Thriller

Champ de tir

Champ de tir de Linwood Barclay

  • Auteur : Linwood Barclay
  • Titre : Champ de tir
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Belfond
  • Nombre de pages : 480
  • Parution : 19 mars 2020
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Quand des citoyens justiciers sèment la terreur dans une petite bourgade américaine… Meurtres, complots et coups tordus : à Promise Falls, on ne badine pas avec le crime !

D’habitude si paisible, la petite ville de Promise Falls est en ébullition. C’est d’abord un type ahuri qui débarque dans le bureau de l’inspecteur Duckworth en prétendant avoir été kidnappé et passé à tabac. Sur son dos, un tatouage l’accuse d’être un meurtrier.

Et puis il y a l’affaire Jeremy Pilford. Ce gosse de riche arrogant, soupçonné d’avoir écrasé une jeune fille, vient d’engager le privé Cal Weaver pour assurer sa sécurité. Acquitté au tribunal pour irresponsabilité, l’adolescent se retrouve lynché dans les médias et harcelé par une meute d’anonymes. 

Qui sont ces bons redresseurs de torts, ces social justice warriors rassemblés sur les réseaux sociaux, déterminés à faire payer les supposés criminels ? Quelles sont leurs intentions ? Et sont-ils toujours bien informés ? 

Alors que la ville ressemble à un champ de tir, Duckworth et Weaver ne seront pas trop de deux pour lutter contre cette chasse aux sorcières des temps modernes…

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Belfond pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Promise Falls. Un jeune homme va porter plainte auprès de l’inspecteur Duckworth. En effet, il affirme avoir été enlevé et torturé. Lorsque Duckworth découvre un tatouage qui l’accuse de meurtre sur l’homme, il va se décider de prendre l’affaire en main. De son côté, le détective privé Weaver est engagé pour assurer la sécurité de Jeremy, un jeune étudiant accusé d’avoir renversé une jeune fille. Il est pourtant acquitté et tout le monde va s’en prendre à lui, notamment sur les réseaux sociaux.

Pour ma part, lorsque j’ouvre un roman de Linwood Barclay, je suis certaine de passer un excellent moment de lecture. Cet opus n’a pas dérogé à la règle. Je ressors essoufflée de ce thriller qui m’aura fait échafauder des hypothèses toutes plus farfelues les unes que les autres, afin de trouver une solution plausible à l’énigme proposée par l’auteur. Inutile de vous dire que je n’ai jamais réussi à démêler les fils d’une intrigue rondement menée.

Si presque dès le départ, j’ai supposé que les deux affaires étaient liées, Linwood à cette capacité de sortir des sentiers battus et de proposer à son lecteur une grande originalité. L’histoire est emplie de rebondissements, c’est très difficile de lâcher le roman. D’autant plus que tout au fil des pages, l’auteur nous sert des retournements de situation qui ne donnent pas envie d’arrêter notre lecture.

C’est un réel plaisir de retrouver l’inspecteur Duckworth qui apparaît dans les autres tomes de la série relative à la petite ville de Promise Falls. Le fait de suivre en alternance son enquête et celle du détective Weaver est un vrai plus pour l’histoire. Même si l’on comprend rapidement que ces deux affaires vont se recouper, on a la sensation d’avoir une double enquête à élucider.

La plume de l’auteur est percutante et sans détour. Avec un style fluide et simple, et à l’aide de petits chapitres, Linwood réussit à octroyer un rythme trépidant à son récit. Les descriptions sont très visuelles et le style est presque cinématographique.

Un nouveau tome avec lequel l’auteur signe encore une fois une réussite. L’intrigue maintient son suspense jusqu’au dénouement et le rythme effréné rend très difficile de lâcher ce roman. À découvrir.

Ma note : 17/20

Thriller

Un assassin parmi nous

Un assassin parmi nous de Shari Lapena

  • Auteur : Shari Lapena
  • Titre : Un assassin parmi nous
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Presses de la Cité
  • Nombre de pages : 320
  • Parution : 28 mai 2020
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Un hôtel de charme perdu en pleine forêt. Quelques couples d’amoureux et voyageurs solitaires, venus pour oublier la frénésie citadine, sont coupés du monde par la tempête de neige qui fait rage. Leur week-end de détente tourne au huis clos meurtrier quand Dana, jeune femme en pleine escapade romantique avec son fiancé, est retrouvée morte. Lorsque, quelques heures plus tard, un autre cadavre est découvert, le doute n’est plus permis : un assassin sévit… et c’est l’un d’entre eux.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Presses de la Cité pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Gwen et Riley sont deux amies de longue date. Lauren et Ian sont un couple qui s’entendent bien. David est un avocat renommé. Beverly et Henry sont un couple à la dérive. Dana et Matthew sont un couple sur le point de se marier. Candice est une écrivaine en quête d’idées pour l’écriture de son prochain roman. Toutes ces personnes ont en commun un week-end qu’ils vont passer dans un hôtel perdu dans la forêt. Leur séjour va être bouleversé lorsque l’un des clients apparaît visiblement assassiné. Le doute n’est plus permis lorsqu’un deuxième client est retrouvé lui aussi assassiné. Un tueur rôde, et cela ne peut être que l’un d’eux.

