Contemporain

La riposte – Rentrée littéraire

La riposte de Jean-François Hardy

  • Auteur : Jean-François Hardy
  • Titre : La riposte
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Plon
  • Nombre de pages : 208
  • Parution : 26 août 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

« Tu sais, Jonas, je ne vais pas passer mon existence à baiser tandis que le monde tombe en morceaux. Il est temps d’arrêter le carnage et de riposter. »

Dans un Paris désagrégé par la crise écologique, la misère a définitivement pris ses quartiers. Au rationnement alimentaire s’ajoutent la violence de l’appareil d’État, la canicule et la maladie. Un mystérieux mouvement, Absolum, placarde ses affiches dans toute la ville et gagne du terrain. Son slogan : « Révolution pour la Terre ».

Dans ce chaos, Jonas est infirmier à domicile. Quand il ne s’occupe pas de ses patients, il se réfugie dans les bras de la jeune Khadija, déterminée à sauver le monde. À 37 ans, Jonas est au contraire désabusé et s’apprête à fuir comme tant d’autres vers le Nord, en quête d’une vie meilleure. Mais peut-il partir si facilement sans se retourner ? Qu’est devenue sa sœur Natalia, sa seule famille, dans la campagne aride privée d’électricité ? Et s’il parvenait à convaincre Khadija de le suivre ?

Perdu entre deux âges, incapable de s’engager comme de rester loyal à un système dont il a su pourtant profiter, Jonas va devoir faire face au murmure d’une grande révolte. Alors qu’il a oublié la dignité de mourir, au cœur de son serment, d’autres, par leurs combats, vont lui réapprendre celle de vivre.

La Riposte nous plonge dans ce qui pourrait ressembler à 2030 avec une grande inventivité et une lucidité féroce. Une invitation littéraire saisissante au monde de demain.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Plon pour leur confiance.

Dans un Paris apocalyptique, où les saisons n’existent plus, où les températures atteignent des records même en plein hiver, où règne le chaos, Jonas, un jeune infirmier, tente de survivre tant bien que mal. L’envie de tout quitter se fait de plus en plus pressante. Même l’amour de Khadija ne semble plus le combler totalement. De nouveaux mouvements voient le jour, la riposte est en marche.

Voilà un roman profond et rondement mené. L’auteur a su créer une ambiance pesante qui m’a touchée tout au fil des pages. Il faut dire que l’espoir a très peu de place dans ce récit et que la noirceur est très présente. Jean-Francois Hardy a su rendre cette atmosphère, notamment au travers d’un personnage principal très bien dépeint.

Au travers de Jonas, toutes les désillusions de cette jeunesse bloquée dans un nouvel ordre, se font ressentir. Ce personnage est complexe, parfois un peu trop même. Je l’ai trouvé si blasé. J’ai également apprécié le personnage de Khadija, qui saura se rebeller et se battra.

L’auteur nous décrit un univers sombre, en proie aux crises écologiques et à la misère. Le seul bémol que je pourrais émettre, c’est que j’aurais aimé en savoir davantage sur les raisons qui ont amené à cette situation. J’aurais apprécié un contexte bien expliqué, pour mieux me plonger dans cette atmosphère. Malgré tout, rassurez-vous, les événements sont clairs.

La plume de l’auteur m’a conquise. Avec un style incisif et véloce, en totale adéquation avec la teneur du récit, les pages ont défilé. Les chapitres sont de taille moyenne. Le roman est assez court, et pourtant, je l’ai trouvé très dense.

Un récit sombre, dans lequel l’espoir n’a presque pas de place. Aux côtés du personnage principal, le lecteur découvrira un Paris apocalyptique. Un roman qui prête à réflexion. À découvrir.

Ma note : 17/20

Non classé

Magic, tome 1

La fillette aux cheveux violets d’Audrey Molinatti et Lylian

  • Auteur : Audrey Molinatti et Lylian
  • Titre : Magic, tome 1 : La fillette aux cheveux violets
  • Genre : Bande-dessinée
  • Éditions : Dargaud
  • Nombre de pages : 49
  • Parution : 20 août 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Evelÿne est une fillette turbulente aux cheveux violets. Abandonnée à la naissance, elle a été élevée par des sœurs dans un couvent. Et du haut de ses 7 ans, on peut dire qu’elle leur mène la vie dure ! Chaque jour, elle fait les quatre cent coups aux côtés de Benedict, le chat adopté en même temps qu’elle. Finalement, rien de vraiment anormal pour une enfant. À un détail près : elle fait également parler les statues et voit des fantômes !
Cette particularité rend son éducation plus compliquée, d’autant qu’Evelÿne ne maitrise pas encore ses pouvoirs. Les sœurs décident alors de la confier, ainsi que Benedict, au mystérieux Neil Farfadet, un chapelier londonien qui aidera la fillette à découvrir qui elle est vraiment.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Dargaud pour leur confiance.

