Jeunesse

Scarlett et Novak

Scarlett et Novak d’Alain Damasio

  • Auteur : Alain Damasio
  • Titre : Scarlett et Novak
  • Genre : Jeunesse
  • Éditions : Rageot
  • Nombre de pages : 64
  • Parution : 3 mars 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Novak court. Il est poursuivi et fuit pour sauver sa peau. Heureusement, il a Scarlett avec lui. Scarlett, l’intelligence artificielle de son brightphone. Celle qui connaît toute sa vie, tous ses secrets, qui le guide dans la ville, collecte chaque donnée, chaque information qui le concerne. Celle qui répond autant à ses demandes qu’aux battements de son cœur. Scarlett seule peut le mettre en sécurité. A moins que… Et si c’était elle, précisément, que pourchassaient ses deux assaillants ?

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Rageot pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Novak court. Et pour cause, il est poursuivi par deux voyous, qui vont finir par lui voler son portable. Novak se sent alors perdu. En effet, sans son assistante virtuelle Scarlett, il ne sait plus ni se diriger dans sa ville, ni rien faire. Tout était enregistré dans son téléphone. Il doit réapprendre à se débrouiller seul.

Alain Damasio propose ici une nouvelle percutante, et bien que ce soit un format très court, l’auteur a réussi à accrocher mon attention. Avec ce genre littéraire, il faut être capable de trouver un bon postulat de départ et je dois dire qu’ici, cela a été le cas.

En partant de la thématique des nouvelles technologies, l’auteur nous incite à nous interroger et à réfléchir. Il est vrai que l’intrigue se déroule peut-être un peu trop rapidement, de par le format court proposé. Pourtant, j’ai trouvé que tous les ingrédients pour en faire un très bon récit étaient présents.

La plume de l’auteur est incisive et va droit à l’essentiel. Les chapitres sont très courts et cette histoire se lit d’une traite.

Une nouvelle qui prête à réfléchir, à nous interroger. Bien que le format soit très court, j’ai trouvé que l’auteur réussissait à aller à l’essentiel. À découvrir.

Ma note : 17/20

Jeunesse

Quatre sœurs à Tokyo

Quatre sœurs à Tokyo de Sophie Rigal-Goulard

  • Auteur : Sophie Rigal-Goulard
  • Titre : Quatre sœurs à Tokyo
  • Genre : Jeunesse
  • Éditions : Rageot
  • Nombre de pages : 200
  • Parution : 10 février 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Ébahies et ravies, les Quatre sœurs atterrissent à Tokyo, la métropole la plus fascinante d’Asie ! Elles qui adorent les mangas, les peluches kawaï et le hanami – la fête des Cerisiers en fleurs -, vivent un rêve ! Dans une école de danse traditionnelle, Laure rencontre Sakura, une jeune Franco-Japonaise, qui la guide. Grâce à elle, les quatre sœurs apprennent à saluer à la nippone, à manger du poisson au petit-déjeuner, à s’orienter dans le quartier très animé de Shibuya et à maîtriser l’art des idéogrammes. Sakura les invite chez elle afin qu’elles découvrent les manières de vivre des Japonais. Mais pourquoi le voisin de la jeune fille intrigue-t-il tant Laure ?

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Rageot pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Justine, la meilleure amie de Laure, lui manque énormément suite à son départ pour Tokyo. L’adolescente va alors convaincre ses sœurs Lou, Lisa et Luna, ainsi que leur grand-mère et une amie de ses amies, d’effectuer un voyage au Japon. C’est le début de nouvelles aventures pour les quatre sœurs.

Même si j’avais déjà découvert la plume de l’auteure, je n’avais pas encore lu un roman de cette série mettant en scène quatre sœurs, toutes plus attachantes les unes que les autres. Je ressors tout simplement conquise. J’ai passé un très bon moment de lecture, fait de rebondissements et d’émotions.

L’auteure offre à son lecteur un véritable dépaysement et une immersion totale dans le Japon. J’ai trouvé que les informations étaient très ludiques et surtout, accessibles à tous les publics. Avec simplicité, Sophie nous décrit les paysages. J’ai trouvé cela très réussi.

Les sœurs sont vraiment hautes en couleurs. L’entente entre elles est au beau fixe, et elles restent solidaires les unes avec les autres. Même si l’histoire semble davantage centrée sur Laure, les autres ne sont pas en reste et leurs péripéties nous sont contées.

