astrid va également aborder l’amour materno-filial dans ce roman. Les mots sont choisis avec grande justesse et la sensibilité transparaît à chaque page. J’ai été très émue de voir l’épanouissement des personnages.

La plume de l’auteure est tout en simplicité mais sonne juste à tout moment. J’ai fortement apprécié le schéma narratif proposé par Astrid. En effet, l’alternance des points de vue de Charly et de Lucy permet de mieux comprendre comment chacun d’entre eux appréhende les événements. Ces passages sont entrecoupés d’une narration plus neutre, dans laquelle aucun des deux personnages ne prend la parole. Le style est empli de douceur.

Un roman bouleversant, de ceux qui touchent profondément et dont on ne ressort pas indemnes. L’auteure aborde les sentiments avec délicatesse et beaucoup de sensibilité. Un roman à ne pas manquer.

Ma note : 19/20

Non classé

Les châteaux de la Loire

Les châteaux de la Loire de Collectif

  • Auteur : Collectif
  • Titre : Les châteaux de la Loire
  • Genre : Guide pratique
  • Éditions : Audiolib
  • Lu par : Philippe Sollier
  • Nombre de minutes : 306
  • Parution : 14 avril 2021
  • Pour vous procurer ce livre audio, c’est ici

Résumé

Un guide culturel audio pour les curieux, les amateurs d’histoire et les voyageurs. Le parfait kit de découverte d’une région et de sa culture, à écouter depuis votre canapé, en voiture ou à l’hôtel !

Plongez dans le passé de la « vallée des rois » et découvrez les châteaux de la Loire, célèbres dans le monde entier : Chambord, Blois ou encore Chenonceau ne sont que les figures de proue d’une constellation d’édifices remarquables dont même les moins connus réservent leur lot de merveilles. Jardins Renaissance, habitations troglodytiques, vignobles, voies vertes : le Val de Loire recèle mille autres richesses naturelles et historiques. Que vous projetiez ou non de vous y rendre, nous vous proposons de partir à la rencontre de cette région aux si beaux paysages, à l’histoire fascinante et aux somptueux monuments.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Audiolib pour leur confiance.

J’ai découvert ce guide sous format audio et lu par Philippe Sollier.

Envie d’une promenade touristique et de découvrir toutes les richesses de la région Val de Loire ? Ce guide sera votre meilleur allié afin de vous familiariser avec les diverses notions et une véritable initiation au voyage.

Narration

La voix dynamique et claire de Philippe Sollier permet de suivre cette écoute sans jamais ressentir de monotonie.

Philippe Sollier sait insuffler beaucoup d’entrain dans sa lecture. Sa diction est parfaite. Les intonations sont énergiques.

Les accompagnements sonores sont particulièrement bien choisis, très en accord avec la thématique.

Contenu du guide

J’ai trouvé ce guide particulièrement intéressant. Il constitue une belle approche afin de se familiariser aux diverses notions et aux paysages qui constituent le Val de Loire.

Les thématiques sont diverses, ce qui est agréable. De manière concise, les principaux points seront abordés. Il est bien entendu un peu compliqué d’approfondir toutes les notions, mais cela donne une très bonne vue d’ensemble.

Ainsi, la géographie, l’histoire, l’architecture, la gastronomie et un tour des châteaux seront abordés. Le tout est facile à suivre, les chapitres ne sont pas trop longs pour éviter d’instaurer une certaine monotonie.

Vue d’ensemble

Un guide lu avec brio par la voix entraînante et dynamique de Philippe Sollier. Les principales notions sont abordées et il s’agit d’une belle amorce pour se familiariser avec cette région. À découvrir.

Ma note : 17/20

Contemporain

Fête et défaites

Fête et défaites d’Antoine Cristau

  • Auteur : Antoine Cristau
  • Titre : Fête et défaites
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Cherche Midi
  • Nombre de pages : 272
  • Parution : 6 mai 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Camille et Laurent s’aiment.

Depuis qu’elle est enfant, Camille rêve d’un grand mariage tandis que Laurent, marqué par le divorce de ses parents, s’est juré de ne jamais s’engager. Par amour, chacun fait un pas en direction de l’autre : ce sera un pacs imaginé en petit comité, avec leurs familles et quelques amis. Mais c’est sans compter l’intrusion zélée des parents de Camille dans l’organisation de cette célébration.

Le jour « J » arrive : la fête tiendra-t-elle toutes ses promesses de bonheur ?

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Cherche Midi pour leur confiance.

Camille et Laurent forment un couple heureux. Pourtant, le jeune homme est réticent au mariage. Camille va alors lui proposer de se pacser, et de faire une fête en petit comité pour célébrer leur union. Ce ne sera pas du goût des parents de la jeune femme, qui ont toujours imaginé un grand mariage pour leur fille. Comment ces deux familles, issues de milieux très différents, vont-elles réussir à trouver un terrain d’entente ?

Voilà un roman rafraîchissant, qui permet un moment de lecture tout en douceur et d’évasion, le tout agrémenté par une belle pointe d’originalité. En effet, celle-ci réside dans la construction narrative particulière et déroutante.

Chaque fin de chapitre est constitué d’une phrase qui clôt celui-ci et ouvre le prochain. Si au début, j’ai été un peu sceptique quant à ce procédé, je dois dire que je me vite prise au jeu. C’est un exercice de style loin d’être aisé, et il faut reconnaître que l’auteur a su maîtriser ce pan du récit.

En ce qui concerne l’histoire, s’il est vrai que l’intrigue ne révolutionnera pas le genre, elle n’en reste pas moins très agréable à suivre. J’ai beaucoup aimé cette galerie de personnages qui ont tous leurs particularités. L’auteur a su créer des caractères forts et il a réussi à bien dépeindre tous les personnages.

Tout au fil des pages, le lecteur suivra l’organisation de la fête prévue par les parents de Camille. Les tensions croissent et les émotions seront à fleur de peau. Il faudra rester concentré pendant l’histoire, les personnages étant très nombreux. Malgré tout, l’auteur nous illustre l’arbre généalogique de Laurent et Camille au début du roman, et j’ai trouvé cela très judicieux.

La plume de l’auteur est fluide et très addictive. Chaque petit chapitre mettra en exergue l’un des personnages qui constitue l’histoire. Les pages défilent et le tout est très addictif. Les dialogues sont très bien construits.

Un récit à la construction originale, véritable feel-good, servi par des personnages hauts en couleurs. Un roman rafraîchissant à découvrir.

Ma note : 16/20

Jeunesse

Extra

Extra de Delphine Pessin

  • Auteur : Delphine Pessin
  • Titre : Extra
  • Genre : Jeunesse
  • Éditions : Didier Jeunesse
  • Nombre de pages : 128
  • Parution : 9 juin 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Élias a été désigné pour héberger un correspondant étranger pendant une semaine… sans se douter qu’il ne vient ni d’Allemagne ni d’Angleterre. Aytac vit sur Alter, une planète bien différente de la Terre ! L’extraterrestre a la peau bleue, il porte des cravates tous les jours et ne mange rien de ce que l’on peut trouver dans les assiettes de la cantine. Même si, au début, Élias est un peu inquiet, il est aussi impatient et curieux de faire sa connaissance.
Mais comment les autres élèves vont-ils accueillir ce drôle de correspondant venu d’ailleurs ?

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Didier Jeunesse pour leur confiance.

Élias s’est endormi en classe. Lorsqu’il se réveille, c’est sans réfléchir qu’il accepte la proposition de son professeur, qui consiste à accueillir un correspondant chez lui. Ce qu’il ignorait, c’est que ce mystérieux correspondant, qui s’appelle Aytac, n’est autre qu’un extra-terrestre, venu de la planète Alter. Élias se demande alors dans quelle aventure il s’est embarqué.

Voilà un roman jeunesse empli de finesse et très intelligent de par une intrigue qui aborde des thématiques qui intéresseront tout le monde. En effet, au travers d’un personnage totalement différent, l’auteure va aborder la tolérance et le respect.

J’ai beaucoup aimé la relation d’amitié qui va peu à peu prendre forme entre Élias et Aytac. J’ai été très touchée par la solidarité dont il feront preuve l’un envers l’autre. J’ai beaucoup aimé le message que veut faire passer l’auteure au travers de cette histoire.

La plume de l’auteure est abordable pour tous les publics. Avec un vocabulaire simple mais soigné, les pages défilent, et la lecture est vraiment facile. Les petites illustrations en début de chapitre sont les bienvenues.

Un roman jeunesse abordant des thématiques importantes, au travers d’une relation amicale qui prend peu à peu forme entre les deux protagonistes. À découvrir.

Ma note : 17/20

Contemporain

Les vents sauvages

Les vents sauvages de Johann Guillaud-Bachet

  • Auteur : Johann Guillaud-Bachet
  • Titre : Les vents sauvages
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Calmann-Lévy
  • Nombre de pages : 352
  • Parution : 7 avril 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Dans une France au bord de la guerre civile, où les ressources se font rares, Étienne décide de tout quitter pour se réfugier avec sa fille Manon dans la ferme familiale, au milieu des forêts d’épineux.
Il y retrouve de vieux amis mais son rêve d’autarcie s’écroule rapidement : la vie est rude dans la vallée cernée d’imposantes montagnes où plus personne n’ose
s’aventurer. Les pouvoirs publics ont déserté la région, au profit de la mystérieuse Fonderie qui semble tenir le village et les alentours sous son joug. Ici aussi,
peur et violence règnent.
Bientôt, Étienne apprend que plusieurs jeunes filles ont disparu et que des corps d’hommes déchiquetés sont régulièrement retrouvés à la fonte des neiges.
Chaque jour, les vents se déchaînent, chaque jour, les habitants se terrent… Et les peurs ancestrales resurgissent.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Calmann-Lévy et l’auteur pour leur confiance.

Dans une France qui se déchire, Étienne décide de partir avec sa fille Manon dans la ferme familiale, au milieu d’un village perdu. Les habitants vont se montrer bien soupçonneux face à ces nouveaux arrivants. Pourtant, tous ne leur réservent pas un accueil hostile. Étienne et Manon trouveront du réconfort auprès de Mathieu, Caro et leurs enfants, ainsi que de Seriane, la voisine d’Étienne. Certains événements étranges vont subvenir. Que se passe-t-il dans cet endroit ?

Quel roman bluffant et déroutant. Je dois dire que Johann n’a pas son pareil pour créer des atmosphères particulières qui servent à chaque fois l’intrigue. La nature tiendra ici un rôle primordial, presque comme un personnage à part entière. Cela favorise à créer un climat de tension perpétuel tout au fil de l’histoire.

Dès les première pages, je me suis laissée embarquer dans une intrigue particulière. S’il est vrai qu’au début, j’aurais aimé que Johann nous en dise un peu plus sur le contexte, je dois reconnaître que par la suite, cela ne m’a plus du tout posé problème. Le récit est rondement menée.

J’y ai retrouvé une thématique récurrente à l’auteur, à savoir la nature, somptueuse, mais aussi parfois sauvage. Tout au fil des pages, l’ambiance devient de plus en plus pesante. Les descriptions sont d’un réalisme surprenant.

Les mystères s’épaississent au fil des pages. J’ai été très intriguée et l’auteur a su maintenir un suspense jusqu’au dénouement, maniant habilement effets de surprise et révélations. Les personnages sont bien construits.

La plume de l’auteur est raffinée et élégante. D’une grande qualité stylistique, les descriptions des paysages sont réalistes et surprenantes. Les chapitres sont plutôt courts, ce qui rythme beaucoup l’histoire. Énormément de dialogues viennent ponctuer le tout. Je ressors conquise par la manière d’écrire de Johann.

Un roman bluffant, servi par une intrigue qui tient en haleine jusqu’au dénouement. À découvrir sans hésiter.

Ma note : 18/20

Contemporain

De feu et d’or

De feu et d’or de Jacqueline Woodson

  • Auteur : Jacqueline Woodson
  • Titre : De feu et d’or
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Stock
  • Nombre de pages : 150
  • Parution : 10 mars 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

notezNous sommes en 2001, le soir d’une fête donnée en l’honneur de Melody et de ses seize ans, dans la maison familiale de Brooklyn. Couvée du regard par ses parents et amis, elle fait son entrée sur une musique de Prince, dans une robe blanche taillée sur mesure. Une tristesse flotte néanmoins dans l’atmosphère. Seize ans plus tôt, cette même robe fut cousue pour une autre jeune fille : Iris, la mère de Melody, pour fêter aussi son entrée dans l’âge adulte. Une célébration qui n’eut finalement jamais lieu. Iris était enceinte.