Evelyn est une fillette aux cheveux violets abandonnée à la naissance. Recueillie au couvent, avec son chat Benedict, la petite fille semble avoir une énergie débordante et les événements étranges ne vont pas tarder à subvenir. Et si Evelyn n’était pas une fille comme les autres ?

Il s’agit ici d’un tome qui permet une incursion dans un univers enchanteur et empli de couleurs. Si les événements mettent du temps à se mettre en place, cela semble pourtant logique, puisque le monde d’Evelyn doit être présenté au lectorat.

J’ai beaucoup aimé ce premier tome, aux couleurs très marquées. Cette bande-dessinée est très réussie. Evelyn est très attachante et les situations s’enchaînent.

Les planches sont très belles. Les dialogues sont simples. Les pages défilent.

Un premier tome qui sert d’introduction à un monde original. Les dessins sont très réussis. À découvrir.

Ma note : 17/20

Thriller

Le journal de ma disparition

Le journal de ma disparition de Camilla Grebe

  • Auteur : Camilla Grebe
  • Titre : Le journal de ma disparition
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Audiolib
  • Lu par : Audrey Sourdive
  • Nombre de minutes : 692
  • Parution : 7 juillet 2021
  • Pour vous procurer cet audio-livre, c’est ici

Résumé

lI y a huit ans, la jeune Malin, alors adolescente, a découvert une fillette enterrée dans la forêt de Ormberg, une ville suédoise isolée. On n’a jamais pu identifier la petite victime.

Devenue une jeune flic ambitieuse, Malin est affectée auprès de Hanne, la célèbre profileuse, et de l’inspecteur Peter Lindgren, qui reprennent l’affaire. Mais Peter disparaît du jour au lendemain, et Hanne est retrouvée blessée et hagarde dans la forêt.

Le seul témoin est un adolescent qui aime errer dans les bois enneigés, la nuit. Sans le dire à personne, il récupère le journal que Hanne a laissé tomber et se met à le lire, fasciné…

Désormais seule dans son enquête, Malin est appelée sur les lieux du tout premier rime : une nouvelle victime a été découverte. Et si tous ces faits étaient tragiquement liés ?

De sa plume fluide et au gré de rebondissements imprévisibles, Camilla Grebe nous offre, après Un cri sous la glace, un second opus étourdissant des enquêtes du trio Malin-Peter-Hanne, où les secrets enfouis et les différentes intrigues s’entrelacent magistralement. La lecture d’Audrey Sourdive est à couper le souffle.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Audiolib pour leur confiance.

J’ai découvert ce roman sous format audio chez Audiolib, et lu par Audrey Sourdive.

Ormberg, 2009. Alors qu’elle est de sortie, la jeune Malin va faire une terrible découverte. Elle va apercevoir le corps d’une petite fille qui n’a jamais pu être identifiée.

Ormberg, 2017. Malin est maintenant entrée dans la police. Elle travaille sur cette affaire non élucidée auprès de Hanne et Peter. Pourtant, Peter va disparaître alors qu’il se trouvait en compagnie de Hanne, et lorsque cette dernière apparaît à nouveau, elle n’arrive pas à se souvenir de ce qu’il s’est passé. Un jeune adolescent va venir en aide à Hanne et récupérer son journal intime à son insu. À l’aide des ses écrits, pourra-t-il reconstituer ces mystères ? Malin, de son côté, est appelée à enquêter sur un nouveau crime qui pourrait être relié à celui survenu huit ans plus tôt.

Narration

Audrey Sourdive a un véritable talent de conteuse, c’est indeniable. Si j’ai tant apprécié cet audio-livre, c’est incontestablement grâce à sa narration.