Au travers d’un postulat de départ qui n’est pas sans rappeler les intrigues d’Agatha Christie, l’auteure déroule un récit sans faille et totalement addictif. J’ai été prise dès le départ dans les pages de ce thriller et j’ai eu énormément de mal à lâcher ma lecture.

C’est un huis-clos oppressant et maîtrisé que nous propose ici Shari Lapena, et il faut dire qu’elle réussit avec brio à instiller le doute, à faire monter l’angoisse et à confondre son lecteur. Je dois avouer avoir soupçonné absolument tout le monde, mais en arrivant au dénouement, je me suis aperçue que j’avais trop vite écarté certains coupables potentiels. L’auteure a donc réussi à maintenir son suspense jusqu’au bout et à me surprendre totalement.

Shari va intégrer tous les ingrédients qui permettront au lecteur de s’immerger dans cette ambiance anxiogène. Elle rend à la perfection cette atmosphère oppressante dans laquelle évoluent les personnages. En plein milieu d’une tempête de gel, dans un hôtel totalement perdu, et entourés de personnes méconnues, je n’ai pu que craindre pour les personnages et ressentir leur peur.

Les personnages sont bien esquissés et se dévoilent avec parcimonie. Bientôt, je me suis aperçue que chacun d’entre eux avait un secret ou quelque chose à cacher en ce qui concerne leur passé, ce qui rajoute une tension supplémentaire.

La plume de l’auteure est dynamique et fluide. Sous forme de petits chapitres, l’histoire est bien rythmée, même si elle se dévoile par petites touches. Shari prend son temps pour poser son décor et présenter ses personnages. Il faudra bien se concentrer au début afin de ne pas perdre le fil au milieu des nombreux caractères que le lecteur va rencontrer. L’auteure sait doser son suspense de manière à inciter à lire afin de découvrir le fin mot de l’histoire. Finalement, l’auteure nous offre deux rebondissements finaux totalement inattendus.

Un huis-clos oppressant et angoissant au possible, où le lecteur soupçonnera tous les personnages. L’auteure nous offre deux rebondissement finaux que je n’avais pas vu venir et c’est une excellente lecture que je ne peux que vous recommander.

Ma note : 18/20

Thriller

Urbex Sed Lex

Urbex Sed Lex de Christian Guillerme

  • Auteur : Christian Guillerme
  • Titre : Urbex Sed Lex
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Taurnada
  • Nombre de pages : 248
  • Parution : 18 juin 2020
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Contre une belle somme d’argent, quatre jeunes passionnés d’urbex sont mis au défi de passer une nuit dans un sanatorium désaffecté.
Ils vont relever le challenge, mais, une fois sur place, ils vont se rendre compte qu’ils ne sont pas seuls dans cet immense endroit abandonné…
Et très vite comprendre qu’ils n’auraient jamais dû accepter cette proposition.
JAMAIS !

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier les Éditions Taurnada pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Carine et Fabrice, Chloé et Théo. Deux couples. Quatre urbexers. Cette activité qui consiste à visiter et explorer des lieux construits et abandonnés par l’homme est une véritable passion pour ces quatre jeunes. Aussi, lorsqu’ils reçoivent le message d’un inconnu les défiant de passer une nuit dans un sanatorium désaffecté contre une belle somme d’argent, ils ne vont pas hésiter une seconde. Le cauchemar va alors débuter.

Je ressors essoufflée de ce thriller qui ne laissera aucun répit au lecteur. Je ne vais bien évidemment pas vous dire pourquoi ces quatre jeunes n’auraient jamais dû se rendre dans ce sanatorium, afin de ne surtout pas vous dévoiler un pan important de l’intrigue. Je peux simplement vous divulguer que les quatre protagonistes tâcheront à tout prix de ressortir de ce local, et ce au plus vite, puisque leur vie en dépendra.