Déroulant l’histoire de Melody, de son père, d’Iris et de ses parents – du massacre de Tulsa en 1921 au 11 septembre 2001 – pour comprendre comment ils en sont arrivés là, Jacqueline Woodson reconstitue non seulement leurs ambitions et leur fureur de vivre, mais aussi le prix qu’ils ont payé pour échapper à leur destin si profondément façonné par des décennies de racisme. En explorant le désir et l’identité sexuels, la maternité, l’éducation, la classe et le statut social, De feu et d’or décrit de façon magistrale la manière dont les jeunes doivent si souvent prendre des décisions irrévocables pour leur futur – avant même de savoir qui ils sont et ce qu’ils veulent devenir.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Stock pour leur confiance.

2001, Brooklyn. Melody fête ses seize ans. Pour l’occasion, une fête est donnée sous le regard de ses proches. En voyant sa fille apparaître dans une belle robe, Iris, sa mère, se souvient. Cette même robe lui était destinée pour ses seize ans et sa fête. Pourtant, il en sera autrement et elle ne la portera pas. En effet, à ce moment-là, elle apprendra qu’elle est enceinte de Melody. Cette fête est l’occasion pour tous de se livrer à une réflexion personnelle et de faire appel à ses souvenirs.

Ce roman est un coup de cœur pour ma part. Sous un format assez court, j’ai trouvé que l’auteure a su aller à l’essentiel et à aborder beaucoup de thématiques avec profondeur et sensibilité. Si le début de ce roman m’a paru déroutant, je me suis peu à peu laissée convaincre d’une part par l’intrigue et de l’autre par la belle plume de l’auteure.

Ce roman est une véritable réflexion sur la maternité, mais ici, et c’est ce qui m’a particulièrement plu, la paternité tient également un rôle prédominant. Au gré de ses souvenirs, Iris va retracer son histoire avec Aubrey. Le lecteur va ainsi pouvoir comprendre les tenants et aboutissants et les questionnements du couple, qui aborde cette nouvelle étape de manière bien différente.

La voix est tour à tour donnée aux divers personnages qui vont se raconter, se souvenir, se dévoiler. Les parents d’Iris et la maman d’Aubrey tiennent une place importante dans cette intrigue. Chacun dévoile son histoire personnelle et tous les événements mis bout à bout constituent l’histoire de famille de la jeune Melody.

C’est tendre, souvent touchant, mais également triste et parfois émouvant. Beaucoup d’émotions transparaissent dans ce texte simple mais profond. Le tout est restitué avec beaucoup d’authenticité.

La plume de l’auteure est élégante et tout en finesse. J’ai beaucoup aimé le schéma narratif, octroyant à tour de rôle une mise en avant de l’un des personnages. Les pages ont défilé.

Un roman tendre dans lequel l’auteure décortique les émotions et aborde des thématiques intéressantes. Un livre à découvrir sans hésiter.

Ma note : 18/20

Contemporain auto-édité

Avant j’avais des principes, maintenant je suis papa, tome 2

Des premiers pas au Terrible Two

  • Auteur : Pierre-Étienne Bram
  • Titre : Des premiers pas au Terrible Two
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Auto-éditié
  • Nombre de pages : 137
  • Parution :
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé


Mon petit Léon venait de souffler sa première bougie. Je pensais que le plus dur était passé (c’est si beau la naïveté d’un jeune papa).
Après avoir décrit dans le tome 1 les joies de la découverte de la paternité, je vous raconte dans ce livre sa 2e et sa 3e année, incluant l’apprentissage de la marche et de la parole avec toujours autant d’humour, de tendresse et surtout avec une totale franchise. Vous découvrirez également comment on a continué à subir des nuits chaotiques, parfois parsemées de terreurs nocturnes, comment on a survécu à un confinement avec un enfant en bas âge, et enfin, comment on s’est pris de plein fouet son Terrible Two, à savoir quand il se roulait par terre en hurlant pour un oui, et surtout pour un non. Un livre pour parents et grands-parents qui se reconnaîtront (ou pas) à travers les yeux d’un jeune papa qui n’en a pas fini de s’asseoir sur ses principes.

Mon avis

Je remercie chaleureusement l’auteur Pierre-Étienne Bram pour sa confiance.

Pierre-Étienne nous revient avec le deuxième tome de ses aventures comme papa. Le petit Léon a bien grandi et maintenant que les interactions sont plus nombreuses et que les moments plus compliqués semblent résolus, Pierre-Étienne va nous relater l’épanouissement de son petit bout de chou. Pourtant, l’auteur va devoir faire face à de nouveaux défis, notamment au Terrible Two qui guette.

Je dois avouer que j’ignorais tout du Terrible Two. Cela consiste simplement en l’apprentissage de dire non de la part des enfants. Il faut dire qu’une fois que le petit Léon a appris cette nouvelle notion, il n’a pas hésité à s’en servir à loisir. Cela donne des situations cocasses mais aussi des moments de tension qui mettront à rude épreuve la patience des parents du petit Léon.

J’ai trouvé ce tome plus intéressant, dans le sens où les interactions sont plus nombreuses, puisque le petit Léon a bien grandi, et que maintenant qu’il marche et commence à parler, les situations drôles et tendres s’enchaînent. Si l’auteur ne met jamais l’accent sur le fait de nous décrire que ce qui pourrait être idyllique, j’ai tout de même ressenti que les problèmes du début sont maintenant surmontés et que tout est bien plus serein.

Bien évidemment, certains moments dans lesquels la patience fait défaut subsistent et Pierre-Étienne y consacre un chapitre. L’auteur décide de réellement nous raconter ce qu’il ressent sans tenter d’enrober le tout. C’est finalement ce qui rend ce récit si authentique. Les moments sont parfois difficiles. Il revient sur le confinement pendant lequel il s’est occupé à plein-temps du petit Léon. C’est toujours relaté avec beaucoup de réalisme mais aussi avec une grande tendresse.

La plume de Pierre-Étienne est très soignée et de qualité. Toutes les notions sont expliquées. Chaque chapitre est illustré par un petit dessin, tout comme lors du premier, et j’ai trouvé cela très mignon. L’auteur se livre littéralement à son lecteur. J’ai trouvé cela très touchant.

Un deuxième tome toujours aussi authentique et empli de tendresse. L’auteur se dévoile avec beaucoup de sincérité. À découvrir,

Ma note : 17/20

Non classé

Filles uniques, tome 1

Paloma de Béka et Camille Méhu

  • Auteur : Béka et Camille Méhu
  • Titre : Filles uniques, tome 1 : Paloma
  • Genre : Jeunesse
  • Éditions : Dargaud
  • Nombre de pages : 56
  • Parution : 28 mai 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Apolline, Céleste, Chélonia et Sierra sont scolarisées dans le même établissement. Ces jeunes filles ont un point commun : elles sont isolées, mises à l’écart par les autres, parfois harcelées. Un jour, Chélonia décide de les réunir pour leur faire une proposition. Elle aimerait fonder avec elles le « club des mal-barrées ». Sa raison d’être : leur permettre de briser leur solitude et de devenir plus fortes, en somme, pour enfin « exister pleinement ».
Leur premier objectif consiste à convaincre Paloma de les rejoindre. Adolescente rebelle et solitaire, celle-ci a épuisé plusieurs familles d’accueil. Elle vit désormais chez Liselotte, une femme habituée à héberger des jeunes en difficulté. Les quatre nouvelles amies pourront-elles l’aider à surmonter son passé ?
Dans ce premier tome d’une série en cinq volets, servi par le trait subtil et les couleurs sensibles de Camille Méhu, les BeKa abordent avec justesse les thèmes de l’adolescence difficile et des dysfonctionnements familiaux.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Dargaud pour leur confiance.

Paloma est trimballée dans des familles d’accueil depuis l’âge de six ans. Pourtant, à chaque fois, c’est la même histoire. Elle se fait expulser des familles. En dernier recours, elle va être placée chez Liselotte, qui ne perdra pas patience. Elle la met au défi de trouver des vrais amis en un laps de temps défini. La jeune adolescente n’y arrivant pas, Liselotte lui accorde alors sans cesse de nouveaux délais. Paloma se convainc qu’elle ne réussira jamais à avoir des amis. C’est sans compter sur Chélonia, Apolline, Céleste et Sierra, des jeunes filles de son école qui ont en tête de l’intégrer à leur groupe très particulier, celui des mal-barrées.

J’ai beaucoup aimé ce court roman graphique qui constitue une introduction à une saga qui semble prometteuse et intéressante. J’ai apprécié les diverses thématiques abordées et je me suis beaucoup attachée aux personnages.

Bien que ce soit Paloma le personnage principal de ce tome, il m’a semblé que l’intrigue gravitait davantage autour des personnages secondaires, que j’ai trouvés très bien dépeints. J’ai ressenti un attachement immédiat pour Chélonia et pour les autres jeunes filles qui constituent ce groupe très particulier.

Paloma m’a parue un peu plus en retrait, mais peu à peu, l’histoire qu’elle a subi se dévoile et le lecteur comprendra mieux le pourquoi de son caractère si revêche.

L’amitié tiendra une place primordiale dans cette histoire, ainsi que l’entraide et la solidarité. Les jeunes filles feront tout pour aider Paloma. J’ai été touchée par la belle amitié qui prendra forme entre ce groupe.

Les planches sont colorées. Les couleurs chaudes attirent le lecteur. Les dialogues sont bien construits. Les pages défilent et j’aurais aimé en avoir quelques unes de plus, tant ce roman graphique m’a plu.

Un premier tome qui fait office d’introduction à une saga très prometteuse. Amitié et entraide sont les thématiques centrales de cette bande-dessinée qui m’a beaucoup plu.

Ma note : 17/20

Thriller

Blackwood

Blackwood de Michael Farris Smith

  • Auteur : Michael Farris Smith
  • Titre : Blackwood
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Sonatine
  • Nombre de pages : 288
  • Parution : 29 avril 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

1975. Red Bluff, petite ville du Mississippi, se meurt en silence, étouffée par le kudzu, une plante grimpante qui envahie tout.
Après des années d’absence, Colburn est de retour sur les lieux de son enfance. Mais sa présence semble échauffer les esprits. Lorsque deux enfants disparaissent, la vallée s’embrase…

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Sonatine pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Red Bluff. C’est dans cette petite ville oppressée par le Kudzu, que Colburn décide de revenir. Il a fui un drame familial, mais en revenant il s’aperçoit que ses blessures sont toujours profondes. Il n’est pas la bienvenue et lorsque des disparitions surviennent, il n’en faut pas plus aux habitants pour le soupçonner. Que se passe-t-il réellement dans cette localité ?

Je ressors conquise par ce roman puissant, que ce soit au niveau de l’intrigue comme au niveau de la narration. J’y ai retrouvé une grande originalité, et pourtant, il faut bien le dire, le rythme est lent et donne la sensation d’un récit qui peut s’enliser. Il n’en est rien. Il faudra être patient, le temps de s’adapter aux premiers chapitres. S’ensuivra une lecture qui bouleversera.

L’auteur a su créer une grande densité au niveau de ses personnages. Colburn est très bien dépeint. D’une grande profondeur, ce personnage m’a intriguée tout au fil des pages. Tout en nuances, il n’est jamais statique. Il évolue durant toute l’intrigue et l’auteur dévoile peu à peu ses tourments et toute son histoire personnelle.

Ce que j’ai trouvé très original, c’est la place qu’accorde l’auteur au Kudzu, cette plante envahissante qui cause énormément de dégâts. Cette plante prend forme comme un personnage à part entière et tient toute sa place dans l’intrigue. L’auteur a su rendre les descriptions de ces paysages avec brio.

Le rythme de l’intrigue est parfois lent, mais il faut s’accrocher pour ne pas passer à côté de ce roman. L’auteur nous dévoile les éléments avec parcimonie et quelques personnages secondaires vont compléter ce récit. Je préfère ne pas vous en parler afin de ne rien vous spoiler.

La plume de l’auteur est particulière. Je l’ai trouvée très réaliste et soignée. Les descriptions sont très bien rendues. Peu de dialogues parsèment le récit, mais ce n’est pas un problème au vu de la qualité du style. Le rythme est soutenu. Pour ma part, je n’ai ressenti aucune longueur. J’ai trouvé cette lecture très fluide.

Un thriller original, dans lequel une plante prend la forme d’un personnage à part entière. Avec un style de qualité, l’auteur déroule une intrigue emplie de profondeur et de noirceur.

Ma note : 18/20

Non classé

Extinctions, le crépuscule des espèces

Extinctions, le crépuscule des espèces d’Alexandre Franc et Jean-Baptiste Panafieu

  • Auteurs : Alexandre Franc et Jean-Baptiste Panafieu
  • Titre : Extinctions, le crépuscule des espèces
  • Genre : Jeunesse
  • Éditions : Dargaud
  • Nombre de pages : 128
  • Parution : 13 mai 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Sur une île de l’océan Arctique, les journalistes Emma et Luis vont pendant deux mois suivre
une équipe scientifique qui étudie le risque mortel que fait peser le réchauffement climatique sur la faune et la flore.
Comment des espèces entières sont-elles amenées à disparaître ? Que dit la science de la sixième extinction de masse que nous vivons aujourd’hui ? Quelles étaient les cinq premières ? Comment se sont-elles produites et dans quel contexte ? Et après nous, le déluge ?…
Le biologiste Jean-Baptiste de Panafieu et le dessinateur Alexandre Franc nous offrent une description détaillée de ces phénomènes aussi fascinants qu’inquiétants. Avec humour et précision, ils expliquent la disparition des espèces actuelles et les conséquences de cette sixième extinction.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Dargaud pour leur confiance.