Le ton est sobre, mais ce que j’ai particulièrement apprécié, ce sont les changements de tonalité qu’adopte Audrey en fonction du personnage qui s’exprime. Je ne me suis jamais sentie perdue dans les dialogues, puisque la narratrice veille bien à effectuer les changements appropriés.

La diction est claire, et la voix est posée. Je n’ai ressenti aucune monotonie pendant mon écoute. C’est une véritable réussite à ce niveau.

Intrigue

Si j’ai eu un peu de mal au début de cette histoire, trouvant que la mise en place était un peu longue, j’ai été par la suite totalement conquise par ce thriller, que j’ai trouvé rondement mené.

L’auteure sait instaurer une ambiance pesante qui monte crescendo au fil des pages. Le suspense est très bien dosé, et la fin m’a totalement surprise, puisque je ne m’en doutais pas.

Les personnages sont complexes et bien construits. J’ai trouvé que l’auteure avait réussi à brosser des caractères profonds et qu’elle avait bien esquissé ses personnages.

La plume de l’auteure est fluide. Les changements de point de vue entre divers personnages sont très judicieux, puisque cela permet suivre au mieux leur évolution. Les chapitres sont de taille moyenne.

Vue d’ensemble

Appuyé par une narration réalisée avec brio par Audrey Sourdive, ce livre audio est une réussite.

Une intrigue prenante. Malgré une mise en place un peu longue, le suspense reste entier jusqu’au dénouement inattendu.

Ma note : 17/20

Thriller

Transaction

Transaction de Christian Guillerme

  • Auteur : Christian Guillerme
  • Titre : Transaction
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Taurnada
  • Nombre de pages : 250
  • Parution : 9 septembre 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Un site de petites annonces en ligne comme il en existe des dizaines.
L’arnaque de trois amis, noyée parmi des milliers de bonnes affaires.
Un individu dangereux qui sommeille au milieu des acheteurs potentiels.
Quelle était la probabilité qu’ils se croisent ?
Transaction… l’engrenage fatal est enclenché !

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Taurnada pour leur confiance.

Alphonse, Manal et Johan sont trois amis de longue date. Lorsque Alphonse achète un appareil photo défectueux sur un site de petites annonces en ligne, ses deux amis lui conseillent tout simplement de tenter de le revendre à quelqu’un d’autre. C’est là où le cauchemar va commencer pour ces trois amis.

Il s’agit ici de mon deuxième roman de Christian Guillerme, et je dois dire que c’est une réussite totale. Tous les ingrédients d’un excellent thriller sont réunis. En effet, l’auteur a construit une trame haletante et a su manier le suspense avec beaucoup de brio, sans aucune longueur et avec une plume très rythmée.

Pourtant, le début m’avait quelque peu déroutée. Et pour cause, on commence en quelque sorte avec le dénouement. J’ai trouvé ce procédé original. Bien évidemment, cela ne prend que quelques pages. L’auteur revient ensuite aux débuts de cette histoire et nous explique ce qu’il en est.

J’ai craint pour les trois amis pendant tout le récit. J’ai vraiment trouvé que Christian avait réussi a bien camper ce petit groupe et les relations qu’ils entretiennent entre eux sont très complexes. Chacun a son histoire et en peu de pages, l’auteur réussit à approfondir leurs caractères.

La plume de l’auteur est d’une grande fluidité. La tension monte au fil des pages et le rythme devient de plus en plus soutenu. Une fois ce roman débuté, il devient très difficile de le lâcher. Les petits chapitres rythment le récit.

Un thriller au rythme soutenu et au suspense implacable. À découvrir sans hésiter.