La plume de l’auteure est d’une grande fraîcheur et très fluide. Le récit est narré à la première personne, sous le point de vue de Laure, et j’ai trouvé cela plutôt judicieux. Les petites illustrations qui parsèment le texte sont très réussies.

Un roman rafraîchissant, qui plaira à tous les publics et qui offre un véritable dépaysement. Les personnages sont attachants. À découvrir sans hésiter.

Ma note : 18/20

Jeunesse

14 jours en mode survie

14 jours en mode survie de Sophie Rigal-Goulard

  • Auteur : Sophie Rigal-Goulard
  • Titre : 14 jours en mode survie
  • Genre : Jeunesse
  • Éditions : Rageot
  • Nombre de pages : 176
  • Parution : 13 janvier 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Prêts pour une aventure extrême ? Amaury, 12 ans, Ahé, 11 ans et Alanis, 6 ans, ont peur de vivre des vacances cauchemardesques avec leur père. Ils vont randonner 14 jours dans le parc naturel du Queyras en renonçant à toute connexion, ployer sous leur lourd barda, se nourrir de ce que la nature leur offrira et se laver à l’eau glacée des torrents. La montagne, sauvage, va-t-elle les protéger ou… les défier ? Qui franchira le vertigineux pont de singe ? Qui perdra son sang-froid à la nuit tombée, en entendant de dangereux grognements ? Quand leur père se blesse au bras, les aînés paniquent…

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Rageot pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Marc a décidé de partir à l’aventure avec son fils Amaury, et ses deux filles, Ahé et Alanis. En effet, pour les futures vacances des enfants, il décide de leur proposer une randonnée exceptionnelle dans le parc naturel du Queyras.

Voilà un petit roman empli de fraîcheur et idéal pour tous les publics. Avec un style clair et de belles valeurs, l’auteure déroule une intrigue pas très longue, mais où tout est réuni pour passer un excellent moment de lecture.

D’emblée, je me suis attachée à cette famille. Les frères et sœurs sont vraiment d’une grande spontanéité et attendrissants. Le père n’est pas en reste. Les personnages sont bien brossés, chaque enfant ayant sa particularité au niveau de son caractère. Cela donne des situations hautes en couleurs et je n’ai pas vu défiler les pages.

Mais avant tout, j’ai apprécié les belles valeurs que retranscrit ici l’auteure. En effet, entraide, solidarité et empathie seront de mise. C’est finement amené et j’ai trouvé cela très judicieux.

Les descriptions sont très bien réalisées. Sophie a prit soin de rendre les aventures de la famille vraiment dépaysantes pour son lecteur. Ainsi, c’est une invitation au voyage qui est proposée dans ce récit.

La plume de l’auteure est emplie de fraîcheur et d’une grande fluidité. À l’aide d’un style simple mais tout de même recherché, ce roman pourra plaire à tous les publics. Les chapitres alterneront entre les points de vue de Ahé et Amaury. Les petites illustrations en début de chapitre donnent une petite touche spéciale au livre.

Un très bon roman où les belles valeurs seront de mise. Un excellent moment de lecture, notamment servi par des personnages hauts en couleurs. Je recommande sans hésiter.

Ma note : 18/20

Jeunesse

Parler comme tu respires

Parler comme tu respires d’Isabelle Pandazopoulos

  • Isabelle Pandazopoulos
  • Titre : Parler comme tu respires
  • Genre : Jeunesse
  • Éditions : Rageot
  • Nombre de pages : 320
  • Parution : 6 janvier 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Sibylle a 15 ans. Depuis son entrée au CP, elle bégaie, ce qui ne l’empêche pas d’être une excellente élève, très douée en dessin. Rien n’y a fait, ni les visites chez les orthophonistes ni l’aide de ses parents qui l’entourent avec affection. Alors que son orientation de fin de troisième doit bientôt se décider, Sibylle se révolte soudain contre ses parents qui souhaitent qu’elle fasse des études longues et impose son désir : elle deviendra tailleuse de pierre.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Rageot pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Sybille est une jeune adolescente de quinze ans et qui est bègue depuis presque toujours. Après en avoir cherché la cause auprès de beaucoup de spécialistes, il s’avère que personne n’y trouve aucune explication. Malgré tout, la jeune fille se battra pour tenter d’avancer. Mais bientôt, elle va s’apercevoir que le chemin tout tracé pour elle par ses parents est loin de la convaincre. Elle va décider de travailler la pierre.