Emma et Luis partent dans une île de l’océan Arctique, afin d’effectuer un reportage sur les extinctions qui menacent certaines espèces. C’est l’occasion de revenir sur les précédentes extinctions massives et ses causes. À l’aide d’une équipe de scientifiques, Emma et Luis vont en apprendre plus sur ces espèces.

Voilà un roman graphique très intéressant et ludique, où tout est très bien expliqué et remarquablement illustré. J’en ai appris énormément grâce à cet ouvrage, que j’ai trouvé très bien réalisé.

Grâce à l’équipe de scientifiques qui accompagnent Emma et Luis, le lecteur en apprendra plus sur les cinq grandes extinctions qui ont déjà eu lieu et sur les causes possibles. Le tout est expliqué d’une manière très concise et claire et c’est vraiment intéressant à suivre.

Les planches sont épurées. Les dessins sont minimalistes afin de principalement centrer l’intérêt sur les faits scientifiques. Malgré tout, c’est très judicieux de pouvoir avoir un appui visuel afin de mieux illustrer tous ces faits, ainsi que les diverses espèces.

Un roman graphique qui permet d’en apprendre beaucoup sur la faune et la flore et sur les causes de l’extinction de certaines espèces. C’est très intéressant à suivre.

Ma note : 16/20

Historique

Les demoiselles

Les demoiselles d’Anne-Gaëlle Huon

  • Auteur : Anne-Gaëlle Huon
  • Titre : Les demoiselles
  • Genre : Historique
  • Éditions : Audiolib
  • Lu par : Marie-Eve Dufresne
  • Nombre de minutes : 458
  • Parution : 14 avril 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

« Il n’y a que trois règles ici, Rosa. La première : ne jamais tomber amoureuse. La deuxième : ne jamais voler l’homme d’une autre. La dernière : ne boire que du champagne millésimé. » Seule l’une de ces trois règles sera respectée.

J’avais quinze ans quand j’ai pris la route ce matin-là, et une seule idée en tête : rejoindre le Pays Basque, devenir couseuse d’espadrilles, et échapper à mon destin. Jusqu’à ce que je rencontre les Demoiselles. Des femmes fantasques et mystérieuses vivant au milieu des livres, des jarretières et des coupes de champagne. Qui étaient-elles ? Quel secret cachaient-elles ? Libres et incandescentes, accompagnées d’un majordome plus grand qu’une cathédrale, d’un chauffeur louche et d’un perroquet grivois, les Demoiselles n’auraient jamais dû croiser ma route. Pourtant, ces femmes ont changé ma vie.

Un roman pétillant, entraînant, qui donne du baume au coeur et des étoiles dans les yeux. La lecture solaire de Marie-Eve Dufresne rend Rosa et les Demoiselles terriblement vivantes et attachantes.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Audiolib pour leur confiance.

J’ai découvert ce roman sous format audio édité chez Audiolib et lu par Marie-Eve Dufresne.

Mauléon, 1923. Rosa et sa sœur Alma quittent leur village natal en Espagne pour se rendre dans cette localité du Pays-Basque. Elles ont pour but de coudre des espadrilles. Elles seront surnommées « Les hirondelles de Mauléon ». Un énorme drame va survenir, et avec le temps, Rosa va croiser la route des demoiselles. Ces femmes excentriques et indépendantes seront une source d’aide pour la jeune fille.

Narration

La voix entraînante de Marie-Eve Dufresne m’a tout de suite conquise. Ce texte est lu avec une élégance qui convient parfaitement au récit.

Marie-Eve a su changer de ton en fonction du personnage qui s’exprime et elle a réussi à faire passer les émotions qui émanent ce très beau récit.

Les petits intermèdes musicaux sont particulièrement bien choisis.

Intrigue

Je ressors très émue de cette belle lecture. J’ai été conquise par cette histoire résolument féminine. Ce récit fait la part belle aux femmes fortes et indépendantes.

D’emblée, je me suis attachée aux personnages. J’ai été très intriguée par les demoiselles et leur histoire personnelle se dévoile par petites touches.

J’ai aimé cette immersion historique que j’ai trouvée très réaliste. Le personnage de Rosa m’a paru très bien travaillé et tout en nuances. Les rebondissements sont multiples.

La plume de l’auteure est simple et fluide. Avec un style addictif, Anne-Gaëlle sait maintenir l’attention de son lecteur. Les chapitres sont courts, ce qui rythme beaucoup l’histoire. Le récit est narré à la première personne.

Vue d’ensemble

La voix de Marie-Eve Dufresne se fond à la perfection avec le récit. C’était très agréable à écouter et je n’ai pas ressenti de monotonie. Bien au contraire, Marie-Eve a su renouveler sa manière de raconter en fonction des personnages qui s’expriment. C’est une véritable réussite.

Un roman résolument féminin, où la voix est donnée à des femmes charismatiques et indépendantes. Je ressors conquise et émue par ce très beau récit. À découvrir.

Ma note : 18/20

Thriller

…Et pour le pire

…Et pour le pire de Noël Boudou

  • Auteur :
  • Titre : …Et pour le pire
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Taurnada
  • Nombre de pages : 252
  • Parution : 13 mai 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Bénédicte et Vincent auraient pu vieillir paisiblement ensemble. Malheureusement, le destin en a décidé autrement, il y a vingt ans…
Vingt ans. Vingt ans à attendre… à attendre que les assassins de sa femme sortent de prison.
Depuis vingt ans, Vincent Dolt n’a qu’une seule idée en tête : venger sa douce Bénédicte…
Depuis vingt ans, seule la haine le maintient en vie.
Mais une vengeance n’est jamais simple, surtout à 86 ans.
Il a vécu le meilleur, il se prépare au pire…

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier les Éditions Taurnada pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Voilà vingt ans que Vincent vit sans sa Bénédicte. Sa femme a été assassinée et il n’a plus qu’une idée en tête, celle de se venger. Mais voilà, comment va-t-il y a arriver maintenant qu’il est devenu un vieil homme ? Ses nouveaux voisins pourraient-ils l’aider ?

J’ai passé un excellent moment de lecture avec ce thriller. Il s’agit du deuxième roman de Noël Boudou que je découvre, et je peux confirmer que l’auteur a un vrai talent pour ferrer son lecteur. Même si j’ai trouvé cet opus quelque peu en deçà du précédent, il n’en reste pas moins que j’ai trouvé la lecture très addictive et que j’ai eu beaucoup de mal à lâcher mon livre.

D’emblée, l’auteur nous dresse le portrait d’un vieil homme bougon et aux préjugés très nombreux. Les personnages secondaires tiendront une grande place dans l’intrigue. En effet, ses voisins m’ont intriguée dès le départ et j’ai trouvé que Noël avait su ménager un bon suspense, qui perdure jusqu’au dénouement.

La plume de l’auteur est toujours aussi addictive. Avec un style véloce, le roman va à toute vitesse. Le rythme est très soutenu. Les rebondissements sont multiples. Le choix de la première personne pour la narration est particulièrement judicieux.

Un roman original et qui ne souffre d’aucune longueur. L’intrigue va à tout vitesse et les pages défilent. À découvrir.

Ma note : 16/20

Contemporain

Le fusil de chasse

Le fusil de chasse de Yasushi Inoué

  • Auteur : Yasushi Inoué
  • Titre : Le fusil de chasse
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Audiolib
  • Lu par : André Dussollier
  • Nombre de minutes : 118
  • Parution : 19 mai 2021
  • Pour vous procurer cet audio-livre, c’est ici

Résumé

Trois lettres, adressées au même homme par trois femmes différentes, forment la texture tragique de ce récit singulier. Au départ, une banale histoire d’adultère. À l’arrivée, l’une des plus belles histoires d’amour de la littérature contemporaine. Avec une formidable économie de moyens, dans une langue subtilement dépouillée, Yasushi Inoué donne la version éternelle du couple maudit.

Le Fusil de chasse, ou les multiples facettes d’une impossible passion, est un chef d’œuvre universel. André Dussollier en propose une interprétation exceptionnelle, qui ne pourra que vous faire vibrer.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Audiolib pour leur confiance.

J’ai découvert ce roman sous format audio chez Audiolib et lu par André Dussollier.

Le narrateur va prendre l’initiative de composer un poème pour la revue « Compagnons du chasseur ». Il y dépeint un chasseur solitaire. Quelque temps plus tard, il reçoit la missive d’un mystérieux homme qui se fait appeler Josuke. S’étant reconnu dans le poème du narrateur, il va lui demander de bien vouloir lire trois lettres personnelles, que trois femmes différentes lui ont adressées. Il s’agira de la fille de son amante, de son épouse, et de son amante. Une histoire d’amour et d’adultère prend alors forme.

Narration

La voix d’André Dussollier m’a tout simplement parue parfaitement adaptée à ce roman empli de poésie et de mélancolie.

Avec un timbre chaud et enveloppant, André a réussi à faire passer les émotions qui émanent de ces trois missives. Je me suis laissée porter par la délicatesse du ton qu’a su instaurer André.

J’ai apprécié les petits intermèdes musicaux que j’ai trouvés particulièrement adaptés à l’histoire.

Ici, pas de dialogues. Le tout peut donc paraître monotone, mais pourtant il n’en est rien, puisque André sait captiver l’auditeur de par les intonations différentes qu’il sait instaurer.

Intrigue

Le postulat de départ est simple, mais je dois dire que le schéma narratif est d’une grande originalité. La tension monte au fur et à mesure que s’égrènent les lettres, pour à la fin former une histoire triste.

J’ai été émue. Les sentiments de ces trois femmes sont rendus à la perfection.

La plume de l’auteur est empreinte de poésie. Quelques descriptions de paysages viennent ponctuer le tout, et je les ai trouvées très réussies. Beaucoup de tristesse émane de ces lettres. J’ai trouvé ce roman épistolaire très réussi.

Vue d’ensemble

La voix d’André Dussolier se fond à la perfection avec le ton du texte. J’y ai retrouvé une véritable unité entre intrigue et façon de raconter. Une réussite à ce niveau.

Un roman épistolaire dans lequel beaucoup de tristesse transparaît. Le schéma narratif est très original. À découvrir.

Ma note : 17/20

Contemporain

Dans ma rue y avait trois boutiques

Dans ma rue y avait trois boutiques d’Anthony Palou

  • Auteur : Anthony Palou
  • Titre : Dans ma rue y avait trois boutiques
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Les Presses de la Cité
  • Nombre de pages : 192
  • Parution : 6 mai 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

C’était les années soixante-dix. Il était une fois un petit garçon né dans une famille de commerçants. Son grand-père espagnol avait quitté la guerre de 36, avait traversé les Pyrénées et arpenté la France jusqu’à trouver un havre de paix dans le Finistère sud. C’est là qu’il décida de s’installer pour créer sa petite échoppe de fruits et légumes. Le grand garçon qu’il est devenu se souvient avec nostalgie de ces petits commerces qui peu à peu disparurent. Ainsi les merceries, les torréfacteurs, les marchandes des quat’saisons, ainsi les papeteries… Tout un monde, en quelques années, dévasté par la grande distribution. L’auteur pense que tout n’est pas perdu. Un jour viendra où le petit commerce renaîtra. Les beaux jours, peut-être, sont devant nous.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Les Presses de la Cité pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Voilà un essai qui fera la part belle à la nostalgie des petits boutiques où l’on pouvait faire ses emplettes, tout en échangeant avec les vendeurs. C’est sous ce postulat de départ qu’Anthony livre un véritable hommage aux petits commerçants.

L’auteur nous propose une véritable promenade au milieu des petites boutiques qui ont jalonné son quotidien. Il en parle avec beaucoup de tendresse et les met en avant avec beaucoup de sensibilité.

Anthony nous propose également un tour gastronomique. Il y sera beaucoup question de plats typiques. J’ai beaucoup aimé ce beau récit, que j’ai trouvé très intéressant de par la thématique abordée.

La plume de l’auteur est très fluide. Le texte est composé de plusieurs brèves, chacune d’entre elles traitant d’un petit négoce en particulier, ou de gastronomie. J’ai trouvé ce procédé original et cela a contribué à éviter une certaine monotonie.

Un texte qui constitue un véritable hommage aux petits commerces.

Ma note : 16/20

Non classé

Mariage et remue-ménage dans les Cotswolds

Mariage et remue-ménage dans les Cotswolds de Juliette Beaufrère

  • Auteur : Juliette Beaufrère
  • Titre : Mariage et remue-ménage dans les Cotswolds
  • Genre : Romance
  • Éditions : Auto-édité
  • Nombre de pages :
  • Parution :
  • Pour vous procurer ce livre, c’est

Résumé

Il voulait juste se faire passer pour le wedding planner.