Ma note : 18/20

Contemporain

Le Chat, le Général et la Corneille – Rentrée litteraire

Le Chat, le Général et la Corneille de Nino Haratischwili

  • Auteur : Nino Haratischwili
  • Titre : Le Chat, le Général et la Corneille
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Belfond
  • Nombre de pages : 592
  • Parution : 19 août 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Décembre 1994, une troupe des forces armées de la Fédération de Russie est cantonnée dans un petit village musulman du Caucase pour réprimer les séparatistes tchétchènes.
Parmi les soldats se trouve Malisch, jeune homme épris de littérature, qui s’est enrôlé par désespoir amoureux. Très vite, il fait la connaissance de Nura, une adolescente du village dont la beauté et la fierté le fascinent. Mais la jeune fille ne tarde pas à être arrêtée par d’autres soldats, pour un motif fallacieux. Malisch se retrouve alors témoin, et peut-être même complice, des violences commises par ses camarades. Au cours de cette nuit, Nura sera violée et tuée – mais quelle est précisément la part de responsabilité de Malisch ?
Bouleversé par cet événement, le jeune soldat est devenu « le Général », un homme au cœur dur et à la poigne de fer, prêt à tout pour dominer les autres. À force d’extorsion et de chantage, il parvient à s’enrichir et à gravir les échelons de la société russe jusqu’à devenir un oligarque multimillionnaire. Son seul objectif à présent est de protéger sa fille, Ada. Mais depuis vingt ans, et malgré ses efforts pour étouffer l’affaire, les rumeurs les plus sombres continuent de courir au sujet du Général, alimentées par la Corneille, un journaliste tenace et bien décidé à faire la lumière sur cette histoire. Lorsqu’il rencontre le Chat, une jeune comédienne qui, sans le savoir, est le sosie de Nura, le Général voit là l’occasion de se venger de ses anciens complices… Et peut-être de soulager sa conscience ?

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Belfond pour leur confiance.

Sesili, surnommée affectueusement Chat, est une actrice de théâtre renommée. Un jour, un mystérieux général va lui proposer un travail étrange. Il prétend qu’elle ressemble énormément à Nura, une jeune fille rencontrée pendant qu’il était sur le front lors de la guerre de Tchétchénie. Il lui demandera alors de faire une vidéo avec un message bien particulier, à envoyer à d’autres personnes mystérieuses. Que cache le Général ? Chat acceptera-t-elle cette étrange mission ?

Si les premières pages laissaient présager un coup de cœur, il n’en fut rien, malheureusement. Bien sûr, il s’agit d’une très belle lecture, mais je ne peux m’empêcher de ressortir un peu déçue après ce début qui m’avait totalement happée. La faute revient notamment aux trop nombreuses longueurs. L’auteure a le sens du détail et c’est le moins que l’on puisse dire.

Je vous ai livré un résumé très succinct de ce roman qui allie pan historique et côté contemporain. L’histoire est complexe et ce qui m’a dérangée, c’est la profusion de détails que nous donne l’auteure. Ce n’est pas forcément nécessaire à la compréhension de l’intrigue et cela a beaucoup freiné ma lecture.

Chaque personnage nous est présenté de manière exhaustive. Finalement, le lecteur n’a pas besoin de tout cela pour bien comprendre leurs caracteres. J’ai trouvé cela très long par moments. Et pourtant, je reconnais un énorme potentiel à ce roman, puisque j’en suis ressortie chamboulée et que je n’ai jamais eu envie d’en abandonner la lecture.

J’ai ressenti beaucoup d’émotions lors de cette lecture. J’ai trouvé les personnages très bien construits et complexes. L’auteure a su mêler habilement présent et passé, même si ce sont davantage les moments présents qui ont la place dans ce récit. L’histoire est bien campée. Je le redis, ce qui m’a dérangée, ce sont les trop nombreuses longueurs et c’est vraiment dommage, parce que je pense que sans cela, ce roman aurait pu être un vrai coup de cœur.

La plume de l’auteure est fluide, mais parfois un peu alambiquée. Malgré tout, le style est clair et entraînant. J’ai beaucoup aimé le schéma narratif, qui alterne les divers points de vue des personnages. Les chapitres sont de taille moyenne.

Un roman bouleversant, mais qui m’a paru trop long par moments, l’auteure se perdant parfois dans des détails. Malgré tout, j’ai beaucoup apprécié cette trame complexe et ce schéma narratif très réussi.

Ma note : 16/20

Thriller

La dernière balade de Jean Townsend

La dernière balade de Jean Townsend de Fred Vermorel

  • Auteur : Fred Vermorel
  • Titre : La balade de Jean Townsend
  • Genre : Thriller
  • Éditions : Sonatine
  • Nombre de pages : 528
  • Parution : 19 août 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Londres, 1954. Jean Mary Townsend, une jeune styliste travaillant dans le monde du spectacle, est retrouvée étranglée. Les circonstances du meurtre restent obscures, tout autant que l’identité de l’assassin. Le jeune Fred Vermorel lit en une de l’Evening Standard un compte rendu de ce fait divers qui, toute sa vie, va l’obséder. Sept décennies plus tard, il nous livre les clés et, peut-être, la solution de cette incroyable affaire.
Son enquête acharnée nous mène dans les milieux de la nuit londonienne, que Jean fréquentait assidûment. Là où se croisaient grand banditisme, show-biz, politique, de Joan Collins à la princesse Margaret en passant par Rock Hudson, Profumo, les frères Krays ou encore Sarah, la fille de Winston Churchill. Des clubs généralement clandestins, des bars gay, des lieux transgressifs, ouverts à tous les délires sexuels, où la drogue circulait à foison. Des endroits de perdition pour des jeunes filles souvent trop naïves.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Sonatine pour leur confiance.