J’ai beaucoup aimé ce roman, que j’ai trouvé très bien amené et très divers de par les différentes thématiques que l’auteure va aborder, toujours avec une grande délicatesse et beaucoup de sensibilité.

D’emblée, je me suis attachée à Sybille. J’ai trouvé ce personnage très abouti, et l’auteure a su lui accorder une bonne gamme de nuances. La jeune fille va devoir se battre, que ce soit contre son bégaiement, ainsi que contre les adversités, à plusieurs niveaux. Elle va vite s’affirmer en refusant les études proposées par ses parents, et elle va se diriger vers la pierre.

L’auteure s’est renseignée sur ce métier et cela transparaît tout au fil des pages. Je connaissais mal cet univers, et Isabelle a su en parler avec des mots abordables et beaucoup de simplicité, afin de pouvoir intéresser son lecteur sans le perdre dans des explications trop techniques.

Ce qui m’a réellement plu dans ce roman, c’est la diversité des thématiques abordées par l’auteure. Je ne voudrais pas vous en dire plus, afin de rien vous spoiler à l’histoire. Par contre, je dois avouer que les thèmes composant ce récit sont si nombreux, que l’auteure n’a pas forcément réussi à tous les approfondir. C’est le seul bémol que j’ai trouvé à cette lecture.

La plume de l’auteure est simple, directe et empreinte de beaucoup de sensibilité. J’ai beaucoup aimé le choix narratif de la première personne afin de mieux comprendre ce que ressent Sybille. Les chapitres sont plutôt courts et cela donne un bon rythme à l’histoire.

Un roman empli de sensibilité et servi par une héroïne touchante. Une multitude de thématiques sont abordées et j’ai trouvé ce récit très intéressant. À découvrir sans hésiter.

Ma note : 17/20

Jeunesse

Je ne suis pas un héros

Je ne suis pas un héros de Sophie Adriansen

  • Auteur : Sophie Adriansen
  • Titre : Je ne suis pas un héros
  • Genre : Jeunesse
  • Éditions : Fleurus
  • Nombre de pages : 191
  • Parution : 12 avril 2019
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Une maman et ses deux petites filles sont depuis des jours assises devant la boulangerie où Bastien prend son goûter.
Un vendredi de grosse pluie, il a la surprise de les voir débarquer dans son grand appartement d’un quartier chic de Paris : sa mère et sa petite sœur leur ont proposé la chambre d’amis. La cohabitation s’annonçait délicate, la mauvaise volonté de Bastien la rend vraiment difficile. Jusqu’à ce que, par la force des choses, l’attitude du garçon change.
Mais vouloir faire le bien est-il suffisant ?

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Fleurus pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Tous les jours, en rentrant de l’école, Bastien, Capucine et leur maman se rendent à la boulangerie. Là, la famille aperçoit à chaque fois une jeune femme et ses deux petites filles, qui habitent dans la rue. Un jour, Capucine et sa maman décident de leur proposer leur aide et de les héberger. Bastien ne s’y fait pas, et pourtant, c’est une belle amitié qui va prendre forme.

Je ressors tout simplement conquise par ce roman jeunesse que tout le monde devrait découvrir. C’est une véritable ode à la tolérance, à la solidarité et aux belles valeurs que nous livre ici Sophie.

Avec énormément de tact et de délicatesse, l’auteure va aborder des thématiques très dures. Elle le fera avec beaucoup de sensibilité, sans trop en faire, bien au contraire. L’histoire est riche en émotions.

Les personnages sont très bien construits, notamment celui de Bastien. On sent la réelle évolution que va subir le jeune garçon. Si au début, il est totalement réticent à partager son appartement et ses affaires avec la famille qu’ils accueillent, au fil des pages, il va pourtant se prendre d’une affection indéfectible pour la jeune femme et ses deux filles.

La plume est simple et abordable pour tous les publics. Ce roman est idéal pour sensibiliser les plus jeunes et avec un style qui parlera à tous, et avec un style qui plaira à tout le monde, l’auteure réussit à faire passer des messages forts.

Un roman à mettre entre toutes les mains et idéal pour sensibiliser les plus jeunes. Une très belle lecture qui m’a beaucoup émue et que je recommande sans hésiter.