Elle voulait juste saborder ce mariage.

Matthew, le frenchie, bordélique, coincé, et définitivement trop déprimé.

Jenn, la meilleure amie du marié, organisée, râleuse, et une vraie dévoreuse d’hommes.

Ce duo improbable va devoir collaborer pour organiser the mariage aristocratique anglais de l’année.

En sept jours.

Mais la préparation ne va pas se dérouler aussi délicatement qu’une floraison de roses parfumées dans un jardin anglais…

Mon avis

Je remercie chaleureusement l’auteure Juliette Beaufrère pour sa confiance.

Matthew est un jeune homme français qui se retrouve soudainement organisateur de mariages. Il va s’occuper de celui de Lord Wellington et Lady FitzClarence. Il est plutôt réservé. Lorsqu’il apprend qu’il va devoir s’entendre avec Jenn, la meilleure amie du marié, afin d’organiser cette union, le jeune homme pressent un véritable tourbillon d’émotions. En effet, la jeune femme est une véritable boute-en-train.

J’ai passé un excellent moment de lecture avec cette comédie romantique, très dans l’ambiance brittanique. J’ai particulièrement aimé le décor dans lequel l’auteure place son intrigue et cet humour décapant dont elle fait preuve.

D’emblée, j’ai été intriguée par Matthew. Je me demandais comment le jeune homme se retrouvait à organiser un mariage. Le mystère est entier au départ, mais peu à peu le lecteur comprend.

J’ai particulièrement apprécié la différence de caractère entre les deux jeunes gens, ce qui donne droit à des scènes cocasses et emplies d’humour. Ils sont complètement différents, et l’auteure a su approfondir leurs traits de caractère respectifs sans jamais tomber dans la caricature. Cela donne deux personnages principaux très attachants et qui vont porter l’histoire à eux deux.

Les situations et les scènes cocasses sont amenées avec beaucoup de finesse. Il y a des rebondissements et des retournements de situations réussis.

La plume de l’auteure est addictive. J’ai apprécié l’alternance de chapitres entre le point de vue de Matthew et de Jenn. J’ai trouvé cela judicieux afin de mieux suivre leurs questionnements. Les chapitres sont de taille moyenne et le rythme est soutenu.

Une très bonne comédie romantique, où les scènes cocasses s’enchaînent, servie par deux personnages principaux très attachants. À découvrir.

Ma note : 17/20

Contemporain

Ces orages-là

Ces orages-là de Sandrine Collette

  • Auteur : Sandrine Collette
  • Titre : Ces orages-là
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Audiolib
  • Lu par : Marie Bouvet
  • Nombre de minutes : 345
  • Parution : 19 mai 2021
  • Pour vous procurer cet audio-livre, c’est ici

Résumé

C’est une maison petite et laide. Pourtant en y entrant, Clémence n’a vu que le jardin, sa profusion minuscule, un mouchoir de poche grand comme le monde. Au fond, un bassin de pierre, dans lequel nagent quatre poissons rouges et demi.

Quatre et demi, parce que le cinquième est à moitié mangé. Boursouflé, abîmé, meurtri : mais guéri. Clémence l’a regardé un long moment.

C’est un jardin où même mutilé, on peut vivre.

Clémence s’y est installée. Elle a tout abandonné derrière elle en espérant ne pas laisser de traces. Elle voudrait dresser un mur invisible entre elle et celui qu’elle a quitté, celui auquel elle échappe. Mais il est là tout le temps. Thomas. Et ses orages.

Clémence n’est pas partie, elle s’est enfuie.

Avec Ces orages-là, Sandrine Collette se fait la voix de l’intime et nous offre un roman brut somptueux sur les ravages de l’obsession, servi par cette écriture au cordeau qui la distingue.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Audiolib pour leur confiance.

J’ai découvert ce roman sous format audio chez Audiolib, et lu par Marie Bouvet.

Clémence est une jeune femme effrayée. Elle fuit un conjoint violent. Après trois ans à vivre un véritable calvaire auprès de Thomas, elle a décidé de partir loin de lui et s’est installée dans une maison dont Thomas ignore l’adresse. Pourtant, la peur ne quitte pas la jeune femme, craignant qu’à tout moment il puisse la retrouver. Peu d’espoir dans son quotidien, si ce n’est son travail de boulangère et un voisin qui l’intrigue au plus haut point.

Narration

D’emblée, j’ai accroché à la voix de Marie Bouvet qui a lu ce texte d’une manière bouleversante. Elle a su faire passer les émotions de Clémence à la perfection.

Marie a bien veillé à changer les inflexions de sa voix en fonction de la tension qui montait crescendo. Avec cette thématique qui est très difficile, et la voix de la narratrice qui a su insuffler toute l’émotion nécessaire, cela m’a totalement bouleversée.

Marie a une voix très douce, mais jamais monotone. Elle sait changer de ton pour que l’on comprenne bien les dialogues et l’on ne se perde pas au moment de savoir quel personnage s’exprime. J’ai ressenti beaucoup de tension sur certains passages, de par la narration effectuée avec brio.

Intrigue

Je ressors chamboulée par cette histoire dramatique. D’emblée, j’ai ressenti une énorme tristesse pour Clémence et ce que Thomas lui a fait subir. Dès les premières pages, j’ai découvert une jeune femme détruite mais qui pourtant va tout faire pour se reprendre en main.

L’auteure prend bien le temps de poser son intrigue. Ici, il n’y a pas vraiment d’action ni de suspense. Tout passe davantage par la psychologie du personnage principal et l’on assiste à sa reconstruction.

J’ai beaucoup aimé la relation que Clémence va entretenir avec son voisin. L’auteure veille à garder une touche d’espoir malgré la brutalité des événements auxquels a été confrontée la jeune fille.

Vue d’ensemble

La plume de l’auteure est très introspective mais émotive également. La voix de Marie se fond parfaitement au texte écrit et le tout s’accorde avec brio. Je ressors conquise par cet audio-livre que je vous recommande.

Un roman puissant, bouleversant, dans lequel l’auteure a su instaurer une tension qui monte peu à peu au fil des chapitres. À découvrir.

Ma note : 18/20

Thriller

Disparues

Disparues de S. J. Watson

  • Auteur : S. J. Watson
  • Titre : Disparues
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Sonatine
  • Nombre de pages : 448
  • Parution : 8 avril 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Traumatisée par son passé, Alex Young souffre d’amnésie partielle. Pour mieux se reconstruire, elle se consacre corps et âme à sa nouvelle vie de réalisatrice. Après un documentaire sur les prostituées d’Amsterdam, elle est de retour en Angleterre avec un nouveau projet : montrer la vie quotidienne d’une petite ville durement frappée par la crise. Blackwood Bay, où elle a vécu quand elle était jeune, semble l’endroit idéal. Hier cité touristique florissante de bord de mer, c’est aujourd’hui une ville fantôme, hantée par la disparition d’une adolescente dix ans plus tôt. Alors qu’elle essaye d’en savoir plus sur cette étrange histoire, Alex va se heurter à un mur de secrets et de non-dits. Elle va devoir raviver la mémoire collective, tout autant que ses souvenirs enfouis, pour enfin lever le voile sur une vérité qui laissera le lecteur sans voix.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Sonatine pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Blackwood Bay, une petite localité en Angleterre. C’est là que Alex va réaliser un futur reportage, sur le quotidien des gens. La jeune Alex retourne sur les lieux de son passé. Suite à un traumatisme, des pans entiers de sa mémoire lui font défaut, mais elle sait qu’il s’est passé des événements tragiques dans cette petite ville. Lorsque la jeune femme cherche à en savoir plus sur la mystérieuse disparition de Sadie il y a de cela plusieurs années, elle va se confronter aux silences des habitants. Que s’est-il réellement passé ?

S’il est vrai que j’ai eu un peu de mal à rentrer dans l’histoire, je dois reconnaître que le dénouement de ce thriller est tout simplement brillant. L’auteur a su me balader de pages en pages et j’ai été totalement surprise par la révélation qui clôt à la perfection cette intrigue qui a parfois tendance à s’enliser.

L’auteur a prit le temps de planter son décor. Le rythme est lent et les personnages sont très nombreux. Il faut donc rester très concentré afin de ne pas perdre le fil. Les nombreux retours en arrière, avec les personnages de l’époque, peuvent prêter à confusion. Mais en réalité, une fois que je suis rentrée dans l’histoire, je me suis laissée porter par cette intrigue.

Ici, tout le monde devient suspect. Il semble que les habitants ont tous des éléments à cacher et j’ai soupçonné tout le monde tout au fil des pages. L’auteur a su instaurer une bonne dose de suspense pour accélérer le rythme à partir de la deuxième moitié, et ainsi intriguer son lecteur. Il faut s’accrocher, même si le début peut paraître un peu long. Le dénouement est une réussite totale et tout est expliqué à la fin.

La plume de l’auteur est addictive. J’ai beaucoup aimé l’alternance entre passé et présent, même si au début, tout me semblait flou. Les explications finales éclaircissent toutes les questions. Le choix de la narration à la première personne et sous le point de vue d’Alex m’a semblé judicieux, permettant ainsi de mieux suivre ses réactions.

Un thriller qui peut paraître long à se mettre en place, mais qui offre un dénouement totalement inattendu. Pour ma part, cela a été un bonne lecture.

Ma note : 16/20

Romance auto-édité

Rien ne sert de (se) mentir, il faut aimer à point

Rien ne sert de (se) mentir, il faut aimer à point de Sophie Rouzier

  • Auteur : Sophie Rouzier
  • Titre : Rien ne sert de (se) mentir, il faut aimer à point
  • Genre : Romance
  • Éditions : Auto-édité
  • Nombre de pages : 430
  • Parution : 15 avril 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Julie et Liam sont inséparables. Ils se connaissent depuis leur plus tendre enfance et protègent leur amitié coûte que coûte. Enfants, ils étaient intarissables sur l’Afrique et songeaient à y habiter en grandissant.

Avec les années, les projets de Julie ont évolué. Cette jeune divorcée est devenue une casanière maladive et une menteuse invétérée. Elle fait croire à son entourage qu’elle voyage comme elle respire. Celle-ci a même été jusqu’à créer une association de globementeurs, fournissant photomontages et itinéraires détaillés aux faux-baroudeurs comme elle.

Liam, quant à lui, aventurier hors pair, réalise son rêve et s’installe au Botswana dans un lodge. Etrangement, Julie a toujours une bonne excuse pour ne pas lui rendre visite. Il doute quant au bien-fondé de leur amitié. Le jour où Liam lui annonce qu’elle sera témoin à son mariage, tout son monde s’écroule.

L’amitié homme femme existe-t-elle vraiment ?

Mon avis

Je remercie chaleureusement l’auteure Sophie Rouzier pour sa confiance.

Julie et Liam sont amis depuis l’enfance. Alors que la jeune femme doit faire face à un divorce, son meilleur ami est sur le point de se marier au Bostwana. Lorsqu’il l’invite à assister à son mariage, pour Julie, c’est une véritable épreuve. En effet, si tout le monde autour d’elle, y compris Liam bien sûr, pense que la jeune femme est une grande globe-trotteuse, elle n’est en réalité qu’une globe-menteuse. Elle fait croire à tous qu’elle n’arrête pas de voyager, alors qu’en réalité, elle ne sort pas de chez elle. Elle a même réussi à rallier plusieurs personnes dans son club. Dès lors, lorsqu’en plus son patron lui propose de la muter quelques temps en Afrique, c’est le désespoir qui l’envahit.

En voilà un roman dépaysant à souhait. J’avais découvert la plume de Sophie avec son roman précédent, qui était bien plus court, et elle m’avait déjà convaincue. Ici, j’ai apprécié le fait d’avoir une plus grande perspective de son talent. Elle sait instaurer fraîcheur et rires dans ses récit, et surtout, c’est un véritable moment d’évasion qu’elle nous propose.

J’ai totalement accroché aux deux personnages principaux, Julie et Liam. J’ai particulièrement aimé le caractère de Julie, qui malgré les adversités, ne tombe jamais dans le pessimisme et garde toujours son humour. Mais surtout, j’ai apprécié de voir évoluer la relation entre eux. Ils ne sont pas statiques. Ils évoluent. Sophie passe par quelques retours en arrière dans le temps, afin de bien expliquer les tenants et aboutissants de cette relation particulière qu’entretiennent ces deux personnages. J’ai été touchée à plusieurs reprises, mais surtout, j’ai trouvé que certains passages étaient emplis d’humour.

L’autre gros point fort de cette histoire, c’est ce dépaysement unique que nous propose Sophie. Les descriptions de l’Afrique sont d’un réalisme surprenant et le lecteur a vraiment la sensation de se retrouver dans ces paysages rien qu’avec l’évocation des mots choisis par l’auteure.