Fred Vermorel va revenir sur le crime de la styliste Jean Townsend qui a choqué la population londonienne en 1954. À l’époque, l’auteur n’est qu’un enfant lorsqu’il découvre cet événement tragique en Une d’un célèbre journal. Maintenant adulte, il décide de revenir sur ce fait tragique et va nous livrer une enquête acharnée, tentant de reconstituer ce qui s’est passé.

C’est la première fois que je découvre un roman sous ce format. En effet, l’auteur revient sur un vrai crime et nous narre ses investigations. Je ne suis pas habituée à ce genre de lecture et si cela a été intéressant à suivre, il y a eu parfois des moments qui m’ont semblé très longs.

L’auteur va nous livrer ses impressions et une enquête exhaustive sur ce meurtre. Pour cela, il s’appuiera sur le parcours de la jeune femme. Cela le mènera à plusieurs endroits et sur diverses pistes.

Je me suis parfois sentie un peu perdue, de par le format choisi par l’auteur. Ce sont réellement des impressions et des réflexions sur son enquête qu’il nous livre ici. Mais il faut dire que parfois, j’ai trouvé cela très exhaustif et j’ai un peu perdu le fil rouge. Malgré tout, j’ai trouvé cela intéressant à suivre.

La plume est intéressante. J’ai trouvé très pertinent que l’auteur étaye ses propos avec divers documents. Cela permet davantage de clarté dans le récit.

Un format que je n’avais encore jamais découvert. Le récit est étayé par beaucoup de documents, et malgré quelques longueurs, cela demeure une lecture intéressante.

Ma note : 16/20

Contemporain

Ouvre ton aile au vent – Rentrée littéraire

Ouvre ton aile au vent d’Éloi Audoin-Rouzeau

  • Auteur : Éloi Audoin-Rouzeau
  • Titre : Ouvre ton aile au vent
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Phébus
  • Nombre de pages : 141
  • Parution : 19 août 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Un futur proche, pas si loin, qui pourrait être le nôtre.

Depuis qu’un virus aviaire a frappé la planète, les oiseaux de basse-cour sont interdits. La société française souffre de restrictions draconiennes. Dans un Paris déchu, la conscience collective cède place à l’instinct populaire.
Une fois l’an, la foule a droit à son charivari : du haut d’un célèbre restaurant, un canard spécialement élevé pour l’occasion est lâché. Le peuple exulte et laisse libre cours à ses pulsions : celui qui capturera le canard échappera à la misère. Les jeux sont ouverts ; la chasse commence, perdue d’avance pour l’infortuné volatile.
Sauf que cette année, et avec l’aide de quelques rêveurs, le canard est bien décidé à jouer crânement sa chance…

Dans ce premier roman aux allures de course poursuite, Eloi Audoin-Rouzeau joue de sa plume poétique pour interroger la violence sociale. Face à la bestialité tapie, il convoque notre humanité, en appelle à l’individu et à son libre-arbitre.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Phébus pour leur confiance.

Paris. Chaque année, un événement qui rassemble la foule est organisé par le président. En effet, un canard sera lâché dans le ciel de la capitale, et le premier qui l’attrape vivant se verra accorder une grande somme d’argent et le privilège de manger ce canard dans le plus grand restaurant de la ville, et ce, en compagnie du président.

Voilà un court roman aux allures de fable qui m’a réellement conquise. C’est un récit que je vous conseille de lire d’une traite. Les thématiques abordées sont diverses et l’auteur a su créer un livre très original.