Dès que j’ai lu le résumé de ce roman, j’ai su que cela allait être effroyable. Mais j’étais loin d’imaginer cette intrigue qui prend littéralement aux tripes. J’ai tourné les pages en frissonnant et avec angoisse. Il faut dire qu’il est très difficile de ne pas s’attacher aux quatre jeunes de cette histoire, en particulier à Chloé et Théo, que j’ai trouvés attendrissants au possible. L’auteur va malmener son lecteur tout au fil des pages.

Avec une écriture très visuelle, je n’arrêtais pas de me dire que cela ferait un très bon scénario de film. Cependant, j’aurais un petit bémol à émettre. En effet, il m’a semblé que l’histoire prenait peut-être trop longtemps à se mettre en place. Christian nous décrit avec une multitude de détails les lieux. C’est une bonne chose, même si parfois je n’arrivais pas à me projeter totalement dans l’environnement dans lequel évoluen les protagonistes. J’ai eu tendance à moi aussi me perdre dans les dédales de ce bâtiment et à ne pas forcément réussir à visualiser les descriptions. C’est vraiment le seul bémol que je peux relever d’une histoire qui m’a tenue en haleine.

La plume de l’auteur est très fluide et entraînante. Par contre, comme je l’ai dit, Christian prend le temps de nous décrire les détails avec plus de précisions possibles. Personnellement, un peu moins de détails et plus d’action auraient été bienvenus, même si pour le coup, j’avoue, c’est remarquablement écrit. Les petits chapitres ont rythmé la lecture.

Un thriller effrayant qui promet des frissons et qui aura su me tenir en haleine tout au fil des pages. Malgré un petit bémol pour ma part, cela reste une excellente lecture que je ne peux que vous conseiller.

Ma note : 17/20

Thriller

La nuit d’avant

La nuit d’avant de Wendy Walker

  • Auteur : Wendy Walker
  • Titre : La nuit d’avant
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Sonatine
  • Nombre de pages : 352
  • Parution : 18 juin 2020
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Après une rupture difficile, Laura décide de tourner la page en se créant un profil sur un site de rencontres. Un premier rendez-vous est pris. L’homme s’appelle Jonathan Fields, il a 40 ans, il vient de divorcer. Pour le rencontrer, Laura part avec le mini van de sa sœur, Rosie, et l’une de ses robes. Elle sera, promet-elle, de retour le soir même. Le lendemain matin, elle n’est toujours pas rentrée. Que s’est-il passé cette nuit-là ?

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Sonatine pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Laura quitte tout subitement pour retourner vivre à Branston chez sa sœur Rosie, son beau-frère Joe et son neveu Mason. Suite à une rupture amoureuse douloureuse, elle décide de repartir de New-York, où elle avait une situation laborale confortable. Elle va donc s’inscrire sur un site de rencontres et décrocher un premier rendez-vous. Pourtant, Laura ne rentrera pas comme elle l’avait promis à sa sœur. Que s’est-il passé ?

Wendy Walker refait appel à des thématiques qui lui sont chères dans ce nouvel opus. En effet, la notion de mémoire et de souvenirs sera très présente au fil des pages. Je dois dire que l’intrigue est tissée de manière ingénieuse et qu’avec peu de personnages et de rebondissements en cours de route, l’auteure a tout de même su me tenir en haleine tout au long de ma lecture.

Il ne faut pas lire ce roman comme un thriller qui suit les codes du genre, puisque Wendy a plutôt tendance à les casser, justement. Ici, aucune frénésie dans l’intrigue, bien au contraire. L’auteure dévoile par petites touches les pans de son récit et les mystères sont dévoilés avec beaucoup de parcimonie. Si l’on peut croire que l’on va tourner en rond, il ne faut pourtant surtout pas se décourager. Le dénouement est ingénieux et totalement inattendu.

Wendy prend le temps de travailler la psychologie des personnages, en particulier celui de Laura. Je l’ai trouvée très bien dépeinte et emplie de profondeur. L’auteure ne reste pas en surface et nous livre les personnages d’une manière authentique. Ce roman est vraiment un thriller psychologique et si vous appréciez ce genre littéraire, il vous faut découvrir cette auteure qui excelle dans ce domaine.

Les interactions entre les personnages sont intrigantes. Je me suis posée des questions tout au fil de ma lecture et l’auteure m’a totalement étonnée avec un dénouement auquel je ne m’y attendais absolument pas. Le seul petit bémol que je peux émettre, c’est la sensation d’une trop grande différence de rythme entre les trois quarts de l’intrigue et le tout dernier quart. En effet, on passe d’une espèce de langueur à une accélération brusque. J’aurais aimé avoir le même rythme tout au fil des pages. Malgré tout, cela m’a pas émaillé mon plaisir de lecture.