La plume de l’auteure est d’une grande qualité. C’est vraiment agréable de trouver des romans auto-édités avec une écriture si soignée. Les chapitres sont de taille moyenne. Les dialogues sont très bien réalisés, avec parfois une grande pointe d’humour. Je ressors conquise par le style de Sophie.

Un roman rafraîchissant, aux allures de petit bonbon littéraire, qui est une véritable invitation au voyage, et servi par deux personnages principaux attachants et touchants. Une véritable réussite à découvrir.

Ma note : 18/20

Jeunesse

Léon et Gustave au cœur de la mine

Léon et Gustave au cœur de la mine de Sophie de Mullenheim

  • Auteur : Sophie de Mullenheim
  • Titre : Léon et Gustave au cœur de la mine
  • Genre : Jeunesse
  • Éditions : Fleurus
  • Nombre de pages : 232
  • Parution : 12 mars 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est

Résumé

Nord de la France, juin 1888.

Léon va bientôt avoir douze ans. Il est fils et petit-fils de mineur. Pour lui, l’avenir est tout tracé : il sera mineur. Mais Léon va à l’école et, contrairement à ses parents et grands-parents, il sait lire et écrire. Il lit beaucoup d’ailleurs : les livres que lui prête son instituteur et le journal dans lequel il suit avec passion l’avancée des travaux de la Tour Eiffel. A mesure que l’immense tour s’élève, le rêve de Léon grandit : il veut devenir apprenti dans les ateliers du grand Gustave Eiffel. Il veut construire des tours, des ponts, des bâtiments… La famille de Léon, pourtant, est loin de partager son enthousiasme. Plus vite le garçon travaillera à la mine et plus vite il rapportera des sous à la maison. Un jour, son père lui lance un ultimatum : soit il descend à la mine soit il vend sa jument Cachou pour qu’elle aille travailler à sa place. Léon est très attaché à Cachou. Il ne veut surtout pas qu’elle descende dans le puits car il sait qu’elle n’en remontera certainement jamais. La mort dans l’âme, il décide d’aller au fond pour sauver sa jument, tout en continuant de rêver de la Tour Eiffel et de constructions inouïes.

Jusqu’au jour où, malgré les promesses de son père, Cachou descend elle aussi dans la mine…

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Fleurus pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

1888. Alors qu’à Paris la construction de la Tour Eiffel avance à grands pas, dans une ville du nord le jeune Léon rêve de rejoindre l’équipe de Gustave Eiffel. L’adolescent est brillant dans ses études. Pourtant, les parents du jeune homme décident une toute autre trajectoire pour lui. Il sera mineur, comme son père, afin de pouvoir contribuer à l’économie familiale. Comment Léon pourra-t-il rallier les équipes de Gustave Eiffel ?

Quel excellent roman jeunesse. J’aime beaucoup les récits de Sophie de Mullenheim qui bien souvent place ses intrigues dans une période historique spécifique et permet ainsi aux plus jeunes d’en apprendre beaucoup sur divers sujets.

Ici, c’est surtout le travail de mineur qui est mis en avant. Au travers du jeune Léon, le lecteur pourra en apprendre davantage sur ce métier. Les explications sont claires et Sophie veille bien à placer un lexique afin de donner la définition de certains mots particuliers.

Mais ce roman, c’est avant tout une belle histoire d’amitié. Léon fera la rencontre de Marie et entre les deux, une complicité va peu à peu s’installer. J’ai trouvé cela très touchant. La jeune fille aidera son ami tout au long du récit.

La plume de l’auteure est très fluide et idéale pour rythmer son récit. Avec des chapitres courts, le tout reste très aisé à lire. Sophie veille à bien expliquer les mots qui peuvent être compliqués et j’ai trouvé cela très judicieux.

Un excellent roman jeunesse avec pour toile de fond le travail de mineur, et servi par deux personnages principaux touchants et qui partagent une belle amitié. À découvrir.

Ma note : 18/20

Thriller

La chasse

La chasse de Gabriel Bergmoser

  • Auteur : Gabriel Bergmoser
  • Titre : La chasse
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Sonatine
  • Nombre de pages : 256
  • Parution : 18 mars 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Frank s’occupe d’une petite station-service paumée au milieu de l’immensité sauvage australienne. Un jour, une jeune femme arrive en trombe, blessée. Aidé par un couple de voyageurs, Frank tente de soigner les blessures de l’inconnue lorsque de mystérieux assaillants arrivent sur les lieux. Coupés du monde, les occupants de la station-service vont devoir alors faire face à un véritable siège.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Sonatine pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Australie, en plein centre du bush. Une maison isolée et une station-service. Aucune autre habitation aux alentours. C’est dans cet endroit hostile que vit Frank. Lorsque son fils fait appel à lui pour lui confier Allie, sa petite-fille, une jeune adolescente avec beaucoup de problèmes, Frank voit son quotidien bouleversé. Lui qui est habitué à être seul, il va devoir maintenant vivre avec sa petite-fille qu’il connaît si mal. Un jour, alors qu’ils sont en train de travailler dans la station-service, une jeune femme arrive. Blessée, elle a besoin d’être soignée. C’est le début du cauchemar qui commence pour Frank et Allie.

Autant le dire d’emblée, ce roman est excellent dans son genre. J’ai accroché dès le prologue et plus je tournais les pages, plus il m’était difficile de lâcher ce livre. Je voulais savoir, j’ai angoissé pendant toute ma lecture et je n’ai pas vu les pages défiler. En voilà un excellent thriller.

L’auteur n’a pas son pareil pour créer une atmosphère hautement anxiogène. Dès le départ, je me suis interrogée sur l’identité de la jeune femme qui arrive blessée dans la station-service. Avec une narration à deux temps, l’auteur répond peu à peu aux interrogations du lecteur, et c’est réalisé avec brio.

Le récit va à toute vitesse, et pour cause, les actions tiennent en une nuit. Il n’y a aucun moment de répit et l’auteur a su maintenir la tension jusqu’au dénouement. C’est un véritable page-turner au grand suspense.

La plume de l’auteur est addictive. Avec un style fluide et très cinématographique, il réussit à rendre son récit très difficile à lâcher avant d’arriver au dénouement. Le schéma narratif est particulier, puisque le lecteur suivra l’action au présent et ce qu’il s’est passé auparavant. J’ai trouvé cela très judicieux, permettant ainsi de savoir comment les faits ont évolué.

Un roman où les actions s’enchaînent sans cesse et où le suspense monte peu à peu. Cet excellent thriller est très difficile à lâcher. À découvrir.

Ma note : 18/20

Historique

Hamnet

Hamnet de Maggie O’Farrell

  • Auteur : Maggie O’Farrell
  • Titre : Hamlet
  • Genre : Historique
  • Éditions : Belfond
  • Nombre de pages : 368
  • Parution : 1 avril 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Un jour d’été 1596, dans la campagne anglaise, une petite fille tombe gravement malade. Son frère jumeau, Hamnet, part chercher de l’aide car aucun de leurs parents n’est à la maison…

Agnes, leur mère, n’est pourtant pas loin, en train de cueillir des herbes médicinales dans les champs alentour ; leur père est à Londres pour son travail ; tous deux inconscients de cette maladie, de cette ombre qui plane sur leur famille et menace de tout engloutir.

Porté par une écriture d’une beauté inouïe, ce nouveau roman de Maggie O’Farrell est la bouleversante histoire d’un frère et d’une sœur unis par un lien indéfectible, celle d’un couple atypique marqué par un deuil impossible. C’est aussi l’histoire d’une maladie « pestilentielle » qui se diffuse sur tout le continent. Mais c’est avant tout une magnifique histoire d’amour et le tendre portrait d’un petit garçon oublié par l’Histoire, qui inspira pourtant à son père, William Shakespeare, sa pièce la plus célèbre.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Belfond pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Stratford, 1596. Hamnet, onze ans, est très inquiet. Sa sœur jumelle Judith est gravement malade. Il part alors à la recherche d’aide. Il n’arrive pas à trouver sa mère, ni sa grande sœur Susana. Son père est à Londres. Lorsque finalement il arrive à trouver sa famille afin de venir en aide à Judith, cette dernière voit son état empirer.

Que roman. Je ressors bouleversée par cette lecture qui m’a chamboulée à plusieurs reprises. S’inspirant du drame qu’a vécu Shakespeare, ce roman retrace avec beaucoup d’émotions l’histoire du petit Hamnet, le petit garçon du dramaturge décédé à l’âge de onze ans.

J’ignorais totalement ce fait, et ce roman m’a donné l’occasion d’en savoir un peu plus sur l’histoire personnelle de cet écrivain. J’ai pu découvrir l’homme et non pas seulement le dramaturge. Au travers de cette histoire, Maggie nous propose une incursion historique et une histoire d’amour somptueuse entre l’écrivain et Agnes.

Ce roman est un bouleversement du début à la fin. Diverses thématiques sont abordées, et je trouve que Maggie nous en parle avec une sensibilité rare. La figure de Shakespeare n’est jamais clairement mentionnée mais persiste en filigrane tout au fil des pages. Le roman va davantage se centrer sur Agnes, et sur l’amour indéfectible qui unit Hamnet et Judith, les deux jumeaux.

La plume de l’auteure est somptueuse et élégante. Avec un vocabulaire imagé, Maggie réussit à faire passer toutes les émotions qui jalonnent ce récit à son lecteur. J’ai été très émue en découvrant ce récit. Le roman est divisé en deux parties bien distinctes. La deuxième se centrera principalement sur la reconstruction des personnages après le drame terrible auquel ils seront confrontés.

Un roman d’une sensibilité rare, servi par une plume élégante et qui aura été un véritable bouleversement, tant l’auteure aura réussi à retransmettre les émotions tout au fil des pages. À découvrir.

Ma note : 17/20



Contemporain

La lumière était si parfaite

La lumière était si parfaite de Carène Ponte

  • Auteur : Carène Ponte
  • Titre : La lumière était si parfaite
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Fleuve
  • Nombre de pages : 288
  • Parution : 15 avril 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Comment sa vie a-t-elle pu lui échapper à ce point?? Devenue mère au foyer à la naissance de ses enfants, Megg fait face aujourd’hui à une ado en crise qu’elle ne reconnaît plus. Son mari ne se préoccupe guère des tâches quotidiennes. Et puis il y a eu le coup de grâce, cette saleté d’infarctus qui a fauché sa mère avant l’heure. Tandis qu’elle se résout à vider la maison de son enfance, Megg déniche une pellicule photo qui l’intrigue, et décide de la faire développer. Rien ne pouvait la préparer à la série de clichés qu’elle découvre alors… Une révélation qui bouleversera sa vie. Partie sur les traces d’un passé maternel dont elle ignore tout, Megg ne se doute pas que c’est son avenir qu’elle est en train de reprendre en main.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Fleuve pour leur confiance.

Megg est une femme mariée et maman de deux enfants, Lalie de seize ans et le petit Malone. Elle a perdu sa maman il y a six mois, et la jeune femme est profondément bouleversée. Depuis un certain temps, elle aperçoit des signes avant-coureurs d’un profond mal-être. Elle se met à pleurer pour tout, elle se sent à l’étroit dans sa vie de famille et ne trouve plus sa place afin de s’épanouir. Sa meilleure amie Romy, qui est aussi sa voisine, va tout faire pour aider Megg. Lorsque cette dernière retrouve une pellicule de photos et qu’elle décide de la faire développer, ce qu’elle va y découvrir va changer le cours de son quotidien et l’amener dans un road trip étonnant.

Autant le dire tout de suite, ce roman a été un énorme coup de cœur pour ma part. Carène a réussi en peu de pages à m’entraîner dans un troubillon émotionnel. Je ressors de cette lecture émue et bouleversée. Carène a énormément de talent pour rendre ses personnages crédibles, et analyser avec beaucoup d’acuité les sentiments de chacun.

Dès les premières lignes, j’ai accroché à Megg, personnage très attachant et d’une simplicité authentique. C’est la jeune femme qui va porter cette histoire et le lecteur va vite s’apercevoir comment peu à peu elle va s’enliser dans une situation qui ne lui convient plus. Elle se rend compte qu’elle a tendance à s’effacer pour s’occuper de sa famille. Elle a laissé ses rêves de devenir photographe de côté.

Au fil des pages, on découvrira aussi la relation tendue qu’elle entretient avec sa fille Lalie. En pleine adolescence, cette dernière se referme sur elle-même. J’ai été très émue par certains passages, et j’ai trouvé que Carène donnait une véritable épaisseur à ses personnages. Tout sonne juste, que ce soit en ce qui concerne les personnages comme les sentiments de chacun.

J’ai beaucoup aimé le road trip qui survient dans ce roman. Je ne vous en dirai pas plus quant aux circonstances dans lesquelles il survient, afin de ne rien vous spoiler. C’est un véritable dépaysement que propose l’auteure.