Sous la forme d’un kaléidoscope, les scènes se succèdent et le lecteur suivra les pérégrinations de ce pauvre canard qui tentera à tout prix d’échapper à ses poursuivants. De cette manière, divers personnages formant part à cet événement nous seront présentés. L’auteure place son intrigue dans un futur hypothétique, où suite aux événements, la population est devenue méfiante. Je ne vous dirai rien de ces événements en question. Je préfère que vous les découvriez au fur et à mesure de votre lecture.

J’ai trouvé que l’auteur a vraiment réussi à dépeindre une galerie de personnages tous torturés et en proie aux doutes. J’ai suivi avec appréhension leurs réactions, m’apercevant que cette chasse organisée les rendait cruels.

La plume de l’auteur est emplie de poésie. J’ai été conquise par son style léger mais fort à la fois. Le tout est divisé en petits chapitres qui rythment l’histoire. Les descriptions sont très réussies. Le postulat de départ peut laisser présager d’une certaine monotonie, puisque nous suivons l’histoire de ce canard. Il n’en est rien, bien au contraire. Je n’ai ressenti aucun ennui et j’ai été très touchée par ce récit.

Un roman aux allures de fable, servi par une plume poétique. Beaucoup d’originalité dans ce court récit. À découvrir.

Ma note : 17/20

Contemporain

Revenir à toi – Rentrée littéraire

Revenir à toi de Léonor de Récondo

  • Auteur : Léonor de Récondo
  • Titre : Revenir à toi
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Grasset
  • Nombre de pages : 18 août 2021
  • Parution : 180
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Lorsqu’elle reçoit un message lui annonçant qu’on a retrouvé sa mère, disparue trente ans plus tôt, Magdalena n’hésite pas. Elle prend la route pour le Sud-Ouest, vers la maison éclusière dont on lui a donné l’adresse, en bordure de canal.
Comédienne réputée, elle a vécu toutes ces années sans rien savoir d’Apollonia. Magdalena a incarné des personnages afin de ne pas sombrer, de survivre à l’absence. Dès lors que les retrouvailles avec sa mère approchent, elle est à nu, dépouillée, ouverte à tous les possibles.
Revenir à toi, c’est son voyage vers Apollonia. Un voyage intérieur aussi, vers son enfance, son père, ses grands-parents, ses amours. Un voyage charnel, parenthèse furtive et tendre avec un jeune homme de la région. Lentement se dévoile un secret ancien et douloureux, une omission tacitement transmise.
Revenir à toi, c’est aussi un hommage à Antigone et aux grands mythes littéraires qui nous façonnent. Magdalena a donné vie à des personnages, elle est devenue leur porte-voix. Devant Apollonia, si lointaine et si fragile, sa voix intérieure se fait enfin entendre, inquiète mais déterminée à percer l’énigme de son existence.
En l’espace de quelques jours, dans cette maison délaissée, Magdalena suit un magnifique chemin de réconciliation avec l’autre et avec elle-même. Vie rêvée et vie vécue ne font désormais qu’une.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Grasset pour leur confiance.

Magdalena est une actrice renommée. Elle semble en apparence heureuse. Pourtant, une grande blessure la malmène. En effet, Apollonia, sa mère, l’a abandonnée alors qu’elle n’était qu’une enfant. Elle n’a jamais compris les raisons de ce départ. Un jour, on lui apprend qu’on a retrouvé sa maman. Magdalena décide alors de partir à sa rencontre.

Voilà un très beau roman, court mais dans lequel l’auteure a pourtant réussi à faire passer toutes les émotions nécessaires. Je ressors séduite par ce récit, et je n’aurais pas été contre quelques pages de plus, pour approfondir notamment l’histoire d’Apollonia, qui reste finalement en filigrane. Malgre tout, cela demeure un petit bémol qui n’a pas émaillé ce très bon moment de lecture.

D’emblée, je me suis attachée à Magdalena, dont l’histoire personnelle est dévoilée par petites touches. Sa situation m’a beaucoup touchée. On sent que la blessure causée par l’abandon de sa mère a déterminé beaucoup de ses choix. Elle se réfugie notamment dans les rôles de théâtre.

L’auteure aborde avec beaucoup de justesse une situation qui semble perdue, mais où pourtant, Magdalena fera preuve de résilience et saura pardonner. J’ai ressenti les fêlures d’Apollonia, qui viennent principalement de son passé et de son histoire personnelle. C’est là où j’aurais aimé avoir davantage d’explications. Même si le lecteur comprend bien les événements, j’ai trouvé que l’auteure ne s’y attardait pas et ne faisait que les suggérer.