La plume de l’auteure est fine et profonde. J’ai été conquise par le schéma narratif. On passe de Rosie à Laura, et le tout est entrecoupé avec les comptes-rendus des séances de Laura chez son psychologue. Les passages de Laura sont écrits à la première personne et cela permet une immersion totale. À chaque début de chapitre, une indication spatio-temporelle est mentionnée, ce qui est appréciable afin de ne pas se perdre dans le récit.

Un roman psychologique très ingénieux, avec un dénouement totalement inattendu. L’auteure a su travailler ses personnages et créer un intrigue prenante. C’est une très bonne lecture que je recommande.

Ma note : 16/20

Thriller

La Catabase

La Catabase de Jack Jakoli

  • Auteur : Jack Jakoli
  • Titre : La Catabase
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Phenix Noir
  • Nombre de pages : 308
  • Parution : 15 décembre 2019
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Avant de commencer

Ce roman a été lu dans le cadre du Prix des Auteurs 2019, dans la catégorie littérature noire dont je fais partie du jury. Pour être tout à fait honnête, c’est un roman que je ne voulais absolument pas lire, pour cause d’une première scène qui m’a totalement rebutée. Très violente, abominable et abjecte, gore au possible, cela ne m’a pas donné envie d’en savoir plus sur cette histoire. Il faut savoir qu’au moment de la sélection, nous ne disposons que de la couverture, du synopsis et des dix premières pages. Elle m’avaient largement incité à ne pas voter pour ce roman. Malgré tout, le jury à semblé conquis et il a fait partie de la sélection finale. Et… heureusement, j’ai envie de dire, puisque finalement… et oui, j’ai moi aussi été totalement prise entre les lignes de cette intrigue et j’en ressors conquise. Comme quoi, il ne faut jamais rester sur une première mauvaise impression. Je vous raconte tout cela plus en détail.

Pour retrouver le Prix des Auteurs Inconnus 2019, c’est par ici :

– Sur leur site web : ici

– Sur Instagram : ici

– Sur Facebook : ici

– Sur Twitter : ici

Résumé

Elle émerge lentement, aveuglée par un projecteur.
Nue et enchaînée à une table métallique.
Près d’elle, un homme portant un masque de porc installe une caméra.
Il se retourne vers l’objectif et prononce quelques mots avant de saisir un marteau : « J’ai bien reçu vos paiements. Nous allons pouvoir commencer conformément à vos directives. »
Belgique, été 2006.
Un promeneur découvre un corps sauvagement mutilé.
Contraint d’intégrer la section criminelle d’un village tranquille, Matt entame sa première enquête.
Rien ne pouvait le préparer à ce qu’il va découvrir.
Tiré de faits réels, Jack Jakoli vous invite à prendre part à une terrible descente aux Enfers…

Mon avis

Karen, une jeune mère de famille, est retrouvée sauvagement assassinée, suite à des tortures abominables. D’emblée, les soupçons vont se porter sur Gabriel, puisque tout semble l’accuser. Mais si la vérité était bien plus compliquée et indicible ? Que s’est-il réellement passé ?

Le roman s’ouvre sur une scène insupportable et j’aime autant prévenir les âmes sensibles. C’est d’une rare violence et il aurait été appréciable d’avoir une petite mention pour public averti sur la couverture. L’auteur prend un grand risque avec cette ouverture de roman. Mais il faut également dire qu’une fois cette scène passée, le gore sera davantage suggéré et non si explicite, soyez rassurés.

L’auteur n’aura pas fait dans la dentelle et nous entraîne vraiment au cœur de l’horreur absolue. Si au début j’ai été réticente à cette lecture, je me suis finalement laissée entraîner par un déroulé sans faille dans l’action, et je voulais vraiment connaître le dénouement qui sera à l’image de tout le roman, noir et âpre.

Jack n’a pas forcément travaillé ses personnages pour leur donner tout le relief nécessaire, et s’il subsiste certains clichés, cela ne m’a pas vraiment dérangée de ne pas avoir une étude psychologique de tous les caractères. Finalement, il est clair que Jack a voulu nous montrer toute la noirceur possible et imaginable de certains êtres humains. C’est peut-être ce que je peux lui reprocher. Il n’y a aucun personnage pouvant humaniser cette intrigue, mais c’est un parti pris de l’auteur et je trouve qu’il a très bien réussi à faire passer ce qu’il voulait.