Ma note : 18/20

Jeunesse

L’Équipe – Kylian Mbappé et le corbeau 2.0

L’Équipe – Kylian Mbappé et le corbeau 2.0 de Robin Six

  • Auteur : Robin Six
  • Titre : L’Équipe – Kylian Mbappé et le corbeau 2.0
  • Genre : Jeunesse
  • Éditions :
  • Nombre de pages : 168
  • Parution : 27 février 2020
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Rencontre la team junior, un groupe d’enfants journalistes en stage au sein du magazine L’Équipe ! Dans ce premier tome, les enfants se lancent dans une enquête sur le monde du foot ! Quels secrets dévoileront-ils ? Arriveront-ils à interroger Kylian Mbappé ?

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Poulpe Fictions pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Trois collégiens, travaillant pour le journal L’Équipe, vont devoir enquêter sur une mystérieuse affaire au sujet du footballeur Kylian Mbappé. En effet, ce dernier serait victime de harcèlement sur Internet. Les trois jeunes vont alors former une équipe pour résoudre cette énigme.

J’ai énormément aimé ce roman qui laisse présager d’autres tomes. Les trois jeunes sont très différents les uns des autres, et c’est ce que j’ai particulièrement apprécié. L’auteur saura mettre en exergue de belles valeurs, comme l’amitié et la loyauté.

J’ai apprécié cette belle équipe, et je me suis particulièrement attachée à Bakary. Le jeune homme est dyslexique, mais il continue de se battre afin de pouvoir réaliser ses rêves, notamment celui de devenir écrivain. Je l’ai trouvé très touchant.

L’enquête est très bien menée et je l’ai trouvée très réussie. Le suspense est présent tout au fil des pages. Bien évidemment, il est préférable d’apprécier un minimum le monde du football, afin de ne pas se retrouver perdu dans l’intrigue.

La plume de l’auteur est fluide et les pages défilent sans aucune difficulté particulière, ce qui convient parfaitement aux plus jeunes. J’ai beaucoup aimé les petites illustrations qui agrémentent le récit. Cela peut permettre aux plus jeunes de mieux visualiser l’intrigue.

Une très bonne enquête, servie par des personnages attachants. Ce récit plaira à tous les publics. À découvrir.

Ma note : 17/20

Jeunesse

7 rue des écolos

7 rue des écolos de Sophie Dieuaide

  • Auteur : Sophie Dieuaide
  • Titre : 7 rue des écolos
  • Genre : Jeunesse
  • Éditions : Didier Jeunesse
  • Nombre de pages : 160
  • Parution : 3 juin 2020
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Ras-le-bol de l’arrosage, du binage, du désherbage. Armand, Lili, Violette, Oscar et Charlie ont craqué.
Avoir un jardin sur les toits, tout le monde en rêve. Mais ça tourne au cauchemar quand vous recevez des ordres du matin au soir.
« On n’est pas nés pour obéir ! » a déclaré Lili.
« Les parents, y nous font touzours tavailler au potager », a ajouté le petit Charlie.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Didier Jeunesse pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Au 7 rue des écolos, les familles qui y résident sont bien entendu écolos. Au point d’installer un jardin potager sur le toit de leur immeuble. Les enfants vont malgré tout se rebeller. Ils sont fatigués de débiner, de jardiner. Ils vont trouver une astuce pour ne pas être les seuls à travailler. Lorsque Violette, l’une des filles du groupe, doit changer d’école puisque ses parents se séparent, les autres enfants ont l’idée de créer un journal ecolo qu’ils pourront ainsi envoyer à Violette afin qu’elle se sente moins seule.

C’est une très bonne lecture avec pour toile de fond l’écologie et j’ai trouvé ce roman très bien réalisé. C’est une excellente manière de sensibiliser les plus jeunes lecteurs et avec beaucoup d’humour, l’auteure réussit à faire passer ses messages.

Le groupe est très attachant et l’idée du journal est très bonne. Tout au fil des pages, des illustrations parsèment le texte, et l’auteure a su effectuer le juste dosage afin de maintenir l’attention de ses plus jeunes lecteurs. J’ai trouvé ce roman très original et c’est appréciable de retrouver une thématique si importante dans un roman jeunesse.

La plume de l’auteure est simple et fluide. Avec un style clair et beaucoup de dialogues, l’histoire est adaptée au jeune public. J’ai retrouvé beaucoup de dynamisme dans l’intrigue et les multiples rebondissements rendent difficile d’arrêter sa lecture.

Un récit idéal afin de sensibiliser les plus jeunes à l’écologie. Les illustrations sont bien réalisées et l’histoire est très intéressante. Un roman qui plaira à tout le monde.