La plume de l’auteure est addictive. Avec un style simple mais authentique, Carène réussit à retransmettre les émotions qu’elle veut faire passer. Les chapitres sont de taille moyenne. Le choix de la première personne, l’histoire étant narrée sous le point de vue de Megg, m’a paru très judicieux.

Un roman empli de sensibilité, d’émotions, servi par une héroïne touchante et attachante. C’est une réussite totale. À découvrir sans hésiter.

Ma note : 19/20

Thriller

Noir

Noir de Koz

  • Auteur : Koz
  • Titre : Noir
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Fleuve
  • Nombre de pages : 320
  • Parution : 1 avril 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Au moment où les dix-huit transformateurs alimentant Paris et sa banlieue en électricité explosent simultanément, le noir tombe sur la capitale et ses environs. La nuit est totale, le danger inédit. En quelques heures à peine, les rues sombrent dans le chaos. Les scènes de pillages et de violence se multiplient. La tension monte.

Immédiatement, Hugo Kezer, chef de groupe à la brigade criminelle, prend le commandement de la cellule de crise mise en place pour répondre à l’urgence de la situation. Il doit avant tout comprendre qui se cache derrière cet acte criminel, cette organisation aussi élaborée. Et les raisons pour lesquelles ce black-out a été si minutieusement orchestré.

Une course contre la montre s’engage alors pour Kezer, d’autant plus éprouvante que les menaces sont nombreuses et pourraient bien mettre en danger celles et ceux qu’il aime…

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Fleuve pour leur confiance.

Imaginez que les dix-huit transformateurs qui alimentent la région parisienne en électricité tombent hors-service en même temps. Paris est alors livrée à l’obscurité la plus totale et par conséquent aux pillages et aux saccages. C’est dans ce décor dantesque que le lieutenant Kezer va devoir mener l’enquête afin de découvrir les causes exactes de de black-out.

Quel thriller captivant. Je dois dire que dès la première page, l’auteur a su retenir mon attention pour ne plus la lâcher pendant toute la durée de l’intrigue. Je ressors conquise par ce roman différent et original. L’intrigue est rondement menée.

L’atmosphère de ce thriller est anxiogène au possible, d’autant plus que le postulat de départ faisant référence à un black-out sans précédent semble probable. Autour de cette panne d’électricité dans Paris, le lieutenant Kezer va devoir mener d’une part une enquête pour découvrir ce qu’il s’est passé, et d’une autre part une autre enquête, dont je préfère ne rien vous dire afin que vous le découvriez au fil des pages.

Cette enquête ne m’a pas laissée un moment de répit. Le roman va à toute vitesse et j’ai eu énormément de mal à lâcher ma lecture tant je voulais savoir où tout cela aboutirait. C’est un véritable page-turner que nous propose ici l’auteur.

J’ai apprécié le personnage de Kezer, que j’ai trouvé tourmenté. Le lecteur apprendra le drame terrible auquel le lieutenant a dû face. J’ai trouvé ce personnage très bien esquissé, jamais linéaire. J’ai très envie de découvrir ce qu’il devient dans le deuxième tome de ses aventures.

L’intrigue va de rebondissements en rebondissements. Je n’ai pas ressenti une seule page d’ennui. Je voulais à chaque fois en savoir plus, et j’ai eu beaucoup de mal à lâcher ma lecture. De fausses pistes en révélations étonnantes, l’auteur sait manier son suspense sans trop en faire. C’est une vraie réussite.

La plume de l’auteur est entraînante. Sous un style clair et précis, les pages défilent. À chaque début de chapitre, une indication spatio-temporelle permet au lecteur de suivre au mieux l’évolution de l’intrigue. L’histoire est très rythmée.

Un thriller original et anxiogène, rondement mené auprès d’un personnage principal très bien esquissé. Un suspense et des rebondissements à foison. C’est une réussite. À découvrir.

Ma note : 17/20

Thriller

Les somnambules

Les somnambules de Chuck Wendig

  • Auteur : Chuck Wendig
  • Titre : Les somnambules
  • Genre : Science-fiction
  • Éditions : Sonatine
  • Nombre de pages : 1174
  • Parution : 4 mars 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Un nouveau monde, le nôtre ?

Dans un petit village de Pennsylvanie, Shana surprend sa soeur, Nessie, quittant d’un pas résolu leur maison. Lorsqu’elle tente de l’intercepter, la petite fille ne réagit pas à sa présence. Mutique, absente, le regard vide, elle avance… Croyant à une crise de somnambulisme, Shana commence à la suivre. Rapidement, elles sont rejointes par un deuxième errant, frappé des mêmes symptômes que Nessie. Puis un autre. Bientôt, ils sont des centaines à converger vers la même destination inconnue, tandis que leurs proches, impuissants, leur emboîtent le pas. Très vite, cette mystérieuse épidémie enflamme le pays.

Chuck Wendig tend à notre monde un miroir dans lequel se reflètent ses hantises les plus contemporaines : l’irruption de l’inconnu, la peur de l’autre, la défiance envers le gouvernement, la force rampante des discours religieux et extrémistes… Rappelant autant Le Fléau que The Leftovers, Les Somnambules est un portrait humain mais sans concession d’une société au bord de l’extinction.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Sonatine pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Pennsylvanie. Inquiète de ne pas trouver sa sœur Nessie, Shana part à sa recherche. Elle la retrouve quelques pas plus loin de leur maison, où elles y habitent auprès de leur père, leur mère les ayant abandonnés. Shana a beau appeler sa sœur, cette dernière ne réagit pas et continue son chemin. Elle semble dans un état étrange, ne parlant pas et n’écoutant rien autour d’elle. Elle a pour seul but de continuer sa route. Bientôt, elle sera rejointe par d’autres personnes dans le même état. Que s’est-il donc passé ?

Quel livre. Il m’est impossible de vous faire un résumé succinct de ce grand roman. Ce n’est que le postulat de départ que je vous ai commenté ici, puisque ce roman ne se résumera pas à ce phénomène étrange qui assaillit certains personnages. Ici, énormément de thématiques seront abordées tout au fil des pages.

À l’aide d’une galerie de personnages tous plus différents les uns que les autres, l’auteur va déployer une intrigue audacieuse et ambitieuse. Plusieurs thématiques vont être mises en exergue. Si au début, je dois avouer avoir été effrayée par le nombre conséquent de pages, je dois dire que l’auteur a un vrai talent pour maintenir l’attention de son lecteur.

Tout au fil des pages, l’auteur sait renouveler son suspense et le postulat de départ n’est qu’un petit pan, une sorte de fil rouge, d’une intrigue qui prend de plus en plus d’ampleur au fur et à mesure que les pages défilent.

La plume de l’auteur est accessible. Malgré quelques explications qui peuvent parfois paraître un peu techniques, le style est clair. Ce roman est un véritable page-turner qui réserve des surprises et beaucoup de rebondissements.

Un roman audacieux et ambitieux, dans lequel l’auteur sait se renouveler plus d’une fois afin de maintenir l’intérêt de son lecteur. Une très bonne lecture. À découvrir.

Ma note : 17/20

Thriller

Murder game

Murder game de Rachel Abbott

  • Auteur : Rachel Abbott
  • Titre : Murder game
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Belfond
  • Nombre de pages : 400
  • Parution : 25 mars 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Après Ce qui ne tue pas, la reine du suspense à l’anglaise déploie l’éventail de son talent dans un roman à énigmes digne d’Agatha Christie. Angleterre, de nos jours. La première fois que Jemma s’est rendue dans le manoir de Polskirrin, c’était en compagnie de Matt, son époux, pour célébrer le mariage du richissime Lucas JarrettJamais Jemma n’oubliera la vue saisissante de cette demeure dominant la mer, perchée sur un éperon de Cornouailles.
Jamais, non plus, n’oubliera-t-elle la vue du corps d’Alex, la sour tant aimée du marié, flottant sans vie le jour des noces, sur cette plage de galets… Un an après, Jemma et Matt sont de retour à Polskirrin, à la demande expresse de Lucas. Pourquoi ce dernier tient-il tant à célébrer le premier anniversaire de ses noces funestes ? La question est sur les lèvres de tous les invités. Car ce que Lucas a en tête n’a rien d’une gentille réunion entre amis.
Non, c’est à une fête macabre qu’il les a tous conviés, un murder game visant à faire rejouer à chacun son rôle de l’an passé et révéler ainsi la vérité sur la mort d’Alex. Mêmes personnes, mêmes tenues, même repas, mêmes discussions, la nuit qui a vu mourir la jeune femme se répète dans une mise en scène terrifiante. Jemma sait bien qu’elle n’est pas coupable. Mais qu’en est-il de Matt ? Détient-elle réellement toutes les cartes de ce jeu mortel, dont nul ne semble connaître l’issue ?

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Belfond pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Polskirrin, un manoir dans les Cornouailles. L’ambiance est à la fête, et pour cause, Lucas est sur le point de célébrer son mariage avec Nina. Pour l’occasion, il a invité ses plus proches amis, Nick et sa sœur Isabel, Andrew et sa compagne Chandra, Matt et sa femme Jemma. Alex, la sœur du marié est également présente. Lorsque le corps d’Alex est retrouvé, la jeune fille s’étant noyée, c’est le choc. Un an plus tard, Lucas décide de tous les réunir à nouveau pour se livrer à un jeu étrange. Il veut leur faire revivre la même journée d’il y a un an à ses invités, afin de découvrir qui aurait pu vouloir du mal à Alex, puisqu’il en est convaincu, sa sœur a été assassinée, et il veut découvrir le coupable.

J’ai passé un très bon moment de lecture avec ce thriller de facture classique, qui ne révolutionnera pas le genre, mais qui pourtant réserve bien des surprises à son lecteur. J’aime beaucoup les huis-clos, et ici je me suis retrouvée plongée dans une ambiance pesante, où chaque personnage a bien des choses à cacher, et où j’ai soupçonné presque tout le monde.

Le récit est davantage vu sous la perspective de Jemma et j’ai beaucoup apprécié cela. Il s’agit d’un personnage attachant et elle se retrouve finalement perdue dans les relations qu’entretiennent les autres personnages entre eux, puisque finalement, elle ne connaît que très mal Lucas et ses amis. Elle rencontre ce jeune homme grâce à son mari, et très vite elle va s’apercevoir de l’immense influence qu’il va exercer sur chacun d’eux.

Je me suis posée une multitude de questions et j’ai suivi avec intérêt le déroulé de l’enquête. Le dénouement m’a totalement surprise, je ne m’y attendais pas du tout. Au fil des pages, les secrets des personnages se dévoilent avec parcimonie. Cela permet de se faire une idée de leur passé et des liens qui les unit. Malgré tout, j’étais très loin d’imaginer une telle fin. L’auteur m’aura totalement baladée.

J’ai également beaucoup apprécié l’enquêtrice Stéphanie, ainsi que son collègue et compagnon Gus. J’ai aimé voir leur relation évoluer. Bien qu’il s’agisse du second tome des enquêtes de Stéphanie , soyez rassurés, les tomes peuvent bien évidemment se lire indépendamment.

La plume de l’auteure est addictive. J’ai trouvé judicieux le choix de la narration à la première personne, sous le point de vue de Jemma, dans certains chapitres. Cela permet de mieux appréhender les pensées de la jeune femme. Les chapitres sont très courts, et cela rythme l’histoire.

Un très bon huis-clos, où la psychologie des personnages est approfondie, et où tout le monde est suspect. Cela a été un très bon moment de lecture. À découvrir.

Ma note : 17/20

Contemporain

Défriche coupe brûle

Défriche coupe brûle de Claudia Hernández

  • Auteur : Claudia Hernández
  • Titre : Défriche coupe brûle
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Métailié
  • Nombre de pages : 304
  • Parution : 4 mars 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Trois générations de femmes, une guérilla populaire, des forêts reculées. Elle a survécu à la guerre, abandonné les armes, mais conservé le vertige, maintenant que sa lutte est de protéger ses filles dans une après-guerre où la paix, la justice et la dignité sont plus que relatives.

Pas de noms propres, on est la mère ou la fille, de la première à la cinquième, ou la mère de la mère, ou la tante, ou celle qui… À travers ces femmes sans nom, avec une écriture brute, précise et élégante, c’est le point de vue de celles qu’on entend rarement, femmes du peuple qui se sont retrouvées propulsées dans l’Histoire et doivent ensuite retrouver la vie «?normale?» : le patriarcat, le harcèlement, le ménage. Des destins précis, une portée universelle.

Si le monde était bien fait, c’est à ce premier roman puissant que ressemblerait le meilleur de la littérature féminine : l’histoire des femmes, depuis toujours gardiennes et garantes de la famille, de la transmission, depuis toujours flouées et reléguées dans l’obscurité de leurs cuisines, même quand elles ont pris part aux durs combats des hommes.