De page en page, l’auteur m’a attrapée peu à peu et j’ai eu énormément de mal à lâcher cette intrigue. J’ai été bouleversée à plusieurs reprises. Je me réitère dans le fait que c’est vraiment très noir.

La plume de l’auteur est entraînante. Certes, je dois reconnaître avoir croisé quelques soucis de syntaxe et même parfois des phrases qui n’avaient pas vraiment de sens. Cela ne m’a pas forcément dérangée, mais je pense que le roman gagnerait à régler ces quelques petits problèmes. En tout cas, et c’est indenaible, le récit est extrêmement bien rythmé. Sous forme de chapitres courts, chose à laquelle j’adhère totalement lors de la lecture de thrillers, les pages défilent. À chaque début de chapitre, l’auteur a bien indiqué l’espace spatio-temporel et c’est appréciable, puisque je ne me suis jamais perdue dans l’intrigue, malgré les personnages nombreux et le changement fréquent de décor.

Un roman noir où l’auteur maîtrise les codes du thriller, entraînant le lecteur dans l’horreur absolue. Les pages défilent et malgré quelques problèmes de syntaxe, c’est une réussite.

Ma note : 17/20

Thriller

Le jour où Kennedy n’est pas mort

Le jour où Kennedy n’est pas mort de R. J. Ellory

  • Auteur : R. J. Ellory
  • Titre : Le jour où Kennedy n’est pas pas mort
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Sonatine
  • Nombre de pages : 432
  • Parution : 4 juin 2020
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

La vérité est plus forte que tout.

C’est l’une des histoires les plus connues au monde – et l’une des plus obscures. Le 22 novembre 1963, le cortège présidentiel de John F. Kennedy traverse Dealey Plaza. Lui et son épouse Jackie saluent la foule, quand soudain…
Quand soudain, rien : le président ne mourra pas ce jour-là.
En revanche, peu après, Mitch Newman, photojournaliste installé à Washington, apprend une très mauvaise nouvelle. La mère de Jean, son ex-fiancée, lui annonce que celle-ci a mis fin à ses jours.
Le souvenir de cet amour chevillé au corps, Mitch tente de comprendre ce qui s’est passé. Il découvre alors que Jean enquêtait sur la famille Kennedy. Peu à peu, le photographe va s’avancer dans un monde aussi dangereux que sophistiqué : le cœur sombre de la politique américaine.

Sexe et manipulations, mensonges et assassinats… Dans cette histoire alternative où l’on retrouve le clan Kennedy au complet ainsi qu’un certain Lee Harvey Oswald, JFK semble avoir échappé à son destin. Pour combien de temps ?

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Sonatine pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Dallas, novembre 1963. Lee Oswald va rater sa cible, et Kennedy ne sera pas assassiné.

Washington, juillet 1964. Alors que pour Kennedy la course électorale afin de se faire réélire pour un deuxième mandat fait rage, Mitch, un jeune journaliste-photographe free-lance va apprendre une terrible nouvelle. Son ex-compagne Jean, celle-la même qu’il devait épouser il y a dix ans, est retrouvée morte. Elle se serait suicidée. Mitch, qui a bien du mal à y croire, va débuter une enquête qui le fera marcher sur les pas de Jean. Cette dernière était aussi journaliste et semblait s’intéresser de près à Kennedy. Que s’est-il réellement passé ?

Sous forme d’uchronie, qui n’est pas sans rappeler celle de Stephen King et son fameux « 22/11/63 », Ellory nous propose une véritable petite pépite sous fond d’intrigues politiques, de disparitions mystérieuses et de noirceur.

Je ressors essoufflée de ce thriller mené tambour battant. Je n’ai décelé aucune fausse note à un postulat de départ qui peut sembler avoir été revisité maintes fois. Pourtant, Ellory fait ressortir son récit de manière indéniable, puisqu’il en maîtrise tous les tenants et aboutissants et tous les codes de ce genre littéraire qu’est le roman noir.

J’y ai retrouvé une originalité époustouflante durant tout le récit. Bien évidemment, Ellory prendra des libertés, puisque pendant toute la fin de l’année 1963 et la moitié de l’année 1964, il va imaginer ce qu’aurait été le quotidien de Kennedy pendant sa présidence et comment se serait déroulée la campagne électorale. Ellory ne nous rend pas forcément la figure de Kennedy sous un jour très favorable, bien au contraire. Il la fait plutôt évoluer sous bien des travers, tels que trahisons et complots.