La plume de l’auteure est très belle. Les mots sonnent juste et Léonor sait sonder les sentiments avec beaucoup d’acuité. Portée par une plume fluide et élégante, l’histoire défile. Les chapitres courts rythment le récit. J’ai beaucoup aimé la façon d’écrire de l’auteure.

Un très beau récit abordant des thématiques délicates. Je ressors conquise par cette histoire forte et emplie de sensibilité. À découvrir sans hésiter.

Ma note : 17/20

Contemporain

Le cerf-volant

Le cerf-volant de Laetitia Colombani

  • Auteur : Laetitia Colombani
  • Titre : Le cerf-volant
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Grasset
  • Nombre de pages : 208
  • Parution : 9 juin 2021
  • Pour vous procurer ce livre, c’est ici

Résumé

Après le drame qui a fait basculer sa vie, Léna décide de tout quitter. Elle entreprend un voyage en Inde, au bord du Golfe du Bengale, pour tenter de se reconstruire. Hantée par les fantômes du passé, elle ne connait de répit qu’à l’aube, lorsqu’elle descend nager dans l’océan indien. Sur la plage encore déserte, elle aperçoit chaque matin une petite fille, seule, qui joue au cerf-volant. Un jour, emportée par le courant, Léna manque de se noyer.
La voyant sombrer, la fillette donne l’alerte. Léna est miraculeusement secourue par la Red Brigade, un groupe d’autodéfense féminine, qui s’entraînait tout près. Léna veut remercier l’enfant. Elle découvre que la petite travaille sans relâche dans le restaurant d’un cousin, qui l’a recueillie et l’exploite. Elle n’a jamais été à l’école et s’est murée dans un mutisme complet. Que cache donc son silence ? Et quelle est son histoire ? …
Aidée de Preeti, la jeune cheffe de brigade au caractère explosif, Léna va tenter de percer son secret. Jadis enseignante, elle se met en tête de lui apprendre à lire et à écrire. Au coeur de ce monde dont elle ignore tout, commence alors une incroyable aventure où se mêlent l’espoir et la colère, la volonté face aux traditions, et le rêve de changer la vie par l’éducation… La rencontre inoubliable et réparatrice entre une femme, une jeune fille et une enfant au milieu d’une Inde tourmentée.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Grasset pour leur confiance.

Suite à un terrible drame, Léna décide de tout quitter et de partir en Inde. Là-bas, elle va faire la rencontre de plusieurs personnes qui vont bouleverser ses certitudes et son quotidien. Léna va alors se mettre en tête de réaliser un projet important pour elle. En effet, elle aimerait que les enfants puissent avoir droit à l’éducation. Ce sera pourtant un chemin empli d’embûches auquel devra se confronter la jeune femme. Réussira-t-elle à venir en aide à ces personnes ?

Ce roman est pour ma part un coup de cœur. J’ai tout aimé dans ce récit, qui, narré de manière très sobre, n’en reste pas moins puissant de par l’émotion qui s’en dégage. Laetitia ne part pas dans de grands effets de style mais se concentre plutôt sur les sentiments.

Au travers de ce récit, je me suis confrontée à la dure réalité que subissent certaines personnes. J’ai été très touchée et l’auteure ne nous épargne pas de tristes faits. D’emblée, je me suis attachée à Léna et à tous les personnages qui vont porter l’histoire. Je préfère ne rien vous dire par rapport à eux, afin que vous découvriez au fur et à mesure les circonstances dans lesquelles Léna fait leur connaissance.

J’ai été très émue tout au fil de ma lecture et le combat de Léna m’a beaucoup touchée. J’ai trouvé ce personnage fort malgré ses faiblesses. Malgré les difficultés, elle ne lâche rien et fait son possible pour aider tout le monde.

S’il est vrai que le roman peut paraître un peu court et très rapide dans son intrigue, il n’en reste pas moins percutant. Laetitia a su faire passer l’essentiel en peu de pages.

La plume de l’auteure est tout en sobriété et très fluide. Les pages ont défilé. Les chapitres courts permettent de donner du rythme au récit. Avec une économie de mots, tout est dit, et ce, avec une grande sensibilité.

Un roman bouleversant, abordant des thématiques très difficiles. Avec un style simple et grâce à des personnages charismatiques, l’auteure a su donner toute l’émotion nécessaire à ce récit. À découvrir.