Ma note : 17/20

Jeunesse

L.O.L.A

L.O.L.A de Claire Garralon

  • Auteur : Claire Garralon
  • Titre : L.O.L.A
  • Genre : Jeunesse
  • Éditions : Actes Sud Junior
  • Nombre de pages : 80
  • Parution : 9 septembre 2020
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Quand Lola est entrée dans la classe, ce fut comme un éblouissement pour Charlie. Puis il y eut cette façon de se présenter, en épelant les quatre lettres de son prénom – L.O.L.A. –, comme une mélodie. D’inconnue, Lola devient pour Charlie une amie, puis une meilleure amie. Quelque chose d’indéfinissable chez Lola l’attire irrésistiblement. Du trouble, du désir sans doute. Les filles plaisent à Charlie mais certains garçons aussi, c’est confus. Mais on tombe amoureux d’une personne, pas d’un sexe. Pourquoi faudrait-il se définir selon une orientation sexuelle ? Pourquoi se conformer à une étiquette – hétéro, homo… ? Plutôt simplement mettre des mots sur ses pensées pour que ça existe vraiment.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Actes Sud Junior pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Lola est nouvelle dans sa classe. D’emblée, elle décide de s’asseoir aux côtés de Charlie. Lorsque la jeune fille lui épelle son prénom, Charlie pense que la sonorité et la musicalité des lettres est tout simplement enivrante. Tout comme Charlie, les autres élèves seront captivés par cette nouvelle élève.

Quelle ode à la tolérance et au respect que ce petit roman. Ce récit, aux allures de nouvelle, se lit en un souffle. C’est court mais pourtant, l’auteure a réussi à faire passer le message recherché.

Si au début je me suis longuement demandé où voulait m’emmener l’auteure, je dois dire qu’à la fin, je n’ai pas pu faire autrement qu’admirer l’ingéniosité de Claire. Elle a su me surprendre et je n’avais pas vu le dénouement arriver. J’ai trouvé qu’elle avait amené cela de manière très intelligente.

Je ne peux pas vous dire exactement quelles thématiques sont abordées ici, sous peine de vous spoiler un gros pan du récit. Claire aborde des sujets très actuels et le fait avec beaucoup de douceur et sensibilité.

La plume de l’auteure est tout en délicatesse. Le texte est narré à la première personne, sous le point de vue de Charlie. J’ai trouvé ce choix narratif particulièrement intéressant et judicieux, permettant ainsi une introspection parfaite des pensées de Charlie.

Un court récit qui est une véritable ode à la tolérance et à l’amour. L’auteure aborde les thématiques de son roman d’une manière très intelligente et délicate. À découvrir sans hésiter.

Ma note : 18/20

Jeunesse

Les tribulations d’Esther Parmentier

Les tribulations d’Esther Parmentier de Maëlle Desard

  • Auteur : Maëlle Desard
  • Titre : Les tribulations d’Esther Parmentier
  • Genre : Jeunesse
  • Éditions : Rageot
  • Nombre de pages : 384
  • Parution : 1 juillet 2020
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Esther Parmentier, 19 ans, sorcière non répertoriée, est embauchée pour un premier stage dans une agence très spéciale… Délires assurés !

Esther Parmentier a quitté sa Bretagne natale pour un stage à Strasbourg dans une société informatique quand elle est repérée par l’Agence de Contrôle et de Détection des Créatures Surnaturelles. Car Esther est une sorcière. À peine remise de cette découverte, et des tests visant à déterminer ses capacités, Esther apprend qu’elle n’a pas plus de pouvoirs qu’une allumette mouillée. Sa note sur l’échelle des pouvoirs est historiquement basse : 2 sur 82. Mais Esther est dotée d’un caractère de cochon, de solides capacités de déduction et est capable de résister aux pouvoirs de séduction des Créatures. Malgré son faible score, l’Agence décide donc de l’embaucher comme stagiaire.

Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Netgalley et les Éditions Rageot pour leur confiance et grâce à qui j’ai pu découvrir ce roman.

Esther Parmentier est une jeune femme stagiaire en comptabilité. Pourtant, tout son quotidien va se retrouver chamboulé lorsqu’elle apprend qu’elle est en fait un sorcière. Elle a malgré tout un très petit niveau. Elle va ainsi changer de poste de travail et enquêter auprès de Loan, un vampire. D’autres créatures vont venir se mêler à cette petite équipe.