Défricher, couper, brûler : une manière de survivre quand tout est à reconstruire.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Métailié pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Des femmes sans nom mais avec une grande histoire. Tel est le point de départ de ce récit touchant. Après une guerre qui a ravagé le pays, le lecteur aura l’occasion de suivre le quotidien de ces battantes, celles qui ont lutté pour leurs familles, comme celles qui ont lutté pour leur partie. Des femmes en reconstruction et qui ne cesseront jamais de se battre.

C’est un très beau récit que j’ai découvert ici. Il est vrai que le système narratif m’a énormément surprise au départ, puisqu’ici il n’y a aucun prénom pour différencier les personnages féminins, aucun nom de ville mentionné, à part celui de Paris. Je dois dire que ce procédé m’a parfois déroutée mais que j’ai également trouvé que c’était cela qui octroyait la force nécessaire à ce récit.

Ici, c’est une histoire féminine et une véritable ode à la femme que nous propose l’auteure. J’ai été très touchée en suivant l’histoire de chacune d’elles. Si le personnage principal est l’une d’elles, le récit ne se focalisera pas uniquement sur ce personnage, mais également sur sa famille, composée de filles également.

On assiste à la reconstruction du personnage principal qui devra se battre pour ses filles. D’une part, on découvre comment la jeune femme doit survivre en pleine guerre. Ensuite, c’est la manière dont elle devra aller de l’avant une fois la guerre finie qui est abordée. C’est d’une grande intensité émotionnelle.

La plume de l’auteure est particulière. Avec des phrases longues, l’auteure déroule son intrigue. Pourtant, malgré cette longueur, j’ai trouvé que la lecture était vraiment fluide. Il est vrai qu’il faut rester très concentré afin de pas perdre le fil, de par le manque de prénoms. Le style est percutant. Avec des mots simples, l’auteure sait maintenir l’attention du lecteur tout au fil des pages.

Un très belle histoire qui est une véritable ode aux femmes, servi par une narration particulière et originale. C’est une très belle découverte.

Ma note : 16/20

Jeunesse

Scarlett et Novak

Scarlett et Novak d’Alain Damasio

  • Auteur : Alain Damasio
  • Titre : Scarlett et Novak
  • Genre : Jeunesse
  • Éditions : Rageot
  • Nombre de pages : 64
  • Parution : 3 mars 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Novak court. Il est poursuivi et fuit pour sauver sa peau. Heureusement, il a Scarlett avec lui. Scarlett, l’intelligence artificielle de son brightphone. Celle qui connaît toute sa vie, tous ses secrets, qui le guide dans la ville, collecte chaque donnée, chaque information qui le concerne. Celle qui répond autant à ses demandes qu’aux battements de son cœur. Scarlett seule peut le mettre en sécurité. A moins que… Et si c’était elle, précisément, que pourchassaient ses deux assaillants ?

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Rageot pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Novak court. Et pour cause, il est poursuivi par deux voyous, qui vont finir par lui voler son portable. Novak se sent alors perdu. En effet, sans son assistante virtuelle Scarlett, il ne sait plus ni se diriger dans sa ville, ni rien faire. Tout était enregistré dans son téléphone. Il doit réapprendre à se débrouiller seul.

Alain Damasio propose ici une nouvelle percutante, et bien que ce soit un format très court, l’auteur a réussi à accrocher mon attention. Avec ce genre littéraire, il faut être capable de trouver un bon postulat de départ et je dois dire qu’ici, cela a été le cas.

En partant de la thématique des nouvelles technologies, l’auteur nous incite à nous interroger et à réfléchir. Il est vrai que l’intrigue se déroule peut-être un peu trop rapidement, de par le format court proposé. Pourtant, j’ai trouvé que tous les ingrédients pour en faire un très bon récit étaient présents.

La plume de l’auteur est incisive et va droit à l’essentiel. Les chapitres sont très courts et cette histoire se lit d’une traite.

Une nouvelle qui prête à réfléchir, à nous interroger. Bien que le format soit très court, j’ai trouvé que l’auteur réussissait à aller à l’essentiel. À découvrir.

Ma note : 17/20

Thriller

Gamine Guerrière Sauvage

Gamine Guerrière Sauvage d’Éric Cherrière

  • Auteur : Éric Cherrière
  • Titre : Gamine Guerrière Sauvage
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Plon
  • Nombre de pages : 320
  • Parution : 18 mars 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Le bras de fer qu’une jeune fille entame avec le monde.
« La vie, c’est comme la guerre, ma petite Maud, les seuls vainqueurs sont ceux qui survivent. N’oublie pas : il n’y a ni bonnes ni mauvaises armes. Au bout du compte, une seule chose importe. Rendre les coups. »

Maud, 15 ans, n’oublie rien de ce que lui dit son grandpère. Elle préfère Albert Einstein à Rihanna, elle use de son ordinateur comme d’une arme mais uniquement de la main gauche, la droite est tranchée à hauteur du poignet. Aux côtés de son frère tant aimé, elle grandit entre un père ex-champion d’athlétisme et une mère exchampionne de bodybuilding. Avec le grand-père, les cinq sont comme les doigts de la main qui manque à Maud.
À la suite d’un délit mineur commis par l’un d’eux, la famille est plongée dans la précarité. Maud sera prête à tout pour les sortir de la misère. Rien ne l’arrêtera et son implacable détermination les conduira au-delà des frontières…
D’une petite ville française jusqu’aux étendues glacées de l’Antarctique, en passant par la Cour pénale internationale de La Haye et un mystérieux think tank norvégien, Gamine Guerrière Sauvage est le portrait d’une enfant du siècle. Le bras de fer qu’une jeune fille entame avec le monde.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Plon et l’auteur pour leur confiance.

Maud a quinze ans. Elle vit avec son grand frère Alban et leurs parents. Suite à un événement qui va bouleverser l’équilibre familial, Maud va prendre en main le quotidien de toute la maison. Elle va devenir une véritable battante afin d’aider les siens à sortir de la précarité. Malgré sa main manquante et son jeune âge, Maud va s’avérer être une véritable guerrière.

Autant le dire tout de suite, ce roman s’est avéré être un véritable coup de cœur. En plongeant dans les premières pages, je ne m’attendais pas à découvrir un récit de cette envergure. L’auteur a su me captiver du début à la fin, et je suis passée par une multitudes d’émotions.

Tout le roman est porté par Maud, et par son obstination afin de protéger les siens et de les aider. La jeune fille va perdre pied à plus d’une reprise et aller trop loin. Ce personnage féminin est sans aucun doute la force de ce récit. Il y a une réelle dualité qui se crée entre l’adolescente touchante et prête à tout pour protéger sa famille, et celle au contraire excessive dans ses actions et qui n’hésite pas à commettre des actes répréhensibles. La personnalité de Maud est très travaillée, et le personnage n’est jamais manichéen.

L’auteur va mettre en avant la famille et l’entraide qui règne au sein de ce cercle afin de survivre et de s’en sortir. C’est Maud qui va s’avérer être l’équilibre et la force des siens. L’auteur nous emmène de périples en aventures aux côtés de la jeune adolescente et c’est digne de l’un des meilleurs scénarios de films.

Il est impossible de ne pas s’attacher à cette famille atypique composée d’un père ex-champion d’athlétisme et d’une mère ex-championne de bodybulding. Par la suite, le grand-père va se retrouver impliqué au plus près de sa famille, et il sera sans aucun doute la source d’inspiration de Maud. Cette famille est soudée jusqu’au bout, et j’ai trouvé cela très touchant.

La plume de l’auteur est très cinématographique. J’ai eu la sensation de lire un scénario de film et c’est réellement agréable de se retrouver face à un texte de cette qualité. Les petits chapitres appellent toujours à la lecture des suivants et il m’a été très difficile de stopper ma lecture.

Un roman servi par une jeune héroïne intrépide et qui porte presque à elle seule sa famille dans une intrigue riche en aventures et en rebondissements. C’est une réussite totale et je vous recommande ce roman sans hésiter.

Ma note : 19/20

Thriller

Les sœurs Van Apfel ont disparu

Les sœurs Van Apfel ont disparu de Felicity McLean

  • Auteur : Felicity McLean
  • Titre : Les sœurs Van Apfel ont disparu
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Presses de la Cité
  • Nombre de pages : 288
  • Parution : 28 mai 2020
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Été 1992, dans une lointaine banlieue de Sydney, en lisière du bush. Un été caniculaire durant lequel une puanteur infecte se dégage du lit de la rivière. Un été que Tikka, onze ans et deux mois, n’a jamais oublié : celui où les soeurs Van Apfel ont disparu.

Les trois filles du pasteur — Hannah, l’aînée, Cordelia, la fantasque, somnambule à ses heures, et la petite Ruth avec son bec-de-lièvre — profitent de l’entracte du spectacle de l’école pour se faire la belle et s’évanouir dans la nature. Le corps de la plus jeune sera retrouvé coincé entre deux rochers…

Vingt ans plus tard, Tikka retourne chez ses parents pour prendre soin de sa grande soeur, malade. Un séjour qui sera l’occasion d’affronter avec elle les fantômes qui les hantent. Leurs amies se sont-elles enfuies pour échapper au joug de leur père ou ont-elles été victimes d’un prédateur ? Y a-t-il la moindre chance pour qu’Hannah et Cordelia soient aujourd’hui toujours en vie ?

Entre désir de liberté et rêves étouffés, un texte qui capture avec justesse, humour et intensité l’essence même de l’adolescence. Et s’il y est question du spleen des soeurs Van Apfel, ce roman résonne aussi des rires de ses héroïnes et se dévore comme un page-turner.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Presses de la Cité pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Hannah, Cordelia et Ruth sont les sœurs Van Apfel. Un jour, les trois filles disparaissent. Leurs deux amies, Laura et Tikka, sont bouleversées. Quelques années plus tard, Tikka revient sur les lieux de son enfance. Elle va ainsi retracer le parcours des sœurs Van Apfel afin d’en savoir plus sur leur disparition.

Je ressors conquise par ce roman profond, dans lequel tout est amené finement. Pourtant, je dois bien avouer qu’au début, j’ai eu quelque peu de mal à rentrer dans l’histoire. Une fois que cela a été chose faite, je me suis intéressée de plus en plus à cette histoire.

Il faut dire que la force de roman réside avant tout dans ses personnages, qui sont remarquablement esquissés et d’une grande profondeur. Toute l’intrigue va tourner autour d’eux et l’auteure va prendre le temps de camper son décor et les liens qui les unissent.

Ce n’est pas la disparition des filles et le mystère qui englobe cet événement qui primera dans ce récit. C’est plutôt l’atmosphère pesante qui sera au premier plan. La tension montera peu à peu et il devient très difficile d’arrêter sa lecture.

J’ai beaucoup apprécié les descriptions des paysages qui rendent à la perfection cette ambiance pesante. L’auteure a un vrai talent pour retenir l’attention de son lecteur.

La plume est réaliste et très fluide. J’ai beaucoup aimé le schéma narratif, alternant les passages au présent et ceux au passé. J’ai trouvé cela très judicieux, apportant ainsi une grande perspective au récit. Les chapitres sont de taille moyenne.

Un très bon roman qui prend le temps de dérouler une intrigue au suspense très présent. Je ressors conquise de cette lecture. À découvrir sans hésiter.

Ma note : 17/20

Contemporain

Âme stram gram

Âme stram gram de Christiane Legris-Desportes

  • Auteur : Christiane Legris-Desportes
  • Titre : Âme stram gram
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : L’Avallon
  • Nombre de pages : 142
  • Parution : 11 février 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

« C’est de ta faute si Marie est morte.
Et tu serais en train de crever d’une même hémorragie interne ?
Cette analogie entre ton mal et celui qui a causé sa mort m’apparaît lourde de sens, un peu comme si la vie se chargeait d’une certaine justice. À moins qu’hémorragie interne n’ait été pudiquement employé par tes filles pour masquer la cause réelle de ton agonie : l’alcool.
En fait, l’idée d’un rapprochement, d’une similitude entre Marie et toi, m’est insupportable.
Il ne peut et ne doit plus jamais rien y avoir de commun entre vous, même dans ta mort.
Je te déteste. »

François n’a jamais pu oublier Marie, son amour de jeunesse, décédée dans des circonstances dramatiques. Depuis, il a rompu avec sa famille, et surtout avec sa sœur, qu’il tient en partie pour responsable de la mort de la jeune fille. Mais que s’est-il réellement passé ? Et comment vivre quand la vérité se fait jour, balayant douloureusement les certitudes passées ?

Roman bouleversant sur la violence des secrets de familles, Âme Stram Gram traite avec délicatesse et originalité de thèmes universels comme la rancœur, la culpabilité, l’amour et l’oubli.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier les Éditions de l’Avallon pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

François déteste sa sœur. Et pour cause, il la tient pour responsable de la mort de Marie, la femme de sa vie. Pourtant, il va bientôt s’apercevoir que la vérité n’était pas celle qu’il tenait pour acquise depuis si longtemps. En effet, il va comprendre sa méprise, et dès lors, ce sera un chemin sinueux que devra entreprendre le jeune homme afin de se reconstruire.