L’enquête de Mitch est des plus réussies. Elle m’a tenue en haleine tout au fil des pages, et j’ai été en immersion totale. Ellory s’est rénové avec ce récit, que j’ai trouvé être l’un de ses meilleurs opus, mais a gardé ce qui fait la force de ses romans, à savoir les personnages torturés. C’est le cas ici avec Mitch. Je l’ai trouvé très attachant et son parcours et ses méandres intérieurs m’ont beaucoup émue. J’ai eu une grande empathie pour lui. C’est l’un des personnages qui m’ a le plus touchée dernièrement.

Tout au fil des pages, la famille de Kennedy va faire son apparition, que ce soit son frère Bobby, sa femme Jackie , ou même sa fille Caroline. Ellory a su romancer le tout et tisser des intrigues au sein de ce clan si mythique. Ce ne sera pas le point central de ce roman, malgré tout, puisqu’il se concentre davantage sur les recherches de Mitch.

La plume est toujours aussi particulière. Le style de l’auteur est puissant et empli de noirceur. Lorsque je lis un roman d’Ellory, je sais que l’auteur ne se contentera pas de rester en surface. Il apporte une densité unique et un relief impressionnant à son récit. Cependant, à la différence de ses autres romans, j’y ai retrouvé davantage de rythme et beaucoup moins de langueur dans le déroulé de l’histoire. J’ai du coup encore plus apprécié cette lecture, les pages ayant défilé sans même m’en rendre compte.

Une uchronie où l’auteur revisite l’un des événements les plus marquants de l’histoire politique, et où sous fond d’intrigues, de disparitions, de mystères, un personnage principal torturé devra mener une enquête haletante. C’est une réussite totale et c’est un roman à ne pas manquer.

Ma note : 19/20

Thriller

Une baignoire de sang

Une baignoire de sang de Béatrice Hammer

  • Auteur : Béatrice Hammer
  • Titre : Une baignoire de sang
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Alter Real
  • Nombre de pages : 308
  • Parution : 13 mars 2020
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Pourquoi Julie, jeune pigiste talentueuse, est-elle morte, les veines ouvertes, dans sa baignoire ? Et qui est donc Mina, cette jeune fille asociale, qui vit dans la rue depuis le jour de ses 18 ans, et dont les proches semblent mourir les uns après les autres ?
Gloria Basteret, enquêtrice à la Crim, va tout faire pour répondre à ces questions. En plus de son enquête, Gloria doit supporter les exigences de son nouveau chef qui la déteste, s’occuper seule de ses deux enfants, veiller au bien-être d’un cheval nain… et rêverait de réinvestir une vie amoureuse trop longtemps négligée. Ceci l’amène à user de méthodes peu orthodoxes, sans prendre la mesure des dangers qu’elle fait courir à ses proches, en particulier à ses enfants.
Dans ce roman noir plein de suspense, Béatrice Hammer bouscule les clichés et met en scène des personnages aussi attachants qu’originaux.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier les Éditions Alter Real pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Julie, une jeune pigiste, est retrouvée les veines ouvertes dans sa baignoire. D’une autre part, Mina, une jeune SDF, subit la perte successive de ses proches. Ces deux mystères vont amener Gloria, enquêtrice à la Crim, à mener son investigation. Que s’est-il passé ?

J’ai passé un excellent moment de lecture avec cette petite enquête qui certes, peut paraître simple de prime abord, mais qui sait maintenir le suspense jusqu’au dénouement. En peu de pages, l’auteure a su poser une mise en place qui immerge le lecteur dès le départ.

Ce que j’ai particulièrement apprécié dans ce thriller, c’est la manière dont l’auteure va casser les clichés du genre. En effet, ici il n’y aura pas d’héroïne de fer face à toute épreuve. Bien au contraire, Béatrice nous dépeint une enquêtrice incroyablement humaine et souvent débordée, notamment de par le fait qu’elle élève seule ses deux enfants.

Béatrice a su instaurer une certaine profondeur à ses personnages, et elle n’a pas délaissé le personnages secondaires, puisque chacun d’entre eux aura sa part d’importance. L’intrigue gagne en intensité au fil du récit, et j’ai tourné les pages avec beaucoup de curiosité tant je voulais savoir quel en serait le dénouement.

La plume de l’auteure est d’une très grande fluidité et c’est très plaisant à lire, puisque les pages défilent sans s’en rendre compte. Je n’ai pas dénoté de longueurs, et pourtant l’auteure entrecoupe parfois le côté enquête avec le côté personnel de Gloria. Malgré tout, elle a parfaitement su doser ce pan du roman et cela donne un thriller très réussi.

Une enquête qui maintiendra son suspense jusqu’au dénouement, servie par un personnage féminin des plus attachants. C’est une très bonne lecture pour ma part et j’ai fortement apprécié la plume très fluide de l’auteure.