Il n’est pas facile de résumer ce roman afin de vous donner l’envie de vous y plonger sans attendre, tant le récit est dense et l’intrigue tarabiscotée. Il y a beaucoup à dire et une multitude d’événements vont venir ponctuer ce roman. Pour ma part, j’ai passé un excellent moment de lecture, empli de fraîcheur.

Il m’a semblé que parfois, l’auteure voulait vraiment donner suite à beaucoup d’idées en même temps, et ce sera mon seul bémol pour ce roman. Parfois, je me suis retrouvée un peu perdue, devant relire certains passages pour bien assimiler les tenants et aboutissants de l’intrigue. Une fois que c’est chose faite, les pages défilent offrant une multitude de rebondissements.

Il faut reconnaître que cette histoire n’aurait pas été la même sans le personnage principal. Esther est très drôle, truculente et elle porte le récit à elle toute seule. Il y a des passages vraiment hauts en couleur, et les échanges entre Esther et les divers personnages sont entraînants et emplis de bonne humeur.

La plume de l’auteure est très fluide et avec son franc-parler, elle permet une immersion totale dans une histoire hors du commun. Les chapitres sont assez courts et la grosse quantité de dialogues rythme le récit. Malgré une intrigue dense, j’ai trouvé que cela se lisait très facilement.

Une découverte littéraire pétillante, servie par un personnage féminin truculent, qui porte presque à elle-seule une intrigue dense, riche et variée. J’ai passé un excellent moment de lecture que je ne peux que recommander.

Ma note : 17/20

Jeunesse

Le mot d’Abel

Le mot d’Abel de Véronique Petit

  • Auteur : Véronique Petit
  • Titre : Le mot d’Abel
  • Genre : Jeunesse
  • Éditions : Rageot
  • Nombre de pages : 192
  • Parution : 28 février 2018
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Dans le monde d’Abel, rien n’est plus important que le mot révélé à chacun vers l’âge de 12 ans. Un mot personnel et intime qui conditionne souvent la vie entière. En retard de plusieurs mois, Abel vit dans l’angoisse d’hériter d’un mot dérisoire ou ridicule, ou pire, d’un mot noir… Un matin, il découvre le mot de Clara, la fille dont il est secrètement amoureux, tagué en lettres rouges sur le mur du collège ! Qui a pu commettre un tel crime ?

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Rageot pour cette lecture.

Abel est en retard, et pour cause, il ne connaît toujours pas son mot. Pourtant, vers douze ans, presque tout le monde connaît le mot qui guidera son propriétaire vers un avenir tout tracé. Alors pourquoi le sien tarde-t-il à apparaître ? Et finalement, un simple mot pourrait-il déterminer toutes les données futures d’une personne ? Que se passerait-il alors s’il héritait d’un mauvais mot ?

Ce petit roman jeunesse et aux allures de dystopie m’a totalement conquise. J’ai trouvé cette intrigue d’une grande originalité et très intelligente. L’auteure a su faire preuve de finesse pour aborder une multitude de thématiques qui peuvent angoisser les adolescents. C’est empli de réflexions intéressantes.

J’ai beaucoup aimé ce postulat de départ qui est des plus originaux. Véronique imagine un monde où chacun se voit attribuer un mot pendant son adolescence. Ce mot déterminera l’avenir de chaque personne, alors imaginez si votre mot n’est pas fort. L’auteure fera la part belle aux apparences et aux préjugés. Finalement, elle mettra en exergue que ce sont les personnages eux-mêmes qui devront se battre pour accomplir leurs rêves et que ce n’est pas un petit mot qui pourra tout déterminer.

De manière subtile, l’auteure mettra en avant de belles réflexions qui donneront matière aux plus jeunes afin de se questionner. C’est nuancé, empli de finesse et rédigé avec grande intelligence. S’il y a un petit air de dystopie tout au fil des pages, ce n’est tout de même pas sur cet élément que cette histoire sera centrée, mais davantage sur le côté sociétal.

La plume de l’auteure est abordable à tous les publics. D’un style fluide et entraînant, ce roman se lit facilement et permet une immersion totale. Les chapitres sont rythmés et ce court roman peut parfaitement se lire d’une traite.

Un excellent roman jeunesse qui abordera une multitude de thématiques avec beaucoup de finesse et aux côtés de personnages attachants. À découvrir sans hésiter.

Ma note : 18/20