Je ressors bouleversée par ce roman court mais d’une grande intensité émotionnelle. Mais surtout, quelle originalité de la part de l’auteure dans la manière de présenter son schéma narratif. J’ai trouvé cela très réussi.

Sous forme d’échanges téléphoniques, de lettres, mais sans jamais faire appel aux dialogues, l’histoire de François prend forme peu à peu. Chaque chapitre est en quelque sorte composé d’un monologue de l’un des personnages, le mettant en scène au téléphone ou face à un interlocuteur dont on ne connaîtra pas les réponses.

Si cette façon de faire peut paraître risquée, je dois dire que l’auteure a parfaitement réussi son pari. Cela donne une grande perspective au récit, contrairement à ce que l’on pourrait croire. Même s’il n’y a pas de réponses, les protagonistes ne s’en livrent pas moins au lecteur.

L’histoire de François est bouleversante de par les épreuves qu’il a dû traverser. C’est un long parcours de résilience et de reconstruction qui va commencer pour lui. Sur son chemin, pour l’aider, il fera de belles rencontres. Beaucoup d’émotions passent au travers de ce récit. J’ai apprécié de suivre comment François, peu à peu, réussit à reprendre son quotidien en main.

La plume de l’auteure est sensible et émotionnelle. Christiane réussit à faire passer ce qu’elle veut nous dire avec des mots simples mais percutants. J’ai trouvé l’épilogue particulièrement original et réussi.

Un court roman abordant des thématiques telles que la résilience et la reconstruction après un drame. L’auteure place ses mots avec justesse et délicatesse et sous forme d’un schéma narratif très original, fait passer son lecteur par une multitude d’émotions. À découvrir.

Ma note : 18/20

Jeunesse

Quatre sœurs à Tokyo

Quatre sœurs à Tokyo de Sophie Rigal-Goulard

  • Auteur : Sophie Rigal-Goulard
  • Titre : Quatre sœurs à Tokyo
  • Genre : Jeunesse
  • Éditions : Rageot
  • Nombre de pages : 200
  • Parution : 10 février 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Ébahies et ravies, les Quatre sœurs atterrissent à Tokyo, la métropole la plus fascinante d’Asie ! Elles qui adorent les mangas, les peluches kawaï et le hanami – la fête des Cerisiers en fleurs -, vivent un rêve ! Dans une école de danse traditionnelle, Laure rencontre Sakura, une jeune Franco-Japonaise, qui la guide. Grâce à elle, les quatre sœurs apprennent à saluer à la nippone, à manger du poisson au petit-déjeuner, à s’orienter dans le quartier très animé de Shibuya et à maîtriser l’art des idéogrammes. Sakura les invite chez elle afin qu’elles découvrent les manières de vivre des Japonais. Mais pourquoi le voisin de la jeune fille intrigue-t-il tant Laure ?

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Rageot pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Justine, la meilleure amie de Laure, lui manque énormément suite à son départ pour Tokyo. L’adolescente va alors convaincre ses sœurs Lou, Lisa et Luna, ainsi que leur grand-mère et une amie de ses amies, d’effectuer un voyage au Japon. C’est le début de nouvelles aventures pour les quatre sœurs.

Même si j’avais déjà découvert la plume de l’auteure, je n’avais pas encore lu un roman de cette série mettant en scène quatre sœurs, toutes plus attachantes les unes que les autres. Je ressors tout simplement conquise. J’ai passé un très bon moment de lecture, fait de rebondissements et d’émotions.

L’auteure offre à son lecteur un véritable dépaysement et une immersion totale dans le Japon. J’ai trouvé que les informations étaient très ludiques et surtout, accessibles à tous les publics. Avec simplicité, Sophie nous décrit les paysages. J’ai trouvé cela très réussi.

Les sœurs sont vraiment hautes en couleurs. L’entente entre elles est au beau fixe, et elles restent solidaires les unes avec les autres. Même si l’histoire semble davantage centrée sur Laure, les autres ne sont pas en reste et leurs péripéties nous sont contées.

La plume de l’auteure est d’une grande fraîcheur et très fluide. Le récit est narré à la première personne, sous le point de vue de Laure, et j’ai trouvé cela plutôt judicieux. Les petites illustrations qui parsèment le texte sont très réussies.

Un roman rafraîchissant, qui plaira à tous les publics et qui offre un véritable dépaysement. Les personnages sont attachants. À découvrir sans hésiter.

Ma note : 18/20

Policier

Une arête dans la gorge

Une arête dans la gorge de Christophe Royer

  • Auteur : Christophe Royer
  • Titre : Une arête dans la gorge
  • Genre : Policier
  • Éditions : Taurnada
  • Nombre de pages : 370
  • Parution : 11 mars 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Mutée depuis peu à la Criminelle de Lyon, le commandant Nathalie Lesage, mise à l’écart par sa supérieure, va devoir se battre pour trouver sa place…
Très vite, une série de meurtres atroces va la plonger dans les entrailles et les arcanes de la Ville des Lumières, lui réservant de bien sombres surprises…
Un thriller haletant où vont s’entrechoquer assassinats violents, sociétés secrètes, Histoire et sciences dans un Lyon ésotérique…

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier les Éditions Taurnada pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Lyon. Nathalie Lesage, qui est maintenant commandant au sein de la police, décide de s’installer dans cette ville, après avoir résolu une affaire importante à Paris. En effet, la jeune femme a besoin de changer d’air. Dès son arrivée, elle va être confrontée à plusieurs meurtres qui semblent tous être le fait du même assassin. Aux côtés de Cyrille, son coéquipier, c’est une enquête périlleuse qui va débuter pour elle, et qui va l’amener jusque dans les endroits les plus secrets de Lyon.

J’ai tout simplement passé un excellent moment de lecture avec ce polar que j’ai trouvé original et très immersif. En effet, l’auteur va proposer ici une véritable balade dans Lyon, et les descriptions de la ville sont rendues avec beaucoup de réalisme.

Je préfère ne pas vous dévoiler quelle direction va prendre l’intrigue, pour ne vraiment rien spoiler, mais j’ai trouvé que l’idée était très originale. Cependant, vers le milieu du roman, il semblerait que l’enquête est résolue, puisque le coupable est arrêté. À partir de ce moment, j’ai eu peur de tourner en rond, puisqu’il restait encore beaucoup de pages à découvrir. C’est sans compter sur l’ingéniosité de Christophe, qui a su se renouveler et offrir un pan inattendu à son intrigue.

En effet, cette deuxième moitié, bien qu’elle soit bien évidemment une continuation de la première, offre une nouvelle perspective de l’intrigue et il devient très difficile de lâcher sa lecture. Le récit prend des tournures intéressantes et le suspense est à son comble. À un moment donné, je dois avouer avoir soupçonné tout le monde, et pourtant, l’auteur a tout de même réussit à me surprendre.

La plume de l’auteur est percutante et addictive. Sous un style clair et précis, Christophe nous entraîne dans la ville de Lyon. Il a dû faire un travail de recherches énorme, qui se ressent à chaque page. Les chapitres sont de taille moyenne, et le rythme est soutenu.

Un excellent roman policier qui nous entraîne dans la ville de Lyon, avec de multiples rebondissements et une intrigue surprenante. Cela a été un excellent moment de lecture pour ma part. À découvrir sans hésiter.

Ma note : 18/20

Contemporain

Les femmes n’ont pas d’histoire

Les femmes n’ont pas d’histoire d’Amy Jo Burns

  • Auteur : Amy Jo Burns
  • Titre : Les femmes n’ont pas d’histoire
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Sonatine
  • Nombre de pages : 304
  • Parution : 18 février 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Dans cette région désolée des Appalaches que l’on appelle la Rust Belt, la vie ressemble à une damnation. C’est un pays d’hommes déchus où l’alcool de contrebande et la religion font la loi, où les femmes n’ont pas d’histoire. Élevée dans l’ombre de son père, un prêcheur charismatique, Wren, comme sa mère avant elle, semble suivre un destin tout tracé. Jusqu’au jour où un accident lui donne l’occasion de reprendre sa vie en main.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Sonatine pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Trap, dans les Appalaches. C’est dans une petite ferme reculée de cette localité que vivent Briar, un prêcheur, sa femme Ruby et leur fille Wren. Un peu plus loin, Ivy, la meilleure amie de Ruby, vit auprès de son mari et de leurs fils. Wren et sa mère sont totalement isolées du monde, de par la décision de Briar. Pour quelles raisons cet homme vit-il ainsi isolé auprès de sa famille ?

C’est un roman très puissant que j’ai découvert ici. Je ne m’attendais pas à un récit aussi fort, que ce soit au niveau des personnages comme au niveau de l’intrigue. Pourtant, le début m’a paru compliqué à aborder, l’auteure prenant vraiment le temps de camper le décor et d’esquisser ses personnages avec brio.

Ce roman met en avant des personnages forts. J’ai beaucoup apprécié le changement temporel que propose l’auteure vers le quart de son récit. Avec des retours en arrière, le passé des personnages prendra forme, et les secrets pourront s’éclaircir.

Ce récit, c’est avant tout une histoire de femmes. J’ai apprécié avoir des personnages féminins forts, qui doivent se battre pour s’émanciper. Les personnages de Ruby et Ivy sont bouleversants, et Wren n’est pas en reste.

La plume de l’auteure est très élégante. J’ai apprécié le style percutant, qui permet de créer un roman d’atmosphère. Les chapitres sont de taille moyenne et le roman est divisé en plusieurs parties, abordant chacune une époque dans le quotidien des personnages.

Un roman très profond, servi par une belle plume. Une histoire bouleversante. À découvrir sans hésiter.

Ma note : 17/20

Thriller

Le sang des Belasko

Le sang des Belasko de Chrystel Duchamp

  • Auteur : Chrystel Duchamp
  • Titre : Le sang des Belasko
  • Genre : Thriller
  • Éditions : L’Archipel
  • Nombre de pages : 240
  • Parution : 14 janvier 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

notezCinq frères et sœurs se réunissent dans la maison de leur enfance, la Casa Belasko, une imposante bâtisse isolée au cœur d’un domaine viticole au sud de de la France. 

Leur père, vigneron taiseux, vient de mourir. Il n’a laissé qu’une lettre à ses enfants, dans laquelle sont dévoilés nombre de secrets. 

Le plus terrible de tous, sans doute : leur mère ne se serait pas suicidée – comme l’avaient affirmé les médecins six mois plus tôt. Elle aurait été assassinée…

Au cours de cette nuit fatale, les esprits s’échauffent. Colères, rancunes et jalousies s’invitent à table. Mais le pire reste à venir. D’autant que la maison – coupée du monde – semble douée de sa propre volonté.

Quand, au petit matin, les portes de la Casa se rouvriront, un membre de la fratrie sera-t-il encore en vie pour expliquer la tragédie ?

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions L’Archipel pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Philippe, Mathieu, Garance, Solène et David. Ce sont les cinq membres de la fratrie Belasko. Suite au décès de leur père, ils se retrouvent tous à la Casa, la demeure où ils ont grandi auprès de leurs parents. Après la lecture d’une lettre laissée par leur père, c’est le choc. En effet, l’homme affirme que leur mère, décédée quelques mois plus tôt, a été assassinée. Dès lors, enfermés dans cette maison, les soupçons vont se porter sur chaque membre de la fratrie.

J’ai passé un très bon moment de lecture avec ce thriller qui est entièrement psychologique. Il ne faudra pas s’attendre à des rebondissements et de l’action. Ici, au contraire, l’auteure prend le temps d’instaurer une atmosphère pesante et réussit un excellent huis-clos, où j’ai soupçonné tout le monde.

Dès le départ, le lecteur sait qu’il s’est passé un drame pendant le séjour de la fratrie dans la maison. L’un d’entre eux s’en est sorti, mais il est impossible de savoir qui, puisque Chrystel maintient le suspense jusqu’au bout. C’est à partir de ce postulat de départ que l’intrigue prend forme et que l’on suit les événements qui ont mené les personnages à ce dénouement.

Le suspense monte peu à peu. Les personnages nous sont présentés au fur et à mesure, et très vite, je me suis rendue compte que l’harmonie était loin d’être au rendez-vous et que chaque membre avait des secrets à cacher. Tout passe dans les dialogues et dans les relations entre les frères et sœurs. Tout au long de ma lecture, j’ai découvert tous les reproches et les non-dits qui assaillent cette famille.

La plume de l’auteure est très fluide. Avec un style addictif, Chrystel manie les codes du thriller psychologique. Elle mise tout sur les personnages. J’ai apprécié le schéma narratif, dans lequel chaque chapitre est consacré à l’un des personnages.

Un thriller psychologique où l’auteure réussit à maintenir le suspense au travers d’un huis-clos pesant. À découvrir sans hésiter.

Ma note : 17/20