Ma note : 18/20

Contemporain

Les confluents – Rentrée littéraire

Les confluents d’Anne-Lise Avril

  • Auteur : Anne-Lise Avril
  • Titre : Les confluents
  • Genre : Contemporain
  • Éditions : Julliard
  • Nombre de pages : 208
  • Parution : 19 août 2021
  • Pour vous procurer ce roman, c’est ici

Résumé

notezTels deux cours d’eau donnant naissance à un fleuve, un confluent est un point de rencontre entre deux êtres qui se trouvent, s’attachent et apprennent à s’aimer.

Porté par une écriture d’une poésie rare, ce premier roman est à la fois une ode à la nature et un appel au réveil des consciences.

Liouba est une jeune journaliste qui parcourt le monde à la recherche de reportages sur le changement climatique. En Jordanie, elle croise la route de Talal, un photographe qui suit les populations réfugiées. Entre eux, une amitié se noue qui se transforme vite en attirance. D’année en année, le destin ne cessera de les ramener l’un vers l’autre, puis de les séparer, au gré de rencontres d’hommes et de femmes engagés pour la sauvegarde de la planète, et de passages par des théâtres de guerre où triomphe la barbarie. Liouba et Talal accepteront-ils de poser enfin leurs bagages dans un même lieu ?

Ce premier roman, grave et mélancolique, a pour fil conducteur l’amour lancinant entre deux êtres que les enjeux du monde contemporain éloignent, déchirent et réunissent tour à tour. Avec cet éloge de la lenteur et du regard, Anne-Lise Avril donne à la nature une place de personnage à part entière, et au fragile équilibre des écosystèmes la valeur d’un trésor à reconquérir.

Mon avis

Je remercie chaleureusement les Éditions Julliard pour leur confiance.

Liouba est journaliste, sensibilisée à la cause écologique. Elle parcourt le monde afin de réaliser ses reportages. C’est lors d’un voyage à Aqaba, en Jordanie, qu’elle va faire la rencontre de Talal. Le jeune homme est photographe et suit les populations réfugiées. Dès lors, leurs chemins ne vont cesser de se séparer et de confluer, au gré de leurs expéditions. Réussiront-ils à trouver ensemble un point d’ancrage ?

Je ressors bluffée par ce premier roman. Quelle histoire bouleversante a su dépeindre Anne-Lise, tout cela grâce à une plume sublime et lumineuse, mais empreinte tout à la fois de mélancolie et de tristesse.

Si au départ, j’ai eu quelques difficultés à m’habituer au schéma narratif, je l’ai par la suite trouvé brillant. Le lecteur suivra en parallèle l’histoire d’Aslam et de Jaya, un frère et une sœur. Celle-ci se déroule bien plus tard dans le temps, que celle de Liouba et de Talal. Bien évidemment, je ne vous en dirai pas davantage, afin de maintenir l’effet de surprise jusqu’au dénouement, que j’ai trouvé très réussi.

J’ai beaucoup aimé les personnages et en particulier celui de Liouba, qui est une jeune femme charismatique et une véritable battante. En effet, afin de sensibiliser le monde à la cause écologique, elle se mettra en danger à plusieurs reprises. J’ai beaucoup craint pour elle tout au fil des pages. Au travers de sa lutte, des questionnements très intéressants sont soulevés.

L’histoire entre Talal et Liouba est une succession d’allers-retours mais finalement, tels des confluents, il finissent toujours par se retrouver. J’ai été très touchée par leur relation, qui se construit petit à petit.

La plume de l’auteure est d’une grande élégance. Je suis ressortie bluffée par ce style empreint de douceur, de poésie, mais également de nostalgie. Anne-Lise décrit les paysages d’une manière visuelle et elle sait donner à son écriture les nuances nécessaires afin de la sublimer. Je suis totalement conquise par la manière d’écrire de l’auteure. Le récit est divisé en grandes parties, chacune consacrées à tour de rôle à Liouba et Talal et à Aslam et Jaya.

Un roman avec lequel l’auteure nous offre un écrin littéraire au travers de sa plume élégante et emplie de sensibilité. Avec beaucoup de poésie, elle aborde des thématiques intéressantes. Je ressors conquise par ce roman. À découvrir sans hésiter.

Ma note : 18/20