Ma note : 17/20

Thriller

La dernière veuve

La dernière veuve de Karin Slaughter

  • Auteur : Karin Slaughter
  • Titre : La dernière veuve
  • Genre : Thriller
  • Éditions : HarperCollins France
  • Nombre de pages : 592
  • Parution : 1 avril 2020
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Août 2019. Une attaque à la bombe touche un quartier stratégique d’Atlanta. Sara Linton et son compagnon Will Trent, enquêteur pour le Georgia Bureau of Investigation, se précipitent sur le lieu de l’explosion. Alors que Sara tente de venir en aide aux victimes, elle est enlevée sous les yeux de Will par les poseurs de bombes et conduite au pied des Appalaches, dans un camp peuplé d’hommes armés et de femmes en longues robes blanches.
Ce groupuscule paramilitaire aux airs de secte prévoit de multiplier les attaques terroristes à l’échelle nationale afin de rétablir la suprématie de l’homme blanc. La menace est sans commune mesure. Le danger, imminent. Ensemble, Will et Sara parviendront-ils à déjouer l’attentat le plus meurtrier du xxie siècle ?

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions HarperCollins France pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Michelle se retrouve au magasin avec sa fille Ashley. Lorsque la mère et la fille sont dans le parking et qu’elles s’apprêtent à repartir, une personne surgit pour enlever Ashley. Du moins, c’est ce qu’il semble au début, puisque finalement, Ashley réussissant à s’échapper, c’est auprès de Michelle que les ravisseurs s’en prennent. Quelques semaines plus tard, Sara et Will, couple d’enquêteurs, sont dépêchés dans un quartier d’Atlanta, où une attaque à la bombe est survenue. C’est là que Sara va se faire enlever à son tour. Que se passe-t-il donc ?

Je découvre toujours avec plaisir les thrillers de Karin Slaughter, que je trouve particulièrement aboutis et dont les intrigues complexes sont de véritables page-turners. Cet opus ne va pas déroger à la règle et je ressors sonnée par cette lecture des plus intenses.

Pourtant, je dois bien avouer qu’au départ, je me suis sentie quelque peu effrayée par le nombre conséquent de pages et il faut reconnaître que parfois Karin s’enlise un peu et aurait gagné à raccourcir légèrement son intrigue. Malgré tout, c’est aussi ce qui permet à l’intrigue de gagner en intensité, de devenir pesante et d’immerger totalement le lecteur au fil des pages,

Ici, l’auteure va proposer un intrigue très complexe et elle n’a pas fait dans la facilité. Le suspense est très présent, et même si on comprend vite où se retrouve Sara, c’est avec beaucoup d’angoisse que j’ai tourné les pages, craignant pour elle et me demandant de quelle manière elle allait s’en sortir.

C’est avec grand plaisir que j’ai retrouvé l’enquêteur phare de Karin, à savoir Will Trent. Même si ce tome est davantage centré sur Sara, Will va tout de même garder une place importante dans l’intrigue. Il n’est pas nécessaire d’avoir lu les précédentes enquêtes de Will pour suivre celle-ci. Malgré tout, c’est toujours un plus afin de suivre son évolution.

La plume de l’auteure est toujours aussi addictive. Le schéma narratif est plaisant et immersif. Karin a proposé un suspense présent tout au fil des pages, malgré quelques petits passages un peu lents et parfois répétitifs. Elle distille les éléments peu à peu et cela permet à la tension de monter crescendo.

L’auteur nous propose encore une fois une intrigue prenante, immersive, et c’est un véritable page-turner qui devient très difficile à lâcher au fil des pages. C’est une réussite.

Ma note : 17/20

Thriller

Ce lien entre nous

Ce lien entre nous de David Joy

  • Auteur : David Joy
  • Titre : Ce lien entre nous
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Sonatine
  • Nombre de pages : 304
  • Parution : 20 mai 2020
  • Pour vous procurer ce roman, c’est ici

Résumé

Caroline du Nord. Darl Moody vit dans un mobile home sur l’ancienne propriété de sa famille. Un soir, alors qu’il braconne, il tue un homme par accident. Le frère du défunt, connu pour sa violence et sa cruauté, a vite fait de remonter la piste jusqu’à lui. Un face à face impitoyable s’engage alors.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Sonatine pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Caroline du Nord. Alors qu’il est en train de braconner dans une propriété où il ne devait pas se trouver, Darl tire et tue par erreur un homme. Lorsqu’il se rend compte que cet homme n’est autre que Carol, il est prit de panique. En effet, Darl connaît très bien son frère, Dwayne, ainsi que la violence dont il fait preuve. Il décidera de demander de l’aide à son meilleur ami Calvin pour cacher le corps. Il va alors s’ensuivre une chasse à l’homme sans précédent où la vengeance sera le mot d’ordre.

Quel roman pesant. L’auteur a un talent immense pour rendre toute noirceur possible à une intrigue qui est pourtant assez simple au départ. C’est la manière dont David va dérouler son scénario qui est impressionnante.

Le cadre choisi par l’auteur est vraiment judicieux. Cela ajoute indéniablement un supplément de noirceur. Ici, pas de grandes villes, pas de richesse. C’est presque un thriller d’ambiance. La pauvreté des personnages, ainsi que leur désœuvrement va donner lieu à des situations noires.

Il ne faudra pas s’attendre à un thriller qui va à toute vitesse, bien au contraire. David Joy va se focaliser sur la psychologie de ses personnages et prendra le temps de bien camper son décor. Les descriptions immersives sont très présentes. L’auteur le fait à merveille, mais malgré tout, à certains moments, j’ai trouvé qu’il en usait peut-être un peu trop. C’est vraiment le seul bémol que je peux trouver à ce roman.

La plume de l’auteur est très belle. Comme je l’ai dit, elle est immersive et très visuelle. Les chapitres ne sont pas très longs, et cela se lit vraiment très bien.

Un thriller à lire pour son ambiance emplie de noirceur, sans s’attendre à de l’action, mais plutôt à une grande dimension psychologique. C’est une lecture peu ordinaire et qui ne peut laisser son lecteur indifférent. À découvrir.

Ma note : 17/20

Thriller

Eden

Eden de Hayden Stapner

  • Auteur : Hayden Stapner
  • Titre : Eden
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Alter Real
  • Nombre de pages : 156
  • Parution : 13 mars 2020
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Alors qu’il est posté au pied de la Table Mountain pour observer d’hypothétiques O.V.N.I., Cliff Warham, journaliste dilettante, fils adoptif du rédacteur en chef d’un journal connu de Cape Town en Afrique du sud, secourt un blessé. L’homme est défiguré. Son visage est brûlé de façon effroyable. Qu’est-ce qui a pu occasionner de telles blessures ? A-t-il été victime d’une agression ? Avant de perdre connaissance, l’homme prononce des paroles énigmatiques. Cliff se lance alors dans une enquête palpitante qui le mènera sur les traces d’un psychopathe, le Centaure. Qui est ce mystérieux individu ? Pourquoi est-ce qu’il mutile ses victimes ? Comment les choisit-il ? Autant de questions qui mettront la vie de Cliff en danger, mais malgré les menaces qui pèsent sur sa vie, il persévère. Car attraper le Centaure est devenu pour lui une obsession.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier les Éditions Alter Real pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Cliff, le fils adoptif de Hauptner qui n’est autre que le rédacteur en chef du journal de Cape Cod, se retrouve dépêché par ce dernier au pied de la Table Mountain pour élucider quelles sont ces lumières étranges qui apparaissent de manière récurrente. Cliff est loin de s’imaginer ce qu’il va réellement y découvrir. En effet, il trouvera un homme blessé qui tient un discours pour le moins étrange. Il va donc appeler les secours et c’est une chasse à l’homme qui va débuter.

Je ressors conquise de ce thriller court, mais pourtant d’une efficacité redoutable. Je reste admirative devant le talent de Hayden pour avoir réussi à instaurer une ambiance pesante, noire et totalement immersive.

J’ai d’emblée accroché au personnage de Cliff, que j’ai trouvé affirmé et décidé. Je l’ai souvent trouvé touchant et son combat est admirable. Tous les ingrédients propres d’un thriller sont réunis. Cela va vraiment à toute vitesse, et pour cause, l’auteur a prit le pari risqué de faire tenir son intrigue pourtant complexe en assez peu de pages. Il le fait avec brio.

J’ai suivi avec intérêt la quête de Cliff et j’ai souvent craint pour lui. Ses décisions sont parfois trop téméraires et l’attachement immédiat ressenti pour ce personnage a distillé une petite part d’angoisse tout au fil des pages.

La plume de l’auteur est totalement addictive. Les pages ont défilé sans même m’en rendre compte et il est aisé de lire ce thriller d’une traite. C’est d’ailleurs ce que je vous conseille pour une immersion totale.

Un thriller addictif où l’auteur a su instaurer une ambiance pesante et noire en très peu de pages. C’est une véritable réussite et un excellent moment de lecture.

Ma note : 18/20